Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #la porte de l'ethique: savoir

Ouragan hurricane, cyclone...Katrina et animaux abandonnés malades, blessés et surtout paniqués de la nouvelle orléans. Les sauveteurs d'animaux enfin autorisés témoignent.

10 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Enfin un article du Monde sur les animaux dits de compagnie abandonnés dans le cyclone de la Nouvelle Orléans

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-25653209@7-44,0.html

Un sauveteur récupère un chien dans une rue inondée de La Nouvelle-Orléans, le 9 septembre 2005 (Photo Omar Torres/

Les chiens abandonnés, récupérés dans La Nouvelle-Orléans déserte...
AFP 10.09.05 | 02h32

Un sauveteur, en combinaison kaki jusqu'aux aisselles, s'approche du chien
noir planté au milieu de l'avenue inondée, frappant dans ses mains pour le
faire venir. L'animal le toise puis aboie, déclenchant un impressionnant
concert dans ce quartier sinistré de La Nouvelle-Orléans.

"Il y en a des centaines qui sont encore coincés à l'intérieur des maisons",
commente Willie Cirone, un bénévole venu du New Jersey (nord-est). Quand le
bruit des moteurs et des hélicoptères s'estompe, "on les entend aboyer,
c'est effrayant", ajoute ce mastodonte à la mâchoire carrée.

Une vingtaine de bénévoles se sont suivis dans un convoi de camionnettes
sous une bretelle d'autoroute, se garant au sec. De chaque côté, les
quartiers sont inondés. Certains amarrent des barques, d'autres partent à
pied après avoir enfilé des tenues de pêcheurs, des laisses à la main.

Un bâtard se laisse faire, visiblement affamé. Un pitbull lutte jusqu'à
s'étrangler puis lâche prise. "Ils sont généralement traumatisés et
réticents", note Kerry Branon de l'IFAW, un organisme de défense des
animaux. "Parfois ils ont peur, ils ont faim, ils sont tous fatigués".

Les bénévoles notent les adresses où ils ont été trouvés, pour les remettre
à leurs maîtres quand c'est possible. "Ils nous appellent aussi, nous
donnent les coordonnées de leurs maisons pour qu'on essaye de retrouver
leurs animaux", explique Renée Bafalis, venue de Floride pour la Humane
society, un autre organisme.

Le sauvetage des animaux devient aussi un sujet de préoccupation pour les
militaires participant aux secours. "Notre attention s'est portée jusqu'à
présent sur les gens mais... il y a beaucoup d'inquiétudes de nombreuses
personnes qui ont laissé leurs animaux et s'en trouvent désormais séparés",
a déclaré vendredi le général Russel Honore, commandant des opérations.

Tous ceux qui ne partaient pas par leurs propres moyens de La
Nouvelle-Orléans ont été obligés de laisser leurs animaux. Certains refont
le voyage pour venir les chercher, quand ils arrivent à passer à travers les
barrages militaires. D'autres contactent les bénévoles et l'immense chenil
de Gonzales, à une cinquantaine de km à l'ouest, où ont déjà été rassemblés
près de 1.300 bêtes.

Là, dans un centre d'exposition agricole, sous les hangars habituellement
réservés au bétail, chiens, chats mais aussi quelques lapins, perroquets ou
chinchillas sont répartis dans des boxes.

A leur arrivée de La Nouvelle-Orléans, les animaux sont nettoyés et
désinfectés, inspectés par des vétérinaires. Une fiche individuelle est
établie, avec notamment le lieu où ils ont été trouvés.

"Quelque 400 bêtes arrivent par jour, mais seulement une vingtaine sont
récupérés en moyenne par leurs maîtres", explique Laura Maloney, directrice
de la Société des animaux de La Nouvelle-Orléans.

Des sinistrés, séparés de leurs animaux, font le tour, l'air hagard, parfois
des photos du disparu entre les mains.

Une pancarte prévient les visiteurs: "Faites attention à côté des cages des
animaux qui ne sont pas les vôtres, ils sont stressés et parfois sur la
défensive". D'autres affichettes décrivent un animal, en promettant une
récompense.

Summer Johonnesson, 23 ans, étudiante dans une école de mode en Floride, est
venue avec des amis pour aider les sinistrés. Elle accompagne une femme,
visiblement bouleversée, qui a perdu son chat Maizy et s'effondre en larmes
quand elle tente de le décrire.

Dori Mayard, une infirmière de 42 ans, amène au contraire ses deux chiens
dans le chenil. Elle a pu les récupérer dans sa maison inondée, mais ne peut
s'en occuper pour l'instant. Avec une dizaine de membres de sa famille, elle
s'est relogée temporairement dans un deux-pièces à Gonzales, en attendant
d'envisager l'avenir.

N'oubliez pas de donner aux organisations qui ont bien du mal

devant cette tâche gigantesque.Cliquez sur la bannière de mon entête. Merci.

 

 

Voir les commentaires

Les nouvelles du 11.09 Katrina:moins de morts qu'estimés?Par épuisement, vont-ils abandonner leurs animaux?

10 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit


 
 
 APRES LE CYCLONE KATRINA
--------------------------------------------------------------------------------
9 SEPTEMBRE   

Nouvelle Orléans :
un bilan en baisse ?

NOUVELOBS.COM | 11.09.05 | 10:47

Le bilan pourrait être moins lourd que prévu à La Nouvelle Orléans où on annonçait plus de 10.000 morts dûes au cyclone.

P oliciers et soldats sillonnaient vendredi 9 septembre La Nouvelle-Orléans pour convaincre les 5.000 à 10.000 habitants récalcitrants de quitter une ville rendue dangereuse par les incendies et les risques de maladies causés par les milliers de corps en décomposition qui se trouveraient encore dans l'eau.
Alors qu'on craignait 10.000 morts pour la seule Nouvelle-Orléans, ce chiffre avancé par le maire Ray Nagin pourrait ne pas être atteint, ont annoncé les autorités vendredi, après une première série de recherches. "Le bilan catastrophique des morts que certains prévoyait n'est peut-être pas au rendez-vous", a affirmé Terry Elbert, chef du département local de la sécurité, qui s'est cependant refusé à fournir un chiffre global.
Pour répondre à la situation, les Etats-Unis ont décidé jeudi de porter de 10,5 milliards à plus de 62 milliards de dollars l'enveloppe allouée aux régions sinistrées et plus de cent pays ont déjà offert leur aide à Washington.
L'OTAN, appelée à coordonner les nombreuses offres formulées par les Européens, a annoncé vendredi la mise à disposition de plusieurs avions et d'au moins deux navires pour le transport de matériels humanitaires.
 
 

Popularité en baisse

Mais l'aide tarde parfois à parvenir aux réfugiés, en raison notamment de la mauvaise organisation des autorités américaines. Sur la base militaire de Jacksonville (Arkansas), des cargaisons venues d'Europe attendent toujours d'être livrées aux réfugiés en Louisiane ou dans le Mississippi parce que les camions chargés de leur transport ont été envoyés vers des endroits où personne n'avait besoin de leur chargement. Ainsi Cherryl Neal, engagée pour convoyer ces marchandises, a dû se rendre dans cinq camps de réfugiés avant de pouvoir livrer les rations de survie qu'elle transportait.
La popularité de George W. Bush pâtit de ces dysfonctionnements. Le président est critiqué pour la lenteur de sa réaction après la catastrophe et sa cote de confiance est tombée à 39%. Quatre Américains sur dix se disent désormais moins sûrs que le gouvernement puisse gérer une attaque terroriste majeure.
M. Bush a pourtant affirmé vendredi que les Etats-Unis étaient capables de "relever n'importe quel défi".
"L'Amérique est un pays fort et capable de surmonter ses difficultés", a-t-il ajouté, avant de dresser un parallèle entre la situation actuelle et celle qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001, dont le quatrième anniversaire aura lieu dimanche.
Ce même jour, le président américain se rendra une troisième fois sur les lieux de la catastrophe, en Louisiane et dans le Mississippi, pour rencontrer les victimes et évaluer la réponse mise en oeuvre.

Pression

A La Nouvelle-Orléans, l'ordre d'évacuer les derniers occupants de la ville par la force n'était pas encore appliqué, mais les autorités ont accentué la pression sur les habitants.
Certains, qui refusaient d'abandonner leurs biens ou leurs animaux, se laissent désormais convaincre de partir. "Avec le temps, il devient de moins en moins probable que nous ayons à forcer qui que ce soit", a estimé Warren Riley, directeur adjoint de la police.
Soldats et policiers ont tout de même commencé à confisquer les armes à feu de ceux qui voulaient se défendre contre les pillards. Ils sont également entrés dans les maisons, marquant celles dans lesquelles se trouvent des cadavres pour y revenir plus tard.
Personne ne connaît le nombre des corps qui reposent dans les eaux stagnantes et polluées. Le bilan officiel fait état de 337 morts, dont 204 dans le Mississippi et 118 en Louisiane, mais des centaines de personnes restent portées disparues.
Si le total de 10.000 morts semble aujourd'hui écarté, des secouristes qui travaillaient sur une simulation ont calculé qu'un ouragan de catégorie 3 pourrait tuer plus de 60.000 personnes. Le scénario qu'ils avaient imaginé pourrait s'être transformé en réalité lors du passage de Katrina. Ils espèrent cependant s'être trompés sur leur bilan.
Les assureurs estiment que le coût total de l'ouragan pourrait s'élever à 125 milliards de dollars (100 milliards d'euros). Les compagnies pourraient avoir à rembourser jusqu'à 60 milliards de dollars (48 millions d'euros), selon l'estimation de la firme californienne Risk Management Solutions. AP
 

 
 

Voir les commentaires

les animaux abandonnés dans l'ouragan Katrina: aidez les!

8 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Les informations sont inquiétantes : des dizaines de milliers d'animaux  voire des centaines de milliers,(mais dans  quel état?)attendent, souvent seuls, qu'on viennent les délivrer de l'enfer aquatique qui les a envahis. Et les autres,ceux  des élevages, aussi? Et là, on va moins faire de sentiments, comme dab. Et les animaux sauvages? Tous attendent qu'on les aide. Dans la mesure de nos moyens, nous allons participer.

