Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #barbarie-symptome et psychanalyse

Abolition de la viande, fermeture des abattoirs, marche mondiale 15 juin 2013

15 Juin 2013, 03:51am

Publié par Jo Benchetrit

affiche-vg.jpg

Abolition de la viande, projet fou?
OUI. Mais seule la réalisation des utopies fait progresser les hommes. Et ils en ont bien besoin, hélas! leur état mental actuel est absolument navrant
et bien ridicule, surtout venant d'une espèce prétendument sur douée. 

Il faut se donner les moyens de son arrogance, sinon, on sombre dans l'ubuesque.

Mais le rire est tragique car cet Ubu roi est un barbare décérébré. Les atrocités du  rapport aux animaux le prouvent helas, sans limite...L'infini, c'est la bêtise humains, disait Einstein.

Mais c'est aussi, ô combien variée et brutale, sa cruauté.

 

ainsi , je viens de recevoir ceci, insoutenable, un léopard brulé vif et laissé agoniser des  heures, sans une bonne âme pour l'euthanasier, devant les gardes nationaux de la réserve, indifférents ou sadiquement ravis, en iNde. Leurs réserves sont très petites et c'est ainsi qu'ils se débarrassent des félins "en trop" et pourtant especes protegées.  

je transmets:

L’humanité va disparaître, bon débarras. Yves Paccalet.

 

 Subject: Pétition Un félin brûlé vif en Inde ! Merci de diffuser !

 


 

Merci de signer pour ce malheureux !

https://www.change.org/petitions/stop-animal-lynching-in-india

=====

Revenons à nos moutons et autres bêtes élevés sans égard dans les hangars de la honte où ils survivent, hagards, dans des conditions qui effarent. Oui, ça vaut le coup que vous preniez le car pour  tenter le seul impossible absolument necessaire:  neutraliser les barbares. Sur ce, je pique un phare...vu le niveau de ma poésie nanar, qui ne prétend pas être de l'art, mais j'ai trouvé ça pour leur foncer dans le lard. poil au dard...Sisi, elle l'a dit, elle ose tout, comme les cons, dirait Pierre Dac, sauf que là, c'est contre eux. Contre cette immonde cruauté gratuite  qui persécute des bébés animaux et leurs parents qui ne les élèvent même pas, car on les leur vole. Ils sont trimbalés comme du   bétail, souffrant comme des bêtes et massacrés par milliards...pour nourrir des gens , et, à part égal, pour leurs poubelles, des gens décervelés et suicidaires car ils se porteraient mieux sans viande.

PARIS

PROCHAINE MARCHE LE 15 JUIN 2013 À PARIS

Cet événement débutera à 14h devant les anciens abattoirs de Vaugirard, à l'intersection des rues de Cronstadt et des Morillons. (métro Convention ou Prte de Vanves - Tram Georges Brassens ou Brancion)

Le cortège se dirigera dès 15h vers la place St Michel en passant par les rues de Vaugirard, Boulevard du Montparnasse et par le boulevard St Michel. La marche sera ponctuée de die-in spectaculaires notamment devant les bureaux du Ministère de l'Agriculture et de la Pêche (251 rue de Vaugirard), Bd du Montparnasse, Bd St Michel et place St Michel.

Pour cette Marche, un haut rouge est conseillé pour un effet visuel plus fort. Les banderoles d'associations et les visuels et panneaux en rapport avec la Marche pour la fermeture des abattoirs (élevage, abattage, pêche) sont les bienvenus.

Voir les commentaires

le lait . Le supprimer. La preuve en video.Marche contre les abattoirs le 15/6/2013

8 Juin 2013, 13:22pm

Publié par Jo Benchetrit

Et le lait?  Tu vas pas supprimer le lait, enfin!ça fait pas mal, le lait? Les  vaches ont besoin qu'on les traie. 

Donc c'est bien, le lait.

 
Regardez plutôt: 


Non, je reponds, c'est laid , le lait. Et en plus le lait des vaches est fait pour leur veau.Si  on leur vole pas le veau, il tete sa mère comme tout bébé mammifere et elles n'ont pas besoin de passer à la machine à traire, si penible de surcroit. 

L214 a de bonnes idées sur son FB pour montrer sans heurter ce qui fait que le veganisme est la seule solution.

Regardez ceci avant la marche contre les abattoirs du 15/6/2013: https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151584952249757&set=a.395048019756.170472.350866824756&type=1&theater

 

Allez-y, cliquez. une série de photos vous feront comprendre ce qui motive la nécessité de changer d'humain.
On espere que les retro virus vont faire muter lhomme en être humain...enfin, on peut toujours rêver.
Mais je ne delire pas/On est en train de découvrir que les virus sont nos ancêtres, et même sont indispensables à notre existence. Sans eux, pas de placenta, par exemple...Donc pas de nombreuses vies (ceux des animaux qui ont un placenta). Si on veut en finir avec notre espece sans dignité car sans pitié, suffit de supprimer les virus. Enfin, il suffit...Pas simple à faire.

 

Voir les commentaires

Merci à Clément Meric, mort pour la dignité humaine.LE FASCISME, ÇA NE PASSERA PAS PAR MOI.

7 Juin 2013, 05:43am

Publié par Jo Benchetrit

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRrWbZMR_sqmhgd95HPQKWgj2UO6Lzr0sqn9k4UzYqAMfzQ4PTpJE VOUS SUGGERE CE SLOGAN: «  LE FASCISME, ÇA NE PASSERA PAS PAR MOI. » Encore faut il que chacun apprenne à le voir là où il est.

