Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #barbarie-symptome et psychanalyse

Psychanalyse, éducation des enfants et des grands, et engagement contre toutes formes de barbarie, impossibilité ou pléonasme?

29 Avril 2007, 14:17pm

Publié par Jo

En tant que psy, je devrais selon certains respecter la neutralité. Mais là, je m’engage. Oui, je pense de mon devoir de femme ET de psychanalyste de m’engager auprès de toutes les victimes du fascisme humain, qu’ils soient hommes ou autres animaux.
Ma recherche : POURQUOI AUTANT DE BARBARIE ALORS QUE LES SOCIETES SONT ORGANISEES EN GENERAL POUR LUTTER POUR LA SECURITE ? Doù vient donc ce goût des hommes pour l'abus des faibles?
Pourquoi, sinon parce que les hommes ont créé une zone de non droit, celle de leur rapport aux animaux?


Ce qui les rend à jamais IMMATURES, qu'ils soient ou  pas chasseurs, tueurs directs, aficionados, ou bien encore...Simple carnivores en supermarchés..Mais bien  pire quelqu'il soit, car le problème de chacun déteint sur les autres.

En ouvrant cette boite de Pandore de ses pulsions parttielles non sublimées d'avant l'oedipe, en admettant comme normal des comportements psychopathes comme ceux des toreros des chasseurs, certes, mais aussi celle de nombreux exploiteurs d’animaux, notre société s’est exposée au pire.

De même que Robespierre a fini la tête tranchée, les tueurs humains, et leurs complices dont nous sommes tous d’une manière ou d’une autre, nous ont mis tous en danger.

Les enfants élevés en leur faisant croire que la barbarie est normale, que chasser est un activité sportive ou de loisir normale comme a osé le dire Voynet perdant ainsi les voix qu’auraient pu lui donner des amis des animaux, que manger de la viande est obligatoire pour être en bonne santé alors que nous réalisons que c’est l’inverse, QUE DES MEDECINS NOUS LE DISENT , alors qu’on peut enfermer au zoo et au cirque des animaux pour le plaisir, ou sous prétexte d’éducation…etc…ces enfants sont déboussolés. Comment imaginer ce qu’est le bien quand le mal est présenté comme normal, donc bien ?
C’est donc en tant que psy que je parle car c’est faire de la prévention que de mettre en garde les parents :

N’emmenez jamais les enfants à la chasse, à la corrida, au cirque avec animaux, ou encore au zoo. Tous ces lieux sont dangereux pour une personnalité en formation qui cherche des modèles auxquels s’identifier.
Quant à la viande, cet héritage de violence datant de la préhistoire est caduc. Nous, les homo sapiens nous sommes omnivores et devons tirer nos nutriments des autres aliments.
Quant à faire passer aux enfants qu’on peut se jouer de la souffrance des plus faibles, c’est leur indiquer la plus mauvaise voie qu’un parent pourrait indiquer à ce jeune esprit prêt à tout gober sans aucune critique.

 

Je ne m'engage pas contre les barbares, puisque nous le sommes tous, en puissance du moins, mais contre la barbarie, nuance de taille.



Ce qui nous ramène à ceci que dit Freud dans Totem et Tabou: les frères après avoir tué et mangé le père (réel, pas le symbolique) ont pensé à juste titre devoir se protéger les uns des autres par la loi.
Mais je rajouterais ceci: le totem est un animal et représente le père réel. Du fait que lui aussi soit réel et sacrifié après avoir été choyé en souvenir du meurtre du père, nos ancêtres  n'ont pas appliqué la loi qui les protège   tous. Et de ce fait, ils en sont arrivés à ça: l'impossibilité de trouver dans la loi le côté absolu et donc en adéquation avec la morale qu'il leur fallait pour éradiquer la barbarie.

Nous en sommes tous là, à répéter ce meurtre d'avant la loi, qui permettrait la loi et le passage au symbolique si nous n'avions pas utilisé le meurtre du totem pour continuer à nuire.
Ce meurtre du père réel est donc réitéré, et nous sommes coincés là, dans cette répétition, du fait des meurtres d'animaux, et ce, à l'infini.

Les enfants élevés en leur faisant croire que la barbarie est normale, que chasser est un activité sportive ou de loisir normale comme a osé le dire Voynet perdant ainsi des voix qu’auraient pu lui donner des amis des animaux, en leur faisant croire aussi que manger de la viande est obligatoire pour être en bonne santé alors que nous réalisons que c’est l’inverse, QUE DES MÉDECINS NOUS LE DISENT , alors qu’on peut enfermer au zoo et au cirque des animaux pour le plaisir, ou sous prétexte d’éducation…etc…ces enfants, parfois même trainés de force dans des corridas autorisées à tout âge, ou à la chasse, sont déboussolés.

Comment imaginer ce qu’est le bien quand le mal est présenté comme normal, donc bien ?AlmanachEnfant-chasse.jpg






















--------------------------------------

C’est donc en tant que psy que je parle car c’est faire de la prévention que de mettre en garde les parents : n’emmenez jamais les enfants à la chasse, à la corrida, au cirque avec animaux, ou encore au zoo. Tous ces lieux sont dangereux pour une personnalité en formation qui cherche des modèles auxquels s’identifier.

Quant à la viande, cet héritage de violence datant de la préhistoire est caduc. Nous, les homo sapiens nous sommes omnivores et devons tirer nos nutriments des autres aliments.

Quant à transmettre aux enfants qu’on peut se jouer de la souffrance des plus faibles, c’est leur indiquer la plus mauvaise voie qu’un parent pourrait indiquer à ce jeune esprit prêt à tout gober sans aucune critique.

Voir les commentaires

Bestiale humanité?

26 Avril 2007, 06:49am

Publié par Jo benchetrit

"Nul n'est sensé d'ignorer la loi". Jacques Hassoun.( Loi d'interdiction de l'inceste et donc de la satisfaction des pulsions destructrices sans les sublimer).
Or avec les animaux la zone de notre rapport à eux étant une zone de non-droit, vu que nous nous donnons tous les droits avec des alibis certes, mais des alibis foireux, anthropocentristes, c'est à dire narcissiques et donc régressifs, avec les animaux donc, nul n'est censé connaître la loi.
C'est ainsi que le respect des animaux et notre compassion à leur égard qui mènent à leur rendre les droits dont ils sont spoliés(pas les droits au sens des lois des hommes mais du droit naturel à vivre selon ses besoins et ses choix) sont absolument subversifs quoiqu'on en dise.

Cette "lèpre de l'âme" (Marguerite Duras), qu'est notre rapport à l'Autre représenté ici par les animaux est aussi nommé barbarie.
C'est une maladie anesthésiant toute capacité d'"identification hystérique à l'autre, la seule capable de nous donner de la compassion".(Lacan).
La seule façon de devenir l'humain inaccessible du fait de la perte de notre sensibilité à l'égard de nos esclaves, les bêtes, est une "révolution éthique" (Méryl Pinque).
Seule cette révolution nous remettra sous la domination du nom du père qui s'oppose au surmoi archaïque, qui NOUS met en esclavage et nous contraint à la régression à un stade infantile, figure "obscène et féroce"
(Lacan, representée dans l'histoire par des gens comme Hitler, leader morbide, pousse-au-jouir dégénéré, surmoi de la perversion polymorphe rendu de ce fait indépassable, surmoi qui nous oblige à jouir dans le mal.

