Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

hebdo du mediateur: ce que je voulais dire de plus...

30 Octobre 2005, 23:00pm

Publié par Josette benchetrit

Emission encore visible là:

 http://jt.france2.fr/13h/index.php3?jt=5


clic sur  fin de page dans le menu.

Je voulais dire que les pigeons ne peuvent pas plus nous transmettre la grippe aviaire que nous refiler non plus l'ornithopsittacose même si c'est potentiellement possible et c'est comme ça: aucun cas humain recensé, du moins par la DSV de Paris. j'ai qd même pu dire que ce ne sont pas des vecteurs sains non plus.

Il y a des fois où je me demande si ce ne sont pas des animaux porte-bonheur!

Mais mal tombés, chez des oiseaux de malheur que nous sommes et qui veulent les exploiter, les sadiser(cf "les colombophiles...grr...) ou leur peau, tout simplement.

J'ai bien aimé passer chez M. Monod mais en même temps je crois l'avoir embarrassé en ne jouant pas le jeu de la petite ménagère qui savait rien et devait interroger la dame qui savait tout. Je crois que c'est un peu l'inverse qui s'est produit.

La dame journaliste ne savait pas que le H5N1 était en Asie depuis au moins 8 ans.

J'ai pas insisté. Pas le temps de pinailler qd on vous donne 3 ou 4 minutes. Mais j'ai eu le mot de la fin. Merci beaucoup . C'est gentil, même si j'aurais bien aimé finir mes phrases.

Pas d'accord non plus sur les capacités nuisibles des migrateurs car on sait que l'animal malade de ce virus foudroyant ne peut voyager des jours entiers. il est mort bien avant d'arriver, logiquemnt.

Savez vous ceci: en Thaïlande, ils détruisent les nids des migrateurs.

J'aurais bien ajouté aussi que la malaria(palludisme) va décimer bien plus de monde que la grippe aviaire si on continue à massacrer les oiseaux.

Maintenant j'aimerais bien connaître l'audimat.

Si quelqu'un sait comment on fait, il me le dit???

j'ai terminé en disant: vous en faites trop ou pas assez. D'iune part trop; (panique à bord)...Mais on ne m'a laissé dire en quoi c'était pas assez. Et bien en informations fiables et objectives du genre de ce que je dis ici.

Mon sentiment c'est qu'on m'a choisie pour roder l'émission et que je n'ai pas été très facile à gérer. Désolée. C'est pas tous les jours que l'on a l'occasion de défendre ls innocents pigeons à la télé. J'en ai profité et encore...il y a tant à dire encore que j'y retournerai dès qu'on m'invitera à nouveau si jamais...un jour..

 

Voir les commentaires

Hebdo du médiateur du 29.10.2005:Lien pour me voir à la télé! grippe aviaire et pigeons;

28 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

http://relations.france2.fr/mediateur_videos/29-10-2005.asx 

Faire le premier hebdo du médiateur avec Christian Marie Monot et la grande journaliste Marie Pierre Farsak, ce fut un honneur mais aussi un risque de râtage.

Car je ne me leurre pas, c'était la 1°, donc pour eux un brouillon. j'aurais opu être l'invitée du dîner de con mais je me suis bien servie...quoique pas assez car il y avait encore des choses importantes à dire.

J'espère que malgrè tout; ce fut comme je l'ai ressenti, une bonne  chose  pour la vérité, un bien pour les pigeons et DONC un bien pour les gens.  http://jt.france2.fr/13h/index.php3?jt=6 cliquez "fin de page "à droite.

ou plutôt celui-ci: http://relations.france2.fr/mediateur_videos/29-10-2005.asx 

 

Photo : station-s31-2005-10-29-14-28-31h-1

Vous avez une petite semaine pour me voir là:

 http://jt.france2.fr/13h/index.php3?jt=5


clic sur  "fin de page" ou page de fin je sais plus! dans le menu.

 

Ou, moins bonne image mais lien stable, je crois pour un moment:

http://relations.france2.fr/mediateur_videos/29-10-2005.asx

 

 

J'ai vu Christian Marie Monod en vrai: qu'est-ce qu'il a été gentil avec moi. Franchement, c'était super...mais flippant aussi.

Je suis passée à la télé et c'était bien pour rétablir la vérité sur les pigeons.J'ai pas pu dire tout ce qui devrait être dit dire ce sujet mais ce n'était pas le sujet.

