Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Exposition Katsushika Hokusai au Grand Palais

15 Novembre 2014, 21:10pm

Publié par Jo Benchetrit

portrait dune femme assassinée: morbide, mais de l'art. PAs une performance à la mord moi l'noeud
portrait dune femme assassinée: morbide, mais de l'art. PAs une performance à la mord moi l'noeud

Katsushika Hokusai au grand Palais, ça vaut le détour. Du 01/10/14 au 18/01/15.

En revanche, cette bonne femme délirante qui est reconnue comme artiste alors qu'elle aussi peu dans la sublimation des pulsions perverses que les bouchers en collants de satin nommés toreros, mériterait tout autant que ces afiocs immondes la taule pour cruauté.

Elle tue des chevaux pour les empailler et les présenter dans des positions aussi obscènes que sa gueule de psychopathe puante.

Désespérant! le niveau mental de nos contemporains est plus que consternant;est-ce cela la décadence d'une civilisation? je crois que oui. Comme ds le livre de Meryl Pinque, elle produit une machine à faire des excréments! une façon de reconnaitre que ce qu'elle fait, c'est de la merde.

Traduction Google:

Berlinde Le Bruyckere à l'un de ses travaux avec les chevaux Photo: Wim Danneels (WDK) Image précédente 1 de 6 Image suivante
L'artiste Gand Berlinde Le Bruyckere a pris toutes les dix premiers hitlijstjes de The Guardian et a travaillé avec un lauréat du prix Nobel de littérature. Elle appartient à ce parti artistes flamands à l'étranger conquis. La connaissez-vous avant?
La Berlinde Bruyckere est toujours mentionné dans la liste des artistes belges qui font carrière à l'étranger: Wim Delvoye, Jan Fabre, Luc Tuymans, Michaël Borremans, Panamarenko. Mais en tant qu'artiste, elle est encore moins entre ces noms sonnent. Elle fait aussi des machines qui produisent des excréments. Cependant ses cheveux accroché chevaux aussi choquant ou impressionnant, en fonction de votre goût. Elle a le don de saisir à la gorge et ne le lâche pas jusqu'à ce que vous pouvez obtenir avec une demi-heure d'air frais. Ses thèmes: la douleur et la souffrance, mais aussi un sentiment de sécurité et de confort.

Nous sommes allés à jeter un oeil dans nos archives, et vous présenter un cours intensif Berlinde Le Bruyckere. Cela vous permet de redresser sa nouvelle exposition au SMAK marcher si vous suivez déjà ses années. Oubliez votre billet gratuit du journal De Standaard week-end à ne pas prendre. Quoi qu'il en soit

Berlinde ET BELGES

Le Bruyckere peut être partout, elle travaille toujours dans sa ville natale de Gand. Dans un bâtiment de l'école catholique pour garçons dans Muide elle crée ses images apparaissant à Venise et Londres et dessins. Ou tout simplement en Belgique elle-même bien sûr, y compris dans les arts à Watou, le Bozar à Bruxelles, dans le Craemersklooster, dans l'exposition «Saint-Jean» par Jan Hoet et maintenant dans le SMAK

Berlinde OVER

ses chevaux:

"Les chevaux sont bien plus que morts. Ce grand chose morte fait appel à l'imagination. Un cheval mort est mort dans son innocence. Il est une métaphore puissante. Sur des photos de chevaux que je reçois habituellement de fortes réactions. Certaines personnes sont choqués par elle, d'autres trouvent leur déplacement ".

Ses chevaux morts, également dans l'exposition au SMAK être vu, avoir un impact particulièrement d'actualité aujourd'hui. Ils sont inspirés par des photographies de la Première Guerre mondiale. Par exemple, une de ses œuvres avec cinq chevaux rembourrés appelés «In Flanders Fields».

sur d'autres travaux qui offre l'inspiration:

«Cette année (2009 ed.) Je fait une exposition à Londres où je répondais à deux œuvres du peintre napolitain Luca Giordano, un Prométhée et Saint-Barthélemy. Je fus frappé par la force physique et la sensualité des chiffres de Giordano. L'image que je faisais de l'exposition, se concentre entièrement sur la physique et de laisser les thèmes religieux et mythologiques tombent. Il arrive souvent que l'art antique me inspire. Un artiste mange beaucoup sur, digère et recrache de nouveau dans un nouveau travail ".

de «Sous-bois», son travail à la Biennale de Venise:

"Nous avons conduit souvent à la région Bourgogne, et chaque fois que je voyais que même l'orme déraciné dans un pâturage sommes condamnés à être coupés en morceaux. Tôt ou tard, je vérifie que je pensais.

Dans le sous-bois Gardien / Cripple Bois regardait, la contribution de la Bruyckere pour le pavillon belge à la Biennale de Venise, l'une des dix meilleures œuvres classées

Commenter cet article