Voir les commentaires

Le nom du père. Lacan.education.

25 Avril 2007, 09:43am

Publié par Jo benchetrit

Le nom du père.


Autorité justifiée ou Autoritarisme arbitraire ? Faux problème?
Ce qui lutte contre le pire, c'est l'interdit de l'inceste, tout simplement. Comme dit Lacan:
Il faut " parier du père au pire".
Mais le nom du père qui lutte contre le pire(le surmoi barbare archaïque du temps de la petite enfance qui dit "jouis"), c'est pas la peine qu'il y ait un père sévère qui le porte. C'est une métaphore. Il suffit que la mère interdise l'inceste en désirant ailleurs que dans  l'enfant.
Ce qui veut dire que le 2° surmoi, le civilisé, n'a pas besoin de sévérité. Il suffit que le message: "tu ne violeras pas, tu ne nuiras pas, tu ne satisfait pas tes passions non sublimées" passe à travers ce mot merveilleux d'ambiguïté : "tu ne baiseras pas ta mère."

Et pourtant ce passage civilisateur obligé pour ne pas être psychotique est réversible par régression. Et les pulsions satisfaites telles quelles, maudites, vouées  à   sublimation, ainsi que 
les actions et les pensées interdites destinées au   refoulement  sont à nouveau rejoignables par retour du refoulé.
C'est le symptôme, la barbarie du symptôme qui se recrée ainsi. ET parmi ces symptômes, celui de l'espèce, la barbarie de nos pseudo- civilisations, est à l'air libre du fait qu'elle n'est pas interdite avec les animaux.
C'est là que se satisfont les pulsions psychopathes, et c'est là que s'écrit le fatum humain, son impuissance à maîtriser ses pulsions barbares, c'est sa dépendance de la pulsion de mort qui les chapeaute, qui fait de notre espèce la plus infâme de ce que nous appelons la création naturelle ou autre selon nos croyances...
Alors, que repondre à ma  question liminaire:
Autorité justifiée ou Autoritarisme arbitraire ? Faux problème?
Il me semble de bon sens de dire que le 1° est le père symbolique, et le second le pire, celui qui, de ne pas obéir à la Loi qui interdit l'arbitraire c'est à dire le hors loi, est un autoritarisme incestueux.


je rajoute ce texte que je viens de lire :
 
Hannah Arendt, pour qui l'autorité c'est la capacité d'obtenir l'obéissance «sans recourir à la contrainte par la force ou à la persuasion par arguments,» met l'accent sur
l'augmentation apportée par le passé. Dans un passage sur les origines romaines du concept d'autorité, elle écrit: «Les actions du peuple sont, comme celles des enfants, exposées à l'erreur et demandent donc une augmentation et une confirmation de la part du conseil des anciens (Montesquieu). Le caractère autoritaire de l'augmentation des anciens se trouve dans le fait qu'elle n'est qu'un simple avis, qui n'a besoin pour se faire entendre ni de prendre la forme d'un ordre, ni de recourir à la contrainte extérieure. Aussi, les précédents, les actions des ancêtres et les coutumes qu'elles engendraient, étaient toujours liants. »

Hannah Arendt rappelle ensuite qu'en abandonnant à César ce qui était à César l'Église romaine a conservé pour elle l'autorité tout en reconnaissant à l'État le droit d'exercer le pouvoir. Elle rappelle aussi que, dans l'hypothèse, devenue celle de Platon après la mort de Socrate, où ni les anciens ni la religion n'ont suffisamment d'autorité et où la persuasion ne peut les remplacer, il reste un recours, la vérité:
un ensemble d'idées et de règles que l'on propose au peuple avec l'espoir qu'il recevra son assentiment.
«Il est apparu à Platon que la vérité est plus forte que la persuasion et l'argumentation. Le substitut de la persuasion proposée par Platon est l'introduction aux lois, dans laquelle leur intention et leurs buts doivent être expliqués aux citoyens.
Soit le savoir du spécialiste inspire confiance, de sorte que ni la force, ni la persuasion ne sont nécessaires pour obtenir l'acquiescement, ou bien celui qui commande et celui qui obéit appartiennent à deux catégories d'êtres complètements différents, dont l'un est déjà implicitement assujetti à l'autre.»
Les chartes de droits s'inscrivent dans cette perspective. Dans la mesure toutefois où elles se limitent aux droits, elles ne disent qu'une infime partie de la vérité que Platon avait à l'esprit quand il écrivait la République.

HANNAH ARENDT, Folio Culture, 1994 (1972), pp. 121à 252.

Voir les commentaires

Exploitation animale, un mal nécessaire?

17 Avril 2007, 04:30am

Publié par Jo benchetrit


Puisque l'utilitarisme humain tend  à confondre le bien moral et son propre bien, c'est à dire avec ce qui lui fait du bien, ce qui lui procure subsistance et plaisir, l'homme croyant être propriétaire de tout et prioritaire en tout,
la question vient donc a propos.
C'est celle du machiavélisme: La fin justifie-elle les moyens?
L'homme avec Machiavel a cyniquement répondu: oui.

