Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Affaire DSK et vicissitudes de la vertu/ texte d'un juge (Charolois)Le doute devrait profiter à l'accusé.

10 Août 2011, 04:38am

Publié par Jo Benchetrit

 Pourquoi les préjugés gagnent ils et font l'opinion?

C'est parce que ça fait jouir.

 

Je vois que je ne suis pas la seule à savoir que l'on doit douter.   C'est une question d’éthique. Défendre les animaux devrait nous amener justement à nous protéger et à protéger les autres de toute cette méchanceté humaine dont chacun est porteur. Restons-en porteur sain !    Il faut du courage pour douter car ça peut vous séparer de la communauté grégaire  des humains  qui plongent facilement dans la jouissance de la certitude et de la haine fasciste groupale.

La bêtise  humaine est ainsi faite qu'elle atteint aussi des intelligents (enfin..si on veut bien exclure les moments où ils sont cons et salauds ce qui va ensemble souvent). C'est une maladie  qui permet aux humains, même  ceux qui proclament leur misanthropie, de s'aimer entre eux contre l’autre. La grégarité  est l’inverse  de la misanthropie, pourtant. 

A cause du fait que je pense que le minimum d'honnêteté est d'attendre avant de tirer des conclusions sur la culpabilité de quelqu'un, je me suis fait à mon tour quasiment lyncher et même lâcher  par des amies. Une d'elle  a pu continuer à vomir sur moi auprès de plein de gens,   qui me voient sans doute à cause de ses calomnies comme un monstre lubrique et sexiste (un comble pour une femme, ayant pas mal bossé au MLF loool).

Pourtant la lutte contre la barbarie passe obligatoirement par reconnaitre et se battre contre celle qui est en soi. Et jouir de la haine pour quelqu'un avec les autres est une des figures  les plus communes de la barbarie.

D’ailleurs la calomnie est un délit…et à ce titre pour certains un délice.

Calomnier au risque de blesser l’autre en l’isolant et en le livrant à la vindicte des esprits faibles qui se laissent emporter par cette jouissance ne fait pas peur au barbare (qui peut être une personne admirable par ailleurs. Il y a bien des aficionados qui semblent normaux par ailleurs et ont pu faire de la resistance (j'en sais rien mais ça doit se trouver)) qui, jamais ne reconnaît sa faute !

La moindre des choses (éthique) quand on se trompe est :

1)                  de demander pardon
2)                 de ne plus  recommencer à juger avant de savoir dans les mêmes  circonstances.
L‘expérience d’Outreau n’a rien appris à certains. C’est désespérant  et pour le coup, pourrait me rendre encore plus misanthrope , la découverte chaque jour renouvelée de l’obstination à nuire aux animaux ayant fait le plus gros du travail.
3) de ne pas enfoncer ceux qui ne perdent pas la tête dès quon parle d'abus sexuels. La cause de ce fading du sujet est à chercher evidemment dans leur inconscient comme le dit bien Gérard charolois, dont je vous copie le texte en bas . 
ou, comme le dit Lacan dans son mathème   du fantasme: le sujet $ est en fading, barré, empêché de penser devant l'objet de son désir. il ecrit ça: $<>a qui se lit: S barré poinçon petit a , ce qui signifie qu'il devient bête. Ce qui veut dire également qu'il jouit.


J'ai découvert ce texte de Gérard, qui est juge comme on sait, et qui va dans le même sens à propos d'affaires de justice commecelle de DSK..
Je vous le livre: 

 

 

 

www.ecologie-radicale.org

Gérard CHAROLLOIS            le dimanche 24 juillet 2011

TEL 06 76 99 84 65

       Du fait divers aux pièges de l’inconscient.

Tout individu, quelles que soient ses appartenances politiques, ethniques, sociales, ne doit  répondre devant les tribunaux que de ses actes.

Or, les multitudes, étrangères aux vertus de VOLTAIRE, promptes aux lynchages, sans cesse en quêtes de boucs émissaires, se passionnent dès qu’un fait divers sollicite les inconscients freudiens ou post-freudiens, réveille les instincts, libère les frustrations, les craintes irrationnelles, les refoulements pulsionnels.

 

En 1900, les français se battaient pour l’honneur de l’armée ou l’innoncence du juif DREYFUS.

En 1970, LES Français s’excitaient pour la culpabilité d’un notaire assassin putatif, en Artois, d’une jeune fille prolétaire.

En 2011, quelques mois avant la présidentielle, les médias bruissent de la vie sexuelle de Dominique STRAUSS KAHN, les badauds s’érigeant en procureur courroussé, en avocat passionné des protagonistes ou pire, en juge, du roman feuilleton de l’année.

 

C’est que tout fait divers renvoie chacun à sa subjectivité.

S’il en était autrement, la simple rigueur intellectuelle, la plus élémentaire honnêteté morale, la calme lucidité rationnelle conduiraient à dire que n’ayant pas été présents aux actes débattus, nous ignorons la vérité des faits.

 

Le capitaine DREYFUS avait-il transmis des documents relatifs aux obusiers Français à l’ambassade d’Allemagne ?

Le notaire, symbole de la bourgeoisie de province, avait-il trucidé la jeune fille ?

Le leader socialiste a-t-il agressé sexuellement une femme de chambre ou a-t-il eu une relation consentie avec une opportuniste inspirée ?

 

Faut-il être Socrate insatisfait d’incertitudes ou un idiot satisfait d’affirmer péremptoirement une réponse dictée par de purs préjugés ?

 

En 1900, le nationaliste militariste n’avait rien à faire de l’innocence du juif nécessairement traître à la patrie  et à l’armée.

 

En 1970, le pourfendeur de notaires bafouait tant la présomption d’innoncence que l’empathie due à tout être, à l’heure de la lapidation expiatoire.

 

En 2011, les antisexes, rabaissant la  femme dont ils font cette perpétuelle enfant, vestale victime de mâles jouissifs, condamnent, dans l’indifférence des faits, le séducteur patenté.

Car, le fait divers est là pour étayer le fantasme.

Il n’est que le support du préjugé, l’occasion du lynchage, l’exutoire attendu.

 

 

Pauvres humains, piégés par leurs subjectivités, égarés par eux-mêmes et ainsi amenés à commettre bien des crimes et des injustices d’hier et d’aujourd’hui.

 

Comme vous, et peut-être davantage, j’ignore tout des circonstances des relations sexuelles de DSK et de la femme de chambre et j’avoue ne guère trop souffrir de cette ignorance-là.

 

En revanche, constatons, simple fait et non appréciation subjective, que tout cela tombe à point pour les oligarques, pour le parti de l’argent qui sait à merveille exploiter ces affaires, notamment en publiant dans son quotidien favori, habituellement de meilleure qualité, les photos d’un leader socialiste et d’une plaignante, en indiquant que ce leader serait prochainement « entendu par la police », sur des faits allégués datant de huit ans.

Cela fait toujours bon effet !

 

A croire qu’obnubilée par le modèle anglo-saxon, la droite de l’argent envie aussi sa presse de caniveau.

 

 Bien sûr, seul un idiot satisfait pourrait sombrer dans le syndrome du complot politique devant tant d’invraisemblances, de téléscopages de plaintes opportunes en période préélectorale !

Nous nous garderons du travers consistant à faire dire aux faits plus qu’ils ne disent.

Mais, consolons-nous en pensant que les historiens auront demain de belles investigations à mener sur nos années piteuses.

             Gérard  CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE

MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE

POUR LE RESPECT DES ÊTRES VIVANTS ET DES EQUILIBRES NATURELS. 

Commenter cet article