Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Psychanalyse et animaux.

Pourquoi demain sera-t-il végétalien ou ne sera pas ?

10 Février 2006, 10:31am

Publié par Jo benchetrit

Pourquoi l'avenir des hommes nécessitera-t-il de devenir végétaliens?
Tout simplement   à cause de 2 types de pollution liés aux élevages:
1) la     physico-chimique: c'est facile à comprendre  :
a)l'élevage demande 3 fois plus d'eau que la culture maraîchère.
b)la terre s'empoisonne des dérivés nitrés qui viennent du lisier.
c) les gaz digestifs des centaines de milliards des ruminants élevés de par le monde concourent au réchauffement de la planète.
et je passe sur d'autres faits. Par exemple,   les terres des cultures de nourrissage volées aux forêts,entre autres, ne sont pas extensibles, contrairement à la population des hommes.
 
2) la pollution psychologique: le fait de vivre sur la misère et la souffrance des autres ne peut pas ne pas avoir des effets pernicieux sur les hommes.
C'est le fameux:"C'est en forgeant qu'on devient forgeron " qui fait que c'est en étant barbare avec les animaux qu'on le devient par essence et donc complètement...
Et qui nierait que la grande majorité des élevages est un défi aux lois de la nature, un mépris des besoins réels des animaux? Qui n'a pas vu ni sniffé un élevage de poulets ne peut pas savoir ce que c'est que le mal à l'état pur, le nôtre, crime que nous partageons en toute quiétude apparente, endormis par la banalité du mal propre à l'habitude.
Mais ne faut-il pas comprendre enfin que de telles choses nous empêchent de progresser sur le plan moral?
Peut-on être complice de crimes hodieux tout en devenant de plus en plus civilisé ? Ce me semble absurde, comme espoir.
C'est pourquoi je ne le crois pas du tout et la psychanalyse l'explique bien: on ne peut être à la fois en deçà  de la castration et au delà. On ne peut que faire "comme si" on y était, au delà, là où est la morale, ce qui est la formule de la perversion.
Mais   comment s'étonner que cette ligne soit franchie à l'envers, à la 1° occasion, et que l'homme se révèle avec son semblable, pour ce qu'il est en permanence avec les bêtes, à savoir un barbare?
 
 
On sait que les chiffres d'animaux tués pour notre "bouche" sont énormes; rien qu'en France 1 milliard et demi de ces malhuereux passent par an aux effroyables abattoirs, appelons un chat un chat, au bout d'un long périple terrifiant.
Le fait que la viande demande beaucoup plus d'eau, d'energie et de céréales que la nourriture végétarienne, ou mieux, végétalienne, dans un monde qui, demain devra faire face à une population qui en voudra autant que les pays développé révèle que l'élévage sera une solution caduque au problème de la nutrition humaine.
 
Or, par hasard, la santé publique est en danger:   Ces nourritures  ont toutes des effets pernicieux sur notre santé.
En quoi?
et bien, tout d'abord, la viande donne du mauvais cholestérol, celui qui bouche les artères et donc qui est à l'origine de nombreux problèmes cardiaques.
Mais aussi pour cella:
Le poisson et autres "fruits de la mer" est un filtre à mercure et autres produits qui polluent les mers et on sait que l' Arctique est pollué du fait que les oiseaux pêcheurs ramènent ces poissons sur la banquise et la terre.
L'augmentation des cancers ne serait-elle pas liée à ce genre de choses?
 
Et last but not least:les maladies iatrogènes qui frappent durement les patients dans les hôpitaux dénoncent une résistance aux antibiotiques. Pourquoi cela? est-ce parce que les 60 millions de français abusent d'antibiotiques pour se soigner comme on veut nous le faire croire?
Que nenni, pensez plutît aux tonnes d'antibiotiques déversés plus ou moins légalement dans les élevages pour arroser à titre préventif des milliards d'animaux dont les conditions de vie insoutenables font baisser les défenses immunitaires.
Il est evident qu'un poulet vendu 1 euro qui mbe malade, on le laisse mourir dans une poubelle, sous un tas de cadvres et d'autres agonisants, tous ensuite, morts ou vifs sont entérrés, broyés  ou incinérés.On ne va pas appeler un vétérinaire qui prendra 30 euros pour "ça", hein?
 
Mais pourquoi, alors, continuer à manger carné, ou encore des laitages?
Plusieurs réponses, mais l'une d'elle est mise en avant: 
on croit que c'est nécessaire à la vie.
Mais alors, comment font les millions de végétaliens et végétariens du monde dont on sait qu'ils ont moins de chance de tomber malade que les autres?
Pourquoi? Mais par la force des croyances, de l'habitude   d'une gastronomie ringarde et suicidaire...
Tant que l'homme acrébré par la banalité du mal n'est pas lui-même devant le gouffre,  il ne dévie pas.
Mais encore faudra-t-il qu'alors, il ne sera pas trop tard.
C'est pour cela qu'il faut y penser dès aujourd'hui.

Voir les commentaires

miam! Manger vegetarien et vegetalien c'est bon? Essayez, ça ne mange pas de pain!

9 Février 2006, 21:14pm

Publié par Jo benchetrit

Evitez le poids des remords...même inconscients, ça casse...et goûtez de delicieux petits plats sans tortures? celle-ci a été testée et est très bonne :

Nouilles aux champignons parfumés

 

1 sachet de 300g de nouilles chinoises
1 oignon haché
2cm de gingembre haché
huile d'arachide
1 poivron taillé en bâtonnets
100g de tofu coupé en bâtonnets
2 carottes coupées en biseau
1 poignée de champignons parfumés
sauce de soja foncée de bonne qualité
sel-poivre

Chauffer 1 litre d'eau dans une casserole et y faire bouillir les champignons parfumés pendant 12 minutes. Egoutter en conservant l'eau de cuisson.

