Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Contre l'admiration pour le style de Celine, n'oubliez pas le réel atroce qu'il a provoqué avec ses potes.

26 Novembre 2012, 18:41pm

Publié par Jo Benchetrit

http://www.musees-franchecomte.com/gallery_images/site_1/102/750/3094/affiche-petain-musee-resist.jpg

<Celine, grand écrivain? Mais à ce stade, on ne peut pas lui décerner de  lauriers, Too much est trop 

 

OUI, Je suis PLUS FRANÇAISE que lui.Je n'ai pas offert la France et son honneur, ainsi qu'une partie des français aux allemands et à leurs bourreaux, moi!

Je rappelle que cette putain de Petain n'était plus maréchal pour   crimes contre l'humanité.
On l'a degradé et c'est...dégradant pour celui qui le dit de lui rendre ses galons perdus dans le fleuve de sang de ses victimes.

 

Son exposition sur "le" juif et la France a montré une galerie de portraits et caricatures  assez immondes "du" juif montré comme le plus laid possible...tels que le  décrivait l'horrible Bagatelles* pour un Massacre de Celine. Donc, M. l'abject  Petain et votre fan le parano Celine, si vous me lisez d'où vous ne pouvez pas plus pourrir que vous l'etiez dejà, sachez que les mannequins les plus recherchés sont certes, réjouissez vous, les aryens scandinaves,mais aussi les israéliens.

On est loin de vos fantasmes:http://jssnews.com/wp-content/uploads/2009/12/item_img_zoom_1907_fr_expo_juif_france-215x300.jpg

 



http://alyaexpress-news.com/wp-content/uploads/2012/07/mia-Kirshner.jpg

comme:
L'actrice canadienne vraiment jolie : Mia Kirshner

Mecs: j'aime bien Mahler!

ou
*Voici des extraits de la 13° partie du honteux délire de Celine:

La 14eme partie de "BAGATELLES POUR UN MASSACRE"

de LOUIS-FERDINAND CELINE est ICI

et ICI ses autres pamphlets.


