Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Le dégoût. Une corrida dit da au corps, non à l'esprit. Aznavour est un anti!

29 Mai 2014, 12:03pm

Publié par Jo Benchetrit

Les gradins, dégradants, des arènes allumées par le soleil flagrant,

aveuglant les bovins  jetés dans cette lumière féroce après de longs moments dans un couloir obscur,  pour les rendre incapables de distinguer l'ennemi, ces lâches clowns morbides, gesticulant sans âme comme le Casanova de Fellini enchainant ses conquêtes, histoire de croire avoir le phallus.

Mi-hommes, mi-robots de sexe comptable, une de plus, ça s’arrose, là de sang,  ici de sperme,   grimaçant, se jouant des victimes, en dandinant du cul, les toreroterroristes, sexe-posent à leurs commanditaires, ces complices excités devant la scene  immonde comme leur esprit, primaire! 

L’habit dit de lumière des obscurs bonshommes scintille sous le soleil et leurs armes aussi,

des armes déguisées sous des fleurs de papiers, mais ce sont bien des armes et le tranchant ne démérite pas dans la chair triturée.

Dormir, rêver de grandeur, rabougri sur son siège de pierre à l’égal de son coeur,

la main sous les aisselles, ou bien sur le pubis,

pour calmer ses ardeurs. Mon dieu, quelle chaleur!

Dur pour un sado de regarder tranquille le spectacle de torture qui excite son truc qu'a tant de peine en face d'une  femme et qui là  explose de gloire solitaire entre ses cuisses moites.    

Et la bite de lumiere scintille sous le soleil, les cris des animaux, dommage, pense-t-il, lui sont cachés… 

Pour un orgasme parfait, faut que le sang versé le soit avec le son, le con aime le son,  sinon, le con  y perd…ou s’y pervers  pépère. 

Mais les cris de liesse d'une foule obscène remplissent leur fonction...

Percé, ils ont percé la peau, la chair, le poumon, la victime crache avec sa vie  tout son sang tandis que le vit du secoué qui y met toute son âme s’écoule  au bon moment : la pauvre bête  s’écroule…  Et la masse des marteaux qui lui ont pris la vie hurle sa joie hideuse comme leur âme  indécente, ridicule et vicieuse.

 

Consolation: lu sur le site de la FLAC 

Seda AZNAVOUR et Charles AZNAVOUR contre la corrida

aznavourSeda AZNAVOUR, fille de Charles AZNAVOUR, après avoir pris connaissance de la très belle chanson deJorge SELK  « La Cogida » (que vous trouverez en bas de cette page), répond ainsi à son auteur : « Je suis d’accord avec vous, il faut interdire les corridas. Encore des souffrances inutiles ».

Un peu plus tard, en synergie avecJorge SELK, laFLAC remercieSeda AZNAVOUR en lui adressant notre article intitulé« La foule veut la mort ! La preuve par l’image… »et par la même occasion, lui demande ce que pense son illustre père de la corrida.  Réponse deSeda AZNAVOUR : « mon père a écrit une chanson triste contre la corrida et malheureusement dramatique pour le toréador ».

Ce positionnement provenant de personnalités dont le peuple fut victime de l’une des plus grandes tragédies humaines de notre histoire, constituepour notre cause un symbole très fort. La barbarie, quelle que soit sa nature, doit être toujours dénoncée et combattue !

Comme convenu avecSeda AZNAVOUR, nous joignonsle lien de notre comité d’honneurafin que les personnalités qui en sont membres prennent connaissance de ses positions.

Encore un grand merci à Seda et Charles AZNAVOURpour cette indignation qui les honore !

Commenter cet article

annnie69330 05/03/2016 17:49

je ne vais pas être très originale mais c'est tout ce qu'il me vient en tête en pensant à tous ceux qui nient la souffrance terrible du taureau : je souhaite qu'ils aient une mort très lente et très douloureuse..... et que pendant leurs moments de lucidité ils réalisent toutes les horreurs dont ils se sont repus mais jamais rassasiés qui ont été infligées à leurs victimes au nom d'un soi-disant art....qu'ils connaissent la peur de ne jamais être pardonnés...

Zoé 30/05/2014 09:07


Merci à ceux qui mettent leur notoriété au service de cette cause .