Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #la porte de l'ethique: savoir

civilisés ET barbares. Si, c'est possible!

2 Juillet 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

La barbarie se camoufle en civilisation, se confond aux yeux de tous les hommes avec elle, et alimente clandestinement ce qu'il faut donc se résigner à considérer comme étant la maladie de l'humain : la barbarie. Celle-ci n'est pas comme on l'imagine en général, accidentelle, mais bien plutôt un mode de vie. C'est même un mode d'être, la structure de notre espèce.  C'est, en un mot, un symptôme propre à l'humain et qui le caractérise. Contrairement à ce qu'on débat habituellement, l'humain n'est ni bon ni mauvais au départ. Il n'y a pas de nature humaine. Ce qu'il est, c'est de l'ordre de l'acquis. Il devient ce qu'il est sous l'influence de ce qui se passe. Et ce qui se passe, c'est aussi ce qu'il fait. On rejoint ici l'existentialisme qui dit en gros que c'est en forgeant qu'on devient forgeron. Disons pour illustrer mon propos que c'est le symptôme de celui qui forge, le fait d'être forgeron.

C'est donc en commettant des actes barbares sans que rien ne vienne le stopper que l'homme en tant qu'espèce est devenu barbare. Aussi, la barbarie n'est pas le fond de l'humain mais un effet. Mais à présent, il l'est vraiment. C'est sur une page blanche qu'il a écrit son destin en se faisant de cette sorte de structure. Et cette structure psychique, quelle est-elle ? Et bien, vu le moment où elle bloque le sujet, il s'agit du symptôme pervers. Comme je le disais, l'homme a vu que rien ne venait l'arrêter et qu'il pouvait nuire en toute impunité, alors, pourquoi se gêner ? pensa-t-il.

Mais, me direz-vous avec justesse, "les lois sont là pour mettre des limites. Ça ne tient pas debout, cette affirmation." Et bien, si, parfaitement, et pour une raison précise : la zone dans laquelle les hommes ont décidé de placer leurs actions envers les (autres) animaux est une zone de non- droit. C'est ainsi que l'espèce humaine s'est fabriquée, en s'opposant au reste des vivants sensibles ce qui n'est pas négligeable, malgré ce qu'on en dit ordinairement. Ni marginal, ni anecdotique, le champ du rapport de l'homme aux (autres) animaux est fondateur et forme la structure-même de l'espèce des primates Homos Sapiens Sapiens.  Et on vient de voir que ce champ exclut le droit, c'est-à-dire se situe hors de la limitation des actes par les lois.

 

Tout cela, je suppose que je vous le révèle et pourtant ce n'était pas difficile à trouver ! Pour tout être neutre, la barbarie de nos civilisations serait évidente. Mais peu d'entre nous arrivent à se trouver dans la disposition idéale pour juger du monde. Englués dans nos convictions, sans voir que parfois elles sont délirantes, nous ne sommes pas toujours capables de percevoir l'essentiel.

Les préjugés "pré-pensés" par notre moi qui veut tout sauf avoir à se remettre en question, ni à reconsidérer son opinion sur ses parents ou leurs substituts idéalisés, sont autant de résistances au savoir. Les croyances prennent toute la place, même chez ceux qui s'imaginent athées. Bien souvent ceux-ci croient plus ou moins en Dieu et presque toujours en l'homme fait Dieu.

Voir les commentaires

Tristes chiens de Roumanie. adoptez en un; parainez en un; épongez la souffrance.

29 Juin 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

On me demande des trucs marrants et bien, autant vous prévenir, je n'en ai pas encore. Désolée. plaignez vous auprès des 6 milliards d'humains trop contents d'apporter tistesse et désolation sur Terre. Mais ça viendra. Patience!

La fourrière de Vulcan : ces chiens enfermés dans une pièce sombre à l’odeur pestilentielle attendaient leur mise à mort

 

 

  Parrainez un chien du refuge
  Situation des animaux errants en Roumanie
  Présentation de Pro Animals
  Lois roumaines
  Notre objectif
  Ecrire aux autorités roumaines
  Témoignages
  Nous aider
  Lettre d’info

Les stérilisations, essentielles pour lutter contre la surpopulation

La fourrière de Lupeni, ou tout du moins les quelques planches et grillages qui servaient de fourrière...

  Deux pensionnaires du refuge

Des chiots abandonnés dans un carton

Les dernières nouvelles de Roumanie (lettre d’info)

Sommaire -
-  Gestion de la population des chiens errants : signature de 4 nouveaux contrats municipaux de stérilisation-relâche
-  Des nouvelles de la ville de Tg-Jiu et des chiens du refuge
-  Fermeture des fourrières des villes de Vulcan, Lupeni et Petrosani

Gestion de la population des chiens errants : signature de 4 nouveaux contrats municipaux de stérilisation-relâche

Depuis sa création, Pro Animals se bat pour que les autorités roumaines mettent fin à leur politique cruelle d’élimination des chiens errants et encouragent la mise en œuvre de programmes locaux de stérilisation-relâche. Bien que les autorités nationales refusent toujours de promouvoir cette solution, Pro Animals a réussi à convaincre plusieurs maires que seule la stérilisation de masse permet de diminuer durablement la population canine.

Pro Animals, en collaboration avec la fondation FPCC, a ainsi signé depuis le début de l’année 5 contrats de stérilisation-relâche avec les municipalités de Tg-Carbunesti, Ticleni, Rovinari, Motru, et Bumbesti-Jiu. Ces contrats sont signés sur une durée de 10 ans, et prévoient un suivi de la population canine puisque la clinique mobile de la fondation FPCC se rend une ou deux fois par an dans chaque municipalité pour stériliser les nouveaux chiens errants (il y a malheureusement régulièrement abandons). Parallèlement, Pro Animals se déplace régulièrement dans ces municipalités pour contrôler l’évolution de la situation et poursuivre son action d’information et de sensibilisation de la population.

Les médias locaux et régionaux ont largement relayé et appuyé l’action de Pro Animals qui fait un énorme travail d’information et de sensibilisation auprès des maires et de la population. La réalisation de ces programmes de stérilisation-relâche est une grande satisfaction.

Des nouvelles de la ville de Tg-Jiu et des chiens du refuge

Les tueries continuent - A ce jour, la municipalité de Tg-Jiu (où est située Pro Animals) refuse toujours la présence de chiens errants, et continue de faire capturer et tuer des dizaines de chiens et de chiots chaque jour dans des conditions très violentes et par ailleurs illégales.

Cependant, suite au succès des programmes de stérilisation-relâche mis en place dans les municipalités voisines, Pro Animals a engagé de nouvelles négociations avec le maire de Tg-Jiu pour qu’un programme similaire soit mis en place dans la ville. Ce maire est très anti chiens, mais nous conservons l’espoir qu’il comprendra que la stérilisation est la seule solution humaine et efficace pour contrôler la population des chiens errants.

Aidez les chiens du refuge - Parallèlement à l’organisation de programmes de stérilisation-relâche et à ses actions d’information et de sensibilisation, Pro Animals gère le refuge municipal de Tg-Jiu, seul havre de paix pour les chiens. L’association sauve régulièrement des chiens errants, et prend également en charge les chiens et les chiots abandonnés aux portes du refuge.

Pro Animals a grandement besoin de soutien financier pour nourrir et prendre soin de tous ces chiens. Pour seulement 10 Euros par mois, vous pouvez parrainer un chien du refuge. N’hésitez pas à visiter notre site Internet ou celui de Pro Animals pour découvrir quelques uns des chiens sauvés par l’association.

Pro Animals cherche en permanence de bonnes familles d’adoption pour les chiens, mais les abandons sont malheureusement plus nombreux que les adoptions. Conformément à sa politique « Stérilisation, Adoption », tous les chiens donnés à l’adoption sont stérilisés (et vermifugés).