 Ce choix a de multiples conséquences.
La 1°, la plus effrayante, c'est qu'il s'est ainsi condamné à vivre sans morale.  C'est pourquoi le plus souvent il ne sait même pas ce que c'est que la morale. Il la confond avec la discipline, dont on sait le danger quand il s'agit de se plier aux injonctions d'un Hitler.
Ainsi,
il la bafoue tout en la prônant, puisqu'il se dit être le seul animal ayant un sens moral.
Il ne sait plus que le bien peut être le sacrifice de soi et sa jouissance pour épargner les autres et pour le progrès collectif. Il ne sait pas que grandir, c'est accepter la fraternité dans le partage et renier la rivalité fraternelle de la petite enfance.
Il ne veut pas savoir que la Terre et ses habitants ne sont pas, contrairement à ce qu'il a fait dire à  son garant de ne pas outrepasser ses droits, Dieu, dans sa Bible, ne sont pas à mettre   par obéissance envers lui, représentant ici le surmoi "obscène et féroce"(Lacan), ne sont donc pas à son entière disposition.
Il a donc bâti son univers au détriment des autres espèces, de la nature et donc en dernière analyse de lui-même sur ce postulat: CE QUI EST BIEN POUR MOI NE PEUT ÊTRE MAL! Ainsi, FAIRE DU MAL A UN ANIMAL SI C'EST dans quelque mesure que cela soit POUR MON BIEN, DIT L'HOMME, CE N'EST PAS MAL.
Ainsi, pour lui nuire aux autres et à par extension à l'écosystème, c'est un mal nécessaire. ET ce qu'il y a derrière, pour justifier cela, c'est qu'il est supérieur aux autres, et, selon sa logique tordue et "fréroce", qu'il vaut bien ça.
La langue est ambiguë, puisqu'il permet ce genre de deviance perverse, mais elle a été créé par les hommes. Donc, cette ambiguïté entre ces 3 choses disparates et le plus souvent contradictoires est voulu: le Bien éthique, le bien possédé, et son bien en tant que ça m'apporte quelque chose de plaisant, réellement ou fantasmatiquement comme c'est souvent le cas, exemple de la corne de rhinocéros, exemple de la fourrure, de tout plaisir imbécile et masturbatoire comme le foie gras.
 La confusion des sens qui en résulte fait  perdre à l'homme tout repère dans la forêt de la vie.Il en a perdu sa boussole morale. Cette confusion n'est en rien fortuite.. En effet, certains peuvent ainsi faire une hiérarchie dans le mal et dans le bien en fonction d'un critère inique:   le classement de la victime dans l'échelle de ses préférences non éthiques mais narcissiques.
Cependant, ce qui est bien pour l'homme au détriment d'autres hommes est considéré comme mal.
Pas ce qui est fait en lésant les autres animaux, ni, on le sait, envers ceux qui ne sont "que des  sous-hommes" aux yeux de certains...
N'est ce pas illogique? Non, vous répond celui qui prône cela. Puisque...
Et là, les arguments stéréotypés ne manquent pas. Mais ne sont-ils pas tous de mauvaise foi?
Ne sachant comment se dépatouiller, en effet,  les hommes cherchent désespérément un alibi en béton pour exploiter les bêtes.
 L'acte qui consiste à nuire à d' autres vivants sensibles est immoral, et l'homme a ce qu'il faut dans sa conscience pour le savoir.
Mais les soit-disant humains ont plus d'un tour dans le sac de leur mauvaise foi, celle qui vise d'abord à les tromper eux-mêmes!
 Il ont trouvé cette belle tartufferie:  Ils affirment que, puisque selon eux les autres ont une valeur inférieure à la leur, le sévice imposé
n'est pas mal.  Si l'autre m'est inférieur et d'un genre diffèrent, il n'est pas un alter ego et ma  pitié est de l'anthropomorphisme, construit sur une illusion que l'autre est mon semblable. C'est ainsi que l'anthropocentrisme forme du narcissisme de l'espèce est devenu la règle irrationnelle de ceux qui prônent le rationalisme comme de ceux qui sont dans le religieux le plus déjanté.
Cette forme de déni de l'autre basé sur le dénigrement systématique de son essence, n'a pas encore fini son oeuvre de mort et de tortures diverses..
Telle EST LA FORMULE MAGIQUE QUI PERMET DE NE PAS ÊTRE conforme à  LA MORALE TOUT EN FAISANT COMME SI ON ÉTAIT DANS LE BIEN.
Et, vous l'aurez reconnu, c'est aussi la formule du racisme et du sexisme.

C'est ainsi que l'espèce humaine pour s'acheter une bonne conscience    a perdu sa conscience. Il croit agir pour son bien, faisant les lois à sa botte.
Mais il serait bon aux hommes de savoir ceci: du fait qu'en choisissant l'option du machiavelisme les lois ne sont pas toujours légitimes,  on en perd
parfois sa vie quand l'on  est considéré du mauvais camp, celui du non alter-ego, ce qui est la voie ouverte à toutes les exactions de ses con-génères.

Voir les commentaires

Dans le silence de nos intellos aveuglés par leur anthropocentrique humanisme, dans l'indifférence générale, dans l'ignorance de nos politiques, des innocents souffrent et meurent dans nos mondes para

9 Avril 2007, 03:31am

Publié par Jo benchetrit

HLS est le plus grand labo de tortures dites expérimentation animale en Europe.Il siège en Angleterre mais a des "petits" de par le monde. Tout renseignement  sur le site SHAC.
Les traitements brutaux et cruels de la recherche se rajoutent à ceux de certains des sadiques qui y sévissent. 
L'horreur au quotidien.
Je transmets cet appel à leur envoyer, PUIS METS  MON GRAIN DE SEL SUR LA FORMULATION. Mais avant, vous invite à lire ceci:
Voici juste quelques exemples de ce qui est arrivé aux animaux dans une étude.
 
www.xenodiaries.org ou http://www.xenodiaries.org

Les chercheurs décrivent comment les singes et les babouins sont morts par des vomissements et de la diarrhée. Les symptômes inclus des spasmes violents, des renvois ensanglantés, des grincements de dents à un tel point, que les dents cassaient, on note aussi de la maniaco- dépression. D'autres animaux ce sont refermer sur eux même en restant immobile dans leurs cages jusqu'à ce que la mort les sorte de leurs misères.

Le Babouin W201m est mort après deux jours de souffrance par spasmes et de paralysie. Le Babouin W205m a été "sacrifié" après 21 jours. Le coeur d'un cochon génétiquement modifié avait été soudé aux artères essentielles de son cou. Les chercheurs ont noté que le coeur gonflait la voie au-delà de sa grandeur naturelle. Un liquide jaune étrange a été vu dégoulinant de l'organe. D'autres animaux destinés à ces expérimentations grotesques n'ont même pas réussi à se rendre en vie dans les laboratoires de HLS. En effet les animaux de laboratoire sont soumis à des températures extrêmes, plusieurs meurent de froid, de chaleur, de faim, ou encore écraser par les autres animaux qu'on n'a surchargé dans le camion de transport. La qualité du transport est égale ou même inférieure à celui d'un chargement de t-shirts.

Des documents des commerçants de la faune révèlent comment au moins 50 babouins ont été pris des plaines africaines pour ces expériences.

Dans un de ces chargements les créatures ont passé 34 heures dans des caisses de bois de transport miniature, ceci est 10 heures de plus de ce qui a été qu'approuvé par le ministère, qui par ailleurs n'a pas jugé convenable de prendre quelques mesures de sanction que ce soit.

Dans un autre chargement, trois singes ont été trouvés morts avec du sang débordant de leurs narines à un aéroport de Paris. Les animaux n'avaient pas été capables de se tourner et s'allonger.

 


- WWW.SHAC.NET ( site shac Europe)

- WWW.SHACAMERICA.COM (site shac Amérique )

- WWW.SWISS-SHAC.NET ( site francophone)

Copie en Français avec le traducteur automatique, excusez moi:

INTRODUCTION

Réalité terrifiante de vivisection indiquée par victoire légale sensationnelle

Les campagnes Uncaged a réalisé un succès légal étonnant en gagnant la droite d'éditer les journaux intimes du rapport et de l'excédent de désespoir mille pages des documents confidentiels. Les campagnes Uncaged ont argué du fait avec succès qu'elle était dans l'intérêt public d'indiquer la vérité choquante derrière un des programmes les plus extrêmes de la Grande-Bretagne des expériences sur des animaux dans l'histoire récente.

Expériences grotesques

Entre 1994 et 2000, des centaines de plus hauts primats ont été soumises aux expériences grotesques de « xenotransplantation ». Des coeurs et les reins des porcelets génétiquement machinés ont été transplantés dans les cous, les abdomens et les coffres des singes et des babouins capturés du sauvage.

Les primates ont été alors injectés et ont gavé les doses massives de drogues de immunisé-suppression dans une tentative vaine d'empêcher les organes étrangers d'être rejeté. Les résultats étaient vraiment effroyables.

La recherche a été conduite par une compagnie de biotechnologie, Imutran Ltd, qui est une filiale de Pharma multinational AG de Novartis de société de drogue, en collaboration avec l'université de Cambridge. Les expériences ont eu lieu aux laboratoires controversés des sciences de vie de Huntingdon.

