Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Misanthrope, Meryl Pinque? Sortie de La Caricature de Dieu.

8 Septembre 2014, 04:51am

Publié par Jo Benchetrit

Evènement de la rentrée littéraire. Parution des nouvelles de Meryl Pinque aux éditions du Rocher :
http://www.laprocure.com/caricature-dieu-pinque-meryl/9782268076294.html

La couverture de Hopper ( New Yark Picture.)est alléchante, du mystère plane sur ce livre. Une femme, blonde, belle, silhouette qui rappelle celle de Meryl Pinque, réfléchit ou attend dans l'antichambre du spectacle. Le verra-t-elle d'où elle est? Anxieuse, peut etre? Qu'importe, elle sait quelque chose de fondamental du théâtre de l'homme que les spectateurs, eux, regarderont, mais ne percevront peut être pas et qui fut longtemps la signature de Meryl dans ses mails: "L'essentiel est invisible pour les yeux". St Exupery. Ouvrir ce livre ne devrait pas décevoir. J'en avais lu quelques pages alors que Meryl l'écrivait. C'était hyper bien écrit, et captivant. Donc j'attends avec gourmandise de le lire, mais voulais déjà vous en faire en profiter.

Acidité, originalité, une nouvelle Amelie Nothomb?

Peut-etre y a-t-il un plus. En plus de l'art pour l'art, elle ne manque pas d'engagement. Meryl Pinque, vegan, dans la ligne des abolitionnistes, s'inscrit dans la cause des non pas sans parole comme on a tendance à le dire de manière abusive, mais sans personne, enfin, sans grand monde pour chercher à les entendre. Vous sentez mon allusion. Les menacés, incarcérés, torturés, exterminés, les victimes des hommes, en un mot les animaux ne parlent pas, dit-on, pour masquer notre desir de ne rien en entendre, pour continuer à les flouer.

Elle est de ceux pour qui tout humain responsable devrait savoir dire non à sa jouissance indigne car prélevée sur la souffrance non stop des animaux. Elle est de la mouvance de ceux qui n'acceptent pas l'humanité telle qu'elle se complait à être, loin de l'image idéalisée qu'elle a d'elle-même.

Se croire image de Dieu, quelle présomption, quand on en est si peu digne! Cette image, c'est une caricature, soutient le titre de Meryl Pinque.

Pourtant ce n'est pas un livre militant. il s'agit là de nouvelles , de pure fiction, si tant est qu'une fiction peut en être, alors qu'elle dévoile un réel.


Le mot de l'éditeur :
http://www.editionsdurocher.fr/

"L’humanité n’est même plus une légende, elle est un mythe", disait Romain Gary.

Méryl Pinque concasse ce mythe avec jubilation au fil des pages.

Jeu de massacre et vœu d'abjuration, La Caricature de Dieu est aussi un cri. En exhibant la face blafarde d’une modernité dont on détourne souvent les yeux, l’auteur nous force à l’affronter. Et cette confrontation est bizarrement jubilatoire.

Les treize nouvelles réunies ici sont autant de chapitres d’une tragédie dont l’hécatombe est la seule issue. Puisque l’hécatombe est le happy end de la tragédie.

L’écriture conjuratoire enrôle le lecteur dans la section d’assaut des causes forcément perdues, car le mal mène le monde.

Comme tout vrai écrivain, Méryl Pinque sait qu’à l’instar du tragique qui se trouve à la limite entre le sublime et le ridicule, le vrai se tient à la frontière du réel et de l’imaginaire.

Sur le site de la Fnac :

Pour l'auteur, l'homme est la caricature de Dieu.

Dans ce recueil de nouvelles, Méryl Pinque parle souvent du mal. Notre modernité ne lui fait pas peur. Elle l'aborde crument, avec force et violence. Sans fard et sans emphase. Certaines nouvelles, comme "L'Alibi" qui met en scène une fête hyper art et jet set à Berlin où les animaux sont tués en masse pendant des « performances » festives, sont des morceaux d'anthologie.

Plus que des tranches de vie, ces nouvelles sont autant de gros plans sur notre modernité qui n'est pas toujours très belle. Mais, comme tous les grands auteurs de nouvelles (Maupassant, Tchékhov, Carver), Méryl Pinque ne démontre rien, elle raconte des histoires. Histoires qui se passent aux quatre coins du monde, mais qu'unit une vision particulière de l'homme et de sa condition.

Seuls les grands écrivains révèlent le monde au travers du chaos apparent. C'est le cas de Méryl Pinque dont les nouvelles scrutent de manière unique le magma de la postmodernité. Ce faisant, elle fait sienne la fameux mot de Romain Gary : « L'humanité est un mythe. »





http://www.laprocure.com/caricature-dieu-pinque-meryl/9782268076294.html

Misanthrope, Meryl Pinque? Sortie de La Caricature de Dieu.

Commenter cet article