Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Chaleur: a-t-on le droit de se plaindre? Les animaux souffrent bien plus de notre fait.

25 Août 2016, 07:03am

Publié par Jo Benchetrit

Nous qui souffrons de la chaleur, dont une grosse part est due à nos conneries, que dire de ce que vivent les animaux? Que ce soit ceux de dehors ou ceux qui sont incarcerés par milliards, sans aeration, sans pouvoir bouger comme les animaux d'elevages, ceux des zoos, ceux des cirques(le cirque Muller avait été condamné pour avoir laisser mourir de soif un dromadaire!) comme les animaux dans des cages de verre des animaleries, sans eau pour ne pas qu'ils pissent, les uns coincés contre les autres, sans compter ceux qui partent à l'abattoir dans des conditions apocalyptiques etc etc, moi qui ait de l'eau fraiche juste en tournant un robinet.

Alors, oui, je souffre de la chaleur et de la pollution++ qui me donne vertiges et migraine, mais tout ce poison vient des hommes et, en tant que partie de cette espèce, je n'ose pas me plaindre! Je pense à nos victimes animales.

Voir les commentaires

La ligue des droits de l'homme mais pas de la femme en voile et burkini! Légiferons sur l'espace public ET privé.

25 Août 2016, 06:17am

Publié par Jo Benchetrit

Statue et statuts de la liberté.

Statue et statuts de la liberté.

Tout le monde peut brandir le mot liberté, qui comprend vraiment le sens de ce mot?

Il n'est de liberté que si c'est un obstacle à toute tyrannie. La ligue des droits des hommes a décidé de l'ignorer. curieux. Sont ils payés par les salafistes? Sans doute que non...Mais ils sont si primaires, le nez collé sur des principe plus ou moins mal compris, qu'ils font leur jeu.

Je le redis, la démocratie ne sait pas ce que signifie le mot liberté. illusion de ne pas savoir que la liberté est cadrée, limitée par la liberté des autres.
Toute doctrine visant à donner aux uns des droits déniés aux autres est en soi un danger pour la démocratie. Mais la liberté, ça se défend, et la démocratie a devoir de se protéger des différents extrémismes qui visent à la coercition.
Au final, la démocratie n’existe pas vraiment, du fait qu'on a volé les droits aux animaux et que nous vivons dans une tyrannie envers eux.
Mais bon, faisons comme si...

Les femmes voilées et celles qui portent burkini argumentent ainsi: "c'est notre liberté car sans ces voiles de nos corps et visages, nous ne pourrions pas sortir, ni nous baigner". Leurs hommes, en effet, confinent ces femmes, en France, au 21° siecle. On hesite à legiferer sur l'espace public, cachant ces voiles que je ne saurais voir. La ligue des droits des machos va bondir si qq de là bas me lit!

L'espace privé est une dictature! ne doit on pas interdire que les femmes soient mises en prison chez elles? J'ai vu chez un salafiste la terreur qui regne sur les femmes, sœurs et mère comprises.

Légiferons sur l'espace public ET privé. Sinon, ça fera comme avec les bêtes: on cache tout et personne ne se sent coupable.

Voir les commentaires

Burkini, voile, la france défigurée. Liberté de nous asservir aux futurs dictateurs?

17 Août 2016, 08:32am

Publié par Jo Benchetrit

Valls est contre le burkini, pour les maires qui l'interdisent sur leurs plages mais ne veut pas legiferer. Du coup, les maires sont laissés seuls devant cette tâche qui peut les exposer à la vindicte des islamistes. Je trouve ça assez lâche, voyez.

Le phénomène burkini nous hérisse d'autant plus qu'on vit une sale expérience, celle du d'abord inoffensif foulard qui était le pied dans la porte du voile noir intégral, signe de l'asservissement des femmes et de la domination "politique", comme dit Vals, qui est visée par les néo-colonisateurs islamiques. Vals a raison d'appeler un chat un chat. J'aimerais bien d'ailleurs que les liberticides anti- taureaux comme lui soient interdits de sévir dans les arenes. Je parle de son gout morbide pour les corridas autorisées au nom de la liberté des sales cons qui auraient droit à la tradition de la cruauté, selon la loi.