Nous, les anti-specistes, nous savons qu’il réside aussi dans l’attitude des hommes envers les animaux. Mais il n’est pas que là.
http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Clement-Meric-militant-antifasciste-et-etudiant-brillant_55257-2200075_actu.Htm>
Clément Méric, militant antifasciste et étudiant brillant
Faits divers jeudi 06 juin 2013
(...)
Végétalien
Outre ses engagements syndicaux et antifascistes, Clément Méric était, d’après 
ses proches, un amateur de musique, végétalien et anti-spéciste (qui s’oppose 
à l’exploitation et à la consommation des animaux par les êtres humains).
Alors qu’un être rare de grande valeur, Clément MERIC, un jeune camarade de 18 ans, vegan, antispeciste et anti facho vient d’être assassiné par des bornés au front (bas) national qui seraient en partie de la mouvance Ayoub, il est plus que jamais important de réfléchir à notre  position éthique. Le  skinhead tueur est d’une mouvance qu’on a accepté dans nos rangs pour une manif anti fourrure, j’en ai vu une photo.  On (moi y compris!) a applaudi le facho Laurent Louis sans savoir à qui on avait à faire, dans la manif anticorrida du Trocadero.
Le CRAC  qui n’en savait rien non plus et l'a accepté dans la manif l’a regretté aussi.
 Ce jeune homme qui se relevait dune leucemie * est mort assassiné un jour historiquement parlant, marqué par au moins 2 anniversaires importants  de ce qui fut longtemps 2 symboles  de libération, avant un certain délire parfaitement organisé par des adeptes du furher, en ce qui concerne le 1°: le 5/6, jour de la reconnaissance par l’ONU de l’état d'Israël libéré du protectorat britannique, succédant au joug de l’empire ottoman, ben oui!
et celui du debarquement, dans la nuit du  5/6 au 6/6. 
Depuis quelques années on assiste à une banalisation de thèses fachos, racistes et antisémites.
ça ne peut et ne doit plus durer.
SOUVENEZ VOUS A JAMAIS DE CE JEUNE HOMME NON VIOLENT...
MAIS ASSEZ IMPRUDENT POUR OUBLIER QUE DERRIERE TOUT FACHO SE CACHE LA HAINE, LA VIOLENCE ET LA LACHETE.
Ou bien PLUTÔT était-il trop courageux pour se protéger ET C’EST TROP TRISTE... mais admirable.
 Vous me direz peut être  qu'il faut  parfois prendre des risques pour MONTRER LE CHEMIN. OK, SAUF QU’ON N’A PAS ENVIE DE VOIR MOURIR des jeunes qui sont L’ESPOIR D’UNE  HUMANITÉ enfin DIGNE. 
Utile de le rappeler à l’heure où la PA deboussolée par ses deceptions par rapport au monde politique se refugie parfois sous ce qu’elle croit être un appui. 
Des personnes  peu recommandables  profitent de leur naïveté et de leur manque de reflexion politique et ethique pour les amener à se soumettre à leur ideologie lamentable.  Et c’est ainsi que de très belles âmes sont entrainées à gober des conneries incommensurables et pousse-au-crime. Des aliens...des illuminatis...des quoi encore?
Que ceux qui sont conscients, et il y en a, aident les autres à piger à qui ils ont à faire.
Vous ne pouvez pas vous contenter d’écrire sur le specisme dans les cahiers et blogs, voire des livres, ô combien respectables en general.
Il y a en gros 2 portes d’entrée à la puanteur  de la haine nazillarde:
1) l’antisemitisme dévoilé ou (à peine) voilé sous l’anti-sionisme providentiel pour les nostalgiques de thèses brunes comme Laurent Louis ** defendant El Assad...et brulant un drapeau d’Israel ici:
http://www.israel-flash.com/2013/06/petition-pour-la-suspension-du-depute-belge-l-louis-pour-avoir-pietine-le-drapeau-israelien-qui-sera-brule/#axzz2VThFHYZD . et où s’engouffrent naïvement ceux qui appliquent le schéma fallacieux en l'occurrence, suggéré par le monde arabe, de la décolonisation.
2) le racisme.
Bien-sûr, les portes sont parfois graissées par l’homophobie, comme ces temps-ci avec le mariage gay.
Certains  pensent que l'anti-specisme ne peut que s'insérer dans l'anti-fascisme global. Meric en faisait semble-t-il partie.
En toute logique, car cet étudiant était intelligent.

"Clément Méric "n'était pas un bagarreur, ni un monstre de guerre". Evoquant sa carrure plutôt frêle, les militants d'AAPB ont indiqué que le jeune homme s'était récemment relevé d'une leucémie et n'avait pas une attitude belliqueuse. Et pour souligner que Clément Méric n'était pas un provocateur, ils ont rappelé que c'est en se rendant à une vente privée de vêtements que le jeune homme s'est trouvé pris dans une altercation.

Les premiers éléments de l'enquête de police semblent toutefois indiquer qu'il y a eu des provocations verbales de la part des deux camps. Clément Méric et ses amis auraient moqué le look d'un groupe de skinheads, tatoués de croix gammées et vêtus de sweat-shirt "Blood and honour", puis affirmé leur militantisme politique d'extrême-gauche." 

1&nlc__=811370583771 "Depuis peu, laurent Louis a fait alliance avec le parti ISLAM ainsi qu'avec le Parti Anti Sioniste (PAS) de Yahia Gouasmi, en France proche de personnes telles que Dieudonné M'bala M'bala, Alain Soral et du groupuscule Egalité & Réconciliation. On comprend alors pourquoi ces derniers temps il fait du sionisme son ennemi numéro un."


Voir les commentaires

Meurtre en plein Paris d'un jeune anti-fasciste.

5 Juin 2013, 22:54pm

Publié par Jo Benchetrit

 

Révoltant, effrayant. Triste nouvelle.

Un courageux jeune homme anti-fachos tabassé par une bande de psychopathes est mort.

Faut arrêter de dire des fachos qu'ils ont droit à la parole comme n'importe qui. Ces abrutis délirants pleins de complexes, de jalousie et de haine, sont de vrais  dangers pour nous tous, comme les nazislamistes, leurs amis paranos comme eux.

L'extrême droite est pour la peine de mort...faudrait pas les  en priver si on les attrape...Enfin, évidemment, on peut pas leur faire une loi sur mesure.Mais bon, ça serait juste car eux, ils ont  tué en se mettant à plusieurs contre un, montrant leur honteuse lâcheté. Une vraie perpétuité pour eux, en tous cas sans remise de peine.

Je laisse ça au Figaro qui a des commentaires assez douteux*:

Pourquoi dire que c'est l'extrême gauche anti- fasciste? N'est il pas normal de s'opposer à des barbares nostalgiques de la honteuse horreur nazie?
C'est juste le devoir de chacun de s'opposer et celui du gouvernement de nous protéger en ne les laissant pas exister, avec des symboles et des lectures nazies, racistes, antisémites, et homophobes.
Et méfions nous, ils sont partout, s'infiltrent dans des groupes non politisés, pas conscients et prêts à tout pour avoir quelques deniers...comme le font avant les élections du printemps arabe par exemple, les intégristes musulmans dont ils sont d'ailleurs parfois des soutiens(cf Soral et Dieudonné amis d'Ahmadinedjad ET des Le Pen)
 La résurgence de cette ideologie puante  devrait nous faire tous reagir. Il ne devrait pas y avoir de liberté d'expression pour des complices de crimes nazis. Complices retroactifs, certes, mais comme on voit, prêt à recommencer.
 Un seul mot d'ordre: vigilance. Une seule ligne de conduite: pas de compromis avec eux.

===============================

 Copie du billet de blog d'Alexis Corbière du Front de Gauche :

 no-pasaran.jpgAujourd’hui à 18h, C., militant de 19 ans connu pour son engagement contre l’extrême droite, a été lâchement agressé à Paris dans le quartier de la gare Saint Lazare.

