Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Peut-on parler de l’islam en toute liberté ?

8 Juin 2015, 08:06am

Publié par Jo Benchetrit

Actuellement, nombreux sont ceux qui en parlent. Pas étonnant après les attentats islamistes de Charlie et de l'Hyper cacher et sous la menace permanente de nouveaux attentats.

Si on définit l’islamophobie comme la peur de se faire dominer par certains intégristes de cette religion, par la stupeur de voir dans nos rues des femmes de plus en plus souvent voilées, et, ça commence, sous tchador, par la crainte de voir reculer les acquis de millénaires de lutte vers l’égalité des sexes, la liberté individuelle, la fraternité en dépit des races et religions, peut-on dire que l’islamophobie est un racisme ?

Les racistes le sont et le resteront. Mais les antiracistes veulent ils d’une tendance religieuse qui est, elle et de manière claire, raciste, et spécialement antisémite ?

Il faut à chaque fois redire que l’islam tel que daesh le veut est une interprétation particulièrement coriace et intolérante d’un Coran que d’autres peuvent donner comme le livre saint sans pour autant adhérer à la violence de la lecture intégriste. Oui, l’islamophobe n'est anti que de l’islam du Daesh sunnite ou celui de l’iran chiite, car hélas, leurs ennemis ne valent guère mieux. Donc, en théorie, l'Islam n'est en rien le mal absolu comme l'est l'islam de Daesh. En pratique c'est comme toujours plus compliqué puisque tout musulman peut devenir Daesh, de même que tout non musulman peut devenir islamiste après une conversion à l'Islam"normal". Le danger est donc à la fois exterieur et interieur. Dur de lutter contre ce qui menace vraiment toute une evolution vers une société plus juste et moins moche.

Nous ne sommes pas pour rien dnas notre descente aux enfers. Nous avons laissé les iraniennes être obligées de se voiler après avoir été liberées par le Shah, certes dictateur mais rien par rapport à ce qui se passe ensuite. Nous avons participé à leur malheur et à notre pensable chute en sauvant l'ayatolah Khomeny.

Les français se posent d'ailleurs la question : eux qui ont séparé l’état au sens de pouvoir de la religion depuis 1905 doivent ils subir le dictat d’une des religions qui vit non seulement sur notre sol, mais ailleurs ? Ce n’est plus un débat franco-français. C’est un débat international.
L’islam se veut, selon cette mouvance de Daech, le gouvernement mondial.
Ils commencent par nous empêcher de parler, ils veulent finir par nous empêcher d’exister.

Chaque jour nous avons de tragiques infos sur leur pouvoir de nuisance de par le monde. Tout y passe : femmes, enfants, vieillards, adultes, chrétiens, juifs, musulmans…et animaux comme chiens et corvidés, et j’ai lu une nouvelle l’interdiction qui serait de nourrir les pigeons. Punition : peine de mort.

Après, voilà ma réponse : peut on en parler librement ? NON.

Et ce, non pas parce que les daesh seraient contre le racisme comme les braves gens de gauche veulent le « penser », loin de là ! Mais parce qu'ils ont le pouvoir de nous fermer le bec. Et ils en abusent.

Si, après ça, tant qu'on est relativement libre on s’autocensure, ça ne pourra qu’empirer.
En faisant comme si parler de l’islam sans l’encenser mais en l’analysant était un racisme, la gauche bien pensante , donc ne pensant pas beaucoup, censure la resistance.

Resistance du monde y compris musulman à un oppresseur impitoyable.

Nous ne pourrions pas nous défendre alors même que visiblement et officiellement nous sommes attaqués. Le racisme serait de généraliser à tous les musulmans ce que veut l’EI.

De même, nous devons nous garder de dire que toute la France fut collabo, tous les allemands des nazis, tous les européens de l’Europe centrale des tueurs de juifs, zélés et jouisseurs.
Ce serait à la fois faux historiquement et de structure raciste.
Pourtant, nous ne devons pas nous voiler la face, partout, les résistants, ceux qui ont dit non, furent très minoritaires.

Et les justes aussi surent dire non à la barbarie nazie. Ils furent ultra-minoritaires, eux qui se sont mouillés en sauvant des gens dans le collimateur sans contrepartie. Certains l'ayant fait contre argent ne sont pas comptés comme Justes.
La peur se comprend. Mais il y a aussi la secrète jouissance pour régler son compte à d'autres stigmatisés comme mauvais objets et Autre jouissant de notre malheur, peu d’humains peuvent y résister. Les humains, que ce soit des occidentaux ou des orientaux ont en eux cette tare : le bonheur dans la haine, dans la cruauté, dans la bêtise.
La majorité y tombe.

Le bonheur dans l'égoïsme, dans le droit de nuire, funeste tentattion...
La majorité des humains mange de la viande, trouve que donner à la recherche est morale etc.

La majorité a été collabo par actions ou par tolérante passivité, la majorité a accepté et a même participé aux crimes nazis…souvent moyennant finance.
Il faut que cela soit redit : la barbarie ne peut marcher que parce que la majorité en veut.

C'est pourquoi l’autocensure participe du phénomène sadomasochiste. C'est un de ses préliminaires.

L’homme, comme en 40, fasciné par celui qui veut le mener à la baguette, commence par tendre son derrière pour mieux se faire mettre !

Je suis désolée pour cette image obscène. Elle est le réel en jeu dans le désir d’être dominé par le chef vécu comme mâle surpuissant. c'est aussi le principe des sectes. Et de tout ce qui fait qu'on désire être comblé par la voix de son maître.

Commenter cet article