Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #l'elevage industriel=nazisme.

Martyr méconnu des lapins . SPA et L214: decision de l' appel.

22 Décembre 2008, 06:09am

Publié par Jo Benchetrit

in wikki:
   

Contrairement à une idée répandue, il ne faut pas prendre un lapin par les oreilles, car les tissus musculaires et cartilagineux reliant les oreilles au cuir de la tête sont extrêmement fragiles et, par ailleurs, fortement innervées .

 * Le lapin est habituellement élevé pour sa fourrure et sa chair.
    * Il est aussi élevé comme animal de laboratoire ; au grand dam des antispécistes.
    * Il peut aussi servir d'animal de compagnie. Il est très facile d'éduquer un lapin comme un chat. Dressés dès leur plus jeune âge, ils peuvent apprendre la propreté et répondre à l'appel de leur nom, mais ils restent très émotifs et sensibles aux bruits.
    * Parfois ils sont éduqués pour participer à des coucours sportifs[4].

Quel que soit le motif de leur élevage ces lapins devraient disposer d'un espace adapté à leur taille, suffisemment grand pour pourvoir s'ébattre, bondir, courrir, creuser, rouger, se cacher mais aussi avoir des contacts sociaux avec leurs congénères. Ils doivent être dans un milieu sécurisé car ce sont des rongeurs curieux et des proies faciles. Faute d'activité ou de vie sociale normale, ils peuvent développer des troubles du comportement: agressivité ou manies comme ronger interminablement le grillage de leur enclos .
 

 
Le sujet a été traité dans le journal de 19h de France de ce dimanche 21/12 :
écoutable sur :
http://www.radiofrance.fr/franceinter/info/journaux/ete.php
> journal de 19h00 du 21/12/08
> écoutez

A 11mn30 du début.

Excellente interview de Caroline Lanty (l'interview de Sébastien n'est
pas passée), administratrice de la SPA qui dénonce l'opacité des
filières d'élevage et des abattoirs.

Voici la newsletter de L14:

















La Cour d'appel de Paris confirme la légalité 
de notre campagne « Le lapin : garanti 100% cage » 
mais interdit le film associé.



La campagne continue

Débouté en juillet dernier suite à son assignation en référé, le CLIPP (interprofession cunicole) a fait appel. Ce 17 décembre, la Cour d'appel de Paris a rendu sa décision. En vertu de la liberté d'expression, l'arrêt reconnaît à la SPA et à L214 le droit de faire campagne contre l'élevage intensif de lapins. Nous poursuivrons avec détermination l'action entreprise dans ce domaine.

Interdiction d'utiliser le film « Le lapin : garanti 100% cage »

Le film « Le lapin : garanti 100% cage », dont certaines séquences ont été tournées par des personnes présentant de fausses cartes professionnelles, doit cesser d'être utilisé dans la campagne des deux associations dans un délai de 8 jours, sous astreinte de 3 000 euros par infraction constatée. Par décision de justice, l'équipe de L214 fera donc disparaître les extraits de ce film du site de l’association, ne distribuera plus le film et les documents élaborés à l'aide de ces images, et ne les utilisera plus lors des actions qu'elle mènera dans le cadre de sa campagne « lapins ». Nous demandons aux personnes et associations disposant d'une copie de ce film ou de ces documents de s'abstenir d'en faire usage dans le cadre de leur participation à la campagne de notre association.

Quel droit de regard sur les élevages et les abattoirs ?

Les précautions systématiques prises par les filières d'élevage et les abattoirs pour empêcher les associations de protection animale de filmer les conditions ordinaires de vie et de mise à mort des animaux soulèvent une interrogation fondamentale : comment montrer les réalités de la production de viande ? Comment respecter le droit à l'information des citoyens et leur permettre des choix éclairés en matière de bien-être animal, si ne filtrent que des images contrôlées par des acteurs qui ont intérêt à masquer la face sombre de leurs pratiques ?


Voir le communiqué de presse : "Elevage intensif : interdiction d'un film 
tourné dans des élevages et un abattoir de lapins - 21 décembre 2008
"
Voir la décision de la Cour d'Appel de Paris


Voir la 
dépêche AFP parue sur le site du Figaro, du Monde et de la Dépêche.
Ecouter l'
extrait du journal de 19h de France Inter du 21 déc. évoquant cette affaire




Retrouvez L214 sur    facebook     skyblog    myspace  

Voir les commentaires

Les lapins classés X? Video interdite à la SPA et L 214. Photos aussi.

21 Décembre 2008, 09:03am

Publié par Jo Benchetrit


J'ai un doute, avec cette histoire d'interdiction d'utiliser les infos 
eues grâce à de fausses cartes, est-ce que ce n'est pas la fin du 
journalisme d'investigation si ça fait jurisprudence? Faudrait pas 
envoyer un comm de presse, les journalistes sont concernés en 1°?
Donc, 
pourraient soutenir.


http://www.youtube.com/watch?v=mo3AW-cPyxw

http://www.l214.com/lapins
 

<http://www.agrisalon.com/06-actu/article-21631.php>
Très grande satisfaction pour la filière cunicole française : la
justice condamne les associations de défense des animaux SPA et L214
[ 19/12/2008 17:13 ] L'Interprofession du lapin a eu gain de cause
dans l'affaire qui l'opposait aux associations de défense des animaux pour
une campagne de dénigrement et d'appel au boycott.
Confronté en juillet dernier à une campagne de dénigrement et d'appel
au boycott de la viande de lapin auprès des grandes surfaces, le CLIPP,
Comité Lapin Interprofessionnel pour la Promotion des Produits, avait été
débouté le 9 juillet dans une action en référé auprès du Tribunal de Grande
Instance de Paris contre la Société Protectrice des Animaux, SPA, et
l'association
L214.
Le 17 décembre, la Cour d'Appel de Paris a rendu une décision qui
réhabilite la filière dans tous ses droits, actant d'une part que « les
producteurs adhérents au Comité Lapin Interprofessionnel pour la Promotion
des Produits, respectent la réglementation communautaire, la loi française
et la réglementation française, ainsi d'ailleurs que la norme AFNOR NF V,
47-001 » et interdisant d'autre part, sous astreinte, les associations à
faire usage du film et des informations diffusées dans leur campagne. Les
associations sont condamnées également à faire figurer l'arrêt sur leurs
sites internet respectifs pendant 2 mois.
Le secteur cunicole s'était indigné des moyens utilisés par les
associations SPA et L214 qui cherchaient à déstabiliser une filière jugée
par eux économiquement marginale et donc cible de choix pour des attaques
auprès des grandes surfaces et des consommateurs. L'interprofession, dans un
communiqué " se félicite aujourd'hui de la décision de justice qui fait la
preuve que les associations de défense des animaux ne peuvent transgresser
impunément ni la vérité ni les règles du droit".



Je transmets:
Si je comprends bien, la SPA et L214 n'ont plus le droit de diffuser les
vidéos et photos que vous avez prises; mais ça ne s'applique qu'à vous.
Pas à nous.

Rien n'interdit donc que tout le monde (sauf vous) mette vos vidéos sur
leur site, ainsi que les photos qui sont actuellement chez vous.

La vidéo qui est actuellement sur le site L214 est sur YouTube, en:

http://www.youtube.com/watch?v=mo3AW-cPyxw

On peut l'inclure dans n'importe quelle page Web, avec le code:

<object type="application/x-shockwave-flash"
data="http://www.youtube.com/v/mo3AW-cPyxw&amp;hl=en"
width="425" height="355"><br/>
<param name="movie"
value="http://www.youtube.com/v/mo3AW-cPyxw&amp;hl=en" />
<param name="wmode" value="transparent" />
</object>


Faisons en sorte que ces images soient partout sur le Web, et que la
censure se retourne contre les censeurs!

signé D Olivier



Je ne  fais aucun commentaire, bien entendu, sur une décision de justice. Pour ma part j'ai confiance en la justice, même si ça arrive qu' elle condamne les innocents, je le sais car ça m'est arrivé par 2 fois, en civil. j'avais raison mais les juges ont voulu voir les choses autrement, du coup, j'ai eu tort  et les psychopathes sont bien gardés....des sanctions qu'on attendrait à leur encontre, sanction dont vous êtes, vous, victime, ensuite affligés comme si être une fois victime devait être insuffisant. Ben ça alors, ça fait toujours plaisir de faire plaisir à vos escrocs!
Mais là, si j'ai bien compris, L214 et SPA sont sanctionnés d'avoir informé et donc defendu les lapins martyrisés dans les elevages industriels dont chacun sait que c'est la deshumanisation du vivant par reification.

