Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #la porte de l'ethique: savoir

le directeur d'un magazine de mode répond à la question de la fourrure. Je lui ai écrit; Vous pouvez lui envoyer aussi votre avis.

12 Avril 2006, 18:11pm

Publié par Jo benchetrit

hedwig@ppmg.be hedwig@ppmg.be

Si vous lui écrivez, mettez votre copie de lettre en commentaire. Merci.

Monsieur,

Vous avez écrit ce qui suit qu'on m'a fait suivre.
Je me permets d'oser une réponse, et elle sera celle-ci:
certes, vous avez un magasine de mode et donc il est normal que vous témoigniez des tendances actuelles. En effet.
Mais tout est dans le commentaire. On sait qu'avec un même évènement, le commentaire change tout.
Si vous le vouliez, vous ne vous contenteriez pas de montrer, mais vous donneriez votre avis sur ce retour de barbarie dans la mode. Quelques mots suffiraient, ou encore, ce qui serait alors votre devoir d'information, ce serait d'ajouter un reportage sur la façon dont sont élevés transportés, tués les animaux de fourrure, des photos de piégeage pour les animaux sauvages.
Alors là, il y aurait un acte responsable et personne ne ne vous jetterait la pierre car alors seulement l'information serait complète, donc conforme à l'éthique.
Voici donc la lettre en question:

"Chère Madame Rosa Mertens,

Je comprends votre point de vue.  Tous les jours des milliers d'animaux sont tué pour ces fourrures.  Tous les jours des dizaines de milliers d'arbres sont coupés pour notre papier et nos meubles chic et design.  Tous les jours des centaines de milliers de tonnes de chlore, de javel, etc. sont versés dans nos fleuves pour teindre nos vêtements et nos voitures.  Tous les jours bien plus de gens meurent en Afrique a cause de malnutrition, de famine et de guerres civiles qu'il y a des animaux tués pour des fourrures de luxe.  Ni vous, ni moi nous ne pouvons changer le destin de l'humanité.  Avec ou sans ma revue le fourrure de luxe existe et ce n'est pas à moi de faire la politique, ni de faire la mode.  C'est aux femmes, vous, de ne pas acheter de fourrures et aux hommes, moi, de ne pas les offrir aux femmes.  Je n'ai jamais offert une fourrure à ma femme et ma femme n'en a jamais acheté (et pourtant elle a beaucoup de vêtements).  Je suis un éditeur de magazines de mode et je ne peux pas me passer d'informer mes lecteurs des dernières tendances. mais quand même merci pour votre mail.  Je vous comprends.et sans doute vous avez raison.

Hedwig Dethée

editeur"

Monsieur, vous avez le pouvoir que vous donne la possession d'un outil de communication , en étant éditeur. Ne  faire que déplorer n'est pas de votre ressort car vous avez le pouvoir de dire, vous avez le savoir, vous suggérez avoir la sensibilité...et vous ne faites rien...que de la pub pour que les horreurs continuent.
Que penser de ça? Que penser de ceux qui savent et se taisent?
Camus disait qu'ils étaient plus dangereux que les bourreaux.
Qu'en dites vous?

Salutations distinguées. J.Benchetrit, psychologue.


PS:Je fais un blog à ce problème de la barbarie consacré.
 
Est-ce inéluctable? Devons nous tenter une révolution des moeurs pour "sauver" l'homme de ses pulsions mauvaises?
Ou bien faire comme tout le monde, enfourcher les chaussures de la perversion et en profiter ?
Pour moi, cette question n'est pas un dilemme. Je choisis tout naturellement mon camp, celui des victimes et comme j'appartiens à l'espèce bourreau, mon devoir est tout trouvé...essayer de faire changer mes semblables.
Ne pas le faire me paraît incompréhensible.

Voir les commentaires

Youssouf Fofana,les «cochonnes», et le meurtre d'Ilan.

5 Avril 2006, 10:25am

Publié par Jo benchetrit

C'est la terrible chose dont s'est rendu coupable un acephale surnommé on se demande comment...le cerveau, par des décérébrés, faut-il  le preciser !

Lu sur le Figaro:

Les complices du cerveau de la bande, impliqués dans le rapt et la mort d'Ilan Halili, ont raconté aux enquêteurs de quelle manière ils ont été recrutés.




À LA CITÉ de la Pierre plate, les plus petits l'appelaient craintivement «le boss» tandis que ses rares potes le surnommaient «Django». Pour les filles que son bagout impressionnait, il était encore «Oussama» ou «Mohamed». Quant à Tifenn, visiblement troublée par sa sombre détermination, elle l'avait inscrit dans son répertoire téléphonique sous le nom de «Youssouf le barbare».

Chef de bande, Fofana commandait en effet ses complices tel un caméléon, s'ingéniant à offrir un visage tantôt copain, tantôt cruel pour asseoir son autorité. Devant les policiers, les 21 membres présumés du gang l'ont tour à tour dépeint en caïd terrifiant, en séducteur prévenant et en chef de meute paternaliste. Avant d'expliquer comment cet ancien taulard d'à peine 25 ans a su les enrôler puis les tenir sous sa coupe jusqu'à ce que la mort d'Ilan fasse voler le gang en éclat. Quelques semaines avant le rapt, les futurs geôliers du vendeur de téléphones, âgés de 17 à 27 ans, se connaissent à peine. Au plus, ils se sont croisés au lycée, voire simplement dans la cité du Prunier-Hardy. Les uns vendent un peu de shit, d'autres se promènent armés et tous guettent les «cochonnes», ces filles qui «s'habillent sexy lorsqu'elles sortent».

Au début janvier, Fofana recrute Samir, 25 ans, père de deux enfants qu'il n'a pas reconnus. Sans emploi ni domicile fixe, il squatte les halls d'immeuble et partage son temps entre les jeux en réseau, le basket et le cannabis. Autre pilier de la bande, Jérôme vivote depuis qu'il a quitté l'école à la fin de la troisième en vendant du shit «par doses de vingt euros» et en squattant à l'occasion un foyer pour jeunes travailleuses.

Souvent, la persuasion suffit.

Dans la bande, il y a aussi Yalda, élevée par une mère célibataire et violée par trois garçons à l'âge de treize ans. Ou encore Tifenn, qui a tenté de se tuer peu avant Noël parce qu'elle en avait «marre de la vie», de sa famille «qui ne [l']aime pas».

