Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #la porte de l'ethique: savoir

Remède contre l'ennui, On peut écrire et téléphoner tout en étant utile.

16 Mars 2006, 17:43pm

Publié par Jo benchetrit

"Etre homme, c'est être responsable." St Exupery.



Quand j' entends des gens se sentir vides, sans imaginaire assez riche pour occuper leur esprit en dehors de toute stimulation extérieure, je me dis que c'est bien dommage, ce temps gâché, alors que tout va si mal sur notre planète.
Il y a tant à faire pour l'améliorer, ou tout au moins pour essayer de lui éviter de se détériorer alors que les hommes semblent n'avoir aucun scrupule à ajouter du mal au mal...

Je vous propose ceci: lisez ce qui suit et faites ce qui est demandé. Revenez ici chaque jour, je pense qu'il y aura toujours quelque chose de nouveau à faire! quelle chance d'avoir lu ce texte... vous ne serez plus jamais oisif ni creux.

************************


En France, l'association Fourrure Torture a rassemblé de nombreux militants,
révoltés par la barbarie de la chasse aux phoques, devant l'ambassade du
Canada à Paris, ainsi que les consulats à Nice et Toulouse. Les
comptes-rendus partiels sont visibles sur la page « manifestations » du
nouveau site de Fourrure Torture consacré à la chasse aux phoques :
www.chasse-aux-phoques.com



En ce mercredi 15 mars, après une mobilisation mondiale des groupes de
défense des animaux et de personnalités, comme Paul McCartney et son épouse,
pour faire cesser définitivement la chasse aux phoques, le gouvernement
canadien a annoncé le même jour que la chasse aux phoques serait maintenue.
Le nouveau quota est fixé à 325000 phoques massacrés pour l'année 2006 !



Devant tant d'injustice pour les phoques et de mépris pour l'opinion
publique, majoritairement défavorable à la chasse aux phoques, Fourrure
Torture appelle tous les militants à protester en masse auprès du
gouvernement canadien, son nouveau premier ministre, Stephen Harper, ainsi
que l'ambassade canadienne de votre pays.



Cabinet du Premier ministre

80, rue Wellington

Ottawa

K1A 0A2

Canada



Tel : 1-613-992-4211

Fax : 613-941-6900

Mail : pm@pm.gc.ca  





Ambassade du Canada

35, avenue Montaigne

75008 Paris

France



Tel : 01-44-43-29-00

Fax : 01-44-43-29-99

Mail : paris@international.gc.ca  



Nous avons lancé une pétition pour l'abolition de la chasse aux phoques au
Canada, ainsi que l'interdiction de l'importation en France des produits à
base de phoque (fourrure, graisse.) :

http://www.chasse-aux-phoques.com/petition.html  







Fourrure Torture

www.fourrure-torture.com http://www.fourrure-torture.com/  
****************************
Laissez un comm contre un film immonde avec tortures réelles d'animaux. DVD vendu sur Amazone. C'est scandaleux.



http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/B00017O6LG/qid=1142516873/sr=1-80/ref=sr_1_2_80/171-3555516-9516202  

Ajoutez vos commentaires, et faites passer...
***************************
Les joies perdues de Tafalgar Square
Signez la pétition contre l'interdiction de nourrir les pigeons à Londres: "Give pigeons a chance."
Si vous mettez un petit commentaire, même en français, Ken "Starve-the-Pigeons" (affamez les pigeons) Livingstone, maire de Londres, saura que le monde regarde.
http://www.petitiononline.com/pigeon1/petition-sign.html  







*******************************
Revenons en France, au parc de la Vanoise.
http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin.htm  

 Les chasseurs de Savoie veulent pouvoir tirer le bouquetin

    
    
    
      En 1963 le bouquetin avait tellement été chassé qu'il n'en restait plus qu'une cinquantaine d'individus en France. Pour empêcher sa disparition il a  été classé "espèce intégralement protégée" et sa chasse est  depuis lors  interdite. Grâce à cette protection l'espèce a  pu se restaurer et sa population est aujourd'hui estimée à plus de deux mille individus sur la Savoie.   Les études menées sur cet animal démontrent qu'actuellement l'espèce s'autorégule naturellement.

      Les chasseurs de Savoie et de Haute Savoie, frustrés de voir ces animaux s'ébattre sous leurs yeux sans pouvoir les tirer, viennent  d'entreprendre des démarches  après de la Ministre de l'environnement pour en obtenir le déclassement.

      On est légitimement en droit de penser que l'autorégulation constatée dans les effectifs de bouquetins présente un gros inconvénient pour les chasseurs en démontrant l'inexactitude de leur habituelle argumentation "chasseurs - gestionnaires des espèces évitant la surpopulation. ». 

      Lorsque l'on sait que le bouquetin est un animal indifférent à l'homme et qu'il se laisse approcher à quelques dizaines de mètres on  imagine le carnage que pourraient faire les porteurs de fusils.

      Pour contrer la demande des chasseurs il serait souhaitable que chacun adresse un courrier d'indignation à Mme la Ministre de l'Environnement ainsi qu'aux deux présidents des fédérations de chasse concernées. Enfin il serait aussi bon de manifester son mécontentement auprès de M. Philippe TRAUB, directeur du parc national de la Vanoise , qui relaie dans son bulletin d'information la demande des chasseurs, oubliant que la vocation prioritaire de ce parc à sa création a été la protection du bouquetin dont il en a fait son emblème.

      LES ADRESSES  et des modèles de lettres que vous pouvez utiliser, si vous le souhaitez:

      Ministère de l'environnement : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_olin.htm

      Mme Nelly OLIN

      Ministre de l'Ecologie et du Développement   Durable
      20 avenue de Ségur
      75302 Paris 07 SP
      ministere@ecologie.gouv.fr

        

      Fédération des chasseurs de la Savoie  : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_presidents_chasse.htm

      M. Jean-Marc GIRARD-MADOUX

      Président de la fédération des chasseurs de la  Savoie

      Allée du petit bois

      14 parc de l'étalope

      BASSENS

      73025 CHAMBERY

      Fdc73@chasseurdefrance.com

                                                                                                                         

      Fédération des chasseurs de la Haute Savoie  :  modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_vanoise.htm

      M. PREVOND Jean-Louis            

      Président de la Fédération des chasseurs de la Haute Savoie

      Aux glaises

      74350 VILLY LE PELLOUX

      fdc74@chasseurdefrance.com

         

      Parc national de la vanoise :

       M. le directeur du Parc National de la Vanoise

      135 rue de docteur Julliand

      BP 705

      73007 CHAMBERY CEDEX

      parc.national@vanoise.com

Alors, vous avez bien fait tout ça? Avant de vous reposer, une info:

Et si vous avez toujours envie de vous plaindre, alors que vous avez la chance d'être libre, et bien , lisez ceci:


Pays-Bas
160.000 poules pondeuses brûlées vives.
Les bâtiments avaient une superficie de 100 sur 150 mètres.
Donc plus de 10 poules par m²...

http://www.brandweer.nl/cms/show/id=149039/contentid=66924



Les chasseurs de Savoie veulent pouvoir tirer le bouquetin

    
    
    
      En 1963 le bouquetin avait tellement été chassé qu'il n'en restait plus qu'une cinquantaine d'individus en France. Pour empêcher sa disparition il a  été classé "espèce intégralement protégée" et sa chasse est  depuis lors  interdite. Grâce à cette protection l'espèce a  pu se restaurer et sa population est aujourd'hui estimée à plus de deux mille individus sur la Savoie.   Les études menées sur cet animal démontrent qu'actuellement l'espèce s'autorégule naturellement.