Je me contente de vous informer que la justice juge que la SPA et L 214  ne doivent pas montrer les images venant de ces clapiers modernes, clapiers tout confort,.
Jugez en. Donc selon la justice, les autres animaux sont traités avec le respect qui s'impose à tout humain digne de ce  nom.
Oui, assurez le si vousne vpulez pas avoir d'ennuis,  les animaux de nos élevages sont des coqs en pâtes, et dans notre pays de moins en moins libre, sachez que si jamais on dit le contraire, la justice ne vous fera pas le coup du lapin. Non, on n'en est pas encore à ce stade. Juste le coup de la carpe: NOUS AVONS LES MOYENS DE VOUS CLOUER LE BEC.
Mais, entre nous, ne dites pas que je vous l'ai dit,  les lapins, eux , souffrent un martyr méconnu. La censure ne doit pas nous rendre muets, ce serait le début de l'acceptation de la dictature.
Il faut, mes amis, réagir et soutenir SPA et L 214.
Mettez tous sur vos sites cette video interdite seulement sur les sites SPA et L214.
Nous en avons donc le droit.
Et le devoir.

Voir les commentaires

l'elevage n'est rien sans les aides à l'agriculture. Est acceptable?

27 Octobre 2008, 17:15pm

Publié par Jo Benchetrit

Nous sommes la vache à lait des éleveurs qui, non seulement sont les 1° pollueurs, les 1° affameurs du tiers monde, mais encore sont des tortionnaires d'animaux.
 
Chers amis, mettons nous au végétarisme, nous nous en porterons mieux et notre porte monnaie avec, ce qui, en temps de crise n'est pas negligeable.
lisez plutôt de quoi ils vivent: des aides françaises et européennes à l'agriculture.
Je transmets :
http://eco.rue89.com/2008/10/26/philippe-berger-pour-200-euros-par-mois>
Philippe, berger pour 200 euros par mois
Par Sophie Verney-Caillat | Rue89 | 26/10/2008 | 18H18
La baisse du pouvoir d'achat est depuis quelques temps l'un des soucis
principaux des Français. Eco89 a décidé de s'y pencher en inaugurant une
nouvelle rubrique: « Votre porte-monnaie au rayon X », qui propose une
radiographie des revenus d'une profession, à travers un exemple concret.
Aujourd'hui, Philippe, 54 ans, berger dans le Limousin.
Philippe est éleveur de moutons dans le Limousin, à une vingtaine de
kilomètres de Brive-la-Gaillarde. Sur sa petite exploitation de 24 hectares,
il élève 170 moutons. Il a commencé comme berger à l'âge de 22 ans « appelé
par le goût de la liberté », mais si c'était à refaire, il renoncerait: « Je
ne pourrais pas manger. »
A 54 ans, il est toujours animé par la même passion, mais a appris à n'avoir
besoin de rien. « Le seul luxe qui me reste, c'est le bonheur d'être dans
mes prés », et ce même si c'est dès 7h30 du matin, et jusqu'à 20 heures le
soir, voire la nuit en période d'agnelage. Pour ce père de trois enfants*:
« Le samedi et le dimanche ça n'existe pas et les vacances, c'est quand,
par chance, un de mes enfants accepte de venir garder l'exploitation pendant
une semaine. »
S'il vit à peu près, c'est grâce à la pension militaire de son épouse. Car
son exploitation lui rapporte la somme « ridicule » de 200 euros par mois.
Recettes: 1941 euros par mois
Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, la vente des animaux lui
rapporte 1152 euros par mois, loin des 1941 euros qui composent l'ensemble
de ses revenus. Il cède 150 agneaux dans l'année à sa coopérative, au prix
de 82 euros par animal, à quoi on peut ajouter également des ventes
occasionnelles à des particuliers, pour 90 euros par bête. Les primes
représentent donc plus de la moitié de ses revenus: « Enlevez-les et il n'y
a plus d'éleveurs en France. » Ces primes, aussi diverses que complexes,
s'élèvent à 789 euros par mois au total.
Comme il vit en « zone Piémont » (moyenne montagne), il reçoit une indemnité
compensatoire de handicap naturel (ICHN) de 114 euros par mois. S'il était
en haute montagne, il toucherait plus, car les conditions de vie sont encore
plus difficiles.
Vient ensuite la prime à la brebis, fixée par Bruxelles qui lui permet de
toucher 14 euros par an pour chaque brebis du troupeau : 198 euros par mois.
Il touche également le droit à paiement unique (DPU), une aide européenne
versée en fonction de la surface et de l'historique de l'exploitation et qui
s'élève dans son cas à 1300 euros par an, ce qui fait 108 euros par mois.
« A Bruxelles, ils ont trouvé ce truc là pour encore compenser le manque à
gagner des autres primes qui ont baissé. »
Pour « tenir debout », Philippe a également entamé il y a deux ans un
contrat d'agriculture durable (CAD), qui lui permet de gagner 3559? par an,
soit 297? par mois, pendant cinq ans. Pour cela, il s'engage à entretenir
des lisières de bois, à limiter le nombre d'animaux par hectare et le
recours aux engrais: « Ça n'apporte pas de label, comme le bio mais ça me
permet de vivre, tout simplement. »
Dépenses: 1740 euros par mois
Les dépenses sont élevées, et certaines se sont accrues dernièrement. Alors
Philippe gère tout ce qu'il peut lui-même, avec l'aide de sa femme. Nourrir
les animaux, les soigner, entretenir les prés, faucher, emballer le foin...
Le berger doit acheter des céréales pour compléter l'alimentation au foin,
ce qui a un coût mensuel de 373 euros:
« Avec la flambée du prix des matières premières, les céréales, la base
alimentaire pour mon troupeau, ont cru de 100 euros par mois en une seule
année. »
De plus, n'étant pas propriétaire d'assez de terres pour nourrir son
troupeau toute l'année, il lui faut en louer. Ce qui lui coûte 83? par mois.
Il est aussi obligé de faire appel à un vétérinaire pour soigner son
troupeau, réaliser les vaccins, les visites de contrôle obligatoire et
autres traitements... ce qui lui alourdit encore ses charges de 70? par
mois.
Philippe doit également rembourser les emprunts pour la bergerie et le
tracteur, et payer une partie des terres de l'exploitation: au total, cela
fait 516 euros chaque mois. Le montant des factures d'électricité et d'eau
s'élève à 83 euros. Les diverses assurances pour les terres, les bâtiments,
les deux tracteurs et le troupeau se chiffrent à 175 euros par mois pour
toute l'exploitation. Le gasoil lui coûte 83 euros par mois en ce moment,
une hausse de 40% en un an.
En tant qu'exploitant agricole, il est affilié à la sécurité sociale du
régime agricole et rural, la Mutualité sociale agricole MSA, pour 237 euros
par mois.
Gains: 200 euros
Comment élever ses gains mensuels, qui plafonnent désespérément à 200 euros?
Philippe ne voit pas de solution. S'il avait une plus grosse exploitation,
de 1000 moutons par exemple, il devrait aussi avoir un salarié, des
bâtiments... « Et beaucoup de soucis en plus. Ce n'est plus du tout la même
agriculture. ni la même vie. » Si son métier et son cadre de vie lui
plaisent, il a la triste impression de travailler pour « entretenir le
paysage ». La coopérative à qui il vend ses moutons à 5,5 euros le kilo
revend la viande 8 à 10 euros le kilo à la grande surface, où elle se
retrouve entre 15 et 25 euros:
« C'est tellement facile de remplir son caddie. Le consommateur ne pense
pas aux agriculteurs qui travaillent pour remplir leurs assiettes. Il ne
pense pas à tout le carbone rejeté dans l'atmosphère, ni au fait que si on
supprimait les subventions, dans dix ans il n'y aurait plus d'élevage ovin
en France. »
Il rêve aujourd'hui à ce que l'agriculture soit déclarée « d'utilité
publique »: « On fait manger les Français! »
*L'une d'entre eux n'est autre qu'Audrey Cerdan, photographe qui travaille
pour Rue89 et a réalisé ces photos de son père et de son exploitation.

__._,_.___

Voir les commentaires

Soyez tendance.Ne végétez plus dans le carnivorisme. Devenez végé.

29 Août 2008, 15:47pm

Publié par Jo Benchetrit

Ceci est un petit melting pot de morceaux choisis pour vous donner l'eau à la bouche, sauf si ça sent la chair fraiche;
On n'est pas des ogres.



Interview EVANA : le grand rabbin David Rosen :
'... J’ai dû participer aux contrôles surprise des équarisseurs dans les
abattoirs et la vue du massacre m’a rendu malade …'

............. EVANA : Nous avons tous vécu le drame d’assister impuissant à
un acte de cruauté. Très certainement de nombreuses personnes éclairées
s’horrifiaient des maux liés au commerce d’esclaves. Aujourd’hui, des
centaines de millions de végétariens partout dans le monde sont profondément
blessés lorsqu’ils voient les bains de sang perpétrés dans les abattoirs
alors qu’il s’agit d’une routine normale et presque incontestée. Avez-vous
des raisons d’espérer ?

Réponse : Absolument. Ce contre quoi nous devons nous battre c’est le
détachement technologique qui permet aux gens de dissocier ce qui est dans
leur assiette d’avec la cruauté qui en est à l’origine. Mais, la technologie
au travers des médias expose également les gens à des réalités auxquelles
ils ne sont généralement pas confrontés. La connaissance et la dénonciation
des cruautés dans le traitement et l’abattage du bétail semblent progresser
et augmentent la perception des dilemmes moraux impliqués.............

