Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Le fascisme expliqué aux enfants, illustré par l'article de Marianne après la mort de Meric, assassiné par un JNR.

8 Juin 2013, 21:28pm

Publié par Jo Benchetrit

Certains renvoient dos à dos les fachos et les anti-fachos.


Je pense  que c’est vraiment indispensable qu’il y ait des antifachos. Une vigilance de chaque instant est nécessaire et   si on se tient à ce que j’ai pu détecter, il y a des gens qui trimbalent des rumeurs effrayantes...et honteuses.
 Mettre dos à dos les antifachos et les neo nazis : non, pas souhaitable et parfaitement injuste. C’est comme mettre dos à dos les chasseurs et les militants qui s’interposent entre la proie et eux.   Ne pas oublier que l’ED continue à faire des manifs, à tabasser, à nuire. La tolérance par rapport aux barbares
mène au pire. Et là, à tuer un être rare, très jeune, de plus, vegan. Par contre, il était  hyper imprudent car on ne peut pas injurier le Diable. Je vous concède donc que les méthodes de cette jeunesse de valeur ne sont pas bonnes avec des gens aussi dangereux.
C’est la loi qui devrait, comme pour nos luttes animalistes , être protectrice et ferme.

 Les fachos ne devraient pas avoir le droit de distiller leur venin pousse- au-crime. A force, ça finit par coloniser les esprits par effet d’hypnose subliminale.
Les éloigner de la PA , c’est aussi servir la cause animale.  Ces fans dragueurs de PA ne font qu’appliquer les méthodes d'Hitler pour ensuite, une fois au pouvoir,  mettre en taule les militants pro animaux qui les gêneraient.
 Voyez les exploits des fachos et dites moi en quoi cela a un rapport avec les anti fas.


http://www.marianne.net/Oui-la-mort-de-Clement-Meric-etait-un-crime-politique_a229372.html?preaction=nl&id=2939533&idnl=27023& 

Les groupuscules ultranationalistes font leur grand retour sur la scène médiatique. Dans son numéro de la semaine dernière, Marianne a dévoilé les « habits neufs de la vielle extrême-droite ». Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de Gauche, n’hésite pas quant à lui à demander la dissolution des mouvements d’extrême-droite.
 
Ces mouvements – numériquement ultraminoritaires (quelques centaines d’individus) – se sentent pousser des ailes depuis des mois. Quelques faits qui dénotent un climat de violence particulièrement pesant…


Juin 2012. A Besançon, un groupe de militants d’extrême-droite fond sur un jeune homme connu dans le milieu anti fasciste, installé à la terrasse d’un café. Le site antifa Fafwatch a alors accusé (vidéo à l’appui, supprimée de Youtube mais dont des extraits sont visibles dans le sujet de France 3 Franche-Comté ) des militants des mouvements ultranationalistes, Werwolf Sequania et le Front Comtois.

La présidente du Front Comtois a nié toute implication des membres de son organisation. A Toulouse, Matthieu Clique – ex-chef de file du Bloc Identitaire toulousain – est mis en examen, soupçonné d’être l’auteur d’une violente agression dans la nuit du 31 mars au 1er avril contre un étudiant Chilien, dont la tête aurait heurté le trottoir, causant un traumatisme crânien le laissant hémiplégique.


Nicolas Comte, du Syndicat général de la Police-Force ouvrière (SGP-FO) déclare sur le plateau de C dans l’air, jeudi 06 juin avoir « vu ressurgir sur la voie publique des groupes d’extrême droite violents, que l’on avait pas vu depuis longtemps », galvanisés par les affrontements en marge des manifs anti-mariage gay.

Il ne s’agit pourtant pas de faire d’amalgame et de mettre en cause les organisateurs de La Manif pour Tous. Toutefois, force est de constater que des groupuscules ultrnationalistes y ont vu un moyen de « s’exprimer ».


Mercredi 17 avril 2013, « quatre individus (…) de 18 à 25 ans, crâne rasé, tatoués » surgissent devant le Vice & Versa, un bar gay du Vieux-Lille. « Ça m’a interpellé, ce n’est pas ma clientèle habituelle. Lorsqu’ils ont voulu rentrer, je suis allé les voir. Ils m’ont dit : "On est là pour casser du pédé !" » raconte le propriétaire.

Devant son refus de « baisser les yeux », ils se saisissent des tables, des chaises et sacagent les lieux. L’agression avait suscité une vive émotion dans le pays. Bilan : le patron, son associé et un serveur sont blessés.

Les quatres suspects ont été interpellés, puis remis en liberté sous contrôle judicaire. Leur procès aura lieu le 26 juin. Le même soir, une quinzaine de membres des Jeunesses Nationalistes prirent d’assault la permanence lyonnaise du Parti Socialiste ; s’en suivirent des échauffourées avec la police. Une goutte d’eau, diraient les associations antifascistes locales.


