Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

SACPA à TOULOUSE. Les pigeons souffrent. ECRIRE à la municipalité qui promet d'arrêter mais persiste.

26 Novembre 2011, 17:15pm

Publié par Jo Benchetrit

Impossible de lire jusqu'au bout!  c'est poignant. je mettrai ma propre lettre sur un autre article pour pas charger.

Reste à ecrire: TOUS, SVP. ne mettez pas le mot pigeon dnas l'objet. Nimporte quel titre ira.
 
Pour aider les oiseaux le RDVO vous propose d'envoyer ce courrier (ou de faire le vôtre aux personnes ci-dessous concernées et susceptibles de faire avançer les choses.
Chaque mail compte !!
SVP prenez 2 minutes pour écrire

A ENVOYER A /
 jeanmichel.fabre@mairie-toulouse.fr  pcohen@assemblee-nationale.fr  contact@pierrecohen.net ;secteur.ouest@mairie-toulouse.fr ; bernard.davodeau@ladepeche.fr ; jean-francois.lardy-gaillot@ladepeche.fr ; lionel.laparade@ladepeche.fr ; jean-marc.lescouarnec@ladepeche.fr ; philippe.emery@ladepeche.fr ; valerie.sitnikow@ladepeche.fr ; hub@ladepeche.fr ; jean-marie.decorse@ladepeche.fr ; leav2911@gmail.com ; 
"jean-francois.lardy-gaillot@ladepeche.fr" "lionel.laparade@ladepeche.fr" <lionel.laparade@ladepeche.fr>; "jean-marc.lescouarnec@ladepeche.fr" "philippe.emery@ladepeche.fr" <philippe.emery@ladepeche.fr>; "valerie.sitnikow@ladepeche.fr" <hub@ladepeche.fr>; "jean-marie.decorse@ladepeche.fr"

Rassemblement pour le Droit à la Vie des Oiseaux

Ville de Toulouse
Place du Capitole
Hôtel de ville
31000 Toulouse

Monsieur le Député-Maire,

Nous tenons à mettre les points sur les i à la suite de notre lettre du 23/11/2011 qui protestait contre la reconduction sur 4 ans du système de gestion des pigeons toulousains qui consiste à les capturer et à les euthanasier au gaz carbonique pur et à en prendre quelques-uns pour les stériliser chirurgicalement à vif (norme chaponnage) et les relâcher. Alors que les services compétents de la mairie avaient laissé sous-entendre qu'ils envisageaient de modifier cette pratique. En effet, des adhérents et des internautes ayant écrit ou téléphoné à la mairie nous ont dit qu'on leur a affirmé que : 
- Nous écrivons n'importe quoi et que les pigeons sont bien traités ; en effet pendant les opérations chirurgicales ils sont bien « endormis », la vidéo circulant partout étant mensongère ou ancienne, les services techniques ayant assisté à ces interventions.
- Les pigeons sont euthanasiés par une méthode autorisée qui ne les fait pas souffrir (ils sont endormis).
- Des pigeonniers vont bientôt être installés.

1°) pendant les opérations chirurgicales ils sont bien « endormis », la vidéo circulant partout étant mensongère ou ancienne, les services techniques ayant assisté à ces interventions.
Pour toute réponse nous reproduisons le témoignage de Bergès Philippe, vétérinaire, ancien habitant de Toulouse, qui a assisté à une opération de stérilisation organisée par la SACPA :
hello pascal je connaissais le film de Gaia sur youtube sur le même sujet, j'ai assisté il y a une quinzaine d'années à la même scène exactement en présence du patron de la Sacpa qui croyait que j'étais de l'école vétérinaire (rires), le problème est l’anesthésie, ils utilisent de la kétamine 1000, 0,05 à 0,1 ml par pigeon d après mes souvenirs, ce qui n'est manifestement pas suffisant, les pigeons que l'on voit sur le film ne dorment manifestement pratiquement pas, et donc l’opération se fait pratiquement à vif, il faut avoir le cœur bien accroché tant pour le pigeon que pour l’opérateur et le spectateur, et donc cette pratique qui n'est pas absurde sur le fond n'as pas d'avenir car les sociétés qui le feront ne prendrons jamais les précautions nécessaires et ne feront jamais d’anesthésie correcte car il est à peu près impossible de faire une anesthésie correcte sur un oiseau avec une injection en intra musculaire il faut utiliser les anesthésiques volatils comme je le faisais à la SPOV 
(une anesthésie générale sur des petits animaux comme les pigeons se fait en faisant respirer un gaz anesthésiant)

