Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Francis Wolff et la corrida, c'est tout l'homme et les animaux. C'est l'horreur à l'état pur+ le blabla comme alibi dodo..

29 Juin 2013, 13:58pm

Publié par Jo Benchetrit

http://www.minotaurefilms.com/images/autocollants/autocollant_corrida_torture_large.jpgIl ne veut pas savoir qu'il est un salaud, un monstre, un immonde, alors il blablate. Citation d'un Tartuffe nommé  Francis Wolff dans son inoubliable (enfin, dejà oublié) et stupéfiante, au sens de drogue,"Philosophie de la corrida" qui aurait dû s'appeler: filousophie, ou l'art de faire passer des vessies  pour des lanternes quand on est auréolé par Normale Sup :

"Le taureau libère, pendant son combat, une quantité exceptionnelle de beta-endrophines qui ont pour effet de bloquer les récepteurs de la douleur, le combat provoque en lui une sorte d'excitation jouissive qui compense la souffrance."  

Ben voyons!!! Risible, notre philosophe déguisé  en inepte médecin de Molière qui dirait "Le poumon!" devant une entorse du genou ? Hélas, vu le réel de la chose, on devrait en pleurer. Car ce genre-là, ce lobby, ne trompe pas qu'eux -mêmes. Les aficonados  sont un état dans l'état avec leurs lois qui défient les nôtres mais qui sont en même temps tout à fait légales, à défaut d'être légitimes. Marine  Le Pen les défend, elle qui s'insurge pour la même souplesse pourtant de la loi à l'égard des animaux assassinés sans étourdissement dans les abattoirs (au nom d'une fidélité à des religions mal comprises).  Cela ne signifie pas que le FN soit pro- animaux, puisque nous savons par ailleurs qu'elle adore le foie gras ("je me fiche de la vie des canards quand je mange du foie gras" dit elle) et qu'elle soutient la chasse et la corrida! Et aussi bien entendu qu'elle ne doute pas 1 seconde que les animaux dits étourdis sont massacrés sans souffrance. Les endorphines de Wolff l'endorment-elle, elle aussi??? Stupéfiante, et son electorat pretendument "pro-animaux" aussi !

car si on ouvre un tant soi peu les yeux, on n'est pas dupe de celle qui valse avec des nazis, ces sentimentaux qui jetaient vivants des bébés dans des fours. C'est bien entendu  juste un signe pour un électorat carnivore honteusement raciste et mangeur de sang coagulé de porcs saignés à blanc comme dans le halal. Parfois sans étourdissement dans les fêtes "on tue le cochon" que nos chères campagnes françaises de  souche affectionnent sans que les sous-marins de Marine y trouve à redire.


Je conseille à eux comme à Francis Wolff le filousophe sanguinaire, la lecture de mon analyse de La Conscience de Victor Hugo. Il verra qu'il aura beau faire, il ne peut ignorer ce qu'il sait, c'est -à-dire qu'il (se) ment pour transgresser tranquille.

Lâcheté du sadique qui, en prime se masque la réalité d'autrui, croyant être son bienfaiteur. Folie plus ou moins consciente du violeur qui dira: "elle m'a séduit. C'est elle qui voulait, et moi j'ai fait que lui obéir. C'est moi la victime." Le pervers a un grand coeur qu'il met au service de l'Autre. Le problème, c'est qu'il ne comprend rien à l'Autre! C'est connu et se lit  dans Kant avec Sade, in les Ecrits de J.Lacan.

Michèle Scharapan, la pianiste de renommée internationale,  au sujet de Francis Wolf:

La philosophie de la torture.

"Un jour ce... philosophe (?) a dit lors d'une émission sur la corrida, qu'il souhaiterait être à la place du taureau...
Quelle beauté en effet d'être torturé, et ce faisant, d' entendre les hurlements de la foule en pleine jouissance !
Qu'il se propose donc pour les prochaines corridas, car si il a la chance de ne pas tomber sur un matador expert en torture, il pourra faire jouir plus d'une fois son public ! Qu'il n'attende plus... qu'on aide ce philosophe à concrétiser son rêve...
Philosophie de la corrida... ? Tiens on devrait lui demander d'écrire un livre dont le titre serait : philosophie de la torture, de l'indignité, de la cruauté et du détournement de l'Art !
Oui, la corrida n'est qu'une barbarie déguisée en Art."

Bien entendu, je suis d'accord.
Être la voix des sans-voix, c'est le destin des résistants à l'idéologie humaniste et totalitaire, qui fait du monde un immonde et de l'enfer une pâle imitation de ce que l'homme aime faire subir aux plus faibles que lui;
"Je sais que c'est mal,  mais c'est si bon ! "  Formule de la perversion.

Étymologiquement le monde est le propre, l’ordonnancement, le pur. C’est l'aménagement du chaos dont il est, selon la Bible, issu.
Et l'immonde, à l'inverse, par extension, c’est l'impur, l'abject, le déchet, c'est-à-dire l’objet perdu à jamais et devenu cause du désir.
Il y a donc une connotation morale dans cette antinomie. L'art contemporain, avec les actionnistes en tête, se débarrasse de toute morale et prend l'alibi de l'art pour imposer des performances, des installations, en lieu et place de ce qui définit l’art, à savoir la sublimation. L’art contemporain, en ce sens, fait comme si, dans l’art, le réel pouvait être atteint en vrai, ce qui est une erreur, et même une perversion. Car si l’art existe, c’est pour nous le faire fantasmer, pas pour nous le donner à voir. Ils croient faire de l’art avec du réel, comme des cadavres, ce qui est juste immonde, mais aussi des animaux torturés, ce qui est en plus immoral donc insupportable.
La corrida est de la même veine. Le mundillo assume l'immonde de sa position et la fait passer pour de l'art, revendiquant la liberté de l'artiste et de la culture au sens noble du terme.
Si nous devions poser comme différence culturelle l'immonde à opposer à ce monde qui n'existe encore pas si c'est selon cette définition, le bien... Alors il faut bien entendu un rappel... à l'ordre.
Or notre société ne sait plus ce que c'est que le bien ou le mal, d'ailleurs, et confond liberté et assujettissement à ses pulsions barbares.
Les gens qui ont un sens moral ne sont pas les moins libres des 2.
Il n'est que de parler avec un amateur de produits de torture que ce soit foie gras, de homard brûlé vif, de corrida, de cirque avec animaux ou de tout autre immondice de l’aculture humaine pour s'en convaincre. Leur réponse universelle et globalisante, elle, pour le coup, c'est ceci :
"Mais c'est si bon ! " cette réponse est exactement la même que donnera tout drogué. Elle est selon Lacan du S1, le signifiant maître, ce signifiant auquel s’identifie le sujet, au point qu'il est son maître. Comme disait Lacan, si Napoléon s’était pris pour Napoléon, il aurait été fou. Le "c’est si bon" est le maître de ce sujet qui ne veut rien savoir de ce qui cause son désir barbare, qui ne veut pas du S2 libérateur et donc éthique du savoir. Voilà pourquoi le mundillo est fou, mais le monde aussi, de se laisser mener par le S1 de ce qui lui fait plaisir quoiqu’il en coûte à ses victimes (S2), de se livrer pieds et poings liés à la jouissance de l‘immonde, qui en demande toujours encore, par l’aiguillon de ses pulsions insatiables.
Voilà pourquoi le mundillo serait plus honnête de se nommer l’immundillo.