Ceux qui m'ont vu laissez des comm et les autres...regardez moi sur france 2 info de 13 heures. Cliquez sur "fin de page " dans le menu. c'est archivé pendant 7 jours. infos du 29.10 donc.

Puis laissez moi votre avis. Merci.  Ça fait toujours plaisir.

Voir les commentaires

Grippe aviaire: les oiseaux ne sont et ne seront pas dangereux pour l'homme mais les hommes le seront si h5n1 mute un jour.Jean Michel Michaux et istav

27 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

"Lorsque les hommes auront exterminé leurs oiseaux, la Terre  sera enfin un paradis."Signé: Pallu le moustique.

La malaria n'en demandait pas tant: les hommes, partout comme en Thaïlande, détruisent les nids des oiseaux migrateurs ou font des holocaustes d'oiseaux,  au moindre animal malade dans la basse-courre comme en Grèce, où l'on a pas attendu les résultats des analyses pour, devant les caméras, nous faire assister au triste spectacle des caisses remplies de dindons jetées dans une énorme fosse, bientôt recouverte de terre par un bulldozzer. En les enterrant vivants et en pleine conscience, eux.

Visage hideux de l'homme en proie à la maladie du siècle: "le principe de précaution".

Or, après analyse, à ma connaissance, on a appris que le dindon n'avait pas eu la grippe aviaire.

De plus, les migrateurs sont terrassés par cette grippe en 3 jours et donc ne peuvent voyager dans ces conditions.

Or, il est certain que cette grippe n'est pas transmissible ou si peu à l'homme que c'est presque nul. En 8 ans d'existence du virus, seules 65 personnes en sont mortes sur 2 milliards d'individus en gros, alors que dans le m^me temps, en France, on déplorait environ 6000 morts par an, donc48000 morts de la grippe humaines sur 60.millions.

et dans  le monde:5 millions et demi de morts à cause de la malaria. Ce qui fait: la population de la France entière décimée en 8 ans.

Pour le moment on suppute sur une éventuelle muation. Qui, si elle a lieu ne sera pas due aux oiseaux mais aux hommes ayant importé des virus d'Asie, sous forme d'oiseaux de traffic passés en douce ou dans leurs chaussures. La vitesse des transports aériens rendent cela possible. A quand un embargo préventif sur les produits d'Asie?

Quant aux oiseaux la plupart peurent des extermonations humaines. Ils ne sont vecteurs que pour les autres oiseaux et pour les cochons.
Mais si le virus HN1 se combine avec notre virus de grippe il, peut devenir transmissible sous une nouvelle forme, avec un nouveau nom, qui ne serait pas à coup sûr aussi dangereux que celui dont il est issu.

Mais alors, ce sera entre humains que cela se jouera et en rien d'oiseaux à hommes.

Je vous recommande cette info du Dr J. Michel Michaux, vétérinaire et president de l'ISTAV: institut scientifique et technique de l' animal en ville:

http://www.istav.net/newsletter.htm

Grippe aviaire

Doit-on tuer tous les oiseaux de nos villes ?

L’objectif de cette lettre est de préciser l’importance des oiseaux de nos villes dans l’épidémie asiatique de grippe aviaire, les conséquences pour notre avifaune du développement de cette maladie, et les risques pour nous, humains.

Depuis le début du mois de septembre, la grippe aviaire est devenue un thème d’actualité au point que le Président américain G.W. BUSH et le premier Ministre français Dominique de VILLEPIN sont intervenus sur ce sujet à la tribune des Nations Unies.

Aussi la très sérieuse Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) indique dans un rapport récent « les experts s’accordent pour dire qu’une autre pandémie de grippe est inévitable et peut-être éminente » et prévoit dans les années à venir une pandémie de grippe humaine liée à la grippe aviaire.

Durant les entretiens de Bichat, le 15 septembre dernier, il a été annoncé, qu’en France, cette pandémie de grippe humaine pourrait atteindre entre 9 et 21 millions de personnes et occasionner entre 17.000 et 40.000 décès. Ceci, dans un pays ayant de bonnes conditions sanitaires, des moyens thérapeutiques performants et une extraordinaire mobilisation de l’ensemble du système de santé ; c’est dire les ravages qu’elle risque d’occasionner dans d’autres pays. Rappelons que la Grippe espagnole de 1918-1919 a entraîné plusieurs dizaines de millions de morts ; certains ont même annoncé le chiffre de 100 millions.