Révélations uniques

Le rapport et la campagne s'appellent les « journaux intimes du désespoir » dans l'identification de la douleur grave infligée sur des centaines de primats indiquées dans les propres articles mouvement des chercheurs.

Les documents confidentiels fuis donnent une perspicacité historiquement sans précédent au monde inquiétant de la vivisection. Le but initial principal des journaux intimes de la campagne de désespoir est pour l'établissement d'une enquête juridique indépendante pour étudier l'évidence d'incrimination du méfait et de la connivence de gouvernement, et pour empêcher une telle cruauté d'être répétée.

Une nouvelle ère

La victoire historique est venue après une bataille laborieuse de cour élevée. Les journaux intimes du désespoir ont été à l'origine exposés par des campagnes Uncaged en septembre 2000, gagnant la couverture médiatique nationale. Dans une semaine cependant, Imutran avait gagné une injonction provisoire interdisant des journaux intimes de désespoir, et une lutte de « David et de Goliath » s'est ensuivie pendant que la compagnie essayait de garder l'information hors du public domain.

En automne 2002, les défendeurs alignaient une audition de cour, réclamant qu'Imutran et Novartis avaient échoué dans leur devoir pour révéler les documents principaux liés à la douleur d'animal et à leur rapport avec le gouvernement. On s'est attendu à ce que la pleine épreuve ait lieu au printemps 2003.

En avril 2003, un nouvel ordre de cour a ratifié un règlement à l'amiable : Imutran et Novartis s'étaient rendus dans leur tentative de supprimer les journaux intimes du désespoir.

Dan Lyon, auteur des journaux intimes du désespoir et d'un défendeur commun avec des campagnes Uncaged, commente :

« Nous avons uniformément argué du fait dans toutes les démarches que l'évidence claire de la douleur et de la conduite animales terrifiantes de gouvernement signifie qu'il y a un intérêt public accablant pour la publication de ces documents confidentiels. Ironiquement, le fait que nous avons été forcés de gagner une bataille légale pour éditer l'évidence confirme simplement les implications scandaleuses des documents.

« Maintenant, pour la première fois dans l'histoire, le public peut découvrir la balance vraie de la misère et de la détresse provoquées par vivisection, et la politique corrompue qui permet à de telles atrocités d'avoir lieu. Nous écrivons une nouvelle ère au cours de la discussion au sujet des expériences sur des animaux. »

Maintenant lu sur…


____________________________________________________________
2)


linda lachapelle a écrit :
> À DIFFUSER POUR EUX,CES ANIMAUX QUI SONT SEULS EN CE JOUR DE PÂQUES ET
> QUI VONT TOUS MOURIR SEULS.C'EST LA MOINDRE DES CHOSES QUE NOUS
> POUVONS FAIRE AUJOURD'HUI ALORS DIFFUSEZ ET ENVOYEZ LA LETTRE POUR NOS
> AMIS LES ANIMAUX QUI SONT VICTIMES DE CES TESTS TROP SOUVENT
> INUTILES.
Sujet : lettre pour HLS (expérimentation)
Merci d'envoyer avec vos coordonnés à :
 
 
 
 
 


To :
Huntingdon Life Sciences
PO Box 2360
Mettlers Road
East Millstone,  NJ 08875-2360

Woolley Road
Alconbury
Huntingdon
Cambridgeshire
UK

Barric Lane
Occold
Suffolk
IP23 7PX
UK*

Dear Madam, dear Sir,

Your company is one whose primary business is death and suffering.  500
animals are killed there every day. They are poisoned, they are cut and
burned, they have limbs broken and on top of that they have to endure
the cruelty of sadistic technicians who have been proven, in 6
undercover investigations, to abuse and torture the animals in their care.

70,000  are animals trapped inside of Huntingdon Life Sciences right
now.  Some are violently ill while others pace their cold steel cages
and dank concrete pens waiting to be poisoned or mutilated for
toothpaste or some new chemical or food additive.

Most cruelty-free companies use a combination of methods to ensure
safety, such as maintaining extensive databases of ingredient and
formula information and employing in vitro test and human clinical studies.

I respectfully ask you to join the long list of companies who made the
ethically responsible decision to  replace old-fashioned animal tests
with sophisticated non-animal modes.
I ask you to STOP those killings,  to STOP those torturings!!!

As long as your company tests on animals I won't buy any of your
products nor those of the companies which have ties with HLS.


Sincerely,
 



Non-violence leads to the highest ethics, which is the goal of all
evolution. Until we stop harming all other living beings, we are still
savages. -Thomas A. Edison
 
 Les animaux de labo passent seuls leur Pâques dans les cages de HLS.
Envoyez encore une lettre à  HLS .
 
 
 



Je rajoute qu'utile ou futile, la torture est à proscrire.Evitons de parler utilité avec ces gens-là, même si, en effet, il y a un gâchis  de vies considérable.
Leur utilité, qui arrive parfois,  n'est pas souhaitable à mes yeux car au contraire elle sert les barbares en les justifiant. Tant pis si on vit moins, si le prix de notre vie est celle des autres, si le prix est donc notre âme vendue au diable.
Et n'oublions pas que la recherche c'est bien d'autre chose aussi que la santé: armes, cosmétiques, à présent TOUS les produits chimiques depuis que nos "amis" ont osé soutenir le projet REACH (je ne digère tjrs pas cette trahison).
Mais je comprends aussi que ce que tu veux dire à tous c'est qu'aucun jour de joie aucune fête laïque ou religieuse n'est permise aux hommes car il y a des animaux qui, dans l'oubli et NOTRE silence, souffrent et meurent par notre faute.
 
 

Voir les commentaires

La question animale chez Derrida et celle du rapport aux animaux.