  

Moi j'ai peur du grand méchant Wolff ! Signé: un petit veau.

Vous avez dit culture ?
La classe, l'élévation des sentiments :
"Pourquoi la souffrance d'une bête me bouleverse-t-elle ainsi ? Pourquoi ne puis-je supporter l'idée qu'une bête souffre, au point de me relever la nuit, l'hiver, pour m'assurer que mon chat a bien sa tasse d'eau ?
Pour moi, je crois bien que ma charité pour les bêtes est faite de ce qu'elles ne peuvent parler, expliquer leurs besoins, indiquer leurs maux.
Une créature qui souffre et qui n'a aucune moyen de nous faire entendre comment et pourquoi elle souffre, n'est ce pas affreux, n'est ce pas angoissant ? "(Emile Zola)
[...]

Le réel:

http://www.minotaurefilms.com/images/autocollants/autocollant_tableau_small.jpg

============================================

 

BONUS:

Ma lettre -invitation à l'analyse à un maire aficionado  fut evidemment laissée sans reponse. J'attends toujours un de cette mouvance impitoyable, que ce soit afioc ou vivisecteur, ou dompteur, ou mémère tranquille qui jette vivants des animaux dans l'eau bouillante, etc, etc.

 


Monsieur le maire de Tartas,
 
Je fais appel  à vous pour éclairer ma recherche.
Mon projet? Ecrire un livre sur l'inexorable barbarie— le plus souvent non reconnue comme telle par les innombrables sujets qui en sont proies— .*

 Merci de me repondre ici. Ou si vous préférez un RV téléphonique, ce serait parfait.
Ma question à vous qui avez encore programmé, me dit-on, la mort par torture de  veaux et  taureaux dans vos arènes:

Pourquoi et comment le pouvez-vous, alors même que, j'en suis persuadée, vous revendiquez par ailleurs de ne pas être cet être immoral que les anti-corridas stigmatisent ainsi?
Accepteriez-vous de m'aider par votre témoignage ?
Car,  pour le moment, si je peux expliquer  très facilement du point de vue psychanalytique  cette dérive  qu'il faut bien appeler barbare,
 j'avoue être démunie pour comprendre de l'intérieur 
les différents acteurs de cette horriblement cruelle façon de tuer le temps.
Quid pour eux de ce qu'on appelle l'humanité  au sens de compassion designée par Alain Finkielkraut par le joli mot fort édifiant et poétique de"coeur intelligent" ?
 
Je vous remercie par avance de votre témoignage .
 
Salutations distinguées,
 
J.Benchetrit,
Psychologue clinicienne, psychanalyste.

PS:je viens de lire ceci: http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/07/il-faut-interdire-la-corrida-partout-en-france_1713689_3232.html
qu'en dites-vous?


Quelques images de ce qui est commandité par vous. qu'en pensez vous?
Irregardables par moi et par la majorité des français, répulsion qui est tout à leur honneur mais n'efface pas, je vous l'accorde,  la terrifiante cruauté cachée des autres lieux de torture comme le sont par exemple les labos, les élevages et abattoirs, sans oublier les terribles  transports d'animaux dont on trouve normal qu'ils soient trimballés "comme du betail".  Les images qui suivent illustrent au grand jour ce qui est masqué en l'homme ordinairement:

Piece-jointe-Mail-3.jpeg


Piece-jointe-Mail-2.jpeg

Piece-jointe-Mail-1.jpeg

Piece-jointe-Mail.jpeg 


En êtes-vous fier, M.le maire de Tartas?

Dans l'attente de votre reponse,

salutations...

Voir les commentaires

Stop the dog killing festival à Yuling. Urgent:lettre-mail pour les chiens torturés de Yuling.

26 Juin 2013, 19:48pm

Publié par Jo Benchetrit

Le problème est que les imbéciles ont le pouvoir et que l'attirance pour la barbarie, ou plutôt la barbarie tout court, rend idiots ceux qui ne le seraient pas.

L'humanité est chose trop dangereuse pour la laisser entre les mains des imbéciles qui sont, constatez les dégâts vous-mêmes, la majorité des humains qui ont le pouvoir. Les autres sont de lamentables trouillards qui sont incapables de s'opposer.

Et pour eviter tout racisme anti-chinois je copie colle un page de FB d'un mec qui donne 12 salopards  afiocs...Il est loin du compte!:

"Voici les 12 salopards de l'audio visuel Français qui vont se repaitre du martyr des taureaux.
Bernard de La Villardière m6, Jean-Pierre Pernaut TF1, Catherine Ceylac France 2, Yves Calvi, Gérard Holtz, David Pujadas, Guillaume Durand, Jérôme Clément (arte), Michel Denisot ( canal+), Jean Jacques Bourdin,Edouard Baer , Patrick de Carolis.Toutes les chaines sont bien représentées et les scélérats grassement payés par les contribuables."

Nous devons être ceux qui ont du courage.
Dignité et compassion obligent. Envoyez ce mail. Lhorreur est insoutenable. combattons la.
-------- Message original --------
Sujet: Une lettre avec une adresse mail pour les animaux de Yuling. Merci
Date : Wed, 26 Jun 2013
 
traduction googgle : 
 
S'il vous plaît arrêtez le festival du meurtre de chien. Le reste du monde est en émoi. La Chine devra accepter que les autres pays voient l'horreur brutale vous mettez cesanimaux innocents à travers. La haine que j'ai vu de plus en plus est stupéfiante! S'il vous plaît aider à arrêter la brutalité, l'irrespect de la vie de ces animaux intelligents qui font confiance et se tenir à côté de l'humanité. Ils sont une espèce d'une intelligence que nous, les humains ont appris toute leur espèce à avoir confiance en nous et de travailler avec nous. Ils guident les aveugles, ils trouvent des bombesils, ils sauvent la vie des gens, ils ont même laissé sur leur propre trouver les nouveau-nés abandonnés et de les amener à la sécurité. Il ya tellement de valeur et de l'intelligence, de dévouement et d'amouret de ces animaux. C'est vraiment barbare de les battre à mort, la peau vivants et les faire bouillir vivants.

Merci de m'avoir écouté.
 
 
J'ai trouvé l'adresse mail de la compagnie Focus. Je l'ai testée et elle n'est pas revenue.

Vous pouvez envoyer cette courte lettre, avec les images.

Je vous laisse le soin de l'objet.

Je vous remercie pour tous nos amis qui vont périr à Yuling !
 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

mail: support@chinafocustravel.com

Hello, 

Please Stop the dog killing festival. The rest of the world is in an uproar. 
China will have to accept that other Countries see the brutal horror you put these innocent animals through. The hatred I've seen growing is astounding! 

