Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Ecrire à Demorand pour le feliciter.La page de Jacques Durand, pro-corrida est supprimée de Libération. Vive Libé! Enfin!

12 Mai 2012, 14:00pm

Publié par Jo Benchetrit

Pour info : "par décision de la direction de la rédaction, la page Tauromachie de Libération sera supprimée à la date du 1 juillet. Elle avait été installée en juin 87 sur demande de Serge July." J. Durand.

 ENFIN!!!


Madrid célèbre la première feria "Culture et Toros"

(Effet Fred Mitterrand, Sarko. . on n'en a pas fini avec les effets de leur  décision inqualifiable.)

Soutenons Demorand.

Vous pouvez remplir le formulaire de contact : http://www.liberation.fr/contacts/ ou envoyer un mail à Nicolas Demorand, directeur de Libération : n.demorand@liberation.fr, mais aussi à son assistant : h.chichkoyan@liberation.fr, ou encore à Sylviane Boure, assistante service rédaction "France" : s.boure@liberation.fr 

Vous pouvez également écrire ou téléphoner : 11, rue Béranger - 75154 Paris Cedex 03 - Tél.: 01 42 76 17 89

Comme le dit si bien   Nicole Subille, une amie de combat anti cruauté:

"Bien d' accord, bravo Libé !
Mais 1/4 de siècle d' erreur, pour un journal censé être humaniste et progressiste, c' est beaucoup: il était temps !!!
Comparer avec Charlie Hebdo et sa rubrique

de Luce Lapin ! "

 

Voici ma lettre:

Bonjour, M Demorand,

Libé fut une de mes plus grandes désillusions post soixante-huitardes. Du coup, je ne l'achète plus depuis des lustres alors que j'y étais abonnée.

En effet, la page de l'addict aux inqualifiables corridas, Jacques Durand heurte mon intelligence et ma sensibilité révolutionnaire, celle là même qui m'avait fait soutenir de manière active Libé à sa fondation. Hélas, trop d’autres papiers sont admis dans Libé, comme celle ci, effondrante de déni, (= tout y y est pour conclure   que la barbarie est inexcusable, pour dire que la corrida en est une, et pourtant, rien n'y fait, il adore ça!) de et sur  Jean Daniel en 2007, après pourtant la fin du règne  de l’aficionado July, en 2006:

http://www.liberation.fr/week-end/0101109985-tourner-la-terreur-en-derision

Ça montre non seulement que la corrida comme jouissance acéphale rend débiles les plus brillants, mais que la complicité du journal avec les tortionnaires a été générale, et ce,  depuis l'encensé par les jeunes gauchistes de l'époque, Sartre. Dont moi. Mais j’ignorais alors cet aspect (répugnant) de ses complaisances.

Je m'estime trahie par cette orientation indigne, moi qui l’ai (un peu) subventionné à sa naissance, en sacrifiant des deniers utiles pour une étudiante fauchée !

Je vais essayer de me réconcilier. Mon voeu de cohérence:

Que vos ventes montent ou grimpent, ou stagnent après cette décision ne compte pas au regard du devoir accompli. Bravo pour votre, enfin, courage. Ne cédez pas aux sanguinaires . Gardez ou plutôt prenez l'orientation qui est d'essence la vôtre, car toutes les luttes  comme celles des femmes , des minorités opprimées et des animaux sont liées dans la même résistance  contre les  archaïques oppressions enracinées dans l' idéologie intolérable qui confond le bien et les traditionnelles façons de penser et de faire.

Et il est clair que cette idéologie conservatrice est au moins inconsciemment  fasciste, quelque soit l’orientation politique manifeste des barbares. La question est : pourquoi cette absence de lucidité ? Réponse = la banalité du mal le rend invisible.

La psychanalyse explique ça ainsi: ne pas ça-voir pour jouir sans sublimation civilisée du ça ( "désir monstrueux", Castoriadis) sans être en conflit avec son Surmoi.

Cette suppression du papier de Durand signifie-t-elle que la conscience de ce qu’est vraiment la banalité du mal, évoquée par J.Daniel sans y voir de rapport, après son éloge des corridas, conscience du mal abominable et permanent imposé à des centaines de milliards d'animaux  est en train de naître ?

Espérons-le. Il ne peut y avoir de progrès humain sans inclure la défense de toutes les victimes des abuseurs  et la lutte contre ceux-ci, et ce, quelques soient les races, sexes, nationalités, options sexuelles, etc...des dites victimes. Et aussi, ben oui, aussi, quelques soient leurs espèces.

