Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Pour ou contre un nouveau rapport aux animaux?

1 Mars 2012, 09:33am

Publié par Jo Benchetrit

Discussion pour ou contre un nouveau rapport aux animaux.


D'affligeants objecteurs à la position éthique envers les bêtes :

https://www.contrepoints.org/2011/09/20/47086-les-insectes-sont-nos-amis-il-faut-les-aimer-aussi

Un de mes posts sur la question:

je respecte les animaux, dont les inverterbrés comme le sont les insectes. Je fais en sorte de ne pas enfermer de moucherons dans mon sac poubelle, et c’est parfois fastidieux car ils sont très attirés. Je pense comme vous(enfin, plus que vous, je crois, hem!) que les invertébrés sont les grands oubliés. J’ai d’ailleurs sauvé deux homards devant la camera de FR3.
Cet été, je me suis laissé piquer par des moustiques parce que je n’avais pas le cran de les tuer. Mais j’avoue que si j’etais menacée de malaria, je le ferais par auto-defense. et comme le dit TROON, si je rencontre un scorpion, je pourrais sans doute oublier mes réticences car j’aurais peur. cependant, j’ai un ami qui est spécialisé en animaux du genre, et il manipule gentiment et ne tue pas les scorpions; Michel Aymerich. http://geres-asso.org/
Il dit que si on n’attaque pas un scorpion, il n’a aucune raison de vous piquer donc, je ne le tuerais pas mais serais bien embêtée! Evidemment aussi je pense que je ferais en sorte de me mettre à l’abri et lui laisser vivre sa vie, si possible dehors si on est dans une maison. Histoire de ne pas passer le reste du temps avec des bottes.
 Le risque est de marcher dessus par inadvertance.
Il faut savoir vaincre sa peur, mais aussi regarder où on met les pieds, et surtout changer de point de vue sur soi et les animaux.
Depuis, j’ai moins peur des araignées. je les aime bien, je leur cause, lol. comme je cause à tous les insectes et autres animaux. Parler à l’autre, c’est le reconnaître. En avoir moins irrationnellement peur et surtout laisser entrer en soi l’autre par l’ouverture affective nécessaire à l’amour, la compassion, l’intérêt pour ce qu’il vit, ressent, lui qui a peur en face du géant que nous sommes pour eux.
C’est acquérir une intelligence de l’Autre. ça vient peu à peu mais je suis très contente d’y arriver; et sauver une mouche procure plus de joie que la tuer, croyez moi.

Commenter cet article