      Les chasseurs de Savoie et de Haute Savoie, frustrés de voir ces animaux s'ébattre sous leurs yeux sans pouvoir les tirer, viennent  d'entreprendre des démarches  après de la Ministre de l'environnement pour en obtenir le déclassement.

      On est légitimement en droit de penser que l'autorégulation constatée dans les effectifs de bouquetins présente un gros inconvénient pour les chasseurs en démontrant l'inexactitude de leur habituelle argumentation "chasseurs - gestionnaires des espèces évitant la surpopulation. ». 

      Lorsque l'on sait que le bouquetin est un animal indifférent à l'homme et qu'il se laisse approcher à quelques dizaines de mètres on  imagine le carnage que pourraient faire les porteurs de fusils.

      Pour contrer la demande des chasseurs il serait souhaitable que chacun adresse un courrier d'indignation à Mme la Ministre de l'Environnement ainsi qu'aux deux présidents des fédérations de chasse concernées. Enfin il serait aussi bon de manifester son mécontentement auprès de M. Philippe TRAUB, directeur du parc national de la Vanoise , qui relaie dans son bulletin d'information la demande des chasseurs, oubliant que la vocation prioritaire de ce parc à sa création a été la protection du bouquetin dont il en a fait son emblème.

      LES ADRESSES  et des modèles de lettres que vous pouvez utiliser, si vous le souhaitez:

      Ministère de l'environnement : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_olin.htm

      Mme Nelly OLIN

      Ministre de l'Ecologie et du Développement   Durable
      20 avenue de Ségur
      75302 Paris 07 SP
      ministere@ecologie.gouv.fr

        

      Fédération des chasseurs de la Savoie  : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_presidents_chasse.htm

      M. Jean-Marc GIRARD-MADOUX

      Président de la fédération des chasseurs de la  Savoie

      Allée du petit bois

      14 parc de l'étalope

      BASSENS

      73025 CHAMBERY

      Fdc73@chasseurdefrance.com

                                                                                                                         

      Fédération des chasseurs de la Haute Savoie  :  modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_vanoise.htm

      M. PREVOND Jean-Louis            

      Président de la Fédération des chasseurs de la Haute Savoie

      Aux glaises

      74350 VILLY LE PELLOUX

      fdc74@chasseurdefrance.com

         

      Parc national de la vanoise :

       M. le directeur du Parc National de la Vanoise

      135 rue de docteur Julliand

      BP 705

      73007 CHAMBERY CEDEX

      parc.national@vanoise.com

Voir les commentaires

journée du 20 mars: journée sans viande; contre la vache folle, contre la grippe aviaire, contre la barbarie, on doit devenir végétarien ? Non: végétalien.

14 Mars 2006, 05:34am

Publié par Jo benchetrit

Voir les commentaires

le biodiesel est plus dangereux que le petrole.

13 Mars 2006, 10:40am

Publié par Jo benchetrit

C'est l'avenir...encore plus noir...

Biodiesel - Le produit agricole le plus destructeur sur Terre n’est 
pas la solution a la crise de l’energie, The Guardian, 06/12/05
George Monbiot (Traduction rapide par Jerome, 30/01/06)