Faire mariner le tofu dans de la sauce de soja foncée.

Porter une grande quantité d'eau salée à ébullition et y faire cuire les nouilles pendant 12 à 15 minutes, tout en les détachant au moyen d'un bâton de bois.

Chauffer de l'huile dans le wok et y faire revenir l'oignon et le gingembre. Ajouter le tofu et le faire dorer de tous côtés. Ajouter le reste des légumes (sauf les champignons) et les faire sauter pendant une dizaine de minutes. Ajouter les champignons, de la sauce de soja, du poivre et une partie de l'eau de cuisson des champignons et laisser cuire quelques instants de plus. Ajouter les nouilles égouttées dans le wok et mélanger intimement. Servir aussitôt, garni de ciboules hachées.

http://www.avea.net/cvg/

 

Une autre page au hasard pour vous mettre en appetit:

Pizza Calzone aux aubergines

 

250g de pâte à pain
1 aubergine coupée en petits dés
1 oignon émincé
1 gousse d’ail hachée
50g de tomates séchées
sel - poivre
origan
huile d’olive

Placer les dés d’aubergine dans une passoire, les saupoudrer de sel et laisser dégorger. Rissoler l’oignon et l’ail dans l’huile, leur ajouter l’aubergine (rincée), les tomates séchées coupées en lamelles, ainsi que les épices et laisser mijoter une vingtaine de minutes. Couper la pâte en deux portions et étendre chacune d’entre elles au rouleau en deux cercles. Placer la garniture sur une moitié et rabattre la pâte de manière à enfermer la garniture. Souder les bords par pression. Placer les pizzas sur un moule préalablement huilé et cuire 20 minutes à 235°.

 

Haut de la page     Pour imprimer cette recette
Accueil ] Recherche ] Top 10 des recettes ] Recette de la semaine ] Menus ] Cocktails dinatoires ] Livre d'or ] Boutique - Livres ] Liens préférés ] Comment imprimer les recettes ] Auteurs des recettes ]

 

Pour naviguer au hasard des recettes
Précédente Suivante
  

 

 
 Webmaster:  AVEA - Action Végétariste pour l'Egalité Animale
Dernière mise à jour: 24/10/2005

  

Moi, je donne mon conseil aubergine:

entière au micro-onde, d'abord...pendant 20 mn...selon la taille, surveiller qd même!

Et après oups! dans la pizza. Ya bon.

Voir les commentaires

vivisection dangereuse pour l'homme aussi?

9 Février 2006, 20:54pm

Publié par Jo benchetrit

n extrait de dial sur le sujet de l'antispécisme et de la vivisection:

http://antoine.comiti.free.fr/estivales/2003/Transcription.htm

Deuxièmement, tu dis que on a besoin de la vivisection animale pour faire des médicaments

[Antoine COMITI]

Je n'ai pas dit cela

[Dominique LABRO]

Enfin un petit peu…

[Diverses voix dans l'audience]

Non il n'a pas dit cela !

[Dominique LABRO]

Tu l'as dit "quelque fois…"

[Antoine COMITI]

Alors disons que je l'ai dit, mais que je ne l'ai pas pensé, alors ! En général, j'essaye pourtant de dire ce que je pense, et de penser ce que je dis !

[Dominique LABRO]

J'ai lu un livre qui était pas du tout contre la vivisection, et qui s'en fichait totalement de la souffrance animale et de la souffrance humaine, quelqu'un qui s'appelle 'Pignard' qui est professeur de psychotropes à Paris 8, et qui a [inaudible] dans des laboratoires pharmaceutiques, qui dit que depuis 20 ans, 30 ans il n'y a plus de médicaments nouveaux, et que les seuls qui ont été découverts au point de vue des psychotropes, c'est malheureusement, tristement mais enfin il faut le citer quand même, entre les années 40 et 70 où les chercheurs n'ont eu aucune prise de conscience, ils ont fait les essais sur les malades eux-mêmes, sur les patients, sans leur dire, et là ils ont quand même découvert quelques petites choses, mais quand ils ont essayé sur des animaux, rien du tout. Donc il faut savoir que en aucun cas, comme dit ProAnima, l'animal peut être un modèle pour l'homme et si on croit cela, je crois qu'on a pas beaucoup réfléchit. Et comme dit Science et Vie, il y a des médicaments qui tuent, les médicaments qui ne font rien, et les médicaments qui soignent. Quatrième cause de mort en France, il ne faut pas l'oublier.

************************
Les Cahiers antispécistes
Réflexion et action pour l'égalité animale 
Présentation

Le spécisme

Infos pratiques

Textes par auteur

Textes par numéro
CA n°19 (octobre 2000)
Réponse
Marco Lorenzi
Je réponds rapidement aux observations de David sur mon article « Toutes les flèches de notre arc ».