Please Help Stop the brutality and disrespect of life for these intelligent animals who trust and stand beside mankind. 
They are a species with intellect which we as humans have taught their entire species to trust in us and work with us. They guide the blind, they find bombs they, they save peoples lives, they even left on their own find abandoned newborn babies and bring them to safety. There is so much value and intelligence, devotion and love in and from these animals. 

It is truly barbaric to beat them to death, skin them alive and boil them alive. 

Thank you for listening.

Coordonnées 

Voir les commentaires

Du ratisme (phobie des rats) au racisme. Vivre avec les rats? Pauvres bêtes.

23 Juin 2013, 14:46pm

Publié par Jo Benchetrit

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2008/10/21/200810211223.jpg

 

Pourquoi ne m'aimez-vous  donc pas, moi qui  suis hyper discret, moi qui nettoie les tuyaux de vos égouts* qui seraient bouchés sans moi, le  rat , votre intouchable, celui qui ne vous touche pas, celui dont la souffrance infinie ne vous empêche pas de dormir, elle pourtant provoquée par vos poisons et pièges aussi divers qu'est grande l'imagination du Malin au service de qui vous pourriez être s'il existait?  Et last not least,  moi qui suis un rempart contre la  peste?  Je vous suis UTILE, voire indispensable. Pourtant, vous me dites de trop. Je n'ai pas de permis de vivre, selon vous.  Si je peux avoir des maladies, c'est de la faute à qui? A quoi? Ben évidemment à la persécution exercée par vous, qui nous forcez à nous cacher dans ces lieux immondes  des égouts.  Mais même là, vous venez nous traquer. Alors nous passons notre vie dans la clandestinité, courant comme des rats...comme des dératés.

Oui, pauvres rats, n'est-ce pas?


Et pensez aussi à votre déchéance si jamais on part de l'idée que le "genre humain" dont vous avez plein la bouche est tombé bien plus bas que vos égouts. Jugez de vous à la lumière de vos abus sur nous, les rats, et aussi sur les autres bêtes. Pauvres bêtes! Ha oui! vous pouvez nous plaindre. La vie ne nous sourit pas à nous, les rats et nos cousines souris. Surtout quand vous nous haïssez? Non,  surtout quand vous  nous utilisez en toute impunité, dans vos labos. Avez-vous vu  des manifs contre la vivisection des rongeurs? Pas encore. Certains amis des bêtes sortent plus facilement  pour les chiens, les chats, leurs frères les singes, mais pas pour nous, les rats, les trahis. 
Mais ça vous retombe dessus. A chaque fois, en effet, qu’on traite quelqu'un  de rat, on finit par se donner le droit de le  tuer (cf ratonnades) Si ni la haine des rats, ni aucun  autre specisme  n’existait,  le monde ne serait peut être pas ce qu'il est. Aussi, soyez vous-mêmes, ne croyez plus que les rats sont des êtres malfaisants et méprisables. Ne succombez plus à ce qui vous habite dès l'enfance et prend la place de votre cerveau, l'Autre qui vous dicte qui aimer et qui haïr, l'Autre, ce bain de  langage qui vous empêche de penser par vous-mêmes. Soyez vous-mêmes, devenez un autre.   Et si vous...excusez moi le gros mot...et si...j'ose à peine le dire...vous deveniez...Ouille, ne sortez pas votre balai pour m'écraser...Et si...vous...deveniez...
BONS
Oui, BONS...ou pire encore à vos yeux, si vous deveniez des êtres avec un sens moral plus développé que votre immense compassion pour vous-même? Si enfin, vous étiez ce que vous revendiquez pour vous, à savoir justes?

 

Mais revenons à notre ratitude ratiboisée par votre ingratitude. 


Étrangement, le rat, ce petit rongeur, ma foi,  inoffensif dans la grande majorité des cas, est l'objet de la haine universelle des hommes(pas inoffensif, eux). Au point que l'on visite une curiosité, un monastère en Inde comme l'exception insolite où on retrouvent de ces rongeurs en place d'amis des hommes. C'est le Temple de Karni Mata ou des Rats Sacrés. Mais si on y vénère les rats c'est parce qu'on croit y voir  ...la resurrection, la réincarnation de  jeunes (humains, evidemment) morts aimés.  L'anthropocentrisme ne quitte jamais l'homme! Ha! Narcisse, l'incurable!

"http://inde.aujourdhuilemonde.com/le-temple-de-karni-mata-ou-temple-des-rats-sacres

 "Les prêtres de Karni Mata racontent volontiers que le temple fut le seul lieu à être épargné par l'épidémie de peste bubonique qui s'abattit sur l'Inde entière en 1927."   Les rats n'y ont pas peur, donc ne sont pas obligés se cacher dans les lieux souillés des égouts ce qui les rend chez nous dégoutants.  Et depuis 500 ans, la dévotion à l'égard des rongeurs n'a pas faibli  : des centaines de milliers d'hindous viennent se recueillir dans le temple chaque année.  


Leur poil est brillant, ce sont de très jolies bêtes. "Si chose aimée est toujours belle, si la beauté est eternelle, on ne saurait que bien aimer." Ronsard.


 

Sinon, pour eux , PARTOUT AILLEURS DANS LE MONDE OÙ IL Y A DES HOMMES, c'est la mort qui leur est reservée. L'objet de votre phobie non seulement n'est pas fautif, mais il n'a pas à endurer les effets délétères de vos névroses.

 

Sagesse du rat! En effet, le symptôme, c'est un déplacement, et ce n'est pas des rats dont nous avons horreur, mais d'autre chose qui nous concerne, nous,humains pollueurs, crevant  sous sous nos dechets...envers les autres animaux que notre Altesse reine du Monde transformé par ses soins en immonde, tient sous son joug.


 

Pourles animateurs de vivre avec les bêtes, je suggere une emissiojn à eux consacrés.

Merci, Allain d’avoir fait écouter sa voix de rat noir, surmulot est sa désignation aussi. A présent, il nous faudrait le donner à entendre en tant que sujet et non plus en tant qu’objet « a » . Car comme le disait Lacan, c’est l’être du rat qu’on hait, c’est l’être haï, entendu comme être trahi symbole de la trahison des animaux par les hommes, renégats de l'animalité, convertis à la religion où Dieu est homme.
       
Mais les rats, ils n'y sont pour rien dans nos délires! Comme dans toute phobie, d'ailleurs. le rat est vu comme un déchet, un objet a (à jeter comme immonde, l’autre monde, celui du desordre, du sans limite). Mais n’est-ce pas là une   projection car c'est bien nous qui créons l’immonde?

Merci à vous 2, Allain et Elisabeth, car vous faites beaucoup pour cette révolution de l'homme vers sa bonté. Un autre regard est nécessaire. Vous y contribuez avec talent, et même génie. La tâche n'est pas aisée.

Continuons avec vous notre travail pour faire apparaître le scandale de l’impossibilité de la cohabitation entre bêtes et nous, identifiés au signifiant   " genre    humain", identification vantée par vous, Elisabeth, comme quasiment un propre de l’homme, mais qui devrait se souvenir qu’il a bien trop souvent mauvais genre. Après je crois que cette pretendue priorité ne peut se fonder que de maniere metaphysique, dont est la religion, y compris celle, athée,  de l'homme-Dieu, mais c'est aussi un autre debat.
 
