Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Articles avec #savoir dire non.

Elections presidentielles 2017. Pour qui voter et surtout pour qui ne pas voter.

6 Avril 2017, 18:33pm

Publié par Jo Benchetrit

Quand on regarde les choses par un seul bout de lorgnette, celui des animaux, on doit IMPERATIVEMENT eliminer Fillon et Macron.
Autant le dire de suite, nobody is perfect sur ce plan, et pour cause que l'être pour les animaux ce serait s'opposer à bien du monde. Déjà, les paysans, ça fait une masse.

Mais Melenchon le fait, et on voit bien qu'il est sincere sur ce plan.

J'ai des raisons d'hesiter comme son admiration effrayante pour Castro et Chavez, l'antisionisme  bêta et dangereux  de tous les extremistes de gauche qui me feraient reculer, mais les animaux c'est encore plus important. Ben oui. ce n'est pas par sentimentalisme mais par souci d'ameliorer le genre humain. Avoir un president qui peut ebranler les convictions humanistes, et donc kamikazes, ce serait un espoir pour la vie.

Aussi suivez mon regard et voyez par vous-même cette video :

Voir les commentaires

Le Crapaud de Victor Hugo: une poèsie à réveiller votre réelle humanité.

14 Mars 2017, 10:22am

Publié par Jo Benchetrit

"La bonté (...)Instinct qui, dans la nuit et dans la souffrance, aime"

V.Hugo, Le crapaud

« La beauté des laids se voit sans délai... »  Serge Gainsbourg

« La beauté des laids se voit sans délai... » Serge Gainsbourg


 

 

 
http://www.grande-caricaie.ch/spip/IMG/jpg/crapaud-3.jpg
Il est mignon, en fait.

 

 

 

Ce poème, Le Crapaud, c'est:  « Le laid n’est pas celui qu’on pense », , "La bonté animale ",  "De l'âme de l'âne", "Comment-l'homme-est-inférieur-aux-bêtes-car-bien-plus bestial." On n'imagine pas, du haut de notre narcissisme aveuglant,  combien d'animaux, comme les rats, par exemple, sont comme l'âne que V.Hugo décrit, prêts à se sacrifier pour un autre, par compassion!

 

Il est des soirs où, meurtri par les aléas  de la vie, vous seriez prêt à vous attendrir sur votre sort. Tout se ligue contre vous: c'est la télé qui ne marche pas alors que vous voudriez oublier vos soucis, c'est le téléphone  en panne car avec internet tout bloque a la fois...c'est la difficulté de  panser vos blessures dans votre solitude existentielle banale et moderne.
 Vous vous sentez aux yeux des autres crapaud et âne réunis, alors que vous êtes à vos yeux blanche colombe…Comme le pigeon innocent, comme le rat, comme le ragondin, le renard...et tant d'autres animaux, vous vous sentez chargé de mille accusations, une bête jetée là, un être injustement persécuté, asphyxié, détesté, torturé par les affreux humains...

Lisez ce poème …et voici le monde qui s'éclaire. Mais cette lumière est noire, car les humains dont vous êtes y sont montrés pour ce qu'ils sont et non pas pour ce qu'ils croient être.

L'homme n'est pas humain, lui. Il suffit de connaitre ses exploits envers les animaux, en permanence et parfois envers sa propre espèce, pour savoir qu'il est tout sauf blanche colombe, crapaud céleste persécuté, âne sauveur et délicat sous les coups de la brute qui le suppliciera jusqu'à la mort comme tant d'ânes réduits à l'esclavage le plus impitoyable, n'est-ce pas? Intuition incroyable de la langue, l'âme est à l'origine du mot animal, origine si proche qu'il n'y a qu'une lettre qui les sépare depuis sa racine latine, anima.


 Et là, vous apprenez de Victor Hugo que le crapaud est plus pur que nous car ses yeux regardent vers le ciel et l’homme vers la boue. Que l'âne est un martyr ensanglanté,  la bonté incarnée suppliciée.

Même si le langage de Hugo dans cette poésie sombre, insoutenable, relaie les préjugés sur les crapauds dits laids, plane l'idée que l'âme laide est celle des hommes, en particulier celle des enfants sadiques et encouragés par des adultes encore bien pire puisque ne montrant pas aux enfants où est le bien, où est le mal. L'âme, l'âmorale,  c'est bien plus important que l'apparence auquel les humains s'attachent pour juger les autres avec un affligeant manque de jugeote.

Homme, ne vois tu pas que tu es comme un bulldozer au milieu de personnes delicates et exceptionnelles qui t' "observent avec un regard  familier. "?Baudelaire.

Et les hommes écrasent,  torturent,   ne savent rien de ce qu'ils font et sont. Mais à quoi  sert donc  leur intelligence légendaire?

Homme, c'est l'heure de te réveiller. Tu as transformé le rêve de la vie en cauchemar hanté de fantômes. Que ce soit Dieu ou Nature qui a créé tout ça ne change pas ce triste constat sur toi.

Lis ce poeme d'une humanité animée, c'est à dire transcendée par une âme que j'ose dire ainsi: aussi belle que celle des bêtes.

Absorbe le avec lenteur, ne le gâche pas de notre hâte actuelle. Nourris toi de sa haute pensée. Oublie qui tu es devenu, homme...et reserve ta haine à ta haine, ton mepris à ton mépris. Accepte la bonté qui coule dans tes veines et que tu as éteinte.

 


 Lis ce que tu lis et sois.
 Cette méditation sur la condition humaine est ce que l'on peut appeler médiation entre nous, prisonniers de la boue de nos pulsions cruelles et destructrices, de notre pulsion de mort, et la beauté du monde innocent.

On dit pourtant: la nature est cruelle. Et il est vrai que la mort de certains est nécessaire pour que les carnivores survivent. Mais la cruauté, c'est une intentionnalité. Or là, c'est sans désir de nuire. C'est juste ainsi, parce que le destin les a fait naitre carnivore ou proie...Mais la vraie cruauté c'est la gratuite, juste pour le plaisir, celle de l'homme.

Vous dites? Et le chat?

