Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #l'elevage industriel=nazisme.

vous avez dit élevage? Comme c'est cruel!

8 Mai 2007, 19:27pm

Publié par Jo

Le marquage des esclaves est réglementé pour la traçabilité de leur pauvre chair suppliciée depuis la naissance jusqu'à l'assassinat final, où pleurant et tremblant les animaux sont attachés pour retrouver leur ultime tortionnaire.

Voici pour l'animal le plus proche de nous, le  cochon. Regardez la façon parfaitement mécanique dont on parle d'eux, leur vérification programmée de la même manière que le firent les nazis, et qu'on arrête de dire que j'exagère car ce qui est opposé de dignité  ainsi, c'est justement notre fascisme.
Arrêtons de fuir la vérité, que diable, puisque cette vérité une fois sue devrait nous être insupportable.

Jura agricole et rural
Publié le:  04 mai 2007
Page 7 
L’éleveur a la responsabilité de la tenue du registre d’élevage, qui doit contenir une copie des documents d’accompagnement spécifiques à l’entrée comme à la sortie des porcins de son site

Les modalités d’identification françaises évoluent pour se mettre en conformité avec la réglementation européenne : redéfinition du site d’élevage, code pays FR, archivage et notification des entrées et sorties des porcs…

La traçabilité est aujourd’hui indispensable pour accéder au marché mondial.


Les modalités de l’identification des porcins évoluent pour répondre à la réglementation européenne, ce qui va dans le sens d’une meilleure traçabilité.

Il s’agit en effet de généraliser les garanties concernant l’origine des porcs, notamment lorsque les sites de naissage ou de post-sevrage sont différents du site d’engraissement.


Tous les éleveurs détenant au moins un reproducteur ou deux porcs sont concernés par cette réforme.

Site d’élevage redéfini

Parmi les principales évolutions, la définition du site d’élevage est revue. Désormais, en plus du numéro d’exploitation national à 10 caractère, une même exploitation peut être subdivisée en plusieurs sites d’élevage correspondant à des groupes de bâtiments ou de parcelles séparés de moins de 500 mètres, selon le décret n°2005 – 482 du 10 mai 2005.

Le site d’élevage se voit attribuer un identifiant unique par l’EDE, à sept caractères, de type FR70ABC (localisation française + code INSEE du département + combinaison de chiffres et ou lettres unique dans le département) : c’est l’indicateur de marquage du site, qui est utilisé pour identifier les porcs.


Cette mise à jour ne concerne qu’une partie des éleveurs, qui seront informés par l’EDE de la nouvelle procédure à suivre.

Le marquage des porcins devient obligatoire avant toute sortie d’un des sites d’élevage, que ce soit pour rejoindre un autre site d’élevage ou pour aller à l’abattoir.


Dans le premier cas, deux modalités sont possible : le tatouage à l’oreille avec une encre foncée ou la boucle jaune.


Pour le cas particulier des reproducteurs nés sur le site, un numéro individuel est ajouté à l’indicateur de marquage tatoué à l’oreille. Par exemple FR25ABC05123 pour le reproducteur n°05123 né dans le site FR25ABC.


Pour un départ à l’abattoir, le tatouage de l’indicatif de marquage du site d’élevage se fait à l’arrière de l’épaule à l’encre foncée, de préférence au plus tard trois semaines avant le départ, de manière à éviter les hématomes et offrir une meilleure lisibilité de la marque.


Les modalités d’apposition de la marque sont strictement codifiées, de même que le matériel d’identification officiel (boucles en plastique inviolables et non réutilisables, comportant le numéro en noir sur fond jaune).

Archiver les documents d’accompagnement

Autre volet important de cette réforme, chaque mouvement d’animaux, entrée ou sortie d’un site d’élevage doit être répercutée dans le document d’accompagnement, complété et signé par l’éleveur.

Ces documents sont archivés dans le registre d’élevage – dans les sept jours suivant le mouvement - , où ils doivent être conservés pendant une durée de cinq ans.


Leur fonction est de permettre le suivi des mouvements d’animaux, le contrôle de l’identification des porcs pendant le transport, et à terme la notification de ces déplacements à la base de donnée nationale.

Voir les commentaires

Pour les végétaliens, n'oubliez pas une ampoule de B12 ....

2 Mai 2007, 04:26am

Publié par Jo

Je transmets:


Et dernièrement, je pense que pour une chose aussi bénigne (prendre 1 ampoule remboursée par la Sécu de B12 Delagrange (pas de provenance animale) par semaine ou toute les deux semaines) et à la fois aussi grave (risquer une carence qui cause de graves problèmes) il vaut mieux suivre l'avis médical, qui dit clairement qu'AUCUNE source de vitamine B12 végétale n'est fiable.
 