Violemment frappé au sol par un groupe de plusieurs militants d’extrême droite, manifestement selon des premiers témoignages du Groupe JNR (Jeune Nationaliste Révolutionnaire), laissé inanimé, il a été déclaré ce soir en état de mort cérébrale à l’hôpital Salpetrière.

 

* J’ai trouvé ça en commentaires au Figaro. ça fait peur :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/06/06/97001-20130606FILWWW00358-paris-un-militant-d-extreme-gauche-meurt-apres-une-agression.php


Marc Falchi
trop beau pour être vrai vont se dire Valls et la clique crypto communiste au pouvoir.
On nous refait Malek Oussekine!
Ras le bol de ces ordures !
Un de moins, tant mieux !
Le 06/06/2013 à 06:54
Lire la réponse à ce commentaire Alerter Répondre

Alerter Répondre

intelpolo
Parce que l'extrême gauche c'est mieux que l'extrême droite sans doute ????
Le 06/06/2013 à 06:45
Alerter Répondre

ombreorange
Se faire agresser pour son appartenance politique en France est juste intolérable, qu'il soit de droite, de gauche, de centre, des extrêmes, on s'en fou. Il faut que les auteurs soit traduit devant la justice. Le fait l'agression soit mortel est encore plus intolérable, qu'il repose en paix.
Le 06/06/2013 à 06:43
Alerter Répondre

socialisse
lamentable affaire, mais il me semble que l'homme pour qui louer son utérus pour une GPA, c'est comme travailler en usine, gagnerait à se taire. Est-ce que ce type bourré aux as, adepte avant tout de l'hédonisme est le mieux placé pour exprimer son indignation? Par ailleurs souvenons nous de la Pologne martyre qui le 3 septembre 1939 a été attaquée par l'extrême-droite sur sa frontière Ouest et quelques jours après par l'extrême-gauche sur sa frontière Est. Les extrêmes savent s'allier pour attaquer la démocratie comme l'a si souvent démontré l'histoire...
Le 06/06/2013 à 06:37
Alerter Répondre

Plutonium
Bien sur quand c'est de l'extrême gauche sa fait les gros titre ! Mais un militant de droite il ne faut pas !
Le 06/06/2013 à 06:34
Alerter Répondre

Abonné
herve51
L’extrême droite et le printemps Français dans toute sa splendeur, il vont applaudir ici ce garçon était d’extrême gauche
Le 06/06/2013 à 06:34
Alerter Répondre

lesveritesquifachent
quand il s'agit des "militants de banlieue" il y a chaque foi une totale amnistie . on peut comprendre l'exasperation
Le 06/06/2013 à 06:32

Voir les commentaires

La banalité du mal, c'est le Diable fait homme. Spécisme, la dimension oubliée du racisme.

5 Juin 2013, 09:30am

Publié par Jo Benchetrit

Pour les lucides, la banalité du mal, c'est partout envers les animaux, c'est tout autant chaque homme.

L'homme croit que ce n'est pas mal de faire du mal aux bêtes. 

De même, l'aryen croyait que ce n'était pas mal de faire du mal aux juifs.


La banalité du mal Eichmann, c'est le diable fait petit bureaucrate.

Rien d'aussi peu seduisant.

Je ne crois pas que l'on puisse expliquer toutes formes de racisme  si on n'appuie pas son analyse sur ce qui les fonde: ceux qui ne sont pas de ma race, je ne peux m'y identifier. Ils ne sont donc pas perçus comme de mon espèce.

Ces non- humains sont sous le raciste, sous au sens de dominés, mais aussi et surtout de valeur metaphysique. Ils seront   "punis" s'ils sortent de leur place subalterne designée par "l'homme", c'est à dire les comme-soi. Aussi, il me semble logique que les "sous-hommes " soient relégués, dans la position subjective du raciste, du côté des autres vivants que sont les animaux. Or, le specisme c'est ce qui fait croire que les animaux ne sont pas conscients ni sensibles. Ce sont donc des choses qui se meuvent par elles-mêmes comme le dit notre code civil! ...Ou encore des sauvages qui ne sont mus, comme on le suppose à tort des animaux, que par leurs instincts et ne pensent ni ne ressentent  comme les "vrais" hommes.   Ils sont, pour le raciste et speciste,  des bêtes, des abrutis qui bougent et crient, pas des hommes, donc ils   sont reifiés car QUE des animaux!

C'est pourquoi du point de vue des auto-designés comme hommes, ce n'est pas mal de faire du mal aux bêtes que sont  tous les autres. Pourquoi? Dans les 2 cas, les raisons sont voisines, et se résument ainsi: au fond, les non aryens ne ressentent rien. Comme les afiocs qui disent que les toros ne souffrent pas, dans la ligne du cher René D.


La Pensée, dans la logique nazie (d’avant le nazislamisme qui ne donne comme homme que les non-juifs ) est le propre de l'aryen. Le  non-aryen est un être avide, pulsionnel, barbare, acéphale. Et l'aryen, c'est le non- animal.

Et c'est cette arrogance, cette prétention paranoïaque d'être les seuls à penser, les seuls à meriter la vie, les seuls à pouvoir prétendre être humains, et la conviction délirante d'être menacé par le non- homme  qui fait paradoxalement la jouissive non-pensée nazie.

A distinguer du sur-homme de Nietszche, malgré ce qu'on en pense car l'aryen du nazisme est un homme à  ses yeux, le seul homme, au dessus des animaux, y compris de ceux qui se prétendent hommes.

Voyons un extrait  de ce que dit l'auteur suivant, Shraga Blum :

La « Banalité du Mal » en version planétaire

Hannah Ahrendt

Beaucoup d’encre a déjà coulé à propos de l’expression introduite par la philosophe Hannah Ahrendt dans la terminologie de la Shoah : « la Banalité du Mal ». Ce concept lui était venu à l’esprit alors qu’elle couvrait le procès du nazi Adolf Eichmann à Jérusalem en 1961, donnant lieu à son fameux ouvrage controversé « Eichmann à Jérusalem » (1963). S’attendant à voir un être cruel et satanique derrière la cage de verre du tribunal, Ahrendt avait au contraire découvert avec stupeur que l’architecte de la Solution Finale était un homme dénué de tout charisme, un monsieur-tout-le monde à l’allure de petit bureaucrate zélé convaincu d’avoir accompli sa besogne. 