La barbarie n'est pas plus noble si on juge la victime inférieure ou trop différente de soi pour s'y identifier. Mais la juger inférieure, hélas, permet la barbarie chez l'homme sans tête. Souhaitons que vous nous soutiendrez auprès de F.Hollande pour faire abolir cette honte franco-iberique, mais aussi bien d'autres abjections envers les (autres) animaux que la maladie infantile de l'animal dit humain, à savoir le narcissisme dont est l'anthropocentrisme, autorise.

Salutations les meilleures, gardez le cap et...la tête.

Josette Benchetrit

http://psychanalyse-et-animaux.over-blog.com/ 


Honte sur le mundillo, immonde ramassis de pauvres mecs sans couilles qui se vengent comme ils peuvent de leur impuissance, sur des innocents, bien sûr, et à 6 contre un, c'est plus prudent!!!

 Prenez plutôt du Viagra. Don't worry pour votre  coeur.  Le Viagra le tuera pas. Il est déjà mort.

 

Voici ce que dit Jean Daniel:"Montherlant : «La corrida m'a révélé que l'on peut être enivré par une bête en même temps qu'on la tue, que l'on peut ad absurdum adorer la vie qu'on lui ravit.»Magnifique et redoutable. Adorer la vie que l'on ravit, c'est le tragique."

"Adorer la vie que l'on ravit, c'est le tragique" ?????????????

Mais c'est quoi, ce délire qui assimilerait du Corneille à du bouseux   hispanisant??
Adorer la vie d'un innocent qu'on tue , c'est surtout d'une connerie ! Oui, c'est tragique de voir un homme de la trempe de J.Daniel délirer ainsi, loin de tout sens moral.

Surtout que vous parlez d'amour quand il ne s'agit que de branlette de l'idiot cruel(ça va ensemble:Sophocle disait "bêtise, bien souvent , est soeur de cruauté".)

Honte sur vous. ils geignent que Durand l'immonde soit vidé. Ils geignent mais méritent bien pire quand on voit de quoi ils se repaissent, ces vampires. 

Et pour enseigner aux passants ce qu'est l'horreur de la corrida, voici cet irregardable et impensable qui  rend malade tout être à peu près normal, le "travail" du picador.

:

 

picador-1-.jpeg


     L'horreur de la plaie provoquée par la pique plonge très profond dans les muscles pour que la victime ne puisse se défendre en levant la tête et ça protège ainsi ses lâches bourreaux.

 

Mais que cela ne nous fasse pas oublier la détresse dans nos élevages. la corrida n'est qu'une partie emmergée de l'iceberg de sang et d'intenses souffrances, produits de notre coeur de glace. Honte sur les immondes, honte sur l'humanité :
http://change-production.s3.amazonaws.com/photos/5/ii/fo/iFiiFoEXEstnpuX-320x240-cropped.jpg?1336681995
Il est si simple,"humain" au sens propre, et sain de ne pas manger de produits animaux que je me demande pourquoi nous ne sommes pas majoritaires à être végétaliens...Mystere de l'âme humaine!

Commenter cet article

chichkoyan 26/07/2012 18:41



Raph 29/06/2012 12:25


Trucs pour ne pas se tromper :


quel que : déterminant indéfini quel suivi du mot que, puis d'un verbe au subjonctif. 


Truc 1 : on peut remplacer quel que par tel que (tels que, telle que ou telles que) en remplaçant le subjonctif par l’indicatif :


Telles que sont les races, les cultures...


Truc 2 : mettre la phrase dans un autre ordre. Que les races, les cultures, soient de telle ou telle sorte.


 


quelque(s) est un déterminant indéfini : on peut donc le remplacer par "deux ou trois", ou "un quelconque". 


 


En espérant que ça vous aidera 


 


(et "vu" en début de phrase est une préposition qui signifie "étant donné, considérant" et ne s'accorde pas).


 


Pour revenir au fond. Les chroniques de Durand me sortaient par les yeux, mais j'ai quand même lu la dernière, où il tente de faire passer les opposants pour des moralistes hors du réel...


Affligeant.

jo 28/06/2012 22:27



Ceci dit, VUE (estce que ça s'accorde?) LA SUITE faut ecrire:quels que soient etc. non?


Bizarre, on perd l'ortho avec l'ordi.

jo 28/06/2012 22:25


quelques soient les races, sexes, nationalités, options sexuelles, etc...des dites victimes. Et aussi, ben oui,
aussi, quelques soient leurs espèces : erreurs assez honteuses.
A ma décharge, je suis toujours trop pressée qd j'ecris.

Raph 28/06/2012 22:02


BRAVO, excellement dit.


Juste une remarque : "quelles que soient les races" et non "quelques soient" (on ne dénombre pas des "soient" :-) )

Jo Benchetrit 13/05/2012 06:20


lire jusqu'au bout. A pleurer. mais il y a qq chose à faire; il ne tient qu'à vous.