J'en ai pas mal parlé avec un médecin végétalien (que pas mal doivent connaître étant donné qu'il y en a peu ;-) et lui même me l'a confirmé ainsi que de nombreuses études sur le sujet.
 
Personnellement je ne me soucie pas de ma santé, je suis végétalienne uniquement pour le respect du droit animal, j'essaie de manger un peu de tout mais je pense surtout à me faire plaisir avant de me soucier de ce qui serais bien pour ma santé.
La seule chose justement sur lequel il ne faut pas transiger c'est la vitamine B12 car elle est utilisée trop souvent comme argument pour les "antivégétaliens" et au final ce sont les animaux qui en souffrent, et c'est dommage...
 
Alors chacun mange ce qu'il veux, mais je le répète, selon la médecine actuelle il n'existe pas de source végétale fiable de vitamine B12.
 
PS : j'en profite pour faire passer l'info, les crèmes glacées végétaliennes carte d'or et sojasun (vanille, chocolat, fraise) étaient déjà dispo dans les magasins auchan et carrefour, maintenant leclerc s'y est mis aussi, faites passer l'info aux gourmands ;-)
 
 

Voir les commentaires

Sodexho n'utilise plus de batteries pour les poules pondeuses: bravo les belges! A quand pareil en France?

29 Avril 2007, 21:12pm

Publié par Jo

 Je transmets:

Un bon vent souffle sur la Belgique... vive Gaia !

http://www.gaia.be/fra/control.php?&topgroupname=&groupname=cp36

GAIA félicite Sodexho pour son choix concernant
les oeufs de poules élevées au sol

Suite à la démarche de plusieurs supermarchés, Sodexho n'utilise
plus d'oeufs frais de poules pondeuses détenues dans des cages de
batterie et a également opté pour l'utilisation d'œufs de poules
élevées au sol dans ses préparations. Avec 1.200 exploitations,
Sodexho est la première grande entreprise de restauration à
privilégier les œufs produits dans le respect du bien-être des
animaux. GAIA se réjouit de cette décision.

Les œufs de batterie ne sont pas produits d'une manière saine
pour les animaux. Dans une batterie de ponte, une poule a moins
d'espace qu'une feuille de papier A4. Rien n'est mis à disposition
pour que la poule puisse se comporter normalement, comme du matériel
à gratter ou un nid. En 2012, les batteries seront interdites, mais
le danger menaçant est que sa petite sœur prenne le relais : la cage
enrichie. Dans celle-ci la poule a un petit peu plus de place qu'une
feuille de format A4. Elle doit se contenter d'un peu de matériel et
d'un nid en plastique. Néanmoins, si cela dépend de Sodexho, l'avenir
de la poule de batterie s'annonce meilleur. Avec leur choix pour les
œufs de poules élevées au sol, ils rejettent également les œufs de
cages enrichies.

Sodexho ne tient pas seulement compte des poules, mais aussi du
consommateur. Selon les sondages Eurobaromètre les plus récents, 62%
des consommateurs européens sont prêts à changer de magasin afin de
pouvoir acheter des produits tenant plus compte du bien-être
animalier. Tout comme les supermarchés tels que Makro, Colruyt,
Delhaize et LIDL, Sodexho, à son tour, a bien compris le message.

Sodexho remplace tous les œufs frais par des œufs d'élevage au
sol, mais il n'y a pour le moment pas de solution pour les œufs
intégrés directement dans différentes recettes. Aux Pays-Bas, les
œufs de poules élevées au sol sont en vente partout. C'est maintenant
aux entreprises utilisant des œufs dans leur matière première à faire
concorder l'offre et la demande. D'autres traiteurs suivront
probablement le bon exemple de Sodexho.

Les Pays-Bas sont déjà passés à la vitesse supérieure en ce qui
concerne les œufs d'élevage au sol. Tous les supermarchés ont
boycotté les œufs de cage et la liste des entreprises alimentaires
optant pour des œufs de poules élevées en plein air s'allonge
constamment. Avec la décision de Sodexho, la Belgique fait un pas de
plus dans la bonne direction. Sodexho utilise environ un million
d'oeufs par an. L'entreprise de restauration offre ses services aux
écoles, universités, hôpitaux, maisons de repos, centre de
revalidation, entreprises et l'administration. L'étape que vient de
franchir Sodexho permettra donc désormais de servir un large public v
avec des oeufs de poules élevées au sol.

