En toute rigueur éthique, être le plus fort ne donne que des devoirs, et surtout, malgré ce que font les hommes aux animaux au nom de leur fantasmatique supériorité de "valeur"(?) , ne donne aucun droit. Pour accéder à cette réalité salvatrice, il faut s'armer d'une solide lucidité qui, combattant notre rêve mégalomaniaque, nous réveillera, formant enfin une possibilité de penser  notre condition et  celle de nos victimes, les AUTRES animaux. C'est penser à rebrousse -poil de la pensée commune, donc vraiment penser, que de vouloir se pencher sur le réel en dehors de tout préjugé, de toute idéologie totalitaire comme l'est l'humanisme, religion de l'homme qui se croit DIEU  et délire avoir tous les droits du simple fait de ne pas être né animal, ce qui est d'ailleurs un DÉNI car nous en sommes, des animaux. Le déni du réel, au service du désir de ne pas savoir ce qui blesse son narcissisme, est très fort chez l'homme.C'est son adversaire car il s'y enferre pour ne pas savoir ce qu'il fait, et donc pour résister à sa critique. La non-pensée de la violente religion humaniste s'oppose à toute évolution-maturation , condition nécessaire à la véritable civilisation. Etre civilisé, c'est se mettre au service de sa  pulsion de vie. Or le principe du plaisir qui mène notre humanité narcissique est au service de la pulsion de mort:"Là où est le ça, le sujet doit advenir." Freud. 
  accueil:clic  

 

__,_._,___
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 08:22

 

Tout homme qui parle a le devoir de faire progresser celui qui l'ecoute. J'ai ce sentiment quand je lis des gens qui reflechissent vraiment, comme le fait Finkielkraut. Or la pensée vraie fait souffrir, nous pousse à nous remettre en cause. C'est pour cela qu'on préfère les endormisseurs qui font jouir. 

Hessel,lui, ne fera pas progresser car il brosse la parano humaine dans le sens du poil, ce qui est le secret de son succès.Il fait du blanchiment de pensées glauques.

Mais j'aime le concept d'indignation...surtout quand il s'adresse à nous-même, et pas quand on nous désigne un méchant qui nous lave de tout soupçon. C'est le rôle qu'occupe le juif, bouc émissaire par excellence mais aussi pas mal d'animaux comme les pigeons massacrés par millions.
je suis indignée par ce qui attise la haine. Je suis indignée aussi par notre espèce.
Je suis indignée par l'humanité à cause de sa barbarie envers les autres vivants . Je suis indignée par son anthropocentrisme. Et je hais pas dessus tout l'injustice.
Je rejoins Hessel sur un point encore: il  est anti-corridas, comme
80 % des français.
 

Partager cet article

commentaires

Ego Pas Narcisse.

  • Jo Benchetrit
  • Etre freudienne et donc lacanienne, permet de savoir ceci:lorsque l'on est cruel, on est regressé, donc on est malade dune maniere ou d'une autre.Le psychisme ne peut subir sans dommage notre barbarie.
  • Etre freudienne et donc lacanienne, permet de savoir ceci:lorsque l'on est cruel, on est regressé, donc on est malade dune maniere ou d'une autre.Le psychisme ne peut subir sans dommage notre barbarie.

Bienvenue in Réel's

Il y a actuellement  

  personnes connectées à Over-Blog dont  

  sur ce blog

  Tu ne verras pas ici de quoi te dire: "Je le vaux bien". Mais peut être: je ne peux pas valoir si peu. Je lutte! Merci d'être à mes côtés contre le mal banalisé de la torture des animaux.

Recherche

Viande sur pied.

 

C'est l'oeil d'Abel qui nous regarde, nous les Caïn qui sacrifions notre humanité en même temps que nos frères animaux à notre "frèrocité".
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog