Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

C’est ainsi que se tuent les pigeons .

11 Mars 2010, 10:29am

Publié par Jo Benchetrit

Avez vous remarqué que devant la barbarie, l’incompréhension mène à cette phrase : comment se fait-il qu’à notre époque cela soit « encore » possible ?

Or notre époque n’a pas beaucoup appris du passé et la bêtise sœur de la cruauté a de quoi régner, et avec l'aval de la loi, en plus !

Les gens sans scrupule peuvent donc nuire en toute impunité en général, tandis que les gens les meilleurs, eux, sont persécutés.

Si cela vous étonne, c'est que  vous croyez que le mal est de plus en plus jugulé, que l’humain mûrit comme un enfant, passant de la satisfaction débridée à la connaissance que notre liberté est bornée par celle des autres, limitée par le respect de l’Autre , non pour en mourir, mais  pour exister. 

Mais de quoi je parle ?
Vous allez peut-être me dire que vous avez envie de broyer vos voisins, que vous aimeriez gazer vos religions ou / et races ennemies, que parfois, vous étrangleriez bien vos patrons etc.
Et que vous ne le faites pas car vous avez soit des scrupules dans le meilleur des cas, soit par peur de la sanction, dans le pire.
Mais les gens sans scrupule ne peuvent pas en effet assouvir leurs pulsions imbéciles sur les gens, ils le peuvent encore, et de plus en plus sur plus faible qu’eux. Leur lâcheté peut donc être satisfaite avec leurs pulsions monstrueuses.
On vit dans un monde où l’objet est à la fois sacralisé, faut pas salir leur voiture, par exemple, et un éraflure sur leur carrosserie les fait frémir comme si on les écorchait  vif !

Mais on jette à tout va…
Simplement, on préfère une pierre, une fenêtre, à un oiseau qui fiente dessus…ou qui pourrait le faire, on sait jamais.

 C’est ainsi que se tuent les pigeons .
  Un monde qui donne la préférence aux objets contre les vivants est une société morte-vivante, une société obsessionnelle, une société merdique, avec des gens merdiques et sans valeur aucune ; C’est notre monde et si vous l’acceptez  mal, changez d’abord. Et aidez les autres à modifier leurs priorités, afin que la pulsion de vie reprenne le dessus.

Sur celle de mort.
Tout cela est un peu à côté de la plaque quand on voit l'ignominie humaine qui s'abat toujours sur plus faible que soi, ce qui  ne me rend pas optimiste.
Mais on peut toujours rêver en un progrès humain... on ne sait jamais, . D'ailleurs, on n'a pas le choix quand est pourvu de cette denrée rare: le sens moral.

Commenter cet article