2°) Les pigeons sont euthanasiés par une méthode autorisée qui ne les fait pas souffrir (ils sont endormis).
Là encore nous reproduisons le témoignage de Bergès Philippe qui a assisté à une démonstration du matériel de la SACPA :
Elle utilise un système à CO2 avec un réchauffeur, le tout est plus que vétuste mais ça marche évidemment. Au début, le CO2 est bien concentré, on met 40 pigeons dans le caisson. En 30 secondes plus personne ne bouge en 2 minutes, tout le monde est mort. Pendant les 30 premières secondes, les oiseaux se débattent et tendent le cou pour chercher l'air. Ensuite, ça marche moins bien parce que quand on sort le panier pour en mettre un autre de 40, on fait sortir du CO2, donc il est moins concentré. On passe alors à 1 minute, voire 1 m 30 pour l'immobilisation, la mort survient en 3 minutes. Il est évident que tout cela fait beaucoup souffrir les oiseaux. C'est une mort par étouffement, ce qu'il y a de pire.

3°) Des pigeonniers vont bientôt être installés
Oui mais alors pour quoi cet appel d'offre sur 4 ans ? Dont le budget annuel est prévu dans la fourchette de 80 000 à 200 000 euros, à comparer à l'ancien marché (années 2007 à 2010) qui était de 90 000 euros pour les mêmes prestations.

