Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Y a-t-il 2 espèces humaines ?

17 Novembre 2011, 23:13pm

Publié par Jo Benchetrit

 Celle qui n’a pas de pitié et celle qui en a ? celle qui fait du mal et celle qui sauve ? Celle qui n’a aucune volonté d’assumer les conséquences de ses paroles sur d’autres qui peuvent être poussés au crime en les lisant ou en les écoutant ?
Celle  des bourreaux qui commettent des tortures sur des gens ou sur des animaux, qui jetaient parfois vivants ou après les avoir tués de manière cruelle des enfants, des bébés dans les fours crématoires, celle , incitatrice, qui est complice, qui catalyse la violence, qui matte, celle qui va aux corridas, aux combats de coq, qui cuit vivants des animaux, celle qui gave les oiseaux ou les dévore , celle qui ne veut pas savoir comment on fait un steak, de quel enfer  viennent le lait  et les oeufs,  de quelles souffrances vient sa jouissance quand des animaux sont en jeu…et l’autre, celle qui ne peut supporter tout ça, celle qui pleure, celle qui se bat contre toute forme de barbarie ,celle qui sait que le   crime gratuit, organisé, commis juste pour la jouissance est à éradiquer ?

On peut se le demander. Il est difficile de s’identifier à celui qui rit en regardant des êtres sensibles se faire torturer, comme un petit veau se faire transpercer par des enfants devant des adultes qui applaudissent à chaque coup porté ( « graines de toreros » organisent des corridas pour enfants !) Pourtant, il faut bien y répondre.
En toute rigueur, il n’y a qu’une espèce humaine.

Mais la multiplicité des humains, chaque cas étant selon la formule consacrée, particulier, nous pouvons aussi dire que nous sommes tous différents. Pourtant, il y a un back ground commun : les pulsions en font partie. Or ces pulsions sont la source de la barbarie du fait qu’elles sont soumises à la pulsion de mort, pulsion destructrice par excellence.
Nous avons tous des fantasmes conscients ou pas qui sont l’expression de pulsions désintégratrices, irrespectueuses. Mais dans certains cas, les pulsions se satisfont dans le fantasme alors que dans d’autres cas, c’est le passage à l’acte qui officie pour cette fin.

La limite entre  eux, c’est ça : ceux qui ont intériorisé la morale et les autres .

Commenter cet article