L'interview: http://www.evana.org/index.php?id=35174&lang=fr

HELMUT F. KAPLAN - FONDEMENTS ÉTHIQUES POUR UNE ALIMENTATION VÉGÉTARIENNE
Traduit de l'allemand par Cyril Taffin de Tilques,
Préface d'André Mery

L'oeuvre de Peter Singer La Libération animale (1975) a fait date, elle
marque l'avènement d'un mouvement international en faveur des droits de
l'animal et appelle à adopter une alimentation végétarienne. Dans Fondements
éthiques pour une alimentation végétarienne, l'auteur traite la question des
droits de l'animal et celle du végétarisme sous différents angles comme le
principe d'égalité, l'empathie et la dignité humaine, et il répond aux
principales objections faites aux (néo-)végétariens.

ISBN : 978-2-296-05826-2 • juin 2008 • 186 pages
version numérique (pdf image-texte) : 5 327 Ko

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=2622

Helmut F. Kaplan: Avons-nous ... le devoir d'aider les animaux ?
Il y a une réponse toute simple. Commence à aider !

Livre: « Fondements éthiques pour une alimentation végétarienne »
du philosophe autrichien Helmut F. Kaplan,
préface du président d’AVF, André Méry,
L’Harmattan
ISBN : 978-2-296-05826-2 • juin 2008 • 186 pages

Quelques citations

1- La question de savoir qui nous devons aider ou bien par qui nous devons
commencer est tout aussi superflue que celle de savoir si nous devons aider.
Avons-nous le devoir d'aider les étrangers ? Avons-nous aussi le devoir
d'aider les animaux ? Avons nous le droit d'aider les étrangers alors qu'il
y a tant de misère chez nous ? Avons-nous le droit d'aider les animaux,
alors qu'il y a tant d'humains qui souffrent ?
À toutes ces questions, il y a une réponse toute simple. Commence à aider !
Toutes les questions en suspens se résoudront d'elles-mêmes.

2- Un jour, Gandhi a demandé à quelqu'un :"Aimerais-tu réduire la masse de
violence dans le monde?" Et comme son interlocuteur répondait par
l'affirmative, il a posé cette seconde question : "Que manges-tu ?".

3- Chaque fois que les humains et les animaux ont des besoins similaires,
les uns comme les autres ont droit à un traitement égal et à une prise en
considération égale de ces besoins.

4- Du caractère "naturel" de quelque chose ne découle pas sa rectitude
morale (pas plus que du caractère "artificiel" de quelque ne découle son
immoralité). Autrement, il serait parfaitement irrationnel et absurde de
s’engager contre la guerre et d’œuvrer pour la paix, car de mémoire d’homme,
les humains ont toujours fait la guerre, et de ce fait, elle revêt un
caractère « naturel ».

5- Tous les grands crimes ne sont rendus possibles que par l'attitude
complice des petits suiveurs, qui se soustraient à leur responsabilité
individuelle, et dont la ligne de défense est toujours la même : « Que
vouliez-vous que je fasse? Ça ne dépendait pas de moi.

----------------------------------------
Sus au steack, fabrique de CO2

Loin du cliché tenace de peuple mangeur de saucisses, de plus en plus
d’Allemands cèdent à la tentation du végétarisme. Depuis les premières
enquêtes sur le sujet, il y a vingt-cinq ans, près d’un sur dix a arrêté la
viande. Dans les villes, les restaurants jouent presque tous la carte
végétale en proposant un menu adapté.

«Virage alimentaire». L’Allemagne vire végétarienne, d’autant plus que
l’assiette sans viande pourrait devenir la nouvelle recette pour sauver le
monde. C’est sérieux : dans les entrailles d’acier du Kulturpalast de
Dresde, remarquable vestige de l’architecture communiste où se tenait le
congrès végétarien mondial la semaine dernière, la théorie a fait l’objet
d’une journée entière de discussions. «Il est grand temps de prendre le
virage alimentaire», s’alarmait l’Autrichien Martin Schlatzer, qui mène des
recherches sur le rôle de la nutrition dans le changement climatique. Les
700 spécialistes du végétarisme réunis à Dresde, venus de 35 pays, ont
repris en chœur un argument béton : l’élevage est responsable de 18 % des
émissions de gaz à effet de serre, selon un rapport de la FAO publié il y a
deux ans, soit plus que les transports. «Le mode de vie végétarien est bon
pour la planète», conclut Thomas Schönberger, le président militant de la
fédération végétarienne allemande (Vebu). «Ceci pour la simple raison qu’il
faut sept unités de nourriture végétale pour produire une unité de
nourriture animale», affirme-t-il.

La théorie est simple. Comme il faut bien nourrir les bêtes avant de les
manger, il faut plus d’énergie, donc plus d’émissions de CO 2, et plus de
pesticides, pour produire une même quantité de nourriture lorsqu’elle
comprend de la viande. Le végétarisme, en revanche, est «climat friendly».
Et c’est une aubaine pour les militants. «L’argument n’est pas nouveau, mais
la prise de conscience des changements climatiques joue effectivement en
faveur du végétarisme, admet Thomas Schönberger. Même si ce n’est pas
l’unique explication, nos adhésions ont très nettement augmenté depuis deux
ans.» Le nombre de membres est en effet passé de 1 800 à 2 500. Avec les
Pays-Bas et la Grande-Bretagne, l’Allemagne rejoint ainsi le peloton de tête
des pays végétariens.

Carotte. «On ne fait pas aussi bien que les Européens», se désole
l’Américaine Gerry Coffey, porte-parole de l’Union végétarienne
internationale, à l’issue du congrès de Dresde. Les militants n’ont pas
encore trouvé la carotte pour attirer d’autres pays comme les Etats-Unis sur
la voie du végétarisme. Mais les Allemands sont convaincus que l’argument
climatique peut en être une.

http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/343080.FR.php

PÉTITION « NOURRIR LA POPULATION VS NOURRIR LES ANIMAUX »
18/08/2008

PÉTITION

AU : Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon

COPIE :
FAO – Directeur général, Jacques Diouf
OMS – Directrice générale,Dre Margaret Chan

Lancée par :
-Jens Holm, membre suédois du Parlement européen
-Association Suisse pour le végétarisme
-European Vegetarian and Animal News Alliance (EVANA)

« NOURRIR LA POPULATION VS NOURRIR LES ANIMAUX »

Cher Monsieur le secrétaire général,

En 1996, la «Déclaration de Rome sur la sécurité alimentaire» réaffirmait le
«droit de chaque être humain d'avoir accès à une nourriture saine et
nutritive». Les signataires ont également engagé leur volonté politique afin
«afin d'éradiquer la faim dans tous les pays».

En 2008, non seulement la malnutrition et la famine sont-elles en croissance
dans plusieurs parties du monde, mais elles devraient atteindre de nouveaux
sommets de souffrances. Des récoltes qui diminuent, des prix qui grimpent en
flèche et des pratiques agricoles insoutenables ne sont que quelques-uns des
facteurs qui posent des risques mettant la vie en danger pour des personnes
vulnérables.

Alors que la faim et la malnutrition tuent près de six millions d’enfants
chaque année, il est inacceptable que d’énormes pourcentages de récoltes
disponibles servent à nourrir des animaux de ferme.

Au nom de l’humanité, une collectivité mondiale responsable ne peut plus se
permettre de consacrer de 7 à 16 kilos de grains ou de fèves de soja,
jusqu’à 15 500 litres d’eau et 323 m2 de pâturages à la production d’un seul
kilo de boeuf pour ceux qui ont les moyens d’en acheter. Nous avons
désespérément besoin de méthodes plus accessibles et plus durables afin de
produire des aliments pour tous.

Malheureusement, même si les experts de FAO considèrent que « l’élevage
aussi est une menace pour l’environnement », ils se contentent de
recommander des techniques agricoles différentes, dont certaines entraînent
le risque d’endommager un environnement déjà vulnérable, peut-être de façon
irréparable.

Tous les gens affamés, plusieurs millions de végétariens et ceux qui
recherchent des solutions de rechange saines aux traditions destructives ont
le droit de s’attendre de la part des décideurs, des gouvernements et des
organes internationaux, une enquête scientifique sur toutes les options
disponibles, y compris le végétarisme. Cette ressource et ce style de vie
salutaires méritent qu’on leur consacre des recherches non biaisées et des
efforts de promotion, car ils offrent la possibilité de trancher la question
« aliments pour la population vs aliments pour les animaux » en faveur de
l’humanité.

Pour cette raison, nous en appelons aux Nations Unies et à des agences de
cesser de négliger le végétarisme et d’étudier plutôt ses avantages aux
volets multiples, dans le but de les incorporer dans de futures stratégies
pour un monde sans faim.