La crainte de voir l'emploi d'argumentations scientifiques contre la vivisection en parallèle avec les argumentations éthiques engendrer une « multiplication des faiblesses » me semble franchement peu fondée. Car justement, pour les raisons que j'ai exposées dans la première partie de mon article (et avec lesquelles David semble d'accord), nul n'est tenu d'être convaincu de l'inutilité scientifique de l'expérimentation animale pour être un partisan déterminé de l'antivivisection. Il est parfaitement légitime, possible et plausible d'être un antivivisectionniste purement éthique, sans que cela n'implique en soi le moindre affaiblissement des positions des personnes qui soutiennent également l'antivivisectionnisme scientifique1. Même en admettant (ce qui reste discutable) que seule une petite minorité des antispécistes partagent les idées des personnes qui combattent l'expérimentation animale au moyen d'arguments scientifiques, cela n'affaiblirait en rien le front antivivisectionniste, relativement à la situation où celui-ci ne s'approprierait que les thèses éthiques. Cela n'entraînerait éventuellement que l'impossibilité pour le front antivivisectionniste d'optimiser sa capacité à combattre l'expérimentation animale. Par ailleurs, je ne comprends pas pour quelle raison rationnelle David, tout en partageant mes vues sur le rapport entre argumentations éthiques et empiriques, a considéré au début de son engagement antispéciste ne pas pouvoir militer pour les droits des animaux à cause de son désaccord concernant l'antivivisectionnisme scientifique.

Il me semble par contre tout à fait pouvoir partager l'observation de David selon laquelle la conviction que peut avoir une personne de l'inutilité de la vivisection n'implique absolument pas qu'elle s'engage activement comme militante antivivisectionniste. Mais à nouveau je ne crois pas que cette objection puisse démontrer qu'il soit inopportun d'utiliser aussi une argumentation scientifique. Je suis d'accord sur le fait qu'on peut difficilement mobiliser les masses contre la vivisection en les convaincant uniquement que celle-ci est une fraude scientifique ne servant qu'à enrichir une bande de fripons avec l'argent des contribuables. Beaucoup de gens objecteraient - et j'aurais du mal à les blâmer - que les États gaspillent des millions de milliards et que si l'on voulait manifester contre chaque source de gaspillage d'argent public, nous passerions littéralement notre vie dans la rue à crier des slogans et à porter des banderoles contre la corruption et l'idiotie des politiciens. Cependant, ceci ne démontre nullement que soutenir l'antivivisectionnisme scientifique soit contre-productif, mais tout au plus qu'il est contre-productif de combattre la vivisection sur la seule base de son inutilité.

Personnellement, je n'ai jamais souhaité un mouvement antivivisectionniste composé seulement de scientifiques, mais je répète que, pour les raisons déjà exprimées dans mon article précédent, les scientifiques et leurs argumentations peuvent agir de manière synergique avec l'antispécisme pour obtenir l'abolition de l'expérimentation animale. S'il est vrai qu'aujourd'hui tout le monde n'accepterait pas de bon gré de devenir antispéciste à cent pour cent et de renoncer aux bienfaits hypothétiques de la vivisection par respect pour les droits fondamentaux des cobayes, il me semble tout à fait défendable et raisonnable de penser que ceux qui ne veulent pas embrasser sans réserve l'antispécisme seraient pour le moins bien mieux disposés à accepter les thèses abolitionnistes des antispécistes s'ils étaient réellement convaincus de l'inutilité de l'expérimentation animale. Avoir moins d'opposants, ou des opposants moins convaincus, est aussi important qu'avoir plus d'alliés.


--------------------------------------------------------------------------------

Notes :
1.À condition, bien entendu, de ne pas transformer sa propre militance antivivisectionniste en une militance contre l'antivivisectionnisme scientifique !

Voir les commentaires

La ringarde mode fourrure durera-t-elle?*Gautier, Rikiel aimez vous tant la souffrance et la mort...des animaux torturés?Fashion victims, unissez vous contre l'abjection.

9 Février 2006, 12:45pm

Publié par Jo benchetrit

Pour bien supporter 'l'hiver;... un peu de marche? contre la fourrure.lundi 13 fevrier 2006.(venez cette année, on verra pour l'an prochain!

* MANIFESTATION ANTI-FOURRURE
Fourrure Torture manifestera contre l'industrie de la fourrure, le lundi 13
février, de 10h30 à 12h00, dans le cadre d'une journée internationale contre
la fourrure.
Paris : aux abords de l'ambassade de Chine (à l'angle de la rue Boccador et
de l'avenue Georges V).
Nice : place Magenta (zone piétonne).
La Chine, devenue le premier pays exportateur de fourrure, sera
symboliquement visée ce jour-là, même si le commerce de la fourrure est
condamnable partout dans le monde.
Le matériel sera fourni sur place.
Des manifestations similaires sont prévues ce même jour à travers le monde :
Etats-Unis, Israël, Italie, Espagne, Portugal, Angleterre, Irlande, Russie,
Lettonie, Croatie, Serbie, Australie, Nouvelle Zélande, Brésil, Venezuela,
Mexique, Thaïlande...
N'hésitez pas à diffuser l'information autour de vous !
* PETITION
Pour rappel, la pétition de Fourrure Torture est toujours d'actualité :
http://www.fourrure-torture.com/petition-anti-fourrure.html
Invitez vos contacts à la signer, ils pourront ainsi, par la même occasion,
découvrir les dessous de la fourrure.
* CAMPAGNE ANTI-FOURRURE
Le site est régulièrement mis à jour, même si nous ne le signalons pas
systématiquement :
- liste de magasins qui ne vendent pas de fourrure,
- liste de couturiers ou organismes auxquels écrire pour lutter contre la
fourrure,
- ...
Merci de votre soutien pour les animaux,
L'équipe Fourrure Torture
Fourrure Torture
http://www.fourrure-torture.com 

Voir les commentaires

le vegetarisme, au moins mais surtout le végétalisme : la seule réponse morale...à la famine du tiers monde.

