Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #l'elevage industriel=nazisme.

L'est pas bon ni beau, le lait. Halte au fromage, au laitages divers.

28 Mai 2009, 08:46am

Publié par Jo Benchetrit


Ceux ci, se prélassant sur l'herbe au soleil, n'existent que pour l'image d'Epinal.
La réalité est, hélas,  toute autre. Regardez la video ici ou en lien.


L'est pas bon ni beau, le lait. 
Souffrance 
1. de VOS chères cellules*, 
2. de celles de vos enfants qu'il peut rendre diabétiques,  
et 3.  torture animale.**
L'est pas bon ni beau, le laiD.

*A tout seigneur tout (des)honneur, vous pouvez aller lire ceci:
Lait, Mensonges et Propagande

Après le succès de Santé, mensonges et propagande, qui s’attaquait aux conseils nutritionnels devenus vérités premières, Thierry Souccar jette un nouveau pavé dans la mare de l’industrie agroalimentaire et de la nutrition « officielle ».

Avec ce document, il s’en prend à l’un des plus gros segments du marché de l’agroalimentaire : les produits laitiers. Il expose les dessous d’un succès marketing sans précédent et montre, études à l’appui, que les arguments des industriels et des nutritionnistes pour nous faire consommer plus de laitages sont mensongers :

« Les laitages préviennent l’ostéoporose. » Faux
« Nos os ont besoin d’un maximum de calcium. » Faux
« On est plus mince quand on boit du lait. » Faux
« Il n’y a aucun risque de cancer avec les laitages. » Faux
« Les buveurs de lait ont moins de diabète. » Faux

Au contraire, au niveau auxquels ils sont officiellement conseillés - 3 à 4 par jour – les laitages peuvent favoriser maladies cardiovasculaires, diabète, cancer de la prostate…
Puisé aux sources scientifiques les plus récentes, ce livre propose une alternative nutritionnelle, la seule aujourd’hui capable de prévenir l’ostéoporose et les maladies de civilisation. Sans se bourrer de laitages !

« Ce livre ne peut faire que du bien à la Santé publique. Il est en avance sur son temps. »
Pr Henri Joyeux, cancérologue à la faculté de médecine de Montpellier, auteur de la préface 

** Ce n'est pas parce qu'il est blanc virginal, qu'il provient d'une mère vécue comme bonne pour votre partie du moi éternellement enfantine,   que le lait ne doit pas, ainsi que les laitages, être étudié au même titre que la  cruelle production des oeufs, de la viande, du poisson...
La "bonne vache", image de la bonne mère désintéressée et affectueuse comme le furent les nounous noires, dont on admire la patience et la bonté dans  les créations du genre "Autant en emporte le vent", est esclave. Les vaches "dégustent" tout au long de leur courte vie mais trop longue au regard de leur souffrance continue. Si vous êtes contre l'esclavage  ...Ne serait il pas temps d'appliquer ce principe pour les animaux, à commencer par les vaches (et chèvres à qui on retire les chevreaux pour les entasser dans des camions pour l'abattoir)?


D'abord ou ensuite voir ceci:


Vous y verrez ce qu'est le mépris du vivant, ce qu'est notre espèce qui se dit supérieure et qui l'est, mais en une chose: la cruauté.
Je vous SUPPLIE de TOUT voir. Merci.
NON vous ne saviez pas. NON? Et moi non plus, j'avoue.
Alors, c'est décidé? Vous arrêtez?

 

Et si vous avez encore des réticences à  ne plus manger de laitages, peut être qu'en sachant que c'est souvent plus nocif qu'utile, ça vous y incitera ?  
Donc qq. extraits de ça : Chat où Th. Souccar répond sur les inconvénients des laitages et du lait. IL se fout des souffrances animales mais étudie la biochimie :

"Si le lait est mauvais pour la santé, quel est le produit qui peut le remplacer ?
Le lait n'est pas indispensable. La majorité des Asiatiques n'en consomme pas et pourtant on vit très longtemps au Japon, en bonne santé. Donc on ne doit pas s'inquiéter si l'on n'en consomme pas. Il faut manger un peu plus de fruits et légumes et s'assurer d'une à deux bonnes sources de calcium chaque jour comme le chou, les eaux minérales,  les amandes...

 

 

Les pesticides et autres polluants dans certains prés peuvent-ils se retrouver dans le lait ?
Bien sûr, puisque le lait (non écrémé) renferme des graisses et que les pesticides sont lipophiles, c'est-à-dire qu'ils ont une affinité pour les graisses. C'est le cas aussi des dioxines lorsque des vaches broutaient l'herbe à proximité des incinérateurs (autrefois, car aujourd'hui, les incinérateurs relâchent très peu de dioxines).

Est-ce que le lait bio avec 0 % de matières grasses ne pourrait pas constituer un bon apport en protéines ?
On n'a pas besoin de lait pour s'assurer de ne pas manquer de protéines en France. Cela posé, le lait bio aura moins de pesticides (donc risque réduit de Parkinson, par exemple) et on peut penser qu'il y aura aussi moins de facteurs de croissance.

Et le calcium ? Comment en avoir autrement que par le lait ?
Il n'y a pas de crise d'apport en calcium en France, sauf pour une petite partie de la population. C'est une invention du lobby laitier et des nutritionnistes qui travaillent pour lui. Les besoins en calcium lorsqu'on consomme beaucoup de potassium (fruits et légumes), qui aide à fixer le calcium, sont de l'ordre de 500 à 700 mg/jour, très facilement couverts par l'alimentation dès lors qu'on veille à s'assurer 1 à 2 bonnes sources de calcium par jour (dont un laitage par exemple).

Est-ce que la maîtresse a le droit, à l'école, d'obliger les enfants à boire une brique de lait comme c'est souvent le cas ?
Absolument pas, d'autant que la consommation de lait dans l'enfance pourrait déclencher une maladie très grave, le diabète de type-1 chez des enfants à risque. Les parents doivent, s'ils y sont opposés, exiger de l'école que leur enfant ne reçoive pas de lait.
description brève de l'image
 
© L'Internaute Magazine
 

Que doit-on donner aux enfants ?
Si pas d'antécédents de diabète de type-1, on peut introduire le lait pas trop tôt et surveiller l'enfant pour voir s'il n'y a pas de régurgitations, d'allergies. Si tout se passe bien, on peut donner des laitages avec modération (pas plus de 2 par jour) et compléter avec d'autres "laits" s'ils sont bien tolérés comme celui de soja (attention aux risques d'allergies au lait de soja).

