Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Bull terrier qui a mordu, suite. Cannibales de l'avion. Faute des nouveaux maîtres? de la SPA? des parents?

20 Juillet 2011, 08:06am

Publié par Jo Benchetrit

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/Accidente_1972.jpgJ'enfonce le clou. cette affaire de bull mordeur va porter prejudice ++ aux  adoptions. Je veux juste redire qu'on ne laisse pas un enfant avec un chien, seul, alors qu'on vient de surcroit de l'adopter(le chien).

Serieux, les commentaires lyncheurs contre les maitres et le chien m'horrifient. Mais comme il faut toujours des fautifs autre que soi... Ils se retournent contre la SPA. Pour ne pas redire, je vous invite  à aller voir là.
Merci.
Cette affaire fait plusieurs victimes, y compris les maîtres.


Que le bull terrier ait mangé une partie de son maitre est NORMAL. Mais arrêtons le delire!

Restez 15 jours à jeun. Avant de mourir vous mangerez qui se trouve avec vous s'il est mort.
ça s'est dejà vu. Souvenez vous de l'avion tombé dans cordillère des Andes avec pour tout moyen de survie le cannibalisme des morts. Les rescapés n'ont ensuite mordu personne. Le pape Paul VI a absout. Ne soyons pas plus royaliste que le roi .


A ma connaissance. Parents, surveillez vos gosses et tous, fichez la paix aux bêtes!

 

je recopie l'affaire de Wikki:

Le 12 octobre 1972, un Fairchild F-227 de la Force aérienne uruguayenne quitte l'aéroport international de Carrasco pour Santiago du Chili. A son bord, essentiellement des étudiants et l'équipe de rugby des anciens étudiants du lycée Stella Maris de Montevideo qui doit disputer un match au Chili. L'avion se pose pour une nuit à Mendoza en Argentine à cause des conditions climatiques difficiles. Le lendemain 13 octobre 1972, le pilote de l'appareil, le Colonel Julio Ferradas, choisit de traverser la cordillère des Andes au passage du Planchón, plus au sud. Une fois traversé, l'avion reprendrait cap au nord pour rejoindre Santiago. Croyant avoir franchi entièrement le passage dans les nuages, le pilote avertit la tour de contrôle de Santiago qu'il se trouve au-dessus de Curicó et amorce sa descente. La navigation à l'estime du pilote est fausse : la vitesse de l'avion était plus faible à cause du vent de face et le temps habituel de la traversée est rallongé. L'avion descend trop tôt et s'écrase sur un glacier dans une zone reculée, à proximité de la frontière entre le Chili et l'Argentine. Lors du crash, la queue de l'avion se détache, 12 personnes meurent et 5 sont portées disparues.
Les recherches[modifier]
Les survivants de l'appareil, bloqués dans le froid extrême (jusqu'à -40 °C la nuit) et la neige des jours durant, ont appris par la radio du poste de pilotage qu'ils avaient remise en état, que les opérations de recherche menées conjointement par l'Uruguay, le Chili et l'Argentine avaient été abandonnées car l'avion, de couleur blanche, était jugé indiscernable dans la neige. Si Roy Harley a été le premier à apprendre la mauvaise nouvelle, onze jours après le crash, les recherches avaient déjà été arrêtées depuis 3 jours. Ils ont dû se résoudre à manger les corps des victimes de l'accident pour survivre. Auparavant, ils s'étaient mis d'accord que si l'un d'entre eux en venait à mourir, les autres pourraient le manger.
L'avalanche[modifier]
Le 29 octobre, une avalanche couvre totalement l'avion qui servait d'abri contre le froid glacial et le vent. Elle fera huit morts sur les vingt-sept survivants.
L'expédition[modifier]
C'est à force de ténacité et de courage que Fernando Parrado et Roberto Canessa, deux des survivants, entreprennent d'aller chercher les secours en atteignant le Chili. Le 20 décembre, après 10 jours d'escalade et de marche à travers les Andes, soit 72 jours après l'accident, ils rencontrent le huaso Sergio Catalán de l'autre côté du Rio Azufre. Il préviendra les autorités le lendemain, après des heures de route à cheval. Les secours sauveront alors 16 survivants les 22 et 23 décembre.
Lorsqu'ils eurent à révéler leur effroyable secret, ils furent absous par le Pape Paul VI.

Commenter cet article

Josiane 20/07/2011 12:31



Il y a une pétition pour lui :


http://lapetition.be/en-ligne/petition-10185.html


Croisons les doigts bien forts