Voir les commentaires

Regardez ARTE ce soir 24 avril 2007

24 Avril 2007, 07:50am

Publié par Jo benchetrit

mardi 24 avril sur ARTE
21h55 L'animal-marchandis
e

  • Réalisé en 2006
  • Durée : 50 mn
  • Son : STEREO


Thema
Une enquête dérangeante sur les modes de production de la viande et du lait industriels, distribués dans les circuits de l'alimentation discount.

www.20six.fr/lapn
www.sanscruaute.canalblog.com
www.larougna.canalblog.com

Peut-être qu'après ça, on pourra compter de nouveaux végétaliens.
Mais je me fais peu d'illusion. Je viens de parler à une personne anti corrida qui mange de la viande sans envisager s'en passer un jour et a pourtant vu le film "Notre pain quotidien"!

Voir les commentaires

transports d'animaux de plus de 24 heures

20 Avril 2007, 08:46am

Publié par Jo benchetrit

Si ce message s'affiche mal, cliquez ici ou recopiez l'adresse suivante dans votre navigateur :
http://www.pmaf.org/lettres/2007/lettre.php?date=2007-04-20

Lettre du 20/04/2007
 

Spéciale transport d’animaux : Une compagnie danoise met un terme aux longs transports d'animaux hors UE


Une enquête de la télévision publique du danemark révélait le mois dernier les abominables conditions de transport que connaissent parfois les animaux danois exportés au-delà des frontières de l’Union Européenne. Les images diffusées montrent un camion transportant des porcelets bloqué à la frontière entre la Lettonie et la Russie. Laissés sans soins et sans nourriture depuis leur départ, 33 porcelets sont morts, et 36 ont dû être abattus.
A la suite de la diffusion de ces images, l’une des principales organisations agroalimentaires danoises a annoncé l'arrêt immédiat de ses transports d'animaux de plus de 24 heures vers l'extérieur de l'UE, choquée par les mauvais traitements infligés aux animaux.



« Des animaux morts et la maltraitance des animaux, c'est totalement inacceptable. En tant qu'agriculteurs, nous avons une part de responsabilité dans ce qui arrive à nos animaux, même après qu'ils ont quitté les étables », a déclaré le président du Conseil agricole, Peter Gaemelke, dans un communiqué. Il a appelé l'ensemble des transporteurs à « prendre leurs responsabilités » et à établir, en collaboration avec les éleveurs, des règles assurant aux animaux des conditions de transport acceptables.



Spéciale transport d’animaux : quand le travail des associations paye


Début Avril : pris en filature par des enquêteurs de l’association Animals’ Angels, deux camions transportant plus de 700 jeunes agneaux d’Espagne jusqu’un Italie ont été bloqués par les forces de l’ordre à hauteur de Belforte (Italie). Prévenus par les enquêteurs, les carabiniers ont pu dresser une longue liste d’infractions à la réglementation protégeant les animaux en cours de transport, et entraînant de longues heures de souffrance pour les centaines d’agneaux embarqués : animaux entassés au mépris des normes de densité, absence de nourriture, impossibilité d’accéder aux abreuvoirs, animaux tombés au sol et piétinés par les autres. En outre, aucune aire de repos pour le déchargement obligatoire des animaux n’avait été prévue.

Après l'intervention d’une équipe de vétérinaires, les agneaux ont été transférés dans l'aire équipée de Piacenza, pour être nourris, abreuvés, et remis en condition de reprendre leur long voyage. Les deux chauffeurs, résidant au Portugal, ont été condamnés pénalement pour mauvais traitement sur animaux à une sanction globale de 9.000 €.

Spéciale transport d’animaux : la Grèce devant la Cour Européenne de justice


La Commission Européenne vient de décider d’assigner la Grèce devant la Cour Européenne de justice, en vertu de manquements graves à la législation communautaire dans le domaine du transport d’animaux vivants et de l’abattage. Cette assignation fait suite à de nombreux constats d’anomalies notifiées à la Grèce de 1998 à 2006. Malgré de nombreux rappels de la Commission depuis 1998 et les nombreuses promesses du gouvernement grec, la Commission Européenne se voit aujourd’hui contrainte à cette extrémité.
En effet, et en dépit des enquêtes menées par le l’Office Alimentaire et Vétérinaire (FVO), les normes en matière de bien-être animal demeurent insuffisamment traduites dans la législation grecque et appliquées dans les faits. Concrètement, l’identification des véhicules et l’agrément des compagnies de transport n’est toujours pas obligatoire. En outre, l’absence totale d’aires de repos pour les animaux transportés sur de longues distances à proximité des ports grecs constitue un problème récurrent qui s’ajoute aux graves lacunes constatées dans les abattoirs grecs en matière d’étourdissement préalable des animaux.