Et le lait maternel, il n'est pas dangereux ?
Non, c'est la Rolls pour nourrir un bébé. La maman doit aussi veiller à bien s'alimenter car de nombreux nutriments indispensables dépendent d'elle, notamment les acides gras à longues chaînes.

Et la consommation de laitage dans le cadre de la grossesse, c'est aussi à éviter ?
On sait depuis quelques années qu'il est inutile de se gaver de calcium pendant la grossesse. Donc le régime à suivre est le même : les laitages ne sont pas interdits, mais il faudrait en consommer avec modération.


Que pensez-vous du lait maternisé ? Y a-t-il un âge limite après lequel il est mauvais de continuer ?
Les laits artificiels ont deux problèmes, entre autres : trop de protéines qui pourraient favoriser l'obésité et des composés antinutritionnels appelés produits de glycation avancés dus au chauffage en présence de fer et vitamine C. Mieux vaut limiter la durée d'exposition à ces aliments.

Je suis allergique au lait depuis tout petit, en fait il parait que je ne digère pas le lactose. Du coup, je n'en mange jamais. Est-ce que ça veut dire que mon espérance de vie s'en trouve prolongée?
Le régime d'Okinawa est le plus efficace pour faire des centenaires sur la planète. C'est un régime sans laitages. Vous ne serez peut-être pas centenaire, mais le fait de ne pas consommer de laitages n'est pas un handicap. Le régime d'Okinawa se caractérise par une grande consommation de fruits, légumes, plantes, thé etc. et peu de calories au total.

En dehors du goût, quelles sont les autres différences entre du lait "frais" et du lait "longue conservation" ? Quel est le meilleur ou le moins nocif pour la santé ?
Pas de grande différence. Le lait UHT conduit à l'élimination d'une partie des facteurs de croissance, ce qui est bien mais aussi à dénaturer peut-être des protéines, ce qui est moins bien.
description brève de l'image
 
© L'Internaute Magazine
 

Je suis ménopausée. Mon médecin m'encourage à manger des laitages pour prévenir l'ostéoporose. Qu'en pensez-vous ?
Cette stratégie est inefficace pour prévenir l'ostéoporose. Il n'y a pas d'interdit sur les laitages, mais aucune raison d'en consommer si on n'aime pas ça. La santé des os semble plus assurée par un régime riche en végétaux, qui apportent des substances alcalinisantes (sels de potassium), des vitamines C et K, des phytoestrogènes. Il faut veiller à ses apports en vitamine D et faire un peu d'exercice.

J'ai énormément d'arthrose (découverte à 32 ans). Pourquoi dit-on que le lait n'est pas conseillé ?
Les protéines du lait pourraient favoriser des réactions auto-immunes, qui sont en cause dans l'arthrite rhumatoïde. Si vous souffrez d'arthrose "simple", je ne suis pas certain que l'exclusion totale des laitages vous apporte un soulagement."



Quant à la souffrance des vaches et des veaux, un article entre autres:

Voir les commentaires

Remède à la grippe porcine, aviaire l'ESB: l'écologie de la nutrition.

2 Mai 2009, 15:58pm

Publié par Jo Benchetrit

Intolérable?
Aussi je vous invite à suivre ces instructions, signer ce qui doit l'être etc.
initiative
– sous forme de pétition populaire au niveau européen – pour mettre 
fin
à tout type de subside européen à l'élevage, à la pêche, aux 
cultures de
céréales destinées aux animaux d'élevage.
Nous demandons à tous, particuliers, groupes, organisations en 
faveur du
végétarisme/veganisme de  diffuser cette initiative dans tous les pays
européens. L'annonce est également disponible en italien et en 
anglais.
Ces cinquante dernières années, la consommation d'aliments d'origine
animale (viande, poisson, lait et produits laitiers, œufs) s'est
répandue de façon exponentielle dans toute l'Europe ainsi que dans 
tous
les pays industrialisés.  Aujourd'hui, ces produits ont un coût très
bas, par rapport aux coûts réels de production, souvent  même plus bas
que les aliments végétaux qui eux par la force des choses, requièrent
une quantité de matières premières, d'énergie et de travail très 
inférieure.
Ceci arrive parce que les éleveurs et les pêcheurs reçoivent de l'État
et de l'Union Européenne des aides monétaires directes et 
indirectes: en
substance, ce que nous ne payons pas à la caisse du supermarché, 
nous le
payons en taxes et ceux qui choisissent de ne pas acheter d'aliments
d'origine animale le paient dès lors aussi.
Tout ceci est d'autant plus grave que les conséquences de la forte
consommation de viande, poisson et autres aliments d'origine animale
sont lourdes pour l'environnement, la santé humaine et le 
développement
des pays pauvres. Si les gouvernements et la Communauté Européenne
soutenaient et promulguaient, via leurs subsides, uniquement la
consommation d'aliments sains et ayant peu d'impact sur 
l'environnement,
cela serait entièrement positif.  Mais ils soutiennent au contraire 
des
aliments dont la production et la consommation ont des effets
dévastateurs... et ceci ne doit pas être accepté ni cautionné 
légalement
et c'est à nous citoyens de mettre fin à cet état de choses et de
pousser à une politique plus clairvoyante, sensée et qui protège
l'environnement et la santé humaine au lieu de les mettre en danger
comme à présent.
Ce que nous souhaitons proposer est d'intervertir cette tendance
autodestructive, avant tout en mettant fin à tout type de subsides à
l'élevage, à la pêche et aux cultures de céréales pour les animaux
d'élevage.
Nous proposons une pétition populaire au niveau européen qui a autant
pour but de porter cette requête au Parlement Européen que de soulever
ce problème dans divers domaines, puisqu'il n'y a jamais assez
d'attention portée à combien la pratique de l'élevage est dangereuse 
et
à quel point y contribuer avec l'argent public est inacceptable.
Aidez-nous à récolter des signatures!
Pétition en-ligne:
<http://www.nutritionecology.org/news/petition_cap.html>
Téléchargez la pétition format papier:
<http://www.nutritionecology.org/download/petition_fr.pdf>
Mettez une bannière sur votre site, vous les trouvez ici:
<http://www.nutritionecology.org/news/stop_subsidies.html>
Un dossier d'approfondissement du sujet:
<http://www.nutritionecology.org/download/dossier_CAP_en.pdf>
Merci pour votre soutien,
Le Centre International d'Ecologie de la Nutrition
<http://www.nutritionecology.org>
Le Centre International d'Ecologie de la Nutrition (NEIC) est un 
comité
scientifique interdisciplinaire préposé à l'étude de l'impact des 
choix
alimentaires tout au long de la chaine de production et de 
consommation
de la nourriture, dans les domaines de la santé, de l'environnement, 
de
la société et de l'économie. En un mot: l'écologie de la nutrition.