Projet de construction du nouveau refuge - Comme nous vous l’annoncions il y a quelques mois, Pro Animals va devoir quitter le refuge municipal sur décision de la municipalité. L’association a pu acquérir un terrain et a trouvé un architecte qui a accepté de prendre en charge le projet gratuitement. Les démarches administratives sont malheureusement très lourdes en Roumanie et les choses bougent lentement. Pro Animals attend actuellement d’obtenir les divers permis et autorisations nécessaires pour pouvoir poursuivre son projet et, espérons-le, commencer la construction.

Fermeture des fourrières des villes de Vulcan, Lupeni et Petrosani

Les fourrières roumaines sont malheureusement réputées pour être d’épouvantables mouroirs où les chiens sont entassés sans eau ni nourriture, contraints de vivre dans leurs excréments, avant d’être mis à mort par des moyens illégaux et souvent très cruels.

La fourrière de la ville de Vulcan a tristement fait parler d’elle récemment, suite à la découverte, par deux associations de protection animale, des conditions de vie abominables des chiens de cette fourrière.

Les démarches effectuées par ces associations auprès des autorités locales n’ayant rien donné, Pro Animals s’est rendue sur place accompagnée d’un responsable des services vétérinaires locaux. Suite aux constats effectués, et à la demande de Pro Animals, les services vétérinaires ont ordonné la fermeture pure et simple de la fourrière, et la remise en liberté des 72 chiens qui étaient enfermés.

Les mêmes mesures ont par ailleurs été prises pour les fourrières de Lupeni et de Petrosani.

L’action de Pro Animals peut être à nouveau saluée, car grâce à elle l’enfermement inhumain de tous ces chiens a cessé.

S’il vous plait, aidez Pro Animals, seule association de protection animale du comté de Gorj, à poursuivre son action. Les chiens de Roumanie ont besoin de vous !

Solidairement,

L’équipe de l’AFSPA

NB : cette lettre

 

 

 

 

 

 

 

 

AFSPA

 

Présidente, Sophie Olivier

 

Trésorière et Vice-Présidente, Annie Ortavant

 

Secrétaire, Odette Chauve

 

 

Siège Social
11 rue Saint Louis
87 100 LIMOGES
Tel : 05 87 70 09 75

 

Bureau en Grèce

 

Ioanni Foka 123

 

11146 Athènes
Site Internet :
http://afspa.free.fr/

 

Email : assfspa@yahoo.fr

 

 

Coordonnées postales :
La Poste
Centre Financier de Limoges
87900 Limoges Chèques
Numéro de compte : 06030 43 H 027
Code Etablissement : 20 041
Guichet : 01 006
Clef RIP : 69
Code BIC : PSSTFRPPLIM
Identifiant International de Compte :
FR 78 2004 1010 0606 0304 3H02 769

 

 

 

PRO ANIMALS

 

Site Internet : http://www.proanimals.ro/

 

 

Voir les commentaires

A canoniser comme Jean-Paul II? Les protecteurs des animaux ont une forme de sainteté:la défense des plus bafoués et des plus méprisés du monde depuis l'homme.

27 Juin 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Grandeur et désespérance de la défense des  animaux.

 

Si vous souhaitez vous faire des amis, être populaire, alors, évitez cet engagement. Ici, il faut, comme pour un analyste, selon Lacan : être un saint ! On vous y jette des pierres mais vous devez garder votre calme. Vous défendre est considéré comme une grave atteinte à l'integrité du non protecteur, ou plutôt  du protetceur de lui-même.

 Préparez-vous à un chemin solitaire, car vos semblables en allergie à la barbarie sont si rares que vous aurez peu de possibilités de les rencontrer dans votre quotidienneté. Et, loin de demander à vous canoniser comme Jean Paul II, la foule penserait plutôt à vous diaboliser comme "traître" haîssant votre genre humain, si bon, si aimable! Dans le genre des "infortunes de la vertu", on ne fait guère mieux!

Ici, la formule "2 poids, 2 mesures," s'applique PARFAITEMENT. Ainsi, la moindre incartade est punie démesurément. Les exemples ne manquent pas plus que les injustices dont sont victimes les animaux en question.

Un exemple : les amendes pleuvent pour les donneurs de miettes aux pigeons affamés de nos villes. Les délateurs nostalgiques du bon vieux temps de la collaboration ont trouvé ça comme exutoire. Et le bobo devient facilement bobeauf.

Un autre: un cerf poursuivi par une meute et des chasseurs à courre, épuisé par une longue course avec les tristes cons aux trousses s'était réfugié, souffrant du stress qu'on imagine, dans un village. Blessé, cherchant de l'aide auprès des humains dont des enfants. A coups de pierres, ses poursuivants tenaces l'acculèrent contre un mur et là, l'un d'eux lui tordit les bois pour lui faire baisser la tête jusqu'au sol, pendant qu'un autre lui enfonça une dague dans le cou. Mais le cerf n'était pas encore mort. Il restait debout, ensanglanté et pleurant. Alors les hommes voulurent encore lui enfoncer un poignard mais un des passants écoeuré, jeta une bûche pour le faire fuir.  Mais les assaillants dirent que c'était une tentative d'homicide ! Verdict : 3 mois avec sursis, 1300 euros d'amende, 5 ans de mise à l'épreuve.

Les hommes qui ont participé à ce massacre et qui ont fini par égorger le cerf, eux, non pas été inquiété pour "cruauté envers les animaux". De plus, ils n'avaient pas le droit de le poursuivre dans le village mais il n'y eut, comme d'habitude en pareil cas, très fréquent d'ailleurs, pas de sanction pour eux.

Si vous avez envie de sensations fortes, et si le vide vous plaît, si vous trouvez fade le saut à l'élastique, alors faites de la défense : la cruauté des hommes et le vide de leur pensée au sujet des bêtes et donc au sujet d'eux-mêmes est si abyssal que vous seriez pris d'un vertige vraiment  terrifiant.

Ça vous permettra de vous défoncer à l'adrénaline. Mais, si ce travail ne manque pas de provoquer des décharges de ce neurotransmetteur, c'est peu souvent dans la liesse ! Ce qu'on y découvre dépasse absolument, je vous l'assure, tout ce que votre imagination et celle de Sade réunies pourraient concevoir.

 Encore que, sait-on jamais ? Ce fut quand même imaginé par des hommes, ces choses innommables qui restent dans ma tête comme des images traumatiques dont je ne puis me débarrasser. En particulier celle-ci, qui montre des fermiers australiens aux prises avec des moutons élevés pour la laine.

Vous décrire la scène est très douloureux mais je m'y lance, avec ou sans élastique : ils les prennent avec la violence des brutes qu'ils sont, les basculent sur le dos, les mettent dans une sorte de construction métallique, attachent les membres, seule la tête est pendante dans le vide et le ventre est sous le nez des barbares.

L'homme en premier plan dans le reportage attrape la chair   du "sien" à pleine mains, mais il n'y va pas franchement : il prend tout doucement et coupe  la chair comme les paysans le font d'une miche de pain, doucement, par tranches.

Hallucinés, vous voyez le couteau encore et encore, le sang qui bientît jaillit en bouillon, sur la laine blanche, tout doucement recommencer sur le même mouton. Celui-ci va-t-il enfin s'évanouir ? Ses yeux cherchent le salut, la pitié qui ne viendra pas plus qu'un évanouiisment salutaire. Hélas, il peut encore bouger, bien que de plus en plus faiblement la tête. Et le couteau recommence, encore.

C'est horrible. La bête ne peut se débattre : seule sa tête êut bouger, car il est ligotté fermement.

La souffrance extrême l'empêche de hurler. La bête humaine n'en reste pas là. Elle recommence, encore, avec délectation. L'homme continue à faire des tranches de chair, lentement, encore, sans aucune expression. C'est son boulot. ce qu'oj appelle en Australie le "mueseling".

Le monstre decerebré impitoyable ne fait qu'obéir aux ordres tout en parlant au centaines d'autres "travailleurs" de la chair et en rigolant.

Il s'est fait sa main sur des milliers d'autres. La souffrance du mouton? trop drôle! Vous faites de la sensiblerie dirait-il. Hi!hi!hi!