8 Février 2006, 20:16pm

Publié par Jo benchetrit

 

 L'aide au tiers monde des viandards:

 Tandis que grossit notre assiette de viande et  laitages, la leur se vide seule!

 

Article écrit par George Monbiot et publié dans le Journal « The Guardian », le mardi 24 décembre 2002

Traduction par Jill http://greenplanet.aceblog.fr/

La famine peut uniquement être évitée si les riches renoncent à la viande, aux poissons et aux produits laitiers :
Les Chrétiens ont volé le solstice d’hiver aux païens, et le capitalisme l’a volé aux Chrétiens. Mais une particularité n’a pas changé : la consommation gigantesque de viande lors de la célébration des Fêtes.

Ce rituel avait un sens. Le bétail était abattu à l’automne avant que l’herbe ne disparaisse. À la fin de l’année, tandis qu’elle commençait à se gâter, la viande était consommée en grandes quantités par des gens qui devaient aussi stocker beaucoup de graisses pour survivre pendant les trois mois suivants.

Aujourd’hui, c’est l’inverse : nous passons les trois mois suivants à essayer de se débarrasser de cette graisse.

Nos excès saisonniers seraient parfaitement tolérables, si nous ne faisions pas la même chose toutes les deux semaines.

Mais, à cause du pouvoir d’achat disproportionné des pays riches, beaucoup d’entre nous peuvent maintenant festoyer tous les jours. Cela pourrait être acceptable, si les ressources mondiales n’étaient pas limitées.

En comparaison les animaux que nous mangeons le plus, les dindes sont des convertisseurs relativement efficaces : pour chaque kilo de grain mangé, les dindes produisent environ trois fois autant de viande que le bétail.

Mais il y a beaucoup de raisons de ne pas les apprécier. La plupart des dindes sont élevées dans l’obscurité et elles sont si entassées que c’est à peine si elles peuvent bouger.

La pointe de leurs becs est taillée avec un couteau chauffé à blanc pour les empêcher de s’entretuer. Juste avant Noël, elles deviennent si lourdes que leurs hanches se déboîtent. Quand vous voyez l’intérieur d’un élevage en batterie, vous commencez à avoir de sérieux doutes sur la civilisation européenne.

C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup de gens recommencent à manger de la viande rouge à Noël.

Les bœufs de boucherie semblent être des animaux plus heureux.

Mais l’amélioration du bien-être animal est compensée par la détérioration du bien-être humain.

 Le monde produit assez d’alimentation pour les humains et leurs bétails, quoique environ 800 millions soient sous-alimentés (en grande partie parce qu’ils sont très pauvres).

Cependant, étant donné l’accroissement de la population, la famine mondiale ne sera évitée que si les riches réduisent leur consommation en viande.

Depuis 1950, le nombre d’animaux de ferme dans le monde a été multiplié par cinq : les animaux de ferme sont maintenant trois fois plus nombreux que les humains. Le bétail consomme déjà la moitié des céréales mondiales et continue à s’accroître de manière presque exponentielle.

C’est pourquoi la biotechnologie - dont les promoteurs prétendent qu’elle alimentera le monde - est en fait utilisée pour produire non pas de la nourriture mais du fourrage : elle permet aux fermiers de cesser de produire des céréales pour la consommation humaine et d’opter pour la production d’une agriculture plus lucrative pour alimenter des animaux.

D’ici 10 ans, le monde n’aura plus qu’un choix possible : soit les champs continuent à alimenter les animaux, soit ils continuent à alimenter les hommes. Ils ne pourront plus faire les deux.

La crise menaçante sera accélérée par l’épuisement des engrais phosphates et de l’eau, utilisés pour faire pousser les cultures.

Selon une étude conduite par les agronomes David Pimental et Robert Goodland, pour produire chaque kilogramme de bœuf que nous consommons, il faut environ 100.000 litres d’eau. Les sources aquifères commencent à se tarir, en grande partie à cause de leur utilisation par les fermiers.

En réponse à cette situation, ceux qui ont commencé à comprendre les limites de production mondiale des céréales sont devenus végétariens.

Mais les végétariens, qui continuent à consommer du lait et des œufs, réduisent à peine leur impact sur l’écosystème.

La production d’œufs et de lait est généralement plus efficace que la production de viande.

 Même si chaque personne, qui mange de la viande de bœuf aujourd’hui, le remplaçait par du fromage ; cela ne retarderait nullement la famine mondiale.

 Et, comme le bétail laitier et la volaille sont souvent alimentés avec du guano de poisson (ce qui signifie que personne ne peut prétendre manger du fromage et non du poisson), il pourrait même l’accélérer.

 Le changement serait également accompagné par une détérioration massive du bien-être animal : à l’exception possible des poulets produits en élevage intensif et des porcs, les poulets de batterie et les vaches laitières sont les animaux de ferme qui souffriraient le plus.

Nous pourrions manger des faisans, dont beaucoup sont jetés dans les décharges après avoir étés chassés et dont le prix, à cette période de l’année, tombe à environ 3 euros l’oiseau.

 Mais, la plupart des gens n’apprécieraient pas de subventionner la soif de sang des "pseudos aristos". La solution des faisans d’élevage, qui sont aussi alimentés avec du grain, ne serait viable que si l’offre répond à la demande.

