Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Ecrire et signez la pétition: halte aux cruels massacres des dauphins au Japon.

21 Février 2010, 12:54pm

Publié par Jo Benchetrit

je transmets:

Ecrire: info-fr@amb-japon.fr
 L'HORREUR À PORT FUTO
>
>
>
>
>
> Chaque année, sous la pression du Moratoire imposé en 1982 par la 
> Commission Baleinière Internationale, et suite à l'interdiction par 
> la CITES de commercialiser des produits d'origine baleinière, le 
> Japon éprouve de plus grandes difficultés pour répondre aux 
> demandes de ses restaurateurs. La viande de cétacé reste encore un 
> mets fort prisé dans ce pays et la demande en est importante, 
> malgré le grave niveau de toxicité de cet aliment et de 
> l'opposition courageuse d'une poignée d'activistes japonais.
>
> Que ce soit lors de chasses au harpon « froid » menées au large ou 
> lors de chasses au rabattage (drive-hunt) conduites le long des 
> côtes, les pêcheurs japonais massacrent plus de vingt mille 
> cétacés par an (dauphins, marsouins de Dall, pseudorques, orques, 
> etc.) et ce, d'une manière extrêmement cruelle.
> En 20 ans, le Japon a ainsi éliminé de ses eaux plus de quatre cent 
> mille petits cétacés, à l'heure où la vie de ceux-ci est déjà 
> gravement menacée par les prises accidentelles en filets dérivants, 
> la famine et la pollution.
>
>
> Photo Helene O'Barry
>
> Par ailleurs, détournant l'intérêt spontané des êtres humains à 
> l'égard des dauphins à des fins mercantiles, l'industrie des 
> delphinariums s'est révélée extrêmement rentable sur le plan 
> touristique et a connu un boom énorme ces dernières années.
> Partout, dans les hauts lieux de vacances, de nouveaux bassins sont 
> construits pour accueillir des cohortes de dauphins, d'orques ou de 
> bélougas, rapidement morts et vite remplacés. En d'autres lieux, 
> sur d'autres plages, ce sont des "petting pools" que l'on bâtit par 
> dizaines à l'usage des touristes pressés. Pour une poignée de 
> dollars, la rencontre avec l'animal est garantie sur facture et la 
> photo souvent offerte avec le prix du billet.
>
> A ce jour, les pays les plus demandeurs sont la Corée, le Japon, la 
> Chine, Taiwan, la Thaïlande, Hong Kong, la Polynésie Française, le 
> Mexique et les Etats-Unis, notamment. A lui seul, compte tenu des 
> décès incessants qui y surviennent, le Delphinarium géant de 
> Nagoya (Japon) représente l'un des plus gros importateurs de 
> cétacés captif au monde. La plupart des visiteurs qui nagent avec 
> ces dauphins si souriants ou apprécient leurs cabrioles au travers 
> des cerceaux ignorent évidemment la provenance exacte de ces animaux.
>
> LES PREMIERS MASSACRES
>
> Afin d'alimenter le marché de la viande de baleine en produits de 
> substitution et de répondre aux demandes en captifs frais, une 
> première chasse au rabattage eut lieu à Iki en 1979. Des centaines 
> de dauphins furent égorgés sur une plage spongieuse de sang.
>
> L'année suivante, un autre massacre, comprenant cette fois des 
> pseudorques parmi les victimes. La scène fut filmée par des 
> caméras indiscrètes et enfin, l'information circula et fit scandale 
> au niveau international.
>
> Tout s'arrête jusque en 1987, date à laquelle le Marine World 
> Africa (USA) passe à son tour commande de dauphins et de 
> pseudorques. Les prix offerts sont plus élevés et aussitôt, une 
> nouvelle chasse est menée. Quatre-vingt dauphins sont hissés vers 
> la plage. Quinze sont mis de côté pour le delphinarium américain, 
> tandis qu'à quelque mètres, les autres agonisent sous le soleil en 
> se vidant de leur sang, parfois écorchés vifs....
>
> Depuis 87, la machine s'est emballée et de nouveaux massacres ont eu 
> lieu à Ito, puis à Iki en 1993, à Futo en 1996, à Taiji en 1999 
> et ce ne sont là que les chasses connues. Les pêcheurs ont appris 
> à se montrer discrets.
>
>
>
>
> L'HORREUR FILMÉE À PORT FUTO
>
> Pourtant, la pêche menée au port de Futo, dans la péninsule d'Izu, 
> a pu être filmée en cachette par l'association japonaise IKAN. Ces 
> images furent montrées à la Conférence de la CITES de juin 2000 à 
> Adélaïde : les délégués japonais, blêmes de honte, durent 
> quitter la salle. La cassette vidéo , aujourd'hui disponible sur 