NON, en fait, IL S'EST FAIT "L'ÊTRE", PAS SEULEMENT LA MAIN CAR  C'EST AINSI QU'ON DEVIENT BARBARE Comme C'EST "EN FORGEANT QU'ON DEVIENT FORGERON".

Ne plus porter de laine. Hurler son désespoir. Des idées folles viennent : Et pourquoi Dieu n'existe-t- pas qu'on puisse le traîner dans la boue de permettre ça ? Je n'ai pu voir jusqu'à la fin. A la 6 ° fois, j'ai dû arrêter. Lâcheté humaine. Je retournerai peut-être sur le site car il faut savoir ce qui se passe, c'est un devoir.

Peut-être pas. C'est trop dur ! La laine pas plus que la fourrure n'est donc respectable. En fait, tout ce qui a un origine animale est produit dans des conditions en principe sans éthique. C'est ça, la défense: des infos défilent, peu ragoûtantes.

Bienheureux les pauvres d'esprit qui vivent sans savoir sur quelle planète. Le royaume de la Terre leur est ouvert. Ils mourront vieux, non stressés, gavés de foie de malheur ou d'autres monstruosités, mais la conscience en paix.

Le visiteur courant de la vie n'a rien donné, rien appris, tout pris. Mort, il ne sera pas plus inutile que vif.

Mais il sera bien plus content de sa vie que les défenseurs qui se sont défoncés. Sauf que j'ai envie de dire avec Camus:" Il faut imaginer Sisyphe heureux."

 

 

Voir les commentaires

Un TOC asiatique? Pour la trique, les chiens et chats martyrs de Corée du Sud destinés à la consommation battus, écorchés vifs, ébouillantés vivants etc. pour être aphrodiaques trinquent!

9 Juin 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

  Au nom de la baise....: décidément un asiatoc!

Photo censurée!

 

Chien-viande dans un marché asiatique assassiné après avoir été battu au fins de le faire souffrir!!!: Pas regardable.
Pendaison, électrocution, écorchage, brûlures, coups font partie des méthodes de mise à mort des chiens et chats de boucherie d'Asie.
La souffrance et la peur ressenties par l'animal, durant son agonie, rendent soit-disant sa viande plus tendre ou aphrodisiaque, lié aux montées d'adrénaline qu'elles provoquent.
 Qu'ont donc les asiatiques avec l'obsession de l'aphrodisaque? Problèmes avec leur zigounette? Sont-ils impuissants de nature? Inquiets de la perdre? Serait-elle trop petite à leur goût? Que d'horreurs dans le monde pour cause de  bandaison insuffisante!   Nom d'une queue!

Je sais pas pour vous, mais des désirs de castration pour ces queues supposées trop flasques naissent en moi!

A défaut de catration symbolique, la réelle serait bienvenue.

 Serait- ce ça, le véritable péril jaune: l'infinie cruauté déjà connue de la part des japonais pendant les guerres? Y a-t-il là-bas une culture de la barbarie? Mots que je crois mes lecteurs ne vivent plus comme antinomiques.jugez-en plutôt. ça dépasse encore l'entendement.

Chaque année, des millions de chiens sont torturés à mort pour être servis dans des restaurants asiatiques. (quant aux chats, leur sort aussi est terrible ; même régime pour s'en servir contre les...rhumatismes, ou simplement parce qu'on les massacre par la torture aussi , car ils ne sont pas aimés.)   

Les asiatiques à l'origine aussi de l'extinction des rhinoceros massacrés pour prendre leur corne...soi-disant aphrodisiaque...Pensée magique: la corne est de la taille et de la raideur souhaitée pour son pénis, alors, mangeons la! Et pour les filles, ça la leur fait pousser?

Quand on voit ce qui s'y passe, et des photos en caméra cachée vous éclaireront sur ce site, et bien, on peut dire que l'on est scandalisé.

Il faut absolument AGIR! Cliquez là:

http://www.chez.com/viedechien/

Que cela nous fasse agir mais ne  nous fasse pas  oublier ce qui se passe, bien caché sous la cellophane des supermarché.

***************************

Cependant, j'ai reçu ça:

 

 

    "Si je vous disais qu'en Corée Du sud, il est tout a fait normal de manger

    des chiens. Ceci n'est pas fait d'une façon humanitaire, mais en les

    torturant à mort en les accrochant,en les 'étranglant, et aussi de les battre

    avec des objets tels que des briques, ou encore par électrocution..

     Ils font ceci pendant une longue durée afin de les terroriser et de leurs causer un maximum de  douleur et aussi pour qu'ils agonisent de façon très lente et douloureuse. Ce genre de supplice est fait aux chiens, parce que beaucoup de

    Coréens du sud croit que la chair d'un chien qui est torturé

    à  mort aura un meilleur goût et aura aussi des qualités  aphrodisiaques . Quelques

    Coréens du sud torture aussi des chats en les frappant sur la tête

    à plusieurs reprises avec des marteaux, en les plaçant dans des sacs

    qui sont alors martelés à même le sol, ou par d'autres méthodes qui

    produisent une mort lente et douloureuse. Les chats morts sont

    cuit avec du gingembre, des dates et des châtaignes pour faire une

    pâte brune  qui pour beaucoup de Coréens du sud croit que ce chat liquide est un remède pour des problèmes de rhumatisme. "


    Alexandra Yurkiw <alexandra.yurkiw@comcast.net> a écrit :
      http://members.tripod.com/~animom/koreandogs.html

      

      If I told you In South Korea, it is common to eat dogs. This is not done in a humane manner, but by torturing them to death by hanging, strangulation, and beatings with such objects as bricks, large rocks, heavy rod-like objects and electrocution. They do this for long periods of time in order to terrorize and cause great suffering to the animal. They die a very slow and painful death. This brutal execution is done to dogs, because many South Koreans believe the flesh from a dog who is tortured to death has aphrodisiac qualities and tastes better. Some South Koreans torture cats by hitting them on the head repeatedly with hammers, by placing them in sacks which are then pounded on the ground, or by other methods that produce slow and painful death. Dead cats are cooked along with ginger, dates and chestnuts to make a brown paste or "Liquid Cat" which is foolishly thought by many South Koreans to be a remedy for rheumatism and joint problems,"

      

      http://www.animal-lib.org.au/lists/korea/korea.shtml

      

      The Treatment of Dogs and Cats in Korea

       Should the brutal treatment and death of a dog or cat concern us more than if the same were done to a cow, or a sheep, or a chicken. It shouldn't, but animals that the "Western world" looks upon as companion animals are treated very differently in Korea.

      Many Koreans still believe that if one eats dog meat from dogs that have been tortured to death, it will make them more sexually active. The marketing of dog meat as a health food was initiated and perpetuated by the dog meat dealers to keep their billion dollar businesses going. The rationale behind savagely beating a dog to death lies in the primitiveness that when a dog is beaten they produce high levels of adrenaline hence the selling of their meat as a kind of "natural" viagra for impotence and vitality!

      This adrenaline rush is achieved by hanging dogs from ropes on trees and leaving them to slowly strangle to death, and then while still alive, their fur is blowtorched off.

      Cats do not hold any position of affection in Korean society. They are not eaten as dogs are but many attempts have been made to eradicate them, not by humane methods, but rather by beating the animals to death in sacks or, in some cases, boiling them alive in large pressure cookers to supply the insatiable demand for another "herbal" remedy - although clearly animals do not fall into this category.

      The Korean government does not enforce its animal welfare laws so people make an assumption that farming dogs, slaughtering them and selling their meat is legal. It is not. The sale and cooking of dogs is illegal under Korea's food and sanitation laws.

 

      Le traitement des chiens et des chats en Corée

      

       Les mauvais traitement et la mort  d'un chien ou d'un chat nous concernent davantage que la mort d'une vache, un mouton, ou un poulet.

      Les animaux que "le monde occidental" considère comme  des animaux de compagnies sont traités très différemment en Corée.