Aussi pour bien comprendre ce qui risque de se passer, il faut effectuer une distinction entre deux épidémies différentes :

  • l’épidémie de grippe aviaire qui atteint essentiellement les oiseaux, se transmet essentiellement entre oiseaux et très exceptionnellement à l’homme (ne se transmettant alors pas d’homme à homme), et

  • l’épidémie de « grippe liée à la grippe aviaire », pour reprendre les termes de l’O.M.S., qui pourrait atteindre essentiellement l’homme et qui deviendrait indépendante des oiseaux.

Rappel des Faits

Depuis quelques années, est apparue une épidémie de grippe aviaire dans le Sud-Est asiatique par le virus H5N1. Elle atteint les volailles mais a aussi touché quelques espèces d’oiseaux sauvages. Sa gravité a fortement progressé. De plus, à partir de 1997, on a pu noter quelques cas de transmission directe de la grippe aviaire à l’homme. La présente épizootie a tué une soixantaine de personnes depuis deux ans en Asie du Sud-Est. Le virus a été retrouvé chez 6000 oiseaux migrateurs morts dans cette partie du globe, et depuis peu, dans des élevages de volailles en Sibérie.

Rappels de la biologie du virus de la grippe aviaire

Quelles sont les espèces susceptibles d’être contaminées ?

Le virus de la grippe aviaire H5N1 appartient aux virus influenza de type A. Il est voisin de celui de la grippe espagnole H1N1.

Ce virus H5N1 est susceptible d’infecter toutes les espèces d’oiseaux. Certaines d’entre elles (principalement les canards) sont plus résistantes à l’apparition de la maladie, mais présentent un danger important de transmissions, étant alors « porteurs sains ».

Ce virus se transmettrait assez facilement des oiseaux aux porcs, et avec plus de difficultés à l’homme, mais il ne se transmet pas d’un être humain à un autre. Il n’y a donc pas de risque direct de pandémie.

La contamination s’effectue à la différence du virus grippal humain, non par l’air expiré, mais par les fientes. La contamination d’un être humain interviendrait donc par l’absorption d’une substance souillée par les fientes : il peut s’agir principalement de l’eau. Le virus est assez résistant dans le milieu extérieur (jusqu’à 30 jours dans l’eau).

La virulence du virus n’est pas constante, mais susceptible d’évoluer. Ainsi périodiquement, par mutation apparaissent des variants pathogènes qui entraînent une mortalité plus forte, chez les oiseaux et peuvent même occasionner une mortalité humaine. Ainsi est apparu en Asie, le génotype Z, hautement pathogène, responsable des décès mentionnés précédemment. C’est vrai aussi pour les virus humains, responsables des « habituelles » épidémies hivernales.

A la différence des virus faiblement pathogènes, les virus hautement pathogènes se répandent peu en dehors de leur lieu d’origine. Pour une raison simple : l’état des animaux atteints par les virus hautement pathogènes se dégrade très rapidement et ils sont incapables de se déplacer sur de longues distances, voire, meurent très rapidement. Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas de risque pour les pays européens.

Le virus peut acquérir la capacité de se transmettre entre les êtres humains et ainsi apparaît le risque de pandémie. C’est, en termes de santé humaine, le risque majeur. Ceci ne peut s’effectuer que par recombinaison chez le porc ou chez l’homme du virus de grippe aviaire avec le virus de la grippe porcine ou de la grippe humaine. Il y a donc nécessité d’une contamination concomitante d’un porc ou d’un homme par le virus de grippe aviaire et celui de la grippe propre à son espèce. Ceci est peu probable dans les pays européens en raison des précautions sanitaires, mais sans doute plus dans les pays du Sud-Est asiatique où les conditions sanitaires sont largement moins bonnes et l’épidémie de grippe aviaire largement plus étendue. Il est à préciser qu’il s’agirait alors d’un nouveau virus différent de celui de la grippe aviaire et qui aura profondément évolué par rapport à celui-ci. Dans cette évolution, il y a de grande chance de voir modifier sa capacité d’infecter les oiseaux et son mode de transmission par voie fécale (transmission par voie aérienne comme les virus grippaux humains).

Quels risques représente notre avifaune et quelles conséquences pour elle de la situation actuelle ?