En faisant la promotion du biodiesel comme substitut, nous sommes 
passes a cote du fait qu’il est pire que de bruler le combustible 
fossile qu’il remplace
Au cours de ces deux dernieres annees, j’ai fait une decouverte 
inconfortable. Comme la plupart des environnementalistes, j’ai ete 
aussi aveugle aux contraintes affectant notre approvisionnement 
energetique que mes opposants l’ont ete vis a vis du changement 
climatique. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai entretenu une 
certaine croyance en la magie.
En 2003, le biologiste Jeffrey Dukes calcula que les combustibles 
fossiles que nous brulons en un an etaient faits de matiere organique 
"contenant 44 x 1018 grammes de carbone, ce qui est plus de 400 fois 
la productivite primaire nette du biotope courant de la planete". En 
bon francais, cela signifie que chaque annee nous utilisons quatre 
siecles d’equivalent plantes et animaux.
L’idee que nous puissions simplement remplacer cet heritage fossile - 
et la densite d’energie extraordinaire qu’il nous fournit - avec de 
l’energie ambiante est un truc pour la science-fiction. Il n’y a 
simplement aucune maniere de remplacer la diminution de notre 
consommation. Mais partout on cherche des substituts. Ils ont ete 
promus aujourd’hui lors des discussions sur le climat a Montreal, par 
les etats - comme le notre - qui cherche a eviter les decisions 
difficiles imposee par le changement climatique. Et un substitut au 
moins est pire que le combustible fossile qu’il remplace.
La derniere fois que j’ai prete attention aux dangers de fabriquer du 
carburant diesel a partir d’huiles vegetales, j’ai recu autant 
d’injures qu’apres ma position sur la guerre en Irak. Les 
missionnaires du biodiesel, ai-je decouvert, sont aussi bruyants dans 
leurs denegations que les cadres dirigeant d’Exxon. Je suis 
maintenant pret a admettre que mon article precedent etait faux. Mais 
ils ne vont pas aimer ca. J’avais tort parce que je sous-estimais 
l’impact destructif du combustible.
Avant d’aller plus loin, je devrais etre clair sur le fait que 
transformer de l’huile de friture en carburant pour moteur est une 
bonne chose. Les gens qui vident toute la journee entre ces cuves de 
salete rendent un vrai service a la societe. Mais il y a suffisamment 
d’huile de cuisson usagee en Grande-Bretagne pour satisfaire 
seulement 1/380 eme de nos besoins en carburant pour le transport. 
Ensuite, les ennuis commencent.
Lorsque j’ai ecrit sur ce sujet l’annee derniere, je pensais que le 
plus gros probleme cause par le biodiesel etait qu’il mettait en 
place une competition pour l’utilisation des champs. Les surfaces 
cultivables qui pourraient etre utilisee pour faire pousser des 
aliments le seraient pour cultiver du carburant. Mais aujourd’hui, je 
pense que quelque chose de pire est en train d’arriver. L’industrie 
du biodiesel a accidentellement invente le carburant produisant le 
plus de carbone au monde.
En faisant la promotion du biodiesel - comme le font l’UE, les 
gouvernement britanniques et des USA, et des milliers de militants 
environnementalistes - vous pouvez imaginer creer un marche pour la 
vieille huile de friture, ou l’huile de colza, ou l’huile faite a 
partir d’algues cultivees dans des mares desertes. En realite, vous 
creez un marche pour les cultures les plus destructrices sur Terre.
La semaine derniere, le president de l’autorite federale pour le 
developpement agricole en Malaisie annoncait qu’il etait en train de 
construire unenouvelle usine de production de biodiesel. Quatre 
nouvelles raffineries sont en train d’etre construites sur la 
peninsule malaisienne, une a Sarawak et deux a Rotterdam. Deux 
consortium etrangers - un allemand, l’autre americain - mettent en 
place des usines concurrentes a Singapour. Toutes fabriqueront du 
biodiesel a partir de la meme source : l’huile de palme.
"La demande en biodiesel", selon le Malaysian Star, "viendra de la 
Communaute europeenne ... Cette demande toute neuve ... fera, de 
facon ultime, un sort a toutes les reserves potentielles d’huile de 
palme brute de Malaisie." Pourquoi ? Parce que c’est la culture la 
moins chere comme source de biodiesel.
En septembre, les Amis de la Terre ont publie un rapport sur l’impact 
de la production d’huile de palme. "Entre 1985 et 2000", ont-ils 
decouvert, "on estime que le developpement des plantations pour 
l’huile de palme a ete responsable de 87% de la deforestation en 
Malaisie." A Sumatra et Borneo, quelques 4 millions d’hectares de 
foret on ete converties en fermes de palme. Aujourd’hui, 6 millions 
d’hectares supplementaires sont programmes pour faire place nette, et 
16,5 millions en Indonesie.
Presque tout le reste de la foret est en danger. Meme le celebre parc 
national Tanjung Putin a Kalimantan est pille par les planteurs 
d’huile. L’orang-outang sauvage est voue a l’extinction. Rhinoceros, 
tigres, gibbons, tapirs, nasiques, et des milliers d’autres especes 
pourraient prendre leur suite. Des milliers d’habitants de ces 
regions ont ete chasses de leurs terres, et quelques 500 indonesiens 
ont ete tortures lorsqu’ils ont essaye de resister. Les feux de foret 
qui si souvent etouffent la region sous la fumee sont pour la plupart 
demarres par les cultivateurs de palme. La region dans son entier est 
transformee en un gigantesque champ petrolifere vegetal.
Avant que les palmes a huile, qui sont petites et rabougries, soient 
plantees, d’immenses arbres de la foret, contenant une bien plus 
grande quantite de carbone, doivent etre abattus et brules. Ayant 
sature les terres les plus seches, les plantations doivent s’etendre 
dans les forets marecageuses, qui poussent sur des tourbieres. En 
sechant ses oxydes, la tourbe relache encore plus de dioxide de 
carbone que les arbres. En terme d’impact sur l’environnement local 
comme sur le global, le biodiesel de palme est encore plus destructif 
que le petrole brut du Nigeria.
Le gouvernement britannique comprend cela. Dans un rapport publie le 
mois dernier, lorsqu’il annoncait qu’il obeirait aux regles de l’UE 
et ferait en sorte du 5,75% de notre carburant pour le transport 
vienne des plantes pour 2010, il a admis que "les plus grand risques 
environnementaux seraient certainement ceux concernant toute large 
expansion dans la production de biocarburant, et particulierement au 
Bresil (avec la canne a sucre) et en Asie du sud-est (avec les 
plantations de palmes a huile."
Il a suggere que le meilleur moyen de traiter ces problemes etait 
d’empecher les combustibles destructeurs pour l’environnement d’etre 
importes. Le gouvernement a demande a ses consultants si une 
interdiction violerait les lois du commerce international. La reponse 
fut oui : "Des criteres environementaux obligatoires... 
augmenteraient considerablement le risque d’un probleme legal 
international sur la politique dans son entier." Donc il a laisse 
tomber l’idee d’interdire les importations, et a appele a "une sorte 
de schema volontariste" a la place. Sachant que la creation de ce 
marche amenera un mouvement puissant en faveur des importations 
d’huile de palme, sachant qu’il n’y avait rien de significatif qu’il 
puisse faire a faire contre cela, qu’il accelererait au lieu 
d’ameliorer les changements climatiques, le gouvernement a quand meme 
decide de continuer.
En d’autres temps, il aurait defie l’UE avec joie. Mais ce que l’UE 
veut et ce que le gouvernement veut, c’est la meme chose : "Il est 
essentiel que nous trouvions un equilibre face a la demande pour les 
transports qui augmente", dit le rapport du gouvernement, "avec nos 
objectifs de protection de l’environnement". Jusqu’a recemment, nous 
avions une politique de reduction de la demande de transports. 
Maintenant, bien qu’aucune annonce n’ait ete faite, cette politique 
est abandonnee.
De meme que les Tories au debut des annees 90, l’administration du 
Labour cherche a satisfaire la demande, quelque soit la hauteur a 
laquelle elle puisse grimper. Les chiffres obtenus la semaine 
derniere par le groupe militant Road Block montre que pour 
l’elargissement de la M1 seul, le gouvernement allait payer 3,6 
milliards de livres - plus qu’il ne depense pour son programme entier 
au sujet du changement climatique. Au lieu de tenter de reduire la 
demande, il essaie de modifier l’approvisionnement. Il est pret a 
sacrifier les forets vierges du sud-est asiatique dans le but de se 
montrer actif, et pour permettre une augmentation du confort des 
automobilistes.
Tout ceci illustre la futilite des technopansements mis au point a 
Montreal. Essayer de satisfaire la demande de carburant en 
augmentation est une folie, quelle que soit la source du carburant. 
Les decisions difficules ont ete evitees, et une nouvelle portion de 
la biosphere disparait en fumee.
Source : <
http://www.guardian.co.uk/Columnists/Column/
0,,1659036,00.html>
Traduction : <
http://www.velorution.org/articles/175.html>

Voir les commentaires

vous avez acheté un animal malade ou pas en animalerie? appel à temoin. traific d'animaux probable.

11 Mars 2006, 16:32pm

Publié par Jo benchetrit

Des services de police parisiens enquêtent actuellement sur le trafic
d'animaux familiers entre la Belgique et la France. Dans ce cadre, ils
recherchent des personnes pouvant leur apporter leur témoignage.

Ainsi, si le chiot ou le chaton que vous avez acheté dans une animalerie
parisienne est tombé malade ou sil est décédé quelques jours après son
acquisition, contactez-nous. Nous nous chargerons de transmettre votre
témoignage aux services de police compétents.

Pour cela, envoyez-nous un dossier complet comprenant les copies de
lattestation de vente, du carnet de vaccination, des attestations
vétérinaires ainsi que toutes les pièces que vous jugerez utiles à :

info@onevoice-ear.org

Ou

ONE VOICE
23 rue du Chanoine-Poupard
BP 91923
44319 Nantes cedex 3

Par ailleurs, si vous vous sentez concerné par cet appel à témoins et que
votre animal provient d'une animalerie ou d'un vendeur multi-races situé hors
de la région parisienne, votre témoignage est également capital. Il sera
utile à léquipe de One Voice pour poursuivre ses investigations et faire
progresser cette campagne.

Merci de votre mobilisation.

http://www.onevoice-ear.org/index.html

Voir les commentaires

Test: êtes vous chimpanzée ou bonobo?Ressemblance et dissemblance. Le bonobo plus doué pour la morale que l'homme?Frans de Waal

11 Mars 2006, 06:32am

Publié par Jo benchetrit


 Interview de Frans de Waal

Frans De Waal : « Ce singe qui est en nous »

Vous sentez-vous plutôt chimpanzé ou plutôt bonobo ? Dans son nouveau
livre, le célèbre primatologue met en lumière les comportements qui
nous rapprochent de ces deux espèces.

Propos recueillis par Olivier Postel-Vinay

Le Point : Les chimpanzés et les bonobos sont les deux espèces les
plus proches de l'homme. Sommes-nous plus proches de l'une que de
l'autre ?

Frans de Waal : Beaucoup de gens aimeraient que nous soyons plus
proches des bonobos, parce que ces élégants cousins des chimpanzés
semblent appliquer à la lettre le slogan « Faites l'amour, pas la
guerre ». En réalité, nous sommes à égale distance des uns et des
autres sur l'arbre de l'évolution. Quand on observe les
comportements, nous sommes à certains égards très proches des
bonobos, à d'autres très proches des chimpanzés.

En quoi sommes-nous plus proches des bonobos ?

La force du lien entre les femelles, par exemple. C'est un trait
commun à nos deux sociétés, alors que ce lien est très peu développé
chez les chimpanzés.

 En fait, la société bonobo est même dominée par
les femelles.

On ne peut en dire autant des sociétés humaines, mais
les femmes y exercent un rôle déterminant.

Le fait qu'une espèce
voisine de la nôtre ait évolué vers la domination féminine révèle un
potentiel de notre lignée.

Un autre trait commun est la place donnée
à la sexualité non reproductive. Je pense que les trois quarts de
l'activité sexuelle des bonobos n'ont rien à voir avec la reproduction.

Diriez-vous que la proportion est la même dans notre espèce ?

Je n'en sais rien, mais j'observe que cela fait débat. L'Eglise et
nombre de conservateurs pensent que le sexe devrait être réservé à la
reproduction. Je crois utile de souligner qu'il existe dans notre
lignée une espèce chez laquelle la sexualité est utilisée pour
renforcer le lien social. Je pense qu'il en est de même chez nous,
même si nous le pratiquons à une moindre échelle.

Vous, les Français,
avez cette jolie expression : la « réconciliation sur l'oreiller ».
Les bonobos s'y adonnent presque tout le temps, y compris avec des
individus du même sexe.

L'Eglise apprécierait peut-être davantage l'étonnante faculté
d'empathie que vous leur reconnaissez...

Je pense que le bonobo est, de tous les grands singes, le plus
capable de se mettre à la place d'autrui et d'exploiter cette faculté
pour venir en aide. Deux exemples. Au zoo de San Diego, les gardiens
avaient vidé et nettoyé la douve.

Ils s'apprêtaient à l'inonder à
nouveau quand un vieux mâle vint frénétiquement crier et gesticuler à
leur fenêtre.

Il y avait des jeunes qui jouaient au fond de la douve
et qui risquaient de se noyer.

Les gardiens leur fournirent une
échelle.

Tous purent monter, sauf le plus jeune, que le vieux bonobo
alla chercher lui-même.

Dans un autre zoo, un étourneau tomba après
s'être cogné contre une vitre. Une femelle le prit délicatement,
tenta de le remettre sur pied. Comme l'oiseau se contentait de battre
des ailes, elle monta en haut du plus grand arbre, n'utilisant que
ses jambes, car les mains tenaient l'oiseau. Elle en écarta
soigneusement les ailes et le lança, comme un avion en papier. Il
retomba sur la rive de la douve, où la femelle bonobo le protégea
jusqu'à son envol, dans la soirée.
L'altruisme n'est donc pas le propre de l'homme ?

Le « propre de l'homme ». Encore une jolie expression française, qui
n'a pas son équivalent en anglais. Depuis bien longtemps on cherche à
identifier la différence essentielle entre l'animal et l'humain. Mais
elle ne cesse de nous échapper. Bien que le sujet reste controversé,
l'empathie dont sont capables les bonobos démontre à mes yeux
l'existence d'une continuité entre la morale des grands singes et
celle des humains. Homo sapiens n'est pas le seul animal moral.

En quoi sommes-nous plus proches des chimpanzés ?

La ressemblance la plus frappante est du côté des mâles. Ils sont en
compétition intense pour l'accès au pouvoir et aux femelles.

Mais en
même temps ils ne cessent de nouer des liens entre eux. Dans une
grande entreprise, vous voyez les hommes se livrer une compétition
acharnée pour les postes, les rémunérations, les clients.

Mais vous
les voyez aussi former des clans, des coalitions. Et, dès que
l'extérieur est en cause, ils font bloc.

Sans quoi l'entreprise
risque de sombrer.

Il en va de même chez les chimpanzés. Ils doivent
défendre leur territoire contre les autres communautés de chimpanzés.
S'ils ne le font pas, ils se font tuer. Donc ils se soudent.

Dans la
compétition interne à leur communauté, ils sont foncièrement
opportunistes. Les ennemis d'un jour se réconcilient et vont chasser
ensemble le lendemain.

Le mâle bonobo ressemble donc moins au mâle humain ?

Beaucoup moins. Il agit plus pour son compte. Il reste aussi
dépendant de sa mère, qui veille à le faire monter dans la hiérarchie
tout en partageant la réalité du pouvoir avec les autres mères.

Le
mâle chimpanzé est un bien meilleur modèle du mâle humain. Il offre
toute la palette des comportements liés à la domination masculine :
luttes pour le pouvoir, coopération à la chasse et à la guerre,
agressivité physique (y compris à l'égard des femelles), xénophobie...

La femelle chimpanzé a-t-elle des points communs avec la femme ?

Moins que la femelle bonobo, car elle vit la plupart du temps seule
avec ses enfants dans la forêt, le plus possible à l'abri des mâles.
Elle ne noue donc pas d'alliance efficace avec d'autres femelles.

Pourtant, vous avez décrit des scènes frappantes où des femelles
chimpanzés parviennent à faire cesser des querelles entre mâles.
Comment font-elles ?

C'est un comportement qui s'observe en captivité, mais pas sur le
terrain.

En captivité, on les voit même ôter les armes des mains des
combattants et les amener à une véritable réconciliation.

C'est
d'ailleurs un point intéressant : les femelles chimpanzés sont plus
douées pour faire la paix entre mâles que pour faire la paix entre
elles.

La jalousie masculine est-elle décelable sur le terrain ?

Elle est omniprésente. Le mâle alpha ne tolère pas que d'autres mâles
entreprennent une femelle dans son champ de vision.

Dans le monde
animal, la jalousie des femelles n'existe que dans les espèces où se
forment des couples durables.

On le voit chez les humains et les
oiseaux, mais guère chez les chimpanzés ou les bonobos, espèces chez
lesquelles la femelle n'investit pas longtemps dans un mâle en
particulier.

Vous écrivez qu'en fait de relations sociales les grands singes
donnent l'impression d'être aussi intelligents que nous. Pourtant,
leur cerveau est beaucoup plus petit ...

Trois fois plus petit.

Mais, dans le domaine des émotions de base et
des rapports quotidiens, je ne crois pas que nous soyons beaucoup
plus intelligents.

La complexité des relations sociales entre
chimpanzés vaut à peu près celle qu'on trouve dans une société
humaine.

 Si notre société est plus complexe, c'est que nous avons
créé des institutions et instauré une division des rôles.

Où se trouve la principale ligne de partage entre eux et nous ?

Dans les facultés nouvelles développées par notre gros cerveau : le
langage parlé, l'abstraction, la faculté de se projeter dans le
temps.

 Et dans l'intelligence technique que ces facultés ont générée.
Mais la ligne de partage n'est pas nette. Les grands singes ont
développé des outils. Il est possible de leur enseigner l'usage de
symboles.

Et la famille nucléaire ? N'est-ce pas notre invention ?

Je ne pense pas que nous l'ayons inventée. Mère Nature nous y a
conduits.

Mais c'est bien une autre différence essentielle. La clé de
cet arrangement fut sans doute le rôle croissant du mâle dans le soin
apporté aux enfants.

Les femelles chimpanzés et bonobos ont un enfant
tous les cinq ou six ans.

Ce temps est divisé par deux chez la femme.
Quand nous sommes sortis de la forêt, nous étions très vulnérables.
Il y avait beaucoup de grands prédateurs.

Une femelle encombrée de
deux enfants était une proie facile. Ce fut probablement le début
d'un rapprochement entre mâles et femelles, pour la sauvegarde des
enfants.

Or, pour obtenir la coopération d'un mâle, il fallait lui
donner des assurances quant à sa paternité. La famille nucléaire
était en germe.

Les ancêtres des femmes auraient-elles joué un rôle décisif dans
cette évolution ?

C'est bien possible.

Si j'avais été une femme, c'est ce que j'aurais
fait : trouver les moyens de m'assurer la protection d'un mâle, et de
bien le choisir.

Nous, les primatologues et les biologistes,
regrettons parfois la tendance des anthropologues à mettre l'accent
sur le rôle du mâle dans l'évolution.

 Il n'y a aucune raison de
penser que celui de la femelle ait été moindre. Cruciale pour
l'évolution, la reproduction concerne les deux sexes

             En Afrique tropicale
             Les chimpanzés habitent les forêts tropicales africaines
depuis la Guinée à l'ouest jusqu'au nord du fleuve Zaïre et au lac
Tanganyika.

 Les bonobos habitent au sud de la grande boucle formée
par le Zaïre. Ils ressemblent aux chimpanzés mais sont un peu plus
petits. Ils sont l'espèce la plus menacée.

 

 

 

 


             Frans de Waal
             Né en 1948, le Néerlandais Frans de Waal est installé
aux Etats-Unis, au Yerkes Center à Atlanta. Il s'est fait connaître
par son étude sur la dynamique du pouvoir chez les chimpanzés (« La
politique du chimpanzé », 1984). Il n'a cessé depuis lors
d'approfondir ses observations et analyses sur les grands singes,
cherchant à identifier les traits de similitude et de divergence avec
l'espèce humaine. Son dernier livre, « Le singe en nous », est publié
chez Fayard (338 pages, 20

 

 

 

Voir les commentaires

viande chiens et chats:pourquoi NON. lien pour pétition.Il est interdit de ne pas interdire ça.

7 Mars 2006, 07:56am

Publié par Jo benchetrit

Je ne respecte pas la liberté de barbarie qu'il y a avec les bêtes, sous prétexte qu'on peut tout leur faire, puisqu'elles sont à notre merci, qu'elles sont pas de syndicats, aucune protection!

On les torture avant de les tuer. C'est inacceptable.

Les abus dont sont victimes les animaux devraient écoeurer tout homme normal et provoquer un rejet, alors que c'est l'inverse. Rien  ne choque puisqu'il n'y a de tabou de nuire qu'envers les hommes!

Il faut créer des tabous, alors, pour pouvoir entrer dans l'ère de la civilisation qui, plus ces abus seront perpétrés, s'éloignera.

 SIGNEZ en cliquant LA:

les chiens et chats sont nos meilleurs compagnons.

Ne les mangez pas.

ne laissez pas les autres les manger. Regardez puis signez.
Video of Dog Markets and Dog slaughter from SBS News Seven
Les autres animaux n'ont pas plus à être tués.

Arrêtez d' acheter de la viande.

C'est mauvais pour eux qui sont atrocement maltraités pour vivre et pour être tués.

mauvais pour votre santé tant physique que mentale( la barbarie favorise la barbarie).

mauvais pour l'environnement.

Un jour, ce sera déconseillé  comme pour le tabac et pour l'alcool.

Voir les commentaires

soutenez Mac Cartney contre la chasse aux phoques: en 1mn maxi.

5 Mars 2006, 17:10pm

Publié par Jo benchetrit

Vous allez là:

http://tva.canoe.com/votreinfo/qtva_resultats.html

Et votez oui à la question sur côté en bas à droite.
merci de faire pencher la balance car le non est majoritaire à la question: Paul  Mac Cartney a-t-il raison de faire interdire la chasse aux phoques?

Il faut évidemment cocher le OUI.

Merci. Ça en dit long sur les mentalités au Quebec sur cette question.

Voir les commentaires

Les chiens torturés de l'Espagne barbare. Galgos, levriers de chasse, martyrisés.

2 Mars 2006, 16:44pm

Publié par Jo benchetrit

Image Hosted by ImageShack.us
****************************************************************
LES GALGUEROS REDOUBLENT DE VIOLENCE EN ESPAGNE

Il semble que les actes de barbarie perpétrés sur les galgos augmentent avec l'arrivée des premiers grands froids en Espagne.
Alors que la saison de la chasse bât son plein, une bénévole qui se promenait en forêt a fait une découverte macabre : 15 galgos pendus à des arbres !
A Salamanca, un refuge lance un appel à l'aide : trop de galgos arrivent dans un état désespéré.
Le lévrier marron a été battu à mort. Il a été piqué avec un objet pointu, criblé de coups à la tête provoquant des dommages cérébraux irréversibles. Des coups pieds répétés à la poitrine ont provoqués un oedème pulmonaire. Ce pauvre galgo est tombé dans le coma, malgré une intervention en urgence dans une clinique vétérinaire. Il a dû être euthanasié.
Le galgo blanc est vivant, mais il souffre d'une dénutrition épouvantable ! Il est blessé sur tout le corps et sa mâchoire est fracturée. Il ne peut manger que de la nourriture hachée. Il sera adopté en Allemagne.

