Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Les animaux sont ENFIN des vivants sensibles pour le code civil! L'eusses-tu cru?

16 Avril 2014, 12:12pm

Publié par Jo Benchetrit

 arbre_des_singes.jpg

      ça y est, c'est bon! c'est un petit pas pour l'homme, pas encore un grand pas mais un pas nécessaire pour franchir d'autres étapes.

" La définition des animaux est passée dans le Code civil de «bien meuble» à «être vivant doué de sensibilité». Bien mais pas suffisant selon les associations et des élus écologistes.

Les députés ont reconnu mardi soir aux animaux la qualité symbolique «d’être vivants doués de sensibilité», alors que jusqu’à maintenant le Code civil les considère comme «des biens meubles». Cette modification législative fait suite à une pétition lancée il y a près de deux ans par la fondation de protection animale 30 Millions d’amis, et qui a reçu le soutien de plusieurs intellectuels.
Au terme d’un débat long et animé, les députés ont voté un amendement socialiste en ce sens, dans le cadre d’un projet de loi de modernisation et de simplification du droit, texte fourre tout qui traite aussi bien des tribunaux fonciers en Polynésie, des procédures de tutelle ou du droit des obligations et dont l’examen se poursuivra mercredi. Actuellement, le code rural et le code pénal «reconnaissent, explicitement ou implicitement, les animaux comme "des êtres vivants et sensibles"» mais pas le Code civil, expliquent les auteurs de l’amendement, au premier chef le député PS des Hautes-Pyrénées Jean Glavany.
L’amendement doit permettre, selon eux, de «concilier la qualification juridique et la valeur affective» de l’animal. «Pour parvenir à un régime juridique de l’animal cohérent, dans un souci d’harmonisation de nos différents codes et de modernisation du droit, l’amendement donne une définition juridique de l’animal, être vivant et doué de sensibilité, et soumet expressément les animaux au régime juridique des biens corporels en mettant l’accent sur les lois spéciales qui les protègent».
«C’est un amendement de cohérence avec le code rural et le code pénal. Cet amendement n’entraine aucune conséquence juridique, aucun effet juridique non maitrisé», a assuré la rapporteure Colette Capdevielle (PS).
De son côté, la Fondation Brigitte Bardot a estimé que cette modification était «une simple évolution juridique» et «en aucun cas une révolution pour les animaux»«Que le statut de l’animal passe de "bien meuble" à "être vivant doué de sensibilité" est normal. Ce qui est anormal en revanche, c’est de ne pas l’avoir fait plus tôt», a déclaré à l’AFP Christophe Marie, porte-parole de la Fondation. «Il s’agit simplement d’harmoniser les textes, mais en aucun cas de remettre en cause l’exploitation animale», a-t-il ajouté.
89% des Français sont favorables à une telle modification du Code civil, selon un sondage Ifop réalisé fin octobre pour 30 Millions d’amis. A la même période, une vingtaine d’intellectuels, philosophes, écrivains, historiens et scientifiques français se sont également prononcé en ce sens. Il s’agit notamment des philosophes Michel Onfray et Luc Ferry, de l’écrivain Erik Orsenna, de l’Académie française, de l’astrophysicien Hubert Reeves, président de Humanité et Biodiversité, et de Matthieu Ricard, moine bouddhiste et docteur en génétique cellulaire.
L’écologiste Laurence Abeille s’est étonnée de cet amendement alors qu’un groupe d’études sur la protection animale à l’Assemblée prépare une«proposition de loi bien plus ambitieuse sur le statut de l’animal». Laurence Abeille a présenté des sous-amendements pour remettre en cause des pratiques qui nient selon elle cette sensibilité animale comme l’élevage intensif. Elle a été soutenue par la socialiste Geneviève Gaillard, également membre du groupe de protection animale.
Mais ils ont été rejetés, de même qu’un amendement pour interdire la corrida et les combats de coq, pratiques qui vont selon Laurence Abeille à l’encontre du caractère sensible de l’animal. Cet amendement a été jugé «hors sujet» par la rapporteure Colette Capdevielle, députée des Pyrénées-Atlantiques où la tauromachie est répandue."
AFP
 
Sur europe 1, elle a bien parlé, , de la vivisection entre autres, Hutin de 30 millions d'amis,  à l'origine de l'initiative.
(et pourtant je lui en veux de mettre dans son emission le ruban rose ou rouge, je sais plus, lors du Sidaction, et aussi de montrer des chiens et chats de race...incitation à la reproduction)
Faut qd même  la remercier. Sur ce coup, elle peut  être fiere d’elle.
l'assemblée solicitée a voté pour l'amendement.

Jusque là, avant l'homme ou en  parallele à l'homme, le code civil considerait que ni nerfs ni cerveau ne donnaient de sensibilité!

Fallait sans doute l'etincelle divine octroyée par DIEU À SA CREATURE LA PLUS CHÈRE.

Ridicule? Ben oui.