Nous avons vu que deux épidémies très différentes sont à prendre en compte :

  • l’épidémie de grippe aviaire atteignant principalement les oiseaux, et liée au virus non recombiné, et

  • l’épidémie de grippe humaine, éventuellement d’origine aviaire atteignant préférentiellement l’homme et liée au virus recombiné.

Epidémie de grippe aviaire

La grippe aviaire liée au virus H5N1 non recombiné atteint principalement les oiseaux. Dans notre pays, en raison des règles sanitaires, elle ne présente pas de véritables risques humains. Cette épidémie est en train de progresser rapidement, puisque partie, en 1997 de Hong Kong, elle a atteint l’ensemble de la Chine, le Vietnam, la Thaïlande, l’Indonésie et depuis peu de temps la Sibérie.

Cette épidémie pourra atteindre l’Europe par deux voies possibles :

  • Les oiseaux migrateurs. Malgré l’avancée rapide en Asie, les risques n’apparaîtront qu’au printemps selon les experts de l’A.F.S.S.A., en raison des itinéraires de migration des différents oiseaux. Il est possible que les oiseaux habitant la France une partie de l’année soient infectés dans les pays d’Afrique en hiver et reviennent contaminés en Europe au printemps.

2 précisions sont à apporter :

    • d’une part, il n’est pas sûr que le virus ainsi importé soit hautement pathogène, mais il pourrait le devenir par mutation,

    • d’autre part, les espèces d’oiseau qui posent le plus de problèmes sont les canards en raison :

      • de leur moindre sensibilité au virus (le nombre de porteurs sains plus élevés favorise la diffusion du virus),

      • de leurs capacités à effectuer des migrations Est-Ouest à la différence des autres espèces d’oiseaux qui effectuent des migrations Nord-Sud,

      • de certaines techniques de chasse (canards appelants),

      • du fait que le canard colvert est l’ancêtre des canards domestiques, donc de la même espèce,

      • de la présence de ces oiseaux dans les villes.

  • L’importation d’oiseaux contaminés ou de statut sanitaire inconnu sur le territoire national en provenance de zones infectées. L’absence de précautions dans l’importation d’oiseaux est aujourd’hui criminelle. Il y a plus de risque d’importer des virus hautement pathogènes.

En tout état de cause, les autorités sanitaires savent combattre cette épidémie animale (épizootie). Selon des plans établis de longue date par les autorités sanitaires, des mesures drastiques seront prises par rapport aux élevages de volailles et de porcs infectés pour éteindre immédiatement tout foyer naissant. Les méthodes employées, basées sur l’abattage immédiat des animaux contaminés et des animaux au contact, ont prouvé dans le passé leur efficacité pour empêcher tout développement.

Actuellement, notre avifaune n’est pas concernée par ces mesures. Seule, une surveillance est réalisée pour mettre en évidence une contamination éventuelle. Les experts de la Commission à Bruxelles se réunissent actuellement pour étudier les mesures à prendre.

En Europe, on peut aussi craindre une forte contamination de notre avifaune sans que nous soyons pour l’instant capables d’en mesurer l’impact : Le virus sera-t-il faiblement ou hautement pathogène ? Y aura-t-il une forte mortalité ? Les autorités sanitaires imposeront-elles des mesures drastiques ?

Si les précautions sanitaires sont respectées, l’impact sur la santé humaine en France devrait être nul, ou très faible, de toute façon largement inférieur aux 3000 morts dues à la grippe « classique » chaque année.

Epidémie de grippe humaine d’origine aviaire

Très différent sera la pandémie de grippe humaine d’origine aviaire liée au virus recombiné. Elle représente le risque majeur pour la santé humaine. Les prévisions de risques de mortalité humaine se mesurent en dizaine de milliers de morts en France et en dizaines de millions de morts dans le monde.

Comme nous l’avons précisé précédemment, il est fort probable :

  • que la recombinaison du virus de la grippe aviaire ait lieu en Asie du Sud-Est, qui sera alors le foyer initial de contamination humaine,

  • que les oiseaux n’interviennent pas ou très peu dans la propagation de l’épidémie puisque la transmission des virus recombinés s’effectuera d’être humain à être humain,

  • que les 2 épidémies se développeront de façons totalement indépendantes l’une de l’autre. La progression de la grippe humaine pouvant être extrêmement rapide, l’épidémie de grippe humaine liée à la grippe aviaire pourra atteindre notre pays avant l’épidémie de grippe aviaire. En effet, les migrations des oiseaux sont particulièrement lentes, alors que la contamination de notre pays par un homme infecté revenant d’Asie en avion ne prendrait que 10 à 15 heures.