Le sujet du burkini lui aussi questionne notre tendance assez molle à tolérer le pire au prétexte qu'on est pour la liberté.

On a ainsi laissé s’épanouir la "liberté" du voile et, résultat, il y en a de plus en plus, et de plus en plus proches de la burka. Une femme voilée intégralement m'a dit que c’était sa liberté de laisser asservir. je lui disais combien c’était difficile à voir pour quelqu'un comme moi qui avait lutté pour la libération des femmes. Comme dans Histoire d'O, sans doute, elle revendiqua sa liberté de se voiler! en fait son défi joyeux montrait bien que le but était d’exaspérer pour nous montrer qu'on pouvait nous soumettre au final,

comme ils soumettent les filles maghrebines qui ont des jupes.

Pourquoi sommes nous tellement choqués? Avouons qu'il est amusant que les défenseurs de l’ordre moral, l’extrême droite traditionaliste, tous les puritains croyants et laïcs, défendent ce contre quoi ils s’insurgeaient au début de l'apparition du BIKINI. ou plutôt de son succès, en juillet 1948.

 Le sujet du burkini est on ne peut plus énervant. Jusque là, la plage, c’était un espace de liberté, tant des corps enfin débarrassés des vêtements étouffants du quotidien, que des attitudes compassées. La plage était devenu, à l'image des congés payés, une fête pour tous.
Comment alors accepter le spectacle effrayant que le burkini offre, celui de la honte du corps, de lui de ce qu'on fantasme de transpiration de saleté du corps confinés , l’antithèse de l'esprit des vacances?
Le burkini, comme le foulard et voile intégrale, n'est pas en soi un simple caprice religieux ou vestimentaire. C'est une menace, c'est un désir de colonisation. On est là dans une logique du paradoxe des libertés mal comprises.
Libre de se vêtir à son goût? Non merci si c'est pour laisser s'établir une dictature. Voilà ce que l'islamisme nous promet en nous tuant réellement et en tuant nos avancées idéologiques!

il faut interdire une pratique qui nous nargue afin de nous pousser à bout.
Il faut donc tuer dans l’œuf cette horreur de la honte du corps des femmes.

Aussi, ne tombons pas dans le piège comme les ridicules représentants des droits de l'homme qui sont assez idiot pour croire qu'on est dans un débat entre liberté de se vêtir à son gout/coercition sans voir une seconde que l'on est entré dans une ère nouvelle, celle de la guerre entre islamistes et civilisés, y compris musulmans.

Ne laissons jamais de liberté aux liberticides si nous voulons protéger tout le monde de ce fascisme tueur et psychopathe, y compris ceux d'origine musulmane  !

Voir les commentaires

La rupture à la lumiere de Lacan. Le mystere du rejet est dans l'ambiguité de cet etrange objet du desir, l'objet a, source d'ambivalence.

14 Août 2016, 16:41pm

Publié par Jo Benchetrit

"Je t'aime moi non plus . Et toi?" dit le 1°...Moi pareil!  repond l'Autre. Ambivalence "normale"?

"Je t'aime moi non plus . Et toi?" dit le 1°...Moi pareil! repond l'Autre. Ambivalence "normale"?

Il est un point etrange de la théorie lacanienne qui peut être le versant côté désir de l'ambivalence affective haine-amour, celui de l’objet a. "Cet obscur objet du desir" dit à juste titre le cinéaste Bunuel. Un aficionado qui devrait essayer de l’éclaircir, son desir monstrueux pour la torture tauromachique.
"L’objet perdu", "l'objet (dont la perte est cause)du désir", nommé par Lacan l'objet petit a, est paradoxalement aussi un déchet. C’est son autre face et ça vire du desir au dégoût relativement facilement, si le ciment de l'amour vient à manquer. oui, vous avez raison, ciment=si ment. L'amour est bâti sur un mensonge, un leurre, celui de croire retrouver en l'Autre cet objet perdu que nous recherchons.

Tant que le désir est là, avec l'amour de l'Autre, le partenaire amoureux n'est "pas assez" là, on en veut encore.
Tout va bien dans ce sentiment parfois pourtant très penible de manque qui a la couleur et la douleur de l'amour, ce doux leurre. Mais les choses peuvent changer, si l'autre vous déçoit au point de le désacraliser, donc de ne plus l'aimer.
Et du coup, on se sent déchu plus que déçu lorsque ce renversement arrive.