Notre code civil napoleonien qui considère  encore les animaux comme des objets (des animaux « meubles se mouvant d’eux mêmes », dans la droite ligne de l’animal-machine cartésien) d'appartenance à des « humains » et non comme des sujets de vie et de conscience est en train de s'amender.

Miracle...on quitte la psychose d'un code déconnant.

 Descartes, "crève salope!", diraient mes copains de mai 68, des situationnistes.

On a enfin obtenu gain de cause sur une grave anomalie de notre code civil.

Du moins, est-ce en bonne voie.

 

C’est une très bonne nouvelle, un grand pas.
j’arrive pas à y croire et cherche le piege là dedans. Le senat peut-il s’interposer?
Je pense que l’agriculture doit pas apprecier. et tout ça grâce à des gens qui y ont travaillé comme Florence Burgat, et aux autres  signataires celebres du manifeste de 30 millions, comme aux 700.000 français du sondage IFOP de 30 millions d'amis, à remercier au passage.
Dans ces signataires, paradoxalement,  des parfois reacs de la cause animale: 

 Ferry est pas très pro animaux, vu qu'humaniste++.et pas contre la "bonne" vivisection.

 

 Onfray n'est pas végé évidemment. A même dit eprouver de la jouissance dans le sang des bêtes quand il cuisine...

 

(Une personne a laissé ce commentaire ici:  http://messergaster.over-blog.com/article-le-ventre-des-philosophes-de-michel-onfray-88184025.html

 

"J' ai lu avec intérêt votre article sur le livre d'Onfray.. Citer à chaque fois Hitler, lequel n 'était pas végétarien.. est vraiment le signe d'une pauvreté de pensée.Hitler a cessé de l' être pendant un temps pour des raisons de santé ..et quand bien même l' aurait-il été pour les animaux, cela ne prouve en rien que les végés sont des "graines" de dictateurs ! Ou  alors  si l'on en fait un cause a effet, tous les omnivores, sont eux aussi des graines de Dictateurs sanguinaires..Voir Staline, Franco, Pinochet, Salazar, Mao, Bokassa, Pol Pot..ecc.ecc....Pauvre et pathétique  Onfray! "

 

 

 

==========

 Je dois à la verité de dire le fait qu'Onfray a presidé un ouvrage collectif co-écrit par  au moins une vegan, pas encore paru sur l'antispecisme. Mais paraitra-t-il?

 Sans oublier notre nouvel immortel, Finkielkraut, ami d'Elisabeth de Fontenay,  qui, incoherent, emporté par je ne sais quel moment d'insensibilisation autistique, est devenu au moins une fois afioc... se pâmant devant un bourreau des arenes, José Thomas...

Le monde réformé en partie grâce à des reacs (sur ce point au moins), c'est une des bizarreries de notre humanité.

 

En tous cas, c'est encourageant: ça prouve que notre lutte peut porter ses fruits. Aussi mal vue et peu comprise soit-elle.

Tout le monde peut changer. Surtout si l'heure est à l'amendement de la loi, creusé de notre personnalité.


 

lisez plutôt:

"Considérés jusque là dans le Code civil comme étant des "biens meubles", les animaux ont vu ce mardi 15 avril leur statut évoluer : la Commission des lois de l'Assemblée nationale leur a en effet accordé la qualité d' "êtres vivants doués de sensibilité". L'article 528 du Code civil, qui dit jusqu'à présent que "sont meubles par leur nature les animaux et les corps qui peuvent se transporter d'un lieu à un autre", va donc bientôt être modifié.

Le député des Hautes-Pyrénées et ancien ministre PS Jean Glavany, l'un des auteurs de l'amendement adopté, explique en effet que le code rural et le code pénal "reconnaissent, explicitement ou implicitement, les animaux comme des êtres vivants et sensibles" mais pas le code civil.

Un manifeste publié par "30 Millions d'Amis" en octobre dernier demandait cette évolution juridique, l'association étant soutenue dans ce sens par des personnalités comme les philosophes Luc Ferry,  Alain Finkielkraut et Michel Onfray : elle notait, en effet, que cette dénomination datait du code napoléonien, c'est-à-dire de 1804. Un changement visiblement plébiscité par les Français puisque, dans les mêmes temps, un sondage Ifop réalisé toujours pour "30 Millions d'Amis" notait que 89% des sondés étaient favorables à cette évolution. La pétition accompagnant le manifeste avait enfin recueilli près de 700 000 signatures."Bien entendu, le problème est de limiter cette évidence à l’animal domestique ou en  captivité comme dans le code pénal et de laisser encore le sauvage sans protection contre la chose la plus répandue au monde: le sadisme humain. 

Commenter cet article

Sophie 16/04/2014 11:29


Un article qui met à mal les idées reçues:


http://penserrendlibre.wordpress.com/2012/02/24/la-protection-animale-sous-le-iii-eme-reich/


Les animaux doivent être protégés pour eux-mêmes!


 


 

Zoé 15/04/2014 19:31


J'ai des doutes , certaines directives récentes me laissent à penser que nos dirigeants s'en fichent bien de la sensibilité des animaux ...... Mais bon, on ne va pas cracher sur un pas dans le
bon sens !