Nous serons alors dans une épidémie purement humaine, dans laquelle notre avifaune ne jouera plus aucun rôle. Toutes mesures à l’égard des oiseaux deviendront alors totalement inutiles.

Tout ceci reste une liste de scénario dont la probabilité d’émergence est bien difficile à établir et à chiffrer. L’imminence d’une pandémie ou d’une panzootie n’est pas vraiment démontrée.


Il n’est donc pas nécessaire de tuer tous les oiseaux, comme la F.A.O. l’a déjà mentionné…

Jean-Michel MICHAUX - Président de l'I.S.T.A.V.
Le 4 octobre 2005.

Je remercie le Professeur Jeanne Brugère-Picoux (ENVA) et le Docteur François Moutou (AFSSA) pour les informations qu’ils ont mis à ma disposition.

Voir les commentaires

influenza H5N1; grippe aviaire ;peste aviaire. ne pas erradiquer les opigeons. Mais reflechir sans psychose.

27 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

En informant les gens de la moindre fièvre d'un touriste ayant été en contact avec des oiseaux ou la moindre maladie ou mort suspecte d'un oiseau de par le monde,on fait monter la pression et les peurs archaïques sont réveillées. Quand ces sentiments submergent le sujet, il peut alors se sentir en état de légitime défense et s'en prendre au premier innocent venu si on le lui désigne comme étant le danger incarné. Il en est ainsi des pigeons, par exemple qui, comble d'ironie, ne peuvent avoir la grippe aviaire selon de nombreuses etudes. De même qu'on les accuse de donner des tas d'autres maladies ce qui, selon les services vétérinaires de Paris est faux.

Dans la ville de Venise, qui compte des dizaines de milliers de pigeons, les services vétérinaires ont assuré mercredi que cet oiseau possédait des "caractéristiques physiologiques" qui le rendait réfractaire à la grippe aviaire. Ils ont assuré que les touristes pouvaient continuer sans danger à fréquenter la place Saint-Marc.
Il y a eu au moins de ramasseurs de champignons tués cette année par des chasseurs. Les chasseurs en un an font autant de morts que la grippe aviaire en 8 ans!
 
 Et on ne lutte pas contre ça?

On voit bien ici que ce qui compte c'est d'avoir de l'émotion tous ensemble et pas de trouver de veritables solutions à un problème qui risque seulement de se poser. Il se posera d'autant plus si on ne pense pas juste et efficace.

Voir les commentaires

L'homme un animal difficile à gérer...

27 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

 

Pour rire un peu en ces temps difficiles...mais je ne soutiens en rien JM Michaux sur son texte...Plutôt Odette qui m'a bien détendue.

L’homme, un animal difficile à gérer.

La maîtrise des populations d’humains en milieu urbain et rural se
révèle d'une grande complexité face à la capacité de résistance de cet
animal.

Pour déloger l’homme de la planète qu'il envahit et qu’il saccage, de
l’environnement qu'il dégrade, des océans qu'il polluent allègrement, de
l’air qu’il rend irrespirable avec ses automobiles, aucun moyen, hélas,
n’existe (à part peut-être une bonne grosse météorite).

L’homme s'installant sur tous les sols, durs, mous, très inclinés, peu
inclinés, toutes les solutions sont inefficaces. Ses déjections, ses
déchets nucléaires, ses ordures ménagères, ses marées noires rendent
insalubre la quasi-totalité de la planète.

Vouloir réduire sa population significativement serait une bénédiction
pour cette planète et les animaux non humains qui la peuplent.

Texte  version alternative  d'Odette,

en réponse à ça:

 

 

 Le pigeon, un oiseau de ville difficile à gérer (MAGAZINE)

MAISONS-ALFORT (Val-de-Marne), 14 juin (AFP) - La maîtrise des
populations de pigeon en milieu urbain, objet d'un récent colloque, se
révèle d'une grande complexité face à la capacité de résistance de cet
oiseau mais également de ceux qui les nourrissent, encore plus
difficiles à "domestiquer".

Pour déloger le pigeon des halls de gare qu'il envahit, des monuments
qu'il dégrade par ses fientes, des courettes qu'il rend insalubres, de
multiples moyens existent : graines contraceptives, euthanasie dans des
caissons à CO2, pics, et même savonnage de leurs "perchoirs" afin qu'ils
en glissent.

