Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Anne-Lise Stern nous a quittés, nous laissant avec cette question: peut-on parler d'autre chose que d'Auschwitz après Auschwitz?

19 Mai 2013, 19:02pm

Publié par Jo Benchetrit

http://www.marianne.net/photo/art/default/969526-1147010.jpg?v=1368111235  "Anne-Lise, toujours aux aguets face aux abus de la science, alla jusqu’à déranger la conférence d’un neurologue qui faisait part de ses expériences avec des rats en improvisant une performance : elle courut à travers l’auditoire, imitant un rat prisonnier d’un labyrinthe. A l’instar de l’écrivain allemand Hans Wollschläger, la souffrance des animaux de laboratoire lui évoquait celle des êtres humains torturés."

 Franz KALTENBECK dans un beau texte : http://www.aleph-savoirs-et-clinique.org/hommage-a-anne-lise-stern-psychanalyste-1921-2013.html


Le nazisme, c'est la fin de l'homme.

 

Alors, elle en parla... dans un livre:

"Le savoir-déporté".

Anne Lise fut une bonne rencontre pour moi et une figure marquante, insolite, ô combien indispensable de ce laboratoire de la compréhension du phénomène humanité qu'est la psychanalyse, l'analyse qui est son prénom. Elle était en compagnonnage avec l’Ecole Freudienne, celle fondée par Jacques Lacan avec Françoise Dolto.  Je me réjouis d’avoir eu la chance de les avoir eu comme formateurs, ainsi qu'Anne-Lise.  J’avais été touchée parce qu’elle m’avait choisie pour « travailler » avec elle, m’avait-elle dit en guise d’invitation à son séminaire privé, chez elle. je m'y retrouvais en grand comité, avec d'autres comme le regretté mathématicien Pierre Souri, qu’elle avait désignés comme capables d’en entendre et faire quelque chose, lors de ses discours qu'on pouvait interrompre pour causer  sur un point qu'elle venait de soulever, de ce qu'elle appelait: "Lecture paranoïaque de l'actualité".  Plus qu'un savoir, elle transmettait une méthode de détectage . Et de quoi, sinon du retour du refoulé sous forme de camps?

Elle voyait des camps  partout! Elle reniflait les répétitions du nazisme entre autres dans les journaux, à l'insu des journalistes, caché dans une mise en page par exemple.

Elle savait donc quelque chose. Ce  quelque chose était le réel que les nazis lui avait imposé, la déportation, les camps.  Peur irraisonnée d'un remake, ou au contraire regard visionnaire? Un savoir aussi sur son passage dans l'enfer pulsionnel des camps, à partager, forcément intransmissible,  car  « la vérité ne peut que se mi-dire » (Lacan)et     « le Réel est impossible à dire » (Lacan) ...entièrement.

Transmettre, pour Anne-Lise, c'est dire son expérience des camps, mais surtout faire de la prevention. Le présent n'était plus le présent d’avant Auschwitz, et pas seulement pour les rescapés. Ce qui est venu ensuite, après l’assassinat  industriel   d’humains par d’autres humains, c'est non seulement l’exigence d’un "plus jamais ça", mais la conscience d'un " rien ne sera jamais plus comme avant". 

Et pourtant, pour ceux qui ne sont pas aveugles, l'homme était bien avant ça, depuis des millénaires, l'immonde qu'on a connu envers les juifs,  mais là, avec les animaux.

D'ailleurs les camps ont été inspirés par l'antisémite Ford qui, lui-même, s'est approprié le modèle des abattoirs de Chicago pour fabriquer ses voitures. Ça se passait dans des usines où la division du travail faisait que chaque ouvrier ne voyait pas la fin de son travail ébauché, pour que la   répétition du geste l'accélère et fasse rentabilité.

Les animaux servent de laboratoires pour que le pire en l'homme s'exerce de même envers les hommes.

Notre monde, néanmoins, se construit sur la dépression post traumatique due à la desidealisation de l'homme par lui-même, particulièrement l'homme occidental, seul à être parti sur l'idée qu'il était assez civilisé pour en donner leçon aux autres. D'où la colonisation. Mais, avec les animaux, on est plutôt en état maniaque, leur imposant tout et n'importe quoi au hasard du caprice du prince, ou bien dans une organisation  minutieuse, mise au point par la science pour en tirer profit au maximum, sans jamais se préoccuper sérieusement de la souffrance imposée. UNE HONTE, encore, et bien avant les camps nazis. L'homme in-civilisable? C'est bien de ça que parle Freud, dans Malaise dans la Civilisation.

 

Tout   discours sur la supériorité humaine ne peut plus que faire flop. La monstruosité humaine est reconnue comme celle de tout un chacun, pas comme une exception. Les nazis lui ont simplement servi sur un plateau l’occasion de s’exprimer à l'abri de toute punition. Ce qu' Hannah Arendt a compris. Même si je ne suis pas d’accord avec elle sur toute son analyse, le mal est chose banale, ô combien hélas. 

 Le "plus jamais ça" corollaire du devoir de mémoire est mû par la peur de la compulsion à la répétition. Il y eut tant de jouissance à cette époque là, chez les nazis et de leurs complices, qu'il est à craindre qu'ils en redemandent encore, en corps, de ces corps qui tombaient en grappes des camions, en grappes des chambres  à gaz, en grappes dans les fossés creusés, comble de cynisme, par les futurs morts...pour une vendange immonde qui enivrait les innommables abrutis qui les assassinaient au nom de la loi du toujours plus fort, jouissance dans la transgression autorisée par la loi perverse, jouissance masturbatoire de l'homme qui nie l'Autre, jouissance disait Lacan, de l'idiot.