Certains, comme une famille en témoigne, ont essayé de prévoir en confiant leurs chiens dans des chenils dans d'autres états mais ceux ci étaient surchargés. cf lien pour article HSUS.

 

 

 

 

On ne prévoit pas de retour des habitants avant 3 mois dans certains endroits…le temps pour mourir est plus bref. d'où la mobilisation d'équipe de bénévoles d'associations mais il n'ont pas assez d'argent pour faire face. Car il y en a d'innombrables, dont les maîtres sont morts, ou partis, ou emportés par les flots. Ils se sont réfugiés où ils ont pu, hors de portée de noyade, du moins momentanément. Là où le niveau est inférieur au niveau de la mer, on ne peut dire combien vont pouvoir tenir.

Quand ils ne sont aps noyés, blessés, malades, ils ont faim, ils ont chaud, ils ont soif(l'eau est salée, et pleine de saletés comme l'essence qui se déversent des stations submergées et les égoûts débordent évidemment rednant l'eau totalement impropre)... On voit le mal que les hommes ont pour aider les hommes et comme les animaux sont, partout, la 5° roue de la charette, c'est à nous tous de nous y mettre et d'aider.

Donc, voici les liens pour aider des associations:

(http://www.kintera.org/TR.asp?ID=M710719308054646518249065)

 http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.hsus.org/&prev=/search%3Fq%3D%2Bkatrina%2Band%2Banimals%2B%26hl%3Dfr%26lr%3D%26rls%3DGGLD,GGLD:2003-47,GGLD:fr

Humane Society of the United States and

 Noah's Wish.

à propos des chevaux:

http://www.chevalmag.com/php/articles/detail_art.php3?cpt_cle=0&rub_cle=17&cle_art=227  

KATRINA : LES CHEVAUX DANS LA TOURMENTE

  
 
 

 
  Plus les heures passent, plus les informations provenant des États-Unis révèlent l’ampleur de la catastrophe humanitaire à laquelle doivent faire face les autorités américaines. La situation des animaux est tout aussi dramatique. D’après les associations de protection des milliers de chevaux ont probablement été touchés par l’ouragan. Il est actuellement très difficile de dresser une situation précise car l’aide se concentre d’abord sur les populations et beaucoup de régions rurales restent encore inaccessibles à cause des arbres arrachés, des constructions effondrées et de l’eau qui barre les routes. L’incertitude de la situation n’empêche pas des centaines de volontaires d’offrir leurs écuries pour les chevaux évacués, des moyens pour acheminer du foin sur place ou leur aide financière aux associations de protection.

A l’annonce du cyclone certains chevaux avaient été évacués par leurs propriétaires vers des structures d’accueil, mais nombreux sont ceux qui ont dû être abandonné sur place tant l’ampleur et la rapidité de la catastrophe a dépassé autorités et habitants. Les associations de protection reçoivent des appels inquiets de propriétaires qui ont dû laisser derrière eux leurs chevaux au moment d’être évacués. Notre confrère The Horse rapporte le cas d’une propriétaire qui a dû laisser cinq chevaux dans son écurie avec de l’eau jusqu’aux genoux. Une autre femme, très angoissée, raconte avoir laissé ses 11 chevaux dans leur pâturage avec son numéro de téléphone peint à la bombe sur leur corps.

De nombreux propriétaires qui ont bien souvent tout perdu avec cet ouragan, maison et travail, veulent tout de même rejoindre et secourir leurs animaux. Mais pour l’instant seuls les secours officiels peuvent se rendre dans les zones dévastées étant donné les risques d’épidémie et l’état catastrophique des routes. Malgré tout l’association SPCA a commencé à rapatrier 70 à 80 chevaux de la Nouvelle Orléans par exemple. Mais les problèmes logistiques restent considérables comme la difficulté de trouver du carburant pour les camions et les vans. Il faut aussi faire face à l’incompréhension d’une partie de la population qui ne voit pas pourquoi on dépenserait des centaines de litres d’essence et d’eau potable pour porter secours à des animaux alors que des gens sinistrés sont dans le besoin. Il faudra probablement des mois ou même des années pour que la situation redevienne normale, tant pour les hommes que pour les animaux.

Quelques associations de protection mobilisées :
http://www.lser.org/disasterrelief.htm
http://www.aaep.org/f_disaster_relief.php
http://www.horse-protection.org/info.php?id=75
http://www.lahg.net/EMERGENCY%20PAGES/hurrinfo.html 
 
 Michel Mieusset
Septembre 2005

L'association internationale pour la protection des animaux demande des dons:

On les a empêché de travailler et les secouristes pour animaux peuvent enfin rentrer mais on va les virer très vite comme vous le savez, la desinfection aérienne commence ce jour!

Les animaux ont pour ennemis la deshydratation, le soleil, la faim et...les sauveteurs pour humains QUI NE LES SAUVENT PAS OU LES ABANDONNENT SUR LEURS RADEAUX DE FORTUNE. ou peut-être pire. Les témoignages sont rares dans la pagaille générale.  Et il est clair que les autorités américaines ne laissent pas sortir d'information qui heuretraient la sensibilité de certains électeurs. Regardez les infos et vous verrez que rares sont les images montrant des sauvetages d'animaux et qu'au moment où on voir un chien, on ne voit pas le plan suivant.

 Tous les vivants vont devoir subir à présent des tonnes de produits chimiques agressifs qui vont les étouffer, les brûler, les achever...et dans quelles souffrances?

 

Il est évident qu'on nous cache des choses que nous saurons peut-être plus tard...trop tard.

La HSUS et la IFAW manquent cruellement de bras et d'argent par rapport à l'énorme tâche. En envoyant IMMEDIATEMENT de l'argent vous allez permetre les soins vétérinaires, l'ouverture de chenils pour les quelques miraculeusement rescapés...et qu'on aille chercher les autres...Tout cela se passe de manière en général ignoble pour "nos amis les bêtes". Amis dévoués, amis qui sauveraient des hommes, mais amis de seconde zone, délaissés, abandonnés, tués, massacrés, amis spoliés, trahis par le " tr'être" humain.

Je vous colle un texte de la IFAW un peu ancien et trop optimiste comme on l'a vu plus tard afon de vous donner le lien pour la IFAW, mais ensuite un texte plus actuel de la HSUS. Les deux collectent des fonds.

Katrina contraint les Hommes à l’abandon de leurs animaux



(Houston, Texas, Etats-Unis – 2 septembre 2005) Des centaines de chiens et de chats domestiques ont besoin d’être soignés et évacués d’urgence des zones touchées par le cyclone Katrina, et les experts estiment que des centaines d'autres auront besoin d'assistance dans les prochains jours. En réaction à cette situation tragique, IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) envoie son équipe d’intervention d’urgence pour aider au sauvetage ; cette même équipe s’était déjà déployée en Asie suite aux ravages du tsunami.

Les groupes locaux de protection animale ont déjà évacué pas moins de 300 chiens de La Nouvelle Orléans vers Houston. C’est à Houston que la SPCA ( Société pour la Prévention de la Cruauté envers les Animaux) prendra le relais des soins. 500 nouveaux chiens étaient attendus ce week-end. Désespérés, les réfugiés de la Nouvelle Orléans fuyant le désastre du cyclone ont évacué leurs animaux par bus ou les ont placés dans les refuges. La ville de Baton Rouge a été submergée par l’afflux des réfugiés, c’est à présent Houston qui centralise les opérations de secours d’urgence aux animaux.

IFAW a établi sa première base de secours d’urgence à Houston, et s’apprête dans les prochains jours à apporter son soutien à la mise en place de refuges temporaires pour les animaux en coopération avec la SPCA de Houston.

« A mesure que l’on découvre l’ampleur du désastre, la nécessité d’apporter assistance s’amplifie chaque jour », a déclaré A. J. Cady le Directeur des Programmes d’IFAW. « IFAW s’engage à assister tous les groupes locaux animaliers lors de cette tragédie, et en appelle à tous ses donateurs pour mener à bien cette opération.

Toutefois il y a quelques raisons d’espérer. Des groupes locaux ont réussi à sauver plus d’une centaine de chiens de la clinique animalière de Metairie en Louisiane. IFAW comme d’autres ont déjà été confrontés à ce genre de missions périlleuses. L’urgence est maintenant de mettre en place des hébergements pour ceux-ci et des centaines d’autres animaux.

IFAW lance aujourd’hui un appel aux dons pour soutenir cette intervention critique. Il faut au moins 130.000 $ US pour les opérations immédiates. IFAW a annoncé que 100% des fonds seraient directement affectés aux efforts d’intervention dans la catastrophe du cyclone Katrina, notamment aux soins immédiats pour les animaux et à la reconstruction des refuges. Pour faire un don, vous pouvez vous rendre sur le site www.ifaw.org/us/katrina ou appeler IFAW France au 03 26 48 05 48.

Source : IFAW




 

2005-09-06 18:24:15



 

 Voici, en anglais pardonnez moi, le texte de la HSUS:

Hurricane Update: Responding to Katrina
How You Can Help: Tell a friend
The Humane Society of the United States is on the ground in the most devastated areas of the Gulf Coast.

The animals are counting on us...
and we’re counting on you. Please click here to make an emergency donation today.

“It’s truly a race against the clock.  Our teams are working feverishly to rescue as many animals as possible and get them out of the watery cesspool left behind by Hurricane Katrina.”


-HSUS President & CEO
Wayne Pacelle

Dear jo,

After initially being blocked from entering the most devastated areas in Louisiana and Mississippi, HSUS Disaster Animal Response Teams (DART) have been working around the clock to help save stranded and sick animals on the ground. 

What we are finding is truly heartbreaking – animals trapped in flooded houses, caregivers wandering the streets desperately searching for their beloved pets, and nearly destroyed animal shelters where the surviving animals have spent days keeping their heads above water in their cages.

But this is why we are here and why we are counting on our supporters to make an emergency donation of any amount to help our disaster response efforts.