 Nous pouvons manger du poisson, mais seulement si nous voulons contribuer à l’effondrement des écosystèmes maritimes et - comme la flotte européenne est en train de piller les mers de l’Afrique de l’Ouest - précisément là où la famine est la plus sévère au monde. Il est impossible d’éviter l’unique solution durable et socialement juste - que les habitants des pays riches deviennent presque végétaliens, comme la majorité des autres habitants de la planète, et qu’ils ne mangent plus de viande que pour des occasions spéciales comme à Noël.

En tant que consommateur de viande, j’ai toujours trouvé plus facile de classer le végétalisme comme une réponse à la souffrance des animaux ou à un engouement hygiéniste.

Mais aujourd’hui, après avoir regardé la réalité en face, il me semble évident que le végétalisme est la seule réponse morale à ce qui est probablement la question de justice sociale la plus urgente sur cette planète.

 Plus nous nous empiffrons, plus le Tiers-Monde crève de faim.

www.monbiot.com

Voir les commentaires

Il faut nourrir les oiseaux,

7 Février 2006, 09:23am

Publié par Jo benchetrit

Je viens d'apprendre qu'on peut nuire en croyant aider les oiseaux en leur donnant du riz cru.faites le cuire avant SVP!!!

On peut donc les tuer en les nourrissant mal!!!!!!!!

C'est pourquoi je vous en informe.

Les pâtes cuites aussi peuvent les tuer, malgré ce que dit la LPO.

Cependant certains de conseils de site de la LPO sont à suivre.
Regardez-les là :

http://www.lpo.fr/hiver/index.shtml

évidement, leur acheter des graines spéciales, c'est mieux.

bon, je crois que les miettes de pain, quand même, c'est pas très dangereux!

et ne leur laissez pas un bout de pain dur ou pas mais où il leur faudra depenser trop d'energie...pour en tirer des miettes. écrasez le sous votre pied si il est dur! et trempez le ou coupez le s'il est frais.( cas de la rue)

Et trempez le pain...leur donner du pain de mie trempé: super!

Voir les commentaires

Période de chasse prolongée. l'amie ministre du gros con ,Nelly Olin continue ses cadeaux aux chasseurs! La chasse, vous l'aimez comment? à courre? et les chasseurs, c'est quoi pour vous?

6 Février 2006, 08:51am

Publié par Jo benchetrit

Comme vous le savez, notre campagne est en guerre.

 Des nouvelles de ce front, national, de gros et tristes cons:


> Prolongation de la chasse aux oies dans le département de la Somme.
> Vous lirez ci dessous le communiqué que Picardie nature vient
> d'adresser aux autorités et à la presse. La fédération des chasseurs
> de la Somme aurait négocié avec le préfet une tolérance de 10 jours
> pendant laquelle les gardes de l'ONCFS auront pour consigne de ne
> pas verbaliser. La préfecture interrogée par un journaliste du
> Courrier Picard (article à paraître demain samedi) parle bien semble-
> t-il de tolérance.
> J'invite les ornithos à nous signaler toute activité de chasse aux
> oies (tirs direct, présence d'appelants d'oies) en localisant les
> huttes incriminées (si vos longues vue vous permettent de lire la
> plaque d'immatriculation de la hutte c'est mieux, mais ne vous
> approchez pas trop quand même !). La manifestation très violente de
> chasseurs au gibier d'eau à Rouen il y a plusieurs semaines a
> certainement aussi servie de prétexte dans la balance, puisqu'une
> manif est prévue à Amiens le 18 février.
>
> à  titre d'info et à conserver quand vous êtes sur le terrain, voici
> les n° de tél des gardes ONCFS de la Somme:
> brigade d'Amiens  03.22.95.91.25,  06.80.07.04.91
> brigade d'Abbeville 03.22.24.51.63,  06.07.78.17.18,
> 06.07.78.16.61,  06.07.78.17.05
> brigade de Roye  03.22.87.95.95    06.07.78.17.12   06.07.78.17.52
> 06.80.06.92.39
>
> Patrick THIERY
> Vice-Président
> Picardie Nature
>
> Rumeurs sur la prolongation de la chasse aux oiseaux migrateurs
>
> L'association PICARDIE NATURE a pris connaissance hier de plusieurs
> informations qui laisseraient à penser que les chasseurs de gibier
> d'eau du département de la Somme pourront chasser les oies jusqu'au
> 10 février alors que la date de fermeture officielle était mercredi
> 31 janvier pour les canards, les oies et les limicoles.
>
>
>
> Réglementairement la Ministre de l'Ecologie et du Développement
> Durable avait signé un arrêté le 17 janvier 2005 fixant les dates de
> fermeture de la chasse aux oiseaux migrateurs :
>
> 31 janvier arrêt de la chasse aux canards, oies et limicoles,
> prolongation dans certains départements pour les grives et merles, à
> poste fixe jusqu'au 10 février et pour les bécasses jusqu'au 20
> février.
>
> Aucune modification de cet arrêté n'est intervenue à ce jour
> concernant le département de la Somme. Dans cette configuration, des
> chasseurs peuvent être en activité de chasse dans les marais mais
> seulement pour les espèces encore autorisées.
>
>
>
> Sur le forum de discussion du site internet intitulé La Hutte
> Virtuelle.com, des informations assez précises circulent entre
> chasseurs :
>
> « prolongation du tir des oies jusqu'au 10 février (source
> fédération des chasseurs de la Somme)..Rapprochez-vous des
> responsables locaux des chasseurs (répété au moins à trois reprises.
> Oui effectivement d'après la réunion avec le Préfet, autorisation en
> février. peur de débordement de la prochaine manif à Amiens le
> 19/02. vous pouvez y aller jusqu'au 10/02, sûr et certain, c'est
> tomber ce soir.que les oies, pas les becs plats (canards).. ».
>
>
>
> Comme cela est déjà arrivé il y a quelques années, l'association
> PICARDIE NATURE craint que des consignes n'aient été données aux
> gardes de l'Office National de la Chasse pour ne pas effectuer de
> relevé d'infraction au cours de ces 10 prochains jours.
 > L'association PICARDIE NATURE rappelle donc à tous que la chasse aux
> canards, oies et limicoles est fermée depuis mercredi 31 janvier,
> date résultant de l'abondante jurisprudence du Conseil d'Etat
> portant sur l'application de la Directive Européenne de 1979
> relative à la protection des oiseaux migrateurs.
>
>
>
> L'association PICARDIE NATURE demande à M. le Préfet de la Somme et
> à Mme la Ministre de l'Ecologie de confirmer que la chasse aux oies
> est bien fermée et que les gardes de l'Office National de la Chasse
> ne seront pas limités dans leurs opérations de police de la nature
> sur ce point.

 

Je vous signale un sondage là, qui n'attend que vous pour basculer...car là, ce site de tordus n'est lu que par les tristes cons =chasseurs à courre):

http://www.parlonschasse.com/modules.php?name=Surveys&op=results&pollID=7 

Comme il y a un sondage sur notre "gibier préféré", et que je n'ai pas trouvé le mien, j'ai demandé par contact qu'on l'y rajoute...

Lisez plutôt:"je préfère la chasse aux sadiques armés ou pas, qui persécutent les 
animaux partout dans le monde: le gibier, là, ne manquera pas de sitôt, 
hélas... mais ce n'est pas prévu dans votre sondage !!!"

Vous pouvez y aller aussi.


>

Voir les commentaires

Chiens massacrés: ils sont fous, ces Roumains !!! Ecrivez SVP.

5 Février 2006, 16:59pm

Publié par Jo benchetrit

 "Le seul endroit au monde où l'on peut rencontrer un homme digne de ce nom, c'est le regard d'un chien. "
  Romain Gary

 

 

 

 

Mais en Roumanie, sous l'effet des poisons, des coups et strangulations...atroce:

 

En Roumanie, les morts se ramassent à la pelle, les mourants agonisent dans d'insondables souffrances sous l'effet du poison.

Faut dire que sa majesté l'homme se croit en état de legitime défenses!C'est qu'on a trouvé un japonais mort dans la rue...peut-être mordu par un chien errant...peut-être par un chien de bandit, chien qui serait dressé à l'attaque...il y en a tant... mais cela a déclenché une psychose et, dans ce cas...l'homme paniqué au visage hideux massacre sans aucune pitié...

Et extermine même les chiens stérilisés, vaccinés et "protégés " par des associations.

Les massacres roumains ne datent pas d'hier, mais là, le bon peuple se déchaîne!

Lettre à envoyer EN ROUMAIN avec vos coordonnées et la date:


                                    Domnule Prim-Ministru

 

Am auzit si noi despre ultimul incident petrecut in Romania (la Bucuresti) acum cateva zile care s-a soldat cu moartea unui cetatean japonez, in urma unei muscaturi de caine. Sincer, ne pare foarte rau si trasmitem condoleante familiei care a suferit aceasta peirdere cumplita.
Din unele surse am aflat ca acel “caine criminal” cum a fost numit de romani, nu face parte din randul cainilor comunitari din capitala Romaniei, asa cum a fost informata opinia publica. Indiferent daca este asa sau nu, noi credem ca Romania este o tara destul de civilizata ca sa mai recurga la metode de “eutanasiere in masa” a acestor animale care si asa au avut o viata destul de dificila pe strazi.
Este cunoscut faptul ca acum cativa ani o decizie asemanatoare a dus la masacrarea a sute sau chiar mii de caini de pe intreg teritoriul tarii dumneavoastra.
Va rugam, sa aveti in vedere si dreptul la viata al acestor animale, si sa nu va lasati influentat in luarea deciziilor, de acest eveniment nefericit. Credem ca o campanie de sterilizare a cainilor comunitari, si construirea unor adaposturi pentru acestia, ar fi solutia cea mai avantajoasa pentru toata lumea. Suntem ferm convinsi ca aceasta din urma metoda ar contribui intr-o mare masura si la educarea populatiei mai ales a tinerei generatii, in spiritul binelui si al dreptatii, astfel incat o mare parte dintre aceste animale ar putea fi adoptate pe parcurs. Daca se va proceda asa, noi suntem convinsi ca veti primi sprijin din partea mai multor organisme care se ocupa de protectia animalelor din Europa, sau chiar a unor oameni cu suflet pentru care viata unui caine, comunitar sau nu, inseamna atat de mult incat nimeni nu are dreptul sa i-o ia.
Asadar, Domnule Prim-Ministru, apelam inca odata la buna Dumneavoastra ratiune, si va multumim ca ne-ati luat in considerare aceasta rugaminte in care noi credem cu toata forta, cu toata dragostea si respectul pentru prietenii nostri patrupezi.
 