Sincères salutations,

signature
http://un.evana.org/sign.php?lang=fr

http://www.evana.org/index.php?id=36477&lang=fr

Prix Nobel à Gand
20 organisations présentent leurs recommendations politiques visant à
réduire la consommation de viande

29 août

Samedi 30 août à 19.00h, dans l'enceinte de l'Université de Gand
(Blandijnberg 2, Auditorium E) le Dr. Rachendra Pachauri parlera, sur
invitation de EVA asbl, au sujet de l'impact de la consommation de viande
sur le réchauffement de la terre. Le Dr. Pachauri qui préside l'IPCC
(Intergovernmental Panel on Climate Change), a reçu en 2007, avec Al Gore,
la prix Nobel de la Paix. Cela fait déjà dix ans qu'il ne mange plus de
viande, principalement dans le but de réduire son empreinte écologique. EVA
asbl tient à mettre en valeur son engagement végétarien en lui attribuant le
prix spécial 'Nobelprei'.

Le fait que pas moins de 600 personnes se soient inscrites pour Less Meat,
Less Heat un samedi soir, donne à espérer que l'intérêt publique pour ce
thème est grand. Et à juste titre, puisque la production et consommation de
viande causent 18 % des émissions de gazes à effet de serre, ce qui équivaut
au secteur mondial des transports.

-    une vache émet en moyenne autant de C02 par an qu'une Ford Fiesta
-    si un jour par semaine tous les Belges ne mangeaient plus de viande,
cela ferait une épargne en CO2 égale au retrait d'un million d'automobiles
de nos routes; autre exemple: ne pas manger de viande un jour par semaine
nous ferait épargner autant de CO2 que le choix de ne plus utiliser pendant
toute une année notre lave-vaisselle, machine à laver, congélateur,
aspirateur, chaîne hifi et télévision.
-    en mangeant végétarien depuis dix ans le dr. Pachauri aura produit
en moyenne 12 tonnes de CO2 en moins, ce qui équivaut à faire deux fois le
tour du monde à bicyclette au lieu d'en auto
-    le production d'un kilo de viande de boeuf requiert 15.000 litres
d'eau et engendre autant de gazes à effet de serre qu'une balade en voiture
de 45 km.

Le message du Dr. Pachauri est donc clair: 'Please, eat less meat'.

Afin d'aider nos instances publiques à traduire ce message en une politique
cohérente visant à réduire la consommation de viande en Belgique, EVA, WWF,
Greenpeace et un grand nombre d'autres organisations mettent ensemble un
premier pas important: une série de recommendations politiques afin de
diminuer la consommation de viande. Elles vont être présentées par Tobias
Leenaert d'EVA asbl le soir même.

Het programma:
19.00-19.05: Introduction par le Prof. Paul Van Cauwenberge, recteur de
l'Université de Gand.
19.05-19.20: Prof. Philippe Huybrechts: le réchauffement de la terre: la
situation actuelle
19.20-20.20: Dr. Rachendra Pachauri: Less meat, less heat
20.20-20.30: Remise du prix 'Nobelprei' par Nic Balthazar
20.30-21.05: Tobias Leenaert, EVA vzw: Réduction de la consommation de
viande? Recommendations politiques au gouvernement
21.00: réception avec bouchées veggie et boissons

L'entrée est gratuite, mais il est nécessaire de s'inscrire. Cela est
possible par email à info@vegetarisme.be ou par téléphone à EVA asbl
(09/329.68.51). Nous vous prions de ne pas vous s'inscrire si vous n'êtes
pas sûr de pouvoir assister à la soirée.

Pour la presse nous prévoyons un contact avec le Dr. Pachauri de 18.35h à
18.55h (sous réserve). Pour plus d'information, y compris une documentation
plus complète, il suffit de se joindre à EVA asbl (voir ci-dessous).

Cette conférence est une initiative d'EVA asbl, avec la coopération de WWF,
Greenpeace et l'Université de Gand (section philosophie et morale).

Contact:

EVA asbl
Tobias Leenaert, coördinateur, 0494/64.69.38, tobias@vegetarisme.be
Centre d'Information Végétarien (Vegetarisch Infocentrum),
St.-Pietersnieuwstraat 130, 9000 Gent.

En Flandre EVA asbl (Alternative Végétarienne Ethique) distribue
gratuitement toutes sortes d'information concernant une alimentation
végétarienne saine en savoureuse:
www.vegetarisme.be ou www.donderdagveggiedag.be

WWF België
Sam Van den Plas, Climate Change Officer, 0485/95.22.01,
sam.vandenplas@wwf.be

Greenpeace (information sur la politique en matière de climat)
Elysabeth Loos, 0496/16.15.89, elysabeth.loos@be.greenpeace.org
"


__._,_.___

Voir les commentaires

A ceux qui mangent des produits animaux et ridiculisent les opposants.

17 Août 2008, 17:54pm

Publié par Jo Benchetrit

Je ne crois pas que si vous visitiez un elevage, ou encore si vous alliez voir ce qui se passe pendant les transports et les abattages, je ne crois pas que vous garderiez votre ton badin. Ce qui se passe avec les pauvres animaux est bien pire que tout ce que vous pourriez imaginer. Rien, sinon peut être le nazisme n'est comparable en souffrance à la terrifiante vie de torture que nous leur imposons. Vous avez droit au plaisir. Eux , pour vous, ils n'ont droit qu'à leur infini malheur.
Voilà, ce que je veux dire, c'est que vous pouvez continuer à vous envoyer en l'air, que c'est super...mais les animaux, il ne faut plus les manger car ça signifie les torturer ou être complice commanditaire. Ce que nous faisons aux bêtes est ignoble, on n'a pas le droit de faire de la vie un enfer à des innocents au prétexte que ça nous sert en quoi que ce soit.
On n'a pas le droit, mais on le prend.
...sans compter les jouissances sadiques pures comme les corridas et autres horreurs invraisemblables.

Le cas des cochons:
copié collé
Voilà pourquoi la seule façon pour les défenseurs des animaux d'être "crédibles", est de ne pas collaborer par tueurs et abattoirs interposés à ces horreurs en mangeant des cadavres d'animaux..

Michèle Scharapan

Le cochon est très intelligent

Les scientifiques affirment que les cochons sont parmi les animaux les plus intelligents, à l’exception des primates (quoiqu’ils dépassent même certaines espèces de primates dans plusieurs domaines intellectuels).

Ils sont plus intelligents que les chiens et tout aussi sociables, loyaux et affectueux. Leur intelligence est semblable à celle d’un enfant de trois ans. Dans leur milieu naturel ils vivent en groupes et peuvent parcourir jusqu’à trente kilomètres par jour à la recherche de nourriture.

Ils aiment qu’on leur gratte le dos et s’empressent de se retourner pour se faire caresser le ventre. Ils s’endorment en se blottissant les uns contre les autres, groin contre groin.

Les chercheurs de l’Université de l’Illinois ont découvert que non seulement les cochons ont des préférences de température ambiante, mais qu’ils apprennent à faire fonctionner un interrupteur pour allumer ou éteindre le chauffage dans leur étable en fonction des variations de température.


Quelques saisons en enfer...
Dans les élevages modernes, les cochons ne peuvent satisfaire aucun de leurs besoins naturels. Ils ne connaîtront jamais le bonheur de courir dans l’herbe verte, de se prélasser au soleil ou de respirer l’air frais.

Les truies...
Dès l’âge de sept mois, les truies sont accouplées. Un mois après la mise bas, elles sont accouplées à nouveau et maintenues en gestation constante, pour être finalement abattues après quatre ou six portées.
Beaucoup sont enfermées pendant la gestation dans des stalles où elles ne peuvent pas bouger. Leur détresse et leur souffrance y sont intenses. Certaines perdent même connaissance en tentant de s’enfuir.
L’accouchement se fait dans des cages plus petites encore, pour empêcher les truies d’écraser les porcelets en se couchant. Séparés de leur mère par une grille de métal même pendant l’allaitement, les petits leur sont définitivement arrachés au bout de trois ou quatre semaines. Ces stalles sont si cruelles qu’elles sont désormais interdites dans certains pays, notamment au Royaume-Uni. Mais il faudra attendre 2013 pour la France et l’interdiction ne concernera que les truies gestantes !

les porcelets...
Dès leurs premières semaines de vie, ils subissent toute une série de mutilations. Leurs dents sont sectionnées à la pince. Coupées au niveau de la pulpe, elles éclatent jusqu’à la racine, ce qui provoque des infections à répétition qui sont une source de souffrance permanente.
Viennent ensuite coupe de la queue et castration, toujours sans anesthésie. La castration nécessite une incision profonde car les testicules ne sont pas apparents. Très douloureuse, cette opération a été interdite au Royaume-Uni, par exemple. Mais elle est toujours pratiquée en France.
Quand les porcelets mâles sont abattus, ce sont encore des bébés : ils n’ont que six mois, alors que leur longévité naturelle est de six à neuf ans. Pendant leur courte vie, ils n’auront aperçu le soleil qu’une seule fois, à bord du camion qui les mène à l’abattoir.