D'autre part nous avons de sérieux doutes sur votre prestataire SACPA en lisant ce témoignage circulant sur internet :
site internet SACPA ET DÉPIGEONNAGE, LES FAITS, RIEN QUE LES FAITS : http://rishis.zxq.net/ 
TÉMOIGNAGE D'UN EMPLOYÉ DE LA SACPA DE TOULOUSE (par téléphone 06 37 34 XX XX) reçu les 2 et 4 septembre 2007. Cette personne témoigne car elle va être licenciée, qu'elle est écoeurée par les méthodes employées.
EUTHANASIE 
Les euthanasies s'effectuent depuis novembre 2006 dans de nouveaux locaux situés à : Bonrepos-sur-Aussonnelle 31470 (Midi-Pyrénées, Haute-Garonne, Arrt de Muret, Canton Saint-Lys) Procédé : caisson à CO2 d'un volume de moins de 1 m3 sans hublot d'observation et qui réceptionne directement les cages où sont situés les animaux à euthanasier. 20 000 à 30 000 pigeons/an seraient tués par la SACPA de Toulouse. Une unique bouteille de CO2 (gaz comprimé liquide comme nos bouteilles de butagaz) alimente le caisson par un flexible. Un détendeur et un débilitre sont intercalés pour réchauffer le gaz qui est envoyé pur (concentr >95 %) Animaux tués : pigeons biset de ville, ragondins et quelques pies.
PIGEONS : Ils sont donc introduits dans le caisson avec une cage de détention surchargée à fond. Le personnel n'a aucune formation. Le débilitre est normalement réglé sur 90. Il a pour consigne d'attendre 3 minutes 30 au minimum entre le moment où il ouvre le robinet à fond de la bouteille et sa fermeture. On entend les oiseaux se débattre pendant au plus une minute, des fois plus ( 1 mn 30). Les pigeons morts sont mis ensuite dans des sacs poubelles puis congelés. L'équarrisseur passe une fois par semaine. Au moment du déménagement, ceci pendant au moins deux mois, entre l'ancien lieu et le nouveau tout le matériel n'était pas disponible pour euthanasier les animaux : en effet les agents n'avaient pas de détendeur pour refroidir le gaz, ni de débilitre. Ils ont quand même continué à tuer des milliers d'animaux en reliant directement le tuyau au caisson; injectant ainsi un gaz glacé aux oiseaux (il y avait de la glace sur le tuyau) 
TRANSPORT
Les oiseaux sont placés dans des cages en plastique spéciales à deux compartiments. Un compartiment est prévu pour 20 pigeons maxi et l'autre 30 maxi. Ces cages ont des barreaux. Les pigeons, quand les compartiments sont surchargés et c'est très souvent le cas, dans une cage prévue pour 50 on peut en mettre 70 voir plus en tassant, arrivent à passer leur tête ou des ailes à travers les barreaux. En période de "surchauffe" où les gars sont pressés, ils entassent à la va-vite les cages dans la camionnette de transport, les cages mises à l’horizontal mais aussi parfois à la vertical ! La camionnette chargée à bloc. Au moment donc du chargement, pendant ces périodes critiques, il est courant que des pigeons soient tués par ce chargement : leur tête, ou cou écrasé car il dépasse par les barreaux, leur aile brisée, etc. Les agents pour le transport mettent ensembles les pigeons vivants et ceux morts ramassés dans les cages pièges. En période de grande chaleur (courant dans la région) ils ont consigne de ne mettre que 15 à 20 pigeons par cage pour le transport car le véhicule n'a pas d'aération. Ce qu'ils ne font jamais. Il est là aussi courant que des pigeons puissent mourir à cause de la chaleur. En effet les animaux ne sont jamais tués avec le caisson intégré à la camionnette. Mais toujours transportés dans les locaux de Bonrepos-sur-Aussonnelle. En cas de relèvement des cages à des distances éloignées comme Perpignan, les pigeons entassés dans la camionnette non ventilée, en pleine chaleur attendent 24 heures pour être tués (par ex : ramassage lundi après midi et retour mardi matin et euthanasie mardi après midi). 
LES CAGES PIÈGES
Ce sont de grandes cages d'un volume d'environ 0,6 m3 Elles sont relevées soit 2 fois par semaine (Toulouse et sa banlieue) ou une fois tous les quinze jours pour les lieux éloignés comme Montauban. De l'eau et des graines sont placées à l'intérieur. Elles peuvent contenir, au moment du ramassage jusqu'à plus de 60 oiseaux. Parfois on y trouve enfermées des tourterelles souvent tuées par les pigeons. Le personnel a consigne de les relâchées. Il est courant de trouver des pigeons morts de faim ou de soif (cages en plein soleil). Parfois on y trouve 40 à 50 pigeons morts au moment de la relève.

La SACPA pour faire taire les internautes protecteurs d'animaux n'hésite pas à faire fermer les blogs (témoignages sur les captures de chats et de pigeons), bref elle menace et fait régner la loi du silence, nous en savons quelque chose puisqu'elle nous menace nous aussi. Alors bientôt la protection animale sera interdite dans notre « beau » pays ? Avec ses politiques si francs et honnêtes qui ne mentent jamais. Nous exigeons une enquête sur les méthodes de la SACPA et l'annulation de l'appel d'offre en cours. Les méthodes employées sont inacceptables. De toute façon il est inutile de vous cacher derrière la SCAPA, comme les services techniques le font actuellement (au téléphone : mais appelez donc la SACPA, etc) car la SACPA, entreprise privée fait avec le budget qu'on lui octroie, il n'y a pas de miracle avec des prix tirés vers le bas, tant pis pour les animaux. Enfin, pour terminer, vos massacres ne serviront à rien puisqu'il est démontré depuis longtemps que ces tueries de pigeons sont inefficaces sur le moyen terme puisqu 'on les tue sans relâche et que pourtant il y en a toujours autant. Une escroquerie véhiculée par et au profit des entreprises de dépigeonnage aux frais du contribuable.

Veuillez agréer nos très respectueuses salutations.

Pommier Alexandre, Président
Yusef Ammâr, Vice-Président

Contact : rdvo666@yahoo.fr 
Site internet : http://rdvo.clanteam.com/

Commenter cet article