Oui, le chat, en effet. Mais le chat n'est pas l'exception de la nature car c'est un animal domestique donc comme l'homme, dénaturé. Sa cruauté n'est pas du sadisme mais un jeu. Le chat domestique reste un enfant toute sa vie. Il est fixé au stade du petit félin qui apprend à chasser par le jeu et c'est pourquoi il ramène ses proies à ses parents!

La domestication fait en sorte qu'il ne sache pas passer au stade de l'adulte indépendant.

 

  Quand on pense combien  Victor Hugo a dit de belles choses, et si justes, sur les animaux qui subissent notre espèce dégénérée, on se demande bien pourquoi on ne le connaît pas plus sous cet angle, ressassant les Misérables, texte humaniste sur la lutte entre bonté et laideur du monde humain, mais farouchement anthropocentriste.

 

Ce sublime poéme,  le crapaud, de Victor Hugo cet humain au sens propre, dit combien l'espèce humaine  est horrible en toute innocence, du vieux prêtre  à la belle femme, en passant par de joyeuses têtes blondes.

 

En particulier ceci:

 

 

 

Le baudet qui, rentrant le soir, surchargé, las,
Mourant, sentant saigner ses pauvres sabots plats,
Fait quelques pas de plus, s'écarte et se dérange
Pour ne pas écraser un crapaud dans la fange,
Cet âne abject, souillé, meurtri sous le bâton,
Est plus saint que Socrate et plus grand que Platon.
Tu cherches, philosophe ? Ô penseur, tu médites ?
Veux-tu trouver le vrai sous nos brumes maudites ?
Crois, pleure, abîme-toi dans l'insondable amour !
Quiconque est bon voit clair dans l'obscur carrefour ;
Quiconque est bon habite un coin du ciel. Ô sage,
La bonté, qui du monde éclaire le visage,
La bonté, ce regard du matin ingénu,
 La bonté, pur rayon qui chauffe l'inconnu,
Instinct qui, dans la nuit et dans la souffrance, aime,
Est le trait d'union ineffable et suprême
Qui joint, dans l'ombre, hélas ! si lugubre souvent,
Le grand innocent, l'âne, à Dieu le grand savant.

===============================

Et bientôt,  le poème complet.

 Lisez le. C'est long, un peu dur, mais tout y est à déchiffrer, à infuser en vous, âme endormie...De ce réveil, vous ne  sortirez pas indemne, et sans doute serez-vous meilleur.


In extenso :

 

 

Le crapaud

Que savons-nous ? qui donc connaît le fond des choses ?
Le couchant rayonnait dans les nuages roses ;
C'était la fin d'un jour d'orage, et l'occident
Changeait l'ondée en flamme en son brasier ardent ;
Près d'une ornière, au bord d'une flaque de pluie,
Un crapaud regardait le ciel, bête éblouie ;
Grave, il songeait ; l'horreur contemplait la splendeur.
(Oh ! pourquoi la souffrance et pourquoi la laideur ?
Hélas ! le bas-empire est couvert d'Augustules,
Les Césars de forfaits, les crapauds de pustules,
Comme le pré de fleurs et le ciel de soleils !)
Les feuilles s'empourpraient dans les arbres vermeils ;
L'eau miroitait, mêlée à l'herbe, dans l'ornière ;
Le soir se déployait ainsi qu'une bannière ;
L'oiseau baissait la voix dans le jour affaibli ;
Tout s'apaisait, dans l'air, sur l'onde ; et, plein d'oubli,
Le crapaud, sans effroi, sans honte, sans colère,
Doux, regardait la grande auréole solaire ;
Peut-être le maudit se sentait-il béni,
Pas de bête qui n'ait un reflet d'infini ;
Pas de prunelle abjecte et vile que ne touche
L'éclair d'en haut, parfois tendre et parfois farouche ;
Pas de monstre chétif, louche, impur, chassieux,
Qui n'ait l'immensité des astres dans les yeux.
Un homme qui passait vit la hideuse bête,
Et, frémissant, lui mit son talon sur la tête ;
C'était un prêtre ayant un livre qu'il lisait ;
Puis une femme, avec une fleur au corset,
Vint et lui creva l'œil du bout de son ombrelle ;
Et le prêtre était vieux, et la femme était belle.
Vinrent quatre écoliers, sereins comme le ciel.
– J'étais enfant, j'étais petit, j'étais cruel ; –
Tout homme sur la terre, où l'âme erre asservie,
Peut commencer ainsi le récit de sa vie.
On a le jeu, l'ivresse et l'aube dans les yeux,
On a sa mère, on est des écoliers joyeux,
De petits hommes gais, respirant l'atmosphère
À pleins poumons, aimés, libres, contents ; que faire
Sinon de torturer quelque être malheureux ?
Le crapaud se traînait au fond du chemin creux.
C'était l'heure où des champs les profondeurs s'azurent ;
Fauve, il cherchait la nuit ; les enfants l'aperçurent
Et crièrent : « Tuons ce vilain animal,
Et, puisqu'il est si laid, faisons-lui bien du mal ! »
Et chacun d'eux, riant, – l'enfant rit quand il tue, –
Se mit à le piquer d'une branche pointue,
Élargissant le trou de l'œil crevé, blessant
Les blessures, ravis, applaudis du passant ;
Car les passants riaient ; et l'ombre sépulcrale
Couvrait ce noir martyr qui n'a pas même un râle,
Et le sang, sang affreux, de toutes parts coulait
Sur ce pauvre être ayant pour crime d'être laid ;
Il fuyait ; il avait une patte arrachée ;
Un enfant le frappait d'une pelle ébréchée ;
Et chaque coup faisait écumer ce proscrit
Qui, même quand le jour sur sa tête sourit,
Même sous le grand ciel, rampe au fond d'une cave ;
Et les enfants disaient : « Est-il méchant ! il bave ! »
Son front saignait ; son œil pendait ; dans le genêt
Et la ronce, effroyable à voir, il cheminait ;
On eût dit qu'il sortait de quelque affreuse serre ;
Oh ! la sombre action, empirer la misère !
Ajouter de l'horreur à la difformité !
Disloqué, de cailloux en cailloux cahoté,
Il respirait toujours ; sans abri, sans asile,
Il rampait ; on eût dit que la mort, difficile,
Le trouvait si hideux qu'elle le refusait ;
Les enfants le voulaient saisir dans un lacet,
Mais il leur échappa, glissant le long des haies ;
L'ornière était béante, il y traîna ses plaies
Et s'y plongea, sanglant, brisé, le crâne ouvert,
Sentant quelque fraîcheur dans ce cloaque vert,
Lavant la cruauté de l'homme en cette boue ;
Et les enfants, avec le printemps sur la joue,
Blonds, charmants, ne s'étaient jamais tant divertis ;
Tous parlaient à la fois et les grands aux petits
Criaient : «Viens voir! dis donc, Adolphe, dis donc, Pierre,
Allons pour l'achever prendre une grosse pierre ! »
Tous ensemble, sur l'être au hasard exécré,
Ils fixaient leurs regards, et le désespéré
Regardait s'incliner sur lui ces fronts horribles.
– Hélas ! ayons des buts, mais n'ayons pas de cibles ;
Quand nous visons un point de l'horizon humain,
Ayons la vie, et non la mort, dans notre main. –
Tous les yeux poursuivaient le crapaud dans la vase ;
C'était de la fureur et c'était de l'extase ;
Un des enfants revint, apportant un pavé,
Pesant, mais pour le mal aisément soulevé,
Et dit : « Nous allons voir comment cela va faire. »
Or, en ce même instant, juste à ce point de terre,
Le hasard amenait un chariot très lourd
Traîné par un vieux âne éclopé, maigre et sourd ;
Cet âne harassé, boiteux et lamentable,
Après un jour de marche approchait de l'étable ;
Il roulait la charrette et portait un panier ;
Chaque pas qu'il faisait semblait l'avant-dernier ;
Cette bête marchait, battue, exténuée ;
Les coups l'enveloppaient ainsi qu'une nuée ;
Il avait dans ses yeux voilés d'une vapeur
Cette stupidité qui peut-être est stupeur ;
Et l'ornière était creuse, et si pleine de boue
Et d'un versant si dur que chaque tour de roue
Était comme un lugubre et rauque arrachement ;
Et l'âne allait geignant et l'ânier blasphémant ;
La route descendait et poussait la bourrique ;
L'âne songeait, passif, sous le fouet, sous la trique,
Dans une profondeur où l'homme ne va pas.