...et les autres
A cause de l’accumulation de saleté, d’excréments et d’urine, 75% des animaux souffrent de pneumonie et plus du quart d’une forme de gale qui peut entraîner la mort (sans parler des démangeaisons insupportables). Les médicaments et les manipulations génétiques provoquent artificiellement une croissance si rapide que les animaux sont à peine capables de marcher. Chaque année des centaines de millions de cochons arrivent paralysés à l’abattoir.
Le transport est une source supplémentaire de stress et de souffrance, d’autant qu’il se fait souvent sur de très longues distances, parfois sans pouvoir boire ou manger et dans un inconfort extrême.

Dans un abattoir français type, plus de 2 000 cochons sont tués tous les jours.
Impossible, dans ces conditions, de prêter assez d’attention à chacun pour s’assurer qu’ils sont tués de la façon la moins cruelle possible. La loi impose qu’ils soient étourdis avant d’être découpés en morceaux, mais l’électrocution est souvent ratée. Du coup, beaucoup d’animaux sont encore conscients lorsqu’ils sont plongés dans la cuve d’échaudage (une cuve d’eau bouillante destinée à éliminer les poils et assouplir la peau).



http://www.petafrance.com/vegetarian-pig3.asp



Les cochons sont probablement les animaux les plus malheureux de la planète.
Victime d'une réputation qu'il ne mérite pas mais qui satisfait les consciences, le cochon est depuis longtemps déconsidéré par l'espèce humaine à un point tel que cet animal est relégué sans scrupule au statut de machine à produire de la viande. Et cela dans des conditions d'élevage monstrueuses et pourtant dans l'indifférence quasi générale. Même au sein de certains sympathisants de la cause animale, le cochon ne semble bénéficier que de peu d'empathie.

"Après tout, ce n'est qu'un cochon", voilà la phrase qui semble donner bonne conscience.
Aucun animal ne mérite évidemment toute une vie de souffrance comme on l'impose aux porcs dans les élévages.
Mais ici, il faut savoir en plus que le cochon est non seulement très éloigné de sa réputation d'animal bête et sale, mais qu'a contrario, il est sur le plan biologique et éthologique un des plus proches cousins de l'homme.

À ce titre, et malheureusement pour lui, le cochon est utilisé en masse dans les centres d'expérimentation animale.
Le cochon est sans aucun doute le plus intelligent, le plus sensible et le plus propre de tous les animaux de ferme.
Ce dernier est non seulement capable de développer des comportements relationnels avec l'homme, tout comme le chien, miais qu'en plus il ne souille jamais sa litière si on lui donne la possibilité de sortir. Le cochon adore la propreté et le confort, et s'il aime se rouler dans une mare de boue, c'est uniquement parce que ça le rafraîchit et que ça le protège des insectes et du soleil.
En outre, le cochon est très sensible à la douleur et au stress.
A partir de là, il est aisé d'admettre que ces animaux souffrent encore bien plus que n'importe quelle autre espèce du calvaire que les éleveurs leur font subir.

Suite:
http://www.animauxenperil.be/Pages/Animaux_ferme/coch_02.htm
http://www.animauxenperil.be

Voir les commentaires

Position humaniste sur les bêtes "de boucherie" malades.

28 Mai 2008, 07:36am

Publié par Jo Benchetrit


Admirez l'anthropocentrisme autistique. Récupération de la défense animale pour que les hommes ne mangent pas d'animaux malades.
Pas un mot de compassion pour les bêtes amenées de force à l'abattoir dans des états terrifiants. On ne pense qu'à ce qu'on ingère en termes de santé personnelle.
Lu dans la cyberpresse:
Les bêtes malades ne finiront plus en steak
Cyberpresse - Montréal,Québec,Canada
 


Stéphanie Bérubé
La Presse

C'est plutôt rassurant: les États-Unis ont décidé de resserrer leurs règles concernant l'abattage des boeufs. Les animaux qui se présentent à l'abattoir et qui ne tiennent plus sur leurs pattes ne se retrouveront pas dans la chaîne alimentaire.

Cela semble l'évidence la plus élémentaire; il a pourtant fallu un scandale au début de l'année pour convaincre le département de l'Agriculture américain de revoir ses normes. Actuellement, certains boeufs «non ambulatoires», comme on les appelle dans l'industrie, sont tout de même abattus et transformés. Ce qui n'est pas le cas au Canada. Au début de 2008, un groupe de défense des animaux a diffusé des images choquantes d'animaux extrêmement mal en point qu'on poussait à l'abattoir.

L'information est d'autant plus pertinente quand on sait que le Canada est le deuxième marché d'exportation du boeuf américain, après le Mexique. L'année dernière, plus de 115 millions de kilos de boeuf américain se sont retrouvés dans les marchés canadiens.

Voir les commentaires

Rapide réflexion sur le nazisme et le rapport banal au animaux.

2 Mai 2008, 09:39am

Publié par Jo Benchetrit

« La présomption est notre maladie naturelle et originelle. La plus calamiteuse et frêle des créatures, c’est l’homme, et quant et quant [et en même temps] la plus orgueilleuse. Elle se sent et se voit logée ici, parmi la bourbe et le fient du monde […] et se va plantant par imagination au-dessus du cercle de la Lune et ramenant le ciel sous ses pieds. »

Montaigne, Essais, II.XII, « Apologie de Raymond Sebond », 1588.

Beau résumé du pb des hommes car ils refusent leur réel. Par orgueil, dit Montaigne. Par intérêt, je rajouterais, car pour bien exploiter sans scrupule, se placer au dessus des autres est encore la meilleure situation..

Il faut d'urgence nous améliorer et cesser de faire aux autres ce que nous dénonçons chez ceux qui nous ont fait subir la même chose.

La seule idée de ne pas valoir mieux que ceux qui nous ont dénié tout droit en déniant tout droit à d'autres que nous,  choque. Moi, non. Je pense qu'en tant que victimes éternellement proposées aux gentils et aux autres, nous nous devrions de ne pas être aussi insensibles que les nazis.
Ha! bien sûr, ce n'est pas très confortable de se dire ça!
Le barbare c'est toujours l'autre, depuis le départ, ce  terme chez les greco-romain.
Je le redis,  ce  qui ne va pas, ce n'est pas de comparer l'homme à des bêtes, puisque comme vous le savez, nous en sommes, ce n'est pas non plus de dire que les bêtes sont maltraitées, puisque vous diriez aisément pour vous en révolter que des hommes  puissent être aussi maltraitées que des bêtes( ce qu'on dit à tort et travers)   puis que ce  serait une offense de nous traiter comme des bêtes qui elles ont le sort qu'elles méritent(POURQUOI?), mais ce qui vous défrise, c'est qu'on ose dire que nous ne valons guère mieux, nous les (in)humains, car nous avons remplacé la vie sauvage par des villes et des camps où croupissent, dans un dénuement parfait, des êtres vivants dan leurs excréments, étouffés par l'odeur de d'ammoniac de leur pisse, dans leur vomi, des centaines d'entre eux meurent nt chaque jour et le matin, on les ramasse et avec qq mourants qu'on entasse les uns sur les autres, les mourants avec, oui, pour qu'ils soient bien étouffés sous les morts, dans la souffrance et  la terreur, quelle merveille, l'homme, hein?

Dans le noir pour certains ou la lumière nuit et jour pour d'autres comme les poules qui ainsi pondent plus, ne pouvant bouger, condamné  à être broyés bébé si pas du bon sexe pour le produit que traite l'usine, condamné à être inséminé si on est reproducteur, condamné à porter des bébés si on est un vache puis à  se les voir arrachés dès la naissance, ou  presque, les veaux étant ensuite carrément mis en taule, entre qq planches pour qu'ils ne bougent jamais, ces petits, loin de tout jeu, car le moindre mouvement fait de la viande rose...qui se vend moins cher.

Le veau  est blanc, anémié, a souffert de solitude, de la torture de  l'immobilité qui rend fou, n'a jamais vu le jour que pour l'abattoir...tout ça pour avoir de la chair qui se vend, et avoir des LAITAGES. Qu'on se le  dise.

N'en achetons plus. Ne mangeons plus de produits animaux.

Voir les commentaires

Clopine me donne raison sur l'élevage et le nazisme, mais...

30 Avril 2008, 20:42pm

Publié par Jo Benchetrit

  1. elle écrit suffisamment bien pour que j'aie envie de coller ici son commentaire...Mais elle ne veut pas accorder sa pensée et ses actes.et bien sûr, je ne suis pas d'accord avec elle quand elle dit cette belle ânerie qui fait toute la differnece entre elle et moi : "les animaux  sont "sans conscience."



  2. En tout cas, Jo Benchetrit a raison sur un point : c’est que l’industrie alimentaire, dans les traitements auxquels elle soumet les animaux, a de parfaits points communs avec l’idéologie nazie.