Depuis un an, le quartier du Vieux-Lyon est devenu le camp de base des Jeunesses Nationalistes – branche jeune de l’Œuvre Française – créées en octobre 2011.
 
Il s’est notamment « illustré » dans le combat contre le mariage gay, au côté du Groupe Union Défense (GUD) – unis entre autre sous la bannière du Printemps Français, qui semble aujourd’hui fonctionner comme une nébuleuse.
 
Leur leader, Alexandre Gabriac, cultive un certain don pour ameuter les journalistes. Exclu du Front National pour un salut nazi en 2011, il multiplie depuis « les bons mots », les provocations et les remarques déplacées … Bref, il fait son beurre en proférant des horreurs.
 
Seulement voilà, le Collectif Vigilance 69 et les associations gays et lesbiennes locales sont aujourd’hui exaspérés et s’insurgent contre l’inaction des pouvoirs publics. Manifestations sauvages, insultes homophobes, agressions à répétition…


Dans la nuit du 17 au 18 mai, une jeune asiatique en compagnie de deux couples s’est faite insulter puis rouée de coups par des militants nationalistes lyonnais. La quarantième agression de ce type depuis 2010, affirme le Collectif Vigilance 69.

Jeudi 30 mai, Jean-Jack Queyranne, président PS de la région Rhône-Alpes, a annoncé avoir déjà réclamé à Manuel Valls la dissolution de ces « groupes néo-nazis ou nostalgiques du fascisme mussolinien », rapporte ledauphine.com.


Ces groupuscules n’hésitent plus à frapper en plein jour. En marge de la commémoration du meurtre de Brahim Bouarram, le 1er mai dernier, des échauffourées ont opposé des militants d’extrême droite et le service d’ordre d’Action antifascistes Paris-Banlieue (vidéo youtube ) – mouvement auquel appartenait Clément Méric.

Commenter cet article

Jo Benchetrit 01/07/2013 06:28


n'avez-vous aucune honte, MZ_SOPHIE ETC, de defendre les adorateurs de ceux qui jetaient des bébés vivants dANs le feu des fours?
VRAIMENT PAS LE MOINDRE SCRUPULE?

Jo Benchetrit 30/06/2013 20:32


lire mon dernier texte sur wolff: avec les "pauvres" pervers, il y a renversement et c'est la victime qui est coupable!

Monsieur Z 30/06/2013 20:22


Tout à fait Sophie, mais si Esteban et Katia sont d'authentiques défenseurs de la cause animale, Clement Meric quant à lui n'était qu'un petit gauchiste haineux à la cervelle vide.


Je ne crois absolument pas qu'il était vegan et antispéciste, les manifestations auxquelles il participait n'avaient rien à voir avec la défense des animaux.


On le voit sur une photo, le bas du visage caché par un foulard (on voit sa mentalité de voyou) manifester contre ceux qui s'opposent au mariage homo.


Que l'on soit pour ou contre n'est pas le problème, accorder autant d'importance à ce sujet prouve bien que les "valeurs" défendues par Meric ne sont pas les nôtres.


Ce petit voyou a lâchement attaqué par derrière Esteban, plein de haine parce que ce dernier refuse le conformisme politiquement correct; les véritables défenseurs des animaux n'ont que mépris
pour des gens comme Clement Meric, défenseur des égorgeurs musulmans et autres racailles, ainsi sont ceux qu'on appelle "antifas", soutenus par ce gouvernement félon et l'immonde Valls.


Il n'est pas inutile de le rappeler.


 

Sophie 10/06/2013 15:02


Esteban et Katia sa compagne sont des militants de la cause animale!


http://www.bfmtv.com/societe/mort-clement-meric-esteban-katia-un-couple-parmi-suspects-533958.html


Quelle ironie, quelle tristesse quand on pense que Clement Meric se disait aussi vegan et antispeciste!


Ils auraient dû s'allier au lieu de se taper dessus, nous ne sommes déjà pas si nombreux.


Clement Meric défilait contre la manif anti-mariage homo, en tenant une banderole où il était écrit: "l'homophobie tue".


Quelle sottise, c'est la fourrure qui tue, Esteban et Katia préféraient manifester contre la fourrure et ils avaient bien raison.


 

Sophie 09/06/2013 23:46


Je trouve que celui qui signe ses articles du nom de "Paul le Poulpe" est plein de bon sens. 


On ne va tout de même pas reprocher à des gens qui se font agresser de se défendre!


Fallait-il qu'ils se laissent massacrer par ces gauchistes haineux et bornés?


Le coup de poing a malheureusement été mortel, mais la faute à qui?


Pas à celui qui n'a fait que se défendre.


Honte à ceux qui instrumentalisent ce malheureux accident pour des raisons politiques que l'on connait trop bien!


http://ripostelaique.com/lauteur-du-coup-de-poing-mortel-aurait-il-du-se-laisser-agresser-par-clement-meric-et-ses-potes.html