Par Shraga Blum 

Cette constatation confirma chez elle la conviction que tout régime ou idéologie totalitaires avaient besoin – en plus d’un appareil d’Etat répressif et de portefaix zélés – d’un puissant système de propagande permettant de transformer des millions de citoyens, pas forcément politisés au départ et parfois même de haute moralité, en agents dociles d’une administration asphyxiante. Jamais le régime nazi n’aurait réussi à appliquer sa politique d’extermination sans avoir auparavant « formaté » sa population par des années de propagande dont le but était clair : déshumaniser le Juif afin qu’au moment voulu, chaque rouage de la machine exterminatrice, depuis le cruel SS du camp de concentration jusqu’au fonctionnaire subalterne qui signe une directive anodine, agisse dans la « bonne direction » en étant persuadé qu’il accomplit une action positive et bienfaitrice.

Dans son livre « Des gens très bien », l’écrivain français Alexandre Jardin rompt avec fracas avec sa famille en détruisant l’icône de son grand-père, Jean Jardin, « homme bien sous tous rapports » et jouissant d’une grande notoriété, directeur de cabinet de Pierre Laval en 1942, et qui avait donc joué un rôle certain dans la Rafle du Vel d’Hiv. Avec mépris et colère, l’auteur décrit dans son livre la bonne conscience qui a accompagné son grand-père jusqu’à sa mort, et son sentiment permanent de ne jamais avoir accompli d’actes moralement répréhensibles.

Les ravages commis par le régime nazi et ses alliés n’ont pu être rendus possibles que parce qu’ils furent précédés d’une préparation méthodique de longue haleine, d’un « péché originel » qui transformait leurs futures victimes en ennemis de l’Humanité. Le Juif fut présenté comme « parasite », « nuisible », « fauteur de troubles », « source de tous les maux » et fut progressivement exclu de la communauté des Hommes. Son exclusion sociale ne pouvait  alors déboucher que sur son élimination physique, qui est alors apparue normale et même morale aux yeux de citoyens au-dessus de tout soupçon qui ont pu participer activement ou passivement à l’entreprise génocidaire sans aucun scrupule ni sentiment de culpabilité.

Fort de cette cruelle expérience, comment ne pas penser à ce qui se passe à l’heure actuelle et qui se trame contre Israël, transformé en « juif des Etats ». Mêmes intentions, même méthode, plus sophistiquée certes. Aujourd’hui, la propagande se fait à l’échelle planétaire et atteint des populations qui n’ont jamais vu de juifs de leur vie, qui n’ont aucune idée de ce qu’est Israël et de ce qui s’y passe. Ayant échoué depuis 1948 dans leur tentative de détruire l’Etat juif par la force des armes, le monde arabo-musulman et son Cheval de Troie « palestinien » ont passé à une offensive mondiale tous azimuts visant à délégitimer l’Etat d’Israël, le mettre au ban des Nations, convaincre les citoyens du « village global » que le monde se porterait mieux si « l’entité sioniste » disparaissait de la surface de la terre. Quelle analogie frappante ! Bien-sûr, la proximité de la Shoah empêche encore pour l’instant – quoique de moins en moins – l’utilisation de l’arsenal terminologique de l’antisémitisme classique, mais le discours antisioniste que l’on entend à travers la propagande arabe comme dans toutes les versions de l’antisionisme – de gauche comme de droite – n’a fait que reprendre les anciennes accusations antisémites en remplaçant tout bonnement le mot « juif » par « sioniste ».

L’Histoire ne repasse jamais exactement les mêmes plats mais l’on sait aussi que les mêmes causes provoquent toujours les mêmes effets. ...Par Shraga Blum

Voir les commentaires

Nems vegan!sans souffrance animale et pas cher! facile à faire....tout pour plaire

4 Juin 2013, 09:09am

Publié par Jo Benchetrit

Nems Vegan
Une cuisine de bonne humeur et surtout qui allege votre vie...car vous met en accord avec votre surmoi en satisfaisnt votre ça, comme tout ce qui est moral...et bon!

Qui ne rêve de se faire plaisir avec des bons  petits plats comme ici ces nems sans souffrance animale ni huile de palme mauvaise pour la santé, la nature et surtout pour les animaux ?
Essayez cette recette très miam.
Et pas dure à faire.Preuve: même moi, je sais.


Un seul defaut: ell est trop bonne.

Bon, je vous avouer, elle n'est pas de moi.

Mais je vous l'ai trouvée, dites moi merci! et n'hésitez pas à visitez son blog, Le blog "Le Gourmet Végétarien" il y a plein d'autres plats vegan très sympa.

Et en plus ça revient bien moins cher que celles moins bonnes que vous trouvez dans le commerce.

J'ajoute que selon moi, vous pouvez varier les légumes à l'intérieur.

 

Nems Vegan

Recette postée par Le blog "Le Gourmet Végétarien"

 
Quantité 4 Personne(s)
Préparation 30 min
Cuisson 20 min
Coût de la recette Pas cher
Niveau de difficulté Facile

Ingrédients

pour Nems Vegan

  • 15 disques de feuilles de riz pour nems
  • 125 g de chou blanc (environ 1/4 de chou)
  • 1 carotte de taille moyenne
  • 1 petit oignon (ou une moitié s’il est gros)
  • 100 g de champignons de Paris (ou Portobello)
  • 125 g de germes de soja
  • 40 à 50 g de soja texturé en granulés
  • quelques feuilles de laitue et de menthe pour la dégustation finale
  • sauce de soja
  • huile de tournesol pour la friture

Résumé

pour Nems Vegan

Préparation
pour Nems Vegan

1

Pour la garniture :

2

-Laissez le soja texturé s’hydrater dans l’équivalent de 1 à 2 fois son volume d’eau bouillante avec 3 c. à soupe de sauce de soja pendant environ 10 à 15 min.

3

Lavez puis coupez les champignons en quarts dans le sens de la longueur, hachez le chou bien menu, de même pour l'oignon. Pelez puis râpez la carotte.

4

Dans une grande poêle sans huile, laissez réduire les champignons à feu fort pendant environ 5 min (ils doivent réduire au moins de moitié). Ajoutez alors un fond d'huile puis laissez l'oignon transpirer 1 à 2 min. Mélangez.

5

Ajoutez ensuite le soja texturé et laissez encore 1 min. Mélangez.

6

Ajoutez enfin le chou, la carotte et les germes de soja, baissez le feu puis laissez réduire encore 5 min en remuant de temps en temps. Salez selon votre goût puis retirez du feu et réservez.

7

Pour le montage :

8

Disposez un récipient large (poêle par exemple) rempli d'un fond d'eau tiède (3 à 4 cm) sur votre plan de travail. Etalez un torchon propre et sec (évitez les torchons qui peuvent laisser des peluches) à proximité.

9

Gardez un rouleau de papier absorbant à portée de main ainsi que la garniture.

10

Mettez trois ou quatre feuilles de riz dans l'eau, et attendez quelques instants qu'elles ramollissent (elles doivent avoir la souplesse d'un bout de tissu).

