Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

La depeche-infestee-par-les-groks.

6 Septembre 2010, 18:40pm

Publié par Jo Benchetrit

Les elus se fichent bien de l'opposition des gens de bien et ecoutent les gens de peu.
La tyrannie après une vote democratique, c'est courant, comme à Cachan. Rien n'y fait, ils ont le pouvoir, mais ils oubleint qu'ils sont nos employés.
C'est nous qui les payons, oui ou non?
ici, le maire n'ecoute que les pourris.
j'ai reussi à laisser un comm sur 4 sur le site la depeche. 
A vous d'essayer.
Merci. 
Mon commentaire sur la Dépêche qui ne passera pas:
Vous avez dit  "infesté" par les pigeons?
C'est scandaleux. Ces pauvres animaux ne sont ni la crasse ni les vermines qui tuent et que vous avez encensées.
Leur âme est celle du lien du ciel à la terre...des êtres merveilleux quand on prend la peine de regarder ailleurs que sur le ventre rebondi des beaufs. Certains ne voient que leur nombril!  Les pigeons ne sont pas dangereux. les chasseurs, si. Leurs fientes sont très utiles car engrais  non chimiques.

 

Brigitte Marquet: "Je n'ai jamais réveillé monsieur DO, président de chasse, à minuit et demi du matin !
Je l'ai eu au téléphone vers 19h30, veille de la battue du dimanche 5 septembre 2010." ...
L'article du journal La Dépêche d'Albi, signé cette fois de pierre-jean PYRDA qui défend les cultivateurs de tournesols pesticidés et les chasseurs,   a donc menti.  
 
 
 

http://www.ladepeche.fr/article/2010/09/06/900755-La-battue-aux-pigeons-fait-polemique.html

Publié le 06/09/2010 03:49 | Pierre-Jean Pyrda

La battue aux pigeons fait polémique

albi

Les chasseurs régulent la population de ces oiseaux./ Photo DDM
Les chasseurs régulent la population de ces oiseaux./ Photo DDM
Les chasseurs régulent la population de ces oiseaux./ Photo DDM

Le président de la société de chasse d'Albi a été tiré du lit samedi soir à minuit et demi par un coup de fil de Brigitte Marquet. Cette Parisienne, vice-présidente de la société de protection des oiseaux des villes (SPOV), voulait protester contre une battue réglementaire, organisée dans la campagne albigeoise hier. Sur arrêté municipal, la société de chasse a été autorisée, deux dimanches de suite, à réguler la population de pigeons touriers.

Malgré les protestations, la battue s'est tenue car le champ d'un agriculteur est infesté par les pigeons. Près de 500 volatiles pillent les graines de tournesol et viennent se poser sur le toit d'un hangar agricole. La protectrice des oiseaux n'exclut pas de « se déplacer à Albi » dans les prochains jours.

 

Commenter cet article

Jo 10/09/2010 05:31



Le même, c'est tout ce dans quoi Narcisse se reconnait. Espèce, race, religion, pays, mais aussi quartier, rue. Certains se battent entre gens de la même rue mais du trottoir d'en face!


C'est Le Pen/ Narcisse et sa fameuse phrase: "je prefere ma cousine à ma voisine et ma fille à ma cousine."
Plus c'est moi, plus j'aime, quoi.


Et, dans le même temps, curieusement, plus c'est proche, plus j'ai peur du grand tout où je peux tomber...et je crée encore des petites diffrences pour me demarquer del'autre.


c'est le "narcissisme des petites diffrences" Freud.
Que les races existent  ou pas ne change  rien à l'espèce humaine moderne et à son unité. Il y a eu d'autre espèces humaines. Là, il n'y en a qu'une qui a survécu, Sapiens. Pour combien
de temps?


Vu qu'elle est mûe par sa pulsion de mort, je ne donne pas cher de sa peau...si elle ne se reprend pas. Pour votre gouverne: c'est la pulsion de mort qui divise, qui  cherche les
différences, qui en fait son beurre et ses berks.