Le pigeon s'installant uniquement sur des sols durs, peu inclinés, poser
des mousses, créer une pente en coulant du béton dans les corniches,
voire sur la bordure de fenêtre, quitte à ne plus pouvoir y poser son
bac à fleur, sont quelques solutions efficaces.

"Mais vouloir la réduire significativement serait un non sens car
d'autres espèces peut-être plus nuisibles prendraient sa place", a
néanmoins averti M. Michaux en conclusion du colloque.

Non, pas d'accord, dr michaux, vous ne faites que reprendre des poncifs mensongers sur eux : les pigeons ne sont pas ce que vous dites et je vous le demontrerai un autre jour.

Mais d'accord avec votre conclusion.


Voir les commentaires

Il a la grippe aviaire! tous aux abris!

27 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Pardon à tous les petits canards et autres oiseaux qui meurent par millions de la faute des hommes.

La grippe vient des élevages concentrationnaires et insalubres de Chine.

Voir les commentaires

Pourquoi l'humanisme est un danger pour l'homme aussi?la civilisation est le cheval de Troie de la Barbarie.

25 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Je mets le lien de ma participation à l'hebdo du médiateur du 29 octobre là:

http://jt.france2.fr/13h/index.php3?jt=2
 
 La véritable civilisation, celle d'où la barbarie sera exclue, ne naîtra  pas avant  la reconnaissance et le respect des droits des autres animaux .

Pourquoi? Tout simplement parce que les "civilisations" sont infiltrées de barbarie du fait de ce rapport qui est une   zone de non- droit.

Dans  cette zone, la barbarie est perçue comme  normale, car banale. Et à ce titre la barbarie n'est pas repérée pour ce qu'elle est mais pour des usages parfaitement intégrés par la dite civilisation qui en est le Cheval de Troie.

La barbarie  est d'autant plus ancrée qu'elle caractérise les fondations de l'humanité qui s'est bâtie sur le rapport des hommes à sa propre animalité et aux autres animaux.

 La Nature  est perçue comme une Corne d'abondance à la disposition de l'espèce  autosacralisée en " être" humain. Avec à la clé l'idée d'une nature invulnérable, non castrée,  inépuisable...comme la mère du temps hors la Loi de l'Oedipe.

La métaphore du nom du père   permet de jouer la liberté du désir contre l'asservissement à la jouissance du pire. C'est ce que Lacan appelle "parier du père au pire".
Ce fantasme d'abondance éternelle donne des rôles précis aux deux protagonistes en position de se vampiriser l'un l'Autre.
 Nous avons d'un côté l'aimé, érotomane convaincu d'être l'enfant préféré de la nature, voire de Dieu qui la représente selon son délire où il est le seul aimé, et les autres sont alors dans le rôle d'objets pulsionnels, a, qui sont à la disposition de cet enfant pour qu'il en jouisse. 
La nature joue de son côté un rôle  qui semble évident à qui veut bien la reconnaître dans ce qu'elle apporte: la vie, la nourriture et aussi la mort, car la vie des êtres sexués est une condamnation à mort... rôle de la mère...perçue comme sans manque... par un homme qui lui refuse tout droit, homme pris dans les rêts d'une jouissance qui ne peut pas ne pas nous faire penser à la perversion.

C'est ainsi que le rapport de l'homme à la nature et aux "objets"  qu'elle contient ne peut être qu'incestueux, ou même le plus souvent "incestueur", puisqu'en dehors de toute limite..

Voir les commentaires

Grippe aviaire ou peste: principe de précaution: nourrir et laisser vivre les pigeons.

25 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Peste aviaire: par principe de précaution, il ne faut surtout pas prendre les pigeons en grippe!

 

 

 

 

 

 

Ce qu'il faut savoir pour ne pas faire de bêtises en plongeant dans une de ces solutions-réflexes qui défient le bon sens mais dont l'homme a la spécialité et qui se résume dans celle du bouc émissaire.

 

 

 

 

1° Le virus H5n1 est très très peu transmissible à certaines espèces dont l'homme  et  pour ainsi dire pas du tout à certaines autres espèces dont les colombidés (pigeons) et les moineaux.

 

 

 2° un pigeon à qui on a inoculé le virus n'a comme trace de son passage que des anti-corps et pas le virus donc il ne peut pas être un dangereux porteur sain.