"S’il faut des veaux dans l’Aventure, qu’on saigne les Juifs ! C’est mon avis ! Si je les paume avec leurs charades, en train de me pousser sur les lignes, je les buterai tous et sans férir et jusqu’au dernier ! C’est la réciproque de l’Homme.
Je voudrais qu’il soit proclamé, pour que le peuple sans vertèbres, dit français, retrouve un peu son amour propre, absolument conclu, certain, trompeté universellement, qu’un seul ongle de pied pourri, de n’importe quel vinasseux ahuri truand d’Aryen, vautré dans son dégueulage, vaut encore cent mille fois plus, et cent mille fois davantage et de n’importe quelle façon, à n’importe quel moment, que cent vingt-cinq mille Einsteins, debout, tout dérétinisants d’effarante gloire rayonnante... J’espère que l’on m’a bien compris ?..."
"Tout de même, il suffit de regarder, d’un petit peu près, telle belle gueule de youtre bien typique, homme ou femme, de caractère, pour être fixé à jamais... Ces yeux qui épient, toujours faux à en blêmir... ce sourire coincé... ces babines qui  relèvent : la hyène... Et puis tout d’un coup ce regard qui se laisse aller, lourd, plombé, abruti... le sang du nègre qui passe... Ces commissures naso-labiales toujours inquiètes... flexueuses, ravinées, remontantes, défensives, creusées de haine et de dégoût... pour vous !... pour vous l’abject animal de la race ennemie, maudite, à détruire... Leur nez, leur "toucan" d’escroc, de traître, de félon, ce nez Stavisky, Barmat, Tafari... de toutes les combinaisons louches, de toutes les trahisons, qui pointe, s’abaisse, fonce sur la bouche, leur fente hideuse, cette banane pourrie, leur croissant, l’immonde grimace youtre, si canaille, si visqueuse, même chez les Prix de Beauté,  l’ébauche de la trompe suceuse : le Vampire... Mais c’est de la zoologie !... élémentaire !... C’est à votre sang qu’elles en veulent ces goules !... Cela devrait vous faire hurler... tressaillir, s’il vous restait au fond des veines le moindre soupçon d’instinct, s’il vous passait autre chose dans la viande et la tête, qu’une tiède pâte rhétorique, farcie de fifines ruselettes, le petit suint tout gris des formules ronronnées, marinées d’alcool... De pareilles grimaces comme l’on en trouve sur la gueule des Juifs, sachez-le, ne s’improvisent pas, elles ne datent pas d’hier ou de l’Affaire Dreyfus... Elles surgissent du fond des âges, pour notre épouvante, des  tiraillements du métissage, des bourbiers sanglants talmudiques, de tout l’Apocalypse en somme !...
Malheur au damné ! Crève donc animal impossible !... Rebut ! Tu ne sursautes même plus d’effroi à la vue de tels monstres ! Tu ne vois pas ta torture et ta mort inscrites, ravinées sur ces hures ? Quel miroir te faut il donc ?... Pour voir ta propre mort ?... Toutes les laideurs veulent dire toutes quelque chose. Regarde ! Puisque tu es trop fainéant pour lire dans les livres, déchiffre au moins apprends à lire sur la figure des Juifs l’arrêt qui te concerne, personnellement, l’Arrêt, l’Annonce vivante, grimacière, de ton massacre.
Nous avons mille fois, cent mille fois pire que les Fermiers
Généraux. Nous avons les Juifs et les francs-maçons.
Juifs ! Fixe ! Vous crevez pas l’imagination !
Vous l’avez lourde et gaffeuse
Je ne suis pas le cagoulard N°1
Je ne suis pas payé par Goering.
Ni par Musso ni par Tardieu !...
Ni même par Mr. Rothschild ! (Tout est possible)
Je ne suis paye par personne...
Je ne serai Jamais paye par personne.
Je ne veux fonder aucun parti.
Je ne veux pas monter sur l’estrade.
Je ne veux dominer personne Je n’ai pas besoin d’argent.
Je n’ai pas besoin de puissance
Vraiment je n’ai besoin de rien.
Mais je suis chez moi, et les Juifs m’emmerdent
Et leurs manigances me font chier
Je le dis tout haut, à ma manière...
Comme je le pense.
Repos !
Fixe !... Si l’on refoulait tous les Juifs, qu’on les renvoie
En Palestine avec leurs caïds francs-maçons – puisqu’ils s’adorent –
Nous cesserions d’être "Intouchables"
Au pays des Emirs nègrites...
Nous n’aurions ni guerre, ni faillite...
Avant longtemps... longtemps... longtemps...
Et nous aurions beaucoup de places vides... immédiatement
Tout de suite... les meilleures en vérité...
Nos enfants n’auraient plus besoin
D’aller supplier, quémander...
Aux Juifs... francs-maçons... et autres bouliphages Ténias...
Vermines, "Fermiers lombricaux" de la Viande commune...
Quelques petits restes de pitance...
L’aumône... la charité...
Ils n’auraient plus besoin de supplier les Juifs
De bien vouloir les laisser vivre...
Subsister, sur leur propre territoire, encore un petit instant...
Sursis ! Avant d’aller crever pour eux...
Pour leurs diableries, leurs farces, leurs complexes...
Leurs prodigieuses ventrées
De pieuvres juives
Dans les furieuses terribles batailles.
Dans les grandes fournaises Kabaliques.
Repos !
Autrefois, quand les Juifs devenaient rétifs et insolents, les Rois devenaient cruels. Le Juif Simon ne voulait pas ouvrir ses trésors au Roi Henri III, le roi le fit venir, lui fit arracher 17 dents, séparant chacune de ces extractions de cette demande : "Prête-moi tes trésors..."
A la dix-septième le Juif céda. "

Commenter cet article

Vérité 28/11/2012 16:37


On est dans le délire total...et bien loin de la défense des animaux.


En quoi Pétain était-il pire que nos politiciens actuels ?


Parce qu'il a hérité d'un pays occupé ?


Et Céline au moins n'a jamais abandonné son chat dans sa fuite, alors que trop de "gentils" humanistes se débarrassent de leur animal sous n'importe quel prétexte: déménagement,
vacances...


Qui sont les plus monstrueux ?


Quant aux juifs, même Hitler a avoué qu'il ne parlait d'une race biologique juive que par commodité, mais qu'en fait ils n'étaient pas tous d'une même origine, et qu'il serait plus juste (dixit
Hitler) de parler de "race mentale".


Voilà pourquoi les ashkenazes sont très différents physiquement des sépharades.


Benjamin Freedman a démontré que les ashkenazes étaient des khazars, convertis au judaïsme au moyen-âge.


Taper sur le moteur de recherche "cristos benjamin freedman" le site reproduit son discours de 1961.