AIDEZ-NOUS A FAIRE CESSER CES ATROCITES. SIGNEZ NOTRE PETITION.

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

21 novembre 2005Image Hosted by ImageShack.us

NOTRE PETITION EST EN LIGNE !!!!

http://www.thepetitionsite.com/takeaction/485467652

*************************

 

Je vous livre ce texte poignant écrit par Raymond Audemard © LED 2006.

 

Le pianiste


C'était un bout de terrain presque plat, une saignée dans la forêt, les
hommes étaient là, en groupe. Ils fumaient des cigarettes mal odorantes
qu'ils roulaient tout en plaisantant. Nous, les galgos, on était au pied.
Les oreilles agitées, attirées par les mille bruits de la forêt.
Un peu excités aussi, par l'odeur du lapin qui était là, à quelques pas,
dans la cage grillagée. On sentait sa peur. Elle nous attirait, comme un
aimant.
Les hommes se sont mis en rang, chacun avec un galgo serré entre leurs
cuisses, les colliers de corde ou de fil de fer étaient solidement tenus.
Le mien entrait douloureusement dans la peau de mon cou. Puis, ils ont
ouvert la cage. Affolé, il a surgi à la vitesse de l'éclair. Au signal, les
galgueros ont lâché les colliers. J'ai ressenti une vive douleur à la queue.
Pour me faire « démarrer » plus vite, mon maître l'a entaillée avec son
couteau. Comme mes frères de course, je porte des dizaines de stigmates de
ces coupures. Cela ne me fait pas courir plus vite, mais mon maître ne
semble pas s'en rendre compte.
Alors, j'ai couru. Couru de toutes mes forces, couru de tout mon être. Je
voulais l'attraper cette petite boule de fourrure beige qui s'agitait
frénétiquement devant nous, changeant sans cesse de trajectoire pour nous
tromper. Le sang battait à mes tempes et je sentais l'air s'engouffrer dans
ma large poitrine après les premières secondes où j'avais retenu mon souffle
Mais je suis un coursier. Un chasseur et un coursier, et je ne le quittais
pas du regard. Je percevais son affolement. Les hommes criaient, tapaient
dans les mains, criant les noms des chiens qui couraient pour eux. J'étais
presque sur lui, je recevais de minces giclées de poussière soulevées par
ses pattes.
Et puis, il y a eu cette motte de terre qui a cédé sous ma patte, j'ai perdu
l'équilibre un instant, mais je ne suis pas tombé. Blas, un grand galgo noir
en a profité, il m'a devancé et a attrapé le lapin. Il l'a secoué dans sa
gueule, en sautant en l'air de plaisir. Je me suis approché, mais il a
grogné. Il était le vainqueur. Les hommes sont arrivés en courant, ils ont
retiré son trophée à Blas. Il a aboyé. Il a reçu un coup de fouet.
Mon maître était furieux, je l'ai vu donner des morceaux de papiers au
maître de Blas. Il m'a attrapé par le collier, méchamment et a serré. J'ai
gémi. Il m'a donné des coups de poings et des coups de pied. Ce n'était pas
ma faute, je ne l'avais pas vu cette motte de terre, et puis, le plus
important c'était bien que le lapin qui s'était échappé ait été rattrapé.
Même par Blas !
En revenant vers les voitures, j'ai aperçu Libra. Elle se traînait sur trois
pattes. Elle était tombée. L'os sortait de sa patte arrière droite, juste
au-dessus de la cheville. Son propriétaire, un gros chasseur du coin l'a
insultée, puis il l'a rouée de coups de pieds. Chaque fois que les coups
atteignaient sa patte brisée elle hurlait. Il riait et il tapait encore plus
fort. Puis il a donnée un coup de talon sur son dos. Elle n'a plus bougé.
Plus gémi. Mais j'ai vu ses yeux. Elle était encore vivante.
Ils l'ont laissée là.
Il y avait de la bière, les hommes ont bu en plaisantant. Le soleil
commençait à chauffer. Mon maître m'a attaché au bout d'une corde et il m'a
entraîné vers la voiture. Je suis monté à l'arrière, aidé d'un bon coup de
pied dans les reins. Tout en conduisant, très vite malgré l'état de la route
 il n'a pas arrêté de hurler après moi. De m'insulter. De temps en temps il
se retournait et me frappait avec un bâton qu'il a toujours avec lui. Arrivé
à la ferme, il m'a attaché. Très court. Je ne pouvais pas atteindre la
vieille bassine pleine d'eau sale dans laquelle je bois habituellement. Il
est rentré. Je l'ai entendu hurler encore.
Puis il est sorti, avec un fouet et il a commencé à me frapper. Je ne
pouvais pas m'enfuir, tout au plus me rouler en boule. Le fil de fer
m'étranglait et je suffoquais tandis que les coups pleuvaient sur mon dos,
sur mes flancs.
Pourquoi ?
Au bout d'un moment il s'est calmé. Il est rentré. Le soleil cuisait mes
plaies, les mouches se posaient sur moi, mais je n'avais même plus la force
de les chasser.

Nina, une petite galga est venue lécher mes plaies. Je n'ai pas réagi. Cela
apaisait un peu la brûlure. Mais elle ne pouvait rien faire pour ma gorge
serrée et desséchée par la soif. Nina est là depuis longtemps, elle fait
souvent des petits. Ils partent très vite. Elle est vieille maintenant, elle
est très maigre. Elle est là depuis au moins cinq saisons de chasse.
La journée a été longue. Le maître est parti à la chasse, avec Nina. Au soir
il est revenu. Seul. Je ne disais rien, je ne faisais aucun mouvement, comme
si j'avais voulu me confondre avec le sol. Mais il est revenu vers moi. Il
m'a craché dessus et donné un coup de sa botte ferrée.
Toute la nuit, j'ai grelotté, de froid, de fièvre, de douleur. Les
tiraillements de ma peau déchirée rendaient chaque mouvement douloureux.
Même respirer devenait un calvaire.
Au matin, il est venu vers moi, il avait une longue corde.Il m'a détaché, a
passé la corde dans le fil de fer qui me sert de collier et il m'a traîné.
Je pouvais à peine me tenir debout. Il m'a attrapé par le cou et par une
patte et m'a jeté dans la voiture. J'ai hurlé. Il a ri. J'avais mal. Mais
son rire m'a rassuré. En général, quand il rit, il ne frappe pas trop
longtemps. Ou moins fort.
Il a pris un chemin de montagne, un de ceux que nous prenons quand il
m'emmène chasser. Mais jamais je n'aurai la force de chasser. Je ne peux
même pas me remettre debout dans la voiture. J'ai glissé entre les sièges,
sur le plancher et je ressens tous les cahots de la route empierrée.
Il fait beau. Au loin j'entends des oiseaux chanter. Une abeille est venue
se poser sur ma truffe. Je ne pouvais même pas la chasser. Elle s'est
envolée. Il doit y avoir pleins de lapins par ici. Je sens l'odeur de leurs
crottes. Il arrête la voiture. Il sort et fume une cigarette. Par la fenêtre
j'aperçois la fumée bleutée qui s'élève, mais je ne le vois pas, ma tête
posée sur le plancher de la voiture. J'entends sa botte qui racle le sol. Il
écrase sa cigarette. Il fait toujours cela. Il ouvre sa porte et se saisit
de la corde et il tire d'un coup sec. La douleur est fulgurante. Mon souffle
est coupé. Il empoigne sans ménagement la peau de mon dos, comme le faisait
ma mère lorsque j'étais chiot. Mais il me fait mal. Je ne suis plus un chiot
 Il me jette part terre et il me traîne en me tenant par les pattes. Ma
langue sort de ma bouche, je n'ai plus de salive et la douleur de ma gorge
est comme un fer rouge. Il s'arrête enfin. Je sens alors les cailloux
coupants du chemin qui ont ravivé mes plaies. Il me regarde. Me donne un
coup de pied dans la mâchoire.
Pourquoi fait-il cela ?
Puis il saisit le bout libre de la corde et il le lance dans un arbre, en
travers d'une branche. Je ne comprends pas ce qu'il veut faire. Puis il se
met à tirer. J'essaie de bouger, de me mettre sur mes pattes, mais je suis
trop faible et je retombe, sans force. Il tire toujours, je sens ma tête qui
s'élève, la pression sur ma gorge est horrible. J'essaie d'aboyer mais je ne
peux pas. Il tire encore, mes pattes de devant quittent le sol, je sens mes
vertèbres tendues à se rompre. Ma tête est rejetée en arrière.
Et j'aperçois Nina. Elle est là. A quelques mètres. Son corps noir et blanc
tournoie à un mètre du sol. Sa langue sort entre ses lèvres et des babines
retroussées lui font un rictus menaçant, elle qui n'a jamais résisté.
Mes pattes arrière touchent le sol. La souffrance est de plus en plus
horrible. Mes antérieurs griffent désespérément l'air, je me débats, en vain
 Mes cuisses sont tendues.Je veux vivre !
Je sens la tétanie qui les gagne, mes muscles tremblent. Le maître a allumé
une cigarette. Il regarde. Il parle. Il me demande quel air je suis en train
de lui jouer sur mon piano.
Je ne comprends pas. L'air passe de plus en plus difficilement dans ma gorge
 Une de mes pattes arrière vient de céder. La pression se fait encore plus
forte sur mon cou. Je sens l'odeur des arbres, de la sève. Mais aussi
l'odeur de l'homme, sueur, alcool, tabac et essence. Une odeur que j'ai
appris à craindre. Il rit. Ma vision s'obscurcit. L'air ne passe plus. Je ne
sais pas depuis combien de temps je suis là. Les oiseaux qui s'étaient tus
se sont remis à chanter. Le soleil est haut dans le ciel. Je sens sa chaleur
 Mais je ne le vois plus. Je n'en peux plus. Trop mal.
La délivrance.

Raymond Audemard © LED 2006
Pour bien comprendre le titre de ce texte, il faut savoir que lorsqu'un
galguero pend son chien, s'il a bien chassé ou bien couru, il s'arrange pour
que sa mort soit rapide.
Si, au contraire, le chien a mal chassé ou l'a déshonoré en perdant une
course, il doit souffrir le plus longtemps possible. Le chien, pendu avec
les postérieurs touchant le sol, pourra mettre des heures à agoniser. Ses
antérieurs qui s'agitent évoquent, pour les galgueros, les mouvements d'un
pianiste sur son clavier. Ils utilisent aussi le terme de « Dactylo ».
Ces gens ont décidément beaucoup d'humour.

Voir les commentaires

Sauvez Bosquito, lettre facile à copier et à envoyer en 1mn chrono.chien de Roumanie: son procès se terminera par la mort, on s'en doute.

2 Mars 2006, 12:19pm

Publié par Jo benchetrit

Voici une lettre à envoyer EN MASSE à bucarest pour tenter de sauver le
pauvre chien bosquito dont le "procès" (faire un procès à un chien, on
croit rêver) se déroule en ce moment (et accessoirement pour faire
cesser les massacres de chiens errants qui continuent) :

 

DOMNULE PRIMAR GENERAL,


Noi am fost informati de catre presa despre arestarea cainelui Bosquito.
Suntem cu totii intristati de felul in care el a fost inchis, cu atat
mai mult cu cat niciodata nici o tara din lume nu a mai procedat la
arestarea unui caine si la deschiderea unui proces al acestuia. Am
alertat la randul nostru si alti oameni din presa pentru a veni in
sprijinul dumneavoastra in vederea salvarii acestui caine.
Suntem siguri ca si dumneavoastra ca si noi sunteti convins ca acest
caine este nevinovat. Nu el a omorat acel om, este imposibil, dar si
ridicol in acelasi timp. In aceasta perioada in tara dumneavoastra,
cainii sunt exterminati in mod brutal si suntem mahniti sa vedem cum o
tara ca a dumneavoastra poate sa trateze ata de rau aceste animale care
si asa sufera destul de foame si de frig.
Si noi avem aici in Franta lucruri care trebuie schimbate spre binele
animalelor, si speram ca dorinta dumneavoastra de a face parte din
Comunitatea Europeana ne va ajuta la ameliorarea multor lucruri pentru
ca nici o tara nu poate pretinde ca face parte din Comunitatea Europeana
daca nu tine cont si de protectia animalelor.
Noi va rugam domnule Primar sa il salvati pe Bosquito, iar noi suntem
pregatiti sa-l adoptam aici in Franta unde suntem siguri ca va fi
fericit. Stiti foarte bine ca acest animal este nevinovat si va rugam sa
ne lasati sa-l luam in Franta.
Va imploram de asemenea sa faceti tot ce va sta in putinta pentru a opri
acest masacru al cainilor strazii. Sunt atatea alte solutii pentru
reglarea acestei probleme cum ar fi deschiderea unor adaposturi pentru
aceste animale si sterilizarea lor (in acest sens fundatia Brigitte
Bardot a jutat financiar tara dumneavoastra). Speram ca aceasta cerere a
noastra o veti prezenta si Guvernului tarii dumneavoastra.
Noi asteptam cu nerabdare sa luati o decizie in favoarea lui Bosquito.
Este de prea mult timp inchis, va rugam eliberati-l si dati-ne voie sa-l
adoptam.
Noi am programat si o vizita in Romania pentru vara aceasta si nu o sa
ratam ocazia de a veni sa va multumim pentru colaborarea noastra in
sprijinul animalelor.
Eu va adresez Domnule Primar, in numele tuturor celor ingrijorati de
soarta lui Bosquito si a celorlalti caini ai strazii din Romania, cele
mai sincere salutari.

ce qui veut dire en français :

Monsieur le maire général,

Nous avons été informés par les médias de l'arrestation du chien
Bosquito. Nous sommes nombreux à être très attristés de la manière dont il a
été emprisonné, d'autant que jamais aucun pays n'a procédé à
l'arrestation et
au procès d'un chien. Nous avons alerté les médias pour que tout soit
fait pour
vous aider à sauver ce pauvre chien.
Vous êtes sûrement comme nous, persuadé que ce chien est innocent. Il
n'a pas tué cet homme, c'est impossible et ridicule.
En ce moment même dans votre pays, les chiens sont exterminés avec une
brutalité sans nom et nous sommes consternés de voir comment un pays
comme le
vôtre peut si mal traiter des animaux innocents, qui souffrent déjà tant de
faim, de froid.
Nous avons nous aussi en France des choses à changer pour le bien être
des animaux, et nous espérons que de faire partie de la Communauté
Européenne
nous aidera à améliorer les choses, car aucun pays ne peut prétendre faire
partie de Communauté Européenne sans aussi prendre en compte la
protection des
animaux.
Nous vous supplions, Monsieur le Maire, d'intervenir pour sauver
Bosquito, nous sommes prêts à le faire adopter en France où il sera heureux.
Cette pauvre bête est innocente, vous le savez bien, laissez-nous le faire
venir en France.
Nous vous supplions de faire tout ce que vous pourrez pour faire
arrêter le massacre des chiens de la rue. Il y a beaucoup d'autres solutions
pour régler ce problème, mettre en place des refuges, des stérilisations (la
Fondation Brigitte Bardot a d'ailleurs aidé financièrement la Roumanie
dans ce
but). Nous espérons que vous appuierez notre demande auprès de votre
gouvernement.
Nous attendons votre décision pour Bosquito. Il est en prison depuis
trop longtemps, libérez ce pauvre chien et laissez-nous l'adopter.
Nous envisageons de venir dans votre pays cet été, et ne manquerons
pas de venir vous remercier de votre collaboration au bien être des animaux.
Je vous adresse, Monsieur le Maire, au nom de toutes les personnes
émues par le sort de Bosquito et des pauvres chiens de Roumanie, mes plus
sincères salutations


UN GRAND MERCI A TOUS CEUX QUI ENVERRONT CETTE LETTRE à l'adresse
ci-dessous :

avideanu@bucuresti-primaria.ro

Voir les commentaires

Ecrire au ministre de l'agriculture qui refuse progrès du "bien-être" animal en europe.

2 Mars 2006, 10:53am

Publié par Jo benchetrit

J'ai reçu cette lettre à envoyer telle quelle ou aménagée à sa sauce. La France, en effet refuse tout progrès dans le sens du bien-être animal.
HOU!!!LA HONTE SUR NOUS!!!

À : <dominique.bussereau@agriculture.gouv.fr>
Objet : Le cocorico de la honte

"La grandeur d'une nation et son avancement moral peuvent être appréciés par
la façon dont elle traite les animaux"
M. Gandhi

Monsieur le Ministre de l¹agriculture,

D'année en année votre ministère et celui de l'écologie font rougir de honte
la majorité des français. Nous sommes à la traîne de l'Europe pour tout ce
qui touche au respect de l¹environnement et des animaux et nos impôts
servent à payer des amendes colossales pour non respect des règlements
institués.
La politique agricole française est, depuis longtemps déjà, des plus
aberrantes et devient une menace notre survie ainsi qu¹un empoisonnement
programmé pour les sols, les animaux et les citoyens. Car, nous le savons,
tout se tient...

Et voici qu¹il nous a été rapporté - de source informelle - que, lors de la
dernière réunion de la Commission Européenne : ³par la voix discordante de
son ministre de l¹agriculture Dominique Bussereau, la France fit à ses
partenaires la menace de bloquer systématiquement et à la moindre occasion
toute avancée dans le domaine du bien-être animal².

Nous souhaiterions entendre ­ si vous revendiquez cette attitude - les
raisons d¹un comportement difficilement compréhensible qui vous oppose à un
progrès non seulement urgent mais indispensable pour la santé humaine et
animale, représentant par ailleurs la volonté exprimée d¹une très large
majorité d¹européens.

Nous savons aujourd¹hui par de nombreuses études scientifiques indépendantes
que les conditions indignes et révoltantes d¹incarcération des animaux
destinés à la consommation se répercutent sur leur santé (d¹où l¹obligation
de les doper avec toutes sortes d¹anti-stress, d¹anti-dépresseurs,
d¹anti-biotiques, etc., et que les informations issues d¹animaux maltraités
et drogués sont également nocives pour la santé des consommateurs qui
ingèrent toutes ces substances dans leur assiette.

À ce simple titre il est donc honteux et inadmissible de refuser que soient
prises en compte des conditions de vie moins cruelles envers les animaux et
ce refus est un déshonneur pour notre nation toute entière.

Votre stupéfiante prise de position - inverse de celle qui devrait être la
vôtre dans le cadre de vos fonctions, tant pour le respect des êtres vivants
sans défense que sont les animaux que pour les êtres humains - est
effrayante, à l¹heure où les bilans écologiques et agricoles sont
extrêmement inquiétants, voire dramatiques.

Les citoyens consommateurs ­ de votre point de vue - devraient donc
continuer à subir les conséquences environnementales collectives et
individuelles désastreuses (connues) des innombrables maltraitances et
cruautés qui ont cours depuis l¹avènement de l¹ère industrielle : élevages
concentrationnaires ­ pourvoyeurs de tortures permanentes, d¹épidémies et de
nouvelles maladies -  alimentation dévoyée des animaux et des humains - dont
OGM qui promettent des dégâts irréversibles et des conséquences dramatiques
à court terme - pollution mortelle et désertification des sols par épandage
de boues d¹épuration, lisiers, chimie, etc., etc., etc...

Je ne puis croire que vous les ignorez mais tiens à votre disposition une
liste scientifiquement élaborée de toutes les conséquences néfastes majeures
liées au manque de compréhension et de compassion pour le peuple animal et
pour le respect du vivant, qu¹il soit, végétal, animal ou humain.

Alors que le reste de l¹Union fait enfin preuve d¹évolution et au lieu de
mettre la France en avant, vous allez, tout comme nos divers ministres de
l¹écologie, à l¹encontre du bon sens, du respect de la vie et de vos
concitoyens.

Dans l¹espoir que vous accepterez de réviser votre position de toute
urgence, veuillez agréer, monsieur le ministre de l¹agriculture,
l¹expression de mes souhaits les plus sincères pour une profonde
transformation générale en faveur des animaux et de nos concitoyens.

F. Margot-Noblemaire


« Le droit de tout homme est d¹écouter sa conscience, et son devoir, d¹agir
selon ce qu¹elle lui dicte. »
A. Einstein

Voir les commentaires