C'est ainsi que l'homme est mort, qu'il a perdu toutes ses médailles, qu'il s'est dévoilé pour ce qu'il est, un danger public qui jouit de perdre   facilement la tête au point de haïr principalement ce dont il est si fier: la pensée, au sens de réflexion.

Ne pas se reposer sur la perte déprimante de nos lauriers. Essayons d'en  mériter d'autres, de vrais.
Pour qu'il n'y ait plus de jeunes filles qui, comme Anne Lise ou Simone Veil qui étaient ensemble à Auschwitz à 23 ans, soient ou massacrées, ou blessées à vie par la monstruosité humaine, il nous faudrait changer.  

Mais changer suppose que le sens moral s'exerce envers tous, y compris les autres animaux. On ne peut être fumeur dans un coin de la maison en se disant non fumeur parce qu'on ne pas fume pas ailleurs. Idem de la barbarie sectorisée aux animaux.

L'idéal de civilisation doit passer par là ou ne sera jamais atteint ni même approché.

L'homme de la loi du plus fort est plus bête que la plus humble des bêtes. Car  celui qui oublie les droits de l'Autre, celui qui choisit le pire au lieu du père, à entendre comme le nom-du- père  civilisateur, se jette dans la folie criminelle et s'y perd.

Comme le fit l'humanité envers les juifs lors du génocide en ne faisant rien pour  que les nazis ne puissent accomplir leur plan, et en les aidant de cette manière passive ou de façon active. Le film Amen montre un prêtre tentant de faire bouger le pape. En vain. Le monde entier, comme tétanisé, en fading devant un fait aussi fantasmatique, n'a rien fait. Qui,  après, peut être taxé de laisser- faire?

 

Pour avoir des precisions, lire aussi l'article de Philippe Petit:

http://www.marianne.net/Disparition-Anne-Lise-Stern-1921-2013-Psychanalyste-de-la-poubelle-des-camps_a228698.html


 D'autre part, je suis très choquée qu'un site canadien ait trafiqué sa photo sur la couverture de son livre. Ce ne peut être qu'un acte antisémite, version humour nazi. Jugez-en plutôt, cette le site de renaud-bray, la plus grande librairie  francophone d'Amérique du Nord:

http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=896816&def=Savoir-d%C3%A9port%C3%A9%28La%29%2CSTERN%2C+ANNE-LISE%2C9782757805404     

A Gauche, la vraie couverture de Savoir-déporté.

La droite sur le site de renaud-bray est trafiquée.    

 

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/896/896816-gf.jpghttp://s1.lemde.fr/image/2013/05/07/534x0/3173018_6_b2c5_anne-lise-stern_35748adc2dfd07469d4f53359c9fb8b2.jpg

Il faudrait signaler ce site.

 Je conclus ainsi   par une declaration: je t'aime Anne-lise, parce que tu as pensé aux plus martyrisés des martyrisés, les animaux, parce que malgré ce que tu m'avais dit de ne pas pouvoir t'occuper de leur souffrance tant tu avais à faire avec ce qui c'était passé, tu t'es opposée à la vivisection, à l'expérimentation animale... parce que tu fais partie des gens, bien souvent juifs, qui ont compris qu'Auschwitz était aussi déjà là dans le réel du rapport aux animaux.

Merci de m'avoir dit que j'avais raison  dans mon investissement de la défense animale et que la corrida n'était pas compatible avec la psychanalyse. Celui qui a vu La liste de Schindler peut se souvenir de l'officier qui, au petit dej,  tire sur des juifs du camp pris au hasard. Comme un chasseur. Pour les animaux, même la nature se transforme en  camp de la mort depuis l'homme.

Tu étais quelqu'un de bien.  Tu  avais pris en analyse(au sens où tu l'avais, toi, choisie, adoptée, quoi!) Monique Bouchaud, mon amie,   étudiante en psycho à Paris 8  Vincennes comme moi, fauchée à l'époque, sans la faire payer un centime  durant des années. Pour cette amie demi arabe, adoptée en france par une chretienne très riche qui la laissait se debrouiller seule, dans un nouvel abandon, et d'un milieu plutôt  raciste et antisémite, je pense que c'était important. Elle se disait d'ailleurs "fille" d'Anne-Lise et de Serge Leclaire qui representait à ses yeux un couple parental fort enviable! Monique est morte il y a quelques années d'une probable maladie rare, nommée LAM. Maladie de LAM, qu'on dit.

Elle n'avait jamais oublié sa tendresse pour Anne-Lise, sa gratitude pour tout ce que son analyse lui avait apporté.

 

 



Commenter cet article

Jo Benchetrit 20/05/2013 23:11


Bien sûr, ton temoignage est precieux.
Et les 2 sont plus que liés à mes yeux car les 2 sont les mêmes.

BELEM 20/05/2013 13:22


je ne la connaissais pas mais en lisant ton article j'admire la femme ,le témoin et la clairvoyance de ce raport entre l'idée qu'on se faisait des humains et la réalité de ce qu'ils sont
capable  de faire autres autres animaux inclus bien sur !


je lis avec attention ce qui se rapporte à la psychogégéalogie


l'héritage du vécus par ceux qui étaient avant nous


que nous les ayons connus ou pas et pour ma part mon héritage est lourd ,ça me rend beaucoup plus sensible et consciente de ce qu'on leur à fait ainsi qu'à tous ces malheureux  !!!


mais aussi ça ramène toujours aux animaux car ils subissent la même chose depuis des siècles...les  2 sont liés !