11

Disposez alors une première feuille de riz sur le torchon sec puis avec une feuille de papier absorbant, séchez-la légèrement en la tamponnant sur le torchon.

12

Disposez l'equivalent d'1 c. à soupe pleine de garniture sur la feuille de riz (ajustez si nécessaire en fonction de la taille des feuilles), vers le bord près de vous. Tassez un peu la garniture avec les doigts (l’idée est d’éviter de laisser de l'air qui pourrait faire éclater le nem lors de la cuisson), puis commencez à enrouler. Une fois la garniture recouverte, rabattez les parties latérales sur le milieu puis fermez le nem “en portefeuille”.

13

Recommencez jusqu’à épuisement de la garniture et des feuilles.

14

Pour la cuisson :

15

Mettez 3 à 4 cm d’huile de tournesol à chauffer dans une casserole ou poêle à frire.

16

Attendez que l'huile soit bien chaude (ne plongez pas les nems trop tôt sinon ils absorbent beaucoup de graisse).

17

A l'aide d'une pince, disposez les nems dans l'huile (par groupe de 3 ou 4). Retirez-les lorsqu'ils sont bien dorés puis déposez-les sur du papier absorbant afin d’éliminer le surplus d'huile. Servez.

Astuces pour Nems Vegan

Pour la dégustation, enroulez chaque nem dans une feuille de laitue avec 2 ou 3 feuilles de menthe à l’intérieur et trempez dans un peu de sauce de soja.

Voir les commentaires

Bilan anti- animaux de Hollande. Aussi désastreux que celui de Sarkozi..

2 Juin 2013, 19:59pm

Publié par Jo Benchetrit

Je transmets de la part d' Estiva.
le bilan au bout d'un an est désastreux :
- Foie gras. Implication totale du gouvernement du côté des producteurs de foie gras (dénoncer la décision d'interdiction en Californie, mentir sur les condition de production en France, enmener le PDG ou un représentant d'Euralis lors du voyage de Holande en Chine dans le cadre de la création d'une usine de gavage de 1 million de canards)
- chasse : que pouvaient rêver les chasseur de mieux que ce qui est dans ce communiqué ?
- corrida : Valls s'est déplacé personnellement pour faire savoir que le gouvernement était opposé à une réponse favorable du conseil consti à la QPC, crois-je me souvenir
- pêche. La France s'oppose à l'interdiction de la pêche en eaux profondes dans le cadre de l'UE
- élevage : politique de réorientation des aides agricoles en faveur des éleveurs
- élevage porcin : politique gouvernementale destinée à augmenter la production de 2 millions de porcs par an 
- Cantines : toujours aucune réponse à la demande d'être reçus sur ce thème. Si ça a lieu, le seul interlocuteur sera le ministre de l'Agriculture. Les autres répondent "j'ai pas le temps" (Par contre Hollande et deux ministres trouvent le temps de recevoir les chasseurs "dans une ambiance chaleureuse" et de s'applatir face à toutes leurs demandes)
=====================
dda plus optimiste rappelle ce qui fut fait par Sarko:

le bilan chasse est sans commune mesure jusqu'à 
présent, avec des mesures très fortes comme la chasse à l'école ou le 
décret du delit d'obstruction. (les anti-chasse sont poursuivis)
Pour la corrida, on a eu le classement au 
patrimoine, pour la viande, les "décrets cantines", (interdit d'y manger VG)etc. Ce ne sont pas 
seulement des mesures pour aider nos adversaires (comme par exemple le 
fait de baisser le coût du permis de chasse) mais ce sont aussi et 
surtout des mesures qui visent à pallier directement à l'action des 
associations animalistes et à limiter leurs moyens d'action. Je ne vois 
pas encore cela avec le gouvernement actuel jusqu'à présent. Son 
implication pro-lobbies est réelle mais moins volontaire. ...Mais peu importe, il reste 
vrai que nous ne sommes de toute façon pas pas plus entendus par 
Hollande que par Sarkozy.
============
Moi:

Deprimant, cet inventaire de ce qui est passé à cause de la G après la D, et on sait qu’on aurait eu idem avec n’importe lequel des autres.
Ce qui ne signifie en rien qu’on aurait eu mieux avec les fachos.
Le Pen est pro chasse et procorrida, ainsi que pro foie gras. La totale, quoi!
Je reitere mon appel à prudence par rapport aux nombreux groupes fachos qui flairent notre désarroi... Souvenez vous que l’extreme droite est partout. L'extreme droite est une   necrophage qui noyaute nos differents fronts...C'est terrible pour les animaux et pour nous aussi.
Maquillée pour mieux vous manger, mon enfant.

Voir les commentaires

De TF1 à Europe 1, même cruauté? Les insectes souffrent aussi. Ce ne sont des jouets.ni notre nourriture.

2 Juin 2013, 12:09pm

Publié par Jo Benchetrit

Dimanche 2 juin 2013, TF1.
Ecrire là : http://www.tf1.fr/tf1-et-vous/contact/
Au 13h de Claire Chazal , un petit reportage printanier sur des enfants  menés par un genre d’éducateur profitant du soleil nouveau   dans  la nature. Avec des verres, des filets à papillon!  Voilà ces Ubu qui se mettent à ramasser tous les petits vivants qu’ils trouvent.
Et  les mômes  de se retrouver geôliers sans  doute jusqu’à la mort des malheureux insectes et araignées qui sortent enfin, après ce long et difficile hiver pour eux et leurs predateurs genre hirondelles.
Inutile  de vous dire que le commentaire bon enfant ne dit rien du destin de ces animaux. 
Rien de mieux, je me dis,  pour transmettre le pire aux enfants: l’homme a tous les droits, il tue sans raison autre que le plaisir, ici, de mater. Et la complicité, l’incitation des adultes consolide la conviction que l’autre animal , ça n’a pas d'importance.
Moi, je suis très en colère de voir ça car   l’héritage de violence se transmet   ainsi. je ferme ma télé. Radio. 
Peu après, sur Europe 1, une nana dit qu’on ne pourra plus manger de viande en 2050, car on sera 9 milliards, que l’elevage, ça pollue plus que les voitures. Mais déception, elle ajoute ceci : il faudra manger des insectes. D’ailleurs, elle adore ça. Rien sur les végétaux, ça souffre pas assez, sans doute. Et ça rit bcp à l’idée de manger des fourmis, punaises, etc. Quand on sait qu'ils sont brûlés vifs...Quelle cruauté encore! On n'en sortira donc jamais? Enchainement : bon, passons à un sujet moins  gai, être enceinte avec un cancer.
On se sent bien peu de choses, après ça.

