Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Une réponse à M.Onfray sur un point de son texte sur la corrida. Savoir ce que nous savons...est bien difficile.

1 Octobre 2012, 16:48pm

Publié par Jo Benchetrit

http://clam34.org/IMG/jpg/happening_anti_corrida_tarascon_4-2.jpgJugez en: http://mo.michelonfray.fr/chroniques/la-chronique-mensuelle-de-michel-onfray-n%C2%B0-89-octobre-2012/

 

 Son texte est superbe, presque parfait...à ceci près qu'il s'épargne de  prendre conscience que la jouissance, c'est à dire le plaisir distingué du besoin, donc mû non par la pulsion de vie, mais celle de mort,  que la jouissance, je le redis , est repérable AUSSI dans la consommation de viande, puisque l'homme n'a pas besoin de manger de la viande   pour vivre.

Ce qui rend illégitime et intolérable la consommation carnée est que la souffrance inévitable(et je ne cause pas de l'autre...ô combien évitable mais pas évitée, de l'ordre du sadisme ambiant et permis) est imposée gratuitement c'est à dire sans nécessité vitale.
Il y a en réalité 3 situations où tuer peut se justifier: 
-la légitime défense
-l'assistance à personne en  danger
-la consommation de la chair si cela est vital.
Car c'est ainsi dans la nature. et malgré tout, on est dans la nature, on est la nature, même si on s'est appliqué à se dénaturer.
La nature est bien faite: elle permet la vie.
La nature est mal faite: certains sont obligés de tuer pour vivre.
C'est un mal pour un bien. La mort au service de la vie.
Et pour l'homme, la nature est bien faite:
il peut vivre sans tuer.
Alors, me direz vous?
Pourquoi est-ce l'espèce la plus sanguinaire? 
 parce qu'elle a remplacé la necessité du besoin par la jouissance.  7 milliards d'habitants de la Terre tuent par an:
60 milliards d'animaux terrestres.
1 milliard de milliards d' animaux de la mer.
Sur les 7 milliards, peut être 2 milliards mangent de la viande à chaque repas.
Mais peu à peu, des milliards de végétariens par  nécessité(manque d'argent) se mettent au pas de la nourriture animale.
Et la consommation de viande croît croît...jusqu'à exploser. On la prévoit de 240 milliards d'animaux en 2050! 
des fleuves de sang, que dis-je   ...des océans...et notre folie meurtrière, jamais assouvie, ne se remarquera pas, sauf encore dans les corridas, la petite partie émergée de l'immense iceberg de notre ignominie.

Alors, Onfray se goure en excluant de l'ignoble si bien décrit par lui à propos des corridas, le champ de la boucherie.
On le sait, c'est à présent banal de le dire, les écrivains du passé était plus anti-viande du fait que la boucherie ( cad l'abattage) était comme les corridas, visible.
Idem des élevages et des bêtes dites de somme, qui souffraient dans la lumière comme on les voit encore souffrir dans les pays dits du tiers monde.
Chez nous la règle: "cachez ce  sang que je ne saurais voir" est servie par les usines à viande, où les martyrs de la boucherie sont cachés.
du coup, les intellos, les Victor Hugo d'aujourd'hui ne verraient plus l'abomination de la nourriture animale.
Pas vu, pas pris, donc pas coupables, tels sont les nouveaux carnivores humains, poussant des cris d'orfraie contre la tauromachie (euh, ça fait joke avec Onfray, dsl, ce n'est pas mon but de railler celui qui a si bien écrit , là, contre la corrida et  sur la monstruosité ô combien condamnable des aficionados) mais faisant l'impasse sur la nourriture carnée et autres persécutions cachées, comme la vivisection etc.
Piaget avait repéré un stade où l'enfant n'avait pas acquis la conservation de l'objet caché. Ce qui est caché pour le bébé de 3 mois environ est inexistant.
Freud a bien repéré quant à lui que nous ne perdons pas les stades en évoluant mais que ça reste, tels les strates géologiques.
Mais certains peuvent imaginer que ce qui est caché existe.
Ce sont ceux qui veulent bien savoir.
Lourd fardeau du savoir sur la cruauté des hommes, terrifiante quand on voit ce que c'est que la pêche et les élevages, je sais. 
Mais il est tout un pan de notre réel que nous nous cachons. C'est ce quenousne voulons pas savoir de nous, préconscient bien souvent, ou encore ce qui, de nous nous echappe en nous structurant,  et qu'on nomme l'inconscient. Ha! mais c'est vrai qu'Onfray n'aime plus la psychanalyse...Dommage.
Quant à Sade, qui dit qu'il aurait supporté la corrida?
Il était certes sadique, mais peut être pas jusque là.
 

Commenter cet article