Spéciale transport d’animaux : un cas d’école pour les étudiants en logistique des transports


Dans le cadre d’un projet d’élèves portant sur le transport d’animaux vivants en Europe, les étudiants en « logistique des transports » de l’IUT d’Alençon ont pu bénéficier d’un aperçu de la situation, à l’occasion d’une conférence-débat à trois voix animée par Philippe Dagron (transporteur privé), Pierre Dalibard (transporteur public) et Dominic Hofbauer (PMAF).



Notre chargé de formation est intervenu plus particulièrement sur les normes « bien-être animal » qui s’appliquent au transport d’animaux, soulignant les lacunes constatés parfois dans l’application et le contrôle de ces normes. Cette intervention en milieu universitaire a ainsi permis aux élèves de mettre des images et des mots sur des textes législatifs parfois ardus, dans un domaine qui n'est pas (encore) vraiment abordé dans le cadre des cours. Elle leur a aussi permis de découvrir les détails d’une réalité parfois délicate, et souvent bien méconnue. Avec la collaboration des transporteurs, la conférence s’est close par un débat constructif, courtois et riche en échanges.



Le soutien mensuel : pour être à tout moment aux côtés des animaux de ferme


En rejoignant notre programme d'engagement mensuel, pour 5 euros par mois, vous donnez à la PMAF les moyens financiers essentiels pour agir et défendre des animaux de ferme.
Pour améliorer durablement les conditions de vie des animaux, notre association s'est engagée dans de nombreuses missions de longue haleine.

Actions éducatives en milieu scolaire, création d'une ferme-refuge pédagogique, enrichissement de notre programme de formation à la législation qui protège les animaux en cours de transport, renforcement de nos liens avec la Gendarmerie pour le contrôle des bétaillères qui sillonnent le territoire... Pour planifier l'avenir, pouvoir compter sur votre soutien est fondamental.
Ce moyen simple de soutenir notre mission simplifie votre démarche : le montant de votre choix est prélevé de votre compte bancaire chaque mois de manière sécurisée, sans autre forme de formalité.

Pour souscrire à notre programme de soutien régulier : http://www.pmaf.org/page2.php?content=don/ajout_don_prelev5.php

Grâce à votre mobilisation et votre aide régulière, merci de nous permettre d'agir aujourd'hui, et de mener à bien nos missions à venir.


> Visitez notre site internet : www.pmaf.org <

Si vous souhaitez ne plus recevoir notre lettre d'informations, cliquez ici

Voir les commentaires

Bové a des problèmes avec les poulets , la souffrance animale lui passe au dessus de la tête.

20 Avril 2007, 08:15am

Publié par Jo benchetrit

Je suis horrifiée, une fois de plus.
Je viens de voir à la TV, sur France 2, un  clip de campagne de Bové: scandaleux.

Ce petit reportage montre sa visite au Mali où il est allé pour promouvoir le poulet malien contre le poulet d'ailleurs,. Dans la foule: un mec qui balançait à bout de bras en l'air, tenu par les pattes, un poulet vivant en le secouant comme un plumeau de toutes ses forces, par enthousiasme sans doute, et continuait à remuer le poulet...mort d'épuisement à la fin. Tout ça presque en gros plan.
ET évidemment, pas un mot de compassion.
C'était "normal".
Après tout, c'était juste un poulet...et des millions en meurent assassinés par jour, alors?
ET Bové, pour sa campagne, comme dab il  pense à Son succès.

«La vraie valeur d'un homme se détermine en examinant dans quelle mesure et dans quel sens il est parvenu à se libérer de son moi.» Einstein.

Voir les commentaires

Scandale: les végés sont capables du pire. Pour manifester contre la viande, elle montre sa chair!!!Encore un coup de PETA. Zara Whites toute nue???????dans une barquette???????

8 Mars 2007, 19:43pm

Publié par Jo benchetrit

Et en plein salon de l'agriculture 2007 !!! de l'érotisme.¨pourquoi pas de la pornographie?

Porno, Zara? NON. Les vrais pornos sont les clients, ceux  se gavent de viande devant les animaux qui seront bientôt assassinés àleur tour. Ceux qui caressent un porcelet en mangeant leur mère en pâté devant eux qui plus est.
Ceux qui apprennent ce cynisme à leurs enfants.Quelle honte!
Le porno c'est la femme en fourrure, pas l'actrice nue qui lutte contre. PETA a trouvé une manière de faire parler de toutes les indignations...C'est super.  Au fait, en fait, je rigole, je la trouve sensass et cette action je la soutiens avec ou sans soutien-gorge!
La viande, c'est très moche, mais Zara est très jolie. Et la photo érotique.


