Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #la porte de l'ethique: savoir

Les médias et moi.

20 Mai 2007, 03:01am

Publié par Jo Benchétrit

Voir les commentaires

Interview de la philosophe de l'INRA, Florence bUrgat au MOnde: Usine à viande, usine à souffrance.

19 Mai 2007, 16:11pm

Publié par Jo

Elevage industriel, usine à souffrance
Propos recueillis par Hervé Morin

Propos recueillis par Hervé Morin
LE MONDE | 05.05.07 | 12h13 •

Au fil de vos recherches sur le statut de l'animal d'élevage et sur son "bien-être", enregistrez-vous une évolution ?
Je constate une détérioration dans la condition des animaux et une évolution dans les débats. Il y a dix ans, le sujet prêtait à l'ironie. Depuis que l'on a montré des images de la réalité de l'élevage industriel, le problème a été jugé sérieux. Cette réflexion a contribué à mettre en cause la tradition de l'humanisme juridique, qui considère que seuls les êtres de raison ont des droits et qu'il n'y a pas de droits sans devoirs. Dans ces conditions, ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas "passer contrat" - c'est le cas des animaux - sont exclus de la sphère morale et juridique. Mais, dans ce cas, et c'est une objection qui a très tôt été soulevée, qu'en est-il de l'idiot, du fou ou de l'enfant ? Ne risquent-ils pas tout autant d'être mis de côté ?

Une autre tradition, marquée entre autres par la pensée de Rousseau, s'interroge sur le critère pertinent d'un point de vue moral : à quelle condition un être doit-il être traité comme une fin et jamais simplement comme un moyen ? Est-ce parce qu'il est rationnel, ou est-ce parce qu'il est sensible ? Rousseau voit dans le sentiment de compassion une épreuve de réalité. Ce qui nous appelle au fond de nous, c'est la souffrance d'autrui, fût-il, comme l'écrit Claude Lévi-Strauss commentant Rousseau, "le plus autrui de tous les autrui", c'est-à-dire un animal.

Que répondez-vous à ceux qui voient dans l'empathie pour les animaux une forme de sensiblerie ?

Si l'empathie est une sensiblerie, la vie en société est mal partie. Rétorquer ainsi est une attitude typique du refus de s'interroger. Nous ne devons pas nous fermer les yeux sur la souffrance et la compassion est là pour nous le rappeler. Cela dit, il est aussi capital de légiférer pour améliorer la condition animale.

Certains semblent craindre qu'en valorisant l'animal on rabaisse l'humain, en faisant référence parfois au régime nazi...
Il est faux de dire que le IIIe Reich défendait les animaux. La loi signée par Hitler et à laquelle on se réfère, qui du reste ne donne pas des droits aux animaux, reprend les termes d'un texte bien antérieur. L'historienne Elisabeth Hardouin-Fugier a rétabli la vérité sur ce sujet.
N'est-il pas étonnant qu'on ne parle jamais de l'euthanasie systématique des animaux de compagnie des juifs, dont on trouve un témoignage poignant dans le Journal du philologue Viktor Klemperer (1881-1960) ?
Le terme vivisection a été banni, dans un souci de propagande. Mais, bien sûr, l'expérimentation sur les animaux s'est poursuivie et, comme on le sait, l'expérimentation sur l'homme a été perpétrée par les médecins nazis.

En réalité, le premier texte de protection des animaux est anglais. Il s'agit du Martin's Act de 1822, qui s'applique aux animaux d'élevage.

Cette crainte face à une égale dignité des êtres vivants n'est-elle pas aussi d'ordre métaphysique, un peu comme les réactions hostiles engendrées par les découvertes de Darwin ?
Oui, c'est une blessure narcissique. Pourtant, le fait pour l'humanité de prendre soin des plus faibles l'honore. Je ne vois pas en quoi le souci porté aux animaux pourrait diluer les droits de l'homme, lequel y trouverait plutôt un surcroît de responsabilité. Mais cette perspective remet en question le statut de dominant, des habitudes, certaines pratiques. Du coup, les résistances sont très fortes.

Ce que résume la boutade "les animaux sont-ils des femmes comme les autres ?"
En effet. Par analogie, quand les femmes ont eu le droit de vote, ce fut sûrement aussi une grande secousse. Mais je ne pense pas que la voie, assez répandue chez les biologistes, qui consiste à dire "l'homme est un animal comme les autres" nous aide à sortir de l'impasse. Cela ne les empêche d'ailleurs pas de faire deux poids deux mesures, car ils ne se prononcent pas pour un meilleur statut des animaux.
Il faudrait considérer la grande richesse qu'ils représentent dans les manières d'être au monde et de se comporter, et chaque espèce devrait être considérée dans sa singularité et pour elle-même.

Où en est la réflexion de l'Institut national de recherche agronomique (INRA) sur le bien-être animal ?
D'abord, ses travaux sur les animaux d'élevage sont conduits par des biologistes. Pour certains éthologues, la compréhension du comportement passe par l'observation dans un environnement non contraint. D'autres étudient les animaux dans des conditions - celles de l'élevage industriel - qui ne permettent justement pas aux comportements de s'exprimer.

Prenons l'exemple des veaux en case. Ces animaux sont, de la naissance à l'abattage, maintenus dans le noir, exclusivement nourris au lait, en vue d'obtenir une viande blanche, anémiée ; ils sont privés de la liberté de mouvement et de tout contact, tant avec leur mère qu'avec leurs congénères. Le chercheur qui part du principe que le bien-être est équivalent à l'adaptation, elle-même équivalente à l'absence de stress, dont la présence est attestée par une hormone, considérera que l'absence de cette hormone dans le sang de l'animal est la preuve que son bien-être n'est pas affecté. On peut se demander s'il a utilisé les bons outils pour répondre à la question.

La tentation est très forte, pour la biologie, de s'aligner sur les méthodes des sciences physico-chimiques, qui font une grande part à la quantification, à la mesure. Ces chercheurs utilisent des critères tout à fait insuffisants, sinon inadéquats, pour répondre à une question aussi complexe que le bien-être. Si l'on observait les animaux dans un environnement où les comportements peuvent se déployer, on parviendrait à de tout autres conclusions.

Vous appartenez vous-même à l'INRA. Y faites-vous office d'alibi ?


Ce serait un bien faible alibi ! J'ai été recrutée pour travailler sur les questions d'éthique concernant les biotechnologies animales et les systèmes d'élevage. Une grande partie du problème tient dans le regard des chercheurs de l'INRA sur le comportement animal. C'est sur ce point que je fais actuellement porter mon travail.

Vous soulignez la rupture entre le sens commun et les critères scientifiques.
C'est frappant. Le scientifique ne s'éloigne-t-il pas dangereusement du sens commun lorsqu'il met en place des expérimentations pour savoir si la castration, l'arrachage des molaires ou la section de la queue des porcelets sont plus douloureux sans anesthésie - c'est ainsi que l'on procède dans certains élevages - qu'avec anesthésie ? Il pense avoir une attitude d'autant plus scientifique qu'il met de côté une partie non seulement de sa sensibilité, mais de sa réflexion. On peut en effet se donner à l'infini pour tâche de prouver des évidences - je veux parler de la souffrance.

L'INRA n'est-il pas piégé par son statut d'organisme de recherche finalisée ?
L'INRA est historiquement lié à des filières agricoles : il y a soixante ans, on sortait d'une période de privation. Et c'est dans une certaine euphorie que l'on s'est lancé dans la mise au point de systèmes capables de décupler la production, et ce sans aucun souci pour la sensibilité des animaux.

Or, aujourd'hui, la donne a changé. L'accroissement de la productivité n'est plus le but que doit se donner l'élevage. Rappelons-nous la prime Hérode, en 1997, qui consistait à offrir des subventions aux éleveurs qui faisaient tuer les veaux à la naissance. Nous avons aussi évoqué ces veaux "blancs", dont l'élevage sert à absorber les excédents laitiers sous forme de lait en poudre. Il y a quelque chose d'aberrant dans ce système qui aboutit à la surproduction et vit de subventions. Quant à l'exportation de ces systèmes dans des pays qui souffrent de la faim, elle peut ainsi les mettre en état de dépendance. Il faut se méfier des arguments humanitaires avancés pour la défense de l'élevage industriel.

Les écologistes français évoquent peu ces questions.

Ils s'intéressent plus aux grands équilibres qu'à la sensibilité et aux droits des individus animaux. Au contraire, l'écologie profonde, la deep ecology, s'extrait d'une posture où l'animal est à notre disposition. Elle défend l'idée d'une préservation de la nature en excluant la présence humaine. En France, l'écologie est plus anthropocentrée. On n'entend pas les écologistes - du moins ceux qui ont la parole - s'émouvoir du sort des animaux.

Vous n'avez pas évoqué les éleveurs. Souffrent-ils ?

Un argument des promoteurs de l'élevage intensif est qu'il a libéré l'éleveur d'un travail pénible. Ma collègue Jocelyne Porcher a montré qu'au contraire, bien souvent, l'éleveur supporte mal, d'un point de vue psychologique, le mode d'existence et les traitements qu'il inflige aux animaux. L'argument présentant l'élevage intensif comme une contribution à l'humanisme en sort très affaibli.

L'élevage extensif peut-il constituer une alternative ?

Sans parler de la pêche, de la chasse, de l'expérimentation, de la fourrure, des combats d'animaux, 1,036 milliard d'animaux de boucherie sont tués en France chaque année. En extensif, on ne pourrait pas obtenir de telles productions.

Ne reste donc que la justification économique ?


Je n'en vois guère d'autre. C'est un système qui permet de produire beaucoup de viande à un coût très bas, mais au prix d'une souffrance inimaginable pour les animaux. Est-ce cela le bonheur de l'humanité ?

Florence Burgat

Philosophe, directeur de recherche

à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA)

Voir les commentaires

Pour qui voter? l'Elysée devient une arène de France?Fillon à Matignon, aficionado aussi.

17 Mai 2007, 16:56pm

Publié par Jo

Juppé est également un amoureux de la barbarie, et Kouchner, pareil, adepte de la secte des pervers des arènes. Manque plus que Casas à l'aculturation, par exemple, ça serait un bon ministère.Nous voilà bien. La question lancinante "Pour qui voter?", un tortionnaire de droite ou un tortionnaire de gauche? se repose d'ici 15 jours.

Je vote pour un autre pays. Oui, monsieur Sarkozy, désolée, je ne puis être fière de notre pays, si mal représenté. Y a-t-il un non adepte de la torture des animaux au gouvernement?

Faudra chercher, je le crains, mais ce sera difficile.

En tous cas , les anticorridas n'ont qu'à bien se tenir.
C'est pas encore ce coup-ci que les animaux auront un répit.

Voir les commentaires

Attention à la nourriture concoctée en Chine, entre autre pour animaux . Chiens et chats morts.

16 Mai 2007, 08:51am

Publié par Jo

Non contents de torturer les chiens, chats et autres animaux pour leur nourriture,  la fourrure du monde entier des connes et autres abrutis puants de ce snobisme zoophile dont la mode disgracieuse et ringarde  a gagné la banlieue , non contents de nous avoir concocté la grippe aviaire dans leurs élevages infâmes de poulets qui n'ont rien à envier, soyons honnêtes, à nos camps de concentration pour  volailles, porcs et bovins, des chinois, minimum d'hygiène mis à part et encore...ces néocapitalistes staliniens, ont, semble-t-il entrepris de massacrer les animaux de compagnie des autres pays.

Animaux morts pour avoir mangé chinois:
20 minutes, 11/05/07
 
Pekin annonce un grand nettoyage de son industrie agroalimentaire. A l'origine de cette decision, la mort de milliers de chiens et de chats aux Etats-Unis. Deux entreprises chinoises y ont exporte de la nourriture pour animaux contenant de la melamine, un composant chimique utilise dans la fabrication de plastique ou de colle, qui peut devenir un poison dans l'alimentation.
« Les deux entreprises ont ajoute illegalement de la melamine a du gluten de ble et a de la proteine de riz pour faire monter le taux de proteine de leurs produits », a reconnu l'administration chinoise en charge du controle de qualite, qui a egalement annonce l'arrestation des responsables. Objectif : rassurer les importateurs occidentaux. L'annee derniere, selon Les Echos, les Etats-Unis ont commandé 2,26 millions de dollars de produits agricoles chinois.
CLIC>
 _________________________________________________________________________________

Voir les commentaires

Comme prévu, France 2 arrête l'Arène de France fin juin. Dommage.Clin d'oeil à Stéphane Bern.

15 Mai 2007, 14:57pm

Publié par Jo

  Drôle d'époque où c'est une émission populaire qui offre l'antenne à des choses aussi essentielles que l'esclavage et la  maltraitance des animaux  alors que des émissions intellos mais semble-t-il aveugles, jusque là,  refusent ce thème .
Cependant avec un peu de clairvoyance, elles devraient s' intéresser de plus près à la critique de l'idéologie humaniste, pourtant dénoncée par Lévi-Strauss comme folie kamikaze qui nous mène au bord du gouffre... à un Guillaume Durand qui n'y avait , je le crains,
rien compris.
Et bien, Bern  qui fait aussi des émissions popu, lui, il aurait très bien pigé, j'en suis certaine.
Ceux qui disent que c'est bien que l'Arène arrête ne savent pas que la parole est verrouillée ailleurs. C'était un des seuls endroits de télé qui restaient où on pouvait parler de choses importantes et TABOU comme la restitution des droits aux bêtes.
L'intégrisme humaniste(dresseurs, chercheurs sur animaux, bouchers, chasseurs et aficionados en tête), qui, en mettant l'homme au sommet de la pyramide, est en train d'enterrer toutes les autres espèces peut se frotter les mains.
On va donc retourner au silence des médias sur une idéologie, la pire, puisque d'elle découlent beaucoup de nos malheurs.
Idéologie sacralisant cette engeance dite  humaine et dont la cruauté imbécile empoisonne la vie de milliards d'êtres. Il y aurait encore beaucoup à dire sur un mode de vie humain anthropocentriste et suicidaire.
C'est pour la nature et donc pour nous qui en sommes, une question de vie et de mort. Et pourtant cette critique est censurée.

Merci,  cher Stephane Bern, de m'avoir donné l'opportunité sans doute ultime, d'en parler  dans un débat sur une grande chaîne de télévision, lors de la mémorable Arène de France du 25/4/2007.
Merci d'avoir fait ça sur France Télévision dont on sait qu'elle est dirigée par de Carolis, aficionado, et que la majorité des journalistes y semblent considérer les corridas comme des spectacles normaux.
D'ailleurs j'avais posé la question de cette bizarre sur-représentativité dans les télés des aficionados alors que la majorité des français est contre, lors du forum de FRANCE TELEVISION, mais il ne me fut pas répondu autre chose que ceci: "Nous avons de bonnes émissions animalières comme 30 millions d'amis."

Sachant que la corrida est une manNe pour les télés, je crois Bern bien courageux.

Je rappelle que Stéphane Bern a signé la pétition abolitionniste du CRAC. Vous devriez en faire autant si cela n'est  pas encore fait en allant sur leur site.
Je voudrais vous dire que j'ai  été frappée par la bonté et l'intelligence (ça va ensemble) qui se dégagent de lui, et qui l'irradient. Jusque là, il m'amusait, à présent il m'impressionne, et c'est très amicalement que je lui souhaite une bonne route? et qui sait, de me réinviter à une prochaine émission télé ou radio...car je le reverrai avec grand plaisir.


Voici où en est l'éducation des enfants, cette photo est sur l'Almanach 2007 du chasseur et jugez de l'urgence de faire une prévention:
AlmanachEnfant-chasse.jpg























Lire Romain Gary qui en parle à sa façon EN CLIQUANT ici.



Voir les commentaires

Mais qui est integriste, l'ALF ou l' humanisme tortionnaire d'animaux?

10 Mai 2007, 14:36pm

Publié par Jo

Plus bas, 2 articles du Figaro, (comme il y en a eu 1 dans le nouvel observateur il y a peu) , on commence à parler d'une mouvance, le front de libération des animaux, L'ALF, né en Angleterre.
Les hommes qui se croient investis d'un pouvoir de droit  divin  sur les autres espèces qu'ils méprisent et utilisent comme des choses avec moins d'égard que si c'était des objets chez eux commencent à avoir peur. Ils veulent bien couper la tête à Louis XVI, mais eux qui font bien pire, ils croient n'avoir rien à se reprocher, et être victimes d'injustice si on joue les empêcheurs de jouir en rond avec eux. Il leur faudrait un peu plus de courage et de lucidité pour comprendre   et changer enfin, à temps avant que l'ALF fasse école dans le monde entier, car l'ALF  a pour but la révolution ultime qui rendrait enfin les hommes humains..
Mais je sais bien que  c'est un voeu pieu . Je connais les hommes, et ils n'en veulent rien savoir, de leurs méfaits envers le pauvre monde qu'ils ont assujetti avec sadisme.

L'ALF, lorsque j'ai commencé ce blog, j'en ignorais l'existence et me croyais presque seule à vouloir la fin de l'esclavage et de la torture de nos frères animaux.
J'étais donc, vous l'imaginez bien, dans l'espoir de pouvoir, de ma simple plume, réveiller des consciences.
Espoir vite déçu, lorsque je pus m'entretenir avec des gens qui me parlaient avec violence et haine. Faites un tour du côté de certains commentaires, comme après les articles sur l'Arène de Frane, pour vous faire une idée.
J'ai donc vite compris que la tâche allait être plus dure que prévue.
Mais bon, en fait, je m'en doutais et c'est comme un dernier acte qu'on pose, du fond de son désespoir car c'est son devoir de parler, et que faire son devoir est la moindre des choses exigibles par et pour soi, sa dignité, et les autres, les victimes de notre espèce envers qui nous sommes TOUS y compris moi, en dette inexpiable.
Oui, l'éthique, c'est ça, le geste de la moindre des choses.
C'est ainsi du moins qu'en parlent les Justes.
Le geste insoupçonné, à l'échelle de la planète et pourtant, il me fallait garder en tête que le battement d'aile d'un papillon dans une partie du monde peut devenir une grand coup de vent à des milliers de km de lui.
Or, à mon insu, d'autres papillons avaient commencé de sortir de leurs chrysalides, d'autres ailes allaient, elles aussi, se mettre au boulot du juste, faisant leur geste de manière isolé, leur geste éthique.
Toutes ces petites ailes ensemble, ça a donné assez d'air pour que des gens qui, du coup, ne manquent pas d'air, finissent par se dire que depuis des millénaires des petits papillons se sont épuisés dans le silence de leurs congénères les ignorant, les ridiculisant, les tuant.
Ces gens se sont donc mis à se dire: Après le constat, après le désespoir,  il leur a fallu conclure:ça suffit.
Contre l'intégrisme narcissique des anthropocentriques forcenés, il fallait les réveiller de cet état autohypnotique d'autosatisfaction   par des actes puisque les mots semblaient impuissants à accomplir leur tâche.
Sachant que ces gens de l'ALF sont des gens sensibles, que leur but est d'aider les plus faibles des faibles, de sauver des vies, que leur âme est pure, que leur désir est de changer l'homme en HUMAIN, je suis triste que l'on ait pu les acculer à agir à l'envers de leur non violence, de leur haine de la souffrance, de leur attente de respect. Je souffre pour eux car ils sont du camp de l'anti-cruauté.
 Cet idéal de paix pour tous, de respect des droits de tous, du ver de terre à ceux des plus puissants, est le seul à mon avis à pouvoir nous aider à survivre dans ce monde vivant en voie de disparition par notre égocentrisme.
Logiquement, je pense que celui qui détruit un instrument de torture est un sauveur.
Je pense que des endroits immondes comme les élevages, par exemple devraient disparaître, à jamais...Mais je ne rêve pas car la surface du globe s'en remplit. je crois que l'ALF n'aura pas plus de pouvoir que mes écrits de papillon, hélas. Mais c'est du fond de ma lucidité que je continuerai, contre le courant, à combattre la barbarie sous toutes ses formes.
J'ai reçu ceci ce jour et vous le copie-colle:



Deux articles parus récemment dans le figaro sur l'ALF.

Les intégristes de la cause animale passent à l'action CYRILLE LOUIS.

Publié le 04 mai 2007

Actualisé le 04 mai 2007 : 08h04


Tandis que des collectifs organisent depuis des années des actions non violentes (en haut) de sensibilisation à la « libération des animaux », des clandestins commettent depuis peu des attaques illégales.

Fourreurs, boucheries ou élevages sont pris pour cible. Des actes de vandalisme revendiqués par l'Animal Liberation Front.

ENSEIGNES taguées, vitrines brisées, serrures engluées ou pneus crevés : depuis l'automne 2006, de mystérieux activistes de la cause animale défient les forces de l'or­dre, multipliant les actes de vandalisme contre des commerces de fourrure, des élevages, des boucheries. Au total, une cinquantaine d'opérations nocturnes, perpétrées principalement en région parisienne et dans le Sud-Ouest, ont ainsi été revendiquées sur le site Internet d'une organisation jusqu'à présent peu connue en France : l'Animal Liberation Front.

Pour l'heure, aucun de ces militants n'a pu être identifié, mais au ministère de l'Intérieur, on assure « suivre avec attention l'évolution de cette nouvelle forme d'activisme ».

Début octobre dernier, la série a débuté à Paris lorsque plusieurs boucheries, triperies, fast-food et magasins de fourrure ont été ta­gués tandis qu'une enseigne Body Shop voyait ses vitrines brisées

et qu'en Seine-Saint-Denis, le moteur d'un camion frigorifique de boucherie était mis à feu. Au cours des mois suivants, de nombreuses enseignes ont été vandalisées et, en Seine-et-Marne, des militants se sont introduits de nuit dans divers élevages animaliers pour libérer plusieurs dizaines de ragondins ainsi que des canards et des faisans. Chaque fois, l'action a été signée du sigle « ALF », accompagné d'apostrophes récurrentes : « viande = meurtre », « assassin » ou, sur un ton plus inquiétant, « fermez votre magasin, ALF vous surveille ».


Brusque radicalisation

À Toulouse, une petite animalerie s'est ainsi trouvée contrainte de baisser le rideau pendant plusieurs semaines, victime d'une quinzaine d'actes de vandalisme en quelques mois. À Bordeaux, c'est à son domicile privé que Michel Grama a été visé par les militants de l'ALF. « Le matin du 27 décembre 2006, en sortant de chez moi, j'ai trouvé mes pneus crevés et mon pare-brise maculé de peinture tandis que sur le mur de ma maison, on avait écrit les mots »assassin* et »tueur*, raconte ce marchand de fourrures. Depuis, j'ai porté plainte, mais je me sens menacé, d'autant que mes coor­données personnelles sont diffusées sur Internet par l'ALF, sans que je puisse réagir. »

Cette brusque radicalisation intervient alors que, depuis une dizaine d'années environ, plusieurs collectifs, souvent issus de milieux libertaires, militent pour la « libération animale » sans recourir à la violence, tant à Paris qu'à Lyon et Bordeaux.

« Cette mouvance antispéciste porte un discours plus radical que les associations classiques, comme la SPA, car elle refuse toute utilisation des animaux par l'homme, décrypte Guillaume Veillet, auteur d'un mémoire de sciences politiques sur cette mouvance.

Contrairement à ce qu'on observe en Grande-Bretagne, où des groupes nombreux et structurés sont très portés sur l'action radicale, leurs homologues français s'en tiennent jusqu'à présent à un répertoire militant classique, dont la forme la plus virulente consiste à s'enchaîner chaque année aux grilles du Salon de l'agriculture. »

Membre fondateur de l'association bordelaise Agir contre la torture des animaux, qui s'oppose au spécisme (*) et à « l'ex­ploitation des animaux par les humains », Virginie complète : « Outre-Manche, les activistes peuvent compter sur le soutien d'une importante population végétarienne et végé­talienne. Ici, en revanche, notre mouvement, qui compte au plus quelques dizaines de militants, risquerait de se mettre le public à dos en passant à l'action violente. »

Pour l'heure, les « antispé­cistes » affirment donc se cantonner à des actions d'information sur les marchés ou à l'organisation de pique-niques végétaliens.

Ils appor­tent aussi leur soutien aux « prisonniers politiques » incarcérés en Grande-Bretagne et aux États-Unis, suite aux actions « musclées » de l'ALF.

En revanche, ils disent n'entretenir aucun lien avec cette organisation clandestine et réfutent toute implication dans les récentes attaques perpétrées en France.

* Pour les militants de la « libération animale »,

le spécisme est « l'idéologie raciste qui justifie l'exploitation de l'animal par l'homme ».




Des cellules militantes venues de Grande-Bretagne C. L..

Publié le 04 mai 2007

Actualisé le 04 mai 2007 : 06h00

Fondé au milieu des années 1970 en Grande-Bretagne, l'Animal Liberation Front (ALF) fédère, dans de nombreux pays d'Europe et d'Amérique du Nord, des cel­lules militantes prêtes à agir illégalement pour protéger les bêtes.

Officiellement non violente, l'organisation revendique chaque année la libération de plusieurs milliers d'animaux, mais ne s'en tient pas là. Usant du vandalisme comme du harcèlement, voire de la diffamation, ses militants attaquent les fourreurs, les laboratoires pharmaceutiques qui ont recours à la vivisection, les cirques, les bouchers...

En 2002, le FBI estimait ainsi que l'« ALF a commis plus de 600 actes criminels aux États-Unis depuis 1996, entraînant des dommages estimés à 43 millions de dollars ».

Étroitement surveillée par les policiers antiterroristes outre-Atlantique comme en Grande-Bretagne, l'organisation recense actuellement une vingtaine de militants incarcérés. En mai 2006, trois activistes de l'ALF ont été condamnés à douze ans de prison par la justice britannique pour leur implication dans une campagne de harcèlement menée, à Newchurch, contre un éleveur de co­chons d'Inde. **

Quelques années plus tôt, David Hall avait reçu des lettres ano­nymes. Des menaces avaient visé son entourage, des bombes avaient explosé dans son village. En 2004, la tombe d'une proche parente avait été profanée dans le cimetière voisin et sa dépouille mortelle avait été dérobée.

En 1999, déjà, l'image de l'organisation avait été ternie par l'enlèvement du journaliste de Channel Four Graham Hall, séquestré par plusieurs hommes en arme se réclamant de la cause animale. Avant de le libérer, ses ravisseurs lui avaient tatoué sur le dos, au fer rouge, trois lettres : ALF.

C. L

**voués à la torture de la vivisection, comme ce journaliste a omis de le préciser.


Voir les commentaires

massacre de kangourous.

3 Mai 2007, 15:54pm

Publié par Jo

Encore une horreur que subissent les animaux...Horreur inconnue en France, mais vous ne pourrez plus dire: on ne savait pas.   Pétition  à signer
Viande de Kangourous et torture.
http://getactive.peta.org/campaign/ca_kanga

"Il s'agit de sensibiliser le public français pour que celui-ci ne

consomme plus de viande de kangourou. La France est avec la Russie le

principal importateur avec 490000 kg par an.

Les animaux sont tués dans des conditions effroyables, les petits sont

assommés, décapités à la hache ou écrasés à coups de talon pour les plus

petits, et ceux qui s'échappent meurent faute de protection maternelle.

Les adultes tués sur place sont éviscérés alors qu'ils bougent encore et

pendus par les pieds aux 4x4.

Le massacre des kangourous est le plus gros massacre de faune terrestre

au monde. 2003 : 6,9 millions d'animaux tués.

Les chaînes des supermarché, notamment Carrefour et Match, proposent de

la viande de kangourou aux clients français à Noël.

Sur certains sites ils parlent de viande "festive" puisque tout soit

être festif aujourd'hui, y compris les cadavres torturés.

La population voit son patrimoine génétique devenir de plus en plus

mauvais puisque les kangourous les plus gros et les plus forts ont été

décimés pendant des dizaines d'années. À présent ce sont les femelles

qui sont le plus tuées, puisqu'elles représentent 70% des animaux tués.

Or tous les scientifiques sont d'accord sur ce point : lorsque plus de

50% des femelles de n'importe quelle espèce sont tuées, l'espèce risque

l'extinction.

Il est donc capital de sensibiliser la France sur ce massacre. Les

Anglais ont déjà refusé massivement les importations et aux USA la

viande de kangourou a été interdite pendant des années, à cause de

l'horreur de cette chasse mais également des risques sanitaires qu'elle

présente."



 





Voir les commentaires

les animaux ont des amis: ceux qui ne les mangent pas. Fête du végétarLisme. Veggie Pride. 19 mai 2007.

30 Avril 2007, 03:08am

Publié par Jo

Fête du végétarisme. Veggie Pride. 19 mai 2007.L'homme n'a donc aucun scrupule? Sa force, non seulement il l'utilise pour tuer ses proies mais encore pour leur pourrir la vie de A à Z dans des élevages impensables.
Ça exonérerait les chasseurs si
1°) ceux ci ne tuaient que des animaux sauvages...
2°) si ils tuaient pour manger
Mais surtout
3°)si la viande était indispensable à la vie des hommes, ce qu'elle n'est pas.
Or les chasseurs ne tuent pas pour la viande, enfin rarement, et, que  je sache, ne mange ni ours ni lions...entre autres victimes des
ignobles safaris .
A côté de ceux qui tuent dans la nature  des êtres sauvages mais le plus souvent d'élevage, il y a  l'énorme problème de l'animal de boucherie. 1Milliard et demi par an!!! Chiffre  considérable, impressionnant, qui dissimule la pire des abominations créées par notre espèce si imaginative dans le domaine de la nuisance aux autres vivants sensibles, mais faibles..

Il y a de quoi être très en colère: d'ici 25 ans, la consommation de chair animale d'élevage, viande et poisson,va doubler, alors qu'elle a quadruplé en 50 ans.
Je ne sais plus qui a dit: "le monde devient un vaste camp de concentration pour animaux." Or nous le savons, nul besoin de manger de la viande pour l'homme, il peut trouver ses acides aminées ailleurs.

Tant que l'homme mangera des animaux, le monde des hommes tournera mal. C'est ma thèse. Si les hommes abusent des animaux, ça les confine à l'âge barbare, celui d'un petit enfant sadique en proie à la dictature de ses pulsions.
Cela engage toute l'espèce, donc vous et moi. Car, ne nous leurrons pas, nul n'est à l'abri de cette regression que nous subissons entant que collectivité.
Ceci dit, pour faire avancer l'humanité vers un plus de quiétude,pour avancer vers le jour où la viande sera interdite, pour militer pour 'abolition de tout produit animaux, de tout esclavage animal (donc humain, ça va de soi, vu que nous sommes des animaux) devenez végé...venez vous amuser à la veggie pride, le 19 mai 2007.

Date et lieu de la manifestation

Rendez-vous à Paris le samedi 19 mai
pour la Veggie Pride 2007.


Programme du week-end

Samedi 19 mai

  • 14h : rendez-vous Place Joachim Du Bellay, à côté de la fontaine des Innocents (Métro Châtelet ou les Halles ou RER Châtelet les Halles)
  • 14h30 : départ de la manifestation
  • 16h30 : « happening » solennel, symbolisant la solidarité entre les végétariens et les animaux tués pour la consommation de viande
  • 17h : lecture de textes (si volontaires), intervention d'un artiste slammeur
    Plusieurs stands restent ouverts au public tout l'après-midi afin que chacun puisse venir se renseigner, se documenter, discuter...
  • Soirée : une soirée aura lieu à l'Ecobox. Les militants de la Veggie Pride y seront les bienvenus pour dîner et se remettre des émotions de la journée.

Dimanche 20 mai

(à l'Ecobox)

  • 10h15 : discussions militantes
  • Après-midi : projection de films

A l'occasion de la Veggie Pride, un week-end sur le thème du végétarisme est organisé à l'Ecobox.
Une exposition sur les thèmes du végétarisme et des droits des animaux s'y tiendra.

L'Ecobox est un lieu associatif qui se situe dans le 18e arrondissement, 37 rue Pajol (métro La Chapelle ou métro Max Dormoy).


Compte rendu et vidéo de la Veggie Pride 2006



 



Voir les commentaires

réponse à anonyme

29 Avril 2007, 21:08pm

Publié par Jo

Un commentaire d'un jeune chasseur de 16 ans m'a interpelée.
Je lui réponds ici .


Bonjour, anonyme, tu n'as pas compris ce que signifiait "proxénète" dans ma bouche: c'est protéger pour profiter, ce que font les chasseurs puisqu'ils se disent protecteurs de la nature..pour en profiter. C'est un mot d'esprit.
Nazis? Non, je n'ai pas dit qu'ils l'étaient.
"TOUS les humains sont des nazis pour les animaux" disait l'écrivain prix Nobel I.B. Singer. Je crois que c'est vrai et ça se voit entre autres dans les élevages atroces. Fais un tour sur mon blog mais aussi suis les liens, et tu verras que ce monde a besoin d'être réformé d'urgence afin que la paix regagne le monde et nos coeurs.Tu es jeune, tu es l'avenir et sache que cet avenir sera dur si les hommes n'apprennent pas le respect de la planète et des vivants qui s'y trouvent.
Donc j'espère en toi dans tous les jeunes à qui on a tort de donner un fusil, pour eux et mes  enfants pour le futur de tous , et le tien...Mais aussi pour l'avenir des autres animaux.
Bon courage pour ce changement de vie qui serait ta chance et celle de tous...
Jo

Voir les commentaires

De l'arène de France 25 avril 2007à radio aligre vendredi 4 mai 2007 entre 10et 11. Avec Jérôme Lescure et J.P. Garrigues du CRAC.contre les préjugés et discours obligé.

29 Avril 2007, 04:57am

Publié par Jo

 


Lien sur le site fr2 jusqu'en juillet, je crois:
http://arene-de-france.france2.fr/videos.php?video=20070425_sommaire&id_rubrique=43
 

L'emission de Radio Aligre est enfin en ligne.

http://aligrefm.free.fr/Aligre/pages/on_air.php

Cliquez à droite sur "vive les moustiques" du 4 mai( je déconne pas,
Isabel Louve qui s'en occupe est une défenseuse convaincue de
moustiques, sisisi).
L'émission dure 1h et je l'ai trouvée passionnante, grâce à ceux qui y
ont participé du CRAC, de la FLAC, un aficionado repenti, etc. Dommage
que Radio Aligre ne diffuse pas plus loin que 70km autour de Paris, mais
leur site permet d'écouter de partout dans le monde cetaines des émissions ...
Je cause les 5 dernières mn. 
Euh, ne l'écoutez pas pour me faire plaisir mais parce qu'on y apprend
des choses enfin moi, j'y ai glané des trucs, en tous cas.
Donc ce n'est pas par narcissisme que je mets ça là et ne m'en dites
rien, ça n'a pas d'importance. Je n'en attends rien pour moi mais un peu
pour les victimes des mafieux de la corrida.
 


La question était formidable:
"Les animaux sont-ils malades de l'homme."

Je rajoute celle-ci: "Est-ce le régime de la terreur en France?"
Les mentalités devraient évoluer et pourtant, ce n'est pas sûr...
En ce moment tout se verrouille, la langue s'appauvrit*. "On" doit être polcor ou ne pas être. Moi je suis de la génération de Pollack à la télé, et j'aime les affrontements verbaux! Pas les affrontements physiques,
comme le font les toreros et autres abuseurs d'animaux, par contre, et surtout pas les conclusions hâtives qui sont presque fatalement diffamatoires.
C'est en cela que j'ai pu m'adapter (trop bien ?) au principe de l'Arène de France, d'où ce que certains pensent excessif dans ma prestation télé alors que les organisateurs de l'émission m'ont jugée "formidable", mais pas moi, rassurez vous, :(((. Quoique je ne m'en suis pas si mal sortie, vue la difficulté de la tâche. Mais je n'avais pas l'air camouflé kaki qu'il fallait, sans doute, pour plaire aux polcor.
Mais bon, il faudrait que le coeur des gens à nouveau s'ouvre autrement que de manière convenue, ne vibrant que si il le faut, d'où les grandes foires à l'émotion préfabriquée du téléthon et sidaction, mais aussi le silence affectif sur le génocide du DARFOUR..


Ce que je voulais, c'était marquer les esprits, j'ai réussi. On en verra les effets plus tard.
Je ne hais personne, ni les chasseurs, ni les autres qui sont faibles devant leur jouissance. je le regrette c'est tout, et mon plus cher souhait serait qu'ils changent et qu'on puisse enfin respirer sur une planète sans barbarie.
J'ai parlé ainsi afin que plus jamais nous ne soyons dupes des blablas des aficionados et des autres barbares, chasseurs, chercheurs, v
ivisecteurs ou viandards etc. Car que de justifications de mauvaise foi pour cacher leur incapacité à résister au plaisir de faire souffrir et tuer !
En vérité, voyez vous, je ne suis pas mécontente de ma prestation à l'Arène de France du 25.04.2007. En allant sur le forum de l'arène, j'ai lu des post de gens qui employaient déjà le mot "blabla"pour répondre aux chasseurs. Alors, à mon avis, on avance.
On ne doit pas se battre (dialoguer) sur le terrain de l'ennemi, comme disait MAO.
Les ennemis des animaux ont des arguments qu'il ne faut même pas discuter mais montrer si on peut que leurs discours ne sont que du semblant qui sert d'encre de calamar pour dissimuler leur cruauté, cette jouissance transgressive dont les malheureux animaux sont sans cesse victimes.
Leur position est indéfendable avec des thèmes de bienfaisance publique. Les chasseurs sont des protecteurs non de la nature mais de leurs îlots où ils vont s'adonner à leur passion coupable.

La morale ne s'arrête pas sous prétexte que certains demandent qu'on les laisse jouir tranquilles.
Ma technique est situationniste: choquer pour que les idées révolutionnaires, sur cette voie vers la chirurgie éthique qui est nécessaire avancent.
Mais je n'ai pu le faire que parce que je n'engageais pas une association, que j'étais donc seule à devoir en assumer les conséquences, y compris les plus risquées.
Sachez aussi que je n'étais en rien énervée, bien que passionnée, comme dit François Reynard du nouvel observateur qui conclut les Arènes.
Sachez aussi que j'étais très calme, comme rarement, et que tout ce que j'ai dit, je l'ai fait en connaissance de cause, je voulais le placer, c'était prémedité et pas des gaffes comme il peut paraître à certains. Je ne regrette qu'une chose: de ne pas avoir fait passer ma compassion envers les barbares, qui, eux, ne savent pas canaliser leurs pulsions et y sont accros comme de pauvres drogués qu'ils sont.
D'avoir parlé du mal en eux et en nous, mais pas du bien aussi, ce qui aurait été constructif. Mais, à ma decharge, parler là bas est très difficile, vraiment.
Avoir dit dans une émission où on a si peu de temps de parole sauf en la prenant à l'arrâché, que:
_Les animaux, on leur a volé leurs droits et qu'il faut les leur rendre.
_que les chasseurs ne protègent la nature que pour en profiter et au passage la violer (en detruis
ant la chaine dont a parlé je crois Caroline Lanty, la presidente de la SPA qui faisait allusion aux prédateurs assassinés pour cause de concurence avec les chasseurs.)
_Que leur âge de barbare est celle de 2 ans (maxi)et
_que leur souci est de se rassurer sur leur puissance secuelle, et bien ce n'est pas si mal, selon moi.
Je pense que beaucoup se souviendront de ce fuzizi avant de tirer et j'espère que certains se sentiront alors un peu mal, un peu mâle stupide !
Et pourtant, j'aurais été peut-être encore plus vindicative avec les toreros: Marie Sara fut infâme (in_femme). Casas abusa de blablas stériles , mais qui fut dupe ?
Quant aux 8% de beaufs qui vont passer leurs soirées aux emissions de télé, qu'ils aient changé leur vote ne doit pas nous traumatiser.
Cependant, j'ai une interview vendredi 4 MAi 2007 qui passe sur RAdio Aligre et qui diffuse à 70 km autour de Paris. ceux qui ont envie de m'entendre assez differente de ce que j'étais l'autre soir à l'Arène de France...le peuvent. C'est entre 10 et 11 h et je passe vers la fin(5mn), mais là, c'est aux aficionados que je taille un petit costard avec la théorie psy de la jouissance, encore et toujours, puisque le rapport aux animaux, pour ma part, je le vois placé dans cette zone infernale puisque de non-droit...

*Le pb c'est que le coeur aussi se verrouille, effet de cette langue du silence affectif, comme le montre l'éradication de ce qui vit, en ville (pigeons, étourneaux, rats etc.). comme à la campagne avec les prétendus nuisibles.
Tout ce qui est vivant est laid aux yeux de l'obsessionnel moderne.
Idéal cimetière.

Voir les commentaires