Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Le héros de Fukushima:Naoto Matsumura y nourrit des animaux abandonnés, parfois ATTACHÉS!!!

15 Mars 2014, 03:39am

Publié par Jo Benchetrit

Les japonais de la zone irradiée ont abandonné leurs animaux, parfois attachés, c'est à dire sans espoir autre que de mourir de faim et de soif!  De quoi nous donner des cauchemars. La honte de l'humanité: sa lâcheté et surtout sa cruauté. Car laisser ses chiens et autres animaux, c'est déjà grave, mais incarcérés, c'est innommable, non?

Sur des millions d'individus, comme parfois, il peut y avoir un être qu certains diront fous...d'autres des Justes, et qui pourtant sauvent notre humanité. Comme ici, Naoto Matsumura, un grand homme, en toute humilité.

Bien sûr, on se doute que son travail de Titan ne peut aider les millions d'animaux qui doivent se trouver sur la zone interdite large d'au moins 100km. Hélas! que de souffrance, à cause de l'homme, encore.

Tout est de notre faute:

la domestication, l'élevage, l'incarcération,  l'abandon, et, bien sûr, les centrales nucléaires.

 

 

"Naoto Matsumura, seul dans la zone interdite de Fukushima pour sauver les animaux:

Naoto Matsumura, fermier de 53 ans, est né et à grandi à Tomioka, petite ville dans la zone désormais interdite, à moins de 20 km de la centrale nucléaire de Fukushima en ruines. Ne voulant pas évacuer au début de la catastrophe comme tous ses concitoyens, il décide pourtant le 15 Mars 2011, après l'explosion du réacteur n°4, de quitter avec les siens la ferme exploitée par sa famille depuis 5 générations.
Son père leur suggère de se réfugier chez sa soeur dans le Sud, mais de peur d'être contaminée par les radiations, celle-ci ne leur ouvrira pas sa porte. Impossible également de trouver de la place dans les centres d'hébergement pour les réfugiés de la catastrophe, déjà surchargés.

Naoto Matsumura décide alors de laisser sa famille à Iwaki et de retourner chez lui pour nourrir ses animaux.

"Au bout de 3 jours je suis sorti de ma maison ce qui m'a frappé c'est le silence. J'ai vu un pauvre chien attaché, il n'avait rien à manger ni à boire. Je l'ai donc nourri et un autre chien à côté a commencé à aboyer pour me réclamer aussi de le nourrir. Et c'est comme ça que je me suis aperçu qu'il y avait des milliers d'animaux abandonnés autour de Fukushima".

C'est ce combat qui va lui valoir la sympathie du public et le soutien de milliers de personnes. Naoto Matsumura va braver le danger pour s'opposer à l'abattage des animaux de la zone contaminée. Il va s'en occuper et exprimer haut et fort sa colère contre l'industrie nucléaire qui a bouleversé sa vie.

"Je n'étais pas anti-nucléaire avant, Tepco m'avait lavé le cerveau. Mais vous en France aussi vous avez des centrales nucléaires encore plus vieilles que celles qu'il y a au Japon et elles peuvent elles aussi exploser".

C'est ce message que Naoto Matsumura est venu délivrer en France. A 53 ans, aujourd'hui il semble en forme même si ces médecins lui ont dit qu'il est le champion de la contamination. Pour Antonio Pagnotta, le photojournaliste qui a écrit le livre le dernier homme de Fukushima sur Matsumura, pense aussi que c'est une force de la nature :

"Sa résistance aux radiations et le travail qu'il fait représentent le travail de trois hommes. Au début, on l'a pris pour un fou, aujourd'hui on sait que c'est un sage".

Un sage qui fait part aujourd'hui de son expérience. Une aubaine pour ceux qui militent pour la sortie du nucléaire, en tous cas un témoignage troublant dans un pays comme la France qui compte 58 réacteurs."

 

et un autre lu dans le Monde:

"Lorsque la région de Namie fut interdite d'accès, un éleveur a ignoré les injonctions des autorités d'abattre le bétail, venant en cachette le nourrir. Masami Yoshizawa a été arrêté plusieurs fois, mais il a continué. Dans son pré paissent une cinquantaine de bovins, nourris avec du fourrage provenant d'autres régions. Sur une citerne, quelques mots ont été tracés rageusement en rouge : « Il faut sauver la vie ».

 

  • Philippe Pons (Préfecture de Fukushima, envoyé spécial) 
    Journaliste au Monde"

Commenter cet article

Zoé 15/03/2014 11:07


Qui sauve une seule vie sauve le monde entier dit le Talmud . merci à cette belle personne et je souhaite tout le mal possible à ceux qui ont abandonné les animaux. des pourritures sans
conscience .

Zoé 15/03/2014 11:05


Qui sauve une seule vie sauve le monde entier dit le Talmud . Merci à cette belle personne et je souhaite tout le mal possible à  ceux qui ont abandonné les animaux . des pourritures
sans conscience!