 

 

3° on a réussi après moult efforts à rendre malades en laboratoires  des pigeons lors d'une expérience où des  doses énormes de virus leur avaient été injectées à plusieurs reprises.

 

 

Et bien, on a pu constater ceci :

 

 

Les pigeons malades n'ont pas été contagieux car les poules avec qui on les avaient mis exprès sont restées saines. On sait tous que pourtant, elles sont très vulnérables face à ce virus.

 

 

Ce qui signifie cela :

 

 

1. Si un pigeon, par impossible, attrapait la grippe aviaire, il ne serait pas contagieux du tout à l'homme car il ne peut pas même le transmettre aux poules !

 

 

2. D'autre part, si les pigeons sont ainsi résistants au virus, il ne peut pas en être de même de toutes les espèces dont celles qui, attirées par le vide de la niche écologique abandonnée si on les extermine comme on ne cesse de tenter de le faire par multiples méthodes où la barbarie le dispute avec la bêtise, viendraient à les remplacer dans notre entourage. Il ne faut pas exterminer sans raison des êtres qui ont en eux de telles défenses!

 

 

Nous devons mesurer la chance que nous avons de ne pas avoir auprès de nous une espèce très contagieuse entre oiseaux déjà. Ce qui m'amène à penser que leur présence nous protège bien plus qu'elle ne nous expose au virus en question.

 

 

Il conviendrait donc de les tenir en bonne santé en les nourrissant au lieu de les affamer comme une loi absurde nous l'impose.  Il faut éviter d'immunodéprimer les pigeons car c'est eux notre tampon entre le virus et les espèces qui, éventuellement seraient contagieuses.

 

 

On peut consulter sur le site Stéphane Lamart, la lettre d'un vétérinaire, spécialisé en  soins des oiseaux, le célèbre Pr. de Wailly, qui exonère ces oiseaux de toute dangerosité sanitaire pour les humains. La seule maladie qui aurait ou être transmissible à l'homme, la psittacose, curieusement et fort heureusement, rencontre lorsqu'elle vient des pigeons une résistance à la contagion chez l'homme ! Les seuls cas connus proviennent des psittacidés, (perruches et perroquets). La DSV(Direction des Services Vétérinaires) de Paris le dit bien: "A ce jour, aucun cas de transmission à l'homme n'a été déclarée".

 

 

On se retrouve devant la même irrationalité, ici. Car c'est au nom de ce risque sanitaire imaginaire que des milliers de pigeons sont persécutés, massacrés, électrocutés, empoisonnés, étouffés par vide d'air ou asphyxiés au gaz carbonique, et ce chaque année de par le monde.

 

 

Mais il faut savoir raison garder car le virus en question est très peu transmissible à l'homme et ne sera dangereux que muté et alors ce ne seront pas les pigeons ou les autres oiseaux les dangers mais…les autres hommes.

 

 

 

 

 

 

Sources:

 

 

Laboratoire Intervet:

 

 

http://www.intervet.com/company/research_and_development.asp

 

 

 

 

NPR, une agence de presse américaine, style AFP.

 

 

http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=4967188

 

 

Voir les commentaires

grippe aviaire et pigeons:ils peuvent nous proteger de la grippe aviaire! nourrissez les bien SVP!

24 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Encore une nouvelle qui exonère complètement les pigeons de tout danger de propagation.

un bouclier antivirus formidable que nous sommes en de détruire car les hommes(abrutis par définition en période de stress) sont train d'exterminer nos adorables oiseaux qui apportent la santé..selon les observations faites à la SPOV sur les soigneurs bénévoles qui voient leurs douleurs disparaître après qq. heurs de contact avec les pigeons. Des porte-bonheur malmenés par notre immense bêtise?

Je suppose que ces bienfaits que nous offrent les pigeons s'expliquent scientifiquement car les pigeons possèdent des recepteurs magnétiques très puissants qui leur permettent de ne pas se perdre.

Ce qui rejoint les constatations de l'ecologie: tout vivant à son rôle à jouer dans le grand tout de la Nature mais...noud sommes des bulldozers sans cervelle qui détruisons ce qui nous déplaît pour des raisons le plus souvent irrationnelles.

http://www.telegraaf.nl/buitenland/article26969541.ece?rss:

"Les pigeons ne jouent aucun rôle dans la propagation de la grippe aviaire"
En bref: L'experte allemande Ortrud Werner a infecté des pigeons dans son laboratoire avec le H5N1, or il lui a fallu des doses énormes pour que quelques exemplaires seulement deviennent malades. Et même les pigeons malades ne transmettaient pas le virus, les poules qui vivaient dans une même cage avec les pigeons infectés, ne sont pas devenues malades. Les poules sont l'espèce la plus sensible au virus, selon l'experte allemande.

