Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Viard, suite. Dialogue avec un pervers=on est toujours perdant si on attend son constat d' échec.

17 Décembre 2013, 14:57pm

Publié par Jo Benchetrit

http://vpourvictime.files.wordpress.com/2012/05/sintes.jpgDialogue avec le diable...illusoire! Comment parler avec quelqu'un qui marche sur la tête, renverse les rôles et valeurs? C'est la question qu'on peut se poser   au sujet d'un aficionado, André Viard, qui se devoile en accusant les innocents avec les termes qu'il faudrait lui opposer, dans son editorial. 

On a vu que lui qui est aussi cruel qu'un nazi  se fait passer pour un martyr comparable à un juif victime des ...nazis. Puis,  signe du pervers il va endosser le role inverse en critiquant Klarsfeld qui lui repond sur sa sortie ,  comme le met en evidence le billet genial de J/Paul  Richier.

Délectable et documenté, c'est du Richier. Comme quoi, on peut être psychiatre et pas borné dans une neutralité bienveillante envers la canaille.
Rappelons que la neutralité bienveillante n'est recommandée par Freud que pendant une cure.   L’engagement est personnel et indispensable à faire un véritable humain, ce qu’ignorent  Viard  et consort  pour qui sa jouissance, c’est privé, et y toucher, c'est rien moins qu’être…le pire, un nazi. Pauvre petite bête victime des mechants que nous sommes, à le confronter à ce qu’il fuit, sa conscience. On sait que celle-ci va avec la perception. C’est dire s’il a du mal à se percevoir. Lorsqu’on l’y invite, il prend peur. Faut dire que ce qu’il peut voir alors est assez répulsif !

Extrait de la suite de ce  texte :
La jouissance qui plante des banderilles sur le dos des innocents nous regarde tous et les neutres ne sont rien d’autres que des collabos. C’est-à-dire de ceux qui laissent lyncher quelqu'un sans  intervenir. Oui, le nazisme, cette tyrannie basée de manière ouverte sur la haine de l’autre s’il n'est pas humain, c’est-à-dire aryen, bien qu’unique dans ses méthodes et son radicalisme dans l’histoire humaine, a servi de révélateur à notre âme, et a montré ceci : dans certaines circonstances, lorsque la loi l’y autorise, l ‘animal humain que nous sommes tous, se révèle pouvoir être ce qu’il est non stop avec les bêtes: la pire des bêtes. Sauf s’il résiste. Et cette résistance est non seulement celle que nous exerçons contre le tyran, mais aussi contre nous-même, car le tyran exerce une attraction sur nous.
Nous aimons (à la folie)  troquer le Surmoi interdicteur que Lacan appelle le « nom du père »
( c’est-à-dire le père symbolique qui nous civilise), contre celui qu'on avait
avant l’avènement du sujet barré par la castration symbolique,   celui «  à la figure obscène et féroce qui dit : Jouis ! »(Lacan)
 
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;


De : "JP Richier" 

 Objet : L'aficion, ça ose tout, c'est même à ça qu'on la reconnaît
 
Bonjour chers amis,
 
Voici ma petite contribution après l'éditorial d'André Viard, il y a une semaine :
« André Viard, le porte-parole du monde de la corrida en France, a franchi à nouveau les limites du tolérable, en comparant les actions anticorrida organisées par les associations avec les programmes antisémites du IIIe Reich. »

 

 

 

La suite sur http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-richier/161213/l-aficion-ca-ose-tout-c-est-meme-ca-qu-la-reconnait-0
 
Dans ce billet, je cite Viard au sens commun, mais aussi au sens tauromachique ("citer" un taureau, c'est l'inciter à charger).
Il faut être abonné à Mediapart pour commenter, en revanche on peut "aimer" sur Facebook (bouton "Recommander" en haut), et surtout partager sur Facebook ("Partager" dans la colonne de gauche).

 

===================


 C'est la même question que celle-ci: pourquoi un pervers a de grandes chances de ne pas savoir ce qu'on lui dit et ne pourra repondre que par des injures des menaces, des coups bas, des coups réels et des tas de plaintes  ? Le contester est le mettre face  à l'insupportable, pour lui: son propre vide.  Il renverse toujours les choses et  ce pur salaud  qui agit de manière destructrice et cruelle dans le réel, lui qui manipule et qui sadise, vole, ment, trompe l'autre ,  se dit le martyr de sa victime avec un tel toupet que certains le croient.

 

J'ai trouvé ça sur le net, au hasard de ma recherche, sur le pervers narcissique qui va assez bien aux afioc comme Viard:

 

http://callways.com/pervers-narcissique.shtml


 

J'y ai sélectionné quelques phrases qui vont à des gens comme Viard :


Lorsqu’une procédure oppose une personne honnête à un pervers devant un juge, si ce dernier sent qu’il y a de la manipulation dans l ’air, c’est de la personne honnête dont il va douter ! Si ça dure, il se pourrait que le juge comprenne…
Ce n’est pas parce que le manipulateur est plus malin, mais parce que, pour lui, il n’y a aucune différence entre le bien et le mal. Il pense toujours avoir raison, c’est tout !

Son talent : taper là où ça fait mal et se faire passer lui-même pour victime de la prétendue incompétence ou malveillance de son bouc émissaire.

 

Le pervers essaie de pousser sa victime à agir contre lui pour ensuite la dénoncer comme «mauvaise». Ce qui importe, c'est que la victime paraisse responsable de ce qui lui arrive. (Marie-France Hirogoyen, "Le Harcèlement Moral", page 122).

L'originalité et le malheur du narcissisme pathologique viennent de ce que ce narcissisme exacerbé est construit sur un vide. Il en vient à haïr et à détruire ce qu'il aime et recherche intensément.

Le problème du pervers narcissique est de remédier à son vide. Pour ne pas avoir à affronter ce vide (ce qui serait sa guérison), le Narcisse se projette dans son contraire. Il devient pervers au sens premier du terme : il se détourne de son vide (alors que le non-pervers affronte ce vide). . (Marie-France Hirogoyen, "Le Harcèlement Moral", page 132).



Commenter cet article