Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

« L’ anatomie, c’est le destin » : un nonos pour les feministes actuelles. Mais sont elles certaine de ronger un vrai os?

14 Mai 2011, 19:57pm

Publié par Jo Benchetrit

« L’ anatomie, c’est le destin »  N’est-ce pas une façon de donner à la nature la place que l'homme moderne lui dénie ? 
Dire que l’anatomie est secondaire est du côté de la toute-puissance imaginaire humaine. Mais, contrairement à ce que disent, colportent, des feministes anti-freudiennes et qui n'ont rien pigé à lui, Freud ne dit pas que celle ci fait le destin, au sens où il faudrait se plier à des schémas culturels. Une lecture paranoïaque veut nous le faire penser. Sa phrase dit juste qu’on reçoit par hasard quelque chose d’incontournable. Nous sommes d’une  certaine  espèce, d’un certain sexe, d’une certaine couleur de cheveux etc.  que l' anatomie nous  impose. Lui  qui a remarqué que notre  psychisme relève  plus de l'acquis que de l'inné, il constate que l'on naît avec une  anatomie spécifique.
C'est le corps. On  peut se révolter  contre le corps.
On peut demander à la science  de nous délivrer de ce corps-là, comme  le font les transsexuels. L’homme se croit Dieu, et veut se choisir. On  peut aussi changer de nez, mais on ne peut encore  pas changer de chromosomes.
Tu auras beau te faire opérer  tu garderas XY.
Tu pourras te faire greffer des ailes mais tu ne seras pas un oiseau. Mais qui sait ce que la science nous réserve ?
La  science  est là pour aider l'homme à croire échapper  à la nature.
L'homme rêve  d'être  son propre créateur. Les   autres animaux se résignent  à être  ce qu'ils  sont.

Parfois, comme chez certains poissons, ils passent du féminin  au masculin et vis versa. Parfois, pour baiser une nana, des poissons mâles se déguisent en femelles pour déjouer la vigilance des  rivaux. C’est dingue, mais c’est vrai. Comme quoi, il n’y a pas que les hommes pour se jouer de la nature. 

Mais ce que je reproche à cette lecture paranoiaque, c'est que, loin de se contenter de critiquer une certaine vision de la femme, elle accuse un grand  feministe d'être reactionnaire, ce qui est une calomnie..reactionnaire, justement. Je hais les lynchages, les calomnies et cette façon de penser est indigne.

Avançons. ce retour en arrière d'une certaine   jeunesse à la tradition est pénible.
c'est comme le reetour des religions.

AInsi, c'est oublier ce que dit Freud sur le fait que nous sommes tous bisexuels. La bisexualité freudienne= n'est pas avoir envie de baiser avec femmes et hommes.
C'est qu'on a chacun des traits qu'on appellera culturellement ou pas, de chaque sexe.ça veut dire que nous sommes complexes.
 Pour Lacan, c'est la femme qui aime et l'homme qui desire, et ce, chez chacun.

Pour baiser il faut accepter d’être pour l’autre un objet de désir, et ce,  qu’on soit homme ou femme.

Après, se  prendre pour un objet, dans leur bouche, cela signifie être un jouet, une victime volontaire à un dieu Phallus. Ha ! la victime ! et si on prend son pied comme ça ? le féminisme est une juste lutte pour l’égalité des droits. Pas pour qu’elles haïssent les hommes ou la baise. Ce serait ridicule.

Commenter cet article

Guern de Bé 15/05/2011 06:39



"Les   autres animaux se résignent  à être  ce qu'ils  sont."


Je n'aime pas le mot "se résigner", et en plus, je ne pense pas qu'il soit juste. Les animaux n'ont pas à se "résigner", ils ne se posent sans doute même pas la
question. Ils sont innocents, ne connaissent ni le bien ni le mal, ils vivent ici et maintenant et leur corps ne leur posent pas de problèmes esthétiques...Ils sont dedans à 100%, c'est sans
doute pour ça qu'ils ont des capacités physiques bien supérieures aux nôtres.


désolée pour la grosseur des caractères mais je ne sais pas les changer...