Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

C'est fou ce qu'on tue! chats phoques,pigeons, tout ça pour rien.

3 Juin 2010, 20:56pm

Publié par Jo Benchetrit

Les phoques persécutés parce qu'ils mangent de la morue!!!

100 000 phoques sont dans la cible à cause des pêcheurs canadiens.
Encore un truc difficile à avaler et occasionné d'une part par une énorme sottise, de l'autre par un égoïsme monstrueux.
Aussi, ne mangez plus de poissons pour que leurs véritables predateurs puissent se nourrir.

Canada : Tuerie de phoques gris sur l'Ile de Sable

Article publié le 3 juin 2010

Le gouvernement canadien pourrait envisager de tuer plus de 100 000 phoques gris par année, sur l’Ile de Sable, parce que les animaux marins mangent trop de morues, selon le lobby de la pêche commerciale.

Canada : Tuerie de phoques gris sur l'Ile de Sable

L'Ile de Sable est située dans l’Atlantique nord, à environ 300 kilomètres au large de la Nouvelle-Ecosse, au Canada. Une colonie de 300 000 phoques gris y vit avec plus de 300 espèces d’oiseaux. On retrouve aussi 400 chevaux sauvages dont l’origine est attribuée à des naufrages de bateaux près de l’Ile. Dix-huit espèces de requins résident dans la région. L'Ile est une aire de mise-bas pour cette plus grande colonie de phoques gris au monde. 50 000 bébés-phoques naissent chaque année dans cet écosystème unique et fragile.

Depuis des années, l’industrie de la pêche commerciale fait un lobbying agressif auprès du gouvernement canadien pour qu’on abatte massivement les phoques gris de l’Ile de Sable. Selon les pêcheurs, les phoques sont à blâmer parce qu’ils mangent trop de morues.

Pour répondre à la pression croissante de ce lobby, le ministère canadien des Pêches et des Océans (MPO) envisage un massacre animalier de grande envergure étalé sur près de cinq ans. Lors de la première année près de 100 000 phoques seraient tués sur l’Ile : 50 000 bébés-phoques, 30 000 femelles et 20 000 mâles. Puis chaque année, pendant quatre ans, 30 000 autres phoques gris pourraient être abattus. Un programme annuel de vaccination contraceptive ciblant 16 000 phoques gris femelles est aussi envisagé comme deuxième option.

Ces recommandations pour éliminer ces phoques gris de l'Ile proviennent d’une étude commandée par le MPO, datant de 2009 et obtenue grâce à une demande d’accès à l’information par le journal The Coast. (1) Le coût total de la chasse et de l’élimination des carcasses pourrait s'élever à 35 millions $.

 

VIOLENCE SUR LES BÉBÉS ET LES MÈRES

Le carnage des phoques gris se déroulerait entre décembre et début février alors que les plages et les dunes sont couvertes de mères qui allaitent leurs bébés. On tuerait les phoques adultes à l'aide de fusils et les bébés soit avec un fusil ou un gourdin. Pour atteindre l’objectif de 100 000 phoques tués en 25 jours, il faudra tuer 10 phoques à la minute. Pour maintenir une telle cadence dans les tueries, on peut imaginer tout ce que cela peut comporter comme violence,cruauté et souffrance animale. 
 

 La grande question de cette élimination de masse est de savoir comment se débarrasser de toutes ces carcasses ? Des cadavres animaux qui ne serviront strictement à rien, puisqu’il n’y a pas de marché autant pour les peaux que pour la viande de phoque gris. Selon l’étude, il est extrêmement difficile d’envisager de sortir les carcasses de phoques gris de l’Ile car cela nécessiterait l'envoi de véhicules, de carburant, de travailleurs et d'abris. 100 000 carcasses totalisant un poids de 15 000 tonnes équivaut à 500 voyages par camion vers une installation d’élimination. Cette logistique est impossible à mettre en place dans un écosystème comme celui de l’Ile au Sable. On pense plutôt incinérer sur place les milliers de carcasses, pour ensuite jeter leurs cendres dans la mer.

 

UN CERCLE VICIEUX

Selon un porte-parole du MPO, toute décision visant à mettre en œuvre les recommandations de l'étude sera faite par la ministre Gail Shea. Ce qui est une très mauvaise nouvelle pour les phoques gris. C'est cette même ministre qui n'a pas hésité à augmenter les quotas lors de la chasse aux phoques du Groenland au printemps dernier, alors même que le manque de glaces empêchait la survie des bébés-phoques. Madame Shea a aussi donné son feu vert, en janvier dernier, pour une chasse de près de 39 000 phoques gris sur l'Ile de Sable, malgré l'opposition des écologistes. Un fonctionnaire du MPO Don Bowen a déclaré, lors d’une récente réunion publique, que si le gouvernement canadien autorise cette chasse à grande échelle sur l'Ile de Sable étalée sur cinq ans « ce n’est pas une décision scientifique, mais qu'elle est plutôt politique ou économique ».

En d'autres mots, ce massacre de milliers de phoques dans une aire de mise-bas ne sert qu’à répondre au lobbying agressif de l’industrie de la pêche commerciale qui depuis des décennies accusent les phoques de manger trop de poissons. D'après un rapport d'experts de l'ONU (Organisation des nations unies), les poissons pourraient disparaître des océans d'ici une quarantaine d'années. Et les coupables ne sont pas les phoques, mais plutôt certaines pratiques de la pêche commerciale qui depuis des décennies vident les océans sans aucune considération éthique ou écologique.

Même si on tue tous les animaux marins qui mangent du poisson, dauphins, belugas, requins, baleines ou oiseaux de mer, les morues ne reviendront pas, pas plus que les autres poissons. Tuer les phoques de l’Ile de Sable (ou d’ailleurs) pour renflouer les stocks de poissons n’est pas une solution à long terme, comme le confirme Mark Butler du Centre d'action écologique d'Halifax : « Si on commence à tuer les phoques pour préserver les morues, il faudra continuer pendant des siècles car la pêche a décimé leurs prédateurs naturels (tels les requins). C'est un cercle vicieux ».

Le ministre canadien de l'Environnement, Jim Prentice, a récemment envisagé de faire de l’Ile de Sable un parc national. Une décision saluée unanimement par les écologistes pour qui il faut protéger cette île à la biodiversité unique et aux écosystèmes de dunes de sable très fragiles. Mais cette protection ne semble pas s’appliquer aux phoques, encore victimes de la bêtise humaine. 

(1) : http://www.thecoast.ca/RealityBites/archives/2010/05/26/how-to-kill-220000-seals-on-sable-island-the-dfo-plan
 

marjolaine jolicoeur 

Commenter cet article