Werner est la directrice  d'un centre de recherche vétérinaire spécialisé dans la grippe aviaire sur l'île de Riems.

 

 

Voir les commentaires

Christine Bravo comme le sénateur About, contre la grippe aviaire, a sa solution magique pour débiles profonds: sacrifier les pigeons.Sic. Et porter grigri?LOL!!!

23 Octobre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

 

Ecrivez à votre maire:! pour votre protection pour lui dire ceci: ne tuez pas les pigeons. Solution logique.

 

Voilà ce que j'ai laissé sur le forum de Laurent Ruquier que j'aime bien, lui:


Arrêtez d'être injuste avec Christine Bravo!!!

L'oficionada Christine est quand même aussi intelligente qu'un sénateur! Nicolas About pense qu'en les affamant et en en tuant un maximum, on va pas attrapper la  grippe aviaire. Peste!


 
On peut donc être sénateur et analphabète?
Car partout, les infos de la science et des pays de partout le disent: ce n'est pas un scoop.
 
Les pigeons   sont
1° réfractaires au virus;
2°Pas même porteurs sains
Les pigeons sont donc de véritables tueurs de ce virus …une chance pour eux et pour nous :) ...mais…  Ils sont en ligne de mire, dans le collimateur de ce monsieur About, sénateur de son état, qui entraîne dans la curée d'autres naïfs, toujours prêts à faire leur M.A.(mauvaise action) prêts au meurtre expiatoire, reliquat du temps primitif des sacrifices.
Et de l'autre, on ne voit pas que les voyages internationaux sont des moyens de ramener des virus beaucoup plus sûrement.
Mais on va pas empêcher les gens de voyager!  Trucider les pigeons? Ça "c'est facile…c'est réalisable"…alors, acte magique sans aucun fondement, on le fait.

Au passage, je pense aux moineaux:sachez qu'ils sont eux aussi résistants à ce virus.


Conséquence très dangereuse prévisible: des espèces moins résistantes au virus vont les remplacer dans la niche écologique laissée libre. L'apprenti sorcier en profite pour placer sa haine destructrice envers les pigeons.

Mais lorsque ce monsieur qui a un cerveau moins fourni que nos oiseaux bien moins cons que l'on veut le croire, dit que l'on ne doit pas nourrir les pigeons, on atteint le sommet.  Depuis quand la prophylaxie contre une maladie est la dénutrition?
Ne voyez vous vraiment pas que c'est l'inverse qui arrive? Car on a beau être résistant de nature, si on vous laisse crever de faim et de soif…et bien, on affaiblit vos defenses immunitaires.
Il est évident qu'au contraire il faut faire une opération remise en forme des oiseaux de ville par une bonne alimentation! appeler à les affaiblir encore plus pour prevenir la maladie est quand même   inconcevable, non?
Je m'excuse de ne pas être plus bête que ça mais [b]les préjugés sociaux contre les innoffensifs pigeons et les JUSTES qui les nourrissent sont très resistants à la logique. [/b]Mais cette logique ne nécessite pas le QI d'Einstein.
Celui qui, justement disait:" il est plus difficile de désagréger un préjugé qu'un atome."
je rajouterai et lorsque la haine y est mêlée, c'est une prousse d' arrêter les lyncheurs.
( déjà 3000 pigeons massacrés à Boulogne sur mer!)
Jeanne Brugère-Picoux , professeur à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort se dit consternée  «face à l'alarmisme ambiant ».

Un exemple de la confusion qui règne autour de cette affaire : un matin, un auditeur téléphone à France-Inter, il veut savoir s'il doit se débarrasser de ses chats qui, de temps à autre, attrapent et mangent des oiseaux.
Il y a aussi des heureux:
Les laboratoires Roche (du Tamiflu) gagne 47%à la bourse.
 Les sociétés de tueries de pigeons sont surchargées! Les maires écoutent bien About...et leurs administrés paniqués et prêts à porter grigri si on le leur demande

******************************

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>