> simple demande, nous permet de reconstituer les étapes de cette 
> boucherie atroce et d'imaginer comment elle se répète chaque 
> année, sur plusieurs plages japonaises.. ..
>
> Nous sommes le 13 octobre 1999.
> Les pêcheurs partent en mer. Une bonne centaine de dauphins sont 
> repérés, isolés, rassemblés, poussés par des filets vers les 
> rives d'une petite baie peu profonde. Une quinzaine d'hommes, 
> équipés de combinaison de plongée et de tubas, repèrent les 
> spécimens destinés aux deux principaux clients du jour, à savoir 
> les delphinariums Izu-Mito Sea Paradise et Keikyu Aburatsubo Marine 
> Park.
>
> Ils poussent les dauphins choisis - le plus souvent, des mères et 
> leur enfant - vers des enclos à part non loin de là, afin de les 
> mettre à l'abri et de les livrer plus tard à leurs commanditaires. 
> Avant cela, les nouveaux captifs, baignant dans le sang de leurs 
> compagnons proches, devront subir une 
> «désensibilisation» (habituation au poisson mort et à la 
> présence de l'homme, premiers dressages, etc. ) dont on a pu 
> prendre également quelques images.
>
> Quant aux autres dauphins, ils se tiennent toujours entassés dans 
> leur nasse le long de la plage. On les y laisse jusqu'au lendemain, 
> 14 octobre 1999 et là, l'Enfer commence...
>
> Les cétacés sont attachés par la queue à un câble et traînés 
> à toute vitesse sur le sable brûlant.
> Des tas de corps gris empilés se forment, des alignements de 
> dauphins allongés, couverts de poussière, peau écorchée par les 
> cailloux. Mais toujours bien vivants, hélas, car parfois, on les 
> voit se redresser par spasmes, les yeux fous, en piaulant leur 
> terreur puis retombant, épuisés.
> Parfois, c'est par grappes entières, à l'aide d'un camion ou d'une 
> grue, que l'on tire les dauphins vers la terre.
>
> Beaucoup sont égorgés. Ils meurent lentement, la carotide crachant 
> de grands jets de sang sur le pêcheur qui s'éloigne, impassible. 
> D'autres ont le cœur ou le flanc percé avec une sorte de pelle- 
> épieu, qui les fait se tordre de souffrance. Une fois, deux fois, le 
> pêcheur frappe puis, sans se soucier si sa victime est morte ou non, 
> il se dirige vers d'autres corps étendus, frémissants, qui le 
> voient venir sans pouvoir rien faire...
>
>
> D'autres dauphins semblent oubliés : laissés sous le soleil, ils 
> s'étouffent lentement sous leur propre poids. Un pêcheur passe et 
> marche sur un alignement de ces corps : l'un des cadavres se cabre 
> sous la botte. Cette pauvre chose vit encore !
>
> Certaines images nous montre des cinéastes et activistes présents 
> sur place, tentant de convaincre l'un des pêcheurs. A côté d'eux, 
> un dauphin agonise, sans blessure, juste échoué sur la terre. 
> "Qu'on lui donne au moins le coup de grâce !" semble plaider l'un 
> de ces témoins. Rien à faire. Pas question de perdre son temps. Le 
> dauphin mourra là, dans quelques heures peut-être....
>
> Pendant ce temps, marchant dans l'eau sanglante à mi-cuisse, un 
> homme en tenue de plongeur continue le sale travail.
> La mer est agitée comme en pleine tempête par les coups de caudale 
> des dauphins pris au piège. Des gerbes d'écume rougeoyante 
> s'élèvent. Le tueur passe nonchalamment parmi ces êtres paniqués 
> et il égorge, il plante le pieu, sans cesse. Parfois il s'écarte 
> pour vérifier le bon état de sa combinaison, puis il repart, tuant 
> au hasard, sabrant dans le tas comme on fauche les orties....
>
> Plus loin, maintenus sous un filet expressément enfoncé dans 
> l'eau, d'autres dauphins se noient lentement.
> Il leur faudra, à eux aussi, un long moment pour mourir...
>
> Le bilan de cette opération : cent dauphins capturés et ramenés 
> vers la plage, soixante-neuf massacrés et vendus en boucherie, six 
> conservés vivants pour les delphinariums.
>
>
> LES CHASSES CONTINUENT
>
> Du 29 mars au 6 avril 2001, Hardy Jones, le Directeur de 
> l'organisation Blue Voice a pu visiter plusieurs villages sur la 
> côte du Japon, dont les habitants sont sinistrement connus pour ces 
> terribles "pêches au rabattage" (drive-hunt) .
>
> Lors de cette mission d'observation, Hardy Jones était accompagné 
> par Sakae Fujiwara, un environnementaliste local et par une 