Déchu d’avoir désiré ce qui est à présent un déchet , un à jeter hors de sa vue pour se sentir vivre, soi, dans la dignité. C'est une phase où le ressentiment tue le sentiment. Il ne reste que le désir passé, cru, obscène.
L’objet de désir devient repoussoir, phobogène, indigne.
La nausée qui en naît est un sentiment hystérique face à la sexualité à l’état brut, débarrassé de son excuse, l'amour. Mais bcp d'autres peuvent s’en sentir submergés. Faut dire que l’hystérie n'est pas l'apanage des seuls hystériques!
Lacan dit que l’angoisse nait , non du manque comme on le croit, mais du TROP.

Lorsque l'Autre est de trop, que l'amour a déserté, on veut que l'autre disparaisse. Mais ce nest pas si simple de perdre quelqu'un et lorsqu'il est parti, le ressentiment s'estompe, et revient le manque, même si le désir en est absent, disons le manque de quelqu'un qu'au fond on aimait bien.

Faut essayer malgré tout de ne pas jouer au for-da avec les autres. tentation de prendre et jeter sans cesse chez certains qui ont régressé à ce stade où le trop et le pas assez sont très voisins.

En particulier, ce malaise dans le sentiment amoureux se repère dans la phobie. Vous savez, ces gens qui sont à la fois avides d’indépendance ET d’être soutenu par l'Autre pris, puis rejeté, sans que le sujet puisse contrôler cette angoisse d'être comblé.

Nous sommes des êtres compliqués, non? Entre douleur du manque et angoisse du trop...pas facile de faire stable.

Malheureusement, si l'autre est trop manquant ( à ses obligations éthiques envers quelqu'un qui l'aime), s'il ne voit son amour que comme un être non subjectif, son objet sous son contrôle, il doit s'attendre à être un jour lâché. Légitime défense contre la perversion abusive.

Voir les commentaires

pour les racistes anti-pitt bull: sauvetage dune femme inconnue de lui. Il prend 5 coups de couteau pour la defendre.

14 Août 2016, 16:25pm

Publié par Jo Benchetrit

Espérons que ce petit Heros sera vite remis des 5 coups de couteau reçus de la part du sale agresseur qui a bien sûr pris la fuite.

Et vous, si vous voyez qq agressé au couteau, que faites-vous?

Voir les commentaires

signez petition contre sacs poubelle à ficelles détachables + VIDEO: les pigeons sont d'adorables animaux de compagnie.

7 Août 2016, 17:54pm

Publié par Jo Benchetrit

Cette video est une mn de pur bonheur. Moi qui ai vecu avec des pigeons, j'adore leur odeur, leur espièglerie, leur douceur, leur intelligence, et je suis triste de les voir mourir de faim, sinon, ils sont dénoncés pour être tués.
Ha! la vie des pigeons...un calvaire bien immérité.
La vie des gens lucides et empathique n'est pas terrible non plus.

Je cite une amie des pigeons:
"si vous n’avez pas vu la vidéo dans le twitter 30 millions d’amis, une amie l’a fixée et mise sur son blog :
Elle est juste au-dessous de ma pétition ficelles sacs poubelle, je vous invite à voir ça !!!! ça dure 1 mn 12 mais on voit à quel point les pigeons sont des animaux extraordinaires, de vrais animaux de compagnie (nous qui en avons, on le sait, mais c’est à montrer aux autres personnes qui ne connaissent pas ou n’aiment pas ces animaux)"

Voir les commentaires

Aidez accueillez ou adoptez chats et chiens saisis dans un T2;

2 Août 2016, 17:40pm

Publié par Jo Benchetrit

SAISIE DE nombreux CHATS ET 3 CHIENS DANS UN T2 DANS LES ENVIRONS DE PERPIGNAN

Plus de 37 chats et 3 chiens vivaient aux côtés d'une famille de trois personnes, dans un petit appartement près de Perpignan, dans des conditions déplorables

Des places sont recherchées pour accueillir les loulous qui n’ont pas encore de place…. help, nous ne pouvons pas les laisser là dedans…

Voir les commentaires

UNICEF FRANCE ET ENFANTS DANS LES CORRIDAS: UNE AFFAIRE GLAUQUE.