Le moment venu, Fofana n'aura guère de mal à convaincre chacun de participer au rapt. Si nécessaire en ayant recours à la violence. Une proie raconte : «Il m'a attrapée par les cheveux, insultée de tous les noms et menacée de me tuer.» Le plus souvent, toutefois, la persuasion suffit. «Viens voir s'il te plaît, je veux t'expliquer un truc, lance-t-il ainsi un matin de janvier à Nabil. On va enlever un mec et j'ai besoin de personnes pour le surveiller. On demandera une rançon et tu auras ta part. Est-ce que ça t'intéresse ?» D'abord surpris, «Bilna» demande un délai. Avant d'accepter, deux heures plus tard, contre la promesse de 5 000 euros.

Fofana assoit sa domination sur la bande. Parfois sur le registre de la menace. Tifenn raconte : «Comme il voulait être sûr que je ne parle pas, il m'a filmée en train de raconter tout ce que je savais en me faisant préciser que je savais que c'était pour un enlèvement.» La plupart du temps, il dispense aussi compliments et encouragements. «Il m'a dit : «Toi, tu peux faire des merveilles.» Il était content de moi», expliquera devant les enquêteurs Yalda, 17 ans, à qui Fofana a demandé d'aguicher Ilan.

Des instructions minutieuses

Minutieux, Fofana livre ses instructions jusque dans les moindres détails – il invite l'un à détruire la puce de son téléphone ou à porter des gants pour frapper l'otage, l'autre à changer de coiffure. Devant les policiers, Ruth résume : «Il gérait la situation comme un pro et faisait toujours très attention à son entourage.» Si besoin, le «boss» sait également rassurer. Il propose de «partir tous ensemble en vacances». Le rapt commis, il débourse 106 euros pour payer l'hôtel à son appât. Surtout, il s'engage à ne séquestrer «le garçon» que deux jours au plus et promet de ne lui faire aucun mal.

Au début février, alors que la détention d'Ilan s'éternise, les geôliers flanchent l'un après l'autre. «Yaya disait qu'il en avait marre de garder l'autre, que sa mère l'engueulait parce qu'il était pas beaucoup à la maison, confie Tifenn. Il disait même que Jérôme pleurait et qu'il n'en pouvait plus.» Samir, lui, perd pied, affolé à l'idée que «le Mossad vienne [le] buter». Pour les calmer, Fofana lâche quelques billets. Un jour, il descend des cigarettes et des boissons au sous-sol du 4, rue Prokofiev mais semble, lui-même, à bout. Plus tard, désarçonné, il hausse le ton. Il menace un complice de finir «dans la cave» et le prévient : «Tu sais que ça peut-être dangereux d'arrêter comme ça.»

Le dénouement semble imminent. Jérôme décroche. Ilan est retrouvé mourant à Sainte-Geneviève-des-Bois. Et tandis que la police procède aux premières interpellations, les «barbares» accablent, un par un, Youssouf Fofana en le désignant comme le cerveau.



 

Voir les commentaires

Le secret de l’immobilite de l’araignee,

4 Avril 2006, 22:02pm

Publié par Jo benchetrit

 Le Nouvel Observateur, 31/03/06
C.D.

Au bout de son fil, l’araignee est stable. Elle tisse son fil et, 
malgre les perturbations, ne se balance pas comme le ferait un homme 
accroche au bout d’une corde. Cette immobilite, qui la protege des 
predateurs, l’araignee la doit a la qualite de son fil, expliquent 
des chercheurs de l’Universite de Rennes. La soie de l’araignee etait 
deja reputee pour sa solidite et sa ductilite –sa capacite a 
s’allonger et a s’etirer sans se rompre. A cela s’ajoute une 
etonnante capacite a retrouver sa configuration initiale qui en fait 
un materiau «a auto-memoire de forme», expliquent Olivier Emile et 
ses collegues.
Ces chercheurs ont compare le comportement du fil de l’araignee a un 
fil synthetique (en Kevlar), a un fil de cuivre et a un alliage, le 
Nitinol. Ils ont accroche un petit poids au bout du fil pour imiter 
l’araignee et l’ont soumis a legere torsion. Le fil de Kevlar se 
comporte de facon elastique et oscille legerement. Le fil de cuivre 
revient peniblement a sa position initiale. Le fil de Nitinol oscille 
peu mais doit etre chauffe a 90° pour retrouver sa forme. Quant au 
fil de l’araignee, il absorbe les oscillations et retrouve sa forme 
au fil des torsions.
Emile et ses collegues du Laboratoire de physique des lasers de 
l’universite de Rennes (CNRS), supposent que cette qualite du fil 
d’araignee provient d’une emboitement particulier de ces proteines.
<http://sciences.nouvelobs.com/sci_20060330.OBS2422.html?0049>

Voir les commentaires

petits crapauds tanzaniens: peu d’espoir de sauver le batracien

4 Avril 2006, 21:59pm

Publié par Jo benchetrit

Conservation - Le tragique destin de petits crapauds tanzaniens, 
Courrier international n° 804, 30/03/06
Kevin Krajick, Science

Comment sauver une espece dont l’ecosysteme est detruit a jamais ? 
C’est le probleme que posent les derniers crapauds de Kihansi, 
aujourd’hui heberges par des zoos americains.
Dans le zoo du Bronx, apres la salle des serpents et ses pythons 
gigantesques, se trouve une piece isolee au taux d’humidite tres 
eleve et au plafond tres bas. Cinq petits terrariums abritent 159 
amphibiens de couleur moutarde, a peine plus gros qu’un ongle, et qui 
sont sans doute les derniers representants de leur espece. Douze 
mille huit cents kilometres separent ces crapauds vivipares de leur 
habitat naturel, a savoir les gorges de Kihansi, situees dans les 
montagnes d’Udzungwa, en Tanzanie. Depuis des millions d’annees, une 
cascade gigantesque repandait sur ces gorges un crachin constant et y 
soufflait un vent perpetuel, creant ainsi un environnement tres 
specifique ou vivaient ces crapauds en compagnie d’autres creatures 
endemiques. En 2000, un barrage hydroelectrique a diminue le debit de 
la chute d’eau de 90 % et l’ecosysteme humide des gorges a disparu. 
Depuis, des scientifiques de toutes les disciplines se sont succede 
afin d’imaginer des moyens sophistiques et inedits pour sauver le 
crapaud et son monde perdu. Cette histoire montre a quel point il est 
facile pour l’homme de perturber la nature, et que meme les meilleurs 
scientifiques ne sont pas toujours capables de reparer les degats.
Les hautes montagnes d’Udzungwa dominent une mer de savane seche et 
font partie de l’arc montagneux de l’Est africain, un archipel en 
forme de croissant qui regroupe neuf chaines de montagnes. On y 
trouve les forets vierges les plus anciennes de la planete. Grace a 
leur isolement et a la stabilite du climat, la flore et la faune de 
cette region ont eu 10 millions d’annees pour evoluer tranquillement. 
Des milliers d’especes specifiques de plantes et d’animaux vivent 
dans ces neuf chaines de montagnes. Certaines limitent leur habitat a 
une seule chaine, voire a un endroit tres localise. Le crapaud de 
Kihansi est le vertebre qui dispose du territoire le plus petit : 2 
hectares seulement. Et, selon certains biologistes, il vit dans ces 
gorges ou a proximite depuis au moins 10 millions d’annees. Les 
gorges commencent a l’endroit ou le fleuve Kihansi chute d’une 
hauteur de 100 metres puis de 750 metres, et poursuit son cours sur 4 
kilometres de meandres et de cascades. Le debit du fleuve reste 
constant toute l’annee, alors que les autres cours d’eau de la region 
disparaissent a la saison seche. Les falaises a pic et les eaux 
tumultueuses ont longtemps dissuade les humains de penetrer dans ce 
sanctuaire, permettant ainsi a ces creatures de la bruine de vivre a 
l’ecart du monde des vivants. Mais la forte declivite du terrain et 
le debit constant du cours d’eau forment egalement des conditions 
ideales pour les centrales hydrauliques. En 1983, des ingenieurs ont 
donc imagine de devier le cours du fleuve via un barrage erige au-
dessus des gorges vers un tunnel equipe d’une turbine. D’apres une 
etude sur ce reservoir de 20 hectares, l’impact ecologique de ce 
projet de 270 millions de dollars, finance a l’origine par des prets 
de la Banque mondiale, devait etre benin.