> journaliste du "Sunday Mail", Annabel Heseltine. Le voyage était 
> soutenu et financé par les organisations
> suivantes : In Defense of Animals, Whale and Dolphin Conservation 
> Society et Cetacean Society International. L'association japonaise 
> ELSA Nature Conservancy assurait l'accueil de la délégation.
>
> Hardy Jones, qui travaille à lutter contre les massacres de dauphins 
> au Japon depuis près de vingt ans, publie donc aujourd'hui un 
> rapport complet en anglais sur la situation.
> Ce document prouve non seulement de façon irréfutable la connexion 
> entre les pêches dites "drive-hunt" telles que menées à Iki ou 
> Futo Port et la florissante Industrie américaine des Delphinariums 
> mais il révèle aussi à quel point le
> malaise ressenti par les pêcheurs sous la pression des protestations 
> internationales est important. Les massacres ont désormais lieu la 
> nuit, au large, mais ne s'interrompent pas pour autant.
> "La population japonaise est bien entendu hors de cause dans cette 
> affaire" insiste Hardy Jones, "ce ne sont que quelques groupes 
> financiers qui entretiennent ce commerce très profitable, à la 
> demande expresse de firmes étrangères et avec l'accord de plus 
> hautes autorités du pays".
>
> Sur place, que ce soit à Taiji, Ito, Futo ou Iki, Hardy Jones a pu 
> en effet observer en de nombreux endroits de véritables "entrepôts 
> à dauphins", sorte d'enclos grillagés montés à la va-vite dans un 
> recoin discret du port. Les quelques captifs qui marinent dans ces 
> eaux sales sont les survivants d'une précédente boucherie. Retirés 
> de l'eau lors du massacre, jetés dans un camion puis stockés dans 
> ces zones d'attente, ils seront finalement vendus à quelque 
> intermédiaire véreux venu estimer leur valeur.
> Un dauphin vaut aujourd'hui quelques trois mille dollars mais le 
> prix peut varier en fonction de la qualité et surtout des chances de 
> survie à long terme de cette "marchandise" .
>
>
>
>
>
> CBI ET DELPHINARIUMS
>
> On comprend mieux à la lumière des horreurs précédemment 
> décrites, comment les problématiques de la conservation et de la 
> captivité sont liées.
> A supposer que les débats prochains de la Commission baleinière 
> aboutissent de manière favorable, ce qui n'est pas garanti, baleines 
> et cachalots resteront à tout le moins protégés. De plus en plus 
> de dauphins constitueront alors une source de remplacement. Dans la 
> foulée, les delphinariums continueront allégrement à souffler sur 
> les braises de ce nouveau marché et à en tirer profit.
>
> L'Europe s'honorerait donc à interdire dans un premier temps tous 
> les delphinariums présents sur son territoire, car leur existence 
> encourage les autres nations à pratiquer ce type de confinement 
> d'êtres libres et conscients, présenté trop souvent comme utile à 
> la "science" et à la "pédagogie".
>
> Souhaitons par ailleurs que la Belgique rejoigne enfin les rangs des 
> pays membres de la Commission Baleinière Internationale et qu'elle y 
> réclame haut et fort, comme elle sait si bien le faire pour d'autres 
> dossiers chauds, une protection globale de TOUS les cétacés, 
> mysticètes ou odontocètes.
>
>
>
> POUR EN SAVOIR PLUS
>
> Vidéos, Photos et Rapport complet disponible sur le site de Blue 
> Voice
http://bluevoice. org/sections/ dolphins/ save.shtml
>
> Vidéos, Photos et Rapport complet disponible sur le site japonais 
> d'IKAN
http://homepage1. nifty.com/ IKAN/eng/ protection/ dolphin_hunting/ 
> futo.html
>
>
> Lire aussi :
>
> IKAN TOP PAGE (ENGLISH)
>
> ENVIRONMENTAL INVESTIGATION AGENCY
>
> POUR PROTESTER AUPRÈS DES AUTORITÉS JAPONAISES:
>
> A l'Ambassade du Japon en Belgique
> Kunstlaan 58,
> Avenue des Arts 58,
> 1000 Brussels
> Belgium
>
> à l'Ambassade du Japon en France
> Chancellerie et Service Consulaire
> 7, avenue Hoche
> 75008 Paris
> France
> Ambassador: Koïchiro Matsuura
> The Office of the Prime Minister
> P.O. Box 8001 dep.
> (NO-)0030 Oslo
> Telephone: +47 22 24 90 90
> postmottak@smk. no
>
> Voir aussi
> Le site japonais :
> Iruka & Kujira (Dolphin & Whale) Action Network
>
> Pétition contre le Massacre des Dauphins Japonais
> End Dolphin Slaughtering in Japan
http://www.thepetit ionsite.com/ takeaction/ 391762699
>
 

