Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Article du Sud Ouest sur une "diffamation" au sujet des aficionados.

26 Avril 2013, 01:19am

Publié par Jo Benchetrit

http://www.fondationbrigittebardot.fr/sites/default/files/images/2012-corrida-animaux-en%20peril_07.jpg

NON, ce ne sont pas des pervers qui t'ont fait subir tout ça, mon pauvre petit ange assassiné, ce sont des gens très bien, ça va sans dire! Pas des pourris, ni la lie de la terre, pas la honte de l'humanité, non non,  ce sont des artistes, des sportifs,des philosophes, ou que sais je encore! RIP, pauvre enfant entre les mains de pire que des pédophiles, même si certains sont AUSSI pédophiles.

 

Je voudrais juste faire une remarque concernant cette phrase de l'auteur de l' article, V.DEWITTE . Qui doit se tordre de rire au sujet du   jugement à en juger son lapsus: "tord" au lieu de "tort" :

"Le maire de Mont-de-Marsan précisait qu'au-delà de sa personne c'est tout le public des corridas qui avait été insulté ce jour-là en étant considéré évidemment à tord comme des pervers."

 

 
  "A TORT COMME DES PERVERS"...Cette petite phrase n'est-ce pas, me tourne ne boucle dans le crane...Alors si on ne peut plus appeler un chat un chat, que devrons-nous dire?
ces gens qui se délectent de la souffrance des innocents suppliciés ne sont donc pas des pervers? Mais alors, SVP, dites nous comment ça s'appelle? Je m'adresse aux autres psy , existe t il une autre classification que sadique, le sadisme n'est il pas une des perversions recensées par la psychopathologie?

Si même notre  nosographie devient diffamatoire, où va la France?

Et le mot responsabilité, qui ne signifie pas coupable mais qui signifie que sans les corridas, cette petite n'aurait pas été violée dans cette arène, et que donc sans ce passe-droit pervers qu'est une corrida, ce crime n'aurait pas eu lieu, ce serait faux de le dire, ou plutôt diffamatoire?
La diffamation a bon dos.

Cette notion de déshonneur, A   TORT OU A RAISON, qu'est la diffamation, est assez honteuse, qui fait condamner des innocents et entame gravement la liberté d'expression en empêchant d'appeler un pervers par son nom.
Et moi, en tant que psy, je devrais dire quoi, au juste du sadique?   Un pourri, une ordure, un rebut de l'humanité, une crevure, une merde??? 

Et au sujet du déshonneur, un meurtrier d'humains, on peut pas l'appeler pervers ou psychopathe car ça le déshonorerait?
Parce que ce sont des animaux, ils doivent subir la folie humaine, la saloperie des racailles, sans que cela soit appeler par son nom? Le salopard se déshonore tout seul , par son acte!

 

http://www.sudouest.fr/2013/04/23/mont-de-marsan-christophe-lepretre-condamne-pour-diffamation-1033707-3452.php


 

 

 

 

Publié le 23/04/2013 à 15h09
Par Vincent DEWITTE

 

Mont-de-Marsan : Christophe Leprêtre condamné pour diffamation

Le militant de la cause animale avait lié la responsabilité du maire de la ville et une agression sexuelle sur une fillette survenue dans les arènes montoises, l'an passé 

Le militant Christophe Leprêtre, ici lors de la manifestation du 16 octobre dernier, n'était pas présent ce mardi pour le délibéré

Le militant Christophe Leprêtre, ici lors de la manifestation du 16 octobre dernier, n'était pas présent ce mardi pour le délibéré (Pascal Bats )

Partager







 
Envoyer à un ami
 
Imprimer

Christophe Leprêtre, un militant de la cause animale membre du réseau Animavie, a été reconnu ce mardi après-midi coupable de diffamation envers la personne de Geneviève Darrieussecq, maire de Mont-de-Marsan et présidente de l'Union des villes taurines françaises.

L'homme de 48 ans est rattrapé (entre autres) par le tribunal de grande instance de Mont-de-Marsan pour avoir déclaré publiquement le 16 octobre dernier, en marge d'une audience pour agression sexuelle d'une fillette dans les arènes montoises, "oui, Mme Darrieussecq, vous êtes en partie responsable de cette agression sexuelle ".

Allant dans le sens du bâtonnier bordelais, Me Michel Dufranc, qui avait estimé pour le compte de l'intéressée que derrière les mots du militant il fallait voir non pas de la « liberté d'expression » mais « une volonté délibérée d'organiser un amalgame à l'effet de salir le maire de Mont-de-Marsan », « une violence exercée à dessein qui n'est pas respectable et pas tolérable », le tribunal a condamné ce résident d'Hendaye à verser une amende de 500 euros, dont 200 euros avec sursis, et à faire droit aux demandes de Mme Geneviève Darrieussecq en lui attribuant 1 euro symbolique en réparation de son préjudice moral et 3 000 euros au titre des frais de justice engagés.

Aussitôt informée de la décision du tribunal, Geneviève Darrieussecq se disait « satisfaite que des limites soient posées par la justice ». « Je laisse aux anti corridas le droit de porter les messages qu'ils souhaitent temps que cela relève de la liberté d'expression mais j'estime que de tels amalgames diffamatoires et nauséabonds n'ont pas de raison d'être », poursuivait-elle.

Le maire de Mont-de-Marsan précisait qu'au-delà de sa personne c'est tout le public des corridas qui avait été insulté ce jour-là en étant considéré évidemment à tord comme des pervers. Et la même d'assurer que « chaque fois que ça se reproduira, si jamais ça devait se reproduire, je poursuivrai les auteurs devant la justice ».

Commenter cet article