Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

les oeufs de l'horreur! Malnutrition des poules.Gaia reagit. Vive les défenseurs belges!

24 Mai 2010, 21:37pm

Publié par Jo Benchetrit

<http://archives.sudpresse.be/aubel-animaux-gaia-s%26%238217-oppose-aux-33.000-poules_t-20100515-H2G8WT.html?queryand=GAIA+s%92oppose+aux+33.000+poules+d%92Aubel&firstHit=0&by=10&sort=datedesc&when=-1&pos=0&all=1&nav=1>
GAIA s'oppose aux 33.000 poules d'Aubel
Jean-marie Ernst ne comprend pas les griefs de Gaia contre sa future
exploitation.
Samedi 15 mai 2010
Ils dénoncent des privations de nourriture. Selon le fermier, " ils se
trompent d'élevage "
Faire construire un poulailler industriel à Aubel n'est pas chose aisée.
Surtout si GAIA s'en mêle. L'organisme qui ouvre en faveur de l'intérêt des
animaux dénonce une malnutrition des poules. L'éleveur se défend. " 33.000 
poules pondeuses à Aubel ": c'est par ces mots que nous vous
présentions, la semaine passée, le projet de poulailler industriel de
Jean-Marie Ernst à Aubel. Le fermier déclarait alors: " Je crois que je 
n'embête
vraiment personne. " Un communiqué de GAIA prouve le contraire. Prévenue par
un riverain, l'association qui défend les animaux a décidé d'agir. Elle
interpelle le bourgmestre aubelois: " On lui demande de renoncer à
cautionner un élevage qui contrevient aux principes fondamentaux de la
protection animale ", annonce GAIA. Le principal argument en défaveur du
projet: l'exploitant va affamer les poules. La future exploitation va
fournir des oeufs fécondés contenant des poussins destinés à devenir des
poulets de chair.Il s'agit de poules qui génétiquement sont conçues pour
grandir très vite et être abattues après 40 jours. Question de rentabilité,
explique Johanne Mielcareh, chargée de campagne chez GAIA. Or, pour savoir
se reproduire, ils doivent vivre plus longtemps, ce que leurs organes vitaux
ne supportent pas. " Le seul moyen pour l'éleveur est alors de

freiner la croissance de la volaille en la privant de nourriture. Une
situation intolérable pour GAIA.

C'est faux et archifaux, scande Jean-Marie Ernst, le producteur.Comment
voulez-vous qu'une poule ponde si elle meurt de faim? Les poules et coqs
doivent être dans les meilleures conditions possibles pour se reproduire. Ce
serait contre productif de les stresser ou de les affamer.Dans cette
optique, il laissera courir la volaille dans son hangar. Il avoue néanmoins
que les gallinacés seront rationnés.Le but n'est pas de les engraisser.
Elles doivent grandir et non grossir. Les poules qui meurent après 40 jours
d'une crise cardiaque, c'est parce qu'elles sont trop grasses, poursuit-il.
L'éleveur compte d'ailleurs profiter du cycle de ponte de ses poules au
maximum. Cela équivaut à une période de 11 mois.Les poules ne meurent pas
aussi vite que GAIA ne le dit. Ils se trompent d'élevage. Moi, c'est un
élevage pour les oeufs pas pour la viande.Jean-Marie Ernst reste donc
confiant quant à l'issue favorable de son permis d'urbanisme.

Jean-marie Ernst ne comprend pas les griefs de Gaia contre sa future
exploitation. ARCh/B.B

Commenter cet article