PLUS vous cliquerez, plus vous donnez une chance qu'LCI en parle.
 Merci donc de l'opération clic. Faites passer à un max de vos contacts..



Allez y voir, petits curieux! cliquez Là.

L'action de PETA au salon de l'agriculture est passée hier au journal
de 13h d'Europe 1.

On peut réécouter le reportage sur le site Internet d'Europe1. Ils en
parlent dans les titres du journal puis il y a un reportage d'environ 3
minutes.
Il y a une petite interview de Zara Whites.
Le comble : ils ont interviewé un éleveur de vaches qui dit que notre
action est bien sympa !

Voici le lien pour réécouter :
http://www.europe1.fr/antenne/touteslesreferences.jsp?periode=0&dajej=07/03/2007&ddj=1&hr=12#

Ensuite, cliquer sur "Ecoutez l'émission" à côté de 13H00. Pour vous
faire gagner du temps, placer le curseur à environ 13min et 30 secondes.
C'est bon, vous pouvez réécouter l'interview.

Jérôme
http://www.petafrance.com


Autres photos de Zara, mais plus "hard":

http://www.corpsmoderne.net/~guinea-pig/gallery/v/Peta/



Voir les commentaires

Manger de la vache clonée?

1 Décembre 2006, 07:54am

Publié par Jo benchetrit

 

Depuis qu'aux USA l'autorisation de mise sur le marché des animaux issus de clonage a été donnée, on en parle beaucoup, de cette consommation de vache clonée. On sait que c'est à la suite d'expériences très dures, de l'aveu-même d'un chercheur de l'INRA, avec une mortalité infantile très grande, et dans quelles souffrances pour que ce chercheur avoue que ce fut douloureux pour les animaux, après   mon intervention à ce sujet mais un peu hors sujet, qui se resume à la dernière partie de cet exposé, fin novembre, le 23 je crois, sur Europe un?

A la suite des USA, donc, de nombreuses personnes se voient déjà mangeant ou pas de "la" vache clonée ou buvant "son" lait. Au singulier, comme c'est singulier! Les milliards de bovins massacrés chaque année  sont-ils   réduits à 1 seule vache? Mais ils ont peur pour leur petite santé,!  Qu'en dira notre anti-OGM, antisémite mais pas anti-insimination artificielle national ?

Franchement, ce n'est pas interessant à mes yeux.

Ce qui l'est, par contre, c'est ceci: Notre santé mentale qui passe par...devinez...

La vie faite aux autres, aux-dites bêtes sous notre joug.

Le mépris des animaux, leur privation du plaisir de faire l'amour pour procréer...ou pas...est remplacé déjà par des inséminations brutales, violeuses...Si l'oeuf est remplacé par celui du clonage, ça ne fera qu'aggraver les vies terribles des bêtes car un oeuf s'implante dans l'uterus. C'est donc encore plus douloureux comme opération, car bien plus invasif.
C'est contre cette derive déshumanisée que j'aimerais qu'on aille, alors que tout prouve que le courant est inverse.

 On peut lire les méfaits de l'élevage dans l'article précédent.

Dois-je répondre à la question sur la consommation des vaches clonées?
Pour moi, le problème n'est pas là. Il est plutôt dans les méfaits d'une certaine façon que nous avons de considérer les vivants dont nous sommes ce qui nous conduit à avoir une attitude à la fois violente envers les autres et envers nous.
C'est ce qui nous rend tous kamikazes. Ce mépris des vivants est très grave et menace la survie de la planète, donc de tous. Ce ne sont pas des divagations, on a des chiffres.
Sans parler de notre vie psychique qui est polluée par les méfaits envers le monde animal dont nous sommes coupables, culpabilité que les plus civilisés d'entre nous ressentent consciemment.
Vive les vegetaliens (pour les animaux)!

 Sans être des  membres intoxiqués par des sectes, ce sont les seuls à prendre soin de l'autre, dès le départ. L'homme est un vampire. Nul besoin de religion pour interdire nos crimes contre les animaux.
Il faut lutter contre l'intégrisme humaniste, cette secte majoritaire qui abrutit nos esprits et qui nous pousse à sacraliser l'humain au détriment des autres espèces, sans avoir jamais de limites, ce qui nous rend, au final, INHUMAINS.