Voir les commentaires

Sur France Inter, philo et animaux. Peter Singer, Elisabeth de Fontenay.

1 Juin 2013, 06:26am

Publié par Jo Benchetrit

http://1.bp.blogspot.com/-M8Dza2LHMek/T55z1LfbuSI/AAAAAAAABPY/KerGFW5L_-8/s400/p2037_peter_singer.jpg


J'aime bien la légende:

Professor Peter Singer of University of Princeton (on the right)

 

http://blog.grainedephotographe.com/wp-content/uploads/2011/09/fontenayPage1.jpg

Elisabeth de Fontenay portrait par Arnaud Meyer photographe

 

A l'occasion de leur livre, Singer et E de F se sont confrontés sur France Inter.

Une  modeste reflexion après avoir écouté ceci, ce que je vous invite à faire avant de lire ce  qui suit . Ça se résume par : que de contradictions...surtout de mon lieu qui est celui du veganisme. Eviter tout utilisation de l'autre, y compris animal, car utiliser l'autre à son profit sans son consentement est en soi un abus. Est-ce que le droit des animaux ne peuvent pas etre ainsi definis? Simplement.

 

La tête au carré : Le droit des animaux http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=637078 

Plus de détails sur cette émission : http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-le-droit-des-animaux 

 

 Sans vouloir offenser Elisabeth qui, pour sa part,  ne voudrait pas "offenser le genre humain", Peter Singer lui fait remarquer que ce n'est pas le problème d'un philosophe que de se laisser borner ainsi sa réflexion par une telle considération. Elle évacue le problème du narcissime humain un peu vite à mon goût, alors qu'il s'agit bien de ça, qui empêche les hommes de pousser leur réflexion jusqu'à voir dans l'autre animal un semblable aussi respectable qu'eux. Ceci au sujet de l'extension des droits de l'homme aux grands singes, extension promue par Singer pour les epargner de la vivisection.

Moi, je ne voudrais pas non plus la blesser car nous, les "anti-specistes", doctrine et même notion qu'elle dit rejeter, et ne veut pas mettre sur le même plan que l'anti-racisme, avons puisé en elle,  puits de science ( par son livre-phare et exceptionnellement riche, Le silence des bêtes) de quoi  étancher notre soif de savoir ce qu'ont dit les philosophes depuis les premiers sur le problème du rapport des hommes aux autres animaux.    L'observation de ce qui se passe dévoile que  notre rapport aux bêtes est vicié et que ce qu'ils subissent de notre fait est définitivement intolérable. Surtout que, loin d'avoir progressé, nous avons régressé avec la phase dite révolution industrielle où tout devint produit, rentabilité, vitesse, non considération du vivant et, au final...nazisme!  On   trouve dans son livre   l'oublié de l'écriture de certains auteurs fondateurs: à savoir ce qu'ils ont pu dire des animaux comme nos semblables en respectabilité et que chacun s'est empressé de ne pas lire.

Les hommes, depuis leur apparition en tant que parl'êtres, parlent des (autres) animaux. 

Mais que d'inepties sont dites sur eux! Surtout dans le champ de ce TOC qu'on nomme "le propre de l'homme" dont la spécificité réside dans le fait que le plus souvent, il se réfère à des choses absolument improuvables et , à  l'examen, c'est à dire en les confrontant avec ce quil conveint d'appeler la logique du Réel, bien improbables.

Animots ou animaux?

Imaginaire ou réel?

Quid du réel des animaux si on  pense comme le font les humains, le réel avec du blabla? Parce qu'avec des mots du symbolique on peut très bien etre dans l'imaginaire et à côté de la plaque. Pourtant, nous devons raisonner pour que l'on retrouve avec la logique ce fameux réel oublié sous nos a priori divers. Mais le peut-on si on se préoccupe avec Elisabeth   de savoir si, par exemple,  avec la notion d'égalité de droits, qui recouvre la notion de semblable, on ne va pas offenser le "genre" humain?
Lorsque Galilée l'a fait, car en suivant Copernic, il a offensé le genre humain, il a "compris" qu'Elisabeth a raison d'être prudente: le genre humain peut être féroce  si on le vexe. Et il s'est écrasé...Contrairement au téméraire  Giorgiano Bruno qui a été brûlé en tenant bon sur ces certitudes scientifiques et philosophiques, montrant bien combien le genre humain s'embrase vite si on le déboulonne. Il est si attaché à être le centre du monde qu'il met ce monde-là à feu et à sang...jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien, son  fantasme fanatique final: être le maître du monde, mais pas de n'importe quel monde: un monde vide.
C'est pour ça que, selon les animaux ,  ce genre humain a beaucoup à apprendre pour être vivable. Un mauvais  genre, quoi!

Etre homme ou femme, en grammaire, c'est aussi être d'un genre. Nous, nous avons partagé le monde entre les animots et le genre humain! Les autres aussi, sont des personnes, dans leurs genres. Mais il est vrai que question mots, nous sommes imbattables. Anti-cartésienne et/ou cartésienne inconsciente, Elisabeth de Fontenay?

Propre de l'homme, pas beau ou au contraire à rechercher, Elisabeth de Fontenay?

Des droits pour tous ou espèce par espèce, donc specisme pour l'anti-speciste Singer? je veux bien que les uns n'aient pas les mêmes nécessités que les autres. Que certains, comme les crapauds,  aient  plus besoin que d'autres  de traverser une route pour aller se reproduire dans la mare d'en face. Evidemment. mais le droit de se déplacer devrait être un droit animalier aussi!

Alors que nous qui souhaitons supprimer les frontières pour nous, nous avons quadrillé la nature de murs infranchissables, parfois réels comme les murs anti-bruits, ou virtuels comme les routes. 

Mais comment faire? Des routes, il y en aura toujours. Et des voitures, comment savoir, avec le manque d'énergie prévisible, peut être que le monde va à nouveau utiliser les malheureux chevaux et boeufs...Ajoutant de la souffrance, encore.

Est-ce le propre de l'homme de faire du mal? Cette question mériterait à elle seule le  livre que je voudrais écrire!

Au fond, ne sommes-nous pas tous attirés à tort ou à raison, par la notion du propre de l'homme, au point de ne pas arriver nous non plus(nous, les anti-spécistes) à nous défaire de ce TOC qui nous définirait définitivement comme non -animal. E.de Fontenay prétend n'avoir pas une position métaphysique quand  elle revendique un statut à part pour notre espèce. Je ne vois pas, alors, à quel champ elle se réfère pour qu'on sache de quel lieu elle profère que l'homme, du fait de se dire "genre humain", en retirerait des droits supplémentaires. et ce nest ni theologique ni métaphysique!!! Menfin!