Block after block, our teams are entering homes and apartments, sometimes forced to break into them, searching for stranded animals. Yesterday in Mississippi, one of our DART teams rescued a dog who had been washed into someone's attic; the storm surge had stranded the animal. The woman who owned the house was elderly; she had slipped some food and water into the attic for the dog, but hadn't been able to go upstairs to carry him out.

We are finding and rescuing more animals as each hour passes – more than a thousand so far - but with many more thousands needing our help. In the past two days, we’ve focused on these activities:   

  • Marshalling all of our resources to provide relief for these animals. We have 125 people and 39 support vehicles in Louisiana, and more than 100 emergency personnel and 17 support vehicles in Mississippi.  The call is out for many more rescuers to converge on these two states before it is too late. 

  • Calling on ALL federal, state, and local responding agencies to help provide animal rescue assistance immediately. Even though we've been able to put hundreds of people in the field, we worry they may not be enough.

  • Logging thousands of telephone calls through our HSUS call center, as well as responding to thousands of emails. Staff members in every section at headquarters dropped their normal duties to assist in the response to Katrina, searching for boats, trucks, crates, carriers, supplies, food, and other essential items for transport and operations in the impact zones of Louisiana and Mississippi. 

  • Establishing our online Disaster Center at www.hsus.org featuring critical updates on our relief efforts, video and slideshow footage, and ways that individuals can help us save even more animals affected by Katrina. We’re encouraging all our supporters to visit the website often and take a moment to let others know about our emergency response.

In the days ahead, we will be expanding our large-scale rescue of the animal victims of Hurricane Katrina.  In light of the devastation we have witnessed, our rescue efforts cannot come fast enough. Your support will help us secure even more vital resources and emergency personnel so crucial to our work in Louisiana and Mississippi. Please click here to make your emergency donation today.

Sincerely,

Laura Bevan
Incident Commander
HSUS National Disaster Animal Response Team
Jackson, Mississippi

Copyright © 2005 The Humane Society of the United States| All Rights Reserved.
Humane Society Disaster Relief Fund | 2100 L Street, NW | Washington, DC 20037
disaster@hsus.org | 202-452-1100 | www.hsus.org

This message was sent to jobench@free.fr. Visit your subscription management page to modify your email communication preferences or update your personal profile. To stop ALL email from The Humane Society of the United States, click to remove yourself from our lists (or reply via email with "remove" in the subject line).

 

 

 

Voici un texte plus ancien de la HSUS, en anglais, aïe!

 
 

donate  tell a friend  get political  the hsus
Update: Rescue and Recovery Amid Katrina's Devastation

rescue
Kewah Yee takes time out of giving himself a bath from an artesian spring tap on Wednesday, Aug. 31, 2005, in Slidell, La., to give a stray puppy some water. Behind him is the framework of what once was a bar on the bayou. (AP Photo/Mari Darr Welch)
The HSUS's National Disaster Animal Response Teams (DART) in Jackson, Mississippi, and Texas are ready to move into the worst-hit regions to respond to the hundreds of pleas for help from pet owners affected by Hurricane Katrina.

More than 30 experienced HSUS rescue staff and volunteers trained in animal rescue are coordinating with state officials, federal agencies, and other organizations to start evacuating animals out of the most-affected areas. They'll also begin establishing pet-friendly shelters and delivering supplies, resources, and medical assistance.

The Louisiana SPCA evacuated all the animals from its shelter over the weekend according to its disaster response plan, which had been developed over the course of several tropical storms and hurricanes in past years. The shelter houses animals on the now-flooded Japonica Street in New Orleans.
What You Can Do
» Please contribute to our Disaster Relief Fund.

» Post a banner on your own website or weblog.

» Read more about our efforts to bring aid to those in need.
Working with the Houston SPCA, rescuers saved an estimated 300 animals from the nightmarish conditions in post-hurricane New Orleans.

Reports about the toll to wildlife, captive wildlife, farm animals, and pets lost to the ravages of Katrina have been slow in coming. Six dolphins from a Gulfport aquarium, Marine Life Oceanarium, were first evacuated to hotel swimming pools and then later moved to facilities in Florida. The HSUS is investigating the deaths of at least three sea lions from the same facility who were featured on CNN and other news channels both Tuesday and Wednesday.

Hurricane Katrina is one of the worst natural disasters in U.S. history. Its effects will be felt for many months after the flood waters finally recede. The HSUS is committed to bringing relief to victims of this terrible tragedy. Our DARTs will be on the ground in the hardest-hit areas for as long as needed. Our thoughts are with those who are suffering and waiting for rescue.
 
cowhspace=5Who Makes the Grade?
The latest Humane Scorecard for the 108th Congress is a great tool to gauge how well, or how poorly, members of Congress performed on animal issues. Copies are available online and in print. Get yours today!
horseMary Tyler Moore on Call to Stop Horse Slaughter
Actor and animal activist Mary Tyler Moore will be joining HSUS President and CEO Wayne Pacelle and Congressman Ed Whitfield from Kentucky on a nationwide conference call September 18 for the first-ever Party Animals event. Party Animals across the country are hosting house parties to raise money for the Humane Society Legislative Fund's lobbying campaign to stop horse slaughter. Want to host or attend a party? Click here...
sharkUnsafe Waters
The Oak Bluffs Monster Shark Tournament on Martha's Vineyard is an annual exercise in shameless killing of misunderstood and vulnerable creatures. ESPN2 plans to air a one-hour edited version of the tournament on September 12. Please tell the network that the bloody shark killing contest is not for prime-time.
doveMourning Doves Saved
Today would have been the start of the mourning dove shooting season in Michigan, but thanks to more than 275,000 petition signatures, thousands of gentle doves will be spared. Voters will have the chance to vote on a referendum on the November 2006 ballot to permanently ban dove shoots. Read more...
Recent Victory
» San Diego, California-based Jimbo's...Naturally! has joined the growing list of grocery stores that have discontinued purchasing eggs from caged hens.

 

 
Humane Society Legislative Fund  

MikeBe Prepared

Dear Monique,

As HSUS staff members are on the ground in the South helping the animals and people affected by Hurricane Katrina, we want you to know how you can help. Humanelines is all about taking action for animals—in most cases, writing to your elected officials—but sometimes the best way to take action is by making a financial contribution. Please support our Disaster Relief Fund and help us respond to this crisis.

It's also important to be prepared for your pets' safety in case a storm hits your community. Don't wait until the last minute to plan for the possibility that you may need to evacuate with your animals. Visit our Disaster Center to find out what you can do to ensure that you and your animals are safe from harm.

Also this week, you can find out if your federal lawmakers were disasters or heroes for animals during the 108th Congress, and if they did poorly, how you can prepare them to get a better score next time. Our new Humane Scorecard tells you how your elected officials fared on issues such as strengthening the penalties for illegal animal fighting, protecting "downed" livestock from being dragged to slaughter, stopping the trophy hunting of bears over bait on federal lands, and ending the pet trade in lions, tigers, and other big cats. Be sure to thank them if they were heroes, and let them know you'd like them to do more if they were zeroes.

And finally, Congress returns from summer recess next week, and we must be prepared to take action on numerous upcoming legislative priorities for animals. Stephanie Vance, of AdVocacy Guru, and her dog Xena have some new tips on how you can train your legislators to "sit, stay, and speak" on animal protection issues. It's a good time to sharpen our advocacy skills, and to be prepared to help the animals in your home and around the country.


Sincerely,
Mike
Mike Markarian,
President
Humane Society
Legislative Fund
 


Action Toolbox

 Lobbying 101
 Legislator look-up
 State bills
 Federal bills
 Humane Scorecard
 Your Profile


 Taking Action for Animals
 

Copyright © 2005 The Humane Society of the United States (HSUS). All Rights Reserved.
The Humane Society of the United States | 2100 L Street, NW | Washington, DC 20037
humanelines@hsus.org | 202-452-1100 | www.hsus.org
This message was sent to claquet@wanadoo.fr. Visit your subscription management page to modify your email communication preferences or update your personal profile. To stop receiving HumaneLines, click to unsubscribe. To stop ALL email from The Humane Society of the United States, click to remove yourself from our lists (or reply via email with "remove" in the subject line).

logo

 

 

 

 

 What Noah's Wish Needs to Help Animals at Every Disaster

 

Tuesday, August 30, 2005

Aid groups dealing with animals in Katrina hit zone
Countless pets and domestic animals have been also displaced by Katrina. Even apart from humane concerns, some have pointed out that large numbers of dead and dying animals present a massive disease hazard. Here are two of the groups addressing this problem:

 Humane Society of the United States and Noah's Wish. Both are seeking monetary donations to purchase equipment and provide materials & support for relief crews.

 

 

Voir les commentaires

EXTREME URGENCE pour animaux après Katrina.Help! les secours ont le droit de rentrer enfin mais...

8 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

On les a empêché de travailler et les secouristes pour animaux peuvent enfin rentrer mais on va les virer très vite comme vous le savez, la désinfection par voie aérienne commence ce jour!Tous les vivants vont devoir subir à présent des tonnes de produits chimiques agressifs qui vont les étouffer, les bûler, les achever...et dans quelles souffrances?

la HSUS et la FAWmanque de bras et d'argent par rapport à l'énorme tâche. En envoyant de l'argent vous allez permetre les soins vétérinaires pour les quelques rescapés...et qu'on aille chercher les autres...Tout cela se passe de manière en général ignoble pour "nos amis les bêtes". Amis dévoués, amis qui sauveraient des hommes, mais amis de seconde zone, délaissés, abandonnés, tués, massacrés, amis spoliés, trahis par le tr'être humain.