      

      Beaucoup de Coréens croient toujours que si l'on mange de la viande de chiens qui ont été torturés jusqu'à la mort,  rendra celle ci meilleurs et aussi  aphrodisiaques.

      La vente de la viande de chien comme aliment naturel a été lancée et perpétuée par les marchands de viande de chien pour garder leurs affaires de milliard de dollar. La raison de battre et de torturer un chien jusqu'à la mort remonte aux anciennes civilisations, pour eux, quand un chien est battu il produit un niveau élevé d'adrénaline.

      La viande est vendue alors comme un genre de viagra "normal" pour l'impuissance et la vitalité !

      

       L'adrénaline est provoquée chez les chiens en les accrochant avec une corde sur un arbre et en les laissant s'étrangler lentement jusqu'à la mort, et aussi quand le chien est encore vivant, on leur enlève leur fourrure.

      

      Les chats ne tiennent aucune position d'affection dans la société

      Coréenne. Ils ne sont pas mangés comme les chiens, mais

      beaucoup de tentatives ont été faites pour les supprimer, pas par des

      méthodes humanitaires, mais plutôt en battant les animaux jusqu'à la mort dans des sacs ou, dans certains cas, en les ébouillantant  vivants dans de grandes chaudières sous pression pour fournir à une demande insatiable des remède "de fines herbes" - bien que clairement ces animaux n'entrent pas dans cette catégorie de remèdes.

      

      Le gouvernement coréen n'impose pas ses lois de protection des

      animaux  l'abattage des chiens et la vente de leur viande est légal. La vente pour la cuisine des chiens est illégale en vertu des lois d'hygiène.

      

      

      http://www.idausa.org/news/currentnews/activists_stage_bark_in.html

      

      South Korea's laws prohibiting the consumption of dogs and cats have been routinely ignored and disregarded by law enforcement. Korea's Ministry for the Office of Government Policy Coordination announced in January that it was to begin inspecting dog meat for sanitation, thus giving dog meat its seal of approval. The Government promised that it was backing away from this deplorable plan in February after being inundated with thousands of letters, phone calls, and e-mails from concerned citizens and animal protectionists around the world. However, the Government is once again leaning toward supporting the Ministry's back door efforts to legalize dog meat.

      Before dogs are killed for meat, they are often strung up by their legs and beaten. Dog butchers extol the virtues of their product, linking the adrenaline rush dogs experience as they are bludgeoned to death to enhanced male virility. Cats fare no better-viewed as pest animals, they are boiled alive so their "juices" can be extracted for supposed health tonics which butchers claim can be used to treat rheumatism.

      "It's inconceivable that as the rest of the modern world is strengthening animal protection laws, the Korean Government is allowing 'man's best friends' to be boiled alive, beaten, butchered, and eaten under its knowing watch," says IDA president and founder Elliot M. Katz, DVM.

      For more information on IDA and its Korean Animals Campaign, please visit www.IDAUSA.org. For more information on Animal Freedom Korea, please visit www.animalkorea.org.

      

      Le gouvernement  coréen promet qu'il va réagir suite a de nombreuses protestations venant du monde entier ...POUR ma part, j'en doute...

      

      http://www.oozemagazine.co.uk/korea.htm

      Scandal in South Korea

      You may find this article extremely harrowing

      It sounds mediaeval doesn't it, a country where dogs and cats, loved as companion animals around the globe, are served up as a 'gourmet' food. Yet this is the reality today in South Korea.

      Many Koreans claim that eating dogs is a long tradition although others believe that eating dogs only began as a result of the Korean war, when starvation was rife.  The popularity today has come about because dog dealers and restaurants began to invent stories about the health benefits to be gained from eating dog meat.

      In order to meet the demand for dog meat (estimated at 2-2.8 million dogs and cats per year), farms exist throughout the country to breed these animals for slaughter. Dog meat, at £15 Sterling per kilo, costs more than beef and is eaten more than lamb.

      

      Dogs can commonly be seen in Korean markets being killed (hopefully) by hammer blows to the head before being skinned. Sometimes the dog is electrified instead, with electrodes fixed to the tongue. Yet another favoured method is slow strangulation by hanging. The flesh is then singed by a blowtorch to improve its appearance. On some occasions, the animal remains alive throughout, eventually dying from shock. This is all performed in full view of other dogs crammed in cages awaiting the same fate.

      The Koreans actually believe that the adrenaline released into the dogs' bloodstreams by their sheer terror and agony will increase the sexual potency of the consumer.

      Shocking eye-witness testimony
      Not surprisingly, photographs of this form of "slaughter" are difficult to obtain. The following is an account from an eye-witness,

      "The reason why dogs are beaten for so long is that there is a belief that the slower & more painful the death is, the more potent the dog's meat will be. Killing the dog slowly causes the dog's adrenaline to flow, and this flow of adrenaline throughout the dog is believed to increase the aphrodisiac power of the meat. While the dog is slowly being killed, it is of course screaming in pain, and trying to resist the grip of the man doing the killing. One method is to tie the dog from his hind legs upside down. (All other accounts say that the dog is hung from the neck). The man or men than beat the dog's body all over with clubs or bats. Beating it this way is said to do two things. One is to increase the flow of adrenalin and the other is to tenderize the meat.

      "While the dog is being beaten, it gets to the point where it urinates and defecates on itself, and the urine & faeces typically flow down the dog's body, getting in its eyes and causing more pain. Eventually, during this intensive beating, blood flows out of the dog's mouth and nose due to internal bleeding, and it finally dies. This beating process has no set time....It can be a few minutes or it can take an hour, depending on the man doing the killing and how much he is into the belief that beating it slowly is best for a quality aphrodisiac. I hope this clarifies why the dogs are beaten first. In a large facility, the dogs may not be hung by their hind legs. Instead the man enters the large dog cage, selects the dog, grabs it, and while holding it by the neck, begins to beat it in the head in order to crush the skull. Of course, there are so many methods of beating the dogs because there is no regulation on this."

      CATS
      Although cats are eaten in South Korea, it is more usual for them to be rendered into a "medicine" to treat rheumatism and arthritis. Unlike dogs, cats are not bred on specialist farms. This would not be cost effective when there are always starving strays. These are collected in sacks and, if lucky, are beaten to death with either a stick or hammer blows to the head. More commonly, they are boiled alive with herbs (sometimes after having their limbs broken to reduce their ability to struggle) until their flesh liquifies. The resulting "liquid cat" (known as "Goyangi soju") is then sold in small sachets. An average size cat, when cooked with dates, herbs and chestnuts, will produce 20-25 of these sachets.

      Shocking Eye-witness Testimony
      The following is an eye-witness account, reported to the Korean Animal Protection Society (KAPS) by one of its members, Miss Mun Juyoung.

      "While passing by the Kyoung-il Health Food Restaurant, Miss Mun looked in through the window and saw a middle aged women walking slowly among the rows of hissing and boiling cauldrons. In her arms she held a cat, who seemed undisturbed by the water on the floor or the stream so thick in the air. Stopping at one of the hot kettles, the women sniffed once and dropped the cat in to the boiling water. Hideously scalded by the boiling water the cat screamed and clawed its way out but, the blank-faced woman, pushed it back in the water with a stick over and over again until the cat finally lost consciousness. The woman fished it out once more, the cat mewing and whimpering in pain, whereupon the woman pushed it back in for the final time."

 

Quant à moi, pardonnez moi de ne pas traduire.

Plaignez vous en ecrivant aux ambassades de Corée du Sud.

 

 

Voir les commentaires

Vivisection, expérimentation animale. la question n'est pas : est-ce utile mais est-ce moral ! La seule éthique, ne pas utiliser les animaux ! Ce ne sont pas des choses à notre service.

8 Juin 2005, 22:00pm

Publié par Josette benchetrit

Selon vous, tout ce qui est utile est-il permis ? La fin justifierait les moyens? Mais c'est machiavélique! Machiavel n'est pas le bon moyen de parvenir à notre fin: le progrès humain irréversible.

L'utilisation des animaux est , comme toute réification d'un vivant sensible, immorale et donc inadmissible.