“Cette population etait vouee a disparaitre”
En 1994, les travaux commencerent. Des banques de developpement 
norvegiennes, suedoises et allemandes vinrent par la suite participer 
au projet, en insistant sur le respect de la faune et de la flore. 
C’est pourquoi, en 1996, alors que la construction du barrage etait 
deja tres avancee, on permit aux biologistes, et notamment au 
specialiste en herpetologie Kim Howell, de l’universite de Dar es-
Salaam, d’aller explorer les gorges. Ils y decouvrirent environ 50 
000 representants des fameux crapauds, dissimules dans d’epais tapis 
de mousse. Les biologistes comprirent tout de suite qu’il y avait peu 
d’espoir de sauver le batracien. “Des que nous avons decouvert 
l’endroit, nous avons su que cette population etait vouee a 
disparaitre”, explique un consultant etranger, qui, comme beaucoup 
d’autres, a tenu a garder l’anonymat du fait des tensions politiques 
engendrees par le barrage. Les biologistes chercherent alors d’autres 
sites pour y transplanter les crapauds. Sans succes. Ils 
conseillerent alors de ne devier que la moitie du debit du fleuve, 
mais cette recommandation resta lettre morte.
En 1999, des journaux europeens eurent vent de ces etudes jamais 
publiees et de l’existence du Nectophrynoides asperginis, ce crapaud 
en voie de disparition. Craignant l’extinction de l’espece, le 
gouvernement tanzanien a permis a la Wildlife Conservation Society 
[institution americaine de protection et de conservation des animaux 
et des ecosystemes, basee a New York, dans le parc zoologique du 
Bronx] de prelever 500 crapauds afin de les elever en captivite dans 
une demi-douzaine de zoos americains. Mais les amphibiens souffraient 
en captivite et furent rapidement victimes de problemes pulmonaires, 
d’infections, de problemes osseux, de parasites intestinaux et de 
carences nutritionnelles. Toute reproduction semblait exclue. Au 
printemps 2004, les zoos du Bronx et de Toledo (dans l’Ohio) ne 
comptaient plus que 70 survivants. Mais, en 2005, les crapauds 
ressusciterent. Les veterinaires du zoo avaient prescrit des 
traitements efficaces et avaient decouvert que l’eclairage 
ultraviolet du zoo etait trop fort : les crapauds preferaient la 
lumiere tamisee d’ampoules de 12 volts. Ils recommencerent alors 
rapidement a se reproduire et il y a desormais 300 crapauds repartis 
entre les deux zoos.

L’environnement des gorges ne peut etre restaure
Pendant ce temps-la, a Kihansi, la situation a commence par 
s’ameliorer. Grace a un systeme d’irrigation par aspersion installe 
debut 2001 [de l’eau envoyee sous pression retombe en fine pluie 
artificielle], les plantes des marecages ont doucement recupere. 
Durement touchee, la population des proies du crapaud, comme 
l’insecte endemique Ortheziola, a egalement augmente, explique Peter 
Hawkes, un entomologiste consultant de Pretoria, en Afrique du Sud. 
Encore plus encourageant, d’apres des rapports internes de juin 2003, 
environ 20 000 crapauds ont a nouveau peuple la zone. Mais, un mois 
plus tard, cette population s’effondrait a nouveau. On n’en comptait 
plus que 40 en aout 2003, et seulement 5 en janvier 2004. Depuis, ils 
ont sans doute tous disparu.
Pour les biologistes, il y a plusieurs coupables. La cause premiere 
est sans doute un champignon, la chytridiomycose, une infection 
mortelle de la peau, qui fait des ravages chez les amphibiens du 
monde entier. D’apres les donnees recueillies, le champignon n’etait 
pas encore present au debut des travaux. Les systemes d’aspersion 
pourraient avoir propage le virus, tout comme les bottes des dizaines 
de scientifiques venus des quatre continents. D’autres remarquent que 
cet effondrement de 2003 coïncide avec la breve ouverture des vannes 
du barrage destinee a eliminer les sediments. D’apres des analyses, 
ces sediments etaient gorges de pesticides utilises en amont par un 
nombre croissant de cultivateurs de maïs, et ces fortes 
concentrations toxiques auraient pu tuer les crapauds.
Mais il ne s’agit la que des causes immediates. Pour de nombreux 
scientifiques, l’environnement des gorges a ete irremediablement 
altere et ne peut etre restaure : les changements ont affaibli les 
crapauds, et les produits chimiques ou les maladies n’ont fait que 
les achever. Par exemple, la bruine produite par la cascade 
recouvrait le sol de limon fertile, alors que l’arrosage artificiel 
se contente de vaporiser de l’eau qui laisse les sols friables et 
sensibles a l’erosion. La force des chutes d’eau provoque egalement 
un vent incessant, dont le role dans cet ecosysteme demeure inconnu. 
“On ignore jusqu’a quel point ce systeme artificiel est adequat”, 
explique l’ingenieur en ressources hydrauliques John Gerstle, de 
Hydrosphere Ressources Consultants, a Boulder, dans le Colorado, qui 
a supervise jusqu’en 2004 une grande partie des travaux de 
restauration dans les gorges. “Il est difficile de reproduire une 
situation que l’on ne comprend pas parfaitement.”
<
http://www.courrierinternational.com/article.asp?
obj_id=61333&provenance=ecologie&bloc=02#>
_____________________________________

Voir les commentaires

la « farra do boi » ou l'art de montrer le visage de l'humanité telle qu'elle est .....