Les enfants entendant cette roue et ce pas,
Se tournèrent bruyants et virent la charrette :
« Ne mets pas le pavé sur le crapaud. Arrête ! »
Crièrent-ils. « Vois-tu, la voiture descend
Et va passer dessus, c'est bien plus amusant. »

Tous regardaient. Soudain, avançant dans l'ornière
Où le monstre attendait sa torture dernière,
L'âne vit le crapaud, et, triste, – hélas ! penché
Sur un plus triste, – lourd, rompu, morne, écorché,
Il sembla le flairer avec sa tête basse ;
Ce forçat, ce damné, ce patient, fit grâce ;
Il rassembla sa force éteinte, et, roidissant
Sa chaîne et son licou sur ses muscles en sang,
Résistant à l'ânier qui lui criait : Avance !
Maîtrisant du fardeau l'affreuse connivence,
Avec sa lassitude acceptant le combat,
Tirant le chariot et soulevant le bât,
Hagard, il détourna la roue inexorable,
Laissant derrière lui vivre ce misérable ;
Puis, sous un coup de fouet, il reprit son chemin.

Alors, lâchant la pierre échappée à sa main,
Un des enfants – celui qui conte cette histoire, –
Sous la voûte infinie à la fois bleue et noire,
Entendit une voix qui lui disait : Sois bon !

Bonté de l'idiot ! diamant du charbon !
Sainte énigme ! lumière auguste des ténèbres !
Les célestes n'ont rien de plus que les funèbres
Si les funèbres, groupe aveugle et châtié,
Songent, et, n'ayant pas la joie, ont la pitié.
Ô spectacle sacré ! l'ombre secourant l'ombre,
L'âme obscure venant en aide à l'âme sombre,
Le stupide, attendri, sur l'affreux se penchant,
Le damné bon faisant rêver l'élu méchant !
L'animal avançant lorsque l'homme recule !
Dans la sérénité du pâle crépuscule,
La brute par moments pense et sent qu'elle est sœur
De la mystérieuse et profonde douceur ;
Il suffit qu'un éclair de grâce brille en elle
Pour qu'elle soit égale à l'étoile éternelle ;
Le baudet qui, rentrant le soir, surchargé, las,
Mourant, sentant saigner ses pauvres sabots plats,
Fait quelques pas de plus, s'écarte et se dérange
Pour ne pas écraser un crapaud dans la fange,
Cet âne abject, souillé, meurtri sous le bâton,
Est plus saint que Socrate et plus grand que Platon.
Tu cherches, philosophe ? Ô penseur, tu médites ?
Veux-tu trouver le vrai sous nos brumes maudites ?
Crois, pleure, abîme-toi dans l'insondable amour !
Quiconque est bon voit clair dans l'obscur carrefour ;
Quiconque est bon habite un coin du ciel. Ô sage,
La bonté, qui du monde éclaire le visage,
La bonté, ce regard du matin ingénu,
La bonté, pur rayon qui chauffe l'inconnu,
Instinct qui, dans la nuit et dans la souffrance, aime,
Est le trait d'union ineffable et suprême
Qui joint, dans l'ombre, hélas ! si lugubre souvent,
Le grand ignorant, l'âne, à Dieu le grand savant.

 

 

 

==============

Je retiens particulièrement ceci, l'éloge de ce sentiment, de ce trait de caractère si  peu fréquent et parfois moqué, la bonté, dont certains ont même honte.

"La bonté (...)Instinct qui, dans la nuit et dans la souffrance, aime,
Est le trait d'union ineffable et suprême
Qui joint, dans l'ombre, hélas ! si lugubre souvent,

Le grand ignorant, l'âne, à Dieu le grand savant."

"La bonté (...)Instinct qui, dans la nuit et dans la souffrance, aime", c'est ce que le Dr Salines dirigeant de l'hygiène de Paris et de l'extermination des rats parisiens appelle avec mépris et méprise: "les nourrisseurs compulsifs".

 

Oui, vous avez bien lu sa conclusion grandiose que devraient  lire les tueurs deratiseurs  ou destructeurs d'autres especes, sous ordre des maires  et leurs hommes de peine,  responsables de l'Hygiene des villes, organisent le grand holocauste des animaux  en disant: je n'y peux rien, j'obeis aux ordres alors que les ordres viennent aussi d'eux!