Katrina contraint les Hommes à l’abandon de leurs animaux






(Houston, Texas, Etats-Unis – 2 septembre 2005) Des centaines de chiens et de chats domestiques ont besoin d’être soignés et évacués d’urgence des zones touchées par le cyclone Katrina, et les experts estiment que des centaines d'autres auront besoin d'assistance dans les prochains jours. En réaction à cette situation tragique, IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) envoie son équipe d’intervention d’urgence pour aider au sauvetage ; cette même équipe s’était déjà déployée en Asie suite aux ravages du tsunami.
Les groupes locaux de protection animale ont déjà évacué pas moins de 300 chiens de La Nouvelle Orléans vers Houston. C’est à Houston que la SPCA ( Société pour la Prévention de la Cruauté envers les Animaux) prendra le relais des soins. 500 nouveaux chiens étaient attendus ce week-end. Désespérés, les réfugiés de la Nouvelle Orléans fuyant le désastre du cyclone ont évacué leurs animaux par bus ou les ont placés dans les refuges. La ville de Baton Rouge a été submergée par l’afflux des réfugiés, c’est à présent Houston qui centralise les opérations de secours d’urgence aux animaux.

IFAW a établi sa première base de secours d’urgence à Houston, et s’apprête dans les prochains jours à apporter son soutien à la mise en place de refuges temporaires pour les animaux en coopération avec la SPCA de Houston.

« A mesure que l’on découvre l’ampleur du désastre, la nécessité d’apporter assistance s’amplifie chaque jour », a déclaré A. J. Cady le Directeur des Programmes d’IFAW. « IFAW s’engage à assister tous les groupes locaux animaliers lors de cette tragédie, et en appelle à tous ses donateurs pour mener à bien cette opération.

Toutefois il y a quelques raisons d’espérer. Des groupes locaux ont réussi à sauver plus d’une centaine de chiens de la clinique animalière de Metairie en Louisiane. IFAW comme d’autres ont déjà été confrontés à ce genre de missions périlleuses. L’urgence est maintenant de mettre en place des hébergements pour ceux-ci et des centaines d’autres animaux.

IFAW lance aujourd’hui un appel aux dons pour soutenir cette intervention critique. Il faut au moins 130.000 $ US pour les opérations immédiates. IFAW a annoncé que 100% des fonds seraient directement affectés aux efforts d’intervention dans la catastrophe du cyclone Katrina, notamment aux soins immédiats pour les animaux et à la reconstruction des refuges. Pour faire un don, vous pouvez vous rendre sur le site www.ifaw.org/us/katrina ou appeler IFAW France au 03 26 48 05 48.

Source : IFAW




2005-09-06 18:24:15



 voici, en anglais pardonnez moi, le texte de la SHIS:

Hurricane Update: Responding to Katrina
How You Can Help: Tell a friend
The Humane Society of the United States is on the ground in the most devastated areas of the Gulf Coast.

The animals are counting on us...
and we’re counting on you. Please click here to make an emergency donation today.

“It’s truly a race against the clock.  Our teams are working feverishly to rescue as many animals as possible and get them out of the watery cesspool left behind by Hurricane Katrina.”


-HSUS President & CEO
Wayne Pacelle

Dear jo,

After initially being blocked from entering the most devastated areas in Louisiana and Mississippi, HSUS Disaster Animal Response Teams (DART) have been working around the clock to help save stranded and sick animals on the ground. 

What we are finding is truly heartbreaking – animals trapped in flooded houses, caregivers wandering the streets desperately searching for their beloved pets, and nearly destroyed animal shelters where the surviving animals have spent days keeping their heads above water in their cages.

But this is why we are here and why we are counting on our supporters to make an emergency donation of any amount to help our disaster response efforts.

Block after block, our teams are entering homes and apartments, sometimes forced to break into them, searching for stranded animals. Yesterday in Mississippi, one of our DART teams rescued a dog who had been washed into someone's attic; the storm surge had stranded the animal. The woman who owned the house was elderly; she had slipped some food and water into the attic for the dog, but hadn't been able to go upstairs to carry him out.

We are finding and rescuing more animals as each hour passes – more than a thousand so far - but with many more thousands needing our help. In the past two days, we’ve focused on these activities:   

  • Marshalling all of our resources to provide relief for these animals. We have 125 people and 39 support vehicles in Louisiana, and more than 100 emergency personnel and 17 support vehicles in Mississippi.  The call is out for many more rescuers to converge on these two states before it is too late. 

  • Calling on ALL federal, state, and local responding agencies to help provide animal rescue assistance immediately. Even though we've been able to put hundreds of people in the field, we worry they may not be enough.

  • Logging thousands of telephone calls through our HSUS call center, as well as responding to thousands of emails. Staff members in every section at headquarters dropped their normal duties to assist in the response to Katrina, searching for boats, trucks, crates, carriers, supplies, food, and other essential items for transport and operations in the impact zones of Louisiana and Mississippi. 

  • Establishing our online Disaster Center at www.hsus.org featuring critical updates on our relief efforts, video and slideshow footage, and ways that individuals can help us save even more animals affected by Katrina. We’re encouraging all our supporters to visit the website often and take a moment to let others know about our emergency response.

In the days ahead, we will be expanding our large-scale rescue of the animal victims of Hurricane Katrina.  In light of the devastation we have witnessed, our rescue efforts cannot come fast enough. Your support will help us secure even more vital resources and emergency personnel so crucial to our work in Louisiana and Mississippi. Please click here to make your emergency donation today.

Sincerely,

Laura Bevan
Incident Commander
HSUS National Disaster Animal Response Team
Jackson, Mississippi

Copyright © 2005 The Humane Society of the United States| All Rights Reserved.
Humane Society Disaster Relief Fund | 2100 L Street, NW | Washington, DC 20037
disaster@hsus.org | 202-452-1100 | www.hsus.org

This message was sent to jobench@free.fr. Visit your subscription management page to modify your email communication preferences or update your personal profile. To stop ALL email from The Humane Society of the United States, click to remove yourself from our lists (or reply via email with "remove" in the subject line).

 

 

 

Voir les commentaires

Une abhération humaine de plus: un zoo, c'est déjà moche mais des pingouins dans un zoo dans le desert du Turkménistan?

8 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Le Turkménistan invite des pingouins dans le désert
pix
Par Sylvie BRIET
pix
mercredi 07 septembre 2005 (Liberation - 06:00)
pix

pix

installer des pingouins dans le désert... Le défi n'effraye pas le président turkmène Saparmourat Niazov qui a donné l'ordre de construire un zoo dans le désert de Karakoum, au nord d'Achkhabad. Ce zoo devrait accueillir 300 espèces d'animaux, dont des pingouins. Il coûtera plusieurs millions de dollars mais les animaux y vivront dans «des conditions proches de leur milieu naturel», précise le ministère turkmène de la Protection de l'environnement, chargé du choix des animaux... et alors que la température atteint 40° l'été. Le zoo doit être construit d'ici un an, par des entreprises turques.

 

Lorsque les occidentaux auront une conscience morale, il est certain que tous les autres peuples en auront aussi. Et même que tout le monde sera beau, gentil et INTELLIGENT!

Même les dinosaures qui, bien-sûr seront sortis du néant!

Et alors, les animaux du monde seront à nouveau dans le paradis terrestre d'avant l'arrivée de l'homme, Adam, celui qui, sorti du limon, fut façonné de terre mais transformé  en ce que l'on sait: un tr'être humain, trahissant la Terre et les autres vivants pour sa seule jouissance. Son cri terrible: "MON BIEN C' EST LE BIEN"  retentit dans la nature comme le pire des cris barbares.

Voir les commentaires

Katrina: les secours animaliers enfin autorisés!

8 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

A la catastrophe "naturelle"(cyclones plus intenses car la planète se réchauffe), s'ajoute la catastrophe des limites intellectuelles des humains. 100 de moyenne, bouh! C'est nuuul!

Donc, des petits malins de la "zone" qu'est semble-t-il la majeure partie de N.O., ont un jeu: tirer sur ce qui bouge.

Du coup, notre belle armée américaine, déjà traumatisée par l'Irak, stresse de toutes ses forces et, pour ne pas faire désordre ne fait pas entrer les défenseurs des animaux! En plus, ils ne veulent pas sauver les bêtes. Les ordres: sauver les vies humaines. Les bêtes? Pas prévu!

 Les gens, souvent manu militari, sont emmenés de force, et, on l'a vu ce jour, on met des menottes aux blancs armés de peur qu'ils ne tirent sur leurs sauveurs.

Le monde est tourneboulé.

Conséquences dramatiques: les animaux meurent, certains sont encore à l'agonie et les camions de la HSUS attendaient le feu vert. ouf! C'est fait. On sait que les abandonneurs de chiens avaient pour beaucoup téléphoné à cet organisme, après avoir été mis à l'abri dans d'autres états, pour signaler la chose. Que vont-ils trouver?

On laisse enfin rentrer les protecteurs d'animaux non par compassion mais parce qu'on doit faire place nette et des gens sont assez contrariants( c'est-à- dire assez bons) pour ne pas vouloir partir sans leurs bêtes.

Mort et désolation pour les hommes...a toujours un corolaire: c'est toujours bien pire pour les "vivants de seconde zone" que sont les bêtes.

Les hommes déconnent et les animaux boivent la tasse d'eau pourrie ou crèvent litteralement de soif.


Ne pas oublier d'envoyer des fonds pour les frais de vétérinaires pour arriver à sauver quelques animaux sur les milliers qui agonisent complètement deshydratés. 

Premières photos de rescapés, certains ont eu la chance de se retrouver !


Print Bookmark Email
Photo Albums
Photo Album - Austin, Texas 

Photo Album - AustinMembers of the Jones family play with their little terrier, Blackie, in an exercise area at the Austin Humane Society.

Photo Album - AustinJoe Navis, a teacher from St. Bernard Parish, has been reunited with his pets at the Austin Humane Society.

DonateAnimals impacted by natural disasters like Hurricane Katrina desperately need your help. Click here to donate now.

Hurricane Relief: Jones FamilyMembers of the Jones family play with their little terrier, Blackie, in an exercise area at the Austin Humane Society.


Hurricane Relief: Dawn TrahanHurricane survivor Dawn Trahan spends some quality time with her Alaskan malamute, Kodiak, at the Austin Humane Society.


Hurricane Relief: Foxy and Zha ZhaA young evacuee cuddles with her pets Foxy and Zha Zha--the little ball of fluff on her lap!


Hurricane Relief: Joe NavisJoe Navis, a teacher from St. Bernard Parish, has been reunited with his pets at the Austin Humane Society. He's found housing that enables his pets to live together again, and he's on to his next challange--to reunite his human family.


Even cats must get a bath -- no matter how much they object.

Voir les commentaires

Les horreurs dans les zoos. Au Maroc : Le cas du zoo Aïn Sebâa de Casablanca

7 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Zoo de Casablanca.

 

 

 

Bon, alors, s'il faut juger les civilisations à la façon dont elles traitent les (autres) animaux comme le préconisait Gandhi, et bien, je ne sais que dire de celle de Casablanca.

 

 

 

Lisez donc cet article de l'Economiste du 7.09.2005.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 7/09/2005

 

 

 

 

 

 

Parc zoologique de Aïn Sebâa: L’horreur animalière



• Des bêtes à plusieurs dans des cages exiguës et sales…


• …dont certaines infestées de rats

• Des animaux semblent à l’agonie




«Qu'est-ce qu’elle est maigre, la petite biche!» s’exclame un petit garçon en tirant sa mère par la main. Il s’approche davantage de la cage où se trouvent quelques gazelles et des cerfs, colle son nez contre le grillage et poursuit de sa petite voix fluette: «Dis maman, elle va pas mourir, n’est-ce pas?» La maman le rassure mais, se tournant vers deux autres personnes qui les accompagnent, un homme et une jeune fille, elle laisse éclater son indignation: «Mais c’est ahurissant. Toute cette négligence et cette saleté! Nous sommes où? C’est inhumain!»

D’autres exclamations, du même genre, fusent de partout à mesure que les visiteurs du zoo de Aïn Sebâa avancent dans le parc. «Apparemment, on ignore ici ce que protection d’animaux veut dire!» s’indigne une adolescente accompagnée d’un petit groupe de jeunes visiteurs, sans doute des MRE, comme le laisse supposer leur conversation où se mêlent français et dialecte marocain.

Avant même d’y accéder, les alentours et l’apparence extérieure du zoo de Casablanca donnent un avant-goût sur ce qui attend le visiteur à l’intérieur.

A l’entrée et tout autour du parc zoologique de Casablanca, une multitude de petits commerçants exposent des produits hétéroclites: bijoux en toc, jouets en plastique (pistolets, masques…), friandises diverses (bonbons, cacahuètes, pop corn…). A côté, des «nekkachates» offrent leurs services aux visiteurs, nombreux cette après-midi.

Plus loin, et dès ses premiers pas dans le parc, le regard du visiteur est frappé par l’état des lieux. Une impression d’abandon et de laisser-aller s’en dégage.

A droite, un vieux garage où croupit une «épave» de voiture oubliée là, sans doute, depuis une éternité.

Les murs sont délabrés et sales, l’allée bordée de vieux arbres mal entretenus est poussiéreuse. Le tout confère à ce qui était, il y a quelques années, une des grandes attractions de Casablanca, une triste allure. Et pourtant, à en juger par leur nombre ce mardi, le parc continue d’attirer de nombreux visiteurs dont beaucoup sont des MRE.

Bravant la chaleur torride de cette dernière journée du mois d’août, ils ont accompagné leurs enfants dans ce qu’ils espéraient être une «visite instructive» où l’utile sera conjugué à l’agréable. Mais à entendre leurs exclamations choquées mêlées à celles de leurs enfants, tous les deux pas, il va sans dire qu’ils ont vite fait de déchanter.

A l’intérieur de certaines cages, une herbe sauvage pousse abondamment. Des plumes et des ordures (emballages de biscuits, bouteilles d’eau minérale vides…) s’y amoncellent, formant des amas disgracieux et malodorants. De toute évidence, la dernière vague de nettoyage ne date pas d’hier.

Une odeur âcre et rebutante de fumier et des «effluves» d’eau marécageuse se dégagent des cages des sangliers et freinent les visiteurs, notamment les enfants, qui stoppent net leur élan de coller le nez aux grillages.

Dans des cages lugubres et mal entretenues, les animaux sont enfermés à plusieurs. Certaines espèces semblent avoir appris à cohabiter dans ces espaces étroits et confinés. Une pancarte indique «Cygne noir d’Australie» mais la cage abrite, outre des cygnes noirs, des canards blancs. L’eau des bassins est si sale qu’ils préfèrent ne plus s’y jeter. Les occupants de la cage à côté semblent mieux lotis avec un bassin tout aussi marécageux mais alimenté, peut-être intentionnellement, au goutte-à-goutte par un robinet mal fermé.

Le magnifique plumage rose des flamants migrateurs détonne au milieu de tant de saleté.

Un paon, avec sa queue multicolore, se pavane fièrement au milieu d’un petit groupe de pigeons «communs», comme les désigne une vieille pancarte rouillée. Personne n’a jamais, selon toute vraisemblance, pensé à la changer depuis qu’elle a été placée la première fois.

Un autre paon semble avoir meilleure compagnie avec une cohorte de poules et de «coqs de Chine» aux fières crêtes rouges.

De jolies «chèvres naines d’Afrique», au magnifique pelage beige et marron, donnent l’impression d’accepter avec bienveillance la présence dans leur enclos de grands «lamas d’Amérique». Ce qui n’est pas le cas de ce singe boiteux qui apparemment n’apprécie pas trop la compagnie d’un petit rat. Celui-ci, nullement impressionné par le regard hargneux du vieux singe, déguste tranquillement des morceaux de carottes (initialement servis au singe!). C’est d’ailleurs le contraire qui semble se produire puisqu’au moindre mouvement brusque du petit rat, c’est le vieux singe qui recule avec toute l’énergie que lui permettent son âge et une patte qu’il traîne lamentablement.

Certains singes, séquestrés dans de vieilles cages dotées de barreaux doublés d’un grillage, semblent très à l’étroit. Ils ont l’air de purger une quelconque peine avec leur regard triste et craintif. Habitués sans doute à être agressés par les jeunes visiteurs, en l’absence de toute surveillance, les singes reculent le plus possible au fond de leur «prison».

Une prison dans laquelle ils vivent dans un état de quasi-obscurité et où ils ne peuvent se mouvoir et encore moins sautiller comme ils le souhaiteraient. Les cages ne dépassant guère les deux mètres de largeur. C’est d’ailleurs le lot de la majorité des animaux, rendus immobiles par l’étroitesse de l’espace.

Attrapant au vol, avec des gestes précis et furtifs, les cacahouètes que lui jettent des enfants, le singe boiteux distrait quelque peu de jeunes visiteurs. Il arrive à détourner leur attention l’espace de quelques instants du spectacle misérable des bêtes malades et des cages sales et nauséabondes. Mais cet «entracte» est de courte durée. Et bientôt, les exclamations et critiques reprennent de plus belle.

Deux crocodiles, qui devraient normalement constituer une des grandes attractions du parc, passent presque inaperçus. L’un, avec sa couleur terreuse et sa grande immobilité, se fond dans le décor. Le second, immergé dans l’eau verdâtre du bassin fangeux et sale, semble en décomposition. «Depuis quand cette eau n’a-t-elle pas été changée?» se demandent des jeunes qui se détournent rapidement du spectacle tristounet de ces deux crocodiles qui donnent l’impression d’être mourants.

Tout au fond de l’allée du parc, à droite, une vieille armoire en métal rouillé et aux tiroirs cadenassés est abandonnée. On se demande ce que fait cette curiosité là? Accentuer la sinistrose de l’endroit? Tout porte à le croire.

Mais le meilleur attend le visiteur, un peu plus loin, vers le bout du parc, que l’on a d’ailleurs vite fait de visiter (il ne fait pas plus de deux hectares). A la cage du roi de la jungle et avant, à celle des ours, un mâle et une femelle, les bêtes sont silencieuses et somnolentes. Elles semblent même être incapables d’aller chercher leur nourriture (des morceaux de viande sont là devant elles). Elles sont là, le flanc contre le sol à scruter d’un œil triste ces visiteurs bruyants qui dérangent la quiétude de leur sieste. Elles n’ont rien à voir avec les «fauves» menaçants et sauvages auxquels s’attendaient les visiteurs. Déçus, ces derniers ne s’attardent pas davantage et se dirigent vers la sortie.



Un bénévole au service des animaux

UN jeune pousse une brouette chargée d’herbages. Il s’arrête devant les cages des bêtes herbivores et sert une ration à chacun des occupants. Des enfants lui en volent et courent le donner aux petits poneys. Tout porte à croire qu’il fait partie du personnel du zoo. Or, il n’en est rien. Comment expliquer la présence de ce jeune et le soin qu’il prend des animaux. Qui l’en a chargé?

Habitant au zoo, avec sa famille, il dit que l’amour pour les animaux lui coule dans les veines. Il les appelle par leur nom, les nourrit et les cajole. Mais il s’en approche parfois «dangereusement». Les herbages qu’il vient de distribuer aux animaux viennent d’un jardin dans l’enceinte du zoo. Il est situé juste derrière le domicile que l’adolescent occupe avec ses parents, face à la cage de «Nicolas» et «Coucous», les deux ours. Le jardin est entretenu par son père. Une fois, sa tâche -qu’il accomplit bénévolement- terminée, l’adolescent se dirige vers son «petit parc»: Une sorte de pépinière où sont exposés à la vente différents plants. Le jeune élève aussi quelques animaux, des hamsters, des oiseaux… qu’il vend souvent aux visiteurs. «Généralement des MRE», dit-il. Mais sa grande fierté reste un «petit serpent» qu’il vient de ramasser dans le parc. Même dans sa cage, et en dépit de sa petite taille, le reptile semble menaçant dès que l’on fait mine de s’en approcher. Ce qui amuse énormément le petit «zoologiste» en herbe.



Le spectre d’extinction!

LE visiteur du parc zoologique d’Aïn Sebâa est consterné. Il semble complètement à l’abandon. Des animaux mal entretenus y sont à l’agonie. Les cages étroites et sales sont infestées de rats. Une situation qui aurait dû alerter les pouvoirs publics depuis belle lurette puisque la dégradation ne date pas d’hier.

Sans parler des espèces disparues du parc, faute d’entretien ou juste par manque de «vigilance». On se rappelle toujours de cette hyène, la dernière du zoo de Aïn Sebâa, qui a été sauvagement et mystérieusement décapitée pour subtiliser sa cervelle, très recherchée pour des besoins de sorcellerie. Certains disent qu’une telle situation contribue à «l’extinction» d’espèces que dans d’autres pays on fait tout pour préserver.

L’emplacement même du zoo, au milieu d’habitations (ce qui menace la sécurité des riverains) et à proximité d’une gare ferroviaire (nuisance sonore pour les animaux), est à revoir. D’ailleurs, avec sa petite superficie -elle ne dépasse pas les deux hectares- le parc d’Aïn Sebâa ne mérite pas d’être le zoo principal d’une métropole comme Casablanca. Une remarque qui revient souvent dans la bouche des visiteurs.

Fondé en 1928, le zoo de Aïn Sebâa constituait au départ un terrain de maraîchage privé. Son propriétaire, un colon, y avait introduit quelques animaux. En 1973, le parc devient propriété de la ville de Casablanca. Et depuis, on parlait de zoo de Aïn Sebâa. Des projets de nouveaux parcs zoologiques (Sidi Moumen, Bouskoura) plus spacieux et mieux adaptés, étaient lancés. Il était question d’y déplacer les actuels locataires du zoo de Aïn Sebâa. Pour l’heure, rien à l’horizon. Les projets dorment toujours dans les tiroirs

 

 

 

 

 

 

 De même que les prisons de certains pays sont pires que d'autres, ces geoles que l'on nomme zoos sont d'autant plus atroces que la civilisation qui les admet est peu soucieuse des animaux et donc de l'autre en général selon ma thèse ici développée sous différents angles.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Katrina et animaux: certains sauveteurs obligent aux abandons d'animaux !!!

7 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Bon, alors, s'il faut juger les civilisations à la façon dont elles traitent les (autres) animaux comme le préconisait Gandhi, et bien, je ne sais que dire de celle des américains.

Donnez à la hsus en cliquant sur leur bannière (voir entête).

Il y a des scènes déchirantes que la télé ne vous montre pas.

Cependant, le nouvel obs du jour dit que certains chiens pourraient être sauvés ...afin que les maîtres partent. 

Voici l'article:

International

L'armée s'efforce de convaincre les habitants de La Nouvelle-Orléans encore présents de partir

AP | 08.09.05 | 15:42


LA NOUVELLE-ORLEANS (AP) -- Psychologie, persuasion, médicaments et même soins aux animaux... Les militaires américains s'efforcent d'être créatifs pour convaincre les rescapés toujours présents à La Nouvelle Orléans d'évacuer leur ville.
Le maire, Ray Nagin, a autorisé la police et l'armée à recourir à la force, une disposition qui n'est en fait pas appliquée. Police et garde nationale évacuent d'abord les volontaires et préfèrent user de persuasion.
Le général Joseph Inge, chef adjoint du commandement Nord de l'armée, responsable de la protection du territoire américain, se refuse pour sa part clairement à recourir à la force. Les "troupes régulières ne seront pas utilisées" pour des questions de "maintien de l'ordre", prévient-il.
Malgré les inondations, la contamination des eaux, le manque d'électricité, nombre d'habitants s'accrochent à leur quartier, leur maison, comme cet habitant du secteur de Saint-Bernard Parish qui refusait d'abandonner tout ce qui lui restait au monde: un couple de bouledogues et ses huit chiots. Solidaires, ses trois amis ne voulaient pas partir sans lui.
"Ses chiens étaient plus importants que tout ce qu'il pouvait avoir", explique le capitaine Mark Scovill, commandant de l'USS Tortuga, un véhicule amphibie de la marine utilisé pour les opérations de secours. "Il préférait rester là, dans l'inconfort et la misère avec ses chiens, plutôt que d'avoir le confort sans eux".
Les marins lui ont expliqué qu'ils avaient installé des enclos et niches dans une base voisine, afin de pouvoir s'occuper des chiens. L'homme, ses compagnons à quatre pattes et ses amis ont accepté de partir. Jeudi, les marins du Tortuga avaient ainsi mis en sécurité une cinquantaine d'animaux domestiques -chiens, chats et quelques perroquets.
Après avoir reçu des vivres, des soins médicaux et pris un peu de repos, leurs propriétaires ont pu les revoir. Ils ont ensuite été dirigés vers des abris acceptant les animaux, ou rejoint de la famille.


D'après le capitaine Scovill, des habitants ont accepté de monter à bord du Tortuga après avoir reçu l'assurance qu'ils pourraient utiliser les téléphones et ordinateurs de bord pour prévenir leur famille. Les équipes de la Navy, qui se déplacent dans les quartiers inondés en canot pneumatique et parfois à pied, ont également trouvé un groupe d'une vingtaine de personnes âgées, refusant de partir.
Elles disposaient de vivres et d'eau, et redoutaient les conditions d'hébergement dans les refuges. Les hommes du Tortuga leur ont alors expliqué qu'elles risquaient gros en restant sur place, environnées par une eau contaminée par divers polluants -hydrocarbures, produits chimiques, métaux lourds- et les bactéries. Et de fait, plusieurs des rescapés avaient des plaies qui s'étaient déjà infectées. Les médecins de bord les ont soignés et leur ont prescrit des médicaments. AP

Voir les commentaires

Signez pour limiter les temps de transports des bêtes sur la route vers la mort. abbatoir où ils arrivent mal en point.

6 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit


Marguerite Yourcenar (1903-1987): «Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exercent si souvent contre l'homme parce qu'elles se sont fait la main sur les bêtes. Rappellons-nous, s'il faut toujours tout ramener à nous-mêmes, qu'il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés, moins de wagons plombés amenant à la mort les victimes de quelconques dictatures, si nous n'avions pris l'habitude des fourgons où les bêtes agonisent sans nourriture et sans eau en attendant l'abattoir.»

Les hommes veulent bouffer de la viande. Du sang oui, mais sans  savoir SVP qui a souffert quoi dans  son assiette. De la chair fraîche, oui, mais ne nous dites rien de ce qui se passe avant, SVP. Lâche et fier de l'être!Mais si je vous dis que vous pouvez qq. chose pour alleger votre conscience? Pour éviter de TROP grandes souffrances? Et ben là, vous n'êtes pas contre. Au fond, l'ogre est un bon bougre. Alors, signez donc cette pétition. Suivez le lien. SVP.
Lettre du Jeudi 4 août 2005

La PMAF lance une vaste campagne d’affichage contre les transports d’animaux

Grâce à la générosité de ses membres, la PMAF a pu lancer une vaste campagne d’affichage pour dénoncer les transports d’animaux sur de longues distances. Ainsi, 100 affiches, au format 4 x 3 mètres seront placées partout à Marseille, du 4 au 11 août, et du 2 au 17 août, 186 affiches seront placées dans 56 villes dans l’Est de la France, dans 5 départements différents, notamment dans les villes suivantes : Nancy, Thionville, Epinal, St Dizier, Briey, Longwy, Forbach, Sarreguemines, Hagondange etc. 

Vous pouvez télécharger la pétition demandant une limitation de la durée des transports d’animaux à 8 heures.
>> télécharger la pétition

 

  • Nos affiches ont été placées dans de nombreuses villes comme ici près de Nancy

> Visitez notre site internet : www.pmaf.org <

 

Voir les commentaires

les hommes célèbres qui ont fait le choix de la morale et donc du végétarisme.

6 Septembre 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit


Voici comment un nommé Elie en lien en signature a essayé de cerner qui a fait ce choix avec honnêteté et prudence:

TOUS VEGETARIENS ! 

 

Dossier spécial : les philosophes végétariens.

 

De nombreux philosophes, par respect de la vie et rejet des dépendances qui font de nous l'esclave de nos envies, ont choisi pour alimentation la plus saine et la plus juste qui soit, tant pour le corps que pour l'esprit.

On a dit de beaucoup qu'ils étaient végétariens. J'ai voulu vérifier par moi-même et vous donner les propos qu'ont leur attribue. Il y a de ce côté des citations merveilleuses à conserver en mémoire, et des exemples d'hommes si vertueux à imiter...

Dans d'autres sections de ce site, pour vous convaincre du bien-fondé philosophique du végétarisme, vous pouvez visiter ces témoignages :
Végétarisme et non-violence (par Marjolaine Jolicoeur) ; Nous vivons dans un rêve (Pierre de lune) ; Végétarisme et Spiritualité (Healliam) ; Pouquoi je suis végétarien (Healliam).

 

 

Pythagore (570-480) et les pythagoriciens.

 

De tous les végétariens, Pythagore est l'un des plus célèbres car l'un des premiers que nous connaissons. Il faut dire que l'écriture de l'histoire ne remonte pas ou peu avant et, à cette époque encore, ce que nous en savons repose en grande partie sur des fables, des mythes, des légendes. Une chance pour nous que les Grecs avaient l'habitude de mettre à l'écrit beaucoup de choses.
La plupart des gens ne connaissent de Pythagore qu'une partie de ses travaux mathématiques (le fameux théorème), qui ne sont cependant qu'une infîme facette — et la moins interessante — du personnage. L'homme avait un tel désir de pureté et de perfection que non seulement il montrait une vigueur insurpassable, supportant toutes les peines existentes, mais il était en plus un génie de la connaissance, tant en physique, en politique, en piété, qu'en ce qui concerne la recherche de sagesse — il inventa d'ailleurs le mot qui porte aujourd'hui cette signification : la «philosophie». Il surpassait donc de loin tous les hommes ; il aurait pu à ce titre régner en tyran et fut même, dans sa cité, l'homme auquel on confia les lois ; et pourtant il montrait de la compassion pour tout être, homme ou animal, même envers ceux les plus insignifiants. C'est ainsi que, à Crotone, le meurtre d'animal domestique était interdit par le gouvernement des Pythagoriciens.

Diogène Laërce écrit de lui :

«Le philosophe interdisait le meurtre et même de goûter à la chair des animaux, qui avaient une âme, tout comme les hommes.»