Dommage que beaucoup des défenseurs des animaux aient des contradictons ou des anomalies. 
comme par exemple de parler d’euthanasie des enfants très handicapés, genre enfants legumes je presume! certes, il ne faut pas imposer une vie de misere et de souffrance à un individu.
mais c’est un autre sujet très sensible! Il aurait mieux fait de se taire à ce propos. 
on arrive avec la bombe de la liberation animale...C’est déjà assez dur à digerer.


 Elle se défend  d'être ce qu'elle est à son corps defendant

essentialiste face à Singer. Hypothese personnelle: 

ça provient de son histoire douloureuse avec la proximité dans sa famille d'un enfant handicapé, donc elle a besoin de dire que ce qui distingue le handicapé' dont helas parle Singer, de l'animal c'est qu'il aurait pu etre un homme à part'' entiere. Qu'il aurait pu voter, alors que l'animal, non. La singularité de l’espèce  humaine. Produire   des paroles qui donnent des actes. Pourquoi dire que ce n'est  pas métaphysique? Il ne suffit pas de le dire.

Et affirmer que les animaux n'ont pas le sens de la responsabilité est absurde alors que ces êtres ont pour la plupart à assumer la survie de leurs enfants...la plupart trimant pour les nourrir. Car le propre de l'homme, c'est le supermarché!

Là, pour les autres animaux, c'est plus dur. Les oiseaux, par exemple, font de cet  élevage  DE LEURS ENFANTS un véritable  apostolat  allant jusqu'à se laisser quasiment crever   de faim et d’épuisement  pour eux. Singer comme de Fontenay d'accord pour dire : « je ne soutiens pas l’éthique  animale distincte. »

 

Elle dit combattre le propre de l'homme et elle en égraine

QUELQUES UNS , dont justement celui de responsabilité.

 


Chacun, à la fois,  défend et combat la même thèse en soi-même.  On voit avec ces contradictions que nous sommes tous   bourrés d'illogisme sur le terrain du rapport homme-animaux, car nous sommes humains aussi, donc aliénés par l'idéologie speciste qui se transmet de génération en génération, et risque de nous freiner dans notre réflexion.

Bref, une chatte n'y retrouverait pas ses petits. 

=======

 

* Pour les biographies, j'ai glané ce qui suit pour vous:

On voit tout de suite que les 2 protagonistes ont en commun une abominable souffrance familiale, celle d'être de familles de victimes du nazisme. Je considere que le nazisme est ce qui se rapproche et doit se reprocher le plus de ce que subissent les animaux de notre fait.

Au contraire d'une minorité de juifs qui se mettent du côté des tortionnaires en étant, ça me dépasse, par  exemple aficionados, beaucoup ont su hériter de la Thora l'injonction de ne pas faire souffrir les animaux. Mais surtout surtout,  il en est qui ont su tirer enseignement de ce qu'ont subi leurs parents et grands parents en se plaçant du point de vue de la victime, donc du Juste qui s'y identifie spontanément.* Après, ça se fait plus ou moins bien...Chacun restant humain,  donc faillible. Et le fait d'avoir subi un aussi  terrible traumatisme peut aussi destabiliser.

 

 

 

Peter Albert David Singer,Peter Albert David Singer dit Peter Singer est un philosophe australien né le 6 juillet 1946. Il est titulaire de la chaire d'éthique de l'université de Princeton, et professeur à l'université Charles Sturt (Melbourne), en Australie.

Il a travaillé à deux reprises dans la chaire de philosophie de l'université de Monash, où il a créé le centre de bioéthique humaine. En 1996, il se présenta sans succès en tant que candidat Vert pour le Sénat australien. En 2004, il fut reconnu comme l'humaniste australien de l'année par le Conseil des sociétés humanistes australiennes. En dehors du milieu universitaire, Singer est surtout connu pour son livre La Libération animale, considéré comme le livre fondateur des mouvements modernes de droits des animaux. Ses positions sur des questions de bioéthique ont également suscité la controverse, notamment aux États-Unis et en Allemagne.

 

Les parents de Singer étaient des Juifs viennois, qui échappèrent à l'annexion de l'Autriche et prirent la fuite en Australie en 1938. Ses grands-parents paternels furent déportés à Łódź sans aucune nouvelle d'eux. Son grand-père maternel mourut dans le camp de concentration de Theresienstadt. Le père de Singer importait du thé et du café, tandis que sa mère exerçait la médecine. Peter Singer étudie au Scotch College de Melbourne, puis se dirige vers des études de droit, d'histoire et de philosophie à l'université de Melbourne où il obtient un Bachelor of Arts en 1967, et un Master of Arts pour son mémoire intitulé « Why should I be moral? » (« Pourquoi devrais-je être moral ? ») en 1969. Il reçoit alors une bourse d'études pour l'Université d'Oxford; son travail sur la désobéissance civile, supervisée par R.M. Hare, est sanctionné par un Bachelor of Philosophy en 1971, et publié sous la forme d'un livre en 1973 : Democracy and Disobedience. Par ailleurs, Peter Singer se dit lui-même végétarien, dans une interview donnée le 3 mai 2006 au magazine américain Mother Jones : « Je ne mange pas de viande. Je suis végétarien depuis 1971. »1.

 

================

 


 

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20110308.OBS9314/metamorphose-d-une-philosophe.html

Métamorphose d’une philosophe

Créé le 08-03-2011 à 11h50 - Mis à jour le 11-03-2011 à 10h10
Par 

Très tôt, Elisabeth de Fontenay a rompu avec le catholicisme paternel pour épouser le judaïsme maternel. Elle s'en explique dans ces «Actes de naissance»

Abonnez-vous au
Nouvel Observateur

Elisabeth de Fontenay (© Patrick Gaillardin)

Elisabeth de Fontenay (© Patrick Gaillardin)
Sur le même sujet

Elle n’avait encore jamais si clairement désigné sa déchirure originelle, ontologique. Elle cachait bien la blessure dont la souffrance a pourtant déterminé toute sa pensée philosophique, partagée entre la rhétorique enchantée de Diderot et le douloureux mutisme des bêtes. Elle a attendu d’avoir atteint l’âge où l’enfance réclame son dû pour formuler enfin le conflit d’où elle est née, en 1934, et qui la fonde: «Malgré mon irréprochable père et deux de ses cousines qui ont fait de la Résistance, j’ai l’impression d’être une scène où s’affrontent le christianisme antisémite et le judaïsme persécuté, je peux me raconter que c’est ma famille vichyssoise qui a persécuté ma famille juive.»