Et le pouvoir de dire non?

La nature que l'on emplit de  poisons et de  destructivité, aucune science mieux que celle de ton âme ne pourra te permettre de la connaitre et de la laisser être sans ton intervention, sans ta "gestion". Que gères tu, prétentieux?   Et comment? En massacrant?

 

 

Court extrait:

Le crapaud commun, un batracien utile dans le jardin

 

Ponte"Le printemps approche, lentement mais sûrement, et, pour certains, il est pour demain, après-demain; seules la température, l'humidité et la luminosité déclencheront le réveil après 3 à 4 mois de repos hivernal du "monstre" le plus répugnant, le plus empreint de croyances populaires et toujours associé à la sorcellerie: j'ai nommé le crapaud commun, Bufo bufo bufo.

 

Mais, car il y un MAIS, saviez-vous que cet hôte de la terre, des forêts, des jardins, des marécages, des fossés, des étangs, de la plaine comme de la montagne, de la ville (on le trouve dans certains parcs de Genève) comme de la campagne, est tout ce qu'il y a de plus utile pour la protection de vos salades? Allons bon, l'auteur délire; et bien non, car ce "résidu d'extrait d'élixir peu ragoûtant que tout le monde vénère..." joue un rôle capital dans la destruction, la régulation d'invertébrés de toute sorte tels les vers de terre, les limaces, les chenilles, les coléoptères, les fourmis et j'en passe et des meilleurs dont vous ne pourriez imaginer l'existence."

 

(........)Rappel

 

"La manipulation de l'animal est sans danger pour l'homme. D'autre part l'ensemble des batraciens et reptiles de France sont strictement protégés, ainsi que leurs biotopes. Les prélévements dans la nature sont interdits."

Voir les commentaires

Ne plus payer pour les éleveurs. Pétition.Impôts à la carte. Salon de l'agriculture=salon du crime organisé avec nos deniers..

26 Février 2017, 17:54pm

Publié par Jo Benchetrit

Au secours dit le petit cochon! Mais qui l'entend? Lui, cette intelligence bafouée, cette sensibilité ignorée, exposé  comme une curiosité au Salon de la beaufitude dite agriculture, sera caressé, epuisé par le bruit, la poussiere, la chaleur du salon stressant pour eux,  et samere mangée devant lui, avant d'être tué  à son tour.

Au secours dit le petit cochon! Mais qui l'entend? Lui, cette intelligence bafouée, cette sensibilité ignorée, exposé comme une curiosité au Salon de la beaufitude dite agriculture, sera caressé, epuisé par le bruit, la poussiere, la chaleur du salon stressant pour eux, et samere mangée devant lui, avant d'être tué à son tour.

A l'heure où on sait de plus en plus l'horreur des élevages, où on dévoile le scandale des abattoirs, les pleurnicheries chroniques des éleveurs sont insupportables. Et on leur promet encore des millions d'euros et ils se disent encore abandonnés...Cycle infernal du bébé qui chiale jusqu'à ce que sa mère cède à son vampire.
Qui n'a jamais rêvé de payer ses impôts en direction de ce auquel il croit et de supprimer ses subsides s'il les juge mal utilisés?

On peut être d'accord sur quelques points où chacun a interêt à ce que ça marche bien, et qui ne seraient pas facultatifs, comme l'état des routes, l'education, les fonctionnaires, les hopitaux... Là, tout le monde paierait.

Pourquoi l'education? Même si on n a pas d'enfants en âge scolaire, on a besoin d'une jeunesse informée et desireuse de savoir. L'ignorance donne parfois le goût pour les croyances, des ados et adultes  mal dans leur peau,  de possibles proies des sectes comme  DAECH...

Les routes, ça va sans dire qu'on les prefere en bon état. La fonction publique dont est l'hopital merite beuacoup  plus d'investissement car en ce moment, sortir vivant d'un hopital est ...une chance! En sortir gueri, un miracle.  Pas aggravé, un heureux hasard. Mais si on est soucieux d'une ethique humaine au sens noble du terme envers les animaux, si de surcroit on est vegan, on n'aime pas, mais alors pas du tout, payer pour les torturer, ce sujet là ne peut que diviser.
 

Les animaux esclaves, reduits à pire que des objets, des etres dont on ne prend aucun soin, ça, les vegans n'en veulent plus. Enrichir les eleveurs- tortionnaires gaveurs mués pour la grippe aviaire en massacreurs  de canards, pour tout etre sensible,  c'est révoltant  et honteux. Qu'ils couvrent la souffrance animale de leurs victimes par le bruit obscene de leurs sanglots ne change  rien à l'immoralité de nos généreux subsides.

Cette façon de faire avec l'argent des impots est très discutable et il viole nos consciences.

Aussi, d'abord, on voudrait qu'un des droits de l'homme,celui à objection de conscience, soit revendiqué et respecté.
 

Texte de ma petition: Monsieur le President, Monsieur le ministre de l'economie, Monsieur le ministre de l'agriculture et de la pêche, messieurs les parlementaires,

Petition ecrite sous le coup de la colere devant la banalisation de la souffrance animale du salon de l'agriculture et dela beaufitude epanouie. Ma photo est celle du tapis emmenant les petits poussins mâles à la mort par la broyeuse. Tout cela est intolerable.

Voici notre demande: un paiement à la carte de nos impôts. A nous de choisir où va notre argent.

Nous refusons d'être des commanditaires de  LA CRUAUTÉ DE L'ELEVAGE. Nous ne consommons pas  de produits  animaux. Les citoyens responsables ne veulent plus être complices d'atrocités avec leurs impôts.

Il suffit de visiter un elevage, de regarder dans un camion betaillere, de filmer en douce dans un abattoir, pour voir que la loi qui protège les animaux y est bafouée de maniere éhontée comme partout!
De la conception ( conception sans plaisir par insémination en violant les femelles)à la mort en passant des etapes toutes aussi révulsantes les unes que les autres,la vie des animaux d'elevage est un supplice de A à Z. Nul ne maltraite autant ses objets que les éleveurs leurs bêtes, et ceux qui les transportent et ceux qui les  tuent.
La plupart du temps et pour la majorité d'entre eux, le seul répit dans leur terrible parcours de vie, c'est quand ils sont morts.