    Quiconque a, comme moi, visité une porcherie industrielle peut en témoigner. Imaginez un bâtiment rectangulaire, avec un nombre minimum d’ouvertures. Imaginez une RATIONALISATION de l’espace en vue de l’optimisation du but recherché. Par exemple, pour évacuer les déchets organiques, un système de claire-voie qui empêche les animaux d’arpenter l’espace qui leur est dévolu (ils ne peuvent marcher sur les barres rondes, chromées, qui leurs servent de sols). Par exemple, à l’heure de la tétée, des grilles qui descendent et maintiennent les coches allongées sur le côté, pendant que les porcelets viennent les têter A TRAVERS les grilles… Ceci pour éviter que les coches ne dévorent quelques uns de leur portée - cela arrive, évidemment, dans la “nature”, mais pas systématiquement, il s’agit, d’après un mien ami vétérinaire, d’un acte de sélection naturelle, un ou deux porcelets parmi les plus faibles pouvant éventuellement être ainsi mis à mort, mais cela arrive rarement. Cela dit, vu les conditions de vie des coches qui les rend évidemment complètement folles, il vaut mieux, en effet, prendre des précautions.

    Ces coches mangent évidemment des aliments tout préparés, sous forme liquide, qui leur arrivent par des tuyaux (on n’en est pas encore aux sondes implantées sous la peau, mais pas loin). Ceci est une aberration totale quant on connaît la fonction des groins des cochons. Animal fouisseur, celui-ci utilise son groin pour fouiller la terre, à la recherche de tubercules. Lui engouffrer la bouffe directement est une violence qui s’apparenterait, toutes proportions gardées, à ne nourrir l’humain qu’à coup de pilules.

    Bien entendu, les coches ne voient jamais la lumière du soleil, le moindre brin de verdure, la couleur du ciel. Mais des lampes électriques dans la gueule, des ordres brefs, une odeur épouvantable, un espace vital compté au millimètre, et pour la survie et le rendement, hein. Le “bien-être” est ici absent…Mais la souffrance, bien présente. Je passe sur la brutalité des cochers, ceux-ci sont simplement insensibles, “habitués”, n’éprouvant aucune empathie puisqu’il ne s’agit même plus ici d’animaux ou d’êtres vivants. Le propriétaire de la porcherie n’a jamais utilisé qu’un seul terme : “produits”….

    Il n’y a ABSOLUMENT AUCUN DOUTE pour moi. Seul un cerveau humain peut produire un univers conçu de cette manière. Et ce cerveau humain est le frère des cerveaux concepteurs des camps de la mort, des transports en wagons à bestiaux, etc.

    Les animaux, eux, si l’on en croit Bataille dans “Qu’est-ce que la religion ?”, sont au monde comme “de l’eau dans de l’eau”. Quand leur instinct les pousse à ce qui est pour nous de la “cruauté” (le chat qui plante ses griffes pour immobiliser la chatte qu’il monte, le crabe qui bouffe le bébé tortue qui rampe sur l’estran pour atteindre la haute mer, le chaton qui joue longuement avec la souris) non seulement ils sont sans conscience, mais encore ils affichent leur animalité…

    Et, je n’hésite pas à le dire, démontrent ainsi une certaine supériorité - Amorale, sur l’être humain. Celui-ci qui passe son temps à “animaliser” son prochain, pour l’asservir, le rendre autre, et surtout s’autoriser ainsi à le traiter de façon “inhumaine”. Inhumaine, mais justement pas animale, puisqu’un cerveau de n’importe quelle bête est justement absolument incapable de telles abominations…

    Je suis sortie de la porcherie. J’ai marché un peu à l’écart, le long de la haie. Et là, j’ai vomi, longuement. Pas seulement à cause de l’odeur, épouvantable. Mais parce que je venais de voir ce qui se rapprochait le plus des baraquements d’ Autschwitz, visités dix ans auparavant, les concordances y étaient frappantes. et que c’étaient des cerveaux humains, comme le mien, qui, dans les deux cas, avaient conçu “cela”.

    Les bêtes ne sont pas immondes. Mais le regard de l’homme sur elles, parfois, trop souvent, OUI.

    Clopine, remuée là. Je folâtrais, guillerette, et puis, il suffit d’un échange sur la RDL, et voilà…

    Jo Benchetrit : je vous l’ai déjà dit, par contre, je ne puis vous suivre partout où vous allez. Mais vous pouvez compter sur moi pour vous accompagner pour combatte l’inadmissible.

    Rédigé par: Clopine Trouillefou | le 30 avril 2008 à 17:16| Alerter

Voir les commentaires

On ne fait pas d'omelette sans casser des poules.

2 Avril 2008, 17:49pm

Publié par Jo Benchetrit

je transmets :


Bravo à Johanne (PMAF) qui tourne sur toute la France pour informer
les consommateurs sur l'étiquetage des oeufs dans les grandes
surfaces et les inciter à refuser les oeufs de batterie.
Elle a décroché un reportage au 20h de TF1 qui est passé au 20h.
(01/04/08)

http://minilien.fr/a0k8zg

TF1, c'est entre 6 et 7 millions de téléspectateurs.
Site de la PMAF sur cette campagne oeufs :
http://www.oeufs.org/


Lettre ouverte pour la fin de l'élevage en cages des poules pondeuses
Tandis que la filière « ponte » sollicite un report de l'abolition des cages conventionnelles prévue en 2012 par une Directive européenne, cinq associations ont invité Michel Barnier à résister à la tentation de demander à l'Europe un nouveau délai. Dans une lettre ouverte adressée jeudi dernier au Ministre de l'Agriculture, la  Protection mondiale des animaux de ferme, la Fondation Brigitte Bardot, la Fondation 30 Millions d'Amis, la SPA, et la Société Nationale de Défense des Animaux, attestent des « sérieux problèmes de bien-être » posés aux poules dans les cages conventionnelles.
« L'élevage en cage est l'une des formes les plus manifestes de mépris de la vie des animaux, et de banalisation de leur souffrance en élevage intensif. Dans ces conditions, les poules ne disposent pas même de la surface d'une feuille A4 pour survivre. » ajoute Johanne Mielcarek, chargée de campagnes à la Protection mondiale des animaux de ferme.

Les citoyens appelés à prendre leur plume
Les cinq associations donnent un nouveau coup de bec à l'élevage des poules en batterie en lançant une campagne d'écriture en direction du Ministère de l'Agriculture. Les citoyens sont invités à commander gratuitement, depuis les sites web des organisations, une carte postale à signer et envoyer au Ministre.

L'avenir est dans le pré
Après 2012, les cages conventionelles laisseront place à des cages aménagées (750 cm2/poule au lieu de 550 cm2, équipées d’un perchoir et d’un nid), aux élevages en plein air ou encore au sol.  Dans un rapport rendu public le 8 janvier dernier, la Commission européenne remarque une demande citoyenne croissante pour améliorer le sort des poules pondeuses en élevage (1).
« L'élevage en cage est boudé par les consommateurs qui s'orientent de plus en plus vers les oeufs de poules élevées en plein air. C'est un match que l'élevage intensif a perdu, rien ne pourrait donc justifier de lui laisser jouer des prolongations », déclare la chargée de campagnes de la PMAF.

carte poules 2008

Contact presse :
Johanne Mielcarek, chargée de campagnes PMAF (Protection mondiale des animaux de ferme)
Tél. : 03 87 36 46 05 / 06 86 01 24 61
Email : johanne@pmaf.org


Voir les commentaires

Comment les mexicains tuent-ils les chevaux? Je pense comme ils tuent les autres animaux: ATROCEMENT.

16 Mars 2008, 20:52pm

Publié par Jo Benchetrit

Merci de lire, ecrire  et signer avant de boycotter le Mexique.

Je transmets sans pouvoir trop commenter tant cette histoire est terrifiante.
Mais, me direz vous , on ne cesse d'en apprendre d'affreues chaque jour. Je sais. Faudrait en finir . Mais en finir avec ça, c'est en finir avec notre espèce.
En attendant n'oubliez surtout pas de signer etc.

Courage pour la lecture.

ATTENTION AUX PHOTOS ET VIDEOS

Campagne :

"AVANT DE PENSER AUX VOYAGES VERS LE MEXIQUE, CONSIDÉREZ CECI : Brutalité et violations de la loi sur la santé au Mexique :

Cliquez sur les liens pour visionner les vidéos (attention images dures)

http://fr.youtube.com/watch?v=hwYK3jG675s
http://uk.youtube.com/watch?v=B61B8uxZNdw
http://fr.youtube.com/watch?v=jIadUbP8t34
http://uk.youtube.com/watch?v=E_EbdWa4rck&NR=1



LES CHEVAUX DES USA ONT ECHAPPE AUX ABATTOIRS DANS CE PAYS POUR RENCONTRER SEULEMENT LES DÉCÈS LES PLUS TERRIFIANTS A SAN BERNABE. du MEXIQUE.

Les chevaux des ETATS-UNIS sont exempts de l'abattage dans ce pays depuis la fermeture des 2 derniers abattoirs, mais ils sont maintenant cruellement abattus au Mexique. Puisqu'une interdiction pour transporter les chevaux des ETATS-UNIS au Canada et au Mexique pour l'abattage est encore en suspens, nos chevaux se déplacent rapidement par dela les frontières. Il est impératif que les citoyens des ETATS-UNIS incitent à l'établissement immédiat de l'AHSPA, et soutiennent les efforts dans les Etats frontaliers pour arrêter le transport vers l'abattage des équidés.