Voir les commentaires

Aidons Farm Sanctuary VG.,

15 Novembre 2006, 18:41pm

Publié par Jo benchetrit

Il y a une ferme qui vous redonnerait confiance en   l'homme !
La honte de l'homme, c'est ce qu'il fait pour faire des economies...aux êtres les plus faibles...c'est qd même affreux, non? dans cette ferme, on aide avec conviction, on est la goutte d'eau d'humanité dans l'ocean de monstruosités, on recupère parfois un animal voué à la mort, maltraité dans un des élevages impitoyables que nous cachons le plus souvent pour ne pas ça-voir.
Regardez ceci:

A gauche AVANT, quand elle venait d'être recuperée, ...à droite APRES!!!!

MIA, par exemple, l'ex-poule de batterie qui a passé deux ans de son existence dans une cage métallique dont la superficie n'excède pas celle de cette page (!). Désormais elle peut fouiller le sol en toute liberté, prendre un bain de poussière au soleil et chercher un endroit agréable pour pondre ses oeufs.

Farm Sanctuary V.G. rue des Quatre Fermes, 13 Bettincourt (Waremme)

Ce qui a commencé comme une initiative privée, est à présent devenue une association indépendante sous le nom Farm Sanctuary VG., un lieu d'asile pour des animaux rescapés (de l'abbatoir), devenus indésirables, négligés ou abandonnés. Farm Sanctuary V.G. garantit une retraite en toute dignité à des animaux délaissés qui d'une façon ou d'une autre ont pu échapper à leur triste sort…

Farm Sanctuary V.G. se rend bien compte qu'il est impossible de sauver tous les animaux d'une existence pénible ou de l'abattoir. Mais notre ferme volontée est de pouvoir sauvegarder le plus grand nombre possible d'animaux, afin de démontrer clairement que leur triste sort est loin d'être inexorable.


Source/Quelle: Farm Sanctuary

Link: photos
 

Voir les commentaires

Vous qui passez sans me voir...Tous ensemble, faisons reculer la barbarie: aidons la PMAF:

28 Septembre 2006, 03:40am

Publié par Jo benchetrit

Les animaux, chevaux, veaux et autres, menés vivants à l'abattoir ou dans des élevages où ils seront engraissés pose le problème de l'inhumanité des longs transports , dans la souffrance et l'angoisse.
L'oeil d'Abel te regarde de SA tombe, ton estomac, Caïn!

L'oeil paniqué d'un bébé, un petit veau terrifié,arraché trop tôt à sa mère pour se retrouver des jours durant dans un transport sans eau ni nourriture, bravo, les hommes!


Que sont les malheurs des hommes par rapport à ceux qu' ils imposent aux animaux? Comment peut-on être encore complices de tout cela?
Les humains n'auraient donc aucune compassion?
Évidemment, il arrive aux hommes de souffrir.
Mais ne croyez vous pas qu' ils devraient relativiser et cesser de se plaindre quand ils pensent à ça dont ils sont TOUS coupables, ceux qui en profitent et ceux qui ne veulent rien en savoir et ne rien faire contre ?

Cela ne nous intéresse a priori peut-être pas mais sans doute qu'à force d'être informés, nous en viendrons à ouvrir notre conscience.
Sachez que tous les autres animaux de la filière élevage sont ainsi maltraités, pas seulement les veaux, ou les chevaux.
Soutenez l'action de la PMAF, Protection Mondiale des Animaux de Ferme, ainsi que l'OABA.

Et ne perdez pas de VUE cela: la meilleure façon de les aider efficacement n'est pas conseillé par la PMAF, hélas...mais ce serait de devenir à votre tour végétaliens, pas végétariens car ça revient au même: le lait est cause des malheurs des vaches et veaux. les oeufs imposent des choses atroces dans les usines à oeufs de batterie...sans compter le calvaire des poussins puisque les mâles sont broyés vivants, de même que les femelles des élevages de poulets.
Mais comme nous ne réussirons certainement pas à faire que le mouvement terrifiant de la majorité inconsciente et immorale soit stoppé (la consommation de viande mondiale a été multipliée par 4 en 20 ans et on prévoit qu'elle sera doublée en 2020) il faut leur envoyer quelques sous.
Merci.
Plus bas, les progrès prévus par 'Europe dans le domaine de ce qu'on ose appeler le "bien-être" animal et qui est une simple et minable réduction de la maltraitance, en aucun cas sa disparition. Mais, bon, c'est un pas.
LIsez plus bas le texte de la PMAF
http://www.pmaf.org/où vous saurez pourquoi...
les larmes de sang de la jument terrifiée et blessée au milieu des cadavres de ses congénères et des agonisants.


Appel à votre générosité - 27/09/06

cliquez ici ou recopiez l'adresse suivante dans votre navigateur : http://www.pmaf.org/lettres/appels/appel_PMAF_270906.html

Metz, le mercredi 27 septembre 2006


Chers amis,

A nouveau, une période de canicule s’est abattue sur l’Europe en juillet dernier, et le souvenir des ravages causés aux animaux par les fortes chaleurs de 2003 est encore présent à nos pensées. Par ces fortes températures, ce souvenir permet d’espérer que ces drames nous ont appris à transporter les animaux de ferme avec davantage de prudence et de respect. Hélas, la route paraît encore longue.

Cet été, la Protection mondiale des animaux de ferme et l’association allemande Animal’s Angels ont renforcé leur présence sur les routes pour contrôler les bétaillères qui, sous un soleil de plomb, véhiculent des animaux lors d’interminables voyages.

Les lignes qui suivent témoignent de l’injuste et intolérable sort des animaux destinés aux longs transports, que vous nous aidez chaque jour à dénoncer.

Rapport des enquêteurs

27 juillet 2006







15h30:
Les enquêteurs de l’association Animal’s Angels remarquent, sur une autoroute italienne, un camion transportant des chevaux en provenance de la France. La bétaillère est prise en filature et 4 heures plus tard, le véhicule s’arrête sur une aire. Les enquêteurs découvrent des chevaux épuisés, assoiffés. Certains d’entre eux transpirent abondamment, tête baissée.
Un cheval a trouvé la mort. Plusieurs autres sont tombés sur son corps. Muni d’un manche à balai le conducteur du camion tente vainement de les relever. Seul le choc d’un aiguillon électrique parvient à les remettre sur pied.
Malgré le danger évident que représente le corps inerte du cheval, sur lequel les animaux trébuchent sans cesse, la compagnie de transport ne prend pas la décision de décharger le cadavre.
19h:
Animal’s Angels sollicite l’intervention de la police, qui fait à son tour appel à un vétérinaire officiel. Malgré des recherches, aucun lieu proche n’est prêt à recevoir le déchargement d’urgence des chevaux. Les autorités décident alors que le camion poursuivra son trajet jusqu’à sa destination finale. Il lui reste encore 650 km à parcourir.
21h:
Une jument gît à terre depuis deux heures. Tombée lors du ravitaillement en eau, elle s’est prise sous un panneau de séparation. Loreta, épuisée

Entre 23h et 4h du matin:
La société de transport écope d’une amende de 3 098 euros pour surcharge.
Plusieurs chevaux s’effondrent sur le corps du cheval mort, de plus en plus rigide. D’autres trébuchent constamment sur les membres de leurs congénères, qui constituent une menace à chaque instant.

9h40:
Sous 32°C, le camion arrive à l’abattoir de Taurisano. Les chevaux sont enfin déchargés.
Plusieurs chevaux, épuisés, ne parvenaient pas à se maintenir debout.
Les chevaux étaient piétinés par leurs congénères...



Ces chevaux provenaient des Pyrénées-Atlantiques. Au total, il ont parcouru plus de 2 230 km et ont voyagé près de 36 heures enfermés dans un camion, souffrant le calvaire d’une journée de canicule.
Au mépris complet de la fragilité des chevaux, des conditions climatiques et de la loi, la société de transport a pris la décision de surcharger une bétaillère non conforme au transport d’équidés, sans même prévoir un seul point de déchargement pour le repos des chevaux.
Parce que nous avons constaté que la réglementation protégeant les animaux en cours de transport est régulièrement bafouée et ignorée, la Protection mondiale des animaux de ferme et l’association allemande Animal’s Angels mènent ensemble, à travers la France, des opérations de rappel de la législation auprès des Escadrons de gendarmerie chargés de surveiller le réseau routier.

Nos interventions ne tiennent qu’à votre générosité, et nous vous en remercions du fond du coeur. En nous adressant un don, vous nous permettez de poursuivre notre combat.



Une nouvelle réglementation européenne protégeant les animaux en cours de transport entrera en vigueur en 2007. Les chevaux transportés sur de longues distances devront notamment être placés dans des compartiments séparés. Nous œuvrerons pour veiller à une bonne application de cette nouvelle réglementation.

Votre soutien est notre seul moyen d’action. D’avance, merci.




Bien à vous !






Ghislain ZUCCOLO
Directeur
PS : La PMAF n’agit que grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous comptons sur vous !
Pour les animaux, merci !


Si ce message s'affiche mal, cliquez ici ou recopiez l'adresse suivante dans votre navigateur :
http://www.pmaf.org/lettres/2006/lettre.php?date=2006-10-13
Lettre du Vendredi 13 Octobre 2006

Historique : vote massif des parlementaires européens en faveur du Plan d’Action pour le Bien-être Animal

En janvier dernier, la Commission européenne présentait un plan d’action quinquennal en faveur du bien-être animal. Cinq grands domaines d’action ont été définis pour la période 2006-2010 : relèvement des normes de bien-être des animaux, encouragement de la recherche et des méthodes de substitution à l’expérimentation animale, introduction d’indicateurs de bien-être normalisés, meilleure information des professionnels et du public sur les questions de bien-être des animaux et, enfin, soutien aux initiatives internationales en faveur de la protection des animaux. La France et la République Tchèque avait alors exprimé de vives réticences. Désavouant massivement la position française, le parlement européen a approuvé jeudi dernier ce plan d’action à 565 voix contre 29, créant ainsi un environnement politique extrêmement favorable pour la mise en œuvre d’une stratégie détaillée en matière de protection des animaux en Europe.
Pour en savoir plus sur le Plan d'Action pour le Bien-être Animal : http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/f82003.htm
Votre veau livré en 48 heures chrono

3 nuits par semaine, le port de Cherbourg voit débarquer des centaines de veaux en provenance d’Irlande à destination de nombreux pays d’Europe. A l’issue d’une traversée en mer de plus d’une 20aine d’heures, la législation impose que les animaux soient déchargés dans un centre de repos pour y être nourris et abreuvés avant de poursuivre leur long périple sur route. Dans la nuit de mercredi dernier, 2 enquêteurs de la PMAF se tenaient à l’affût des camions faisant fi de la loi, et prirent en filature deux bétaillères à 3 étages en infraction. Le contrôle opéré par les gendarmes de la brigade motorisée de Nozay (Loire-Atlantique) sur une aire de repos désertée a révélé que les centres de repos indiqués sur les plans de marche ont été ignorés, et que les chauffeurs ne disposaient pas de l’agrément pour le transport d’animaux vivants. A l’issue d’une heure d’inspection, et grâce à l’intervention coordonnée des gendarmes et de notre équipe, les camions et les centaines de veaux embarqués ont repris la route vers une aire agréé.

Mis au monde pour provoquer une lactation chez sa mère, ce veau part pour être engraissé en Espagne

Ainsi, les animaux ont tout de même pu trouver repos et nourriture avant de repartir vers Saragosse et Alicante (Espagne). Une enquête sera menée par le bureau irlandais de la PMAF, et une plainte sera déposée. Nous espérons aussi pouvoir aider les gendarmes de Loire-Atlantique à mieux appréhender ces infractions dans un avenir proche, tant ce cas soulève à nouveau la question de l’application des lois encadrant le transport de ces cargaisons au statut légal étrange, marchandises nocturnes dont les yeux apeurés brillent sous la lumière froide des réverbères d’un éclat dérangeant.
Directives poulets : avez-vous envoyé notre carte postale ?

L'adoption d'une directive européenne pour la protection des poulets a été reportée sous l'influence du gouvernement français. En envoyant au Ministre de l'agriculture cette carte postale virtuelle, montrez votre soutien à la proposition de Directive européenne pour la protection des poulets, et joignez-vous à la contestation en cliquant ici :
http://www.poulets.fr/page.php?id=pages/carte.php
La convention de l’UMP sur le monde rural : « et le bien-être animal ? »

La convention de l’UMP sur le monde rural et l’agriculture se tiendra le mercredi 18 octobre de 8h30 à 18h00 à l’hôtel Méridien Etoile, 81 bd Gouvion Saint-Cyr, 75017 Paris (métro Porte Maillot) en présence de Dominique Bussereau, ministre de l’Agriculture et de la pêche. Sans surprise, le programme des interventions, à découvrir sur http://www.conventions-ump.org/Ruralite.htm, n’accorde aucune place au bien-être animal. Afin que la « France d’après » ne ressemble pas trait pour trait à celle d’aujurd’hui, intervenez en écrivant à ump@u-m-p.org, ou en direct en participant à la convention :
http://www.conventions-ump.org/index.php
Ben & Jerry brise la glace

Suite à une enquête menée par l’association américaine HSUS (Humane Society of the United States) chez l’un de ses fournisseurs d’oeufs, le géant de la crème glacée Ben & Jerry s’est engagé à bannir progressivement dans la confection de ses produits l’usage d’œufs issus de poules détenues en cages.

Ben & Jerry, qui commercialise en Europe la première glace à la vanille équitable, devrait s’approvisionner entièrement en œufs issus de systèmes alternatifs d’ici 4 ans.

Selon l’Associated Press, Ben & Jerry sera alors la première entreprise américaine à exiger de ses fournisseurs d’œufs que leurs poules ne vivent pas enfermées en cages.

> Visitez notre site internet : www.pmaf.org





















Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>