31 Mars 2006, 09:46am

Publié par Jo benchetrit

Je me fais le relais de ce texte du rpofesseur Paula Brugguer. Mais avant, prenez connaissance de cette effroyable coutume:

FARRA DO BOI 26 février 2004, par buteo

 

Bonjour, Chaque année, dans des villes et villages de l’état de Santa Catarina (Brésil) a lieu la "Farra do boi", pendant laquelle des centaines de boeufs sont torturés à mort.

Plusieurs jours avant , les boeufs sont enfermés, sans boire, ni manger, mais avec de l’eau et de la nourriture visibles et hors de portée. Lors de cette "fête", on lâche le boeuf, et hommes, femmes et enfants le poursuivent avec des pierres, des fouets, des couteaux. La torture doit durer le plus longtemps possible, parfois plusieurs jours. (Os brisés, membres sectionnés, yeux arrachés... pour finir, brulé vif).

Ces crimes sont interdits depuis 1997. Mais le Gouverneur de cet état ne semble pas s’en soucier.

Vous pouvez protester et demander que la loi soit appliquée auprès de l’Ambassade du Brésil. pour la France : ambassadeur@bresil.org

Pour plus d’info : http://www.farradoboi.org

 

Répondre à ce message

    Pétition contre la Farra do Boi 29 mars 2004, par buteo

    Vous pouvez signer la pétition suivante : http://www.thepetitionsite.com/takeaction/441230448 Merci.

    Répondre à ce message

      Congrès végétarien international, à Florianopolis, Santa-Catarina, Brésil 2 avril 2004, par buteo

       

      Bonjour,

      Le prochain congrès végétarien international se tiendra au Brésil, à Florianopolis, état de Santa Catarina, seul état où se pratique encore la Farra do Boi.

      A mon avis, on ne devrait pas inviter des gens à se rendre à Florianopolis, mais plutôt à boycotter la ville et l’état. A moins que cette rencontre soit l’occasion d’une campagne contre cette tradition.

      La coordinatrice (ivu) du Brésil a répondu à un courrier que je lui avais envoyé dans ce sens, en me disant qu’une note dénonçant la Farra do Boi serait lu pendant le congrès, mais qu’il y a tant d’animaux qui sont tués pour la consommation, etc...

      C’est vrai qu’il y a moins d’animaux suppliciés au nom de la "tradition", de "l’art", bref au nom du plaisir de se défouler que pour la consommation humaine. Est-ce une raison pour se contenter d’un commentaire à l’endroit même où perdure un des plus abject pseudo-rituel qui soit ?

      Ou alors ne fallait-il organiser le congrès dans un autre état ?

      Sur le site d’IVU, on peut lire que Santa-Catarina c’est : "+ de 100 belles plages Plein de soleil L’endroit est fantastique Un paradis, vraiment"

      Pour ceux qui ne seraient pas au courant, un aperçu du paradis : http://www.farradoboi.org

       

      Répondre à ce message

. Là où la barbarie refoulée, à nouveau triomphe, là aussi il faut que Sisyphe veille à remonter en vitesse son rocher:

http://www.eobicho.org/
signez leur livre de visites (livro de visitas) et laissez y votre
message !!

(Lettre rédigée par le professeur Paula BRÜGGER)
Traduction : Anna Cristina Reis Xavier et Jean-Pascal Rouvrais

Des ONG crient au secours pour l'abolition de la « farra do boi
1 ,dans l'état de Santa Catarina - Brésil.

Le Carême et  Pâques sont des périodes de l'année maudites par les
protecteurs des animaux de l'état de Santa Catarina car c'est à
cette époque qu'a lieu plus fréquemment la célèbre «farra do boi ».
Cette pratique spéciste, lâche et violente consiste au lâcher d'un
ou plusieurs boeufs - par manque de ceux-ci, sont utilisés des veaux,
génisses ou chevaux - qui sont poursuivis par des dizaines, voire
une centaine de personnes, la plupart d'entre elles complètement
ivres. C'est une scène réellement déprimante.

Bien que la « farra do boi » ait été expressément interdite par
recours extraordinaire, au moyen d'un accord du « Supremo Tribunal
Federal » (la Cour Suprême brésilienne) , dans le code « Ação Civil
Pública (poursuite civile publique) nº 023.89.030082-0 » et soit
considérée comme crime par la loi 9.605/98, plusieurs secteurs de la
société de l´état en question  défendent le maintien de cette
pratique comme part d'une « tradition culturelle ».


LA POLICE POUR QUI EN A BESOIN.

Nous sommes fatigués d'appeler la police pour faire respecter la loi
et celle-ci ne fait rien. Elle affirme qu'elle se rendra sur place
mais n´arrive jamais, probablement parce qu'elle désire éviter des
conflits personnels avec des voisins ou parents qui participent à
la « farra ». Ils mentionnent aussi le manque de véhicules ou le
fait qu'il existe des questions plus importantes à résoudre comme
poursuivre les bandits. Mais, récemment, il ne manquait ni véhicule
ni personnel pour réprimer violemment une manifestation contre
l'augmentation des tarifs des bus à Florianópolis, de laquelle
plusieurs personnes ressortirent blessées.

MOURIR ET TUER DE FAIM, DE COLÈRE ET DE SOIF.

Les mauvais politiciens stimulent aussi la « farra» par des dons de
boeufs aux  participants en échange de votes. Ces politiciens sont
les mêmes qui votent pour l'augmentation des tickets de transport,
pour l'occupation urbaine incontrôlée, pour la destruction de
l'environnement. Ils détruisent la vie des «participants» et leur
donnent des boufs pour expier leurs pêchés, des boufs comme paiement
de l'exercice de leurs « pouvoirs pourris ».

APOLOGIE DU CRIME.

Il y a moins d'un mois, un journaliste a manifesté, dans sa colonne
d'un journal de grand tirage, le désir d'assister à une «farra».
Quelle honte ! Mais le directeur de marketing de la Santur
(Organisme Officiel de Tourisme de l´Etat de Santa Catarina) a fait
pire : il a déclaré publiquement être pour la réalisation de la «
farra » et - étonnez-vous- que cette fête pourrait même constituer
une attraction touristique pour la région ! Ce Monsieur a été
notifié judicieusement par le Ministère Publique de Santa Catarina
et devra être poursuivi en justice pour apologie du crime.

IGNORANCE CULTIVÉ.

Malheureusement certains professeurs universitaires, surtout des
anthropologues et des historiens
défendent publiquement la «farra do boi » comme une tradition
culturelle. Outre le fait d´être paternaliste et démagogique, cette 
position montre une vision réductrice de la science, car ces
intellectuels justifient cette pratique cruelle en prenant comme
paramètre le paradigme spécisme et anthropocentrique qui domine
notre culture et, certes, ses aires de connaissances.

Ces docteurs, plongés dans cette rationalité anthropocentrique,
oublient qu´ils défendent le même paradigme qui est responsable de
la destruction des conditions de vie de la planète. Paradigme qui
est seulement une parmi plusieurs visions du monde. Ils oublient
surtout que le problème de la raison, c'est que par elle il est
possible de justifier n´importe quoi, sauf son propre fondement.
La science doit questionner ses présupposés philosophiques, revoir
ses « vérités » et redéfinir les métaphores sur lesquelles son corps
de connaissances est érigé. Au contraire, il ne s´agit plus de
science mais de fondamentalisme.

PANIS ET CIRCENSIS ! AVONS NOUS BESOIN DE N´IMPORTE QUELLE CULTURE ?

La «farra do boi» est une pratique moralement indéfendable  qui
motive la violence et la lâcheté, car elle soumet des êtres 
sensibles   à des souffrances physiques et psychologiques.

Même si l´animal n´est pas sévèrement blessé ou mutilé, ce qui
arrive dans la grande majorité des cas, la pauvre bête, assaillie
par la peur,  essaie de s´enfuir et finit par mourir noyée, par
tomber dans des précipices ou elle est abattue  par des tirs de la
police. D´ailleurs il y a aussi eu  des personnes qui sont mortes
(des participants et des non-participants de la « farra »), de la
destruction du patrimoine de personnes qui sont contre cette «
farra », etc. La « farra »est, enfin, un grand « cirque » dont
l´énergie pourrait être utilisée pour la revendication de droits,
d´expressions artistiques, etc. Ceux qui encouragent la bringue ne
sont pas « amis » du peuple. Ceux qui aiment leur peuple, leur
donnent de l´éducation et non pas du « pain et du cirque ».

Nous regrettons de devoir protester contre des attitudes qui
transgressent les lois, qui attisent la violence et l´ignominie,
tout en évoquant le « goût » de la culture de quelques êtres
humains. Est-ce que ces personnes défendraient avec la même
indulgence la sauvegarde d´une telle tradition culturelle si elles
tombaient dans les mains d´un peuple cannibale pour devenir leur
repas?

Des manifestations culturelles qui causent des souffrances ont
toujours existé. Et leurs défenseurs aussi. Cependant, la
maintenance de ce genre de manifestation culturelle, dépourvue de
préoccupations d´ordre éthique ne nous aidera pas à bâtir un monde
meilleur.

Professeur Paula Brügger
Projet « Amigo Animal » / Département d´Ecologie et de Zoologie de
l´Université Fédérale de Santa Catarina.

1.      Farra do boi = pour mieux comprendre ce que c´est que
cette « farra » regardez l´article de l´adresse suivante :
http://terresacree.org/vaches.htm

REAGISSEZ ET SIGNEZ CONTRE CETTE « FETE » HORRIBLE !
http://www.thepetitionsite.com/takeaction/441230448?ltl=1142717792

Voir les commentaires

vous mangez de la viande OGM sans le savoir

30 Mars 2006, 07:54am

Publié par Jo benchetrit

Oui, c'est "marrant", votre viande et vos laitages, vos oeufs, et même votre poisson, nourri avec les volailles elles mêmes gavés d'OGM et d'antibiotiques, proviennent d'animaux ayant été nourris majoritairement avec le soja transgénique que les brésiliens plantent à la place de la forêt.

Ce qui fait qu'en mangeant des produits animaux, vous faites d'une pierre au moins deux coups:

Vous participez à votre propre asphyxie, et vous jouez à l'apprenti-sorcier en vous nourrissant de choses bizarres dont il est prouvé que ça irrite let atrophie les reins des martyrs-rats de l'expérimentation.

Rajoutez à cela que les grandes peurs de notre époque sont, me semble-t-il, dans l'ordre:

la peur d'une pandémie issue des élevages comme l'est la grippe aviaire.

la peur du terrorisme.

Et je rappelle le rôle de la viande dans la sècheresse mondiale :  l'eau est utile à 7 contre 1

 pour 1 kcal de viande par rapport à 1 kcal de legumes.

Soit 20.000 litres d'eau pour

1Kg de viande.

Voir les commentaires

Remède contre l'ennui, On peut écrire et téléphoner tout en étant utile.

16 Mars 2006, 17:43pm

Publié par Jo benchetrit

"Etre homme, c'est être responsable." St Exupery.



Quand j' entends des gens se sentir vides, sans imaginaire assez riche pour occuper leur esprit en dehors de toute stimulation extérieure, je me dis que c'est bien dommage, ce temps gâché, alors que tout va si mal sur notre planète.
Il y a tant à faire pour l'améliorer, ou tout au moins pour essayer de lui éviter de se détériorer alors que les hommes semblent n'avoir aucun scrupule à ajouter du mal au mal...

Je vous propose ceci: lisez ce qui suit et faites ce qui est demandé. Revenez ici chaque jour, je pense qu'il y aura toujours quelque chose de nouveau à faire! quelle chance d'avoir lu ce texte... vous ne serez plus jamais oisif ni creux.

************************


En France, l'association Fourrure Torture a rassemblé de nombreux militants,
révoltés par la barbarie de la chasse aux phoques, devant l'ambassade du
Canada à Paris, ainsi que les consulats à Nice et Toulouse. Les
comptes-rendus partiels sont visibles sur la page « manifestations » du
nouveau site de Fourrure Torture consacré à la chasse aux phoques :
www.chasse-aux-phoques.com



En ce mercredi 15 mars, après une mobilisation mondiale des groupes de
défense des animaux et de personnalités, comme Paul McCartney et son épouse,
pour faire cesser définitivement la chasse aux phoques, le gouvernement
canadien a annoncé le même jour que la chasse aux phoques serait maintenue.
Le nouveau quota est fixé à 325000 phoques massacrés pour l'année 2006 !



Devant tant d'injustice pour les phoques et de mépris pour l'opinion
publique, majoritairement défavorable à la chasse aux phoques, Fourrure
Torture appelle tous les militants à protester en masse auprès du
gouvernement canadien, son nouveau premier ministre, Stephen Harper, ainsi
que l'ambassade canadienne de votre pays.



Cabinet du Premier ministre

80, rue Wellington

Ottawa

K1A 0A2

Canada



Tel : 1-613-992-4211

Fax : 613-941-6900

Mail : pm@pm.gc.ca  





Ambassade du Canada

35, avenue Montaigne

75008 Paris

France



Tel : 01-44-43-29-00

Fax : 01-44-43-29-99

Mail : paris@international.gc.ca  



Nous avons lancé une pétition pour l'abolition de la chasse aux phoques au
Canada, ainsi que l'interdiction de l'importation en France des produits à
base de phoque (fourrure, graisse.) :

http://www.chasse-aux-phoques.com/petition.html  







Fourrure Torture

www.fourrure-torture.com http://www.fourrure-torture.com/  
****************************
Laissez un comm contre un film immonde avec tortures réelles d'animaux. DVD vendu sur Amazone. C'est scandaleux.



http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/B00017O6LG/qid=1142516873/sr=1-80/ref=sr_1_2_80/171-3555516-9516202  

Ajoutez vos commentaires, et faites passer...
***************************
Les joies perdues de Tafalgar Square
Signez la pétition contre l'interdiction de nourrir les pigeons à Londres: "Give pigeons a chance."
Si vous mettez un petit commentaire, même en français, Ken "Starve-the-Pigeons" (affamez les pigeons) Livingstone, maire de Londres, saura que le monde regarde.
http://www.petitiononline.com/pigeon1/petition-sign.html  







*******************************
Revenons en France, au parc de la Vanoise.
http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin.htm  

 Les chasseurs de Savoie veulent pouvoir tirer le bouquetin

    
    
    
      En 1963 le bouquetin avait tellement été chassé qu'il n'en restait plus qu'une cinquantaine d'individus en France. Pour empêcher sa disparition il a  été classé "espèce intégralement protégée" et sa chasse est  depuis lors  interdite. Grâce à cette protection l'espèce a  pu se restaurer et sa population est aujourd'hui estimée à plus de deux mille individus sur la Savoie.   Les études menées sur cet animal démontrent qu'actuellement l'espèce s'autorégule naturellement.

      Les chasseurs de Savoie et de Haute Savoie, frustrés de voir ces animaux s'ébattre sous leurs yeux sans pouvoir les tirer, viennent  d'entreprendre des démarches  après de la Ministre de l'environnement pour en obtenir le déclassement.

      On est légitimement en droit de penser que l'autorégulation constatée dans les effectifs de bouquetins présente un gros inconvénient pour les chasseurs en démontrant l'inexactitude de leur habituelle argumentation "chasseurs - gestionnaires des espèces évitant la surpopulation. ». 

      Lorsque l'on sait que le bouquetin est un animal indifférent à l'homme et qu'il se laisse approcher à quelques dizaines de mètres on  imagine le carnage que pourraient faire les porteurs de fusils.

      Pour contrer la demande des chasseurs il serait souhaitable que chacun adresse un courrier d'indignation à Mme la Ministre de l'Environnement ainsi qu'aux deux présidents des fédérations de chasse concernées. Enfin il serait aussi bon de manifester son mécontentement auprès de M. Philippe TRAUB, directeur du parc national de la Vanoise , qui relaie dans son bulletin d'information la demande des chasseurs, oubliant que la vocation prioritaire de ce parc à sa création a été la protection du bouquetin dont il en a fait son emblème.

      LES ADRESSES  et des modèles de lettres que vous pouvez utiliser, si vous le souhaitez:

      Ministère de l'environnement : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_olin.htm

      Mme Nelly OLIN

      Ministre de l'Ecologie et du Développement   Durable
      20 avenue de Ségur
      75302 Paris 07 SP
      ministere@ecologie.gouv.fr

        

      Fédération des chasseurs de la Savoie  : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_presidents_chasse.htm

      M. Jean-Marc GIRARD-MADOUX

      Président de la fédération des chasseurs de la  Savoie

      Allée du petit bois

      14 parc de l'étalope

      BASSENS

      73025 CHAMBERY

      Fdc73@chasseurdefrance.com

                                                                                                                         

      Fédération des chasseurs de la Haute Savoie  :  modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_vanoise.htm

      M. PREVOND Jean-Louis            

      Président de la Fédération des chasseurs de la Haute Savoie

      Aux glaises

      74350 VILLY LE PELLOUX

      fdc74@chasseurdefrance.com

         

      Parc national de la vanoise :

       M. le directeur du Parc National de la Vanoise

      135 rue de docteur Julliand

      BP 705

      73007 CHAMBERY CEDEX

      parc.national@vanoise.com

Alors, vous avez bien fait tout ça? Avant de vous reposer, une info:

Et si vous avez toujours envie de vous plaindre, alors que vous avez la chance d'être libre, et bien , lisez ceci:


Pays-Bas
160.000 poules pondeuses brûlées vives.
Les bâtiments avaient une superficie de 100 sur 150 mètres.
Donc plus de 10 poules par m²...

http://www.brandweer.nl/cms/show/id=149039/contentid=66924



Les chasseurs de Savoie veulent pouvoir tirer le bouquetin

    
    
    
      En 1963 le bouquetin avait tellement été chassé qu'il n'en restait plus qu'une cinquantaine d'individus en France. Pour empêcher sa disparition il a  été classé "espèce intégralement protégée" et sa chasse est  depuis lors  interdite. Grâce à cette protection l'espèce a  pu se restaurer et sa population est aujourd'hui estimée à plus de deux mille individus sur la Savoie.   Les études menées sur cet animal démontrent qu'actuellement l'espèce s'autorégule naturellement.

      Les chasseurs de Savoie et de Haute Savoie, frustrés de voir ces animaux s'ébattre sous leurs yeux sans pouvoir les tirer, viennent  d'entreprendre des démarches  après de la Ministre de l'environnement pour en obtenir le déclassement.

      On est légitimement en droit de penser que l'autorégulation constatée dans les effectifs de bouquetins présente un gros inconvénient pour les chasseurs en démontrant l'inexactitude de leur habituelle argumentation "chasseurs - gestionnaires des espèces évitant la surpopulation. ». 

      Lorsque l'on sait que le bouquetin est un animal indifférent à l'homme et qu'il se laisse approcher à quelques dizaines de mètres on  imagine le carnage que pourraient faire les porteurs de fusils.

      Pour contrer la demande des chasseurs il serait souhaitable que chacun adresse un courrier d'indignation à Mme la Ministre de l'Environnement ainsi qu'aux deux présidents des fédérations de chasse concernées. Enfin il serait aussi bon de manifester son mécontentement auprès de M. Philippe TRAUB, directeur du parc national de la Vanoise , qui relaie dans son bulletin d'information la demande des chasseurs, oubliant que la vocation prioritaire de ce parc à sa création a été la protection du bouquetin dont il en a fait son emblème.

      LES ADRESSES  et des modèles de lettres que vous pouvez utiliser, si vous le souhaitez:

      Ministère de l'environnement : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_olin.htm

      Mme Nelly OLIN

      Ministre de l'Ecologie et du Développement   Durable
      20 avenue de Ségur
      75302 Paris 07 SP
      ministere@ecologie.gouv.fr

        

      Fédération des chasseurs de la Savoie  : modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_presidents_chasse.htm

      M. Jean-Marc GIRARD-MADOUX

      Président de la fédération des chasseurs de la  Savoie

      Allée du petit bois

      14 parc de l'étalope

      BASSENS

      73025 CHAMBERY

      Fdc73@chasseurdefrance.com

                                                                                                                         

      Fédération des chasseurs de la Haute Savoie  :  modèle de lettre http://www.antichasse.com/mailings_new/bouquetin_vanoise.htm

      M. PREVOND Jean-Louis            

      Président de la Fédération des chasseurs de la Haute Savoie

      Aux glaises

      74350 VILLY LE PELLOUX

      fdc74@chasseurdefrance.com

         

      Parc national de la vanoise :

       M. le directeur du Parc National de la Vanoise

      135 rue de docteur Julliand

      BP 705

      73007 CHAMBERY CEDEX

      parc.national@vanoise.com

Voir les commentaires

journée du 20 mars: journée sans viande; contre la vache folle, contre la grippe aviaire, contre la barbarie, on doit devenir végétarien ? Non: végétalien.

14 Mars 2006, 05:34am

Publié par Jo benchetrit

Voir les commentaires

le biodiesel est plus dangereux que le petrole.

13 Mars 2006, 10:40am

Publié par Jo benchetrit

C'est l'avenir...encore plus noir...

Biodiesel - Le produit agricole le plus destructeur sur Terre n’est 
pas la solution a la crise de l’energie, The Guardian, 06/12/05
George Monbiot (Traduction rapide par Jerome, 30/01/06)

En faisant la promotion du biodiesel comme substitut, nous sommes 
passes a cote du fait qu’il est pire que de bruler le combustible 
fossile qu’il remplace
Au cours de ces deux dernieres annees, j’ai fait une decouverte 
inconfortable. Comme la plupart des environnementalistes, j’ai ete 
aussi aveugle aux contraintes affectant notre approvisionnement 
energetique que mes opposants l’ont ete vis a vis du changement 
climatique. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai entretenu une 
certaine croyance en la magie.
En 2003, le biologiste Jeffrey Dukes calcula que les combustibles 
fossiles que nous brulons en un an etaient faits de matiere organique 
"contenant 44 x 1018 grammes de carbone, ce qui est plus de 400 fois 
la productivite primaire nette du biotope courant de la planete". En 
bon francais, cela signifie que chaque annee nous utilisons quatre 
siecles d’equivalent plantes et animaux.
L’idee que nous puissions simplement remplacer cet heritage fossile - 
et la densite d’energie extraordinaire qu’il nous fournit - avec de 
l’energie ambiante est un truc pour la science-fiction. Il n’y a 
simplement aucune maniere de remplacer la diminution de notre 
consommation. Mais partout on cherche des substituts. Ils ont ete 
promus aujourd’hui lors des discussions sur le climat a Montreal, par 
les etats - comme le notre - qui cherche a eviter les decisions 
difficiles imposee par le changement climatique. Et un substitut au 
moins est pire que le combustible fossile qu’il remplace.
La derniere fois que j’ai prete attention aux dangers de fabriquer du 
carburant diesel a partir d’huiles vegetales, j’ai recu autant 
d’injures qu’apres ma position sur la guerre en Irak. Les 
missionnaires du biodiesel, ai-je decouvert, sont aussi bruyants dans 
leurs denegations que les cadres dirigeant d’Exxon. Je suis 
maintenant pret a admettre que mon article precedent etait faux. Mais 
ils ne vont pas aimer ca. J’avais tort parce que je sous-estimais 
l’impact destructif du combustible.
Avant d’aller plus loin, je devrais etre clair sur le fait que 
transformer de l’huile de friture en carburant pour moteur est une 
bonne chose. Les gens qui vident toute la journee entre ces cuves de 
salete rendent un vrai service a la societe. Mais il y a suffisamment 
d’huile de cuisson usagee en Grande-Bretagne pour satisfaire 
seulement 1/380 eme de nos besoins en carburant pour le transport. 
Ensuite, les ennuis commencent.
Lorsque j’ai ecrit sur ce sujet l’annee derniere, je pensais que le 
plus gros probleme cause par le biodiesel etait qu’il mettait en 
place une competition pour l’utilisation des champs. Les surfaces 
cultivables qui pourraient etre utilisee pour faire pousser des 
aliments le seraient pour cultiver du carburant. Mais aujourd’hui, je 
pense que quelque chose de pire est en train d’arriver. L’industrie 
du biodiesel a accidentellement invente le carburant produisant le 
plus de carbone au monde.
En faisant la promotion du biodiesel - comme le font l’UE, les 
gouvernement britanniques et des USA, et des milliers de militants 
environnementalistes - vous pouvez imaginer creer un marche pour la 
vieille huile de friture, ou l’huile de colza, ou l’huile faite a 
partir d’algues cultivees dans des mares desertes. En realite, vous 
creez un marche pour les cultures les plus destructrices sur Terre.
La semaine derniere, le president de l’autorite federale pour le 
developpement agricole en Malaisie annoncait qu’il etait en train de 
construire unenouvelle usine de production de biodiesel. Quatre 
nouvelles raffineries sont en train d’etre construites sur la 
peninsule malaisienne, une a Sarawak et deux a Rotterdam. Deux 
consortium etrangers - un allemand, l’autre americain - mettent en 
place des usines concurrentes a Singapour. Toutes fabriqueront du 
biodiesel a partir de la meme source : l’huile de palme.
"La demande en biodiesel", selon le Malaysian Star, "viendra de la 
Communaute europeenne ... Cette demande toute neuve ... fera, de 
facon ultime, un sort a toutes les reserves potentielles d’huile de 
palme brute de Malaisie." Pourquoi ? Parce que c’est la culture la 
moins chere comme source de biodiesel.
En septembre, les Amis de la Terre ont publie un rapport sur l’impact 
de la production d’huile de palme. "Entre 1985 et 2000", ont-ils 
decouvert, "on estime que le developpement des plantations pour 
l’huile de palme a ete responsable de 87% de la deforestation en 
Malaisie." A Sumatra et Borneo, quelques 4 millions d’hectares de 
foret on ete converties en fermes de palme. Aujourd’hui, 6 millions 
d’hectares supplementaires sont programmes pour faire place nette, et 
16,5 millions en Indonesie.
Presque tout le reste de la foret est en danger. Meme le celebre parc 
national Tanjung Putin a Kalimantan est pille par les planteurs 
d’huile. L’orang-outang sauvage est voue a l’extinction. Rhinoceros, 
tigres, gibbons, tapirs, nasiques, et des milliers d’autres especes 
pourraient prendre leur suite. Des milliers d’habitants de ces 
regions ont ete chasses de leurs terres, et quelques 500 indonesiens 
ont ete tortures lorsqu’ils ont essaye de resister. Les feux de foret 
qui si souvent etouffent la region sous la fumee sont pour la plupart 
demarres par les cultivateurs de palme. La region dans son entier est 
transformee en un gigantesque champ petrolifere vegetal.
Avant que les palmes a huile, qui sont petites et rabougries, soient 
plantees, d’immenses arbres de la foret, contenant une bien plus 
grande quantite de carbone, doivent etre abattus et brules. Ayant 
sature les terres les plus seches, les plantations doivent s’etendre 
dans les forets marecageuses, qui poussent sur des tourbieres. En 
sechant ses oxydes, la tourbe relache encore plus de dioxide de 
carbone que les arbres. En terme d’impact sur l’environnement local 
comme sur le global, le biodiesel de palme est encore plus destructif 
que le petrole brut du Nigeria.
Le gouvernement britannique comprend cela. Dans un rapport publie le 
mois dernier, lorsqu’il annoncait qu’il obeirait aux regles de l’UE 
et ferait en sorte du 5,75% de notre carburant pour le transport 
vienne des plantes pour 2010, il a admis que "les plus grand risques 
environnementaux seraient certainement ceux concernant toute large 
expansion dans la production de biocarburant, et particulierement au 
Bresil (avec la canne a sucre) et en Asie du sud-est (avec les 
plantations de palmes a huile."
Il a suggere que le meilleur moyen de traiter ces problemes etait 
d’empecher les combustibles destructeurs pour l’environnement d’etre 
importes. Le gouvernement a demande a ses consultants si une 
interdiction violerait les lois du commerce international. La reponse 
fut oui : "Des criteres environementaux obligatoires... 
augmenteraient considerablement le risque d’un probleme legal 
international sur la politique dans son entier." Donc il a laisse 
tomber l’idee d’interdire les importations, et a appele a "une sorte 
de schema volontariste" a la place. Sachant que la creation de ce 
marche amenera un mouvement puissant en faveur des importations 
d’huile de palme, sachant qu’il n’y avait rien de significatif qu’il 
puisse faire a faire contre cela, qu’il accelererait au lieu 
d’ameliorer les changements climatiques, le gouvernement a quand meme 
decide de continuer.
En d’autres temps, il aurait defie l’UE avec joie. Mais ce que l’UE 
veut et ce que le gouvernement veut, c’est la meme chose : "Il est 
essentiel que nous trouvions un equilibre face a la demande pour les 
transports qui augmente", dit le rapport du gouvernement, "avec nos 
objectifs de protection de l’environnement". Jusqu’a recemment, nous 
avions une politique de reduction de la demande de transports. 
Maintenant, bien qu’aucune annonce n’ait ete faite, cette politique 
est abandonnee.
De meme que les Tories au debut des annees 90, l’administration du 
Labour cherche a satisfaire la demande, quelque soit la hauteur a 
laquelle elle puisse grimper. Les chiffres obtenus la semaine 
derniere par le groupe militant Road Block montre que pour 
l’elargissement de la M1 seul, le gouvernement allait payer 3,6 
milliards de livres - plus qu’il ne depense pour son programme entier 
au sujet du changement climatique. Au lieu de tenter de reduire la 
demande, il essaie de modifier l’approvisionnement. Il est pret a 
sacrifier les forets vierges du sud-est asiatique dans le but de se 
montrer actif, et pour permettre une augmentation du confort des 
automobilistes.
Tout ceci illustre la futilite des technopansements mis au point a 
Montreal. Essayer de satisfaire la demande de carburant en 
augmentation est une folie, quelle que soit la source du carburant. 
Les decisions difficules ont ete evitees, et une nouvelle portion de 
la biosphere disparait en fumee.
Source : <
http://www.guardian.co.uk/Columnists/Column/
0,,1659036,00.html>
Traduction : <
http://www.velorution.org/articles/175.html>

Voir les commentaires

vous avez acheté un animal malade ou pas en animalerie? appel à temoin. traific d'animaux probable.

11 Mars 2006, 16:32pm

Publié par Jo benchetrit

Des services de police parisiens enquêtent actuellement sur le trafic
d'animaux familiers entre la Belgique et la France. Dans ce cadre, ils
recherchent des personnes pouvant leur apporter leur témoignage.

Ainsi, si le chiot ou le chaton que vous avez acheté dans une animalerie
parisienne est tombé malade ou sil est décédé quelques jours après son
acquisition, contactez-nous. Nous nous chargerons de transmettre votre
témoignage aux services de police compétents.

Pour cela, envoyez-nous un dossier complet comprenant les copies de
lattestation de vente, du carnet de vaccination, des attestations
vétérinaires ainsi que toutes les pièces que vous jugerez utiles à :

info@onevoice-ear.org

Ou

ONE VOICE
23 rue du Chanoine-Poupard
BP 91923
44319 Nantes cedex 3

Par ailleurs, si vous vous sentez concerné par cet appel à témoins et que
votre animal provient d'une animalerie ou d'un vendeur multi-races situé hors
de la région parisienne, votre témoignage est également capital. Il sera
utile à léquipe de One Voice pour poursuivre ses investigations et faire
progresser cette campagne.

Merci de votre mobilisation.

http://www.onevoice-ear.org/index.html

Voir les commentaires