Commenter cet article

jo 22/02/2010 21:28








Petitions



(7)



 


 


 










HALTE AU MASSACRE DES DAUPHINS AU JAPON ''BAIE
DE TAIJI'' - The ...


Après avoir visionné le film'' THE COVE'' sur le massacre des dauphins au JAPON baie de TAIJI je me... (36 signatures on petition)


www.thepetitionsite.com


www.thepetitionsite.com/1/halte-au-massacre-des-dauphins-au-japon-baie-de-taiji


extrait de Google - 2/2010






Animal Abuse petitions - Care2: ThePetitionSite (Activist)


HALTE AU MASSACRE DES DAUPHINS AU JAPON ''BAIE DE TAIJI'' » · Animal Cruelty: Jailed Bosnian Pigeon Needs Freedon and Representation » · End Animal Abuse » ...


www.thepetitionsite.com


www.thepetitionsite.com/animal-welfare/animal-abuse/activist


extrait de Google - 2/2010






Tell Broome to help stop the dolphin slaughter - The Petition Site


Le Massacre des Dauphins est une honte pour Le Japon... Il est bien loin le temps respectable des Samouraïs... D'un côé, nous voyons un Japon moderne & de ...


www.thepetitionsite.com


www.thepetitionsite.com/1/Stop-the-dolphin-slaughter-in-Taiji


extrait de Google - 2/2010






SAVEJAPANDOLPHINS.ORG - The Petition Site


Comment peut-on continuer a tuer ts ses dauphins !!!!!! c'est vraiment nimporte quoi le monde entier devrait interdire aux japonais de taiji cette pratique ...


www.thepetitionsite.com


www.thepetitionsite.com/2/savejapandolphinsorg


extrait de Google - 2/2010






All Petitions - Care2: ThePetitionSite


HALTE AU MASSACRE DES DAUPHINS AU JAPON ''BAIE DE TAIJI'' » · Protect the Elderly » · Don't Give big banks anymore business! » ...


www.thepetitionsite.com


www.thepetitionsite.com/browse-petitions/all


extrait de Google - 2/2010






End Dolphin Slaughtering in Japan - The Petition Site


23200+ petition signatures: Every year, Japanese fishermen, with the support of the Japanese government, slaughter thousands of dolphins in a brutal manner.


www.thepetitionsite.com


www.thepetitionsite.com/takeaction/391762699


extrait de Google - 2/2010




Help Save Japan's Dolphins - The Petition Site


96200+ petition signatures: Stop the slaughter of more than 20000 dolphins each year in Taiji, Japan!


www.thepetitionsite.com


www.thepetitionsite.com/takeaction/724210624



jo 22/02/2010 21:25


Zut!


Guern de Bé 22/02/2010 17:40


Le lien pour la pétition n'est pas bon...