Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Le scandale de l'AGRI, unité de recherche de l'INRA sur le bien-être animal

12 Janvier 2008, 18:44pm

Publié par Jo Benchetrit

Annonce du film:
projection du *film* "Des cochons (et des hommes)" - De l'objectivation
scientifique de leur *bien*-*être* et autres petits concepts, de Bruno
Thomé, *...*

J'y suis allée assez confiante, pour ce film à la Villette, persuadée que l'on allait voir plutôt des animaux heureux que des animaux comme dans les usines à viande. Que nenni. C'est tout pareil, à ceci près qu'en plus, des expériences abominables y sont faites.

Voir de manière continue  ce film me fut impossible, j'ai dû sortir à qq reprises.. J'ai un penchant très faible pour les tortures, comme vous vous en doutez. Donc, je vous résume ce qui se passe, à partir de ce que j'ai pu en comprendre, et ensuite grâce au débat, ça c'est un peu éclairé:
A l'INRA, on crée une unité de recherche, l'AGRI, pour rassurer les consommateurs  dans le but de donner un label "bien-être" qui fera vendre.

OK?Mais ces ignares veulent justifier de leurs émoluments en faisant des choses stupides, inutiles et douloureuses.
Tout comme Mengele, les expériences de stress sont menées afin de voir ce qui va se passer quand ils sont malades, ou mis dans des conditions si dures qu'ils essaient de s'entretuer.

Les scientifiques qui font de protocoles d'expériences basées sur le stress sont, eux, fort decontractés.. La chercheuse que nous avons vue , en rigolant sur son vélo, a amené le cinéaste  en disant: gaiement  "des animaux  stressés? Vous allez en voir plein."

En effet, les cochonnets tout juste sevrés subissent 2 sortes de stress: physique et psychiques.

On leur injecte des drogues inflammatoires pour que leur corps soit douloureux, qu'ils aient de la fièvre et pendant 12 h, ils vomissent ,se tordent de douleur. Pour couronner le tout on leur fait des prises de sang mais on nous explique que c'est très dur à faire et ce jour-là, que la moitié est morte de prises de sang mal faites. On se demande quelle "charcuterie"   se fut pour tuer avec une prise de sang.
De toutes les manières, en général, après, ils sont tués et brulés dans le four de l'inra ou envoyé à l'équarrissage si qq chose de leur corps, os, gras ou peau, peut   être utilisé. Mais si ce que l'on a injecté est trop toxique  et donc serait dangereux pour l'homme ensuite, c'est le four crématoire.. Tiens donc, ça ne vous évoque rien?



Mais quel cynisme!!!
Le cinéaste dénonce parfaitement cette terrible imposture.
 Qui aurait imaginé une telle  perversion, au nom de recherche soit-disant sur le bien-être???
C'était très bien, et courageux.
 Le cineaste est un biologiste éthologiste qui se pose à juste titre contre les physiologistes
mais il dit au débat que le végétarisme n'est pas la solution!!
j'ai parlé de mon végétalisme. Quelqu'un parla ensuite de végétalisme "primitif"!!
Mais je n'avais plus le micro, ni assez envie de m'exprimer.

Au débat, il y avait l'éleveuse/ publicitaire dont j'ai oublié le nom
qui vient faire son cinéma sur son" amour" pour ses 350 truies et 22 000
cochonnets auxquels elle est attentive, of course! elle te ferait croire
qu'elle en connaitrait les noms et qu'elle les couve tous--une ville de
20.000 habitants à couver, quel boulot! et qui est payée par son
syndicat pour faire la communication des eleveurs(selon Johanne de la
PMAF). C'est elle qui était contre Méryl et Alice de PETA à une arène de France. Alice qui avait mission de pârler des elevages l'avait rétamée.
Je l'ai mouchée, mais bon, elle s'en fout car c'est un robot lénifiant rabâcheur qui refera son n° à l'identique alleurs..
Mme Porchet   : très bien sur et contre l'elevage industriel, est pour sa part
pour l'élevage à l'ancienne.
Pas d'accord avec moi pour dénoncer
tout l'élevage, elle a même l'audace de dire ceci: "l'élevage c'est un
travail ensemble, les animaux et leurs éleveurs. L'élevage vous elève!!!"
C'est qd même le seul boulot dont la rétribution est la mort.

Quand je lui ai parlé d'esclavage et pas de contrat de travail entre
êtres libres, elle a dit "pas d'accord"...mais incapable d'argumenter

elle m'a invité à la lire puis à en
discuter plus tard avec elle.

Comme si un livre pouvait me convaincre de la veracité de cette association entre êtres heureux de travailler ensemble, quand les uns gardent prisonniers les autres aux fins de les faire assassiner!!!Dingue, ce que les gens aiment à se donner d'eux une belle image.
Mais je n'imaginais pas que j'allais voir ça et j'en suis
malade.
C'est trop dur.
Que dire sinon:"Pourquoi?
" comme dit le tableau anti-corrida de Thierry Héli
*Vous qui écrivez contre les expé hors de France, ne croyez vous pas que
nous devrions d'urgence nous rebeller contre l'INRA et cette hypocrite
unité de recherche?*
 
Cependant, je me demande si on continuerait à manger de la viande si on savait ce que ces bébés endurent pour que l'assiette de nos consommateurs se remplissent de leurs cadavres suppliciés mais maquillés en objets anodins.


 

A nous de savoir si nous ne devons pas à notre tour lutter pour que ce département disparaisse ou au moins soit surveillé par la SPA ou autre car là, seul le ministère de l'agriculture les chapeaute et ils y font ce qu'ils veulent.
La sacro-sainte liberté des scientifiques est avec celle des artistes une plaie quand leurs objets  sont vivants et sensibles.
Il faut oeuvrer pour que cela cesse.
 

Commenter cet article

jean bernard 13/01/2008 18:36

Pour que celà cesse ainsi que toutes les exactions à l'encontre des animaux il faut: 1) Devenir végétarien                                     2) Voter pour la FEA