J'ai reçu cette information. C'est un exemple de ce qui se passe dans les labos pour lesquels nous cotisons par impots et certains en rajoute en payant à l'ARC ou Sidaction, ou Téléthon etc.. 

Alors, est-ce moral?

Voilà où va l'argent de la recherche!

le comble: nous sommes condamnés à payer pour ce genre de choses car en France, c'est comme ailleurs, l'impensable au quotidien dans les labos. 

Par nos impôts, nous sommes forcés de subventionner. Mais aussi quand nous achetons des médicaments, des cosmétiques, de la lessive, etc...même si nous ne sommes qu'horrifiés par ces terribles exactions perpétrées sous couvert de science.

La honte: certains en rajoutent en donnant pour la recherche.

La monstruosité de l'anthropocentrisme est décidément atterrante.

Réhabilitons L'ANTHROPOMORPHISME. Comme toute identification, ce qu'est la compassion, elle nous  PERMET DE COMPRENDRE QUE LES AUTRES SONT COMME NOUS : !

                          Comprendre les autres, ce serait en finir avec cette équation:          HUMANITE=TERREUR SUR LE MONDE!

***********************************************************************************************

VIVISECTION =Terreur  pour les bêtes... 

 

HALTE AU TERRORISME contre les animaux dans les laboratoires !

Traduction par International Campaigns de l'introduction du rapport de l'infiltration récemment opérée par PETA chez Covance USA

Covance = Tortionnaires

Ça se passe comme ça chez Covance Etats-Unis

Introduction

Une enquêtrice de PETA embauchée par Covance en tant qu’animalière a travaillé à l’intérieur du laboratoire de tests sur les primates de Covance situé à Vienna, Etat de Virginie, du 26 avril 2004 au 11 mars 2005. Les documents vidéo pris par l’enquêtrice de PETA à l’intérieur du laboratoire commencent le 30 juillet et les preuves qu’elle a rapportées – la terreur, la tristesse, la maladie, les blessures, la souffrance et la mort des primates qui ont été capturés dans la nature ou reproduits au sein de l’élevage interne de Covance – dérangeront même le plus ardent défenseur des tests sur animaux. Cette enquête confirme en outre la supercherie que constitue la soi-disant surveillance par l’administration américaine de labos comme Covance. 

Chez Covance USA, les animaliers appelaient le vétérinaire en chef “Monsieur qui attend de voir." Le personnel chargé des primates, même celui cruel envers les singes, s’est plaint à plusieurs reprises du sort d’un jeune singe au bras cassé et resté ainsi sans aucun soin dans sa cage pendant quatre jours. Apparemment, "Monsieur qui attend de voir," ne savait pas comment gérer cette fracture et a attendu le retour d’une jeune vétérinaire en congés laquelle, dès son retour, a immédiatement ordonné l’euthanasie de l’animal en raison de la trop grande gravité de la fracture qui était irréparable. Elle avait découvert entre-temps que le vétérinaire en chef avait donné au bébé singe un médicament à peine plus puissant qu’un aspirine pour calmer sa douleur insupportable. 

Covance = Tortionnaires

Autres sévices pratiqués sur les animaux chez Covance

Coups assénés sur les singes “non coopératifs » et étranglements

Vocifération d’insultes envers des singes primates effrayés et malades 

Projection violente de singes dans leur cage après insertion de tubes de dosage tout au fond de leur gorge 

Arrosage des cages avec les singes restés à l’intérieur, lesquels sont donc trempés jusqu’aux os

Singe égaré terrorisé par un animalier qui cogne sur les cages encastrées dans le mur afin d’effrayer l’animal et de le forcer à s’exposer

Primates victimes de descentes d’organe chroniques au niveau rectal – descentes douloureuses des intestins via le rectum – entraînant stress et diarrhée en permanence

Singes décédant d’une mort atroce dans le cadre de tests pour le compte d’une entreprise pharmaceutique – le vétérinaire ayant reçu l’interdiction d’examiner ces animaux et de prodiguer un quelconque traitement, pas même l’euthanasie

Des singes de petite taille entubés de force via les narines jusqu’à l’estomac, provoquant étranglement, ouverture forcée de la bouche et saignements quotidiens du nez 

Auto-mutilation de la part des singes suite à l’incapacité de Covance à fournir un quelconque enrichissement psychologique et une sociabilisation des animaux

Blessures non traitées jusqu’à devenir nécrosées 

Diffusion forte et permanente de musique rock

Regardez les vidéos disponibles sur cette page afin de pouvoir témoigner. Téléchargez ces vidéos en cliquant sur "Other Viewing Options" et montrez-les à votre entourage et au public.

Covance = Tortionnaires

Rubrique Photos : http://www.covancecruelty.com/photos.asp

Rubrique Vidéos : http://www.covancecruelty.com/videos.asp

Témoignages : 

L'école du terrorisme (en français)

Des tests cruels au nom du profit (en français)

Ce que l'enquêtrice a vu (en français) 

Ce que l'enquêtrice a entendu (en anglais) 

Une infiltration précédente de Covance

Pour tout savoir sur la campagne internationale contre Covance - et y participer - trois sites de référence :

www.covancecruelty.com
www.covancecampaign.com

www.planet-of-covance.com

Pourquoi faut-il infiltrer les laboratoires de vivisection ?

Haut de la page
Accueil ] Supports militants ] Argumentaire contre la vivisection ] Actualités ] Action ! ] Stratégies ] Campagnes internationales ] Forum ] Charte IC ]

Manifeste ] Les faits ] SMAL en pratique ] Médias ] SMAL - Edition 2005 ] Bronzez Sans Cruauté ] Droits des Animaux ]

Webmaster: International Campaigns
Dernière mise à jour: 09/06/2005

Voici donc que nous sommes informés.

Croyez vous possible alors de ne pas agir?
Déjà, exigeons des chercheurs d'arrêter de tester sur animaux et ce, que nous, nos enfants, nos parents soient ou pas atteints de cancer et autres affreuses choses. un peu de courage, diantre: les autres ne sont pas là pour notre vie , mais pour la leur.
Je le redis: on sauvera plus d'hommes en abandonnant la barbarie qu'en tuant des bêtes pour avoir des médicaments, éventuellement, car toutes les recherches sont loin d'être utiles.
Mais la question n'est pas là. Je la redis: Est-ce moral, donc acceptable?

Voir les commentaires

Blog gratuit sans publicité mais classé X parce que contre la barbarie qui s'exerce sur tous: humains comme animaux.

7 Juin 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

L'autre jour, j'ai eu la surprise de découvrir un placard cachant mon blog et demandant une signature d'adulte pour entrer. D'abord, j'ai cru à une pub pour site porno! Je suis allée immédiatement me renseigner sur le forum  car les propriétaires du site  venaient de mettre des pubs sur le site. 

 

Après m'avoir laissé mariner quelques temps, un nommé Gilles, "administrateur", me dit que c'était à cause des photos qu'il avait décidé de le mettre en "adultes".
A ce moment, d' autres blogueurs présents se mirent à affirmer que mon blog était plein de photos que des enfants ne devaient pas voir ( il s'agissait de deux photos, je crois, de chiens pendus en Espagne et d'un autre égorgé en asie) un blogueur dit que je devais être une voyeuse, un autre que j'étais un démon, , même! Parmi ceux-ci, une nana. Je suivis son lien pour son blog et là, ô surprise, cette belle âme peint des ...corridas. Des tas de corridas bien sanglantes.

 

Amusant aussi: un autre m'a laissé un commentaire disant qu'en effet ce n'était pas bon de voir tout ça. Je clique sur son blog et j'arrive sur le 1° article: qui commence avec des vaches qu'il appelle "sales bêtes" et finit ainsi: "je vais manger un steack."

 


ça me rappelle Patrick Henry qui criait: vive la peine de mort au procès des assassins Bontemps et Buffet et qui devint lui-même un assassin d'enfant. Pour mémoire: il échappa à la peine de mort in extremis grâce à la loi qui interdit cette peine.