Son père, Henri Bourdeau de Fontenay, un avocat acquis au Front populaire, un républicain dont le livre de chevet était «Quatrevingt-treize», d’Hugo, prit le maquis sous le pseudonyme de Seguin, fit partie du comité parisien de la Libération nationale et devint, nommé par de Gaulle, le premier directeur de l’ENA. Un parcours d’autant plus exemplaire qu’il appartenait à une vieille famille ultracatholique, Action française et antisémite. Sa mère, dont la famille fut exterminée à Auschwitz, s’appelait Nessia Hornstein. Née à Odessa, elle était dentiste, blonde et surtout silencieuse, n’évoquant jamais la tragédie qui avait emporté les siens, obligeant sa fille à vivre avec ce secret, lui léguant un devoir d’oubli qu’elle allait transformer en devoir de mémoire.

Très tôt, la moitié juive d’Elisabeth de Fontenay l’a en effet emporté sur sa moitié catholique. A 22 ans, celle qui avait été baptisée et élevée au collège Sainte-Marie abandonna la religion paternelle après avoir découvert que Pie XII «avait laissé faire les nazis sans intervenir». Sa rencontre, en 1968, avec Vladimir Jankélévitch, dont elle fut l’assistante à la Sorbonne, allait être déterminante. Engagée à la fois à gauche et en faveur d’Israël, elle écrivit, en 1973, son premier livre: «les Figures juives de Marx», où elle analysait l’antijudaïsme de l’auteur du «Capital». Après quoi, avec un éblouissement qui n’exclut pas la critique, elle se tourna vers les Lumières.

Chez Elisabeth de Fontenay, la construction de soi est indissociable de la destruction du silence. Car cette philosophe qui a enseigné à la Sorbonne (tout en considérant que la philosophie n’a plus de raison d’être après Auschwitz), porté à la scène Diderot et Michelet, embrassé la cause animale, milité à gauche, lutté contre le capitalisme, présidé la commission Enseignement de la Shoah, n’a eu de cesse de combler le silence – «le puits sans fond» – de sa mère; celui de son frère, victime d’une «maladie de l’esprit»; le sien propre, recouvert par la voix des grands philosophes ; et celui des animaux qu’on extermine à l’abattoir.

On voit par là que c’est une femme de parole, dans les deux acceptions du mot: éloquente et loyale. Stéphane Bou le sait bien, qui a réussi, au fil de cette conversation tourmentée, ardente et passionnante, à faire dire à cette intellectuelle d’exception ce qu’elle n’avait jamais dit: «Chaque âme doit au moins une fois devenir juive.»

Jérôme Garcin

Actes de naissance, par Elisabeth de Fontenay,
entretiens avec Stéphane Bou, Seuil, 210 p., 19 euros.

Voir les commentaires

L’obligation morale et les animaux: écouter Florence Burgat sur Tom Regan

31 Mai 2013, 05:20am

Publié par Jo Benchetrit

 

L’obligation morale et les animaux

13.05.2013 - 14:00 Ajouter à ma liste de lecture   Recevoir l'émission sur mon mobile13.05.2013 - 14:00 Ajouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile

Auteur Tom Regan
Edition Hermann
Année 2013
http://www.franceculture.fr/sites/default/files/2013/03/21/4594815/images/9782705682309%2C0-1313930.jpg?1363876297

"....tout chercheur impliqué dans la "question animale" sait qu'un livre compte parmi les plus importants : The Case for Animal Rights ("Plaidoyer pour les droits de l'animal"), de Tom Regan, paru en 1983, puis en 2004 assorti d'une longue préface. Nul n'avait osé se lancer dans l'immense entreprise que constitue la traduction de l'ouvrage fondateur de la théorie des droits des animaux, antagoniste à bien des égards de celle, utilitariste, de l'Australien Peter Singer (La Libération animale, Grasset, 1993). Il fallait que ce fût un excellent connaisseur de ce champ, par ailleurs animé d'une détermination au long cours qui s'en chargeât : Les Droits des animaux est une analyse serrée qui s'étend sur 750 pages.

 

 En traduisant cet opus magnum, Enrique Utria fournit au débat français une contribution inestimable à plusieurs titres. " 

 

       Ecoutez l'émission 57 minutes

Florence Burga

Les droits des animaux

 Les animaux ont des droits. C'est la thèse que défend Tom Regan dans cette oeuvre fondatrice, contribution majeure et influente à la réflexion morale contemporaine.

Loin d'être sans pensée, comme l'affirmait Descartes, les animaux que nous mangeons, chassons ou livrons aux expériences scientifiques sont conscients du monde. Leur esprit est empreint de croyances et de désirs, de souvenirs et d'attentes. Ce sont, à ce titre, des êtres dotés d'une valeur morale propre, indépendamment de l'utilité qu'ils peuvent avoir pour nous. Ce n'est pas simplement par compassion pour leur souffrance, mais par égard pour cette valeur que nous devons les traiter avec respect.

La théorie de Regan est la formulation philosophique la plus élaborée et la plus radicale d'une éthique des droits des animaux. Elle pose une exigence de cohérence : si nous refusons l'exploitation des hommes, il nous faut également dénoncer l'exploitation des animaux non humains. L'abolition de l'élevage, de la chasse et de l'expérimentation est requise par la justice.

-4ème de couverture-

 

Je suis etonnée par ceci:

Aller à Respecter les animaux

T. Regan soutient que tous les animaux mammaliens normaux âgés d'un an ou plus sont porteurs de droits moraux.

Comme quoi, il y a toujours au moins un defaut!

lire le texte de T.Regan:

Florence Burgat Ivy Paolantonacci © Radio France

Tom Regan, philosophe américain est, sans conteste, l’un des penseurs qui a poussé le plus loin la réflexion sur le respect de la vie des animaux. L’un des tous premiers, il a soutenu la thèse que les animaux ont vraiment des droits. Son ouvrage « Le droit des animaux » publié est une œuvre fondatrice, une contribution majeure et très influente dans la réflexion morale contemporaine. Loin d'être sans pensée, comme l'affirmait Descartes, les animaux que nous mangeons, chassons ou livrons aux expériences scientifiques, sont des êtres conscients du monde dans lequel ils vivent. Et donc, à ce simple titre, des êtres dotés d'une valeur morale propre, indépendamment de l'utilité qu'ils peuvent avoir pour nous. Ce n'est pas simplement par compassion pour leur souffrance, mais par égard pour cette valeur que nous devons les traiter avec respect. La théorie de Regan est, sans doute, la formulation philosophique la plus élaborée et la plus radicale d'une éthique des droits des animaux.

Avec Florence Burgat, philosophe, et Enrique Utria, traducteur.

Invité(s) :
Florence Burgat, philosophe, directrice de recherche à l'INRA et membre du CERSES.
Enrique Utria, philosophe, traducteur

Thème(s) : Sciences| Débat| Morale| animaux| droits des animaux

Voir les commentaires