Voir les commentaires

Arguments pour le végétarisme et surtout végétalisme.

2 Mai 2009, 15:38pm

Publié par Jo Benchetrit



On castre à vif les animaux. Ici, un porcelet.


J'ai retrouvé une compilation d' articles   toujours d'actualité,et   de plus en plus. Mais helas, la conclusion de Mle Clavreul fait peur:
La nouveauté qui stmule la recherche agro alimenatire :l'agriculture
écologiquement intensive. 

Rien contre la souffrance animale, par contre.
HONTE comme dab.

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1050334&clef=ARC-TRK-NC_01
Manger moins de viande pour lutter contre le réchauffement climatique
LEMONDE.FR avec AFP | 07.09.08 | 12h16 • Mis à jour le 07.09.08 | 13h56

Les gens devraient réduire leur consommation de viande afin de lutter à
titre personnel contre le changement climatique,
a déclaré l'Indien Rajendra
Pachauri, président du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat
(Giec), cité dimanche 7 septembre par le journal britannique l'Observer.
<http://www.guardian.co.uk/environment/2008/sep/07/food.foodanddrink>

"Au début, renoncez à manger de la viande un jour par semaine, et ensuite
cessez graduellement votre consommation," conseille ce végétarien. Le
changement de nourriture serait un pas important dans le combat contre le
changement climatique car l'élevage de bétail contribue à produire l'effet
de serre. "Ce que je veux souligner, c'est qu'on doit faire des réductions
de notre consommation dans chaque secteur de l'économie", a-t-il ajouté.

LA VIANDE PLUS NOCIVE QUE L'AUTOMOBILE

Rajendra Pachauri a obtenu avec l'ancien vice-président américain Al Gore le
Prix Nobel de la Paix en 2007 et se consacre depuis des décennies à la
préservation de l'environnement. Il avait déjà tenu de tels propos dans un
entretien accordé en juillet au Monde.
<http://www.lemonde.fr./sciences-et-environnement/article/2008/07/07/rajendr
a-pachauri-il-nous-reste-sept-ans-pour-inverser-la-courbe-des-emissions-de-c
o2_1067170_3244.html#ens_id=1092442>

Selon des estimations de la FAO - Organisation des Nations Unies pour
l'alimentation et l'agriculture -, l'élevage représente à lui seul près d'un
cinquième des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit une
contribution au réchauffement climatique plus élevée que celle des
transports. Or la consommation de viande devrait, selon les dernières
projections, doubler d'ici 2050.


------------------------------

<http://www.lemonde.fr/technologies/article/2007/09/22/le-vrai-faux-declin-d
e-la-viande_958296_651865.html#ens_id=1092442>

Le vrai-faux déclin de la viande
LE MONDE | 22.09.07 | 14h56 • Mis à jour le 07.09.08 | 12h07

Une bonne grosse côte de boeuf, régulièrement ? Ce plaisir sera peut-être
interdit aux générations futures, tant la production et la consommation de
viande font l'unanimité contre elles. Au point qu'un nombre croissant de
personnes, dans les pays occidentaux, ont déjà décidé d'y renoncer.

La liste des méfaits de la viande est longue. Risques pour la santé
, une
surconsommation favorisant les maladies cardio-vasculaires, l'obésité ou le
diabète. Mais surtout, au niveau mondial, risque de développement des
épizooties et danger pour la sauvegarde de la planète.
Les productions
d'origine animale - viande, oeufs, produits laitiers - sont en effet
extrêmement polluantes. Les milliards de tonnes de déjections qui en sont
issus engendrent des rejets azotés dans les sols et les rivières.
Et
l'élevage, à lui seul, représente 18 % des émissions mondiales de gaz à
effet de serre.
Soit une contribution au réchauffement climatique plus
élevée que celle des transports.

Autre point noir de cette production : sa propre consommation. Les pâturages
occupent 30 % des surfaces émergées, et plus de 40 % des céréales récoltées
servent à nourrir non pas directement les hommes, mais le bétail. Les zones
disponibles étant insuffisantes pour répondre à la demande, l'élevage peut
provoquer le défrichage de forêts. Il est gourmand en matière première et en
eau... En bref, la production animale pose question. D'autant plus que la
Terre, d'ici à 2050, aura 9 milliards de bouches à nourrir.

Dans ce contexte, doit-on prévoir la fin de la viande pour ce siècle, ou du
moins son déclin ? On serait tenté de le croire. Pourtant, cette vision est
contredite par tous les prévisionnistes. Au contraire, c'est à une
augmentation de la consommation mondiale qu'il faut s'attendre. De tout
temps, et dans tous les pays, en effet, l'augmentation du revenu est allée
de pair avec la progression de la consommation de viande. Il n'y a aucune
raison qu'il en soit autrement dans les pays émergents, d'où viendra
l'accroissement de la population.

-----
CHIFFRES
POLLUTION : à l'échelle mondiale, l'élevage est responsable de 65 % des
émissions d'hémioxyde d'azote (essentiellement imputables au fumier), tandis
que le bétail engendre 37 % des émissions de méthane.

CONSOMMATION : il faut 4 kg de céréales pour produire 1 kg de poulet et 6 kg
de grains pour 1 kg de porc. Ce dernier nécessite par ailleurs 4 600 l
d'eau. Une quantité qui grimpe à 13 500 l pour 1 kg de boeuf, quand
seulement 1 000 l d'eau sont nécessaires pour produire 1 kg de blé.


À LIRE Nourrir l'humanité - Les grands problèmes de l'agriculture mondiale
au XXIe siècle, Bruno Parmentier, La Découverte, 274 p., 22 euros.
-----

Entre 2007 et 2016, selon les perspectives communes FAO-OCDE, la production
mondiale de viande devrait ainsi augmenter de 9,7 % pour le boeuf, de 18,5 %
pour le porc et de 15,3 % pour le poulet. Principalement en Inde, en Chine
et au Brésil. D'ici à 2050, la production de viande pourrait même doubler,
passant de 229 millions de tonnes au début des années 2000 à 465 millions.

