Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

L 214 et les poules pondeuses maltraitées. Condamnation par une justice à la solde du pire en homme?

21 Septembre 2013, 08:28am

Publié par Jo Benchetrit

ATTENTION! OEUFS=SOUFFRANCE INFINIE. MAIS DEFENSE DE LE MONTRER.

Mais aux consommateurs d'arrêter car à cause de qui ça existe tout ça? Ben à cause de vous...Si vous n'êtes pas vegan! Desolée de vous culpabiliser, mais  c'est vrai. C'est la loi du marché et de la barbarie: ça ne marche que parce qu'on laisse ou fait faire.

"Pire qu'une âme perverse, une âme habituée." Peguy.

 Mes amis, c'est la guerre. Guerre insidieuse, invisible, sans pub, guerre livrée sans aucun pitié aux animaux et à leurs défenseurs réduits à la même impuissance que les animaux. Ce jugement dejà evoqué ici et prononcé à l'encontre de L214 en dit long sur l'etat  idéologique et éthique de notre societé. Merci de les aider, ils le méritent bien.
Lu là:  http://arda-saintes.blogspot.fr/2012/01/le-probleme-des-oeufs.html

 

 Le problème des oeufs


Rares sont les consommateurs qui se posent des questions sur les oeufs et la cruauté qui en découle. On pense souvent aux poules élevées en batterie dans les élevages concentrationnaires.

Pourtant, même bios, les oeufs sont symboles de souffrance et de mépris du vivant. En effet, les poussins mâles ne servent a rien : ils sont donc broyés ou gazés. Alors si vous rencontrer une personne qui ne mange pas d'oeufs par choix éthique, vous saurez désormais pourquoi.




"interdiction d’utiliser les images et de les porter à la connaissance du public. De surcroît, L214 est condamnée à payer des réparations financières aux deux élevages.

Pourtant, des rapports d’inspection vétérinaire font eux-mêmes état de non-conformités. Pourtant, au moment où je vous écris, des poules sont en souffrance et il nous est défendu d’agir pour elles.

Quelle justice ordonne de fermer les yeux sur la détresse d’êtres vivants ?"

   Pourquoi un tel jugement? Et, question subsidiaire, mais essentielle, pourquoi tant de haine  envers ceux qui, en bons journalistes,  ne sortent pas la bombe dans le sac, mais juste un appareil photo ou   vidéo?

A cause leur credo ? Ceux-ci qui filment pour dénoncer l’inqualifiable façon de traiter  les animaux dans les élevages ne rêvent que d’un monde meilleur dans le respect  de tous, donc d’un homme qui, d’être  respectueux, serait enfin respectable? Ce jugement injuste  montre que les services vétérinaires  ne font pas grand chose et sont, eux, menacés de rien alors que ce que fait L214 est plus leur boulot, , que nul ne surveille les conditions  de vie imposées aux malheureux prisonniers des camps dits élevages. et que quiconque voulant informer est en danger dans notre beau pays pourtant dit démocratique. Mais  personne n’inclut dans cette notion la tyrannie envers les bêtes et  la dictature envers leurs défenseurs .

Le système  capitaliste se défend  bien, mais quand je dis capitaliste, je parle tout autant des pays prétendus  communistes car se faire de la plus-value sur les animaux est constant et admis comme  normal partout, même si sur les hommes c’est supposé être par le marxisme une offense à l’Etre Humain, écrit comme d’habitude avec majuscules.

Mais il ne s’agit pas que de fric. Les « amis »  des animaux ( en fait de la justice et revendiquant des égards  pour ceux-ci) n’ont le plus souvent pas conscience de mettre en danger les bases même de la société des hommes. C’est pourtant le cas du fait que les « humains » (terme  en soi zoologique, éthique et métaphysique puisque  le mot humain désigne  à la fois une espèce et un melting pot de vertus morales affirmées comme si supérieures que l’homme pense ne pas pouvoir les retrouver chez d’autres animaux et que ça lui donne la meilleure place ) se sont construits en opposition avec le reste de la Terre.

Il faut pourtant savoir ça pour comprendre la peur, et même la haine que les dits « amis » provoquent chez leurs alter egos humains.

Ceux-ci souffrent de carence dans leur jugement moral et du coup, dans leur appréciation de ce qu'ils sont. C’est - à- dire qu’aveuglé par son vécu imaginaire, on souffre de ne pas pouvoir comprendre que l’homme doit enfin se priver de ce fantasme de toute-puissance s’il veut être  adulte, c’est-à-dire…humain. Qui contredira pourtant quelqu’un qui dirait que  l’on n’est pas humain si on martyrise des êtres à sa merci, avec un cynisme et une indifférence injustifiable? 

Mais avec les animaux, l’humain perd son intelligence. Il ne sait plus distinguer ce qui est légal  de ce qui est légitime . Comme au temps  des esclaves, l’homme qui se donne tous les droits perd son humanité, et devient quoi? Pas une bête. Car ce qu’il fait, aucune bête ne sera assez perverse pour l’imposer. Mais  tout simplement ce qu’il appelle bestial. "Ce qui est forclos du symbolique reapparait  dans  le réel ». Lacan. La bête qu’est l' homme est forclose, et réapparait  comme bestiale, c’est-à-dire  barbare.. la bestialité est un propre de l’homme, malgré les apparences .

Les « êtres humains » se sont forgés sur un fantasme de toute-puissance. Le droit de  l’homme  sur le monde animal  dont il dénie plus qu’imaginairement, mais de manière  délirante , son appartenance, est infini. Il y aurait une logique à cela, logique pourtant en contradiction avec l’image de bonté et de capacité d’identification à l’Autre véhiculée  par la notion d’humanité comme vertu. Cette  loqique est celle-ci: J’ai tout les droits du fait que je suis le meilleur, le plus indispensable  et que le dogme de la religion humaniste  aux multiples facettes est: être le meilleur donne des droits.

Alors que pourtant la morale dit l’inverse:

Etre  le meilleur donne conscience de ses devoirs.

C’est comme si nous étions encore en pleine inquisition et que, remettant en cause la place centrale de l'homme dans l'univers, représentée par la terre pour les juges de Bruno et Galilée, nous franchissions la limite profanatrice de l’image absolument supérieure à tout autre vivant.

Nous menaçons cette image, et du coup, ils n'ont plus rien à se raccrocher pour expliquer leurs abus.

Aux USA, nous sommes considérés comme parmi les plus dangereux des terroristes!  Comme Al Qaida, de leur point de vue, non parce que nous sommes violents, ce qui n’est pas encore le cas, mais parce que la prétendue supériorité humaine-qui-donne-tous -les-droits  est devenue l’ essence humaine, et que, sans essence, ils ne savent plus qui ils sont.

 

 

"Chers amis, chères amies,

Nous avons besoin de votre aide.

La justice vient de condamner L214 à payer une somme conséquente à deux élevages de poules pondeuses en batterie pour « atteinte à la vie privée ».

Qu’en est-il ? Voici les faits :

Il y a quelques mois, L214 reçoit deux témoignages vidéo. Ce sont deux élevages en batterie, des bâtiments gigantesques comptant des milliers de poules enfermées dans des cages non conformes à la réglementation. L’un se trouve en Saône-et-Loire, l’autre dans l’Ain.

Conformément à notre mission de protection animale, nous en informons les autorités vétérinaires et demandons aux élevages de corriger la situation. Nous avertissons également les supermarchés qui commercialisent ces ¦oeufs, notamment Carrefour, Super U et Monoprix.

En réponse, les deux exploitants assignent L214 en justice, au motif que les images ont été obtenues sans autorisation.

Juillet : la justice tranche… en faveur des éleveurs. Nous recevons l’interdiction d’utiliser les images et de les porter à la connaissance du public. De surcroît, L214 est condamnée à payer des réparations financières aux deux élevages.

Pourtant, des rapports d’inspection vétérinaire font eux-mêmes état de non-conformités. Pourtant, au moment où je vous écris, des poules sont en souffrance et il nous est défendu d’agir pour elles.

Quelle justice ordonne de fermer les yeux sur la détresse d’êtres vivants ?

Si vous pensez qu’on ne peut rester sans réagir, vous avez la possibilité de nous y aider : L214 a fait appel de la décision mais à ce jour, le jugement et l’appel de notre condamnation s’élèvent déjà à plus de 6000 €.

Nous faisons appel à votre générosité pour nous aider à couvrir ces frais.

 

Quel que soit le montant de votre soutien, il nous permet d’agir de notre mieux pour les animaux. Battons-nous pour ces poules et notre liberté d’informer.

Merci d’être aux côtés des animaux,

Brigitte Gothière,

Co-fondatrice de L214

 

photos : L214/asbl Fabienne ; Cornelia Kopp

ou renouveler votre adhésion.

Si vous êtes imposable, 66% de votre don ou de votre adhésion sont déductibles des impôts.

Par exemple, une adhésion à 80 ¤ vous en coûte 27 et une adhésion à 25 ¤ revient à 8,5 ¤. Un don de 40 ¤ vous revient à 13 ¤ après déduction.

De même, vous pouvez soutenir L214 par soutien mensuel : avec votre soutien régulier, nous pouvons inscrire nos actions pour les animaux dans la durée.

Association L214 B.P. 84 MARIGNANE CEDEX 13721

 

 

Quelle justice peut de nos jours fonctionner ainsi ?
Si une association de défense des droits de l’homme parvenait à s’infiltrer dans une usine illégale de textile, employant illégalement des clandestins non payés et maltraités, l’association serait-elle condamnée en justice à dédommager la dite usine ? Non. Car de nos jours les hommes ont des droits, et les animaux n’en ont aucun.
On sait de quel côté est la loi aujourd’hui en France…

Pour rappel, ce genre d’injustice pénale est appelé à se multiplier aux Etats-Unis en vertu de la loi ag-gag (déjà officielle dans certains états)."

http://vg1.vegactu.com/wp-content/uploads/2013/04/ag-gag-11-500x330.jpg


 Vu sur http://www.vegactu.com/actualite/l214-indument-condamne-une-honte-pour-la-justice-francaise-9896/

 


 

 

 

Commenter cet article