Les abatteurs ont même besoin de psychologue tant ils ont honte que ce qu'ils font soit montré au grand jour grâce à des cameras cachées. La honte, pas le sentiment de culpabilité des veritables civilisés repentis.


L’élevage est cruel pour les animaux, et d’après eux, pour les hommes qui s'occupent de ce secteur. Les éleveurs se plaignent tout le temps, soit en pleurant, soit en cassant.

Pourtant...

Chacun sait que des milliards d'Euros sont deversés sur ce secteur, y compris depuis l'Europe qui se saigne pour "l'agritorture"  au service de la FAMEUSE gastroignominie française, le sadique foie gras en tête et les les indecents pleureurs qui gavent et massacrent les oies et canards ne sont pas privés de nos subsides.

De plus les politiques font la queue pour se faire voir au Salon de l'agriculture, le president de la republique y est allé très tôt le matin du 1° jour.

Les politiques vont caresser selon l'expression consacrée le cul des vaches stressées et parfois mourantes du bruyant et terrorisant salon de l'agriculture inadapté aux animaux de ferme, mais en realité c'est plutôt des visites leche-cul des éleveurs/electeurs.

Nos quémandeurs chroniques comme dans le sketch de Fernand Raynaud : "ça eut payé mais ça paie plus", nos quémandeurs donc, sont si malheureux de leur métier qu'on se demande pourquoi ils le font.

On a voulu enlever du code civil la mention animaux= biens meubles.

Progrès , mais les animaux ne sont pas mieux traités qu'avant. C'est à dire comme moins que des biens!

En effet, on parle de réification mais  qui aurait l'idée de traiter ses objets avec la violence qu'on voit dans les élevages, transports et abattoirs ?

L’élevage a tout contre lui. Il nous prive de dignité humaine. Puis de l’oxygène de la foret amazonienne qu'on rase pour planter le soja transgenique qui nourrit les animaux du monde entier.

De plus, il est la 1° cause du rechauffement climatique devant les transports!!! Il est inutile et même nocif pour notre santé, il affame et désertifie les pays pauvres, pollue les terres et les nappes phréatiques. Les algues vertes toxiques rendent nos bords de mer dangereux...Et la moitié des animaux morts dans les elevages ou tués pour rien est jetée après des souffrances inimaginables. C'est dans le rapport aux animaux que se lit le mieux la folie humaine.

La psychanalyse à laquelle je suis formée nous revele que nous payons nos dettes et les dettes de nos ancetres par du symptôme psychique. La dette contractée auprès des autres vivants sensibles que nous traitons avec cruauté est immense.
Alors, messieurs les responsables de la France,  DROIT À OBJECTION DE CONSCIENCE!

Voir les commentaires

Une video camera cachée dévoile le véritable scandale du Téléthon. Téléhonte. la torture derrière les bonnes intentions.

2 Décembre 2016, 07:52am

Publié par Jo Benchetrit

Que ceux qui donnent encore regardent. 2 mn pénibles c'est rien par rapport aux années de souffrance imposée par VOUS. Alors,si vous avez un peu de sens de responsabilité n'hesitez pas à vous sacrifier de 2 mn. Vous en sortirez plus intelligents.

Vous donnez au Téléthon, anagramme de télé honte?que celui qui n'a jamais donné un rond à la torture vous  jette la 1° pierre.
Helas, on donne tous par l'intermediaire de nos impôts, dejà.
Mais y aller volontairement et se croire bon , en prime, est assez curieux aux yeux du civilisé lucide.

Je ne me fais aucune illusion sur notre espece. Mais bon, je vous informe et si après vous continuez, vous grossissez la facture de l'humanité envers le vivant.

LA BARBARIE , QU'ELLE SOIT UTILE OU FUTILE, N'EST PAS PLUS ADMISSIBLE.

Les SS sont humains, Heil la science!

Le jour où les hommes ficheront enfin la paix aux animaux arrivera-t-il? Ou bien plutôt leur souffrance terrifiante des domestiques et sauvages et la disparition des animaux sauvages vont continuer jusqu'à ce que nous en crevions aussi?

D'un point de vue egoïste, on peut souhaiter que l'homme apprenne que la morale va avec la survie. Et d'un point de vue  altruiste, notre sortie du paysage est la seule issue, puisque les hommes ne veulent visiblement pas changer, la pulsion de mort etant la plus forte en l'absence de morale et de  loi réelle.

Voir les commentaires

La rupture à la lumiere de Lacan. Le mystere du rejet est dans l'ambiguité de cet etrange objet du desir, l'objet a, source d'ambivalence.

14 Août 2016, 16:41pm

Publié par Jo Benchetrit

"Je t'aime moi non plus . Et toi?" dit le 1°...Moi pareil!  repond l'Autre. Ambivalence "normale"?

"Je t'aime moi non plus . Et toi?" dit le 1°...Moi pareil! repond l'Autre. Ambivalence "normale"?

Il est un point etrange de la théorie lacanienne qui peut être le versant côté désir de l'ambivalence affective haine-amour, celui de l’objet a. "Cet obscur objet du desir" dit à juste titre le cinéaste Bunuel. Un aficionado qui devrait essayer de l’éclaircir, son desir monstrueux pour la torture tauromachique.
"L’objet perdu", "l'objet (dont la perte est cause)du désir", nommé par Lacan l'objet petit a, est paradoxalement aussi un déchet. C’est son autre face et ça vire du desir au dégoût relativement facilement, si le ciment de l'amour vient à manquer. oui, vous avez raison, ciment=si ment. L'amour est bâti sur un mensonge, un leurre, celui de croire retrouver en l'Autre cet objet perdu que nous recherchons.

Tant que le désir est là, avec l'amour de l'Autre, le partenaire amoureux n'est "pas assez" là, on en veut encore.
Tout va bien dans ce sentiment parfois pourtant très penible de manque qui a la couleur et la douleur de l'amour, ce doux leurre. Mais les choses peuvent changer, si l'autre vous déçoit au point de le désacraliser, donc de ne plus l'aimer.
Et du coup, on se sent déchu plus que déçu lorsque ce renversement arrive.