Cu multa stima…………………………
 
 
 
In atentia Excelentei Sale, Domnului Calin Popescu Tariceanu, Prim-Ministru al Romaniei
 
 
Et en anglais:

 

Dear Madam, Sir,
>
> These days, in our country and all over the international community, we
receive the information that dogs are persecuted in Romania. We
> understand that there can be a problem but we ask you to try to
> make so that more human methods are employed to solve the problem, such as for
example carrying out sterilizations instead of poisoning the animals. We think
sincerely that this could have an influence on the opinion of the European
Union and we thank you for agreeing to give your attention to this matter,
>
> Respectfully,

Envoyez votre lettre ici:

 
Merci à tous.

>
>

 

 

 

 

Voir les commentaires

valoir le chasseur...." href="http://psychanalyse-et-animaux.over-blog.com/article-1791776.html"> L'incohérence du coeur est le propre de l'homme. Selon que vous massacriez des malheureux classés nuisibles ou protégés, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

5 Février 2006, 16:29pm

Publié par Jo benchetrit

 Voici un échange intéressant lu sur une liste Végétarienne de Yahoo:


> Albi. Le rapace est protégé
> Un jeune chasseur condamné pour avoir tué un milan noir
> "Des personnes m'avaient dit que des poussins étaient attaqués..."
a fait
> valoir le chasseur. Agé de 20 ans, il a comparu devant le tribunal
> correctionnel d'Albi pour avoir tué à coups de bâton un milan
noir, le 2
> juillet 2005 à Valdériès (Tarn). Le rapace était rentré dans une
cage-piège
> destinée aux corneilles. Le jeune est condamné à payer 1800 euros
pour
> "destruction d'animal protégé".

        Bonjour,
    1800 euros, c'est déjà pas mal. D'habitude, dans les cas de ce type, il
n'y a pas de sanction, ou bien une sanction symbolique. 1800 euros, c'est
beaucoup mieux que 10 heures de TIG. Ce qui est beaucoup moins bien, en
revanche, c'est que la cage-piège en soi ne suscite aucune interrogation,
comme elle est " destinée aux corneilles ". Celles-ci, on peut , sans risque
aucun, les tabasser à mort. On a le droit.
   En France un décret ( n° 88-940 compété par un arrêté) énumère les
animaux sauvages susceptibles d'être classés " nuisibles". Les espèces
d'oiseaux qui y figurent sont au nombre de six : Corbeau freux, Corneille
noire, Pie bavarde, Geai des chênes, Étourneau sansonnet, Pigeon ramier. Il
est à noter que ce n'est pas parce qu'une espèce apparaît dans cette liste
qu'elle sera forcément toujours et partout classée comme " nuisible". Dans
chaque département le préfet doit fixer, annuellement, la liste
départementale des " nuisibles ". En réalité c'est généralement la tacite
reconduction qui fige comme dans le marbre une liste jamais revue. Pourtant,
seules trois raisons peuvent légalement justifier le classement d'une espèce
parmi les " nuisibles". Voici ces raisons :
        1) l'intérêt de la santé et de la sécurité publiques
        2) la prévention des dommages importants aux activités agricoles,
forestières et aquacoles
        3) la protection de la flore et de la faune