La pulsion de vie réunit.





Vérité 10/09/2010 00:32



Oui, mais le "même" aujourd'hui c'est l'humanité !


C'est bien ce qu'on nous serine à longueur de journée, on a même promulgué des lois considérant une agression raciste comme circonstance aggravante.


En pratique un voyou qui agresse quelqu'un pour lui voler son portefeuille ou même par pure méchanceté sera moins condamné que celui qui le ferait pour un motif raciste.


On déifie l'Homme, et comme dans le monothéisme il n'y a qu'un seul dieu, on va même jusqu'à nier l'existence des races ! Pourtant les reconnaitre n'implique pas obligatoirement une
discrimination, il aurait été été plus sage de prôner le respect des différences, on le fait pour les cultures, mais pas pour les races, pour les raisons dites plus haut.


Des scientifiques à la solde de la pensée unique viennent doctement nous expliquer que les races n'existent pas,  alors que les vrais scientifiques qui ont prouvé la sottise et
l'imposture de telles affirmations sont interdits de parole sur les grands médias, et donc inconnus du grand public.


http://www.polemia.com/article.php?id=2091



Jo 08/09/2010 04:34



Je ne vois pas comment, après ce beau discours, verité, vous arrivez à omettre que tout racisme relève du narcissisme le plus évident: l'amour du "même"; ce qui signifie du m'aime.je n'aime que
ce qui est moi m'aime, formule de tout ostracisme.


le specisme est non seulement une forme de racisme mais, selon toute logique, comme l'atteste la demonstration de Lévi Strauss reprise par E. de fontenay, la cause du racisme.



Vérité 08/09/2010 02:42



Pour répondre à Guern de bé, ne comptons surtout pas sur les "antiracistes" qui viennent de manifester à Paris pour faire la même chose en faveur des pigeons et autres animaux.


Ce sont au contraire ces gens-là  les plus hostiles à la cause animale (même s'il y a des exceptions j'en conviens) et ça n'a rien d'étonnant, car les fanatiques de l'antiracisme sacralisent
l'espèce humaine, et quand on prend l'homme pour le sel de la terre on est des racistes anti-animaux (ou spécistes)


Les hommes ont besoin de discriminer, et quand ils s'interdisent de le faire avec les humains, ils se "vengent" sur les animaux.


Le plus drôle étant que leur sacralisation de l'espèce humaine ne les empêche nullement de vomir leur haine contre les humains qui n'adhèrent pas à leur vision, ce qui ne me surprend nullement,
car leur "amour" de l'homme n'est en fait qu'un monstrueux narcissisme.


Ils ne supportent pas qu'on veuille faire descendre l'homme du piedestal sur lequel il s'est impudemment hissé, ils y voient une atteinte à leur petite personne, car ces médiocres n'ont rien
d'autre pour cultiver l'illusion de leur importance que de se dire: "moi je ne suis pas une bête".


Ce sont les mêmes qui éructent sur les forums au nom de "l'amour de l'humanité" (lol) contre celles et ceux qui dénoncent l'expérimentation animale et les dons à cette recherche criminelle.


Bien triste humanité, et ce ne sont sûrement pas les antiracistes qui relèvent son niveau.


 



Guern de Bé 07/09/2010 13:00



Le problème, c'est que les "gens de peu" sont plus nombreux que les "gens de bien"...et la démocratie, c'est la loi du plus grand nombre. Si on les écoutait on rétablirait la peine de mort...Et
y'a qu'à voir les réactions des gens vis-à-vis des Roms et autres "étrangers"...La France est xénophobe et raciste, alors les pigeons, c'est comme les rats, les guêpes, ça s'éradique. D'ailleurs,
tout ce qui les gêne, faut éradiquer. Le gouvernement Sarko l'a bien compris...Sa cote de popularité est remontée !