Que ce soit un cheval américain ou mexicain, le sujet est la méthode sadique pour abattre ces animaux intelligents. Une courte description de l'abattage des chevaux : "la jument américaine a balancé sa tête effrénée quand la porte de la boîte de mise à mort s'est fermée, l'emprisonnant à l'intérieur. Un ouvrier lui a enfonçé dans le dos un petit couteau sept, huit, neuf fois. Rendue sauvage, elle a abaissé sa tête et l'a soulevée quand la lame a perforé son corps autour du garrot, à plusieurs reprises. Au 10ème coup, elle est tombée sur le plancher de cet abattoir mexicain, ensanglantée et paralysée mais pas encore complètement. Elle est restée là pendant deux minutes avant d'être levée à l'envers par une patte arrière enchaînée ainsi sa gorge pouvait être tranchée et elle pouvait saigner à mort. La jument était l'un des presque 30.000 chevaux américains embarqués dans les installations de transformation mexicaines cette année "

Cette campagne aidera a mettre un terme à ces massacres terrifiants. Nos cibles sont : Les autorités mexicaines pour arrêter la barbarie. Le Parlement européen pour intervenir contre l'importation de ces animaux torturés, et le congrès des USA pour décréter des lois pour arrêter le transport des chevaux pour l'abattage au Mexique. Nous travaillerons également en coopération avec des organismes consacrés a la fin d'abattage de chevaux, aussi bien que nos propres.
____________
______________________________________

Le groupe mexicain "APASDEMEXICO" de protection des animaux a essayé de travailler avec les autorités mexicaines pour fermer San Barnabe en raison de sa barbarie et issues malsaines -- mais toutes les tentatives sont tombées dans des oreilles sourdes :

EN ESPAGNOL : PHOTOS et ARTICLES de JOURNAUX

http://picasaweb.google.com/segoviasan/MercadoDeSanBernab

http://www.apasdemexico.org/

Voici ce qu'ASPASDEMEXICO indique au sujet de San Barnabe :

"le marché de San Bernabe, dans la ville d'Almoloya de Juarez, dans l'état du Mexique, est l'un des exemples les plus indignes de la brutalité et des violations à la législation sur santé au Mexique. Tandis que le gouvernement fédéral et local sont complètement autorisés à effectuer des inspections et des visites de surveillance des établissements mexicains, et pourraient donc résoudre ce problème, ils ont été jusqu'ici totalement apathiques. Le trafic des espèces, la saleté, et la cruauté énorme sont le scénario quotidien. Ce cas a été annoncé par les informations nationales à la TV et des rapports spéciaux, ainsi les autorités ne peuvent pas feindre de l'ignorer.

Ici, les animaux prétendus de travail, de consommation, et de compagnie sont vendus ? chevaux, ânes, et même chiens ?, aussi bien que des espèces sauvages d'origine douteuse. Bon nombre d'entre elles sont visiblement malades ; elles sont embarquées dedans et dehors dans des conditions terribles ; elles sont sadiquement traînées, malgré des fractures, le saignement, et/ou des blessures. On peut voir également des animaux qui sont suspendus avec des cordes dans des camions car ils sont trop faibles pour rester debouts, et quand ces créatures torturées meurent, elles sont immédiatement ouvertes coupées et leurs entrailles sont jetées partout. Ces prétendus "animaux jetables" sont maintenus vivants juste parce que le coût d'un kilo de viande vivante vaut presque deux fois un kilo de viande morte.

Un scénario de violence et de saleté, où des lois ne sont pas imposées et les autorités sont totalement absentes. Après une vie de travail obligatoire, les chevaux sont jetés et vendus sur le marché de San Barnabe où ils sont abattus de la façon la plus barbare. C'est là où les chevaux américains sont envoyés pour être tués."

CET AMENDEMENT EST ESSENTIEL POUR EN FINIR AVEC LE DESTIN TRAGIQUE DE NOS CHEVAUX

Aux ETATS-UNIS, S. 311, A est un amendement pour modifier la Loi de protection des chevaux pour interdire l'expédition, le transport, déplacer, livrer, recevoir, posséder, acheter, vendre, ou la donation des chevaux et d'autres équidés à abattre pour la consommation humaine, et pour d'autres buts.

Afin d'aider à en finir avec ces atrocités, nous collaborons avec le groupe mexicain de protection des animaux et d'autres groupes dans le monde entier, réclamant des démos aux ambassades et aux consulats mexicains autour du monde. Notre but ultime est de faire fermer San Barnabe par le gouvernement mexicain.

Pour se familiariser avec cette barbarie la plus inquiétante, voici quelques liens

http://www.awionline.org/legislation/horse...ghter/index.htm
http://www.aboutbillythekid.com/stophorseslaughter.htm
http://blogs.britannica.com/blog/main/2007...ter-in-america/
http://www.users.bigpond.com/berrime/slaughter.htm
http://www.kaufmanzoning.net/horsemeat/swe...etter090706.jpg
http://members.aol.com/showland/link1.htm
http://www.netposse.com/slaughter/slaughterinfo.htm

Ce que vous pouvez déja faire

Signez la pétition contre le marché de San Barnade
http://www.thepetitionsite.com/1/por-la-ca...es-by-the-close

Signez la pétition contre l'abattage des chevaux US
http://www.ipetitions.com/petition/endhorseslaughternow/



Cependant, pour une pleine histoire sur l'abattage des chevaux, lisez svp cet article :

L'abattage des chevaux évoque l'outrage

AUSTIN - une montée subite dans les exportations des chevaux non désirés par delà les frontières pour l'abattage a horrifié les avocats de protection des animaux, qui disent qu'ils redoubleront d'efforts pour qu'une loi interdise les expéditions des chevaux vers les abattoirs mexicains et canadiens. Allez au devant des lois qui cette année ont fermé les seules trois usines américaines d'abattage de chevaux, y compris deux usines dans le Texas du nord. Depuis janvier, les prétendus "acheteurs tueurs" qui achètent aux enchères les chevaux non désirés ont embarqué 48.000 chevaux au Canada et au Mexique pour l'abattage. La viande de cheval est consommée au Mexique, en Europe et au Japon. Les exportations des ETATS-UNIS vers les abattoirs mexicains sont en hausse de 369 pour cent. Les Informations de San Antonio dimanche ont fait la chronique de la méthode brute employée pour tuer des chevaux dans une usine à Juárez, Mexique, où les ouvriers d'abattoir poignardent les chevaux dans l'épine jusqu'à ce qu'ils soient handicapés. les chevaux sont alors ficelés et levés par une patte de derrière et leurs gorges sont tranchées.



L'histoire sinistre d'outrage racontée par des activistes et des membres du Congrès qui ont essayé d'interdire l'abattage par la Loi de protection de cheval. "si les membres du congrès voyaient ces photos et lisaient l'histoire, je pense que nous obtiendrions une certaine action immédiate," a dit le US Rep. Charlie Gonzalez, D-San Antonio, un adversaire de l'abattage des chevaux.....



Plus de 100.000 chevaux des ETATS-UNIS ont été abattus l'année dernière pour les plats de dîner d'outre-mer, selon les chiffres du gouvernement. Environ 15.000 chevaux ont été abattus cette année, mais les exportations vers les abattoirs étrangers sont en hausse.....

Les avocats des animaux disent que la méthode de massacre et les conditions que les chevaux supportent pendant qu'ils sont embarqués à travers le pays ne devraient pas être employés comme argument pour rouvrir des opérations américaines d'abattage. La solution, ils disent, serait d'interdire l'abattage des chevaux dans ce pays - ou les exportations et l'abattage au Mexique et au Canada. Les opérations ont cessé dans les abattoirs des ETATS-UNIS après des interdictions d'état confirmées par de diverses cours dans le Texas et l'Illinois. "l'urgence est en passant la législation fédérale," a dit Chris Heyde, député, directeur législatif de l'institut de protection des animaux en Virginie. "jusqu'à ce que nous passions la législation fédérale, rien ne changera." Les avocats arguent du fait que les chevaux devraient être épargnés de l'abattage parce qu'ils sont devenus comme des animaux de compagnie, comme les chats et les chiens, et ont joué un rôle important dans l'histoire des ETATS-UNIS. Ils affirment également que l'abattage commercial était cruel même lorsqu'il était fait dans ce pays. Puisqu'ils tendent à se déplacer beaucoup, ont des fronts étroits et le cerveau plus lointain dans leur crâne que des vaches, les chevaux parfois doivent être frappés à de multiples reprises avec un pistolet à boulon captif avant la mort. Gonzalez dit : "je n'ai pas une solution parfaite au problème, mais je sais que l'abattage des chevaux pour le marché au détail est totalement contraire aux valeurs établies dans ce pays. C'est pourquoi nous ne mangeons pas de viande de cheval."
____________
______________________________________

UNE LETTRE TYPE EST A ENVOYER CONTRE CETTE ABOMINATION

Voici la lettre type à envoyer (Je vous met une traduction en fin de topic) :

############
####################

Presidente Felipe Calderon Hinojosa
Estados Unidos de México

Sr. Presidente:

Con extrema repulsión y tristeza vi las fotos y los videos de cómo se lleva a cabo el asesinato de caballos y burros en el mercado-matadero de san Bernabé. Caballos jóvenes, viejos, sanos, enfermos, yeguas preñadas... ninguno escapa de la bárbara e inhumana muerte a manos de los matarifes de corazón frío. ¡Parece que en su país hay una gran falta de humanidad!