Il en va de même pour celle de lait. Du fait de la démographie, bien sûr,
mais aussi de l'augmentation des besoins en fonction de l'évolution de la
population (plus jeune, plus urbaine, plus grande) et de la modification du
régime alimentaire.

"Dans les pays du Sud, la difficulté est de permettre aux gens de manger.
Ces trente dernières années, la consommation de viande y a diminué
drastiquement, surtout en Afrique, et ce manque de protéines animales fait
que les gens sont en état de malnutrition", rappelle Renaud Lancelot, chargé
de mission santé animale au Centre de coopération internationale en
recherche agronomique pour le développement (Cirad). Bruno Parmentier,
directeur d'une école d'ingénieurs en agriculture, estime quant à lui que
l'évolution de la consommation de produits d'origine animale dépend de trois
grandes questions, qui montrent le lien étroit entre consommation de viande
et pratiques culturelles. La religion hindoue, comme la religion catholique,
va-t-elle décliner, et, dans ce cas, l'Inde va-t-elle consommer beaucoup de
viande ? Les Chinois vont-ils se mettre à boire du lait si on leur propose
un produit qu'ils parviennent à digérer ? Les Occidentaux vont-ils continuer
à manger du porc, si ce dernier devient un réservoir pour les
transplantations d'organes ?

Quoi qu'il en soit, une nouvelle répartition géographique de la consommation
devrait se mettre en place, qui consistera en un double mouvement de
balancier : diminution de la ration carnée dans les pays riches, où il y a
excès, et augmentation dans les pays pauvres, où il y a carence. De quoi
combler un peu la disparité actuelle : si l'on consomme dans le monde, selon
une étude publiée par la revue médicale britannique The Lancet (datée du 13
septembre), 100 grammes de viande par jour et par personne, ce taux moyen
atteint 200 à 250 grammes dans les pays développés, et plafonne entre 20 et
25 grammes dans les pays pauvres.

"Si l'on considère que la population globale va augmenter de 40 % d'ici à
2050 et si aucune réduction des émissions de gaz à effet de serre liées au
bétail n'intervient, la consommation de viande devra baisser à 90 grammes
par jour et par personne pour stabiliser les émissions de ce secteur",
affirment dans The Lancet les auteurs de l'étude. Il faudrait donc, d'ores
et déjà, inciter les consommateurs des pays riches à prendre conscience des
dégâts provoqués par leur consommation abusive. Et envisager au niveau
mondial, non pas de produire moins, mais de produire autrement, afin de
réduire les effets négatifs de l'élevage sur l'environnement.

Comment suivre les préceptes de la FAO, selon laquelle les coûts
environnementaux par unité de production animale devraient "être réduits de
moitié, ne serait-ce que pour éviter d'aggraver le niveau des dégâts" ? En
incluant, comme le suggère son chargé des questions animales Grégoire
Tallard, "le coût environnemental dans le prix des viandes", selon le
principe du pollueur payeur ? En privilégiant la consommation de volailles,
écologiquement moins agressive que d'autres productions ? La FAO préconise
également l'amélioration des pratiques d'élevage. Une des pistes fort
attendues concerne le séquençage des génomes complets des principales
espèces (en cours pour la plupart), qui devrait permettre d'accélérer les
sélections et de faire coïncider, par exemple, rusticité (donc résistance
aux maladies) et productivité.

Les recherches se concentrent par ailleurs sur des rations alimentaires du
bétail plus économes, ou encore sur le système digestif des ruminants. La
fermentation entérique des bovins (productrice de méthane, lequel agit
vingt-trois fois plus que le CO2 sur le réchauffement climatique) pourrait
ainsi être mieux maîtrisée. Par exemple par l'utilisation d'additifs
alimentaires à base d'huile végétale. Ou encore grâce à une ration plus
concentrée en céréales. "Nous avons mené une expérimentation sur de jeunes
taurillons et avons ainsi réussi à les faire grandir plus vite, ce qui
permettait de réduire les émissions de méthane", explique Jacques Agabriel,
zootechnicien à l'INRA de Clermont-Ferrand. Mais la production animale étant
un système complexe, ce qui confère ici un avantage écologique entraîne là
un inconvénient économique (une plus grande consommation de céréales). D'où
la nécessité, pour faire émerger un système d'élevage durable, de s'orienter
vers une approche globale. A l'Institut national de la recherche agronomique
(INRA), un groupe de réflexion sur la place des produits animaux dans
l'alimentation, qui réunit sociologues, zootechniciens, économistes,
nutritionnistes et agronomes, s'est déjà attelé à la tâche.

Alors qu'on parlait il y a dix ans de désintensification des systèmes de
production, ce concept a été remplacé par un autre : celui d'agriculture
écologiquement intensive.
La question de la viande est un excellent exemple
de cette quête.

Laetitia Clavreul
Article paru dans l'édition du 23.09.07.

Voir les commentaires

Les Egyptiens se vengent sur les porcs en les massacrant: magique.

29 Avril 2009, 16:15pm

Publié par Jo Benchetrit

Grippe mexicaine, porcine et même aviaire...demandez le pogrom!
Absurdité cruelle sur ces êtres hyper sensibles que sont nos très proches frères les cochons!
En Egypte, malgré qu'on sache que le virus ayant muté il n'y a plus de  danger avec les cochons mais avec les autres hommes, 300.000 cochons sains vivent leurs dernières heures: ils vont être massacrés, Allah sait comment, par la folie humaine qui prend si bien en Egypte. Mais arrêtez les élevages de tout, et c'est tout. SIMPLE, mais il faut y penser.
Encore une bonne raison pour constater le danger des hommes qui mangent de la viande, de porcs ou pas.
Tout cela n'est pas écœurant, non. Les mots manquent à l'être sensible pour dire combien tout cela est inacceptable.
News: la grippe porcine a été transmise en espagne à quelqu'un qui n'avait pas voyagé au Mexique.
C'est le debut de la fin?