31 Juillet 2016, 12:52pm

Publié par Jo Benchetrit

SI on vous demande pourquoi apprendre à torturer un (animal) innocent est un acte mauvais d'abord pour la victime, ensuite pour le tortionnaire, vous devriez repondre: si vous posez une telle question , c'est que vous devez être vous-même dans un sacré brouillard au niveau de tout repère moral.

C'est pourtant la question de l'UNICEF au PROTEC.


Mais Unicef-France prend acte de la position du Comité des droits de l'enfant.

" Il existe en France des associations dénommées "écoles", qui entraînent les mineurs à partir de 8 ou 10 ans en vue de devenir des toreros : deux à Nîmes, une à Arles, une à Béziers et une à Cauna (Landes).

Sébastien Lyon nous a dit ne pas savoir ce qui se passe dans le cadre de ces "écoles", et attendre que nous lui apportions des précisions.

Pourtant, avant même le collectif PROTEC, la commission "protection de la jeunesse" de la FLAC, avec nos amis Joël Lunel et Jean Poignet, avait attiré depuis au moins une douzaine d'années l'attention d'Unicef-France sur ces associations.

Et en 2004, le président d'Unicef-France lui avait répondu :

« En ce qui concerne spécifiquement votre question sur l'École de tauromachie, je ne peux aujourd'hui que vous répondre en m'appuyant sur la Convention des Droits de l'Enfant qui appelle à un respect des cultures et des choix éducatifs des parents. »

Donc Unicef-France semblait connaître le fonctionnement des écoles de corrida quand il s'agissait de les cautionner au prétexte de la culture et de la responsablité parentale, mais demande soudainement à être plus amplement informé dès lors qu'il pourrait s'agir de se prononcer à leur encontre…"

Ceci dit, bravo du chemin parcouru aux représentants du PROTEC .
Il me semble qu'il n'y a pas de femmes parmi eux. Ce ne peut être un hasard car les psychologues majoritaires sont de la gente feminine. Nous sommes toujours dans un monde de machos, non par simple mepris des femmes mais toujours pareil, par crainte des femmes.

Alors, chers amis mâles communicants du PROTEC, où sont les femmes?

Voir les commentaires

Anonymat des assassins djihadistes? BHL et la nuit des «hommes infâmes»

31 Juillet 2016, 08:27am

Publié par Jo Benchetrit

Notre habitude est l'image, le nom, la star.

Dès qu'un quelconque chanteur est un peu connu, son blaze ou son pseudo s'étalent.

Nous ne ferions pas d'article sans photo. Plus un "artiste" est connu, plus il est reconnu en tant qu'artiste.
A l'instar des barbares pseudo- artistes comme les bouchers tortionnaire Nitch et Damien Hirst, plus il est connu, plus il sera aimé, plus il vendra cher, même si ce qu'il vend est de la merde, enfin, pire que de la merde: c'est du sadisme envers les animaux.

Helas, ça marche aussi avec les assassins d'humains!
Faut-il montrer à des coquilles vides des videos, des photos, des tueurs du Daech ?
Si oui, dans quel but? Il faut surtout savoir si ça ne peut nuire.
That is the question.
La bobine de Mohamed Mera, souriant, l'air du Narcisse fier de lui, de la petite frappe à l'oeil cynique à defaut d'une étincelle d'intelligence qu'on chercherait en vain, a beaucoup trop circulé pour ne pas avoir fait des émules chez les mal dans leur peau qui rejettent la faute sur les "autres", et sont pour les sectes des proies faciles.

Comme le furent les "Lacombe Lucien", proies de rêve pour en formater des collabos.

Une fois de plus, le problème est la bêtise, obstacle à la pensée que s'offrent les humains et contre quoi on peut bien peu de choses. Si la betise n'est pas innée, elle provient de la sale habitude de ne pas réfléchir de ceux qui considèrent le mot "intellos" comme une injure et voient dans l'exercice de la pensée une injure à l'énorme couche de crasse de PREJUGES.