 


 Car là, on est au coeur de ce que nous nommons specisme, avec le ratisme qui est donc une repugnance phobique forcenée envers une espece designée, mais se retrouve aussi envers un groupe humain haï  et consideré comme sous-homme. C’est pourquoi le ratisme est la base du racisme.  De fait,  le rat, objet "a"  est l’être haï par excellence, par essence. Le rat a un autre nom, même pour les amis des animaux, il est le tabou ultime de la PA, Il est « l’indéfendable » ...Pour l’instant. Le spécisme cache une haine de la pulsion, mais c’est une autre affaire, celle du paradoxe du rejet de l’animalité perçue comme pulsionnel libre des limites civilisatrices, alors que cest aussi laprte ouverte au pulsionnel le plus debridé...des hommes! Car ça permet l’exercice de notre ça sans les limites imposées envers les autres hommes.


http://francaisdefrance.files.wordpress.com/2012/01/rats1.jpg 

N'est-il pas craquant?

 

Que serions-nous sans la legitimisation des abus envers les animaux au nom de la notion métaphysique et ridiculeusement pretentieuse
d’ une humanité prioritaire quoiqu’elle fasse, et qui donne en particulier la haine
de l' espèce ratière? Que serait donc l'homme sans ce qui le structure comme il est, c'est à dire la possibilité de se donner des droits inhumains sur ce qui n'est pas homme? Serait-il encore celui  qui réifie l’autre humain lorsqu'il est considéré comme non homme,

sans   ce Sésame de la déshumanisation des groupes à haïr? On n’aurait peut être pas les mêmes effets
sur les abus et agressions diverses entre humains qui, en miroir, se donnent réciproquement des noms d’oiseaux pour lever le tabou du meurtre.
Si un animal est ce  sur quoi on a tous les droits, il faut et il suffit de voir en l’autre homme un animal pour le juger indigne d’ être epargné de nos pulsions non castrées. C'est ça, le  spécisme. Je sais bien qu’Elisabeth de Fontenay étrangement  se proclame spéciste...

Mais l’est-elle? Peut-être encore un peu. On se raccroche à l'Autre comme on peut. La révolution anti-speciste a de quoi nous donner le vertige. Ne remet-elle pas en cause notre image de nous-mêmes, notre idéal du moi, c'est à dire nos parents et leurs certitudes héritées des leurs et léguées en toute innocence? Et ainsi, les fondements même de l'humanité?  Repenser tout, de A à Z, voilà les conséquences d'une telle révolution. Sortir des sentiers battus un peu, ça va, beaucoup, ça   commence à faire trop, mais passionnément? à la folie???A la folie...On se réfugie vite dans le "pas du tout, j'ai peur, maman". 







 

http://photoslol.com/wp-content/uploads/2011/09/rat_au_lit1.jpg

Leurs mains sont si "humaines"...Troublant, non?

Certains rats de compagnie échappent à la haine. C'est peut être un bon début. quoique je ne suis pas pour le commerce d'animaux, ni leur reproduction, car l'homme est un mauvais animal de compagnie. 

 

Conclusion:
 
Les rats ne menacent pas l'homme. Si ils peuvent véhiculer la peste  à cause de leurs puces, on peut leur filer des antipuces! On peut aussi les stériliser si on juge qu'il y en a trop pour des raisons sanitaires fondées et pas mensonges haineux. Mais sachez ceci: il faut au moins 2 rats pour chacun afin de ne pas attraper la peste , car alors, les puces malades seraient sur nous! 

Les voir autrement, ce serait nous élever nous-mêmes.

 

*lire ceci: http://www.bestioles.ca/rongeurs/rats.html (...)


"Cependant, le rat d'égout est utile à l'homme car sans lui, les égouts seraient souvent bloqués. Contrairement à ce que l'on peut penser, le rat est un animal très propre. Il passe plusieurs heures par jour à sa toilette, tout en vivant dans les ordures et les égouts." 

Voir les commentaires

Sujet du bac philo ES: "Interprète-t-on à défaut de connaître ? » !

22 Juin 2013, 15:47pm

Publié par Jo Benchetrit

sing-piq-Mail.jpeg

 

Réflexion d'un singe sur "Interprète-t-on à défaut de connaître ? " 

Il me semble certain que oui, fatalement.
Ensuite, si on a des éclaircissements...on réajuste si on est honnête et lucide. 
D’autres peuvent en rester sur leur interprétation première. Parano oblige.
"La paranoïa, c'est la personnalité." Lacan
Avec ça, on n'est pas sorti de l'auberge de la lecture des dits et non-dits des autres vécus comme malveillants.
 Ce qui debouche sur ce sujet  que je suggere au bac suivant: Est-ce que l'on ne s’empoisonne pas  la vie avec des choses qui n’en valent pas la peine?
C'est sûr que si, au lieu d'être parano, on était papillon, on ne se paierait pas ce luxe.
http://www.mallock.fr/wp-content/uploads/2012/08/Grand-Singe-Papillon.jpg

Le papillon pense que la vie est trop courte, que c’est marrant ce qu’il voit, 
mais qu’il peut pas s’attarder pour l’excursion, il doit se chercher en vitesse une mamillonne.  
Mais  est-ce qu’il pense que l’homme est le seul à penser qu’il pense???
Ça m’étonnerait qu’il puisse imaginer qu’une telle fatuité existe. 
 Les hommes au sens d’humains sont rares. La plupart ne pensent qu’à eux. Mais réfléchissent-ils?
Tout ça pour dire que l’homme ne pense pas autant qu’il le croit.
 ;)
Il interprète les capacités des animaux à sa sauce, sans chercher à les connaître, et, bien-sûr, en se donnant toujours le beau rôle.

Voir les commentaires

Elevages de singes de l'ile Maurice + Manif contre le cdes à Dijon samedi 29 juin 2013.

21 Juin 2013, 01:27am

Publié par Jo Benchetrit

http://www.stop-animaux-labos.org/wp-content/uploads/2010/10/ile.jpgLa recherche sur animaux, c'est la pulsion de mort. D'abord, ce

rappel: marche "chaine humaine" pour la pulsion de vie:

http://img.over-blog.com/300x150/5/23/68/10/DOSSIER-3-NOVEMBRE-2012/CHIENS-VIVISECTION.jpg

manif contre le cdes à Dijon samedi 29 juin 2013. Contre un élevage de chiens pour labos, en France.

 

Mais revenons à nos singes de l'ile Maurice:

 

ce qui leur advient:

http://img.over-blog.com/200x300/5/23/68/10/DOSSIER-3-NOVEMBRE-2012/singe-vivisection.png

http://egalite.animale.free.fr/images/newsletter/singes_vivisection.jpg


Un débat de commentaires sur la vivisection après un article vantant l'élevage des singes par les mauriciens qui font leur beurre sur une monstruosité: la recherche sur animaux.

http://www.lemauricien.com/article/interview-lexperimentation-animale-mal-necessaire-declare-dr-francois-lachapelle#comment-25338

 

Reflexion sur l'experimentation animale.