3 Avril 2007, 17:22pm

Publié par Jo benchetrit

Ce qui me paraît central, c'est bien l'abus dont , sous prétexte qu'ils ne soient pas des hommes, ce qui les met en zone de non-droit, les animaux sont victimes. C'est une question éthique de ne pas s'intéresser à la psychologie et aux moeurs des   esclaves avant de les avoir libérés, non? Quand quelqu'un se noie devant vous, vous n'avez pas le temps de chercher sa carte d'identité avant de plonger le sauver.
D'où mes réticences à toute psychologisation. Paradoxe: c'est du grand philosophe que cela me revient, mais bon, je ne suis pas contre y penser, puisqu'il a décentré ce rapport en montrant bien qu'il est réciproque, que l'animal me regarde...  il est vrai que l'Ubu roi moyen, lui, ne s'en doute pas. L'Inquisition humaniste d'ailleurs, ne veut tenir aucun compte de la nécessaire révolution copernicienne de décentrement du monde fixé sur l'Ego humain dont la surdimension est à l'image de sa surpopulation irresponsable. Or cette métaphore de l'homme nu qui a honte devant son chat est en soi une énorme révolution, celle qui fait passer l'animal du statut de chose cartésienne à celui de sujet pensant, souffrant, nous regardant et nous voyant dans toute notre obscène attitude ubuesque envers eux...Oui, l'animal comme l'animalité nous regarde. Et nous devons nous mêler de ce qui nous regarde...En particulier pour cesser en nous voyant car nous ne pouvons nous voir que si l'Autre nous voit et si nous voyons l'Autre nous voyant(cf le stade du miroir de Lacan) pour cesser donc l'intolérable cruauté qui définit notre action  sur eux.
Je ne veux considérer que la structure du rapport homme/animal telle qu'elle se présente et qui est, je le soutiens, la même, que l'animal soit une mouche ou un chien, que cet animal soit ou non bien traité, du moins en apparence, puisque ce rapport unique est celui de la violence faite à un être dont la place est d'être infériorisé.
Ce rapport est en effet celui du "tout est permis à l'homme".
Je ne fais donc a priori dans cette analyse ni psychologie, ni éthologie. du fait que le problème soit collectif et non individuel, qu'il touche au quotidien et à l'action de chacun, c'est un problème qui s'enracine dans le  politique.
Ce qui ne signifie pas que l'individu ne m'intéresse pas. Mais je ne veux en rien tomber dans ce piège qui m'éloignerait de mon sujet. Ce sujet, que je veux interne à la psychanalyse est, selon moi, ce qui structure notre espèce en espèce malade. Et cette maladie c'est le symptôme barbare comme effet de notre déni de notre animalité et de notre refus de révolution copernicienne, pour en finir avec le narcissisme qui, fatalement, finit  tué par sa propre image, le kamikaze étant notre destin.
D'avoir définir son espèce comme non-animale, l'homme ne se donne pas de loi vis à vis des animaux, de tous, donc les plus disparates. Chaque genre d'animal est pour lui, en effet, l'occasion de satisfaire une jouissance , celle des pulsions partielles non castrées. C'est à dire, de se satisfaire sans aucune limite, puisque cette jouissance est interdite par ce qui fait qu'un enfant n'est plus pervers polymorphe, la loi d'interdiction de l'inceste.
Ce qui fait qu'il ne se donne pas du tout de loi. C'est ainsi qu'il n'est qu'un artefact de civilisé, ce qui, selon moi, explique la fatalité que déplorait Freud dans Malaise. Cette fatalité qui nous condamne à ne jamais être que des barbares sous la fine couche de civilisation.
Bien sûr, dans mon blog, tu as pu remarquer que je n'ai pas réussi à m'y contenir, puisque c'est aussi un effet de mes lectures des listes, et je me dis que je ne peux rejeter certaines bouteilles à la mer.
Ce qui me motive dans ce travail n'est  pas la psychanalyse des hommes dont je ne peux pas voir l'intérêt dans cette affaire  car ce sont les bourreaux. Or je ne ferais pas l'analyse des psychopathes, pas celle des nazis. A ce sujet notre devoir est de les empêcher de nuire. Mais le problème en cette affaire...c'est que nous sommes à la fois les justes possibles et les bourreaux certains.
Or ici, nous dit l'auteur de cette note, Derrida est hanté par la question de l'animal. Certes, mais je crois surtout qu'il fut hanté par la souffrance imposée  aux animaux, monstruosité humaine qui, depuis l'enfance, en Algerie, s'abattait au vu et su de tous sur les animaux, depuis les équidés, surtout les mulets et les ânes,plus nombreux que
les chevaux jusqu'à toutes sortes d'autres animaux...En passant par les considérés comme sous-hommes, donc animaux humains, vu son expérience de la persécution nazie, la complicité servile des pétainistes qui constituaient à cette époque la majorité des français d'algérie.
Or cette monstruosité humaine devrait hanter tout "honnête homme", bien plus que  la
simple question  de l'animalité et de l'animal.
Mais Derrida n'en est pas dupe et M.Nouvel ajoute ceci, central:


 " C’est ainsi que l’opération qui consiste à identifier le propre (ou plutôt les propres) de l’homme se résout en une série d’affirmations plus ou mois arbitraires (la parole, la raison, la culture, la technique, le mensonge, le rire, le respect, etc.) qui aboutissent à confirmer le statut de supériorité de l’homme et ses droits vis-à-vis de l’animal sans l’interroger véritablement. "

Mais il y a ceci, qui m'inquiète et contredit ce qui précède:
"Il incite aussi, bien sûr, et cela très explicitement, à remettre en chantier, dans la philosophie, la question de l’animal et de l’animalité."

Quant à moi, sans mépriser aucunement un débat sur... le propre de l'homme, qui, je le crains, nous tend les bras  avec cette orientation, je pense devoir agir dans l'urgence,en juste, comme je crois vous l'avoir expliqué... toute autre interrogation étant du luxe, lorsqu'on côtoie sans cesse des "produits" des camps de concentration dont la terre se couvre, faisant ressembler  notre espèce à une énorme garnison de SS. Je pense que la clé de ce que Derrida veut dire se trouve dans la méfiance critique de Lévi-Strauss fait de l'humanisme exaspéré des hommes qui le rend pessimiste sur nos possibilité d'avenir.

Je conseille donc cette conférence où j'espère que la parole sera donnée aux public:
http://pascalnouvel.net/jacques-derrida-lanimal-que-donc-je-suis

Éditions Galilée, 2006 Sam 30 juin 2007 (9h30-12h30) Amphi Stourdzé, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris Avec Jean-Luc Guichet, Jean-Clet Martin, Elisabeth de Fontenay et Pascal Nouvel.

"L'Animal que donc je suis de Jacques Derrida

L’animal que donc je suis est le dernier livre publié par Derrida (posthume, donc). Le livre a été édité par Marie Louise Mallet à partir de textes et d’enregistrements de conférences données à Cerisy.

Le thème du livre est le statut de l’animal dans la philosophie moderne et contemporaine. Derrida y examine successivement les œuvres de Descartes, Kant, Levinas, Lacan et Heidegger (dans cet ordre). A ces auteurs il demande, s’appuyant sur la connaissance qu’il a de l’œuvre de chacun : qu’en est-il ici de l’animal ? comment est-il conçu ? comment est-il présenté ? comment est pensée la différence entre l’homme et l’animal, voire, plus généralement entre le vivant humain et le vivant non humain ? et, finalement, comment l’animal est-il traité ou, souvent, maltraité (il s’agit ici d’une maltraitance théorique, bien sûr, mais Derrida suggère qu’elle n’est pas sans conséquences sur le traitement réel des animaux) ?

Première remarque (que Derrida formulera au moins une demi douzaine de fois dans son texte, remarque, donc, insistante) : tous ces philosophes (ceux qu’il étudie et sans doute aussi bien d’autres) nous parlent de l’animal comme d’une entité unique. Il signale quelques rares exceptions (Deleuze, par exemple). Mais, dit-il, la très grande majorité des philosophes paraissent ne pas avoir le moindre souci des différences qui peuvent exister entre les animaux eux-mêmes (par exemple entre un phacochère et un lézard, entre une lamproie et un papillon, etc.). Tout ceci, donc, tout ce bestiaire, tombe sous un unique concept : celui d’animal.

Seconde remarque : en subsumant ainsi sous le concept d’animal une grande diversité de situations vivantes réelles, ces philosophes se mettent en situation de ne pas repérer des distinctions essentielles pour l’analyse de l’homme qu’ils visent tous, en dernier ressort. C’est ainsi que l’opération qui consiste à identifier le propre (ou plutôt les propres) de l’homme se résout en une série d’affirmations plus ou mois arbitraires (la parole, la raison, la culture, la technique, le mensonge, le rire, le respect, etc.) qui aboutissent à confirmer le statut de supériorité de l’homme et ses droits vis-à-vis de l’animal sans l’interroger véritablement. Queque nous ne nous limitons pas sévèrement les conceptions que nous pouvons nous faire de nous-mêmes ?

Troisième remarque : les remarques qui précèdent ne doivent toutefois pas être interprétées comme une concession faite à la psychologie évolutionniste qui voudrait, elle, dégager les fondements biologiques de la culture voire de l’éthique en faisant comme si les science positives avaient autorité pour trancher des questions philosophiques. Il ne s’agit pas, en somme, d’estomper les différences entre l’homme et les animaux qui lui sont les plus apparentés (mammifères et primates), mais plutôt d’analyser finement ces différences. Plus finement, du moins, qu’on ne l’a généralement fait jusqu’ici.

L’ordre d’exposition choisi par Derrida (d’abord Descartes, ensuite Kant, puis Levinas, puis Lacan et, finalement, Heidegger) n’est pas arbitraire. Il correspond au degré de problématisation de la question de l’animal qu’on trouve dans chacune des œuvres considérées. C’est donc chez Heidegger que Derrida trouve la problématisation la plus conséquente et la plus suivie. Cependant, le texte sur Heidegger (qui renvoie au séminaire que ce dernier a donné en 1929-1930, donc peu après la publication de Sein und Zeit) constitue l’étude la moins aboutie. Derrida s’en excuse, invoque le manque de temps, dit le désir qu’il aurait de « rendre justice » aux analyses de Heidegger, etc. Du reste, le texte publié est en réalité la transcription de simples notes exposées oralement lors d’une séance à Cerisy. Mais l’ensemble dessine nettement ce qui était vraisemblablement (supposition confirmée par ML Mallet dans sa préface) un projet de livre.

L’ensemble du texte fait apparaître un étonnant Derrida qui affirme avoir, tout au long de son œuvre, été préoccupé et même quasiment hanté par la question de l’animal (cela ne m’avait pas frappé, à vrai dire, et je ne suis pas sûr beaucoup de lecteurs ait lu Derrida de cette façon). Il incite  donc à le relire avec un regard averti de ce qui apparaît, après-coup, comme une des arrière-pensées de l’auteur. Il incite aussi, bien sûr, et cela très explicitement, à remettre en chantier, dans la philosophie, la question de l’animal et de l’animalité."

 

Voir les commentaires

C'est une bête! La non-identification à l 'autre homme passe par le déni de son appartenance à l'espèce des hommes.

29 Mars 2007, 17:53pm

Publié par Jo benchetrit

Ce n’est pas un homme, c’est une bête !

La langue, parfois, trahit notre inconscient commun.

Ne pouvant nous identifier au pire chez l’Autre, nous souhaitons que l’autre ne soit plus un alter ego, une image de soi  possible et nous l’assimilons à ce que nous considérons comme le plus étranger à nous, l’animal.
Cependant, ce recours mérite d’être mis à l’épreuve de la réalité.
Si être inhumain, c’est se passer tous ses caprices, même les pires, nous avons inventé un mot, le barbare pour le représenter. Et il est vrai que ce barbare, à l’origine gréco-romaine signifiait l’autre.
Cela aurait pu suffire  mais comme il s’agit de l’autre homme…on préfère du coup que cet  autre soit encore plus radicalement éloigné de soi…une bête.
Ainsi la bête représente nos pulsions interdites. Or ces pulsions sont ce qui nous habite et fait notre appel à jouissance.
Ce qui est en nous, cet Autre que nous ne voulons pas reconnaître comme nous...C'est peut-être le "ça", ce qui est le plus nous, tant qu'on le laisse nous mener par le bout du nez et de tous nos organes érotisés... ce que notre éducation et l'interdit de l'inceste a frappé du sceau de l'interdit, et que nous appelons le barbare ou la bête.


Le fait d’avoir opté en tant qu’espèce pour une représentation de nous en tant que non-animal, ça nous a donné l’opportunité de ne pas nous identifier aux animaux en ayant l’aval d’un grand philosophe, du moins d’un célèbre philosophe, supposé penseur capable donc de douter de tout, mais qui, dans ce sens a échoué selon moi, comme je vous le montrerai plus tard, à propos de son enfance, reconnu depuis des siècles…et dont   on a fait, à tort selon moi,  le symbole de la rationalité.

Ce refus d'identification a en fait trouvé son apogée dans la philosophie cartésienne, qui voit ainsi en nous une sorte de machine, certes, mais sensible et pensante, à l’inverse de ce qu’il appelait l’animal, machine pure dont le meilleur modèle devait être l’automate dont les 1° exemplaires apparaissaient à l’époque..et que les hommes voient à l'image de leur ça...sauvage et libidineux...ou policé comme lorsque l'animal est châtré, domestiqué, anéanti en tant que bête.

N'oublions pas que la bête est aussi un nom du Diable, le dieu du mal, le dieu du "ça".


Il est évident que Descartes s’est fourvoyé sur le point précis de la conscience et sensibilité des autres animaux.
Mais ce fourvoiement a rencontré chez l’homme un tel besoin de se rassurer sur sa non appartenance au règne animal…que cela fut pris à la lettre et eut de très graves conséquences éthiques et écologiques jusque dans notre contemporanéité.Fuyant son ça, il le retrouve pourtant en torturant les bêtes, et se fait diable en voulant s'en démarquer.

L'Autre a pourtant intérêt à être reconnu homme comme soi, sinon, il est une bête, celui sur qui on a  tous les droits,  et qui à ce titre ne "mérite "  aucun égard.

C'est ainsi que le mot BETE est ce qui sert à designer soi le bourreau, soit la victime comme le montre l'expression "être traité comme une bête".

Du C'est une bête à ce qui se dit avec mépris:" ce n'est qu'une bête", on voyage bien au coeur de l'infâme.

Voir les commentaires

A TOUTES LES ASSOCIATIONS de défense des animaux: FAITES PASSER ;Zénith et TRocadero le 1° avril 2007 avec Nicolas Hulot...les animaux.

27 Mars 2007, 08:04am

Publié par Jo benchetrit


Avant les élections présidentielles, pour les bêtes contre leurs exploiteurs, nous devons nous montrer.

"Même la  pensée d'une fourmi peut toucher le ciel."
(Proverbe japonais)

Nous  les ultra-minoritaires lucides et conscients de nos responsabilités dans la dégradation du monde, donc dans notre décadence psychique, notre total assujettissement à la pulsion de mort,
Osons demander l'impossible et pourtant l'indispensable au processus civilisationnel, ce qui boutera la barbarie hors de notre être :
L'abolition de l'esclavage animal.

Tant que le statut des animaux sera en mal d'indignation, tant qu'il sera normal de traiter des bêtes "comme des bêtes", il manquera à l'homme à "la sensibilité anesthésiée" (terme d'E de Fontenay) la force de s'indigner pour d'autres causes justes comme celle du Darfour.  Et nous serons tous en danger d'y passer à notre tour, l'histoire n'est pas avare de sombres illustrations de cette vérité.
Après avoir défilé avec HELAS! Jany Le Pen, la defense des animaux et les écologistes se paieront-ils   TOUS ENSEMBLE une balade avec Liliane Betancourt, le 1° avril, lol?
Eh bien OUI.
Blague à part, on fait pas une manif par amour de ceux qui seront et qu'a priori on ne connaît pas toujours mais dans un but, ici celui de défendre les droits des animaux.

Oui, nous serons avec Nicolas Hulot parce que ce sera un bon endroit pour montrer notre détermination à faire entendre "La voix des sans voix", la voix des animaux, pour demander rien moins que l'abolition de l'esclavage animal. Fini d'avoir tous les droits. Finie la liberté de l'artiste de Michel Blazi qui torture des moineaux du Japon, au palais de Tokyo,( l'art contemporain toujours  à l'image de l'humain moyen qui va dans les musées sans aucune lucidité, sans aucun esprit critique, sans aucune éthique,et  aussi CON,  content et pourri.)
comme l'ordure de  Damien Hirst multimilliardaire grâce à son art content-de lui..
 Fini les animaux dans les cirques
Finies la viande, la bouffe carnée, sous-marine sur-marine, marine!!!!!!!!
Finie toute exploitation du monde animal?
Ben oui,
C'est la lutte finale?

On l'espère, on sait qu'y croire est impossible mais soyons partout où   le bien doit faire scandale sur fond de banalisation de ce mal qui fait notre quotidien. Soyons donc au Zénith le 1° Avril et Merci à N.Hulot de nous y inviter.
Alors sur tee shirt, mais sans banderoles, hélas, écrivons sur nos tee-shirts nos désirs, puisque Nicolas Hulot ne veut pas de banderoles, lol.(ça rime).


Notre moral est inflexible.
Et ce qui compte c'est
 NOTRE
PUB pour les animaux.
OK?
Alors, au poisson, tous ensemble? Il y a dejà le CRAC, le ROC et One Voice.
Zénith puis Trocadero.
S'inscrire pour le Zénith d'urgence. sur le site de N. Hulot.


L'annonce:
Rassemblons-nous à 14h au Zénith de Paris et à 17h au Trocadéro.

Ensemble, à trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle, rappelons aux candidats qu’ils ont signé le Pacte écologique et se sont engagés sur des propositions.

Les ONG environnementales, avec la Fondation Nicolas Hulot, s’unissent dans un appel commun « Votons pour la Planète ! ».

Soyons nombreux, de toutes les régions de France, à affirmer notre détermination et notre vigilance.

Déroulé de la journée ‘’Votons pour la planète !’’ - dimanche 1er avril :

14h - Conférence au Zénith de Paris
Conférence débat de Nicolas Hulot, organisée par la Fondation Nicolas Hulot, avec de grandes personnalités dont Hubert Reeves, Edgar Morin et Charles Aznavour.
Conférence gratuite. Pour réserver, cliquez-ci.

17h - Grand Rassemblement au Trocadéro à Paris !
Rassemblons-nous 30 minutes pour manifester notre détermination : les engagements écologiques des candidats doivent être tenus ! Portons un foulard de couleur en symbole de notre engagement. Pour en savoir plus, cliquez-ici : www.pacte-ecologique-2007.org

Mobilisons-nous. Merci de diffuser cet appel à vos proches.

Rendez-vous dimanche 1er avril !
Je compte sur vous !

Nicolas Hulot
Président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme

Toutes les informations sur www.pacte-ecologique-2007.org
_________________

Merci de faire passer à tous vos contacts. Après les élections il sera un peu tard.
Donc, on se fatigue encore un peu et après, vacances.
Jo
  Il faut y aller   avec des tas de tracts.



Voir les commentaires

Nourriture pour animaux: empoisonnement et torture?

25 Mars 2007, 06:37am

Publié par Jo benchetrit



Je copie colle ceci et vous invite à visiter ce blog bien informé:


De la mort-aux-rats dans de la nourriture pour animaux
Publié le 21 mars 2007 à 17:30
Par emma
Humeur : En colère

J'ai trouvé  cette info dans les news d'ifrance :


De la mort-aux-rats dans de la nourriture pour animaux provoque plusieurs décès de chiens de chats aux Etats-Unis

Un produit chimique utilisé comme mort-aux-rats a été trouvé dans de la nourriture pour animaux qui aurait provoqué au moins 16 décès de chiens et chats, a annoncé vendredi une porte-parole du Département de l'Agriculture et des marchés de l'Etat de New York. La porte-parole Jessica Chittenden n'a pas voulu identifier le produit chimique ni son origine.

La FDA, l'agence du médicament et de la sécurité des aliments aux Etats-Unis a précisé que l'enquête se concentre sur du gluten de blé présent dans cette nourriture pour animaux vendue dans toute l'Amérique du Nord. Le gluten lui-même n'aurait pas pu provoquer de défaillance rénale, mais il aurait pu être contaminé par des métaux lourds ou des toxines, selon la FDA.

Les décès enregistrés ont entraîné le rappel de 60 millions de boîtes et conserves de nourriture pour animaux produite par l'entreprise Menu Foods et vendues sous 95 marques différentes. Plusieurs cas de défaillance rénale chez des animaux qui avaient été nourris avec ces produits ont été signalés et la compagnie a confirmé le décès de 15 chats et un chien.

Ce rappel a provoqué l'inquiétude des propriétaires d'animaux de compagnie en Amérique du Nord.


Pour en savoir plus voici l'article que j'ai trouvé sur le site : http://www.lapresseaffaires.com/article/20070320/LAINFORMER/703200839/-1/LAINFORMER01



quelques photos des produits incriminés et comme part hazard on retrouve encore des produits IAMS et Eukanuba (soit disant le luxe alimentaire pour animaux en super marché et animaleries entre autre!!! Non seulement ils testent cruellement leurs produits sur les animaux mais en plus empoisonnent nos animaux domestique!!!)

voici l'article que j'ai recupéré sur ce meme site :

Menu Foods (MEW.UN), une compagnie torontoise vient de rappeler en fin de semaine 60 millions de portions de nourriture pour chats et chiens, parce qu'elles pourraient contenir un ingrédient mortel.

Aux États-Unis, un chien et neuf chats sont morts d'insuffisance rénale depuis quelques mois, après avoir mangé cette nourriture.

En Bourse, le titre de l'entreprise a été foudroyé lundi perdant près de 50% de sa valeur pour terminer la séance à 4,15 $.

Les produits concernés sont vendus sous une vingtaine de marques différentes, dont Neutro, Iams et Eukanuba. Dans tous les cas, il s'agit de ragoûts et de viande en boîte, pas de nourriture sèche. On peut trouver une liste complète sur le site Internet de la compagnie Menu Foods.

Stéphanie, Montréalaise dans la trentaine, avait le coeur battant lundi en consultant la liste. Son caniche de 8 mois mange du Neutro Ultra en croquettes sèches. Elle a été soulagée de constater que seules le Neutro Ultra en conserve était mentionné.

Au Centre d'animaux nature d'Anjou, la responsable de la nourriture pour chats et chiens, Anick Lussier, a vérifié lundi matin avec ses fournisseurs que la nourriture sèche, qui forme 80 % de ses ventes, n'était pas touchée.

«Finalement, je n'ai aucun des produits visés, dit Mme Lussier. La nourriture sèche est plus populaire parce que c'est ce que les animaux devraient manger. Les ragoûts, c'est bon comme gâterie ou pour les animaux malades, vieux ou qui ont perdu leurs dents. Comme ils contiennent 80 % d'eau, on paye beaucoup pour peu.»

Le problème vient d'un changement de fournisseur de gluten de blé, début décembre. Ce changement a coïncidé avec les informations sur des morts de chats et chiens.

Menu Foods, qui a trois usines aux États-Unis et une au Canada, n'a pas pris de chance et a rappelé l'équivalent du quart de sa production annuelle. Le rappel coûtera une trentaine de millions de dollars. C'est une usine du Kansas qui a fabriqué la nourriture problématique.

Ce n'est pas la première fois qu'un rappel aussi important a lieu. Fin 2005, une vingtaine d'animaux étaient morts à cause d'un problème de contamination à l'aflatoxine, une molécule provenant d'un champignon du maïs.

Depuis, les autorités médicales américaines (FDA) se sont mêlées du problème, et collaborent maintenant à l'enquête de Menu Foods. Au Canada, l'Agence d'inspection des aliments ne s'en occupe pas, parce qu'il ne s'agit pas d'alimentation humaine!!!

sur le site : http://info.branchez-vous.com/Nationales/070316/N0316124U.html j'ai trouvé cet article :

Menu Food effectue un rappel à la suite de la mort d'animaux aux USA

PAR COLIN PERKEL


TORONTO (PC) - Un des principaux fournisseurs nord-américains de nourriture pour animaux domestiques a effectué vendredi un rappel de sa nourriture pour chats et chiens vendue dans les magasins comme Wal-Mart et Safeway à la suite du décès d'animaux aux Etats-Unis.

La société Menu Foods Income Fund, de Streetsville, à l'ouest de Toronto, a annoncé le rappel préventif de ses produits vendus en conserve et en sacs, une mesure qui lui coûtera environ 40 millions $.

Des examens exhaustifs effectués par des spécialistes de la compagnie et d'autres indépendants n'ont toujours pas permis d'identifier le problème, a indiqué à la Presse Canadienne le chef de la direction de Menu Foods, Paul Henderson.

"Nous ne sommes pas complètement certains de ce qui s'est passé", a indiqué M. Henderson lors d'un interview.

"Nous avons entrepris une série de tests techniques (...) et tous ces tests n'ont pas permis d'identifier quelque problème que ce soit avec nos produits."

Un chien et un "petit nombre" de chats aux Etats-Unis seraient morts des suites d'une problème aux reins après avoir mangé cette nourriture, a indiqué M. Henderson.

Aucun propriétaire d'animaux canadien n'a porté plainte à ce sujet.

Menu Foods assure la fourniture de ses produits à 17 des 20 plus importants détaillants en Amérique du Nord sous les marque de commerce Master Choice, Compliments et Select, en plus d'être responsable de la fabrication de plusieurs marques maison.

La société n'a pas immédiatement indiqué lesquels de ses produits sont affectés par le rappel mais elle a indiqué qu'elle en publierait la liste samedi sur son site internet à l'adresse: www.menufoods.com/recall

Les consommateurs inquiets peuveut aussi appeler le service à la clientèle de Menu Foods au 866-463-6738 dès 6h.

Les produits touchés par le rappel ont été manufacturés entre le 3 décembre 2006 et le 6 mars dans les usines de Menu Foods à Emporia, au Kansas, et à Pennsauken, au New Jersey.

Le coût du rappel sera financé par les réserves d'argent de la société et sa marge de crédit bancaire, a précisé M. Henderson.

Les parts de la fiducie de revenu Menu Foods ont plongé de plus de 25 pour cent vendredi à la Bourse de Toronto, pour clôturer les échanges à 5,50 $, en baisse de 1,90 $, sur un volume de plus de 271 000 parts!


Que penser de ses produits aussi vendus dans le reste de l'europe et souvent fabriqués dans les memes usines et avec les meme matières premières?

Voici des marques que produit cette entreprise :


POUR LES CHIENS /


POUR LES CHATS /

REGARDEZ BIEN LES ETIQUETTES AFIN D'AVOIR LA VRAIE MARQUE DE L'ALIMENT POUR ANIMAUX QUE VOUS ACHETEZ CAR IAMS ET EUKANUBA ONT DES SOUS MARQUES ET SEUL UNE LECTURE COMPLETE DE L'EMBALLAGE PEUT VOUS LE SIGNALER !!!!



cet article sera reactualisé des que j'en saurais plus ! Pour le moment voici l'adresse des sites de propagande des marques : ils ont en photo tous les produits et emballages de leur marque (et non des sous marques attention) et pourrez ainsi mieux les identifier au super marché :

Eukanuba : http://www.eukanuba.be/Francais.html

Iams : http://us.iams.com/iams/global/IamsGlobal.htm ( vous pourrez constater en page d'accueil tous les pays ou sont revendus ses produits)

et du site iamscruelty nous en apprennant plus sur la lutte que fait peta contre iams et eukanuba : http://www.iamscruelty.com/ ce site est en anglais pour avoir la version traduite cliquez ici


Attention ce n'est pas parce que vous etes en france que vous êtes à l'abri de ce problème car sur le net beaucoup de boutiques en lignes fournissent ses produits et souvent importés comme dans pas mal de super marché aussi !!!!
Nb: pour prouver un empoisonnement d'un animal par un produit l'animal doit etre autopsié et doit avoir dans l'estomac et dans ses sels et urines encore du  produit incriminé de plus le maitre de l'animal doit prouver qu'il ne nourrit son chien ou chat qu'avec les aliments incriminés( chose peu facile !)  et les laboratoires des marques se gardent le droit de faire une contre autopsie afin de contredire les faits et ses contre autopsies sont pratiquées par des vetos et laborentins payés et embauchés par ses marques ..... donc autant vous dire qu'avant que l'affaire eclate il y eu deux avoir bien plus d'animaux morts par ses produits car en general ils utilisent toutes les parades juridique possibles pour etouffer l'affaire!


Voir les commentaires

Drame du SIDA et du sidaction

22 Mars 2007, 17:34pm

Publié par Jo benchetrit

Un chercheur sachant  chercher sans chien(ni autre animal) est un bon chercheur.

Loin de moi l'idée de ne pas compatir avec  les gens atteints de cette maladie...C'est terrible d'être malade. Et nul n'est à l'abri, vu que la vie se termine comme les histoires d'amour, mal, en général !
Laissez un comm:
 http://paris-ile-de-france-centre.france3.fr/info/29085585-fr.php



Le mien: "Je ne suis pas d'accord pour donner au Sidaction, car je suis contre la barbarie de l'expérimentation animale. Je ne vois pas pourquoi il nous faudrait sacrifier des singes, chiens, souris etc pour nous.
De quel droit leur prenons nous leurs droits?
Ne donnez pas au téléthon, ni au sidaction si vous ne voulez plus d'un monde moche, tyrannique, en un mot pas civilisé, le nôtre...qui tombe en décrépitude depuis sa majesté l'homme.
Chercheurs, cherchez sans animaux SVP. il y a des solutions."

Voir les commentaires