Estimado Señor Presidente, por muy necesitados de ingresos que el pueblo de San Bernabé pudiera estar, no hay nada en este mundo que pueda justificar tanta barbarie y tanto dolor infligido a los animales indefensos. Los caballos y burros, después de una vida de servicio a sus dueños, son desechados en San Bernabé para encontrar una muerte atroz. En el tercer milenio, tal barbarie ya no es aceptable en ninguna sociedad civilizada.

Los europeos son los principales consumidores de carne de caballo, pero seguramente no son conscientes de la monstruosa forma y la falta de higiene con que se matan a esos caballos en San Bernabé. Es imperativo que el Parlamento Europeo, y su pueblo tomen conciencia de cómo su carne fue torturada ya que todavía hay gente en este mundo con un mínimo de decencia humana.

San Bernabé le está dando a México una muy mala imagen dentro de la comunidad internacional. Tenga en cuenta que por mi parte, voy a velar por que toda persona que conozco se informe acerca de San Bernabé. No voy a visitar México y pediré a todos mis familiares, amigos, y a mis grupos que hagan lo mismo hasta que se cierre el mercado de San Bernabé.

http://www.antifursociety.org/HORSE_SLAUGHTER.html

Sinceramente,

PRENOM, NOM
PAYS, VILLE
ADRESSE MAIL




############
##################

Sujet :

El asesinato de caballos y burros en el mercado-matadero de San Bernabé

Voici les adresses mails ou envoyer cette lettre (je vous les regroupe par envoi) :

ENVOI 1/ Président du Mexique et son gouvernement

Aan : Felipe.calderon@
presidencia.gob.mx

CC : seduc@edomex.
gob.mx, abel.v.e@edomex.gob.mx, abraham@presidencia.gob.mx, Cesar.nava.vazquez@presidencia.gob.mx, alberto.cardenas@sagarpa.gob.mx, atencionsedagro@edomex.gob.mx, atn.ciudadana@mail.sedena.gob.mx, c.secretario@semarnat.gob.mx, comentarios@ssp.gob.mx, contacto@sectur.gob.mx, contactociudadano@funcionpublica.gob.mx,
correofjch@presiden
cia.gob.mx, delegado@edm.sagarpa.gob.mx, delegado_mex@correo.profepa.gob.mx,
denuncias@profepa.
gob.mx, elino@gem.gob.mx, esojo@economia.gob.mx, felipe.calderon@presidencia.gob.mx, fjch@presidencia.gob.mx, gempgj@mail.edomex.gob.mx,
gemsecgg@edomex.
gob.mx, gestion@segob.gob.mx, gob@gem.gob.mx, gob@gubernatura.gem.gob.mx,
javierlozano@
stps.gob.mx, jcordova@salud.gob.mx, josefinav@sep.gob.mx, jsantos@profepa.gob.mx,
lmendoza@presidenci
a.gob.mx, mebarrera@salud.gob.mx, msantillan@segob.gob.mx, msantillana@segob.gob.mx, pespinosa@sre.gob.mx, ppatron@profepa.gob.mx, pviniegra@sra.gob.mx,
relevante_2005@
yahoo.com.mx, relizondo@sectur.gob.mx, saludedomex@yahoo.com.mx, secretario@energia.gob.mx, secretario@hacienda.gob.mx, secretario@sct.gob.mx, secretario@sedesol.gob.mx, srio@semar.gob.mx, svlanderos@presidencia.gob.mx,
transparencia@
presidencia.gob.mx, turismo@edomex.gob.mex, velascorg@edomex.gob.mx,
vicsanchez@presiden
cia.gob.mx, yess@pgr.gob.mx

ENVOI 2/ Ambassades mexicaines en Europe

Aan : embfrancia@sre.
gob.mx, consularmex@wanadoo.fr, direction@casadamexico.org, idemex@wanadoo.fr, mail@embamexale.de, embamex@embamex.eu, embamex@embamex.es,
embgrecia@sre.
gob.mx, embamexhu@t-online.hu, info@embamex.ie, correo@emexitalia.it, embamex@ikp.pl, embamex.port@mail.telepac.pt, embamex@rep-checa.cz, embamex@xnet.ro,
embamex@net.
yu, mexico@net.yu, suecia.embamex@telia.com, embamex1@swissonline.ch,
embamex@embamex-
nl.com, info@mexican-embassy.dk, mexican.embassy@welho.com, embgbretana@sre.gob.mx

ENVOI 3/ Agences de voyages et compagnies aériennes méxicaines (les plus importantes)

Aan : Oficinas@conaav.
org, aandrade@promotur.com.mx, adolfo.crespo@mexicana.com.mx, amav@prodigy.net.mx, aperezz@aeromexico.com.mx, arik@visitmexico.com, asantos@promotur.com.mx,
atorres@aeromexico.
com.mx, bhernandez@promotur.com.mx, ccollado@promotur.com.mx,
cramirez@visitmexic
o.com, diana.ocampo@mexicana.com.mx, directorgeneral@aeromexico.com.mx,
gaston.azcarraga@
mexicana.com.mx, gchavez@promotur.com.mx, gesparragoza@aeromexico.com.mx,
gnavarrete@expomayo
ristas.com.mx, gorduna@promotur.com.mx, gramos@promotur.com.mx,
iflores@promotur.
com.mx, iflores@visitmexico.com, isaac.volin@mexicana.com.mx,
jcastanon@promotur.
com.mx, jhoyos@promotur.com.mx, jlerma@promotur.com.mx,
jmontano@promotur.
com.mx, lcisneros@promotur.com.mx, ljortiz@aeromexico.com.mx,
llara@promotur.
com.mx, lolvera@promotur.com.mx, manuel.borja@mexicana.com.mx, mjaimes@promotur.com.mx, mortiz@promotur.com.mx, mpramirez@promotur.com.mx,
mpsanchez@promotur.
com.mx, nhernandez@promotur.com.mx, njuarez@promotur.com.mx,
o@promotur.com.
mx, plopez@promotur.com.mx, pramirez@promotur.com.mx, rvelazquez@promotur.com.mx, rvergara@promotur.com.mx, sescobedo@promotur.com.mx,
siim@visitmexico.
com, tranparencia@cptm.com.mx, transparencia@cptm.com.mx, vflores@promotur.com.mx, vmateos@aeromexico.com.mx
____________
______________________________________

Voici une traduction de cette lettre :

"Mr le Président,

C'est avec une extrème répulsion et tristesse que j'ai vu les photos et les videos sur la façon dont l'abattage est effectué dans les "usines" d'abattage des chevaux de San Bernabe. Des chevaux vieux, jeunes, des juments saines, malades, enceintes ... aucun n'échappe aux décès inhumains et en effet barbares aux mains du froid sans coeur des bouchers. Il semble que dans votre pays il y ait un manque extrême d'humanité !

Cher M. le Président, bien que beaucoup de personnes aient besoin des revenus de San Bernabe, rien en ce monde peut justifier tellement de barbarie et de douleur infligés sur des animaux sans défense. Des chevaux, après une vie de service à leurs propriétaires, sont jetés à San Bernabe pour rencontrer des décès indescriptibles. Au troisième Millénaire, une telle barbarie n'est plus acceptable dans n'importe quelle société civilisée.

Les Européens sont les consommateurs principaux de viande de cheval, mais ils ne se rendent surement pas compte de la monstruosité de l'abattage des chevaux et du manque d'hygiène de San Bernabe. Il est impératif que le Parlement européen, et le public se rendent compte de la façon dont leur viande a été torturée puisqu'il y a des personnes immobiles en ce monde avec un minimum de décence humaine.

San Bernabe donne au Mexique une réputation très mauvaise dans la communauté internationale. Veuillez être au courant que je ne visiterai pas le Mexique jusqu'à ce que l'abattage des chevaux soit interdit, ni n'achèterai tous les produits fabriqués au Mexique. Cette information a été envoyée dans le monde entier aux amis, à la famille et aux groupes auquel je participe. A leur tour, ils envoient également cette information à leurs amis, parents et groupes Internet.

Veuillez faire la chose morale et arrêtez cette barbarie.

Sincèrement,.
.."
__________________________________________________

Merci de participer a cette campagne, merci de diffuser massivement.

Au nom des chevaux cruellement assassiné a San Bernabé, un immense MERCI !!!!!!

 


Envoyé avec Yahoo! Mail.
La boite email la plus appreciée au monde.
__._,_.___
 
 
Yahoo! 360º

Partagez l'essentiel

Blog et photos avec

vos proches.

Yahoo! Groupes

Créez votre groupe

Partagez vos goûts

avec les autres.

Y! Toolbar

100% gratuit !

En 1 clic, accédez

à vos groupes.

.

__,_._,___
_bug_fck

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>