 

Ces blogueurs-lecteurs, pas tous heureusement, ne sachant comment me ridiculiser comme on le fait des défenseurs d'ordinaire...essaient de   torpiller autrement mon blopg qui les déroute.

 

Ce qui est amusant, c''st que la vérité suinte de tout, même du pire, et que classer ce blog en "adultes" va dans le sens de ce que je dis: les rapports des hommes aux animaux manquent de maturité et c'est pour cela qu'ils sont barbares.

 

Le sentiment de culpabilité naissant de mes textes n'est pas supporté malgré mes précautions.

 

Je savais que la défense des animaux provoquait la haine. Mais, tout de même , le fait de classer cette affaire comme porno m'a confortée dans l'idée que si on est dans le vif du sujet, à savoir la culpabilité des hommes vis à vis des autres espèces, on  n'est plus supportable au titre d'empêcheur de jouir en rond.
Si   on ne peut s'en débarrasser en le ridiculisant, le défenseur sera éliminé autrement, par la haine ou l'opprobre social.

 

Pour éclairer votre lanterne, voici une précision:

 

 Ceci n'est pas un blog porno ni même de défense des animaux mais une réflexion sur la barbarie

 

et ses causes dont la principale se trouve là, justement,

 

dans le rapport hors-loi et

 

donc barbare de structure

 

entre l'homme et les

 

autres animaux.

 

 

Sans inclure dans toute réflexion sur la barbarie ce qui se passe là,

 

il me semble impossible de progresser sur l'axe de la morale,

 

car il ne peut pas y avoir

 

de pensée efficace

 

qui omet l'essentiel d'un objet d'étude.

 

J'affirme que,

 

loin de rechercher  la justice et  la

 

dignité humaine,

 

celui qui omet

 

cette dimension-- en se prévalant d'un postulat immoral: l'humain est prioritaire en tout

 

et sur tous-- est en fait complice

 

de cet état de chose où l'évolution de l'homme

 

s'est figée de par sa façon

 

de traiter le monde animal

 

dont il est, mais qu'il renie.

 

Faisant ainsi une considérable entourloupe révisionniste sur sa propre histoire en tant qu'espèce animale.

 

L'humanité

 

s'est de ce fait construite

 

de manière perverse.

 

 

 

 Désolée à ceux qui en attendait plus, au niveau sexe!

 

Mais, au fond, on ne s'y est pas trompé, c'est bien la sexualité humaine qui est la vedette dans  cette histoire de jouissance illicite permise dans  nos sociétés au détriment des animaux qui sont non protégés de nos pulsions  barbares. Ce que je dis ici, c'est qu'en laissant à sa disposition une zone de non-droit, la zone de droit s'est sabotée et que les hommes, du coup, sont exposées à ces pulsions, pour en profiter en tant que bourreaux ou les subir en tant que victimes.

 

L'homme, tant qu'il aura une vision utilitariste de l'autre espèce, ne fera pas mieux avec ses congénères.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Les preuves de l'existence de la barbarie propre de l'homme? En Espagne: on y torture et pend ses lévriers.

4 Juin 2005, 22:00pm

Publié par Jo benchetrit

Europe- Asie même combat!

 Ici encore , comme pour les chiens et chats torturés en Asie, ils sont pendus, battus et/ou  brûlés vifs et  le"nerf" de la guerre dans les deux cas est le phallus. Lorsque le mâle espagnol chasseur ou utilisant son chien à la course, se sent déshonoré par son phallus -chien n'obéissant pas au doigt et à l'oeil...il est "en droit "( sic )de le tuer ce qu'il fait allègrement, pour, en sacrifiant cet objet défaillant montrer que malgré tout "il en a."(re-sic).

 

Ainsi des milliers de chiens, des lévriers, sont littéralement torturés car, si on le punie bien, on peut ainsi laver encore mieux son honneur! (sic.)Je me demande comment l'Europe n'intervient pas. De plus, j'aimerais savoir s'il n'y a-t-il aucun mot d'ordre de boycott d'un pays aux moeurs aussi inqualifiables?

 

Je crois que non, sans doute par solidarité entre barbares! Chez nous, on tue pas les lévriers mais on a des corridas et des animaux gavés, par exemple. Mais quand même, en Espagne, c'est très coréen, et leurs traditions, du genre battre un âne à mort, jeter des chèvres du haut du clocher de l'église( "c'est le diable qu'on jette, je suppose!!!) montre le niveau d'obscurité des esprits du pays de la corrida.

 

Je vous ai collé ça:

 

 "LES LÉVRIERS-MARTYRS D'ESPAGNE (source:la rage au coeur)

 

Présentation de l'Association Lévriers en Détresse (loi 1901)

 

L'association sauve et met à l'adoption les galgos et greyhounds destinés à la pendaison après la saison des courses et de la chasse en Espagne.

 

on peut aider l'association en y adhérant, en faisant des dons ou bien sûr en adoptant un de ces nombreux lévriers.

 

Notre objectif principal : l'Espagne Les personnes dévouées à la cause des lévriers en Espagne sont tous des bénévoles qui font tout leur possible pour apporter amour et soins à chaque animal blessé ou malade qui arrive dans les refuges. Certains ont été trouvés morts, d'autres sont morts après coup, malgré leurs efforts. Certains ont recouvré une santé, et certains d'entre eux ont déjà des lits et canapés dans des foyers aimants de France et d'Europe.

 

Pourquoi tant d'abandons ? En Espagne, lorsque la saison de chasse prend fin au mois de Janvier, la plupart des « galgueros » (propriétaires de lévriers) ne veulent pas garder leur chien pendant neuf mois, en attendant la saison suivante en Septembre. Ils ont, de toute façon, élevé des chiots pour la nouvelle saison de chasse. Par conséquent, les lévriers sont abandonnés en masse à partir du mois de Janvier, ce qui représente des milliers de chiens à travers toute l'Espagne. Les pires régions sont Castilla y Leon, Madrid, Toledo, Ciudad Real, Granada, Extramadura et Cuenca. Plus encore, pendant la saison, si un lévrier devient « sucio » (sale), plus précisément, si en suivant le lièvre il coupe pour prendre un chemin plus court, le chien est disqualifié.

 

 Traditionnellement, le chasseur dit « ese no come mas en mi casa » (ce chien ne peut plus continuer à manger dans ma maison), et le chien peut être pendu de la manière la plus horrible qui soit afin que le propriétaire retrouve son honneur perdu. L'association « Greyhounds in Need » (G.I.N.) consacre tout son temps et son énergie pour mettre fin à ces traditions atroces.

 

Dans le reste de l'Espagne, les pendaisons de lévriers continuent, même si elles diminuent dans quelques régions. D'après les groupes de défense des animaux et la Guardia Civil, ces pratiques se perpétuent mais de façon plus discrète.

 

L'action de G.I.N. consiste principalement à :

 

1) Offrir un « sanctuaire » aux lévriers abandonnés. Ce refuge, situé à Medina Del Campo, permet leur remise en forme physique et psychologique et les prépare à leur transfert vers les pays d'Europe du Nord où de bonnes familles d'adoption les attendent

 

2) Faire pression auprès des Ministères Régionaux de l'Agriculture des provinces espagnoles pour, tout d'abord, les amener à reconnaître ces horreurs, et, d'autre part, attirer leur attention sur : a. la surproduction des lévriers (notamment de Greyhounds). b. l'absence de considération du bien-être des animaux utilisés pour le sport ou la chasse. c. le financement des refuges ou de l'euthanasie (mort plus digne) des chiens abandonnés. d. la promotion de l'information sur le traitement des animaux par les hommes, afin de faire prendre conscience du fait que ces chiens sont des êtres sensibles et doivent être traités comme tels.

 

3) Faire pression sur les Ministères Régionaux de la Justice pour faire appliquer les lois espagnoles portant sur la protection des animaux -lois qui existent, mais sont rarement appliquées-.