JDD:
International 29/04/2009 - 14:08
Grippe: L'Egypte envisage d'abattre ses porcs
"L'Egypte, très touchée par la grippe aviaire, envisage l'abattage de centaines de milliers de porcs à titre de précaution alors que des cas de grippe porcine ont été signalés en Israël.
Une telle mesure ne devrait pas empêcher le virus H1N1 de sévir puisqu'il se propage d'homme à homme et que les porcs égyptiens ne sont pas contaminés.
Mais agir contre les porcs, considérés par les musulmans comme un animal impur, pourrait éviter un sentiment de panique."

Voir les commentaires

Grippe porcine devenue mexicaine. 159 morts devenus 8. Tout va bien.

29 Avril 2009, 09:44am

Publié par Jo Benchetrit

Désinformation méthode Coué : "Je vais bien, tout va bien."
Alors, arrêtons de nous mexiquer. La vie est belle, les porcs crèvent au  Mexique dans des élevages nazis insalubres  où règne la souffrance, mais nous, nous croyons encore en notre invulnérabilité.
Faut dire que les industriels de la mort   appelés éleveurs ne veulent pas qu'on boude le "produit" de leurs méfaits.Aussi, du moment qu'on peut se gaver de porcs, ben mon cochon, le reste, on n'en a rien à cirer. En plus, pas de souci, si on en vend moins, on subventionnera plus les agriculteurs tortionnaires. Les perdants? Ben, toujours les porcs et les contribuables, et parmi ceux-ci surtout les vegétaliens qui sont violés dans leur  droit  de l'homme à l'objection de conscience.


Mais la nature n'en peut plus, elle, et elle crie à la manière de Sarkozy:
 "impunité zéro."

Voir les commentaires

Fièvre porcine? Le jambon qui tue.

26 Avril 2009, 10:35am

Publié par Jo Benchetrit


Cette truie qui vient d'accoucher restera 3 semaines ankylosée sur ce même côté, ne léchera pas ses petits, fera sur elle, mangera couchée comme elle peut, puis sera de suite ré-engrossée. Pas de manière à en avoir du plaisir, ça c'est pas pour elle...elle, son lot, c'est souffrir seulement...elle sera violée par la main brutale de l'homme... puis sera couchée à nouveau...jusqu'à ce que la mort soit décidée car elle n'est plus rentable. Il faudra alors qu'elle marche,  flageolante et battue  pour aller plus vite, vers le camion qui mène  durant
parfois des jours entiers, épuisants à l'abattoir de la terreur. HONTE. Jamais une sortie, jamais un répit. Pas de joie, de tendresse pour les "objets", les "produits" les biens meubles...HONTE. Depuis la naissance jusqu'à la mort, les animaux que vous osez consommer sans aucun scrupule souffriront.
HONTE.

D'ailleurs une truie ne tient plus sur ses pattes.
Imaginez vous bien que tout cela affaiblit les défenses des organismes de ces animaux maltraités par des agriculteurs décérébrés par l'appât du gain, honteusement couverts par la loi.
Le plus sûr, devinez quoi, ce serait d'arrêter les élevages de la HONTE.
Donc d'arrêter d'en manger.
Que voulez-vous que la vie anti naturelle qu'on impose aux animaux puisse donner, sinon des maladies?

Le seul problème pour les hommes, puisque leurs actes ne leur font pas assez horreur pour arrêter leurs horreurs, c'est qu 'une fois dans la nature, une fois combinées avec des virus humains, ces maladies deviennent transmissibles d'homme à homme .  ce qui est le cas d'H1N1, grippe porcine qui tue au Mexique, et donc bientôt ailleurs, vu que nous naviguons.

Et alors, même les innocents végétaliens peuvent l'attraper. Comme pour  H5N1, qui, un jour, peut devenir une pandémie chez les hommes après avoir décimé les oiseaux d'élevage, puis des oiseaux sauvages, mais pas les  pigeons, naturellement protégés de la grippe aviaire, je porte plainte contre l'humanité qui met ma santé en danger.

En plus d'être contraire à l' éthique! En plus de défigurer le monde, en plus de rendre sanglante la main des hommes!

Objet :

Attention les images sont très dures. Le texte de Florence Burgat est très bouleversant ..ça change des gnangnantises  pour faire pleurer dans les chaumières..

http://www.l214.com/meurtre-alimentaire/abattoir-bovins-France-2007

En 2007, 5 023 400 bovins ont été tués dans les abattoirs français.
Source : Chiffres clés 2007, Office de l'élevage.

« La viande doit rester gaie, le plaisir de manger dégagé de toute inquiétude empathique, comme la publicité ne cesse de nous le rappeler par des images festives. Que personne ne s'avise de coller son oreille à la chair inerte, au risque d'y entendre le souffle rauque de la bête qui s'affale. La pitié pour l'opaque misère des animaux de rente s'estompe vite, dès lors que le spectacle de leur souffrance est caché, et leur exploitation justifiée par la force des arguments économiques.

Du calvaire de l'animal, le consommateur ne sait rien et ne veut rien savoir : les lieux de mise à mort sont d'ailleurs distincts des lieux de vente, et celui qui tue n'est plus celui qui vend.

En soustrayant à la perception la présence effective de la mort, c'est la possibilité même de l'alimentation carnée qui devient peu à peu impensable, parce qu'inimaginable, hors représentation. La séparation des tâches a contribué à consolider une scission entre l'animal et la viande, épargnant ainsi notre réflexion. Divers relais et médiations achèvent de lever l'interdit et d'abolir tout sentiment de culpabilité et de responsabilité.

On ne peut déplorer les conditions de vie et de mort des animaux de boucherie et, en même temps, cautionner ces conditions par une consommation quotidienne de viande. Ceux qui s'en abstiennent pour des raisons éthiques font preuve de sens critique à l'égard d'un très fort suivisme social et manifestent ainsi une réelle volonté de voir émerger une réflexion sur ce qu'est véritablement la viande. »

Florence Burgat, « Folie des vaches, folie des hommes – L'oubli de l'animal », Le Monde diplomatique, mai 1996, p. 7.
Docteur en philosophie, Florence Burgat est directrice de recherche à l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA).

Si vousne suivez qu'un lien, que ce soit celui là. Interdit au moins de 16 ans.
http://video.google.com/videoplay?docid=4093730216074063220

Voir les commentaires

Du sang, du lait et le vampire humain: pourquoi être végan.