Il le décrit aussi comme extrêmement beau, au point qu'on le prenait pour un réincarnation d'Appolon, et ajoute :

«
La tradition veut encore que le premier il ait découvert la migration de l'âme, qui, décrivant un cercle selon l'arrêt du destin, passe d'un être dans un autre pour s'y attacher. Le premier aussi, il introduisit en Grèce les poids et les mesures (cf. Aristoxène le musicien). Le premier enfin, il montra que l'étoile du soir et l'étoile du matin ne sont qu'un seul et même asytre, découverte attribuée par d'autres à Parménide.
Il avait un tel prestige que l'on considérait les paroles de ses amis comme des oracles divins, et lui-même écrit dans son livre qu'il avait séjourné deux cent sept ans aux enfers avant de venir chez les hommes. C'est pourquoi les Lucaniens, les Peucétiens, les Messapiens et les Romains s'attachaient à lui et le fréquentaient pour avoir accès à son enseignement. Jusqu'au temps de Philolaos, on ne pouvait connnaître les dogmes de Pythagore. C'est lui qui fit paraître les trois livres célèbres que Platon fit acheter par lettre cent mines. Il avait alors près de six cents diciples qui venaient l'écouter la nuit. Et ceux qui avaient eu le bonheur de le voir l'écrivaient à leurs amis, comme s'il leur était échu quelque grand bienfait...
» etc...

Diogène Laërce sème cependant le doute sur le végétarisme de Pythagore en lui supposant quelques pratiques douteuses , dont les sacrifices d'animaux, citant quelques autres auteurs. Il se moque d'ailleurs de Pythagore par quelques vers ironiques, mais il écrit quand même : «Il n'offrait en sacricice aucun être animé» et «Il interdisait d'offrir aux dieux des victimes sanglantes, et disait qu'on ne devait faire ses dévotions qu'à un autel sur lequel le sang ne coulait point.»

Pythagore, dans l'ensemble de la littérature que j'ai pu lire, Plutarque notamment, est mentionné comme un défenseur des animaux, interdisant leur meutre.

Naturellement, les disciples qui respectaient l'enseignement de leur maître étaient également végétariens et allaient influencer durablement la philosophie grecque future, notamment par le biais de Socrate, lui-même un pythagoricien à ses débuts.

Parmi les principaux disciples de Pythagore et végétariens, figure le fameux Empédocle d'Agrigente (Sicile).

Sources : Voir Diogène Laërce, Vie, doctrine et sentences des philosophes illustres : Pythagore et Empédocle. Voir aussi Plutarque, œuvres morales.

 

 

Les Socratiques

 

Nous savons avec certitude que Socrate (470-399) était végétarien. Quoi de plus naturel, de la part d'un homme qui chérissait la vigueur d'âme, et qu'un plat gourmand aurait difficilement pu faire céder, lui qui, d'un coup sec, sur ordre des juges, avala la ciguë qui devait le conduire en l'Hadès. D'une clémence et d'une bienveillance formidables à l'égard à des hommes, d'une tempérance et d'une sérénité splendides d'autre part, en l'absence enfin de mauvaise foi et de soif d'éloges ou d'autres besoins, il était naturel que l'homme soit végétarien. Ceux qui en doutent ne sont pas des philosophes mais veulent seulement y ressembler en manipulant les mêmes choses qu'eux — les idées en général, qu'ils retournent sans fin sans aucun résultat — et redoutent les circonstances impliquées, qu'ils dénoncent tantôt, comme c'est le cas du végétarisme. Il suffit de voir la place du végétarisme auprès des philosophes actuels : rien ne les amuse davantage ou ne les intéresse moins.
Socrate incite donc à ne pas manger de viande — en est-il de même pour le poisson ? Je ne sais pas — et beaucoup de ses disciples, les cyniques en particulier, feront de même. Socrate croit par ailleurs en la métempsychose, en ce que les animaux ont une âme, et qu'il est injuste de faire souffrir un être quelle qu'en soit l'enveloppe.

Voici ce que j'ai d'ailleurs relevé sur les cyniques dans le livre «Les cyniques grecs», éditions livre de poche, 2001. Il y est question d'un échange philosophique entre les jaïns et les cyniques grec :

[L'aîné de ces brahmanes, Mandanis, donne l'enseignement à Onésicrite.] «Tout ce qu'il dit, rapporte Onésicrite, revenait à ceci : la meilleure doctrine est celle qui libère l'âme du plaisir et de la douleur ; la douleur et l'effort diffèrent en ceci que l'une est l'ennemie, l'autre, l'amie de l'homme, puisque ce dernier entraîne son corps par l'effort pour donner un sucroît de force à ses idées, par lesquelles il met un frein aux dissenssions et se prête à donner à tout le monde de sages conseils, tant en public qu'en privé. (...) Au dire d'Onésicrite, Mandanis lui demanda ensuite si l'on enseignait de telles doctrines chez les Grecs : Onésicrite lui répondit que Pythagore enseignait ces doctrines, qu'il invitait les gens à s'abstenir de viande, tout comme l'avaient fait aussi Socrate et Diogène, ce Diogène dont lui-même (Onésicrite) avait été un disciple. Mandanis reprit alors qu'il considérait en général les grecs comme des gens sensés, mais qu'ils se trompaient sur un point : le fait de mettre la loi au-dessus de la nature. Autrement, disait-il, ils ne rougiraient pas de se promener tout nus, comme lui, et de mener une vie frugale : le meilleur gîte, à son avis, est celui qui exige le minimum de réparation. (...) (Strabon, XV, I, 64-65)»

 

 

Plotin (50-125) et Plutarque (46-120 ou 125).

 

Ce sont tous les deux des néo-platoniciens, influencés de ce fait par les discours de Socrate rapportés par Platon, ou du moins l'a-t-on pensé. En vérité, quiconque faisait comme Platon n'était pas nécessairement plus platonicien que Platon n'aurait été plutarquien si Plutarque était venu en premier. Il n'y a en effet qu'une seule sagesse, et elle n'appartient à personne ! Elle nous ramène au vrai soi, nous écarte des passions. Ceux qui ne le comprennent refusent que les conclusions toutes les mêmes des philosophes à des siècles et milliers de kilomètres d'écart viennent de la réflexion et méditation seules, parfois sans influence réciproque, la sagesse étant la même partout et aboutissant toujours aux mêmes conclusions : l'amour du vrai soi, l'âme, l'esprit, le Dieu intérieur, déjouer les pièges du faux soi, l'attraction grossière, rendant malheureux, des passions, envies, méchancetés, préoccupations et, dans l'ensemble, ce que nous nommons «les vices».
Mais trève de disgression. Plutarque et Plotin aimaient et pratiquaient la vertu, incitaient à une vie plus tempérée, plus digne, plus vertueuse, comme leur prédécesseur et pour les mêmes raisons.

Je n'ai guère lu assez de Plotin pour avoir relevé des passages où il explique son végétarisme. Mais le dictionnaire des philosophes Denis Huismann, éditions PUF, précise qu'il était végétarien, le prônait pour lui et les autres, et ajoute ironiquement qu'il mourrut dans d'atroces souffrances d'estomac.

Plutarque, quant à lui, célèbre et excellent auteur, des vies parallèles notamment, et des oeuvres morales moins célèbres mais plus belles encore, prônait lui aussi le végétarisme. Il a écrit quatre traités sur les animaux qu'Elisabeth de Fontenay, professeur de philosophie à Paris 1, nous présente dans «Trois traîtés sur les animaux, Plutarque», édtitions POL, 1992.

La citation suivante, trouvée sur le net, est tirée du traîté «Gryllos» :
«Il (l'humain) mange de la viande sans y être poussé par la nécessité ou le manque de vivre puisqu'au fil des saisons il peut successivement moissonner, cueillir, engranger toutes sortes de végétaux et de céréales jusqu'à satiété ; mais le dégoût des nourritures naturelles et l'envie de plaisirs nouveaux le poussent à rechercher des aliments défendus, souillés par le meurtre des animaux - et il se montre alors bien plus cruel que les bêtes les plus féroces.»

Voici une biographie de Plutarque sur
l'Encyclopédie de l'Agora. Porphyre, disciple de Plotin, était lui aussi végétarien.

 

 

Les épicuriens

 

Je n'aime pas trop les épicuriens, parce que je juge qu'ils n'ont pas un parfait discernement de l'essence de soi-même, l'être, en lequel il ne réside aucun désir. La nourriture de base qu'apporte une spiritualité efficace me semble être en effet cette sensation que l'on pourrait appeler la «présence de soi». Elle habite le cœur du philosophe ou du religieux. Rassasié par la meilleure nourriture possible, quelle autre chose, si pâle en comparaison, chercherait-il à se procurer ?
Au contraire, les épicuriens prônent la satisfaction des désirs. Mais seulement lorsque ceux-ci n'engendrent pas, en conséquence, un plus grand désavantage. Je ne me hasarderais pas à dire si, oui ou non, ils considèrent une souffrance infligée à un autre comme un désavantage personnel. Je crois que non. Mais les épicuriens s'abstenaient le plus souvent de la viande — ou en mangeaint aussi peu qu'ils le pouvaient — comme des gourmandises car ils jugaient que les maladies capables d'en surgir comptaient comme une souffrance plus grande que le plaisir qu'on en retirait.

 

 

Les Stoïciens

 

Il semble que les Stoïciens, pour la plupart, n'étaient pas végétariens. Mais ce fut le cas, semble-t-il, pour Sénèque dans sa jeunesse. Il aurait été végétarien pour épargner la vie des animaux mais son père - qu'il aimait beaucoup - le convaincut d'arrêter afin qu'il ne passe pas pour un adèpte de quelque religion ortientale !Je n'ai pas pu découvrir si par la suite il était redevenu végétarien mais il semble que non.
Musonius Rufus, en revanche, était végétarien. Il est question de lui dans l'extrait suivant : (Télès et Musonius, prédications, librairie philosophique J.VRIN, traduit par A. Festugière).