 

Nous remercions toutes les personnes qui nous aident afin que les bénévoles puissent continuer leur travail pour tous ces chiens. Nous sommes encore actuellement une petite structure associative et tout notre temps libre est consacré à cette cause. Nous manquons encore de temps et d'argent, mais pas de dévouement, de persévérance et d'amour pour ces chiens.

 

Pour rejoindre l'Association Lévriers en Détresse: Présidente: Catherine Madry

 

Tél: 01 47 84 16 82Podenco d'IBIZA

 

Henrietteory@aol.com

 

levriers.en.detresse@wanadoo.fr  

 

http://passionlevriers.free.fr/ 

 

http://passionlevriers.free.fr/LA%20VIE%20ABOMINABLE%20DES%20GALGOS%20DANS%20LE%20REFUGE%20DE%20LEON%20en%20Espagne.htm

 

SAUVEZ-LES DE LA PENDAISON !

 

(J'ai choisi cette photo d'un lévrier espagnol par raison sentimentale: elle ressemble à ma petite Sarah, morte en l'an 2000, et que j'avais trouvée , mourant de faim, en Guadeloupe. Un jour, je raconterai l'histoire de cette chienne surdouée qui a croisé la mienne et l'a marquée à jamais.)

 

 Aidez-nous à sauver les lévriers espagnols destinés à la pendaison après la saison des courses et de la chasse : 

 

ADOPTEZ UN LEVRIER ! Exportés d’Irlande, en provenance de hautes lignées, ils ont souffert de MISÈRE et de CRUAUTÉS INEXPRIMABLES.

 

Ces chiens, de tous âges, cherchent désespérément des familles d’accueil.

 

Vous pouvez venir en aide à l’association LÉVRIERS EN DÉTRESSE en faisant un don, en adhérant à l’association, mais surtout, vous pouvez ADOPTER UN LÉVRIER.

 

Les lévriers font des compagnons très doux et gentils qui ont un grand besoin d’amour et de tendresse.

 

un site espagnols qui est contre la corrida et les massacres de lévriers: http://amigosdelosgalgos.org/

 

J'ai ôté une photo de chiens pendus. Trop dur me dit-on. Mais que ceux qui ont joué les pères la pudeur aillent donc sur ces sites et les aident.

Tartufferie encore.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Les oiseaux de notre société hygiéniste et sans âme...dont les moineaux assassinés dans le restaurant Flunch.

24 Mai 2005, 22:00pm

Publié par benchetrit

Entre mille infos reçues sur notre espèce, j'ai trouvé celle-ci utile pour ceux qui, ayant une petite faim vers le forum des Halles, se seraient laissés tenter par Flunch.

 

 

 

 

 

"Le Vendredi 20 mai 2005 :
Dépôt de plainte contre le restaurant "Flunch" pour acte de cruauté envers un
animal.

 


L'association Stéphane Lamart "Pour la défense des droits des animaux"

 

Révoltant et scandaleux : Comment un restaurant connu, en plein Paris, sous les
yeux des clients, peut-il se permettre de pratiquer de telles méthodes révolues
et, de plus, interdites par la loi?
Alors qu'il s'apprêtait à y prendre son repas végétarien, Stéphane aperçut
soudain un moineau près des caisses du restaurant 'Flunch" de la rue
Pierre-Lescot à Paris (1er). L'animal semblait blessé. En réalité, il était
collé sur une planche recouverte de colle et destinée à piéger les pauvres
moineaux qui s'y aventurent. Scandalisé, Stéphane a aussitôt porté plainte et
dû faire euthanasier l'animal par un vétérinaire.

 


Le directeur de l'établissement plaide l'impératif de l'hygiène en précisant :
"Ces oiseaux, parce qu'ils sont petits, entrent très facilement dans la salle.
Or, nous nous devons d'assurer l'hygiène et la propreté de notre
établissement."
Comme pour se donner bonne conscience, histoire de ne pas se sentir seul à
commettre ces actes de cruauté, il s'empresse d'ajouter : "Ce n'est pas une
pratique propre à notre établissement"

 

 

 

"Au nom de l'hygiène "


Pour nous, cela signifie : "Le monde est cruel et intolérant, alors soyons-le
également."
Tout cela sous l'égide de cet "hygiénisme" insupportable dans lequel nous
vivons. Tout doit être propre, tout doit briller, quitte à tuer cruellement
toute créature innocente contrevenant à cette règle absolue, véritable déviance
de notre monde moderne devenu totalement impitoyable. "

 

 

 

Je rappelle que les oiseaux sont de moins en moins nombreux, en particulier les moineaux et qu'il existe donc des entreprises qui, à notre siècle continuent à poser des pièges à glue pour attraper les oiseaux et les laisser mourir dans des souffrances qu'on a peine à imaginer.

 

 

 

Dernières nouvelles: lettre d'excuse de Flunch. ( groupe Auchan et Atac. Vigilance dans vos supermarchés!

 

cette lettre sera posée devant le restaurant.

 

 

 

On y lit ce que j'appellerais des circonstances aggravantes, que je souligne:

 

 

 

 

 

 

 

"Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 


La presse s'est faite l'écho d'un regrettable incident survenu dans notre
restaurant : un oiseau d'une espèce protégée a été piégé par un dispositif
de lutte contre les nuisibles destiné à garantir votre sécurité alimentaire.
Le dispositif mis en place par notre établissement est vendu par
une société
ayant pignon sur rue
; il est à déplorer qu'une initiative malheureuse ait
été à l'origine de l'installation de ce dispositif à un endroit où les
moineaux peuvent être atteints.
Il va de soi que, désormais, l'impératif de respect de la faune fera partie
des préoccupations de la société FLUNCH qui se doit également de veiller à
la sécurité alimentaire.
Tout est mis en oeuvre pour que ce type d'incident ne se reproduise plus dans
l'ensemble de nos restaurants.
La Direction

 

 

 

Que voulez vous ajouter à ça? Encore cette notion de nuisibles qui est si nocive et assois bien l'homme dans sa position de roi des nuisible et unique sujet de ce groupe.

 

Notion de nuisible qui, dans la nature n'a aucun sens car chacun est un maillon indispensable à la vie des autres. Quant aux sociétés ayant pignon sur rue, je ne comprends pas qu'on ne les assigne pas en justice. Réflexion qui sera élargie quand je ferai un article sur les pigeons-martyrs.

 

cela vous apprend à regarder, observer ce qui se passe dans notre monde, à poser des questions partout, car, subrepticement, si on y prend pas garde, notre société deviendra vite invivable pour nous tous.

 

 

 


 

 

 

 

Voir les commentaires

pétition pour modifier le traité de la constitution européenne

19 Mai 2005, 22:00pm

Publié par benchetrit

Vous pouvez aller sur le site du GRAAL pour imprimer la pétition suivante.

Un ballon d'oxygène dans un monde de brutes!

Il faudra 1 million de signatures seulement pour  contester les articles de la connstitution: au boulot!

Petite gym: on imprime. On inspire puis on fait signer. On expire en tendant le stylo puis on inspire en faisant une bise au signataire. Ouf! on boit entre pour reprendre des forces. Et on s'étire et on recommence.

La vie du militant est finalement joyeuse et facile et on s'embrasse encore une fois.

Décidément cette pétition est excellente pour la santé du corps et pour le moral.

La voici, la voilà, on la lit et on rit: la vie est belle, je vote oui et  je conteste en un même mouvement.

 

C'est ce qu'on appelle de l'excitation maniaco-dépressive!

 

***********************************************************

Pétition pour le respect du bien être des animaux dans la Constitution européenne


Les associations de protection animale européennes, leurs adhérents et sympathisants dénoncent deux articles du projet de Traité établissant une Constitution pour l’Europe :

- Article III-121 de la partie III, titre I (Dispositions d’application générale)
(cet article est la transposition du Protocole sur la protection et le bien être des animaux du Traité d’Amsterdam [Cf. projet de Traité, protocole annexé n° 33 article premier, 2.]) :
Lorsqu’ils formulent et mettent en œuvre la politique de l’Union dans les domaines de l’agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur, de la recherche et développement technologique et de l’espace, l’Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres, notamment en matière de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux.