16 Mars 2009, 19:35pm

Publié par Jo Benchetrit



Vache qui pleure...comme vous, si vous veniez d'avoir un bébé et qu'on vous le volait..
Mais, vous, qui êtes vous?
Vous mangez de la viande? 
Ou bien vous êtes végétarien?
Vous détestez souffrir? NON? Vous demandez une anesthésie chez le dentiste? Aimeriez vous mettre votremain dans l'eau bouillante? NON? Alors qu'est-ce que vous faites aux crabes et autres homards, moules etc.?
HA, là, c'est pas pareil. Mais qu'est-ce qui n'est pas pareil?
C'est que là, c'est pas vous. Alors vous vous en fichez.
TRES BIEN. Donc vous êtes immoral.
NON?
Ben si. Car faire souffrir, vous vous en fichez.
 

Lisez ce qui suit et dites moi si vous allez devenir vegetalien.
Merci.
Ce qui suit est pris sur le site PETA.

Les vaches produisent du lait pour la même raison que les femmes : pour nourrir leur petit, avec qui elles ont un lien très fort. Mais un à trois jours après sa naissance, celui-ci leur est arraché, ce qui les plonge dans un profond désarroi. Trois mois plus tard, alors qu'elles sont encore en lactation, elles sont à nouveau inséminées et devront bientôt revivre ce scénario traumatisant. 


Alimentées à base de concentrés protéinés pour augmenter la production, 25 % des vaches développent un excès d'acide urique et deviennent boiteuses. 

Un tiers souffre de mastites (inflammations des mamelles) dues à la surproduction de lait. 

Rapidement épuisées par un tel traitement, les vaches laitières sont tuées vers l'âge de cinq ans, alors qu'elles pourraient atteindre une vingtaine d'années. Elles sont souvent pleines quand elles sont abattues. La viande obtenue est transformée en steaks hachés. 

Consommer du lait, c’est soutenir le commerce des veaux !
En France, beaucoup de veaux sont encore élevés dans des boxes de contention individuels. 

Privés de leur mère, de contacts avec leurs congénères, de paille sur laquelle se coucher, d'herbe à manger et même du moindre exercice, les veaux sont tellement à l'étroit qu'ils ne peuvent plus se retourner dès qu'ils atteignent deux semaines. 

Ces boxes seront interdits en Europe à partir de 2007, mais les conditions d'élevage des veaux resteront insupportables. 

Anémiés par une alimentation déficiente en fer et en fibres alimentaires de façon à obtenir une chair bien blanche, même si la législation européenne empêche de descendre en-dessous de certains seuils, ils souffrent de diarrhées et de pneumonies et sont maintenus en vie au moyen de tranquillisants et d'antibiotiques. 

Au bout de cinq ou six mois sans mouvement et sans lumière, ils voient la lumière du jour pour la première fois en partant à l'abattoir. 


Une vie de souffrances
Les marchés, les transports et l’abattoir sont de nouvelles occasions de souffrances. Affolés, ils y sont bien souvent laissés sans eau, sans nourriture ou litière malgré ce que prévoit la législation, tirés par n’importe quelle partie du corps, frappés et aiguillonnés par des matraques électriques. 

Les bébés veaux de quelques jours et les animaux blessés ou malades ne sont pas épargnés. 

Entassés pêle-mêle dans des camions voyageant sur des milliers de kilomètres, exposés aux chaleurs torrides comme aux froids les plus mordants, les plus faibles meurent étouffés ou de crise cardiaque. D’autres s’en tirent avec une patte cassée. 

Puis vient l’abattoir. Cris, bousculades, chutes et odeurs : tout concourt à en faire un lieu de stress intense et de terreur. Mais malheureusement, pour certains, la torture n’est toujours pas terminée. Tous les jours, des animaux qui n’ont pas été étourdis correctement sont découpés encore conscients ou écorchés vifs. 

>> Voir la vidéo « Le visage de la viande » 

http://www.petatv.com/tvpopup/Prefs.asp?video=mym2002








Quelques saisons en enfer...
Dans les élevages modernes, les cochons ne peuvent satisfaire aucun de leurs besoins naturels. Ils ne connaîtront jamais le bonheur de courir dans l’herbe verte, de se prélasser au soleil ou de respirer l’air frais. 

Les truies...
Dès l’âge de sept mois, les truies sont accouplées. Un mois après la mise bas, elles sont accouplées à nouveau et maintenues en gestation constante, pour être finalement abattues après quatre ou six portées.
Beaucoup sont enfermées pendant la gestation dans des stalles où elles ne peuvent pas bouger. Leur détresse et leur souffrance y sont intenses. Certaines perdent même connaissance en tentant de s’enfuir.
L’accouchement se fait dans des cages plus petites encore, pour empêcher les truies d’écraser les porcelets en se couchant. Séparés de leur mère par une grille de métal même pendant l’allaitement, les petits leur sont définitivement arrachés au bout de trois ou quatre semaines. Ces stalles sont si cruelles qu’elles sont désormais interdites dans certains pays, notamment au Royaume-Uni. Mais il faudra attendre 2013 pour la France et l’interdiction ne concernera que les truies gestantes ! 

les porcelets...
Dès leurs premières semaines de vie, ils subissent toute une série de mutilations. Leurs dents sont sectionnées à la pince. Coupées au niveau de la pulpe, elles éclatent jusqu’à la racine, ce qui provoque des infections à répétition qui sont une source de souffrance permanente.
Viennent ensuite coupe de la queue et castration, toujours sans anesthésie. La castration nécessite une incision profonde car les testicules ne sont pas apparents. Très douloureuse, cette opération a été interdite au Royaume-Uni, par exemple. Mais elle est toujours pratiquée en France.
Quand les porcelets mâles sont abattus, ce sont encore des bébés : ils n’ont que six mois, alors que leur longévité naturelle est de six à neuf ans. Pendant leur courte vie, ils n’auront aperçu le soleil qu’une seule fois, à bord du camion qui les mène à l’abattoir. 

...et les autres
A cause de l’accumulation de saleté, d’excréments et d’urine, 75% des animaux souffrent de pneumonie et plus du quart d’une forme de gale qui peut entraîner la mort (sans parler des démangeaisons insupportables). Les médicaments et les manipulations génétiques provoquent artificiellement une croissance si rapide que les animaux sont à peine capables de marcher. Chaque année des centaines de millions de cochons arrivent paralysés à l’abattoir. 
Le transport est une source supplémentaire de stress et de souffrance, d’autant qu’il se fait souvent sur de très longues distances, parfois sans pouvoir boire ou manger et dans un inconfort extrême. 

Dans un abattoir français type, plus de 2 000 cochons sont tués tous les jours.
Impossible, dans ces conditions, de prêter assez d’attention à chacun pour s’assurer qu’ils sont tués de la façon la moins cruelle possible. La loi impose qu’ils soient étourdis avant d’être découpés en morceaux, mais l’électrocution est souvent ratée. Du coup, beaucoup d’animaux sont encore conscients lorsqu’ils sont plongés dans la cuve d’échaudage (une cuve d’eau bouillante destinée à éliminer les poils et assouplir la peau). 

http://www.petafrance.com/vegetarian-pig1.asp
http://www.petafrance.com/vegetarian-pig3.asp

 

Voir les commentaires

Salon de l'agriculture ou de l'agri torture? Ni allez pas. Véganisons.

22 Février 2009, 11:31am

Publié par Jo Benchetrit

Je vous renvoie à cette interview:
http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article5844

On ne le sait pas mais tous finissent à l'abattoir. Cetains bouchers se vantent d'avoir à vendre la chair des vaches gagnantes.
Et on marche, on oublie de manière autiste et perverse la souffrance animale.
Manger l'enfant devant la mère, la mère devant l'enfant, tout est permis au salon !
Telle est la "morale" de cette fable.

J'aimerai amener le débat sur qq chose qui m'intrigue, la non adoption du vegetalisme, ou au moins du végétarisme, par tous les defenseurs. Alors que comme nous le savons tous, c'est le champ du plus gros pb des animaux en terme de nombre de vies, de maltraitance sur un temps souvent très long.
L'horreur de l'élevage, bien sûr, n'est pas plus intolérable que les autres horreurs et on n'a pas à comparer les souffrances mais juste à faire notre impossible pour (se) convaincre d'en finir avec tout ça.
Mais il me semble evident que dans un monde où la consommation de viande serait frappée de honte, on n'aurait pas besoin de bcp pour convaincre d'abandonner les corridas et la chasse.Les "amis" des animaux ne voient pas en quoi il ne s'agit pas d'amitié élective pour telle " race"  d'animaux, ni d'horreurs visibles ou pas, mais d'aversion globale pour la barbarie humaine qui s'exerce tout azimut.  La haine de l'injustice devrait nous lier, et je dirais que l'amour (des animaux) vient de surcroît.
Comme vous le savez, il y a de fortes similitudes entre la façon dont les hommes traitent et envisagent les autres hommes assimilés à des bêtes  et la façon dont ils traitent les bêtes.
Ça commence par les mots, cad les mensonges qui sont dits pour justifier le pire et surtout ne pas le voir.
Mais rendre non autiste l'humanité est un acte assez vain.   Or c'est qd même le but de notre action.

Voir les commentaires

Agonie sur les chaînes d'abattage de lapins. Enquetes de L214

28 Janvier 2009, 06:07am

Publié par Jo Benchetrit

Que vous soyez encore carnivore ou pas, savoir que ce qui se passe dans les élevages et les abattoirs est bien pire que ce que nous imaginions devrait nous faire réfléchir. Informer et d'abord nous informer, est notre devoir.
Utile pour voir que, comme pour la corrida, ce qui se passe quand on massacre ainsi des lapins, c'est une torture, de surcroît pour le plaisir car la conso de viande n'est pas utile, voire nuisible à la santé et à celle de la planète.
Faites passer. il faut que ça cesse. Abonnez vous à L214.
Nous ne devons plus dire que nous ne savions pas.J'ai trouvé ça ce matin, au petit dej. On pourrait faire mieux comme réveil. La vie des lapins, déjà est abominable. Mais leur mort n'a rien à envier à la mort des taureaux dans l'arène. Tout ça EGALEMENT pour le plaisir car la consommation de viande n'est en rien indispensable.
mais jugez plutôt, avec en prime,   toute leur page car il s'y trouve des liens sur des articles importants.

Problèmes cruciaux dans les abattoirs de lapins

Une étude scientifique publiée à l'occasion du dernier congrès mondial de cuniculture met en cause l'efficacité de l'étourdissement électriquegénéralement pratiqué dans les abattoirs de lapins.  Abattoir lapin

Aujourd'hui, nous dévoilons des imagesprises dans un abattoir français. On y voit des lapins reprendre conscience sur la chaîne d'abattage, des images difficilement soutenables.

Voir la vidéo « La vie des animaux - les lapins »

 

2 millions de lapins épargnés !

Tournée pour les lapins 2008

La consommation de lapin a chuté de 10% en 2008, conséquence de la baisse du nombre de ménages ayant acheté de la viande de lapin.
Cela représente les vies de 2 millions de lapins. Le manque de visibilité de la viande de lapin dans les rayonnages des supermarchés et l'action des associations de protection animale sont avancés par l'office de l'élevage comme cause probable de cette baisse.
Nos choix de consommation ont un impact direct sur leurs vies !

Tentative d'interdiction de notre campagne contre l'élevage intensif de lapins

Débouté en juillet dernier suite à son assignation en référé, le CLIPP (filière cunicole) a fait appel. Ce 17 décembre, la Cour d'appel de Paris a rendu sa décision. En vertu de la liberté d'expression, l'arrêt reconnaît à la SPA et à L214 le droit de faire campagne contre l'élevage de lapins en cage. Celles-ci poursuivront avec détermination l'action entreprise dans ce domaine.
Par ailleurs, le film 
« Le lapin : garanti 100% cage », dont certaines séquences ont été tournées par des personnes présentant de fausses cartes professionnelles, doit cesser d'être utilisé dans la campagne des deux associations dans un délai de 8 jours.

Lire notre dossier sur l'élevage cunicole en France
Télécharger 
l'intégralité de la décision de la cour d'appel

Foie gras : nouvelles images et témoignage d'un ex-gaveur

canard gavé

Stop Gavage (L214), avec le soutien de la SPA, dévoile de nouvelles images provenant d'élevages sous contrat avec le groupe Euralis - propriétaire des marques Montfort, Rougié, Bizac et Pierre Champion, et fournisseur de nombreuses marques de distributeur.
    Voir la vidéo : 
Images 2008 de 3 salles de gavage 
    Voir le diaporama : 
Foie gras : canard en cage de gavage
    Télécharger le dossier de presse : 
dossier Foie gras

Philippe Lapaque, ex-gaveur

Un ex-gaveur, sous contrat en 2003 avec ce groupe, lance son blog et témoigne !
    Voir 
l'interview filmée
    Voir 
la production de foie gras, racontée par Philippe Lapaque
    Voir 
le blog de Philippe Lapaque

Le meurtre alimentaire : photos prises en 2007 dans un abattoir de bovins quelque part en France...

bovin à l'abattoirNouveauté : Nous publions une quarantaine de photos prises en 2007 dans un abattoir quelque part en France. Comme l'écrivait Florence Burgat dans un article paru dansLe Monde diplomatiqueL'oubli de l'animal, « la viande doit rester gaie, le plaisir de manger dégagé de toute inquiétude empathique, comme la publicité ne cesse de nous le rappeler par des images festives. Que personne ne s’avise de coller son oreille à la chair inerte, au risque d’y entendre le souffle rauque de la bête qui s’affale. ». Nous y avons posé nos oreilles et nos yeux. Attention, images dures.

 

Répression contre le mouvement animaliste en Autriche : réagissons !

Répression en Autriche

Dernière mise à jour le 11 novembre 2008

2 septembre : Les 9 militants ont été libérés.

Les compte-rendus des manifestations de soutien du 5 septembre sont en ligne ainsi qu'une vidéo tournée lors de la manifestation de Strasbourg.

11 nov. : Message pessimiste de Martin Balluch à la liste freedom.

Emission sur Un éternel Treblinka

Abattoir bovinDans Un éternel Treblinka, Charles Patterson (historien spécialiste de la Shoah) retrace le rapport entre les humains et les animaux depuis les débuts de notre espèce et soutient la thèse selon laquelle l'oppression des animaux sert de modèle à toute forme d'oppression. L214 met à votre disposition une transcription de l'émission consacrée à son livre le 8 février 2008 sur France culture.

 

Toutes les actualités

Lire toutes les actualités 

Voir les commentaires

Martyr méconnu des lapins . SPA et L214: decision de l' appel.

22 Décembre 2008, 06:09am

Publié par Jo Benchetrit

in wikki:
   

Contrairement à une idée répandue, il ne faut pas prendre un lapin par les oreilles, car les tissus musculaires et cartilagineux reliant les oreilles au cuir de la tête sont extrêmement fragiles et, par ailleurs, fortement innervées .

 * Le lapin est habituellement élevé pour sa fourrure et sa chair.
    * Il est aussi élevé comme animal de laboratoire ; au grand dam des antispécistes.
    * Il peut aussi servir d'animal de compagnie. Il est très facile d'éduquer un lapin comme un chat. Dressés dès leur plus jeune âge, ils peuvent apprendre la propreté et répondre à l'appel de leur nom, mais ils restent très émotifs et sensibles aux bruits.
    * Parfois ils sont éduqués pour participer à des coucours sportifs[4].

Quel que soit le motif de leur élevage ces lapins devraient disposer d'un espace adapté à leur taille, suffisemment grand pour pourvoir s'ébattre, bondir, courrir, creuser, rouger, se cacher mais aussi avoir des contacts sociaux avec leurs congénères. Ils doivent être dans un milieu sécurisé car ce sont des rongeurs curieux et des proies faciles. Faute d'activité ou de vie sociale normale, ils peuvent développer des troubles du comportement: agressivité ou manies comme ronger interminablement le grillage de leur enclos .
 

 
Le sujet a été traité dans le journal de 19h de France de ce dimanche 21/12 :
écoutable sur :
http://www.radiofrance.fr/franceinter/info/journaux/ete.php
> journal de 19h00 du 21/12/08
> écoutez

A 11mn30 du début.

Excellente interview de Caroline Lanty (l'interview de Sébastien n'est
pas passée), administratrice de la SPA qui dénonce l'opacité des
filières d'élevage et des abattoirs.

Voici la newsletter de L14:

















La Cour d'appel de Paris confirme la légalité 
de notre campagne « Le lapin : garanti 100% cage » 
mais interdit le film associé.



La campagne continue

Débouté en juillet dernier suite à son assignation en référé, le CLIPP (interprofession cunicole) a fait appel. Ce 17 décembre, la Cour d'appel de Paris a rendu sa décision. En vertu de la liberté d'expression, l'arrêt reconnaît à la SPA et à L214 le droit de faire campagne contre l'élevage intensif de lapins. Nous poursuivrons avec détermination l'action entreprise dans ce domaine.

Interdiction d'utiliser le film « Le lapin : garanti 100% cage »

Le film « Le lapin : garanti 100% cage », dont certaines séquences ont été tournées par des personnes présentant de fausses cartes professionnelles, doit cesser d'être utilisé dans la campagne des deux associations dans un délai de 8 jours, sous astreinte de 3 000 euros par infraction constatée. Par décision de justice, l'équipe de L214 fera donc disparaître les extraits de ce film du site de l’association, ne distribuera plus le film et les documents élaborés à l'aide de ces images, et ne les utilisera plus lors des actions qu'elle mènera dans le cadre de sa campagne « lapins ». Nous demandons aux personnes et associations disposant d'une copie de ce film ou de ces documents de s'abstenir d'en faire usage dans le cadre de leur participation à la campagne de notre association.

Quel droit de regard sur les élevages et les abattoirs ?

Les précautions systématiques prises par les filières d'élevage et les abattoirs pour empêcher les associations de protection animale de filmer les conditions ordinaires de vie et de mise à mort des animaux soulèvent une interrogation fondamentale : comment montrer les réalités de la production de viande ? Comment respecter le droit à l'information des citoyens et leur permettre des choix éclairés en matière de bien-être animal, si ne filtrent que des images contrôlées par des acteurs qui ont intérêt à masquer la face sombre de leurs pratiques ?


Voir le communiqué de presse : "Elevage intensif : interdiction d'un film 
tourné dans des élevages et un abattoir de lapins - 21 décembre 2008
"
Voir la décision de la Cour d'Appel de Paris


Voir la 
dépêche AFP parue sur le site du Figaro, du Monde et de la Dépêche.
Ecouter l'
extrait du journal de 19h de France Inter du 21 déc. évoquant cette affaire




Retrouvez L214 sur    facebook     skyblog    myspace  

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>