Attention, cette couche de PREJUGES - refus de réfléchir est confortable et bien des français dits de souche n'ont rien à envier aux musulmans neo nazis parfois à leur insu sur ce plan! Il existe en effet encore des nazis à l'ancienne parmi nous...Hélas! Et eux aussi s'imaginent intelligents. Mais ils se sont endormis sur cette couche.

Nous aimerions évidemment savoir si le tueur était notre voisin et si ses capacités de nuisance ne risquent pas d'etre partagées par ses frères et soeurs, ses amis, voire ses parents.

On se trouve là dans la problématique du bénéfice -risque et ce n'est pas très facile à trancher.

(mot qui peut faire peur vu ceux à qui nous avons à faire).
Perso, je voudrais qu'on dise les noms, qu'on montre pas les bobines, ou à peine, et surtout pas en gros plan. De l'info, pas de mise en place des conditions d'en faire des stars.

Mais chacun sait que c'est une limite bien floue.

Les pires tueurs ont pu trouver dans le coeur torve de certain-e-s une place prépondérante. La perversion reveille le sado-masochisme au point que les tueurs de femmes aussi font des fans.

La perversion, de tous temps, a fasciné au point que le névrosé moyen croit , à la rencontre son fantasme incarné, avoir trouvé le Dieu de sa jouissance.

BHL répond de maniere non ambiguë dans Libération: "il faut renvoyer les jihadistes à la nuit des "hommes infâmes"."

Comment ne pas être d'accord avec ce souhait ?

Le philosophe plaide pour un grand accord entre médias «réduisant au strict inévitable l’évocation des figures du crime».

  • Renvoyer les jihadistes à la nuit des «hommes infâmes»

Il y a trois raisons au moins d’anonymiser les jihadistes passés à l’acte.

La première est que donner leur nom, diffuser et rediffuser leur visage vivant, et surtout mort, faire d’eux les figurants mondialement célèbres de ce spectacle qu’est aussi, à l’âge du tout puissant visible, la guerre terroriste, revient à exaucer ce qui aura été l’un de leurs désirs ultimes : les tueurs du Bataclan n’exigeaient-ils pas de leurs otages, quelques minutes avant le massacre, qu’ils appellent les chaînes d’information en continu ? L’islamiste de l’Hyper Cacher ne prit-il pas la peine d’exiger de l’une de ces chaînes qu’elle modifie, pour lui, son générique et son bandeau ? Et est-ce un hasard si l’assassin en série de Nice a laissé derrière lui, en évidence, dans son camion, sa carte d’identité ?

===============

La deuxième est qu’entrer, comme on le fait alors, dans le détail de ces existences zombies, dérouler le fil qui va d’une enfance invariablement «malheureuse» à une radicalisation généralement «éclair», s’attarder sur le soi-disant mystère du monstre qui était aussi un bon père, un mari plutôt normal, un voisin aimable et toujours prêt à rendre service, est le plus court chemin vers cette banalisation du mal dont on sait depuis longtemps qu’elle est, en ces matières, l’un des pires dangers qui soient : à quoi bon apprendre, par exemple, que l’égorgeur de Saint-Etienne-du-Rouvray avait une «personnalité nickel» ? Quelle information décisive nous donne-t-on quand on nous passe et repasse en boucle le témoignage de la veuve d’un des tueurs de Charlie Hebdo confiant qu’elle n’a, un an après, toujours pas trouvé le moindre «signe précurseur» de la radicalisation de son mystérieux mari ? Et fallait-il passer tant d’années à combattre la culture de l’excuse pour finalement donner la parole au «meilleur ami» du tueur de Nice nous confiant que celui-ci était quelqu’un de «magnifique», qu’il avait «les yeux en amande», qu’il lui est même arrivé de dire «Je suis Charlie» – mais qu’il était «frustré», qu’il trucidait des «peluches» et que, de sa personnalité «borderline», est venu son «basculement» ? Il y a, dans cette interminable et souvent dérisoire chronique de l’épouvante, une façon de désarmer les consciences et, sous prétexte de nous montrer le visage du crime, de nous rendre, en réalité, aveugles à ce qu’il a d’insoutenable et de révoltant…

======

Et puis la troisième raison de fond qui devrait inciter les médias à flouter, ou évoquer par leurs seuls prénoms ou initiales, ou rejeter, tant que faire se peut, dans l’obscurité de l’anonymat ces noms dont la répétition hypnotique rythme désormais nos jours, c’est que ce mélange instable de trivialisation et d’héroïsation, cette façon de nous dire à la fois que ces hommes sont des hommes ordinaires mais qu’ils ont associé leur destin à des actes inoubliables, va avoir une dernière conséquence – la pire : un effet d’entraînement ; une invitation, chez des esprits faibles, à suivre l’exemple et à passer à l’acte ; la jouissance anticipée, chez le successeur, de cette gloire mondialisée qu’a atteinte, après sa mort, le tueur qui lui sert de modèle…

=============

(...)

Le terrorisme, à l’âge de l’islamisme radical, a évidemment atteint des sommets inégalés dans le raffinement et l’horreur.

Mais le principe demeure de cette contagion morbide, de cette viralité apparemment sans fin passant d’un corps au corps suivant, de cette réaction en chaîne de noms inspirant d’autres noms et aspirés par eux.

Nul ne s’avancera à dire, bien sûr, qu’il suffira d’éluder ces noms pour rompre la chaîne des sympathies et des mimétismes.

D’abord parce que le règne des réseaux prétendument sociaux a grandement limité le pouvoir de prescription des héritiers du Petit Illustré et du Journal.

Ensuite, parce que le jihadisme a bien d’autres racines qui plongent dans la longue histoire, non de la communication, mais des religions et des fascismes.

Et puis, priverait-on X du vertigineux plaisir d’associer son nom à celui de Y dans la nouvelle phalange noire, qu’il lui restera l’autre jouissance, rigoureusement inverse mais dont on sait qu’elle opère avec une force égale, de voir son nom recouvert par celui, psalmodié, d’un Dieu figé dans son dire des origines – ou bien l’autre encore, non moins délectable, de voir les deux noms, le sien et celui du Tout-Puissant, également fondus dans le même plomb du même nihilisme.

(...)

Il faut un grand accord entre médias réduisant au strict inévitable l’évocation des figures du crime.

Il faut, à rebours de toutes les mises en scène héroïques et mimétiques où nous nous complaisons avec eux, renvoyer les jihadistes à la nuit des «hommes infâmes».

Lire in extenso car c'est passionnant: http://www.liberation.fr/france/2016/07/29/renvoyer-les-jihadistes-a-la-nuit-des-hommes-infames_1469303

Voir les commentaires

La police défend une anesse torturée par un gamin d'une 10 aine d'années.

29 Juillet 2016, 15:33pm

Publié par Jo Benchetrit

Jugez vous-même de l'education qu'a eu cet enfant à sa façon de reagir.

IMPITOYABLE. OUTRÉ QU'ON L'EMPÊCHE DE CONTINUER DE MALTRAITER CETTE PAUVRE ANESSE BLESSEE, le monstre est prêt à mordre tout ce qui bouge.

Les chrétiens diraient qu'il est habité par le diable!

OUI, si le diable est la façon de l'avoir elevé.

Scene qui nous choque. Scene quon voit partout dans le monde arabo-musulman, mais aussi ailleurs. La seule difference, mais de taille, cest que la police ne s'interpose pas avec des gens qui ont bon coeur et n'arrose pas de lacrymo les "anti" comme en France la police qui protege les bourreaux afiocs.

A quand une prise de position, en France comme ailleurs, en faveur d'une police internationale protegeant les animaux?

Ceux qui sont dans l'incapacité de voir quil faut epargner les plus faibles, un jour devienne les bourreaux d'humains et ça nous scandalise. fallait crier avant.

Alors, vous allez peut etre m'en vouloir car la police est israelienne et le gamin palestinien. Ce n'est pas de ma faute et j'aurais applaudi des 2 mains dans le cas inverse.
Mais curieusement, ça n'existe pas.

Quand au martyr, l' anesse torturée, elle ne souhaite pas avoir une nationalité mais juste qu'on arrete de la faire souffrir.

Voir les commentaires