Nous ne pouvons accepter ces dernières dispositions. En effet, si la prise en compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles est positive, en revanche le respect des "dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres, notamment en matière de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux" représente une exception de nature à encourager la poursuite d’actes de cruauté sur les animaux (tel que corridas, combats de coqs, gavage des palmipèdes pour le foie gras, chasse à courre, etc). Cette exception est antinomique avec les législations des pays européens sur la protection des animaux 1, et avec l’évolution profonde de nos sociétés concernant le respect des animaux 2.

- Article III-280 section 3 (Culture), chapitre V, titre III, partie III :
1. L’Union contribue à l’épanouissement des cultures des États membres dans le respect de leur diversité nationale et régionale, tout en mettant en évidence l’héritage commun.
2. L’action de l’Union vise à encourager la coopération entre États membres et, si nécessaire, à appuyer et à compléter leur action dans les domaines suivants :
a) l’amélioration de la connaissance et de la diffusion de la culture et de l’histoire des peuples européens ;
b) la conservation et la sauvegarde du patrimoine culturel d’importance européenne ;
c) les échanges culturels non commerciaux ;
d) la création artistique et littéraire, y compris dans le domaine de l’audiovisuel
3. l’Union et les États membres favorisent la coopération avec les pays tiers et les organisations internationales compétentes dans le domaine de la culture, en particulier avec le Conseil de l’Europe.
4. L’Union tient compte des aspects culturels dans son action au titre d’autres dispositions de la Constitution, afin notamment de respecter et de promouvoir la diversité de ses cultures.
5. Pour contribuer à la réalisation des objectifs visés au présent article :
a) la loi ou loi-cadre européenne établit des actions d’encouragement, à l’exclusion de toute harmonisation des dispositions législatives et réglementaires des États membres. Elle est adoptée après consultation du Comité des régions ;
b) le Conseil, sur proposition de la Commission, adopte des recommandations.

Nous rappelons que certains aspects des cultures et des patrimoines culturels d’États membres de l’Union comportent des actes de contrainte, de violence et de cruauté sur les animaux, en violation avec les exigences du bien-être des animaux.


En conséquence

et conformément aux termes des articles I-45, I-46 et I-47 partie I, chapitre III, titre VI (la vie démocratique de l’Union) du projet de Traité établissant une Constitution pour l’Europe qui prévoient notamment que des citoyens de l’Union, au nombre d’un million au moins et ressortissants d’un nombre significatif d’États membres peuvent prendre l’initiative d’inviter la Commission à soumettre une proposition appropriée, les associations de protection animale, leurs adhérents et sympathisants soussignés demandent aux gouvernements de l’Union et à la Commission européenne d’apporter les modifications suivantes au Traité :


- article III-121 de la partie III, titre I :
1. Les exigences du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles sont impérativement prises en compte dans la mise en œuvre de la politique concernant les domaines d’utilisation de l’animal suivants : l’agriculture, la pêche, les transports, le marché intérieur, la recherche, le développement technologique et de l’espace.
2. Par ailleurs, les pratiques ne relevant pas de l’énumération du paragraphe (1) ci-dessus mais utilisatrices d’animaux elles aussi, tels certains rites religieux, certaines traditions culturelles, certains patrimoines régionaux, doivent pleinement respecter les exigences du bien-être animal, dans l’attente de leur abolition définitive.

- article III-280 section 3, chapitre V, titre III, partie III, ajouter un point 6 :
6. s’agissant du cas particulier des cultures européennes qui utilisent l’animal, les dispositions ci-dessus énumérées devront impérativement prendre en compte les exigences du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles.





Signature particuliers
NOM, Prénom
Adresse
Ville Pays
E mail
Signature



Signature organisations
Nom de l’organisation
Contact (Nom, Prénom)
Adresse
Ville Pays
E mail
Signature





1 - Italie, loi 12 octobre 1993, N° 413, relative à l'objection de conscience pour les étudiants, enseignants et chercheurs concernant l’expérimentation animale
- Allemagne, article 20a intégrant le respect des animaux dans la constitution,("Protection des fondements naturels de la vie et des animaux") Loi fondamentale pour la République fédérale d’Allemagne du 23 mai 1949, amendée par la loi du 26 juillet 2002.
- Autriche, loi sur la protection des animaux adoptée le 27 mai 2004, entrée en vigueur en janvier 2005
- Angleterre, Hunting Act décrétant la suppression de la chasse à courre, entré en vigueur le 18 février 2005

2 Sondages
- un sondage C.S.A. effectué pour la S.P.A. et publié en juin 2001, fait apparaître que 45 % des Français pensent qu'il est nécessaire de créer un secrétariat d'état à la protection animale. Comme le notait Alain Cayrol, directeur de l'institut C.S.A. aux premières Assises de la Protection animale en juin 2001, "ceci prouve l'importance de ce thème pour une grande partie de la population".
- un sondage B.V.A. pour 30 Millions d'Amis publié en avril 2002, où l'on voit que 37 % des Français déterminent leur vote électoral en fonction de l'action des candidats en faveur des animaux
- un sondage IPSOS/association One Voice de février 2003 montre que 64 % des Français sont défavorables à l'expérimentation animale, pour 84% toute expérimentation engendrant la souffrance d'un animal devrait même être interdite.
- selon un sondage SOFRES/Fondation Weber (Suisse) portant sur la corrida et effectué au niveau international en octobre 2003, une majorité d’européens y sont opposés : 73 % des Français, 49 % des Espagnols (38 % pour), 57 % des Portugais, 93 % des Allemands, 81 % des Belges .








Voir les commentaires

La honte! les animaux sont encore des meubles.

10 Mai 2005, 22:00pm

Publié par benchetrit

Un rapport préconise un régime juridique pour l'animal

AP | 10.05.05 | 20:10


PARIS (AP) -- Un rapport remis mardi au ministre de la Justice Dominique Perben préconise la création d'un régime juridique pour les animaux, les assimilant soit à une personnalité juridique soit à un bien protégé et non plus à un bien meuble.
Actuellement, «le régime juridique de l'animal est celui d'un bien meuble», note le rapport de Suzanne Antoine, magistrate à la retraite et trésorière de la Ligue française des droits de l'animal.
Les textes actuels opèrent une distinction entre animal sauvage et animal domestique. Les textes concernant les premiers sont régis par le Code de l'environnement, tandis que tout ce qui concerne les seconds est intégré dans le Code rural.
«Il nous est apparu nécessaire d'avoir une définition précise de l'animal dans le code civil, ce qui n'est pas le cas actuellement, pour avoir une base juridique dans le but de développer une politique de protection», a déclaré mardi le ministre de la Justice Dominique Perben.
Mme Antoine avance deux propositions pour réformer le Code civil. La première consiste à distinguer les animaux des biens, précisant qu'ils «sont des êtres vivants doués de sensibilité» et qu»'en toute circonstances, ils doivent bénéficier de conditions conformes aux impératifs biologiques de leur espèce et assurant leur bien-être».
La seconde proposition consiste à créer dans le code civil une troisième catégorie de biens après celle des meubles et des immeubles, celle des animaux, assimilés à des «biens protégés».
«Ce qui est important d'avoir en tête quand on parle du régime juridique des animaux, c'est que ce sont des millions et des millions d'êtres vivants qui accompagnent l'homme dans sa vie, en particulier les hommes et les femmes parfois les plus fragiles, les plus sensibles et les plus seuls», a estimé le ministre de la Justice.
La Fondation Brigitte Bardot «se réjouit» de ce projet de réforme du statut de l'animal. «Le code civil sera enfin en harmonie avec les avancées du code pénal et du code rural».

 

Vous voyez ici comment la civilisation, par ses textes de loi mais aussi par leurs dérogations innombrables en ce qui concerne la protection des animaux, loin d'être selon l'expression consacrée "le dernier rempart contre la barbarie" est ce qui la permet. 

Voir les commentaires