La seule question à se poser est : DE QUEL DROIT leur fait-on subir tout ça ?

Et comme fatalement c'est le droit du plus fort, ce n'est pas un droit mais un ABUS.
Peut être que LA PIRE DES DOULEURS POUR LES ANIMAUX DE LABORATOIRE DISAIT LACAN, c'est  L'ANGOISSE. C'EST L'ANGOISSE DE NE PAS SAVOIR CE QU'ON LEUR VEUT, CE QU'ON VA LEUR FAIRE.
Notre seul consolation est une espérance amère: on sait que l'homme est si égoïste qu'il détruit tout et finira par ricochet à se détruire lui-même. Ça semble la seule solution afin que cessent enfin les souffrances des animaux abusés par notre espèce qu'il faut se résoudre à savoir abominable et incurable.
Le seul savoir fiable issu de cette recherche est un savoir sur les chercheurs qu'il faut bien dire indignes et sadiques. Et par extension, ceux qui les paient et supportent ce qu'ils sont, donc ce qu'ils font, sont comme eux. Or ceux ci, c'est nous.

les hommes plus sensibles qu'egoïstes sont rares.  les hommes plus justes qu'abusifs aussi.
La morale devrait etre la priorité absolue.
A la place, c'est la barbarie qui domine.

En un mot, c'est la pulsion de mort.
Or si on tombe malade, c'est aussi la faute à la pulsion de mort. Par exemple, on sait que manger trop, fumer, être sédentaire, etc.sont déconseillés pour la santé...Mais on le fait. On sait que la voiture est comme la viande un désastre pour la planète, mais on continue!

L'humanité est malade de son attirance pour la mort. Elle croit en avoir peur mais elle fait tout pour l'approcher.
Il faudrait que l'on comprenne bien que la recherche medicale est un paradoxe. Elle est non comme il apparait consciemment une manifestation   du désir de vivre à tout prix, y compris en y perdant son âme, mais une figure hideuse de ce désir pervers de jouir jusqu'à la mort.
Honte sur notre espèce.

 

 

Souvenez vous de ce scandale: ils ne veulent que des tout petits singes, les autres sont massacrés!

Des centaines de singes tués.. ( a MAURICE )
de J.KIRCHNER ( WikiStrike )

http://www.rescue-forum.com/general-and-actualites-sur-animaux-protection-156/centaines-singes-tues-maurice-75589/





La British Union for the Abolition of Vivisection (BUAV, association qui défend les droits des animaux), a découvert un horrible massacre de centaines de singes dans un élevage de primates à l'île Maurice. Des images choquantes montrent des singes empilés dans des poubelles. D'Autres images montrent des corps mutilés.
Selon l'association, ce massacre barbare devrait se poursuivre tout au long du mois de novembre, sans doute parce que les laboratoires étrangers demandent des primates pesant moins de trois livres.
La plupart des singes mâles adultes sont tués car pesant plus de quatre livres. La BUAV en rajoute une couche en nous révélant que la société Noveprim tue les femelles enceintes et les petits car leur étant inutiles.
Evidemment, l'abattage de ces animaux très sensibles, intelligents, est totalement inacceptable.
Noveprim est un important exportateur de singes au Royaume-Uni, en Espagne et aux États-Unis. L'entreprise est même agréée par le Ministère de l'Intérieur britannique.
Elle fournit aussi des singes à des laboratoires français!..
Ironiquement, une déclaration d'intention de Noveprim affirme que la compagnie offre des soins à des professionnels de la santé des singes.
La BUAV a également appris qu’en dépit de ce massacre Noveprim continue à utiliser des pièges à singes sauvages. L’association demande au Premier ministre de Maurice qu’il prenne des mesures immédiates pour mettre fin à ces meurtres, et demande au gouvernement britannique qu’il interdise l'importation de singes venant de l'île Maurice.

Voir les commentaires

Marine Le Pen est elle victime d'une injustice? Prieres, Islam, immunité parlementaire, occupation et valse avec nazis?

20 Juin 2013, 14:16pm

Publié par Jo Benchetrit

http://img.over-blog.com/300x217/5/04/20/56/FN-Lepen/421053_3062210669147_1079856852_32574824_1945147957_n.jpg

 

Glauque story: http://acf.actioncontrelefascisme.over-blog.com/article-marine-valse-pour-feter-le-jour-du-detai-98217751.html

 

Parce que Marine aurait aimé l'occupation allemande, comme ses semblables en pétainerie, je me demande pourquoi on l'accuse d'insulter les musulmans dont elle compare la présence trop visible durant les prières de rue avec l'occupation. Or personne ne voit que dans sa bouche c'est un compliment, et voilà qu' à cause de ses propos sur les prières de rue,  l'immunité parlementaire de Marine Le Pen sera peut-être levée !

 

C'est pas juste. Cette comparaison prières de rue avec l'occupation allemande  est flatteuse dans la bouche de Marine qui valse avec des nazis le jour de la commémoration de la...SHOAH!!!!!!!! *! Comble de l'horreur cynique sur la question et ça dit tout sur ce qu'elle en pense.
http://www.lindependant.fr/2013/06/20/propos-sur-les-priese-de-rue-l-immunite-parlementaire-de-marine-le-pen-levee,1766379.php#xtor=EPR-2-%255BNewsletter%255D-20130620-%255BZone_info%255D

 

*

Nul  doute, en effet que Marine aurait été gentille avec les occupants d'extrême droite comme elle, comme elle le fait actuellement avec les SS. Certes, il y a eu des résistants comme Cordier, secrétaire de Jean Moulin ET transfuge d'extrême droite antisémite puante. Mais quelque chose me dit que Marine n'en aurait pas fait partie.

*Pourquoi Marine le Pen dansait-elle au bal des néo-nazis à Vienne le jour de célébration de la Shoah ?


http://histoireetsociete.wordpress.com/2012/01/29/pourquoi-marine-le-pen-dansait-elle-au-bal-des-neo-nazis-a-vienne-le-jour-de-celebration-de-la-shoah/
29
JAN

Récemment l’UNESCO annonçait la suspension de ses subventions aux bals de Vienne qui étaient devenus le lieu de la célébration du néo-nazisme. marine le pen qui joue volontiers à faire amie-amie avec la communauté juive au nom du "danger islamiste" et qui laisse le terrain de l’antisémitisme voir de l’altermondialisme être couvert par les identitaires qu’on a vu récemment à Lyon célébrer le Maréchal Pétain mais aussi "les héros du négationnismes que seraient le président iranien flanqués de Fidel castro et Chavez" (on attend encore les protestations des intéressés ou de leur ambassade), ne pouvait pas rater cette célébration. Elle est allée danser avec les néo-nazis autrichiens pour célébrer le jour de la commémoration de la Shoah. Non on ne peut différer le combat contre l’extrême-droite et que chacun fasse le ménage parce qu’aucune cause ne mérite que l’on fasse le lit du racisme et du fascisme. Danielle Bleitrach
Laisserez-vous le drapeau français se mêler aux bannières nazies comme à Montoire ?

À l’initiative de Viviane Teitelbaum, députée libérale bruxelloise, le Groupe MR au Parlement bruxellois a demandé et obtenu qu’une minute de silence soit observée, hier vendredi 27 janvier 2012, en mémoire des victimes de l’Holocauste.
Depuis 2005, par un vote de l’Assemblée Générale de l’ONU, le 27 janvier est devenue la « Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste ».
« Je suis émue que mes collègues se soient ainsi inscrits dans cette démarche symbolique d’observer une minute de silence dans l’enceinte du Parlement bruxellois, ce qui permet d’honorer la mémoire des victimes du génocide commis par les nazis » a déclaré, Viviane Teitelbaum.
Le même jour, rapporte le site 7sur7 belge, Marine Le Pen dansait la valse, à Vienne, avec la crème européenne des néonazis, des nostalgiques du IIIe Reich, et des négationistes.
La candidate du Front National a répondu à l’invitation du FPÖ, le parti de feu Jorg Haider, et de sa figure de proue, l’antisémite et néonazi Martin Graf, au bal annuel d’Olympia, cette société secrète interdite aux Juifs et aux femmes, et dont les membres sont chargés de véhiculer dans la société des idées néonazies, pangermanistes, antisémites et négationnistes.
Le père de Marine le Pen, qui assistait au bal au bras de Bruno Gollnisch (les journalistes étant interdits pour ne pas qu’ils témoignent des ovations réservées aux négationnistes présents dans la salle, nous ne saurons pas si Jean Marie Le Pen et Gollnisch ont dansé la valse ensemble, en souvenir des débauches sexuelles hitlériennes), le père Le Pen donc, aura montré l’exemple à suivre à la fille Le Pen.
Pourquoi, alors qu’elle tente de dédiaboliser le FN, et de le laver de toute trace d’antisémitisme et d’affection pour le nazisme, pourquoi, en pleine campagne électorale, Marine le Pen a t-elle choisi de célébrer la journée internationale de la Shoah au bras de ceux qui en nient l’existence, et œuvrent pour terminer le travail qu’Hitler n’a pas fini ?
Qu’en pensent les Juifs qui ont décidé de voter pour Marine Le Pen à l’élection Présidentielle 2012 ?
Qu’en pensent les personne saines d’esprit, qui ont décidé de voter pour Marine Le Pen pour faire obstacle aux envahisseurs islamistes et à l’immigration ?
Qu’en pense Maître Collard, qui a accordé une interview à Dreuz.info il y a quinze jours, et qui semble avoir des difficultés à apporter les réponses aux questions que nous lui avons posées ?

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.7sur7.be/Marine-Le-Pen-danse-la-valse-avec-des-neonazis

http://www.lexpress.fr//marine-le-pen-valse-a-vienne

Voir les commentaires

Le CNRS, à Jussieu, torture des animaux. Petition. Il étudie l'effet des polluants sur les pigeons errants.

20 Juin 2013, 06:51am

Publié par Jo Benchetrit

http://1.bp.blogspot.com/-DTen3cDFvHg/Te0WNGuYkzI/AAAAAAAAAOU/HfGxCFxC69M/s1600/pigeon.jpg

Je suis tout petit et ne peux pas me defendre seul. Aidez moi SVP! Signez, ça prend 10 secondes maxi.

 

Un animal errant dans les villes, c'est quoi?  Du matériel de labo gratos! Des êtres dont personne, sauf qq âmes sensibles, ne se soucient.Ici, comme en 40, on rafle dans les rues, on torture et on tue dans l'iniffrence générale. Là, vous ne pourrez dire: on ne savait pas.
A Jussieu, en plein Paris, Mengele est encore vivant.

ils y font des expériences  ATROCEMENT DOULOUREUSES sur les pigeons, leur donnent des produits toxiques, leurs font des injections de toxiques, les empoisonnent de divers produits qui v brulent etc, etc.... les étouffent avec des gaz divers pour voir ce que ça fait en les ouvrant ensuite, puis on les tue, parfois par noyade, on les massacre et ce, sans que personne ne se doute des horreurs de Jussieu, la face des apprentis Mengelé, où tout est torturé, en particulier les plus démunis! La recherche sur animaux= Mengele. Luttons contre cette cruauté!

Petition:

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/honte-experiences-ignobles-animaux/9855

Cette  pétition n'a recueilli que 880 signatures !

Merci de signer et de faire suivre.

Voir les commentaires

Toros martyrs, spanish bulldogs et toreros...une perversion de plus au goût des toreros

19 Juin 2013, 09:39am

Publié par Jo Benchetrit

dans la serie les atrocités continuent, les toros atatqués par des chiens dressés pour ça. Petite vicytoir contre un des sadiques.MAIs si minie...Enfin cest binquand même.

Chers amis,

 

 

Le scandale a éclaté il y a deux jours, quand le torero portugais très connu, João Moura Jr, a publié sur sa page Facebook des photos de Spanish bulldogs attaquant un taureau utilisé dans les corridas.

 

 

Les photos sont choquantes.

 

 

Ensuite Moura a été dénoncé aux autorités portugaises pour cette pratique illégale. La page Facebook a été supprimée. 

Les photos prises à partir de cette page restent toutefois pour la postérité sur Internet. Elles révèlent le monde souterrain de la tauromachie.

Pour les toreros la torture des taureaux et des chevaux dans une arène ne leur suffisent pas; comme tous les psychopathes ils se livrent à d'autres formes de crimes sur les animaux et en voici la preuve.

 

 

Quelle que soit la destination que vous choisissez pour vos vacances, éviter à tout prix les pays qui restent encore à l'époque médiévale comme le Portugal, la France, l'Espagne et certains pays latino-américains qui continuent à ignorer la plupart des personnes opposées à ces pratiques.

 


Pour les animaux        Maria Lopes (coordonnateur)                                                                          Mouvement international contre Corridas  

 

 
 
  .
From: Maria Lopes [mailto:marialopes@iwab.org
Sent: 14 June 2013 01:39

 

 

MOVIMENTO INTERNACIONAL ANTI-TOURADAS

INTERNATIONAL MOVEMENT AGAINST BULLFIGHTS

MOVIMIENTO INTERNACIONAL ANTITAURINO

MOUVEMENT INTERNATIONAL ANTI CORRIDAS

www.iwab.org

 

Dear Friends,

 

 

 

 

The scandal broke just two days ago when a very well known Portuguese bullfighter, João Moura Jr, published in his Facebook page photos of Spanish bulldogs attacking a bull used in bullfights.

 

 

The photos are shocking.

 

 

After Moura was denounced to the Portuguese Authorities for a practice that is illegal, the Facebook page was deleted. The photos taken from that page will however remain for posterity on the Internet. They reveal the underground world of bullfighting. For bullfighters it is not enough to torture bulls and horses in a bullring, but like all psychopaths they are compelled to indulge themselves in other forms of torturing animals and here is the proof.

 

 

Whichever destination you choose for your holiday, avoid at all costs countries that still remain in the Medieval Era like Portugal, France, Spain and some Latin American countries which continue to ignore the majority of their people opposed to these practices.

 

 

For the Animals
> Maria Lopes (Coordinator)
> International Movement Against Bullfights
www.iwab.org

 

Voir les commentaires

Bel article sur les Inrocks, à la sortie du livre: "les animaux ont ils des droits?"

19 Juin 2013, 05:49am

Publié par Jo Benchetrit

 

 

http://www.lesinrocks.com/2013/06/18/actualite/les-animaux-doivent-ils-avoir-plus-de-droits-11402165/

 

Allez sur leur site, vous pourrez y lire d'autres textes interessants comme celui ci:

Les animaux doivent-ils avoir plus de droits?


"Babe, le cochon devenu berger" de Chris Noonan

Outragés, brisés, martyrisés, et peut-être enfin libérés : les animaux doivent devenir des sujets de droit au même titre que les humains, estiment de plus en plus de chercheurs.

Le succès commercial, en 2011, du livre de l’Américain Jonathan Safran Foer, Faut-il manger les animaux ?, est un indice parmi d’autres : quelque chose de neuf se joue dans le rapport que les humains entretiennent avec les bêtes. Comme si, avant même de les manger (ou pas), on les prenait en considération pour les observer, d’égal à égal. Par-delà l’activisme militant de plus en plus vif des mouvements végétariens et vegans (végétaliens), notamment aux Etats-Unis, le regard – social, sensible, affectif, politique – change de perspective dès lors que s’immisce dans l’espace public la question des droits des animaux : un enjeu philosophique se pose avec une acuité inédite à l’échelle de l’histoire humaine, particulièrement en Occident.

“L’animal nous regarde. Et penser commence là”

Alors que la pensée occidentale est globalement restée étrangère à certaines traditions de pensée plus favorables aux animaux, elle s’ouvre en ce début de XXIe siècle à de nouvelles manières de définir une sorte de contrat moral entre les humains et les bêtes. “L’animal nous regarde. Et penser commence là”, écrivait déjà Jacques Derrida dans L’animal que donc je suis, sorti en 2006.

>> A lire aussi : “Faut-il manger les animaux?”: entretien avec Jonathan Safran Foer

La publication d’un essai important sur le sujet, Les animaux aussi ont des droits, illustre et confirme ce début de retournement culturel : la frontière entre les humains et les animaux s’érode de plus en plus. Au nom de quoi, de quel argument, de quelle conscience ahurie, serait-on conduit à définir un continuum moral entre les humains et les bêtes ? C’est précisément à ces questions que répondent dans cet ouvrage l’éthologue Boris Cyrulnik et deux philosophes majeurs sur le sujet, Elisabeth de Fontenay, auteur du très remarqué Le Silence des bêtes (1998), et l’Australien Peter Singer, penseur séminal de la question animale.

Mouvement de libération animale

De passage à Paris fin mai, Peter Singer, âgé de 67 ans, sait qu’il reste assez mal connu en France, alors que dans les pays anglo-saxons ses travaux sont largement commentés, analysés, voire critiqués (parfois sévèrement : dans la presse américaine, Singer fut qualifié d’homme “le plus dangereux du monde” à cause de la radicalité de ses positions). Spécialisé en bioéthique, professeur à Princeton, le philosophe est considéré comme le penseur le plus radical des droits des animaux. Fondateur du Mouvement de libération animale, il a découvert et fait découvrir l’éthique animale dès le début des années 70, suite à la prise de conscience des dérives de l’élevage industriel. Dès 1975, il publie son livre majeur, Animal Liberation, construit autour d’une question obsessionnelle : pourquoi les humains ne devraient-ils pas tenir compte des intérêts des animaux ?

Une énigme qui le conduit aussi à lancer aux Nations unies, en 1993, le Projet grands singes (Great Ape Project) et la déclaration Equality Beyond Humanity, réclamant que “la communauté des égaux inclut tous les grands singes” : êtres humains, chimpanzés, gorilles et orangs-outans. Pour lui, la libération animale est “un concept plus radical que la défense animale” puisqu’elle “questionne directement l’autorisation qu’on s’octroie d’user de la vie d’autres êtres vivants pour satisfaire nos besoins propres d’une façon qui inflige douleur et souffrance”.

“Rien de ce que nous faisons aux animaux ne constitue un péché”

Sa position éthique n’est pas seulement indexée sur une quelconque réaction émotionnelle, doloriste et culpabilisatrice face à la souffrance animale : elle se revendique proprement philosophique, ancrée dans une tradition de pensée forte dans les pays anglosaxons, l’utilitarisme, dont le maître fondateur Jeremy Bentham, avec John Stuart Mill, posait déjà au XVIIIe siècle le problème du droit des animaux en ces termes : “La question n’est pas : peuvent-ils raisonner ? peuvent-ils parler ? mais peuvent-ils souffrir ?” Si cette question semble avoir été évacuée de la conscience occidentale, surtout en France, c’est d’après lui à cause de “la tradition kantienne et cartésienne”, de la tradition culinaire évidemment très riche en plats de viande, mais aussi en partie à cause de l’influence pernicieuse du catholicisme qui affirma longtemps que “rien de ce que nous faisons aux animaux ne constitue un péché”.

Pour Singer, cette tradition intellectuelle composite pose les fondements d’un humanisme pour qui “les animaux ne comptent pas”, au regard de la spécificité du genre (génie) humain. Or “on continue de mettre de l’emphase sur la dignité humaine, sur la spécificité humaine, sur la différence entre l’Homme et le reste du monde vivant”, regrette-t-il. Le cadre de référence utilitariste, censé rechercher le bien maximum pour un maximum d’individus, conduit au contraire Singer à rejeter toute idée d’appartenance à une espèce : c’est son combat contre le “spécisme” (la hiérarchie des espèces) qui le rend subversif pour beaucoup, voire dingue pour d’autres. “De mon point de vue, tout le monde devrait être antispéciste et rejeter en bloc l’idée que l’on puisse prêter moins d’importance à un animal au prétexte qu’il n’appartient pas à notre espèce, une idée qui me paraît totalement irrecevable sur le plan éthique”, affirme-t-il. Même s’il précise qu’il est “absurde de prétendre que nous devons traiter les animaux de la même manière que les humains”, il pose comme préalable à toute action que “lorsque les animaux souffrent, nous devons prêter la même considération à leur souffrance qu’à la nôtre”.

“Il n’y a pas deux éthiques, l’une humaine, l’autre animale : il y a éthique ou il n’y a pas éthique.”

Par-delà ses apories, critiquées par de nombreux penseurs dits humanistes encore attachés aux frontières distinctes entre les êtres vivants, l’antispécisme de Singer influence de nombreuses réflexions actuelles, aux Etats-Unis (Tom Regan, Gary Francione) mais aussi en France (Florence Burgat, Françoise Armengaud, Georges Chapouthier…), en en prolongeant beaucoup d’autres plus anciennes (Jacques Derrida, Hans Jonas…). Celle d’Elisabeth de Fontenay, en particulier, qui insiste sur ce point : “Il n’y a pas deux éthiques, l’une humaine, l’autre animale : il y a éthique ou il n’y a pas éthique.” Aujourd’hui, dit-elle, il faut “déconstruire cette métaphysique tant spiritualiste que matérialiste du ‘propre de l’homme’ qui a conduit à opérer une coupure entre l’homme et l’animal”. Contre cette “arrogance” du propre de l’homme, dans la lignée directe de Peter Singer, la philosophe défend un nouvel humanisme, “un humanisme de l’autre vivant et qui prend en charge l’humanité des animaux mêmes, attentif à la passivité, à la vulnérabilité des vies nues et plus ou moins muettes”.

C’est donc à une rupture avec le rationalisme essentialiste de la philosophie classique que nous invitent Singer, Fontenay et Cyrulnik, pour qui “le souci de l’autre doit inclure désormais les animaux dans la sphère morale”, comme une conséquence de nos récentes connaissances en éthologie et en primatologie. Même les pieuvres sont capables d’apprentissage et d’attachement, rappelle Cyrulnik ; sans parler des porcs, dont on sait désormais qu’ils ont une vie émotionnelle riche et des capacités cognitives très développées, égales ou supérieures aux chiens et aux grands singes.

A ces motifs éthiques, Peter Singer mêle aussi des considérations d’ordre écologique et médical.

“L’une des manières de résoudre ou de réduire la menace du changement climatique serait de cesser de manger de la viande, en particulier celle des ruminants ; cette industrie constitue selon la FAO (Food and Agriculture Organization – ndlr) l’une des plus grandes contributions au réchauffement climatique, plus que tout le secteur des transports, avance-t-il. Le même raisonnement s’applique pour résoudre le problème de la famine ; la production de viande est très gaspilleuse de terre arable, plus de 70 % des terres agricoles disponibles sont consacrées au seul élevage des animaux dans le monde : cesser de manger de la viande permettrait de libérer la terre pour nourrir des millions de personnes à travers le monde en céréales, fruits et légumes. Donc ceux qui s’intéressent d’abord aux problèmes de l’humanité devraient au moins être végétariens pour ces raisons-là, quand bien même ils ne sont pas militants de la libération animale.”

Il y aurait peut-être aussi, d’après lui, moins de cancers des voies digestives, du côlon, du rectum, du sein, vu l’incidence probable des graisses animales sur les organismes humains – une corrélation qui reste à prouver.

La réflexion de Singer peut tenir à l’écart, par sa radicalité, des lecteurs “kantiens” ou simplement gourmets, rétifs à ce changement de paradigme au nom de leurs habitudes culturelles, de leurs goûts gastronomiques ou de leur histoire sociale. Cette volonté de rupture absolue sépare d’ailleurs Peter Singer d’Elisabeth de Fontenay qui reproche au radicalisme animaliste “la non-prise en compte de certaines traditions immémorialement ancrées dans le devenir des hommes” : “celle de la tradition culinaire, notamment, qui tourmente exemplairement Jonathan Safran Foer dans Faut-il manger les animaux ? quand il se souvient des plats que lui faisait sa grand-mère”.

Pour autant, le décentrement auquel Singer nous invite ouvre de nouveaux horizons politiques et existentiels. On peut supposer que ces questions vont même s’élargir dans les années à venir, comme elles irriguent déjà l’espace intellectuel dans le monde occidental, qui fait désormais de l’animal un sujet comme les autres. Les lignes du grand partage entre les êtres vivants se déstabilisent ; les bêtes viennent perturber la notion de droit et obligent à repenser les seuils et les catégories morales de notre vieille tradition humaniste.

Jean-Marie Durand

Les animaux aussi ont des droits par Boris Cyrulnik, Elisabeth de Fontenay, Peter Singer, entretiens réalisés par Karine Lou Matignon, avec la collaboration de David Rosane (Seuil), 268 pages, 18 €

le 18 juin 2013 à 14h50

Voir les commentaires

Aymeric Caron affronte Jean Michel Cohen, nutritionniste, sur le végétarisme. JM.Cohen est d'accord avec lui!

19 Juin 2013, 05:15am

Publié par Jo Benchetrit

J'avais écrit il y a quelques  années au dr Cohen pour lui demander de faire, dans le cadre des régimes pour maigrir qu'il établit, un régime pour les végétaliens. A l'époque, même s'il m'avait rassurée, il m'avait dit devoir y  réfléchir... A présent, il a beaucoup progressé et affirme que le végétarisme n'est absolument pas mauvais pour la santé. mais quid du végétalisme, le seul regime qui ne torture pas les bêtes?

 

Je n'ai pas écouté ce débat, mais je pense, à  lire ce qui suit, qu'il fut plus que courtois. mon autre question, c'est de savoir si le dr Cohen a dit, ou pas, qu'il était meilleur pour la santé. 

L'article suivant axe les choses sur l'ostracisme dont les vegetar(l)iens sont victimes.

http://www.marianne.net/Les-vegetariens-sont-ils-un-brin-paranos_a229537.html
      A l’occasion de l’assemblée Marianne « Qu’est-ce qu’ils nous font manger », le journaliste et écrivain Aymeric Caron a défendu avec ferveur le végétarisme, face au nutritionniste Jean-Michel Cohen. Si le second n’est pas défavorable à une alimentation excluant la viande – « on peut parfaitement réguler sa consommation sans manger de viande » –  le premier en a fait un sacerdoce. 

Et à l’écouter, ce n’est pas facile tous les jours. « Combien de fois on m’a dit que j’étais un type bizarre, sectaire », a-t-il déclaré devant une assemblée composée majoritairement de végétariens convaincus. Selon lui, il est difficile de faire valoir ce mode de consommation à base de tofu, soja et autres végétaux dans un pays ou la bonne bouffe, souvent à base de viande, fait partie du patrimoine national : « Beaucoup de végétariens se sentent isolés. Moi, par exemple, j’ai mis plusieurs années à dire que j’étais végétarien. » 

En France la communauté végétarienne compterait entre 1,5 et 2 millions d’adeptes. Dérisoire, mais encourageant, selon le journaliste à la crinière grisonnante. « Cela reste une idée avant-gardiste en France, a-t-il avancé. Mais si on regarde une récente étude de la FAO (Food and Agriculture Organization), il y aurait près de 20 % de végétariens sur les campus américains ce qui est plutôt une bonne nouvelle puisque ces étudiants seront de futurs décideurs politiques et économiques ». 

Pour des raisons économiques, autant que démographiques, Caron estime que le mouvement devrait naturellement prendre de l’ampleur dans le pays et dans le monde. Mais le problème, selon lui, c’est que les professionnels de l’agroalimentaire et les lobbyistes du secteur freinent des quatre fers pour préserver leurs intérêts économiques. Un argument approuvé par son interlocuteur, Jean-Michel Cohen. 

Dans la salle, les commentaires fusent. « Les associations végétariennes ne sont pas représentées dans les médias » ; « les pouvoirs publics regardent ailleurs », etc. Aymeric Caron, à l’aise parmi les siens, s’insurge également : « Il n’y a aucun mouvement dans ce pays qui défende la cause végétarienne, Eva Joly a même défendu la corrida ! » A croire que le mouvement végétarien est victime d’un méticuleux travail de sape… 

Voir les commentaires