Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Pétition Indonésie: STOP varans, pythons écorchés vifs.

19 Novembre 2011, 17:26pm

Publié par Jo Benchetrit

 Abomination des sacs et chaussures en peau de reptiles, crocos. 

Pétition         Reptiles dépecés vivants pour l'industrie du luxe

Depuis le 16.11.2011 1639 personnes ont signé la pétition

Le varan malais est le premier a avoir besoin de sa peau  
Le varan malais est le premier a avoir besoin de sa peau

 

Une pièce sombre à l'atmosphère suffocante. Posés à même le sol, serrés les uns aux autres, remplis à ras bord, des sacs bleus qui ne cessent de remuer comme électrifiés. A l'intérieur des sacs, des varans malais, ficelés. A la fin d'un long voyage sur les routes cahoteuses reliant la campagne à la ville nombre d'entre eux sont déjà morts, d'autres ont des os cassés ou des plaies ouvertes. « C'est un spectacle macabre » raconte Mark Auliya, un docteur en Biologie ayant visité les abattoirs de Malaisie et d'Indonésie dans le cadre de ses recherches.

Les sacs restent dans la chaleur étouffante jusqu'à ce que l'entrepôt soit rempli. Là commence le massacre perpétué par les abatteurs. Différentes vidéos montrent le supplice des varans, d'abord assommés d'un coup sur la tête puis dont on arrache la peau alors qu'il sont encore vivant. Dans cet abattoir, le sort des pythons, cruellement mis à mort, est tout aussi insoutenable.

Pendant la seule année 2010, l'Indonésie a exporté 157.500 peaux de pythons et 413.100 peaux de varans. De grandes marques du luxe en Europe telles Gucci, Hermès, Cartier et Bally utilisent ces peaux pour la confection de sacs à main, chaussures, bracelets de montre et ceintures. Bien qu'il existe depuis longtemps des imitations confondantes de peaux de reptiles, ces entreprises continuent d'importer des peaux de reptiles subissants d'intolérables sévices. Si l'Italie reçoit la moitié des importations européennes, la France et la Suisse sont aussi de gros acheteurs de peaux de reptiles.

Chaque client devrait être informé de la cruauté inhérente à la maroquinerie de luxe. Si tout le monde voyait cette souffrance indescriptible des animaux, plus aucuns sacs, chaussures ou ceintures en peaux de reptiles ne seraient vendues.

suite...

Les entreprises milliardaires du monde de la mode ne mettront fin à ce commerce sanglant que sous la pression du grand public. Veuillez protester à nos côtés pour que pythons et varans puissent continuer à vivre dans la forêt tropicale indonésienne !

 


Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

Reptiles dépecés vivants pour l'industrie du luxe

Le varan malais est le premier a avoir besoin de sa peau  
Le varan malais est le premier a avoir besoin de sa peau

Des grandes enseignes de la mode européenne importent des peaux de reptiles d'Asie du Sud-Est exclusivement pour la confection de sacs, chaussures et ceintures. La grande majorité de ces peaux proviennent d'Indonésie, où chaque année des centaines de milliers de pythons réticulés et de varans malais sont capturés, torturés et sauvagement mis à mort. La communauté scientifique de son côté met en garde sur les conséquences écologiques de cette tuerie incontrôlée. 
(Start: 16/11/11)

Des grandes enseignes de la mode européenne importent des peaux de reptiles d'Asie du Sud-Est exclusivement pour la confection de sacs, chaussures et ceintures. La grande majorité de ces peaux proviennent d'Indonésie, où chaque année des centaines de milliers de pythons réticulés et de varans malais sont capturés, torturés et sauvagement mis à mort. La communauté scientifique de son côté met en garde sur les conséquences écologiques de cette tuerie incontrôlée. Participez à notre action mail adressée aux grandes marques concernées:
http://www.sauvonslaforet.org

Nous sommes aussi ravis d'annoncer un succès suite à notre action de soutien à des ONG Sri Lankaises pour protéger le parc national de Somawathie et ses éléphants des plantations de bananes de Dole:
http://www.sauvonslaforet.org/succes



En vous remerciant de votre attention,  


Commenter cet article