      La chasse, même dans ce paradis des Nemrods, est limitée dans le temps
et connaît chaque année cette période pénible de quelques mois qu'on appelle
" la fermeture". Cependant, les chasseurs, par définition, aiment par-dessus
tout tuer. Alors, comment nourrir sa passion, quand on est chasseur, pendant
cette bizarrerie du calendrier ? Eh bien, on s'occupe des NUISIBLES, car
pour eux il n'y a pas de fermeture. En plus de rendre un fier service à la
santé publique et à la réussite des récoltes, et tout en protégeant faune et
flore ensemble, on entretient sa passion, on évite de perdre la main, on se
rencontre " sur le terrain", ou au bistrot, pour échanger de palpitantes
histoires de "nuisibles" mis hors d'état de nuire, grâce à qui ? Et oui,
encore eux. Malheureusement, le chasseur moyen - de toute façon, ils le sont
tous, malgré leurs dénégations - souffre de graves lacunes de connaissance
en matière de faune sauvage. C'est cela qui explique ces regrettables
massacres de " Corneilles à tête rouge", autrement dit, de Pics noirs. Ou
bien ces grues, cigognes, butors ou aigrettes qui se mettent exprès sur la
trajectoire des tirs pendant, ou hors de, l'ouverture, alors qu'on voyait,
et visait, un faisan. De plus, le chasseur, contrairement à nous, voit clair
dans le noir. Il distingue le moindre détail, au point de déterminer des
espèces qui posent problème même en plein jour aux ornithologues les plus
expérimentés. Sûr, ces derniers n'ont pas l'avantage de pouvoir vérifier,
post mortem, l'exactitude de leurs intuitions...........
      Une des méthodes les plus prisées pour neutraliser les "nuisibles"
reste le piégeage. Il existe une grande variété de pièges pour oiseaux.
Certains sont aujourd'hui interdits. Théoriquement. La cage-piège présente
l'avantage, si elle est conçue astucieusement, de pouvoir attraper
plusieurs, voire beaucoup, d'oiseaux sans que le piégeur soit obligé de s'en
préoccuper à chaque instant. En tous cas, aucune de ces cages-pièges n'est
sélective. On y dispose des appâts propres à attirer les espèces visées. On
y met par exemple du maïs, ou des fruits. Mais beaucoup d'espèces d'oiseaux
mangent du maïs ou des fruits. Ainsi, n'importe quel granivore, frugivore ou
omnivore peut s'introduire dans ces pièges. Ensuite, comme il s'y trouve des
oiseaux , plusieurs espèces de rapaces ornithophages ou bien charognards
seront tentées elles aussi. Pourquoi charognards ? Eh bien, parce que, quand
on rapproche de façon fortuite des oiseaux d'espèces très diverses, tout en
les privant de la possibilité de s'éloigner, il s'ensuit souvent une
certaine mortalité. Le Milan noir, tout en étant un rapace, se nourrit
essentiellement d'animaux morts.
      Vous n'avez peut-être jamais vu une cage-piège de grande taille.
Autrefois, on les voyait facilement. Depuis que la plupart des espèces
d'oiseaux bénéficient d'un statut de protection, on voit beaucoup moins ces
pièges. Ce n'est pas qu'il y en a moins, mais ils sont soigneusement
dissimulés à la vue des passants, car, comme j'ai dit, ils ne sont
absolument pas sélectifs, et aujourd'hui un petit pourcentage de la
population connaît la loi sur les espèces protégées. Mais quand on connaît
son coin, et qu'on cherche un peu, on trouve sans trop de mal l'emplacement
de ces ouvrages de mort.
      Les chasseurs haïssent les pies au motif qu'elles " détruiraient le
gibier". Ils leur destinent souvent des petites cages contenant une pie dite
" appelant". Les chasseurs, comme beaucoup d'agriculteurs haïssent les freux
et les corneilles parce que ces bêtes-là, figurez-vous, elles mangent. Oui.
C'est indéniable. Et il leur arrive de manger les semis, surtout de maïs.
( Ai-je besoin de vous rappeler "l'énormité" de la destruction que l'on doit à
la culture de ce dernier ? sic. ) Et comme ces oiseaux-là sont assez grégaires, on
leur destine des TGC-P, ou Très Grandes Cages-Pièges. Elles font 3 ou 4
mètres de long sur 2 de large et de haut. Il arrive qu'on y voit des oiseaux
très divers, vivants ou morts, car le paysan n'a pas forcément le temps de
les contrôler. Quand enfin il va y faire un tour, c'est pour exterminer. Il
fait ça le plus souvent à coup de bâton ( ainsi ce milan ) ou bien à mains
nues. Ce n'est pas interdit.
     Les paysans utilisent aussi beaucoup de Corbodor ou de Tudor Corbo (
alphachlorolose dans les deux cas). Le résultat est le même. Et ces produits
sont en vente libre. Ils sont souvent appréciés des agriculteurs bios car
ils ne contaminent pas, en principe, le sol.
      Si les "Alfies"(ALF) voulaient agir au mieux, et délivrer des animaux qui
sont parfaitement aptes à vivre de façon autonome dans leur milieu naturel,
je leur suggère de traquer les cages à "nuisibles" et d'intervenir là, où
c'est vraiment utile. Mais, avant de libérer les prisonniers, bien vérifier
qu'aucun d'entre eux n'ait été mutilé. Souvent, "on" rogne les plumes de vol
des appelants, ou on les "éjointe", c'est à dire qu'on leur ampute la main.
Dans ces deux cas, l'oiseau est incapable de voler. Il est donc condamné à
une période plus ou moins long d'angoisse, de frayeur, avant d'être la
victime d'un prédateur quelconque. On ne relâche pas ces oiseaux-là.

Voir les commentaires

Animalité contre bestialité? Pourquoi la barbarie est-elle propre à l'homme?

5 Février 2006, 09:50am

Publié par Jo benchetrit

Dieu contre Darwin?
Animalité contre bestialité?
Que penser du créationnisme?
Le débat entre les 2 D (Darwin et Dieu)…est-il autre chose qu'un débat entre la reconnaissance de l'animalité de l'homme et l'essence divine de celui-ci ?

Une théorie est née…disant que la religion (ici, la Bible) doit expliquer la vie sur Terre, et que Darwin s'est trompé. Les dinosaures ont donc côtoyé les hommes dans l'arche de Noé, puisque tout fut créé en 6 jours. Ceux qui disent l'inverse ne sont pas brûlés…pour le moment.
Une autre façon d'être créationniste est de dire: c'est trop fort! Comment ne pas imaginer une intelligence derrière tout ça?
Là, du coup, Dieu est compatible avec Darwin. Mais pas la Bible.

Mais pour les hommes, croyants ou pas en Dieu, le coup de l'évolution les gênent aux entournures.
C'est une des 3 blessures narcissiques dont parle Freud.
L'homme est donc un animal…
Et, selon moi, ça va très loin. Car, soit la personne est un animal, la réciproque est vraie. La personne n'est plus l'apanage des hommes. Les (autres) animaux sont des sujets comme nous.
D'où l'idée que rien ne vient justifier l'attitude hors limite des hommes avec les (autres) animaux.
Donc, la reconnaissance de l'animalité des hommes est très ennuyeuse, pour la vie quotidienne qui serait à réinventer, au même titre que l'homme lui-même.

Ce qui explique la relative tolérance pour ces révisionnistes de l'histoire que sont les créationnistes.

La conséquence de la non-reconnaisssance de son animalité est généralisée, malgré Darwin.
Nous vivons sur ce mythe métaphysique, qui a un effet immediat: avec les animaux, tout nous semble permis...le tabou de tuer et d'exploiter l'autre sautant dès que l'autre n'est plus reconnu comme alter ego mais comme chose à sa disposition.

C'est ainsi que rejetant son animalité, l'homme a plongé dans la boue de sa bestialité, propre de l'homme.

Car "ce qui est forclos du Symbolique réapparaît dans le Réel" (Lacan)

Voir les commentaires