Déchu d’avoir désiré ce qui est à présent un déchet , un à jeter hors de sa vue pour se sentir vivre, soi, dans la dignité. C'est une phase où le ressentiment tue le sentiment. Il ne reste que le désir passé, cru, obscène.
L’objet de désir devient repoussoir, phobogène, indigne.
La nausée qui en naît est un sentiment hystérique face à la sexualité à l’état brut, débarrassé de son excuse, l'amour. Mais bcp d'autres peuvent s’en sentir submergés. Faut dire que l’hystérie n'est pas l'apanage des seuls hystériques!
Lacan dit que l’angoisse nait , non du manque comme on le croit, mais du TROP.

Lorsque l'Autre est de trop, que l'amour a déserté, on veut que l'autre disparaisse. Mais ce nest pas si simple de perdre quelqu'un et lorsqu'il est parti, le ressentiment s'estompe, et revient le manque, même si le désir en est absent, disons le manque de quelqu'un qu'au fond on aimait bien.

Faut essayer malgré tout de ne pas jouer au for-da avec les autres. tentation de prendre et jeter sans cesse chez certains qui ont régressé à ce stade où le trop et le pas assez sont très voisins.

En particulier, ce malaise dans le sentiment amoureux se repère dans la phobie. Vous savez, ces gens qui sont à la fois avides d’indépendance ET d’être soutenu par l'Autre pris, puis rejeté, sans que le sujet puisse contrôler cette angoisse d'être comblé.

Nous sommes des êtres compliqués, non? Entre douleur du manque et angoisse du trop...pas facile de faire stable.

Malheureusement, si l'autre est trop manquant ( à ses obligations éthiques envers quelqu'un qui l'aime), s'il ne voit son amour que comme un être non subjectif, son objet sous son contrôle, il doit s'attendre à être un jour lâché. Légitime défense contre la perversion abusive.

Voir les commentaires

Ecrire encore Contre le festival de Yulin. Tout est prêt, y a qu'à copier.

11 Juin 2015, 05:25am

Publié par Jo Benchetrit

Que celui qui s'ennuie avec tout ce qu'il y a à faire pour contrecarrer la fâcheuse tendance humaine à la pire des monstruosités sache que c'est un péché, une honte, une perte pour le monde!

Ce luxe de l'ennui, c'est un manque certain d' imagination.

Je vous remercie d'envoyer cette lettre adressée au président Xi Jinping à toutes les adresses. Il s'agit de médias internationaux et locaux comme la ville de Nanning (ville préfecture du Guangxi) de la province du Guangdong, du Guangzhou...

Il est IMPORTANT d'envoyer la lettre avec TOUS les liens pour que les médias se rendent compte de l'impact négatif que ce festival a dans le monde entier!

Il y a des retours à cause de boîtes pleines (Quota exceed). Je les ai laissées dans le cas où les boîtes se libéreraient.

Nous enverrons la lettre en deux fois.

Merci beaucoup pour les animaux de Yulin!

nina

 



 

​ Objet:​
中国的腐败〜你会帮助阻止它吗?


0033@cnr.cn; 12315@cntv.cn; 315@vip.cntv.cn;
774@xinhuanet.com; 777818com@gmail.com;
ab30@cctv.com; ad@bj.china.com; admin@winwill.com;
affairs@mail.cctv.com; alb@cri.com.cn;
bainiangesheng@vip.cntv.cn; baobei@vip.cntv.cn;
ben@cri.com.cn; bjjt@vip.163.com;
cartooncity@hahoo.cn; cctv12xlft12@sina.com;
cctv4@cctv.com; cctv4-city@cctv.com;
cctv4-guobao@cctv.com; cctv4-klhy@cctv.com;
cctv4zbzg@163.com; cctv7changjunge@sina.com;
cctv7cjzs@cntv.cn; cctv7jskj@vip.sina.com;
cctv7xiangtu@163.com; cctv7yangguang@sina.com;
cctv9xjz@sina.com; cctvbole@126.com;
cctvcgd12@126.com; cctvcomarabic@126.com;
CCTVdhdgj@126.com; CCTV-english@mail.cctv.com;
CCTV-financial@mail.cctv.com; cctvglobalwatch@gmail.com;
cctvgwx@vip.163.com; cctvgygg@vip.cntv.cn;
CCTV-integration@mail.cctv.com; cctvjyt@126.com;
CCTV-kids@mail.cctv.com; CCTV-movie@mail.cctv.com;
CCTV-news@mail.cctv.com; cctvnewsfeatures@gmail.com;
CCTV-opera@mail.cctv.com; CCTV-performance@mail.cctv.com;
CCTV-science@mail.cctv.com; cctvshzck@sina.com;
CCTV-sport@mail.cctv.com; cctvsummit@gmail.com;
CCTV-teleplay@mail.cctv.com; CCTV-west@mail.cctv.com;

cctvydcmtzb@163.com; chbcnet@sina.com;
chinanews@cctv.com; Chinesebridge@sharetv.com.cn;
cjm@btc.sh.cn; cntvjilupian@vip.cntv.cn;
crieng@cri.com.cn; crieng@mail.cri.cngb.com;
crieng@public.bta.net.cn; criita@vip.sina.com;
cripor@cri.com.cn; cze@cri.com.cn;
czhh1992@163.com; dangan10@sina.com;
DCJXS@mail.gov.cn; dck@vip.cntv.com;
dfdsgb@126.com; dongpa2000@163.com;
englishinfo@nanning.gov.cn; englishpd@163.com;
ercdfcx@163.com; ercmarketing@126.com;
espradio@cri.com.cn; flyever1983@163.com;
fm1054@sina.com; fm899@sina.cn;
francais@cctv.com; fzb@hz.gov.cn; gaj@hz.gov.cn;
ger@cri.com.cn; ghj@hz.gov.cn; gongyi@vip.cntv.cn;
gushiguangbo@163.com; gxdaxh@163.com;
gxfbs@gxi.gov.cn; gzw@hz.gov.cn;
hainan.klang@gmail.com; haisu429@163.com;
hausa@cri.com.cn; hct1376@126.com; hindi@cri.com.cn;
hn@timeson.com.cn; hnradio@163.com;
hongtao@cctv.com; huanqiulianxian@126.com;
hun@cri.com.cn;  hxzs@mail.radiohx.com;
hzwg@hz.gov.cn; indo@cri.com.cn; info@radioshanghai.com;
jchsh@cri.com.cn; jianbai@smg.sh.cn; jiankang@staff.cntv.cn;
jingji@cntv.cn; jlrs2013@sina.com; jobs@cctv.com;

jubao@12377.cn; jubao@china.com; jubao@cntv.cn;
junshijishi@sina.com; kazakh@vip.cntv.com;
kdy_tws@163.com; kdy-kjc@163.net;
kefu@cntv.cn; kf@china.com; kongjian@cctv.com;
kperron@hotmail.com; kyrgyzym@sina.com;
kzjyent@126.com; liuyang@staff.cntv.cn;
lvseshikong@126.com; meishushijiepindao@126.com;
mgradio@sina.com; mzzlbg@126.com; news@bj.china.com;
news@mail.cctv.com; noc@cntv.cn; pjinfo@jmpj.gov.cn;
russian@vip.cntv.cn; sebc@pub3.fz.fj.cn; sfb@hz.gov.cn;
shaoertai@vip.cntv.cn; shenzhujin@163.com;
shizhendema@vip.cntv.cn; singing1376@126.com;
sports_figure@cntv.cn; stb@hz.gov.cn;
tamil@cri.com.cn; tiyurenjian@126.com;
uyghur@vip.cntv.cn; vip@sinan.com;
wangdapeng@staff.cntv.cn; webmaster@bjradio.com.cn;
webmaster@mail.cctv.com; webmaster@radioshanghai.com;
wgrzzg@vip.cntv.cn; worldweekly@cctv.com;
wsb@hz.gov.cn; xgh@eastradio.com; xiqu@vip.cntv.cn;
xiaohua@stv.sh.cn; xingshuai@cri.cn; xtxd@vip.cntv.cn;
xinwendiaocha@vip.sina.com; xinwenzhoukan@vip.sohu.com;

 

亲爱的李克强总理:
 
如你所知,社会化媒体组#停止玉林2015的成员们包括我,好几个月 一直写信给你, 习主席和玉林市的几个部门
 ,恳求您干预以永久停止玉林狗肉节。我明白, 作为中国的领袖之一,领导们对与“肉用犬”有关系的话题很敏感。但是,作为一个担忧的世界公民,我要代表中国人民和他们世界各地的朋友,请你取消玉林节 日,以及它代表的公共关系的噩梦。希望你明白这不是关于动物权利,而 是关于中国的公共健康以及正在打破的中国法律。

我请求你干预的逻辑原因很简单。
        
节日是以腐败为基础,清除腐败一直是你在中国境内的一个工作重点。由 于中国没有任何肉狗饲养场,据广泛报道,几乎所有玉林节日吃的狗都是 偷来的心爱的家庭宠物。这难道不是腐败的一个明显的例子?偷别人的财 产不犯中国法律吗?

据第三章第五节,中国宪法第100条,它规定:
 
第一百条, 使用当地法律
直辖市334政府及其常委会省市的人民代表大会通过的地方性法规,它 不能违反宪法和法律,行政法规和规章,并此类地方性法规,必须在全国 人大常委会人民代表大会备案。

根据中国宪法,第2章,第39条:
 
第39条, 家不可侵犯
中国人民共和国公民的住宅不受侵犯。禁止非法搜查或者非法侵入公民的 住宅。

由于狗是从公民的住宅里被盗,并在玉林节日期间卖,玉林是不是违反第 三章第五节,中国宪法第100条?因为他们允许第39条被打破?这难 道不是使节日违宪?
 
在节日期间被宰杀的动物没有正确隔离,而根据农业部在2013年发行 的规定,检疫证书是必需的。一证书成本在200和300元之间,并且 仅适用于一只狗或猫,大量的动物证书费会很高昂。该屠宰场拒绝守法, 因为这将减少他们的盈利。正规的检疫证书将不会在节日期间交给政府官 员,这不意味着中国的刑事法律正在被打破?

等待这个节的将是一个公共健康的灾难。这些屠宰场的条件孕育高潜力的 狂犬病, 这些一直都有详细记载。是采取积极主动的而不是被动的方法来维护当地公共健康, 这是道德问题。明明可以避免的健康状况,却等到进一步爆发狂犬病时作 出反应,合乎什么逻辑?

也有说大批扑杀,以控制狂犬病的传播,显然这种做法是阻止不了狂犬病 侵扰到玉林市人的。
 
我敦促该部工作人员考虑以下两个关于的狂犬病链接。第一个是从世界卫 生组织( WHO),第二个是从美国国立国家健康医学研究院图书馆,设在国家生物技术信息中心的数据库,。

http://www.wpro.who.int/china/mediacentre/factsheets/rabies/en/
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4183421/
 
根据世界卫生组织, “目前大部分狂犬病病例报告在中国东南部。 ” (事实信息设在 “狂犬病在中国史节”第四部分)
 
根据美国国家卫生医学研究院图书馆,“自1996年以来的已经重新出 现的人类狂犬病主要发生在广西的农村地区”.玉林狗肉节在1990年 代后期已经开始。重新出现狂犬病直接关系到玉林狗肉节.
 
在过去的几年中,尽管政府声称他们没有认可,玉林节日还是发生。政府 可能是真的没有认可,但是政府的作用是保护其公民免受摄入污染的食 物。选择性执法,或强制决定不是为了中国公民的最大利益,特别是在玉 林。
 
整个中国宪法都提到公众健康得到保护,这一点在第三章第五节提到,以 下是从相关的自治区宪法的第107条部分:

107条, 权力
地方人民政府和县级以上,在其权限依照法律规定的范围内,开展有关经 济,教育,科学,文化行政工作,卫生,体育事业,城乡统筹发展,财 政,民政,公安,民族事务,司法行政,监察,计划生育等在各自的行政 区域内,发布决定和命令;任免行政工作人员,训练,考核,奖励或惩罚 他们。

玉林政府有权力和权威关闭这个节日,这是他们的责任,否则他们是违反 中国宪法的。但是仍然有报道说,屠宰场在夜间杀狗。这无疑是与腐败有 关。如果地方官员渎职,没有停止犯罪,那么这些官员应受到审查。

最后,附上超过35篇文章的链接. 这些文章从周一2015年6月1日开始出现在国际新闻媒体的。这应该说明国际对中国玉林狗肉节的认识不断增长, 以及玉林狗肉节产生的负面影响。为了保护人民和结束对人民的家庭宠物 的残暴行为,请考虑取消这个节日。
 
媒体文章链接表
https://docs.google.com/document/d/1GSmJ3Fop50f-aDepEsi4YDG1ZMszoxqtGewBkrxXyLM/edit

 李克强总理,请相信,我知道中国正面临着吃狗问题的不同观点. 我希望人们认识到,西方不是想介入中国公民自己的生活,但这样允许基于腐败的节日继续进行,会使中国公民的健康受到损害,中国刑法也正在被打破。
 
提供了这么多的证据,你不觉得是时候结束玉林狗肉节, 提醒玉林政府,根据中国宪法,他们有责任保护自己的公民?
 
真诚的,

Coordonnées

http://www.mirror.co.uk/news/world-news/slaughtered-pet-dogs-hanging-hooks-5815150
SHOCKING MEAT FESTIVAL!

HEALTH RISKS ASSOCIATED WITH THE CONSUMPTION OF DOG MEAT TRADE

Ref:

More medical warnings link dog meat to rabies:
http://www.animals24-7.org/2015/03/18/more-medical-warnings-link-dog-meat-to-rabies/

Epidemiological investigations of human rabies in China - The results showed 19,806 human rabies cases were reported in China from 1996 to 2008, with an average of 1,524 cases each year...
http://www.biomedcentral.com/1471-2334/9/210

https://youtu.be/TKOQIuHI3Eo

China dog meat festival sparks outrage everywhere in the world!

http://www.thepetitionsite.com/441/776/138/end-yulin-dog-meat-eating-festival/

https://www.change.org/p/mr-chen-wu-yulin-governor-please-shut-down-the-yulin-dog-meat-festival-in-guangxi-china

http://metro.co.uk/2015/06/01/shocking-photographs-show-the-horrific-reality-of-banned-cat-and-dog-meat-festival-in-china-5225145/
http://www.cctv-america.com/2015/02/10/protestors-hope-to-end-annual-dog-eating-festival-in-southern-chinese-city
http://www.causeribbon.com/ribbon/stop_yulin_2015
http://www.humanesociety.org/news/magazines/2015/01-02/surge-of-compassion-chinese-animal-activists-confront-dog-meat-trade.html
https://www.thedodo.com/china-yulin-dog-meat-trade-1113447741.html
http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Viande-de-chien-et-de-chat-Yulin-le-festival-de-la-barbarie-759642
Misleading advertisements of authorities
http://www.rai.tv/dl/RaiTV/programmi/media/ContentItem-762e768c-f5da-4807-8e5d-1550754304cb-tg2.html
http://www.huffingtonpost.com/janet-kinosian/gruesome-yulin-dog-festival-must-end-you-have-a-voice_b_7073662.html
http://edition.cnn.com/2014/06/22/world/asia/china-yulin-dog-meat-festival/
http://www.mirror.co.uk/news/world-news/slaughtered-pet-dogs-hanging-hooks-5815150
http://www.heraldlive.co.za/protests-dogs-china-skinned-alive-meat/
http://www.hindustantimes.com/world-news/chinese-food-festival-dogs-are-on-the-menu/article1-1354441.aspx
http://www.bestadsontv.com/ad/71503/CSAPA-China-Small-Animal-Protection-Association-Campaign-Against-Eating-Dog-Meat
http://www.ilmessaggero.it/PRIMOPIANO/ESTERI/cina_carne_cane_festival_yulin/notizie/1388662.shtml
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/asia/china/11645655/Chinas-annual-dog-meat-festival-under-growing-pressure-as-200000-sign-petition.html
http://www.tdg.ch/monde/haro-viande-chien-menu/story/10462453
http://www.mirror.co.uk/news/world-news/slaughtered-pet-dogs-hanging-hooks-5815150
http://www.nuvol.com/noticies/no-et-menjaras-el-gos/
http://www.abcnyheter.no/nyheter/2015/06/02/225322/dyrevernere-raser-mot-hundekjott-festival-i-kina
http://www.rainews.it/dl/rainews/articoli/StopYulin2015-la-battaglia-per-fermare-il-festival-cinese-dove-si-mangiano-i-cani-e5f45592-bb52-4e76-b984-0c623ece5476.html
https://laserenaonline.com/2015/06/%E2%80%AAchina%E2%80%AC-el-festival-de-carne-de-yulin-y-la-tristeza-de-sus-victimas-%E2%80%AA%E2%80%8Estopyulin2015%E2%80%AC/
http://www.consumeraffairs.com/news/chinese-dog-meat-festival-may-be-banned-or-not-060315.html
http://newsbeatsocial.com/watch/0_ppt35qtc
http://magazine.good.is/articles/stop-dog-eating-festival
http://tn.nova.cz/clanek/festival-hruzy-sni-se-pri-nem-tisice-psu-a-kocek-zrusit-ho-nechteji.html
http://www.tvn24.pl/wiadomosci-ze-swiata,2/stop-festiwalowi-psiego-miesa-w-yulin,549670.html
http://www.inews163.com/2015/06/03/foreign-media-foreign-friends-yulin-dog-festival-boycott-over-200000-the-number-of-participants-127797.html
http://dailycandidnews.com/prince-ferdinand-von-anhalt-reveals-his-fight-to-educate-the-public-about-the-atrocities-at-the-yulin-dog-meat-festival/
https://www.the-newshub.com/international/summer-solstice-is-coming-and-so-is-the-annual-yulin-dog-meat-eating-festival
http://world.einnews.com/article__detail/269661660?lcode=3uGspiZFt8f-4e_zd_UHvw%3D%3D
http://robertchaen.com/2015/06/06/11295/
http://www.aaj.tv/2015/06/a-dog-eats-dog-world-no-more/
http://www.ibtimes.co.uk/china-animal-welfare-campaign-against-yulin-dog-meat-festival-1505104

 

 

 

 

 

 

     
L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
www.avast.com

 

Voir les commentaires