« Il avait l'habitude de parler souvant et avec grande insistance de la nourriture, dans la pensée que ce n'était pas un petit sujet et qui ne portait pas à de petites conséquences. Il estimait en effet que la continence en matière de nourriture et de boissons est le principe et le fondement de la tempérence. Un jour, ayant laissé là d'autre thèmes qu'il développait en chaque occasion, il parla à peu près ainsi: "De même qu'il faut préférer la nourriture peu coûteuse à la coûteuse, et celle qu'on se procure facilement à celle qu'on se procure difficilement, de même faut-il préférer celle qui convient à l'homme de celle qui ne convient pas. Or celle qui nous convient est celle qui se tire des choses nées de la terre, comme toutes les céréales et celles qui, nétant pas céréales, peuvent nourrir l'homme sans lui causer du tort ; de même celle qui provient des animaux non égorgés, mais qui sont utiles d'une autre manière. De ces aliments les plus appropriés sont ceux dont ont peut se servir sans feu, parce que ce sont les plus disponibles : par exemple les fruits de la saison, certains des légumes, le lait le fromage, les rayons de miel. Ceux pourtant qui ont besoin de feu, s'ils sont de la nature ou des céréales ou des légumes, ne sont pas non plus inappropriés, mais ont de l'affinité avec l'homme. Quand à l'alimentation carnée, il la qualifiait de plus bestiale et plus adaptée aux bêtes sauvages. Il disait aussi que cette alimentation est plus lourde et qu'elle est un obstacle à concevoir et à penser : car les vapeurs qui s'élèvent de ces viandes sont plus troubles et obscurcissent l'âme. C'est pourquoi ceux qui en usent d'avantage paraissent plus lents d'esprit. Or de même que l'homme est le plus apparenté aux dieux parmi les êtres terrestres, de même faut il qu'il se nourrisse de façon semblable aux Dieux [...].»

Tous ces hommes, en plus d'avoir été de grands penseurs, ont vécu très longtemps, et ceci à des époques où, parait-il, la mortalité était très élevée ; une incitation de plus à les imiter.

 

 

Voici, en pagaille, d'autres penseurs qui étaient végétariens.

 

Jeremy Bentham est cité dans la libération animale de Peter Singer : «Les français ont déjà réalisé que la peau foncée n'est pas une raison pour abandonner sans recours un être humain aux caprices d'un persécuteur. Peut-être finira-t-il par s'apercevoir que le nombre de jambes, la pilosité de la peau ou l'extrémité de l'os sacrum sont des raisons tout aussi insuffisantes d'abandonner une créature sensible au même sort. La question n'est pas : "peuvent-ils raisonner ?" ni "peuvent-ils parler ?" Mais "peuvent-ils souffrir ?"» (Source : Introduction to the Principles of Morals and Legislation, Chapitre 17.)

Albert Schweitzer. Médecin humaniste. Il aurait écrit : «Nous devons combattre l'esprit de cruauté naïve avec laquelle nous disposons de l'animal. Les religions et la philosophie se sont préoccupées du problème de notre comportement envers nos semblables mais non à l'égard de l'animal, qui est pourtant susceptible des mêmes souffrances que nous. Un comportement véritablement humain ne nous permet pas de lui imposer des épreuves. C'est tardivement que nous avons pris conscience de ce problème. Nous devons susciter dans le monde un mouvement d'opinion et prendre au sérieux un devoir que nous avons jusqu'à présent perdu de vue.» et aussi : «Jadis, le fait de croire que les hommes de couleur étaient vraiment des hommes et devaient être traités humainement passait pour une folie. Aujourd'hui, on considère comme éxagéré de prétendre qu'un des devoirs imposés par l'éthique rationnelle est de resprecter ce qui vit, même dans ses formes inférieures. Mais un jour, on s'étonnera qu'il ait fallu autant de temps à l'humanité pour admettre que des déprédations insouciantes causées à ce qui vit sont incompatibles avec l'éthique.»

Gandhi. Toutes les biographies le précisent, et ce n'est pas étonnant venant de celui qui pronait la non-violence, comme les jaïns, et vivait de manière très simple. Voici trois citations de lui empruntées sur
le site de Letty : «S'abstenir de viande est d'un grand secours pour l'élévation de l'âme. Gandhi» et «Vous devez incarner le changement que vous souhaitez voir se produire dans le monde.» ou encore «La grandeur d'une nation et son avancement moral peuvent être appréciés par la façon dont elle traite les animaux.»

Théodore Monod (1902-2000), végétarien, a écrit la préface du livre d'André Mery, Végétariens : raisons et sentiments. Voici de lui une citation : «Ce qu'on peut critiquer, c'est cette prééminence exclusive donnée à l'homme, car cela implique tout le reste. Si l'homme se montrait plus modeste et davantage convaincu de l'unité des choses et des êtres, de sa responsabilité et de sa solidarité avec les autres êtres vivants, les choses seraient bien différentes. Ce n'est peut-être qu'un espoir.»

Cora Diamond Philosophe végétarienne connue pour être la source d'un renouveau d'intérêt pour Wittgerstein en Amérique et qui, selon les dires d'une amie polonaise, a le mérité de ne pas "ridiculiser" le végétarisme un peu comme Peter Singer.

 

 

Ceux dont ont dit qu'ils étaient végétariens mais pour lesquels je n'ai pas vérifié :

 

Léonard de Vinci (1452-1519). Il était peut-être végétarien lui aussi. Dans l'un de ses cahiers, il aurait écrit : «J'ai rejeté la viande depuis très tôt dans mon enfance, et le temps viendra où les hommes, comme moi, regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent maintenant le meurtre de leurs semblables.»

Montaigne (1533-1592). C'était un admirateur de Plutarque. Lui-même écrivit abondemment sur les mêmes sujets tout en citant Plutarque. Or, Plutarque était végétarien. Je n'ai pas encore eu le temps de vérifier s'il était vraiment végétarien.

Léon Tolstoï (1828-1910). Ecrivain russe.

H.G. Wells : Dans son livre, la machine à voyager dans le temps, c'est exprès que la société future qu'il décrit a rejeté la consommation de viande, et que les abattoirs ont été tous démolis depuis longtemps. Mais il fige le caractère inéluctablement lié à la viande de certaines personnes en montrant comment, certains hommes de ce futur en apparence idéal et idylique n'ont pas renoncé à la viande, puisqu'ils mangent l'homme.

Edison : Il fut pendant longtemps végétarien, paraît-il. Un jour, on raconte qu'il vit un pécheur extraire un poisson du ventre d'un autre poisson. Ce jour-là, il se remit donc à manger du poisson mais ne mangea pas de viande pour autant.

Albert Einstein. Il aurait dit, ce qui n'engage pas nécessairement de sa part un végétarisme : «Rien ne peut être plus bénéfique à la santé humaine ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre qu'une évolution vers un régime végétarien» et : «Le végétarisme, de par son action purement physique sur la nature humaine, influerait de façon très bénéfique sur la destinée humaine.»

Aldous Huxley. Penseur sur des sujets philosophiques, religieux et artistiques. Ami de Krishnamurti. Ayant lu les portes de la perception, il me semble probable que les dires à son sujet sont véridiques. Je n'ai pas lu de biographie qui en parle.

Marguerite Yourcenar (1903-1987) Voici ce qu'elle aurait écrit : «Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exercent si souvent contre l'homme parce qu'elles se sont fait la main sur les bêtes. Rappellons-nous, s'il faut toujours tout ramener à nous-mêmes, qu'il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés, moins de wagons plombés amenant à la mort les victimes de quelconques dictatures, si nous n'avions pris l'habitude des fourgons où les bêtes agonisent sans nourriture et sans eau en attendant l'abattoir.»

 

 

Ceux qui n'étaient probablement pas végétariens :

 

Platon (427-348). Du moins, il ne fut pas toute sa vie, même si, m'a confié Marjolaine Jolicoeur, «ayant été disciple de Socrate, il a certainement été lui aussi influencé par le pythagorisme qui incite à ne pas tuer d'animaux, et il croyait en la métempsychose.» J'ai lu de lui une incitation, à l'égard des sportifs, de se nourrir de viande pour devenir forts physiquement. C'est dans la République, au livre V, je crois. Mais peut-être était-il gâteux lorsqu'il écrivit ceci.

Rousseau. Malgré tout mon respect pour l'un de ceux qui a eu l'intelligence de comprendre que «l'homme est naturellement bon, c'est la société qui le corrompt» je ne crois pas que sa lucidité soit allée jusqu'au végétarisme. Je crois que, s'il l'avait été, il l'aurait précisé dans ses confessions, et je n'ai pas souvenir d'avoir lu qu'il était végétarien. Voici cependant une source qui le présente comme végétarien : «A Teen's Guide to Going Vegetarian»

Voltaire (1694-1778). J'ai des doutes à son sujet. Il n'a pas du tout le style d'un végétarien. Peut-être mes doutes sont-ils infondés, car plusieurs sites internet le présentent comme végétarien. Il aurait néanmoins écrit : «Des barbares saisissent ce chien, qui l'emporte si prodigieusement sur l'homme en amitié ; ils le clouent sur une table, et ils le dissèquent vivant pour en montrer les veines mésaraïques. Tu découvres dans lui tous les mêmes organes de sentiment qui sont dans toi. Réponds-moi, machiniste, la nature a-t-elle arrangé tous les ressorts du sentiment dans cet animal afin qu'il ne sente pas ? A-t-il des nerfs pour rester impassible ?»

Voici quelques sources pour vérifier les informations ci-dessus : A Vegetarian Sourcebook, The Nutrition, Ecology, and Ethics of a Natural Foods Diets, Keith Akers, Vegetarian Press ; Famous Vegetarians, & their favorite recipes by Rynn Berry , Pythagorean Publishers.

Pour quelques-unes des citations — lorsque la source n'est pas précisée — , je me suis servi du
site de Letty.

Autres penseurs présentés comme végétariens par certaines sources : Martin Luther, Lamartine (très probable), Martin Luther King (assez probable) et même Newton, Darwin, Francklin, Mark Twain, Schopenhauer, mais il y a certainement par ci par là quelques exagérations.

 

 

Aidez-moi à grossir ce dossier. Si vous aviez des citations avec les références, ou des références de citations ici utilisées, cela me serait très utile ! Merci.

 

 

 

 

Elie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires